Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le café en Méditerranée

Une approche ethno-historique du café : évolution des ustensiles servant à la fabrication et à la consommation du café

H. Desmet-Gregoire

Texte intégral

1L'éthno-histoire du café en France est à écrire ; en effet, si de nombreuses études ont été faites concernant la pénétration et la diffusion du café au sein des classes dominantes (xviie-xviiie siècles), ou concernant les objets nécessaires à la préparation et à la consommation de cette boisson, ou encore sa place dans l'alimentation traditionnelle, elles présentent l'inconvénient d'être parcellaires. Il y a eu, en fait, trois types de recherches qui ont été menées séparément : une recherche historique à partir des documents de l'époque entre prise en particulier pour les xviie-xviiie siècles, une recherche ethnologique conduite à l'origine parles premiers folkloristes qui, dans une optique régionaliste pour la plupart, se penchèrent sur les campagnes françaises, et enfin une recherche de type muséographique sur les objets et surtout sur les objets dits "d'art", l'attention portée aux objets "usuels" ou "populaires" étant assez tardive.

2La prise en considération de tous ces travaux et documents est indispensable, mais il convient d'opérer des réajustements méthodologiques, les différentes sources devant être utilisées avec précaution, tout amalgame soigneusement évité entre elles. Dans un tel genre de recherche, il est, en effet, tentant de projeter dans le passé des résultats obtenus par un type d'enquête ethnologique (entreprise au mieux dans la deuxième moitié du xixe siècle) : écueil à éviter en mettant en va leur, au contraire, les zones d'ombre et en s'interrogeant sur leur persistance. De même, en ce qui concerne l'étude des objets, la prudence est de mise car si les objets de valeur ont été souvent préservés au sein des collections prestigieuses, les objets "usuels" ont subi des destructions considérables, les quelques témoins dont nous disposons aujourd'hui n'étant qu'une partie minime du matériel original.

3Il apparaît donc qu'une réflexion sur la nature même des sources est nécessaire, ainsi que l'élaboration d'une chronologie aussi précise que possible. Par ailleurs, la juxtaposition d'études régionalistes doit être faite dans une double perspective perpétuel va-et-vient entre une réalité fragmentée et une réalité tendant à l'uniformisation dans le contexte historique de l'époque envisagée.

4Voici un bref aperçu de ces sources, qui sont riches certes, mais très éparpillées :

5Les traditionnelles sources écrites sont à consulter : mémoires, ouvrages scientifiques et médicaux, traités sur les drogues et les aliments, livres de cuisine (qui sont d'une grande richesse dès le xviie et xviiie siècles), correspondances, journaux, almanachs et gazettes, ouvrages appartenant au fonds de la littérature populaire (chansons, recueils de conseils divers utiles pour le "bien vivre"… ; les sources littéraires sont également précieuses, avec en particulier, les récits de voyages faits dans le Levant qui informèrent le public sur la manière dont les Turcs consommaient du café, etc…

6Les inventaires après décès sont essentiels pour savoir qui, et à quelle époque, possédait les instruments nécessaires au service du café. Un travail statistique portant sur deux mille inventaires est actuellement en cours au Centre de Recherche Historique (mise en fiches sur ordinateur de données concernant toute la France en particulier pour l'époque moderne) qui permettra un large accès à ces documents.

7Les nombreuses études folkloristes et les monographies régionales ont largement eu recours à ce type de sources : il serait envisageable, à partir d'une bibliographie complète de ces ouvrages, de faire le point quant aux inventaires consultés pour le xixe siècle et le début du xxe siècle.

8Par ailleurs, en ce qui concerne les collections et le mobilier des résidences des souverains et des riches particuliers, nombreux sont les catalogues de vente, les descriptions et les inventaires pour le xviiie et le xixe siècles. De même, les inventaires des Manufactures royales de porcelaine (Vincennes, Sèvres), ceux de faïenceries ou d'ateliers d'orfèvres de renom renferment de précieux renseignements sur les types d'objets fabriqués, sur les acheteurs, etc…

9Enfin, les abondantes sources iconographiques sont à consulter, mais leur étude systématique réclame un grand investissement. Autant de directions de recherche vers lesquelles il faut s'orienter pour entreprendre une étude ethno-historique du café en France.

  • 1 H. Desmet-Grégoire – Le divan magique, l'Orient turc en France au xviiiéme siècle, Le Sycomore, Pa (...)

10Mes propres recherches sur les apports et influences turco-ottomans en France au xviiie siècle, m'ont amenée à m'intéresser au café et à sa diffusion1. J'ai continué ce travail en m'attachant plus particulièrement au matériel qui était utilisé et aux nombreuses transformations qu'il subit au cours des ans – transformations en relation directe avec l'état des techniques, mais aussi les tendances artistiques de l'époque, et un certain cosmopolitisme.

11Ce travail est actuellement en cours, et je me propose simplement d'exposer quelques résultats partiels. Il me semble qu'une éthno-histoire du café devrait avoir pour base et fil conducteur une étude de ce matériel dont l'origine et les phases successives de son évolution rendent bien compte non seulement d'un style et d'un mode de vie, mais aussi des phénomènes d'emprunt et d'invention dans une réalité historique précise (envisagée sous l'angle des structures et du mouvement de ces structures).

  • 2 Voir en particulier W.H. Ukers – All about coffee New-York, the tea and coffee trade journal, 1922 (...)

12Si les premiers ouvrages contenant quelques indications sur le café proviennent des Vénitiens (Prospero Alpini qui séjourna en Égypte vers 1580, puis Pietro délia Valle), et si le premier traité sur le café est dû à un professeur en langues syrienne et chaldéenne au Collège de Rome (Antoine Faustus Nairon, 1635-17072, il semble, en ce qui concerne la France (et comme cela a été évoqué dans une communication précédente) que le café ne fut connu qu'au milieu du xviie siècle. Il fut introduit par l'intermédiaire de personnes ayant voyagé ou commercé dans le Levant, et par celui d'autres per sonnes originaires du Levant (Juifs, Arméniens, Grecs et Turcs). Il s'agissait tout bonnement d'une habitude alimentaire orientale prolongée au retour pour les uns, ou en déplacement pour les autres.

13Il me semble important de parler d'habitude alimentaire car avant qu'il y ait eu commerce, statistiques, comptes, correspondances … à propos du café, il y a eu une prise de contact avec ce nouveau produit par les individus très isolés certes, mais dont finalement le rôle a été essentiel. Il s'agissait donc du domaine privé, des cercles d'amis réunis par une même expérience, de groupes marginaux plus ou moins intégrés dans la société française de l'époque. Les galériens turcs, les marchands grecs, juifs ou arméniens, les négociants marseillais qui avaient séjourné dans le Levant ou qui étaient en contact commercial constant avec lui, les quelques voyageurs qui s'étaient aventurés dans la Méditerranée orientale, les Chevaliers de Malte et les quelques ordres religieux intéressés aux affaires du Levant, voilà les seuls groupes fort restreints qui consommaient du café importé en quantité minime pour satisfaire au goût de ces quelques initiés. Le critère essentiel réunissant ces personnes était la seule connaissance des mœurs orientales et en particulier des mœurs culinaires : on peut invoquer ici l'importance du goût, le café étant consommé comme sans doute le riz ou toute autre spécialité turque dont ces personnes ne pouvaient plus se passer.

  • 3 Cf. H. Desmet-Grégoire – La perception et le mode de description du vêtement turc par les voyageur (...)

14Peut-être faut-il faire un parallèle avec la tendance très commune chez les voyageurs et habitués du Levant, de retour en France, de se vêtir à la turque dans leurs demeures pour étonner leur entourage, de s'entourer par fois d'objets originaires de Turquie, pour en quelque sorte prolonger leur expérience exotique, pour reconstituer un cadre de vie qui leur avait été habituel3.

15Il est bien certain qu'il est nécessaire de replacer ces diverses catégories d'individus dans le contexte historique de l'époque, d'ouverture sur le monde extérieur, d'expéditions commerciales vers le Levant, d'entreprises aventureuses pour découvrir de nouvelles routes vers l'Orient ; ils ne séjournaient pas dans le Levant par hasard, ils n'étaient pas galériens à Marseille de façon fortuite, mais au contraire toute une organisation se perpétuait et se transformait à la fois, en s'adaptant aux nouvelles données économiques et politiques favorisant une expansion vers le Levant, qui permit, en-autres choses, un emprunt tel que le café par les sociétés occidentales.

16La marginalité de ces quelques groupes est donc l'élément essentiel à retenir, îlots égarés dans le royaume avec cependant une légère concentration dans la région de Marseille en relation constante avec le Levant. Les phénomènes d'influence sont suffisamment difficiles à cerner pour qu'il soit nécessaire de ne pas passer sous silence ces premières formes d'emprunt très limitées certes, mais qui participèrent à l'amorce du vaste courant dont les multiples aspects sont traités dans ce recueil.

17La deuxième phase est bien différente : il y eut convergence (et exploitation de cette convergence) entre plusieurs facteurs économiques, politiques, sociaux et culturels, autant d'éléments rendant possible un phénomène d'emprunt d'une société à une autre. Les bénéfices du commerce avec le Levant, les visées impérialistes du roi de France, et la culture française conquérante per mirent la naissance et le développement d'un vaste frisson voire tourbillon oriental dans lequel le café eut une place de choix.

18Les voyageurs de plus en plus nombreux dans le Levant se mirent à écrire le récit de leurs pérégrinations avec une multitude de détails précis, plus ou moins véridiques certes, mais cet élément était encore peu important à l'époque, car cela faisait turc, même si la réalité était déformée. Par ailleurs, des ambassadeurs orientaux vinrent à la Cour, en particulier, Soliman Aga en l670, et dans cette noble société friande de nouveautés et de fantaisie, leurs moindres faits et gestes furent épiés avec une attention extrême. L'engouement vers les choses d'Orient s'accrut brusquement et le café devint rapide ment la boisson favorite de l'élite au pouvoir.

19A cette époque, le café était doublement l'apanage des grands, d'une part, en tant que nouveau breuvage à la mode, cher et entraînant de nouvelles habitudes alimentaires et sociales, et d'autre part en tant que drogue, produit réservé à l'usage des personnes riches (le vulgum pecus se contentant de la médecine des pauvres à base de plantes et de simples) au sujet duquel médecins et apothicaires discutèrent âprement. Denrée rare encore et chère, elle ne pouvait se diffuser que de façon restreinte : elle remplaça peu à peu le vin dans quelques occasions et à certains moments de la journée, la distinction étant de consommer du café chez les uns ou les autres, ou dans des établissements spécialisés tout en devisant.

20Dans la première moitié du xviiie siècle, la diffusion du café se fit selon deux schémas : le premier que l'on pourrait appeler "vertical", et le second "horizontal". Par vertical, il faut entendre un mode de diffusion s'opérant selon l'échelle des classes sociales de l'époque : ainsi, après les nobles de la cour à Versailles, ce furent ceux de Paris, les grands financiers et commis de l'État, les bourgeois fortunés etc… qui se mirent à consommer du café. Le noble de province, retourné sur ses terres continua à déguster ce breuvage ce qui rendit nécessaire une distribution plus étendue de ce produit dans le royaume. Et lui-même fut copié par son entourage.

  • 4 J.B. Pujoulx signale dans son ouvrage "Paris à la fin du xviiie siècle", Paris, B. Mathé, an XI, p (...)
  • 5 Voir La Roque J. de – Voyage de l'Arabie heureuse…. avec un traité historique du café, Paris, A. C (...)

21Par mode de diffusion horizontale, il faut entendre la pénétration géographique du café dans tout le Royaume, à partir des métropoles, puis des villes et bourgs de province, avec l'importance capitale des foires, des marchés, des marchands ambulants et des colporteurs. Dans ce mouvement, ce furent, évidemment, les campagnes qui furent touchées le plus tardivement : certaines (proches de Paris et des grandes villes4 à la fin du xviiie siècle, mais la plupart après la Restauration, sans qu'il s'agisse pour autant de hameaux reculés5.

22Ces deux axes de diffusion correspondent en fait au phénomène de démocratisation du café dans la société française, rendue possible par les plantations de café des colonies qui supplanta largement le moka.

23L'étude du matériel servant à la préparation et au service du café, et de son évolution confirme ce schéma général.

LES USTENSILES DU CAFE

  • 6 Voir figure 1 : Vendeur de café par les rues, extr. du "Sérail et divers personnages turcs", 1720.

24Il s'agissait en fait des ustensiles utilisés par les classes riches de la Turquie, les galériens en hiver nage à Marseille, se contentant comme les classes populaires ottomanes de gobelets de métal beaucoup plus ordinaires6.

  • 7 Cf. Tasse et soucoupe n° 365 – Musée de Topkapi, Istanbul.

25Il semble établi que les Turcs, dès le xvie siècle, époque à laquelle le café fit son apparition dans l'Empire ottoman, importèrent des porcelaines d'Extrême-Orient, et en particulier des tasses (fincan) de porcelaine ou de faïence (il est difficile de se prononcer, le terme çini (littéralement "de Chine) pouvant s'appliquer à l'un ou l'autre terme). Ce n'est qu'au xviiie siècle que l'on trouve une fabrication de tasses et soucoupes à Kütahya (centre de céramique émaillée célèbre depuis le xvie siècle)7. Il serait intéressant de faire des recherches sur ce centre et sur celui d'Iznik, afin de préciser l'époque à laquelle ce genre de pièces fut fabriqué, et à partir de quels modèles.

  • 8 W.H. Ukers – op. cit. pp. 601 et suivantes.
  • 9 Galland A. – De l'origine et du progrès du café., Caen, F. Poisson, 1836, par Cadet de Vaux, 64 p. (...)
  • 10 M. Ellis : Journal of the Society of Antiquaries, proceedings : second séries, 1899 (vol. XVII, n° (...)

26En ce qui concerne les instruments pour la préparation du café, grilloirs et mortiers étaient couramment utilisés. Ukers signale que le premier moulin à café fut mis au point à Damas en 16658. Au sujet de ces diverses pièces, les collections des musées turcs et des pays anciennement sous domination ottomane seraient à étudier de façon approfondie, en essayant de parvenir dans la me sure du possible à une typologie et une chronologie précise. Cela permettrait, entre autre chose, de déterminer de façon plus nette les modèles importés puis copiés en France, et de suivre les étapes de leur transformation ; à propos des cafetières et pots à café, en particulier, il est difficile de saisir à quel moment, en France, la manière de faire le café se distingua du café dit "à la turque", et donc à quel moment ces récipients se différencièrent. Il semble que dans cette première phase d'initiation et d'emprunt, on se contenta de copier les Turcs (cf. Les descriptions des voyageurs) ; un détail mentionné par Galland et dans d'autres ouvrages9 mériterait d'être confirmé, à savoir que ce serait les chrétiens de Constantinople et en particulier les Grecs qui auraient pris l'habitude de sucrer le café et surtout de le préparer en versant de l'eau sur la poudre contenue dans un petit sac. Les résident des Echelles, plus facilement en contact avec ces derniers, auraient naturellement adopté ce mode de préparation. Il apparaît donc probable que deux sortes de cafetières devaient exister en Turquie, et qu'elles ont été importées en France toutes deux ; puis, le goût des Français fit que le deuxième mode de préparation fut favorisé et privilégia le récipient lui correspondant. M. Ellis, amateur anglais de la fin du xixe siècle, pensait que les artisans anglais avaient tout simplement, pour fabriquer les premières cafetières, copié le modèle de pot à eau turc. Cette hypothèse serait à vérifier de façon précise sur un échantillonage suffisant de pots et d'aiguières d'origine ottomane et de pièces européennes10.

  • 11 En 1614 déjà, existait "en la Galerie du Palais, un marchand de la Chine" chez qui se rendait Loui (...)

27En ce qui concerne la France, à partir de 1670-1675, une piste mieux connue est celle qui concerne les théières importées d'Extrême-Orient, et qui étaient utilisées en France, indifféremment pour le café ou le thé. Leurs formes furent ensuite très souvent copiées par les artisans de la faïence, puis plus tardivement de la porcelaine. Cet attrait pour les productions de l'Inde et de l'Extrême-Orient était déjà ancien et la qualité inégalée en Europe des pièces de céramique de ces pays leur conférait un grand prestige11.

  • 12 H. Havard – Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration depuis le xiiie siècle jusqu'à nos j (...)

28S'il y eut ainsi emprunt direct des ustensils et des récipients, la rareté de ces pièces sur le marché amena les artistes' et artisans français à créer, peu à peu, leurs propres œuvres. Les orfèvres et les artisans du métal furent sollicités pour fabriquer des cafetières plus ou moins richement ciselées, accompagnées de gobelets ou de cuillères. A la fin du xviie siècle, ce type de service était largement répandu chez les gens fortunés. De même, en ce qui concerne la préparation du café, en 1691, pour la première fois, une réclame insérée dans le "Livre commode" signale, la fabrication de cafetières "portatives qui n'occupent à peine qu'une seule poche, et qui ne laissent pas de contenir tout ce qu'il faut de caffé et de sucre, pour faire trois prises de cette boisson. La lampe, le fourneau, l'esprit de vin, les gobelets, rien n'est oublié (…)"12.

  • 13 Ukers, op. cit. p. 617.

29Les moulins à café se répandirent et en 1696, A. Galland signalait qu'ils étaient d'un usage courant dans les riches demeures. A Londres, dès 1665, un marchand anglais faisant la réclame suivante : "the only known man for making of mills for grinding of coffee powder, wich mills are sold by him from forty to forty-five shillings the mill"13.

  • 14 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, Fonds Roux LIX 711. Galata – Magy-Bourlat et Cie- (...)

30Toutes ces créations et productions artisanales n'empêchèrent pas les importations d'objets du Levant. En effet, cette tendance à utiliser les objets d'origine ne se prolongea jusqu'au milieu du xviiie siècle, et quelques documents en témoignent. Ainsi, en 1733, le maître d'hôtel du Comte de Gergy, anciennement ambassadeur à Venise, reçoit-il, après en avoir fait la commande "vingt quatre cafetières (du Levant) de diverses grandeur"14.

  • 15 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Inventaires II B, 834, 1726, fol. 27 ; 847, 1739, f (...)

31De même, les inventaires après décès des négociants marseillais, mentionnent l'existence de services à la turque très complets (comprenant plusieurs douzaines de tas ses…) : ainsi, ceux de P.J. Rémusat, J. Aillaud, A. Lesbros, G. de Maurelet, B. Lesbros15. Sans doute, s'agissait-il de personnes qui avaient des relations particulières avec le Levant ; mais de tels exemples montrent que l'habitude d'importer des ustensiles de Turquie se prolongea au xviiie siècle. Enfin, l'exemple suivant laisse supposer que certaines familles juives disséminées dans le royaume ou dans les régions avoisinantes, possédaient ce type d'ustensile : les minutes notariales de la ville de Château-Salins (Meurthe-et-Moselle) contiennent l'acte de saisie des biens d'un marchand juif (début du xviiie siècle) dans lesquels se trouvaient des tasses et cafetières du Levant. Par contre, l'inventaire des meubles de la couronne dressé en 1729 contient peu de cafetières et il est difficile de connaître leur origine avec la mention ambiguë "à la turque" qui pouvait désigner un objet effectivement fabriqué en Turquie, ou un objet fabriqué sur un modèle turc, mais par des artisans français :

32Ainsi, cette "caffetière ronde à la turque, chargée de branchages d'or et enrichie d'émeraudes et de rubis, haute de 6 pouces et demy y compris le couvercle".

33Les théières et tasses de porcelaine d'Extrême-Orient sont beaucoup plus nombreuses (plus de quatre vingt pièces répertoriées). Quant aux listes non ventilées de cadeaux faits par les ambassadeurs ottomans au roi, elles ne mentionnent pas d'ustensiles servant pour le café.

34Les années 1710-1730 marquèrent une autre étape dans l'évolution des objets servant au café : d'une part, la découverte du kaolin en Saxe, en 1709, permit la fabrication de porcelaine dure, et favorisa l'hégémonie de la porcelaine de Saxe qui, à partir de Meissen, envahit toute l'Europe sans concurrence notable jusqu'au milieu du xviiie siècle. Dès 1724 on trouve des cafetières, des tasses, gobelets et soucoupes dans les ventes de cette manufacture. De même, les faïences fines du Stafford-shire mises au point dès la fin du xviie siècle, firent adopter en France, la mode anglaise dans la première partie du xviiie siècle : de nombreux services à thé avaient été élaborés par les frères Elers qui furent à l'origine de cette fabrication dont la réputation fut très grande. Le marché français était donc caractérisé par l'arrivée d'objets venant de l'étranger, que l'on essayait de copier avec plus ou moins de bonheur. Mais les tentatives déterminantes, comme nous le verrons par la suite, ne se réalisèrent que dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

35Par ailleurs, la première mention du terme de "Déjeuner" date, pour la France, de 1728 ; quant au terme de "caffetière" (ou "pot à lait sans jatte") il n'apparaît pour la première fois, dans les archives de la Manufacture de Sèvres, qu'en 1763. Ces deux indications font preuve de la sorte de flottement qui caractérisa pendant de nombreuses années le service du café : il semble que les consommateurs utilisaient indifféremment un matériel élaboré ailleurs pour une autre boisson, et adaptaient les objets qu'ils trouvaient à leurs habitudes.

36Ce n'est qu'à partir du moment où des ateliers de faïence fine et de porcelaine furent créés en France, qu'on assiste à une véritable distinction entre les types d'objets, à une meilleure définition des formes et à un vaste élan de créativité quant aux décors.

  • 16 L'Inventaire général des meubles et effets appartenant à S.A.S. Monseigneur le Prince de Vaudémont (...)

37Dans l'est et le nord de la France, plusieurs centres de faïences fines s'ouvrirent (Lunéville, Bellevue, Saint-Clément, Douai…) qui, à côté des faïences communes se mirent à produire des pièces de grande qualité. En Lorraine, en particulier, cette production connut un grand essor. La richesse des ducs de Lorraine et leur rôle de mécènes favorisa de telles expériences16, en particulier sous Stanistlas Leczinski. La faïence de Strasbourg ou de Marseille, était également réputée, et l'étude de documents ou de catalogues les concernant se rait à faire, en particulier pour Marseille qui exportait ses productions dans tout le Levant, (Leroy grand faïencier marseillais, demanda, après les premiers essais tentés pour fabriquer de la porcelaine, des privilèges pour faire de la porcelaine tendre).

38En 1753, après de nombreuses tentatives (Saint-Cloud, Mennecy, Chantilly), la Manufacture royale de porcelaine fut créée, d'abord installée à Vincennes puis à Sèvres en 1756 ; elle attira de nombreux artistes et très vite acquit un grand prestige en s'éloignant de ses premiers modèles que furent les porcelaines de Saxe et d'Extrême-Orient. Jusqu'en 1769, ce fut l'apogée de la porcelaine tendre, puis avec la découverte de gisements de kaolin à Saint-Yrieix (1769) Sèvres se spécialise en porcelaine dure, qui sous l'Empire et par la suite fut préférée à la porcelaine tendre caractéristique des styles Louis XV et Louis XVI.

  • 17 Voir Inventaires et Croquis, Archives de la Manufacture de Sèvres ; le catalogue Porcelaines de Vi (...)

39En consultant les Inventaires et Croquis conservés par la Manufacture, on s'aperçoit que dès les premières années, des Déjeuners, des pots à eau, ou à lait (qui pouvait en servir de pots à café) furent fabriqués : quatre vingts dix huit exemplaires du pot à lait Hébert furent vendus. Quant aux tasses et gobelets, à café, à lait et à bouillon, leurs ventes furent considérables17.

40La grande vogue des services à café date donc de la seconde moitié du xviiie siècle, avec l'habitude empruntée à l'Autriche de consommer du café au lait (in venté par un Viennois qui s'associa avec un boulanger lui-même créateur du "croissant" pièce de choix de la pâtisserie viennoise), boisson qui connut un très large succès dans toute l'Europe.

41L'inventaire du Mobilier de la Couronne de 1775 contient un grand nombre de services complets, et de pièces d'orfèvrerie.

  • 18 Vers 1860, le service du café dans le Harem impérial et au Palais se faisait en utilisant des tass (...)

42La richesse et la renommée des faïences et porcelaines européennes, sans qu'il y ait véritablement un renversement de tendance (puisque les objets importés de Turquie étaient, somme toute, assez peu nombreux), provoquèrent une demande de ces pièces par les souverains et dignitaires ottomans. Il est difficile de savoir si cette demande fut formulée dès le xviiie siècle et comment (l'étude des sources ottomanes serait utile), mais il est certain que la tradition des cadeaux offerts aux Turcs – tradition séculaire tendant à donner une image prestigieuse du donateur, permit de faire connaître à 1'extérieur des frontières, la qualité de ces productions. Les collections ottomanes renferment de très nombreuses pièces de porcelaine provenant de Saxe, de Vienne ou de Sèvres18.

  • 19 Porcelaines de Vincennes…. op. cit. p. 128.

43Les inventaires de la Manufacture de Sèvres, par ailleurs, et dès son origine, mentionnent des commandes "faites pour le Turc": ainsi, en janvier 1754, "huit tasses (étaient) au dépôt de peinture" – tasses destinées au Turc dont "quatre à fleurs furent vendues six livres"19.

  • 20 M. Brunet, T. Preaud – Sèvres. xixe siècle – p.246.

44En ce qui concerne le xixe siècle, il appraît "que les principaux clients de Sèvres sont ceux-là mêmes qui en reçoivent les produits en cadeaux (…). Ces cadeaux s'adresse à tous les souverains, mais on doit y noter la prédominance du Proche et du Moyen Orient"20.

  • 21 cf. J. Von Hammer – Histoire de l'Empire ottoman, vol. 13, pp. 27-28.

45L'examen approfondi des listes de cadeaux offerts aux souverains étrangers est très précieux car il permet de faire ressortir ce qui, de part et d'autre, était considéré comme honorant le partenaire de ces échanges. Il semble que l'habitude d'offrir aux ottomans des objets servant au café, remonte assez loin, puisque dans un document concernant l'échange d'ambassadeurs turc et autrichien au lendemain de la signature du traité de Carlowitz (1699), sont mentionnées des tasses, cafetières et une "table à café" qui furent données au souverain ottoman ou à son entourage par la Cour de Vienne21.

46Il convient peut-être, à ce propos, et à la lumière de ce qui a été dit précédemment, de constater qu'il n'y eut pas succession d'un mouvement d'importation d'objets turcs, puis d'un mouvement d'exportation d'objets français et européens, mais que ces deux mouvements existèrent ensemble tout au long du xiiie siècle avec néanmoins une accentuation des exportations européennes à la fin de ces années, rendue possible par l'infrastructure mise en place (manufactures, très grande qualité des produits fabriqués, etc..) le niveau technique et la situation de l'Empire ottoman en général, ne pouvant le rendre que demandeur (en ce qui concerne l'élite au pouvoir).

  • 22 Ce service se trouve au Musée du Louvre (inv. Obj. d'Art 9493), voir illustrations.
  • 23 Cet objet se trouve au Musée National de la Céramique de Sèvres, inventaire 75924.

47Avec la maîtrise parfaite de cette nouvelle matière qu'était la porcelaine, une nouvelle étape fut franchie et les artistes purent donner libre cours à leur invention, les contraintes techniques étant surmontées. Les sources d'inspiration les plus variées furent utilisées, comme les relevés de Vivant-Denon en Égypte qui servirent de modèles pour la réalisation du Cabaret égyptien (1809-1810) : sorte de retour aux sources symbolique par la représentation, sur un service à café, de vues de ce pays d'où parvinrent les premiers ballots de ce produit22. Au xixe siècle, ce goût pour les décors exotiques et turcs en particulier se perpétua ("déjeuner turc" offert à Mehemet Ali, (guéridon arabe offert à la reine d'Espagne …) et l'on copia également les zarf utilisés en Turquie (petits récipients en métal dans lesquels on posait les tasses), par exemple le "zarph réticulé" qui date de 186123.

  • 24 S. Tardieu – Equipement domestique et activités rurales dans le Maçonnais pré-industriel. Paris, 1 (...)

48Quant aux ustensiles et récipients utilisés par les classes populaires, au fur et à mesure de la diffusion du café, ils étaient fabriqués dans des matériaux bon marché : métal (fer-blanc), poterie. En ville, les limonadiers et cafetiers utilisaient de grandes fontaines et des gobelets en métal ou en terre. A la campagne les premières cafetières furent très frustes : il s'agissait de pots en terre munis d'une anse ; les cafetières en fer blanc ou émaillé n'apparurent que dans la deuxième moitié du xixe siècle. Les tasses à café, services à café, connues, les bols à usage multiple étant utilisés pour cette nouvelle boisson. "Tasses à café, servi ces à café, cuillers à café ne se répandirent que lors que la consommation du café se vulgarisant, devenant non seulement journalière mais plus fréquente encore, on eut besoin d'un matériel pour l'offrir, lorsqu'on recevait une visite"24.

  • 25 Voir illustrations.

49Les moulins à café firent leur apparition très tardivement dans les campagnes, on préférait acheter du café moulu en petites quantités25. Les premiers moulins étaient de taille réduite (sur le modèle des moulins à épices), et il semble que le moulin à poivre fut, dans une région comme le Maçonnais, plus répandu que le moulin à café.

50Curieusement les moulins à café ont été l'objet d'une attention particulière, et nombreuses sont les collections privées ou publiques qui en renferment. Une étude typologique serait facilement envisageable avec la prise en considération éventuelle de styles régionaux, et la localisation des ateliers d'origine de ces ustensiles.

51Pour tout ce matériel propre aux classes populaires et rurales, des enquêtes pourraient êtres menées dans les musées régionaux d'art et de traditions populaires. Une telle étude, dépassant le seul cadre régionaliste, permettrait de préciser les réseaux de distribution du café d'une part, et d'autre part mettrait en valeur l'adaptation des potiers, ferblantiers, artisans du bois…. qui, confrontés à l'arrivée de ce nouveau produit, durent inventer de nouvelles formes et de nouveaux modèles pour leur clientèle.

52Ce rapide aperçu sur le matériel concernant le café fait montrer des nombreuses pistes de recherche qui s'ouvrent à partir des seuls objets. Il va sans dire que d'autres domaines devront être également abordés, et en particulier celui des traditions et des rites : le rôle du café dans certaines fêtes, dans la médecine traditionnelle, dans la cuisine. Il me semble, néanmoins, qu'une étude à la fois analytique et synthétique du matériel, portant sur des productions aussi bien prestigieuses que courantes permettrait d'aboutir à des résultats intéressants : en effet, trop souvent une barrière formelle a été mise entre ces deux types d'objets ; or, leur confrontation selon une grille chronologique précise et selon une méthodologie adaptée ne laisse pas de paraître fructueuse, en favorisant en particulier une recherche portant sur les influences (ou absences d'influences) entre ces objets et sur leur histoire.

FIGURE 1. Moulin à café – Franche-Comté – xixe siècle – Musée de Champlitte.

FIGURE 2. Moulin à café – Franche-Comté – xixe siècle – Musée de Champlitte.

FIGURE 3. Motif d'une des tasses du Cabaret égyptien – Musée du Louvre (objets d'Art).

FIGURE 4. Cabaret égyptien de Napoléon 1er – Porcelaine de Sèvres – 1840 – Musée du Louvre (objets d'art).

Notes

1 H. Desmet-Grégoire – Le divan magique, l'Orient turc en France au xviiiéme siècle, Le Sycomore, Paris, 1980, 261 p. : pp. 75-85.

2 Voir en particulier W.H. Ukers – All about coffee New-York, the tea and coffee trade journal, 1922, XXX – 796 p., pp. 25-30.

3 Cf. H. Desmet-Grégoire – La perception et le mode de description du vêtement turc par les voyageurs européens des xviie et xviiie siècles. Actes du colloque "Vêtement et sociétés", Musée de l'Homme, Paris (1979) sous presse.

4 J.B. Pujoulx signale dans son ouvrage "Paris à la fin du xviiie siècle", Paris, B. Mathé, an XI, p. 142 : "Ce goût a gagné les campagnes ; et j'ai vu à 150 lieues de Paris, des cultivateurs prendre leur café au lait".

5 Voir La Roque J. de – Voyage de l'Arabie heureuse…. avec un traité historique du café, Paris, A. Cailleau, 1716 : p. 363.

6 Voir figure 1 : Vendeur de café par les rues, extr. du "Sérail et divers personnages turcs", 1720.

7 Cf. Tasse et soucoupe n° 365 – Musée de Topkapi, Istanbul.

8 W.H. Ukers – op. cit. pp. 601 et suivantes.

9 Galland A. – De l'origine et du progrès du café., Caen, F. Poisson, 1836, par Cadet de Vaux, 64 p. voir p. 47. et Fragments sur le café Extraits du Dictionnaire d'Histoire Naturelle, voir p. 61.

10 M. Ellis : Journal of the Society of Antiquaries, proceedings : second séries, 1899 (vol. XVII, n°2 : p. 390] :
"If coffe was fivst introduced into this country by the turkey merchants nothing is more probable than that those who first brought the berry, brought also the vessel in which it was to be served. Such a vessel would be the turkish ewer whose shape is familiar to us, the same today as two hundred years ago (…) This pot is invariably of the Turkish ewer pattern. It is true that there is nothing to show that the Turks themselves ever served coffee from the ewer, but it is scarcely conceivable that the English coffee-house keepers should have adopted as their trade sign their pictorial advertisement, so to speak, a vessel which had no connection with the commodity in which they dealt, and which would convey no meaning associated with coffee to the public".

11 En 1614 déjà, existait "en la Galerie du Palais, un marchand de la Chine" chez qui se rendait Louis XIII. Sous Mazarin, en particulier, cette mode pour les "curiosités" d'Extrême-Orient se répandit assez largement. Voir à ce propos Havard, H. – Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration depuis le xiiie siècle jusqu'à nos jours. Paris, Quantin, 1887-1890, 4 vol.

12 H. Havard – Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration depuis le xiiie siècle jusqu'à nos jours. Paris, Quantin, 1887-1890, t.1. p. 518.

13 Ukers, op. cit. p. 617.

14 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, Fonds Roux LIX 711. Galata – Magy-Bourlat et Cie-24 janvier 1733.

15 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Inventaires II B, 834, 1726, fol. 27 ; 847, 1739, fol. 28 ; 852, 1744, fol. 97 : 857, 1749, fol. 48 ; 870, 1762.

16 L'Inventaire général des meubles et effets appartenant à S.A.S. Monseigneur le Prince de Vaudémont … établi en 1722, mentionne plusieurs "services avec couvert pour le caffé", des "tasses" et des "soucoupes", le tout en faïence.

17 Voir Inventaires et Croquis, Archives de la Manufacture de Sèvres ; le catalogue Porcelaines de Vincennes. Les origines de Sèvres, exposition au Grand Palais, octobre 1977 – Janvier 1978 ; et P. Verlet et al. – Sèvres. Paris, 1953.

18 Vers 1860, le service du café dans le Harem impérial et au Palais se faisait en utilisant des tasses en porcelaine de Chine ou de Saxe. Cf. Leila Hanoum – Le Harem impérial au xixe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1925 : p. 39.

19 Porcelaines de Vincennes…. op. cit. p. 128.

20 M. Brunet, T. Preaud – Sèvres. xixe siècle – p.246.

21 cf. J. Von Hammer – Histoire de l'Empire ottoman, vol. 13, pp. 27-28.

22 Ce service se trouve au Musée du Louvre (inv. Obj. d'Art 9493), voir illustrations.

23 Cet objet se trouve au Musée National de la Céramique de Sèvres, inventaire 75924.

24 S. Tardieu – Equipement domestique et activités rurales dans le Maçonnais pré-industriel. Paris, 1958, p. 253.

25 Voir illustrations.

Table des illustrations

Légende FIGURE 1. Moulin à café – Franche-Comté – xixe siècle – Musée de Champlitte.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende FIGURE 2. Moulin à café – Franche-Comté – xixe siècle – Musée de Champlitte.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende FIGURE 3. Motif d'une des tasses du Cabaret égyptien – Musée du Louvre (objets d'Art).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende FIGURE 4. Cabaret égyptien de Napoléon 1er – Porcelaine de Sèvres – 1840 – Musée du Louvre (objets d'art).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

Auteur

Docteur 3ème cycle

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable