Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le café en Méditerranée

Du café du Yémen au café des Antilles ou renversements de courants commerciaux sur la place de Marseille (xviie-xviiie siècles)

Marcel Courdurie

Texte intégral

1Cet article n'a pas la prétention d'apporter de grandes nouveautés sur le commerce du café à Marseille, plutôt quelques rappels. Il se veut avant tout synthétique ; depuis Marseille, le point de la question. Il nous faut donc rendre hommage à nos principaux prédécesseurs, lointains ou proches :

  • Paul MASSON : pour ses deux ouvrages,
    • HISTOIRE DU COMMERCE FRANÇAIS DANS LE LEVANT AU xviie SIECLE, Paris, 1896,
    • HISTOIRE DU COMMERCE FRANÇAIS DANS LE LEVANT AU xviiie SIÈCLE, Paris, 1911 ;
  • HISTOIRE DU COMMERCE DE MARSEILLE :
    • Tome V, par R. PARIS, Paris, 1957,
    • Tome VI, par G. RAMBERT, Paris, 1959 ;
  • C. CARRIERE : pour ses 15 pages magistrales sur le problème du café dans le chapitre Législation et commerce de sa thèse NEGOCIANTS MARSEILLAIS AU XVIIIe SIECLE, Marseille, 1973 ;
  • L. MEIGNEN : ESQUISSE SUR LE COMMERCE FRANÇAIS DU CAFÉ DANS LE LEVANT AU xviiie SIECLE dans DOSSIERS SUR LE COMMERCE FRANÇAIS EN MEDITERRANEE ORIENTALE AU xviiie SIECLE, Paris, 1976, et, surtout, sa thèse soutenue en 1974 sur LE COMMERCE DU CAFE A MARSEILLE AU xviiie SIECLE (non publiée), à laquelle nous sommes particulièrement redevable.
  • 1 R. DUCHENE, "Une thèse sur le café à l'hôtel de ville de Marseille", Les Nouvelles affiches de Mar (...)
  • 2 1 quintal de 100 livres poids de table = 4D Kg.

2Le dernier jour de février 1679, une foule se presse à l'hôtel de ville de Marseille pour assister aux épreuves … d'une agrégation de médecine1. Claude COLOMB, docteur en médecine de l'Université d'Aix, désireux d'exercer à Marseille, devait subir l'examen accoutumé en présence du conseil municipal et des médecins de la ville. Au programme, parmi les questions : "Savoir si l'usage du café est nuisible aux habitants de Marseille". Le candidat, en robe noire et bonnet carré, argumenta fort savamment et conclut à la nocivité du breuvage à la mode. C'était, expliqua-t-il, l'une de ces nouveautés qui faisaient partie d'"une infinité de remèdes dont les Arabes ont, en quelque manière, accablé la médecine". Paroles injustes pour ceux qui ont donné à la médecine : Rhazès, Avicenne et Averroès. Conclusion surprenante aussi dans une ville qui connaissait le café comme boisson depuis 1644 et comme débit de boisson depuis 1671. Encore plus surprenante si l'on consulte l'état du commerce de Marseille en 1660 : 19 000 quintaux y arrivent en provenance d'Égypte2.

LES TEMPS HEUREUX DE TOUS LES MONOPOLES.

3Marseille monopolise alors les importations et les exportations de café. Sa prépondérance absolue s'explique par plusieurs facteurs favorables ou déterminants :

  • un seul lieu de production : le Yémen, où le café est cultivé principalement dans les trois cantons de Bételfagui, Sanaa et Galbani,
  • un pays contrôle les exportations vers la chrétienté : l'Égypte. Or, comme le dit joliment un mémoire de 1726, "… le pays d'Égypte d'où les marchands français le tiraient dans le royaume était alors considéré comme le patrimoine de ceux de Marseille3". Heureux effets des Capitulations.
  • un groupe de négociants, les Marseillais, domine la dernière partie d'un axe commercial linéaire par lequel, de Moka à Marseille, sont acheminés plus des neuf dixièmes des quantités offertes sur le marché méditerranéen et européen,
  • un droit "ad valorem" de 20 % élimine pratiquement les concurrents et donne à Marseille l'exclusivité du commerce du Levant.

4On aboutit donc au monopole des importations et des exportations, ce qui se traduit ainsi en 1660 :

  • sur 19 000 quintaux d'importation, 6 380 (1/3) sont pour le marché intérieur :
    • côte provençale et languedocienne et l'arrière-pays : les populations proches, les grands centres urbains, c'est-à-dire, pour la consommation de la haute société du royaume,
  • 12 620 (2/3) destinés au marché européen, principalement vers :
    • le bassin méditerranéen : Livourne, 1 000 quintaux ; Nice, 600 quintaux ; Gênes, 150 quintaux ;
    • l'Europe centrale : Suisse, 450 quintaux ;
    • l'Europe du Nord surtout : Amsterdam, 9 000 quintaux ; Hambourg, 1 200 quintaux.

5Le Docteur Claude Colomb fut reçu à 1'agrégation de médecine. Mais le retentissement de son argumentation ne dut pas être bien grand, puisqu'il n'empêcha pas le commerce du café de se développer considérablement.

6En effet, Marseille importe, en 1788, 130 260 quintaux de café (multiplication par 7) dont 114 922 (88 %) pour la réexportation.

LES TEMPS DIFFICILES DE LA CONCURRENCE GÉNÉRALE.

7Mais les choses ont changé, ainsi, en 1785, sur 143 310 quintaux, le café en provenance de Smyrne en représente 5, d'Égypte, 805, et des Antilles, 142 500. Alors qu'en 1660, Marseille offre au monde 19 000 quintaux de café, en 1790, les ports français en importent 950 000 dont 794 000 pour la réexportation. Marseille n'est au mieux qu'en seconde position loin derrière Bordeaux.

8Or les Marseillais ne s'entendent pas pour restreindre leurs achats et continuent à se faire une sévère concurrence. D'où une cascade de conséquences qui interviennent les unes sur les autres :

  • les prix augmentent de 20 à 45 piastres le quintal ;
  • le marché ottoman n'est pas fourni dans sa totalité ;
  • des troubles éclatent au Caire ;
  • l'interdiction de chargement est décrétée par le Pacha qui demande au Grand Seigneur un commandement général à 1'encontre des Européens ;
  • celui-ci prend un commandement interdisant la sortie du moka hors de l'Empire ottoman vers la chrétienté.

9La nouvelle est connue au Caire au début de 1707.

SON APPLICATION.

10L'interdiction va durer vingt ans, jusqu'en 1727. Mais elle ne fut que rarement appliquée avec la plus grande rigueur, grâce aux multiples moyens mis en œuvre pour la tourner :

  • facilités d'exportation accordées par le Pacha lui-même4 ;
  • contrebande ou sortie sans contrôle douanier5 ;
  • fraude : prête-noms, "erreurs" sur les poids ou les marchandises, changement de destination en cours de transport6 ;
  • ventes d'autorisation par les janissaires7, la douane ou même la Porte8.

11Malgré ces arrangements, il résulta de cette interdiction la désorganisation du commerce du café en Égypte, qui éprouve, de 1707 à 1735, une grande irrégularité : aux années 1709-1710, 1714-1715, 1719-1720 caractérisées par l'exécution rigoureuse de l'interdiction, s'opposent les périodes de sortie libre ou restreinte.

12L'exportation au Levant s'élève à 52 649 (37 %). Marseille a perdu sa prépondérance absolue, par suite des effets conjugués du développement de la consommation du café et de la dilatation spatiale du marché.

13Très nettement écartée du marché intérieur ou européen, Marseille a su garder le marché levantin où elle règne sans partage, malgré Hollandais ou Anglais, mais d'acheteur elle est devenue vendeur.

14Que s'est-il donc passé durant ces 130 ans ? Deux phénomènes principaux ont joué, au début du xviiie siècle, pour remettre en cause la prééminence mondiale de Marseille dans le marché du café :

  • une crise, grave et longue, au Levant,
  • la naissance de la culture du café aux Antilles.

I LA CRISE LEVANTINE.

15Jusqu'à la fin du xviie siècle, le commerce du café en Égypte est prospère, les exportations régulièrement croissantes.

  • 9 Id., J 567, 14 août.

16En 1699, première alerte : Benoît de Maillet, consul de France au Caire, annonce l'établissement d'un comptoir hollandais à Moka "tant pour la vente de leur poivre et de leur cannelle que pour la traite des cafés9".

  • 10 Id., J 568, 24 février.
  • 11 Id., ibid., 4 juillet.
  • 12 Id., ibid., 8 octobre.

17Deuxième alerte en 1703 : en février, interdiction est faite aux Français d'acheter du café et d'en exporter10 ; en juillet, le rétablissement partiel du commerce est accordé11 ; en octobre, la liberté totale est donnée par le Pacha "malgré l'opposition de tout le Divan12".

L'INTERDICTION.

18La crise éclate en 1706 par suite de la chute des approvisionnements yéménites qui entraîne un déficit de l'offre sur le marché du Caire.

19A partir de 1740, la chute commence avec deux conséquences : l'instabilité des prix et le poids des donatives sur le coût du café.

20Les négociants subissent le contrecoup des fluctuations : d'où baisse de la rentabilité des opérations et désaffection des Marseillais pour l'Égypte.

MISE EN CAUSE DU MONOPOLE.

21Le monopole Marseillais est nettement entamé : concurrents nationaux et étrangers se manifestent tant sur le marché d'achat que sur les lieux de consommation.

  • EFFETS SUR LES ACHATS
  • Anglais et Hollandais s'efforcent d'éliminer l'intermédiaire français en Égypte.
  • La Compagnie des Indes orientales et les armateurs malouins acheminent vers la métropole d'importantes quantités de moka.
  • La réussite des tentatives de culture dans les colonies européennes – Java, Bourbon, Antilles – crée de nouveaux lieux de production.
  • EFFETS SUR LES VENTES

22A l'étranger, alors que les Anglais fournissent leur marché intérieur, la Hollande avec le java réussit, à partir de 1720, à satisfaire en grande partie les États allemands et baltes, et les ports italiens développent leur transit vers l'Europe alpine.

23En France, les Malouins vendent le café rapporté de Moka et la Compagnie des Indes occidentales se pose en concurrente à partir de 1717 avec le café de Bourbon.

II LA MONTÉE DES ANTILLES

24Les difficultés d'approvisionnement rencontrées par les Français en Égypte sont à l'origine de l'introduction des plants de café à l'île Bourbon et aux Antilles, les débuts de sa culture se situant en 1725 pour la Martinique et la Guadeloupe et 1730 pour Saint-Domingue. Ce café, originaire du Yémen, appartient au type actuellement dénommé ARABICA.

25Trois éléments ont contribué à l'essor de la culture du café dans les colonies :

  • le tremblement de terre du 7 novembre 1727 à la Martinique, qui détruisit près de la moitié des pieds de cacao productifs et désorganisa plus ou moins gravement la totalité des cacaoyères ;
  • la complémentarité de la culture du café avec le sucre. En effet, les lieux de prédilection des deux plantes ne sont pas les mêmes : la canne à sucre poussant dans les basses plaines littorales, le caféier sur les moyennes hauteurs des mornes (collines) ;
  • le café de nos colonies est de meilleure qualité et de meilleur goût que le café hollandais de Batavia.

26Ainsi favorisée, l'implantation des caféiers dans les colonies françaises est une réussite. Les Antilles françaises deviennent le principal producteur mondial de café : 350 000 quintaux en 1770, plus de 700 000 en 1777. Une véritable explosion.

27Café destiné pour sa plus grande part à l'exportation : les Antilles envoient en France, en 1775, plus de 550 000 quintaux, en 1790, plus de 950 000.

LES MARSEILLAIS ET LE CAFE DES ILES.

28Le premier café antillais (30.p., soit 12 kg) arriva à Marseille le 10 février 1730 sur le vaisseau LA VENUS, pour compte du négociant Georges Roux, dit de Corse. Il fut d'ailleurs confisqué par les agents des Fermes.

29Mais, en 1732, est octroyé le droit d'entrepôt (c'est-à-dire pour réexportation à l'étranger), puis, en 1736 (pour les ports français) et 1737 (pour Marseille) la liberté d'introduction dans le royaume.

30Les importations marseillaises croissent alors rapidement : 20 000 quintaux en 1737, 40 000 en 1764, 50 000 en 1770, 110 000 en 1773, 140 000 en 1785, mettant, comme dans les autres ports français, le café au même rang que le sucre.

31En 1764, les navires marseillais n'ont dans leurs cales, au retour des Iles, que 12 % de café (moyenne nationale : 17,7), contre 48 en 1789 (moyenne nationale : 43,5 %).

32Donc un essor des importations marseillaises plus rapide que celui de l'ensemble des importations françaises, avec une accélération décisive dans les années 1760-1774.

33Croissance brillante, mais qu'en résulte-t-il réellement pour Marseille ?

III LE NOUVEAU MARCHÉ MARSEILLAIS

  • 13 Négociants marseillais au xviiie siècle, p. 369.

34Pour reprendre la formule de Charles Carrière, "Ce gonflement quantitatif s'accompagne d'un rétrécissement dans l'espace13". Marseille n'est plus qu'un acheteur parmi d'autres ; elle perd sa prépondérance sur le marché occidental ne la gardant qu'au Levant.

LES ACHATS DE MARSEILLE AU TEMPS DE LA CONCURRENCE.

  1. LA CONCURRENCE ETRANGERE. Elle se traduit par de gros achats de moka au Levant et surtout au Yémen. Au lendemain de la Guerre d'indépendance américaine, Vénitiens et Livournais importent plus de moka que les Marseillais. De plus, les Anglais enlèvent de grandes quantités de moka au Yémen, directement et par les Indes, approvisionnant ainsi presque totalement leur marché intérieur.
  2. LA CONCURRENCE NATIONALE. Quatre ports assurent l'essentiel des importations de café antillais : Bordeaux, Le Havre, Nantes et Marseille contrôlent annuellement près des neuf dixièmes du marché. Puis viennent La Rochelle et Dunkerque. En 1785, pour un total national de 733 000 quintaux, Bordeaux arrive en tête avec 311 000 quintaux devant Marseille, 142 000, Le Havre, 114 000 et Nantes 111 000.

RECUL DE LA PRESENCE MARSEILLAISE SUR LES MARCHES FRANÇAIS ET EUROPEEN.

35En France et en Europe, Marseille perd du terrain et doit s'effacer devant ses rivaux. Quelles en sont les raisons ?

1) CAUSES ADMINISTRATIVES.

36Le monopole marseillais se trouve entamé dans la première partie du xviiie siècle par la Compagnie des Indes orientales pour le moka et le bourbon et les ports français du Ponant pour le café des Iles.

37Le gouvernement ferme même aux Marseillais le marché intérieur de 1746 à 1767. Et encore la réouverture est-elle accompagnée d'une surtaxe de 15 L.t. sur le droit de 10 L.t. par quintal, qui défavorise considérablement Marseille, déjà handicapée par un transport maritime plus long et plus onéreux.

2) MODIFICATIONS DU MARCHE OCCIDENTAL DU CAFE.

38Le café antillais bénéficie de deux éléments favorables :

  • sa qualité, moyenne au début, s'améliore au cours des années ;
  • son prix demeure constamment inférieur de moitié à celui du moka.

39Le café, jadis produit de luxe, devient un objet de consommation courante après 1763, ce qui provoque une extension de son aire géographique de diffusion.

40Au xviie siècle, la prépondérance des réexportations dans le nord-ouest de l'Europe était marquée, mais l'origine levantine du moka assurait le maintien du monopole marseillais. Dans le dernier tiers du xviiie siècle, tous les pays commerçant avec la France lui achètent du café.

41Deux phénomènes ont joué contre les Marseillais : la multiplication des régions de consommation et surtout la mauvaise situation géographique du port par rapport aux principales zones de vente.

LES VENTES MARSEILLAISES.

1) MAINTIEN DU COURANT D'ECHANGE TRADITIONNEL.

42La position de Marseille demeure forte. Grâce à leur prépondérance dans les achats de moka en Égypte, les Marseillais conservent, le plus souvent, le contrôle des ventes de ce café en Europe. Mais ce négoce stagne au-dessous de 500 000 L.t.

2) LES VENTES DE CAFE ANTILLAIS.

43En 1789, les réexportations par rapport aux achats représentent à Bordeaux, 87 %, Marseille, 68 %, Nantes 66 % et au Havre, 62 %.

44Le Havre est le premier fournisseur du marché intérieur, en raison de la proximité de Paris, facilement desservi par la Seine.

45Pour Marseille, nous y reviendrons, plus du tiers des réexportations vont au Levant. Il y a une direction que l'on a tendance à passer sous silence par défaut de statistiques : l'Europe centrale, approvisionnée par le port de Trieste. Mais on sait que la maison Perron Hasslaver, spécialisée dans le trafic avec l'Italie du Nord et l'Europe centrale, y exportait – valeur vente – le dixième des importations marseillaises du café des Iles. Et elle n'est pas la seule.

46On assiste donc bien à un resserrement géographique accompagnant l'alourdissement quantitatif : la Méditerranée, élargie par le prolongement impérial, absorbe la quasi-totalité des exportations marseillaises.

47Face à la concurrence, Marseille ne décline pas mais subit, de plein fouet, la mutation profonde du marché mondial du café, car elle ne peut contrôler un trafic intéressant près de vingt pays et imposant un investissement annuel de près de 100 millions de L.t. dans les années 1788-1790. Mais, les Marseillais seront les fournisseurs, au Levant, du nouveau marché de consommation qui s'ouvre au café colonial.

3) MAINTIEN D'UNE PREEMINENCE FOUR L'APPROVISIONNEMENT DU LEVANT.

48L'obtention par les Marseillais, en 1732, du droit d'entrepôt pour la réexportation du café antillais est le point de départ d'un circuit commercial neuf qui fera de Marseille le principal fournisseur de l'Empire ottoman en café.

- DES DEBUTS DIFFICILES.

49C'est surtout après le traité de Paris (1763) que se produit véritablement l'essor qui fait du café antillais une des principales marchandises d'exportation phocéennes au Levant. Et, à la fin du xviiie siècle, le café arrive en tête des denrées coloniales vendues aux Echelles.

- REPARTITION REGIONALE DES VENTES.

50Trois villes reçoivent près de 90 % des importations dans le dernier quart du xviiie siècle :

  • Smyrne : 45 %
  • Salonique : 28 %
  • Constantinople : 16 %.

51Le rôle primordial joué dans les échanges de café des Iles par ces trois échelles tient à deux raisons : l'importance du marché de consommation et l'existence d'un circuit de réexportation. Ainsi, alors que Constantinople est essentiellement un centre de consommation, Salonique approvisionne un marché local important ainsi qu'un flux de ventes dirigé vers Belgrade ou les pays danubiens, et Smyrne envoie la majeure partie de ses achats en Perse et vers le golfe persique.

52En l'espace d'un demi-siècle, le marché du café a été totalement transformé. Les bénéficiaires en furent :

  • les Iles, dont l'économie s'améliora par l'introduction du caféier,
  • le royaume, dont la balance commerciale profita des ventes de café à l'étranger. Par exemple, en 1788, sur 366 millions d'exportation, le café en représente 80 contre 267 et 30 en 1776.

53Marseille ne pouvait donc pas contrôler cet afflux massif et rapide d'un produit sur un marché en pleine expansion. Mais, au Levant, malgré Hollandais ou Anglais, la primauté marseillaise s'est maintenue.

54En conclusion, une comparaison récapitulative des situations à la fin du xviie et du xviiie siècle :

55FIN xviie SIÈCLE

56imp : 19 000 qx.

571 café : le moka

58Marseille : centre des transactions sur le café.

59Le Levant exportateur de café, de qualité supérieure et de prix élevé.

60Marseille : dominateur mondial d'un marché réduit quantitativement et spatialement.

61FIN xviiie SIÈCLE

62140 00 qx.

63plusieurs cafés : moka, antillais, bourbon.

64Marseille : centre, parmi d'autres, des transactions sur le café.

65Le Levant importateur de café, de qualité moyenne et de prix faible

66Marseille : à la lutte dans un marché dilaté quantitativement et spatialement.

67Tels furent les phénomènes qui accompagnèrent le café dans sa transformation de produit de diffusion restreinte en produit de consommation courante.

68Marseille y perdit un monopole mais le monde trouva en lui un nouveau breuvage et la poésie gagna ( ?) ces vers de l'abbé Delille :

"Il est une liqueur. au poète plus chère, qui manquait à Virgile et qu'adorait Voltaire. C'est toi, divin café, dont l'aimable liqueur, sans altérer la tête, épanouit le. Cœur".

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Notes

1 R. DUCHENE, "Une thèse sur le café à l'hôtel de ville de Marseille", Les Nouvelles affiches de Marseille, n° 2440, 26-28 juin 1980, p. 1-2.

2 1 quintal de 100 livres poids de table = 4D Kg.

3 A.C.C.M., H 112, Mémoire sur le commerce du café, 16 septembre 1726.

4 Id., J 703, Alexandrie. Natte, exacteur de la nation, septembre 1708 : ”Il en a coûté 10 000 asse-lanis pour obtenir qu'il fût permis aux capitaines... (4) d'en charger (du café). Ce serait une affaire considérable si, par quelque voie que ce peut être, on pouvait délivrer le commerce des semblables tyrannies ”.

5 Id., J 571, Le Caire. Claude Lemaire, consul, 24 novembre 1713 : A propos du café, ”on l'embarque actuellement en toute liberté et en plein jour... Nous avons à faire à un très bon pacha qui ferme les yeux sur tout”.

6 Id., J. 572, Le Caire. Claude Lemaire, consul, 28 février 1719 : "... les nationaux en embarquent (du café) toujours quelques balles de contrebande qu'ils font acheter par des chrétiens du pays sans voir ce qu'ils achètent et les emballent dans des caffas comme les encens et les gommes. Il leur en coûte environ 3 p. effectives par ql. de donative".

7 Id. 3 J 571, Le Caire. Claude Lemaire, consul, 5 novembre 1714 : "... malgré tout le murmure du peuple, notre nation vient d'achever de voiturer à Boulac le restant de 3 500 fardes de café... Il y a 30 janissaires bien armés à l'endroit où on les embarque pour empêcher les désordres en cas de besoin... ".

8 Id., J 611, Le Caire, La nation, 5 juillet 1717.

9 Id., J 567, 14 août.

10 Id., J 568, 24 février.

11 Id., ibid., 4 juillet.

12 Id., ibid., 8 octobre.

13 Négociants marseillais au xviiie siècle, p. 369.

Table des illustrations

Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Archiviste en Chef de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540