Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le café en Méditerranée

Les problèmes du café en Égypte au xviiie siècle*

André Raymond

Texte intégral

  • * Les recherches dont cet article rend compte n'ont été possibles que grâce à l'admirable dépôt d'ar (...)

1Le commerce oriental a, de tous temps, joué un rôle fondamental dans l'économie de l'Égypte que sa situation géographique place au point de rencontre de trois continents (Afrique, Asie et, par 1'intermédiaire de la Méditerranée, Europe). Le trafic des produits de l'Orient (épices, tissus) et la redistribution des produits de l'Occident ont assuré la prospérité, donc l'importance politique, du Caire. Le commerce du café, qui s'est développé à partir du xvie siècle, ne constitue qu'un aspect de ce grand commerce oriental, mais un aspect qui est aujourd'hui d'un grand intérêt pour nous car Marseille a été un protagoniste essentiel dans l'action qui s'est déroulée entre le Yémen et Le Caire aux xviie et xviiie siècle, en tant que client, puis que concurrent.

I-LE COMMERCE DU CAFÉ

  • 1 L'essentiel de la documentation qui est utilisée ici provient des sources suivantes :
    - Les archive (...)
  • 2 Artisans et commerçants, 131-132. EVLIYA ČELEBI, Seyahatnamesi, X, Istanbul, 1938, 361. CHABROL, 4 (...)

2Il n'est pas tout à fait inutile de rappeler quelques dates à propos de l'apparition du café, de sa consommation et de sa commercialisation1. Importé d'Abyssinie en Arabie du Sud et utilisé d'abord dans des cercles de ṣûfî (mystiques) il fut introduit à la Mekke au début du xve siècle : son usage s'y établit, en dépit des résistances rencontrées dans les milieux traditionalistes (avec par moments des prohibitions qui cependant ne durèrent guère). Le café apparut en Égypte au début du xvie siècle dans le quartier d'al-Azhar, chez les ṣûfî qui l'utilisaient dans leurs exercices pieux. Malgré des oppositions (c'est ainsi qu'en 1534 les cafés furent pillés à la suite d'un discours très hostile d'un prédicateur) et parfois des interdictions, le café s'imposa et son usage devient universel : vers 1650 Evliya Čelebi comptait 643 cafés au Caire. A la fin du xviiie siècle la description de l'Égypte, chiffre leur nombre à 12002.

3Le café passa ensuite en Syrie et à Constantinople (où 2 cafés ouvrirent en 1554), puis enfin en Europe, au début du xviie : des cafés furent ouverts à Londres, en 1652, à Marseille, en 1671, à Paris, en 1672.

4Ce produit nouveau connut donc un essor foudroyant qu'il serait intéressant d'étudier au même titre que celui du tabac, lui aussi d'introduction récente. Presque instantanément le café devint un objet de commerce et, pour le Caire, un produit fondamental dans le trafic international.

I.1. ORIGINES DU CAFE ET COMMERCE

  • 3 Artisans et commerçants, 132-133.
  • 4 THEVENOT, Voyages, Amsterdam, 1727, II, 555, Artisans et commerçants, 133.

5Cultivé au Yémen dans la région de 'Udaīn, le café était principalement commercialisé à Baīt al-Faqîh (d'où le nom de faqîhi donné à une variété très réputé de bunn/café yéménite). Le café était embarqué à Hudaīda à destination du Hedjaz et du golfe arabo-persique3. Le volume du commerce n'est pas aisé à déterminer. D'après les premières évaluations faites vers le milieu du xviie siècle (Thevenot, vers 1660) le Yémen en exportait à peu près 200 000 quintaux. Sur cette quantité 30 000 charges (fardes) soit environ 100 000 quintaux étaient expédiées vers le Caire. A 3 313 médin (para) le qanṭâr (quintal) cela représentait, vers 1790-1798, 300 millions déparas soit plus du tiers des importations de l'Égypte4.

6La première remarque qu'il est nécessaire de présenter est que, quelles qu'aient été les répercussions réelles de l'arrivée des Européens dans l'Océan Indien à la fin du xve siècle, et du détournement progressif du trafic des épices désormais envoyées directement en Europe, le commerce oriental du Caire a été sauvé, au xviie siècle, par l'apparition et la généralisation de l'usage du café. Le déclin des épices traditionnelles (qui fut d'ailleurs graduel : de 1650 à 1700, 30 produits différents sont mentionnés dans les inventaires après décès ; de 1700 à 1750, 20 ; après 1750, 10 seulement ; et le poivre se maintient jusqu'au xviiie siècle) a été compensé par l'apparition du café. Deuxième remarque : le commerce égyptien du café n'était que partiellement lié au marché de consommation européen. C'est d'abord avec les pays de l'Empire Ottoman (chronologiquement et en quantité) que se faisait le commerce (environ 500 000 quintaux) et lorsque l'Europe devint acheteuse à son tour, elle n'absorba qu'une partie des exportations de l'Égypte (un tiers ?). L'essor du trafic du café était donc lié avant tout à l'établissement de l'énorme marché intérieur que constituait l'Empire Ottoman.

I.2. LES CONDITIONS TECHNIQUES DU COMMERCE : Le transport du café.

  • 5 Artisans et commerçants, 107-129. Sur les Tabal voir : ‘Abd al-Raḥmân al-ĞABARTÎ, ‘Ağâ‘ib âl-âtâr, (...)

7Je n'insisterai pas ici sur les aspects techniques du commerce du café5. Le trait essentiel est la prédominance de la voie maritime (de Gidda vers Suez) sur la voie terrestre (caravane du pèlerinage qui ne faisait pas plus de 10 % du commerce du café) et sur la voie mixte (de Ğidda à Quṣaīr par mer puis de Qusaīr au Caire par voie de terre) dont le volume devait se situer entre 5 et 10 % du volume total. D'autre part, il faut noter le partage de la Mer Rouge entre les commerçants et navigateurs égyptiens qui ne dépassaient pas Ğidda vers le sud ; au delà de Ğidda, le trafic était assuré par les négociants et marins du Yémen, de l'Arabie et des pays de l'Océan Indien. Cette limitation est, en soi, étonnante : elle contraste avec l'activité des négociants kârimî de l'époque mamelouke qui s'étendait beaucoup plus loin. Il faut relever par ailleurs qu'il y avait peu de commerçants du Yémen de l'Arabie, du Golfe et de l'Océan Indien au Caire : l'arrivée de vaisseaux hindous à Suez était un phénomène assez exceptionnel pour que les chroniqueurs le mentionnent.

8Les difficultés de la navigation en Mer Rouge tenaient à la présence d'écueils dangereux et à l'alternance des vents qui définissait d'une manière très stricte le sens de la navigation aux différentes saisons : de décembre à mai, des vents du sud permettaient le trafic de Ğidda vers Suez ; le reste de l'année, les vents soufflaient du nord et le trafic se faisait de Suez vers Ğidda. Les vaisseaux utilisés (markab) jaugeaient un millier de tonneaux et pouvaient transporter 4 500 quintaux de marchandise. Leur qualité était assez médiocre, semble-t-il : mal construits ils étaient cependant d'un coût élevé ; les chiffres enregistrés dans les registres du Tribunal sont très variables, avec un maximum de 2 000 000 de paras en 1735. Il s'agissait donc d'un investissement considérable qui était souvent partagé entre plusieurs négociants. Une quarantaine ou une cinquantaine de navires étaient utilisés pour ce trafic, mais ce chiffre diminua, semble-t-il, à la fin du xviiie siècle, ainsi qu'on le verra plus loin. Ces navires étaient généralement commandés par des ra'îs (capitaines) : les tuğğâr (négociants) du Caire se paraient du titre de nâḫûdâ (en persan : capitaine de navire) mais il était exceptionnel qu'ils commandent eux-mêmes leurs navires. Les ra'îs étaient des marins professionnels de formation d'ailleurs très empirique, aux connaissances techniques sans doute réduites qu'ils se transmettaient de père en fils, ou de maître en affranchi, ce qui explique l'existence de véritables dynasties : ainsi la "famille" des Ṭabal qui est connue par les Archives, par Ğabartî et par Bruce et que l'on suit sur trois générations d'affranchis. Ils étaient assistés par des karrânî (secrétaires) et par un équipage réduit. Leurs connaissances techniques n'étaient pas négligeables : ils connaissaient les conditions maritimes locales et utilisaient l'astrolabe et l'aiguille magnétique.

9La navigation en Mer Rouge était d'une prudence qu'expliquent la qualité médiocre des navires et la compétence limitée des équipages. Les navires suivaient la côte et, le plus souvent, ne naviguaient que de jour. La navigation était donc très lente entre Suez et Ğidda : pour parcourir 630 milles marins il fallait de 15 à 22 jours, soit 30 milles seulement par jour (pas moins qu'à l'époque mamelouke). Il fallait encore 3 à 4 jours pour aller de Ğidda à Yanbu. On comptait deux mois pour le retour. Ainsi les navires ne faisaient-ils qu'un voyage par an, et lorsqu'ils rataient la saison des vents du sud, ils attendaient l'année suivante pour apporter leur cargaison à Suez. Les navires voyageaient en convois. Les accidents étaient fréquents, en particulier à la suite de coups de vent (12 vaisseaux furent ainsi perdus en 1732) ou d'incendies. Pour diminuer les risques, les négociants fractionnaient leurs envois : la cargaison de chaque navire était souvent divisée entre 10 et 20 marchands et chaque marchand avait des denrées sur plusieurs navires (parfois jusqu'à cinq).

  • 6 Le para (ou médin) était la monnaie utilisée dans les échanges courants. Cette pièce dont le poids (...)

10Le point de départ était Suez qui était une bourgade modeste (environ 1 500 ha). Le départ des navires avait lieu en septembre-novembre. Ils s'arrêtaient à Tûr pour prendre de l'eau. Le point terminal était Ğidda dont l'importance venait de la qualité de sa rade et de sa proximité de la Mekke, point terminal du hağğ (pèlerinage). C'était aussi le point extrême atteint par les Européens. C'est à Ğidda qu'arrivaient les vaisseaux du Yémen chargés de café. Ce produit était transbordé dans les navires égyptiens qui repartaient à partir de février, et arrivaient à Suez vers mars, et jusqu'en mai. Le fret était bon marché : de 20 à 30 paras constants par quintal, soit une moyenne de 2 à 4 % seulement du prix du café6.

11Entre le Caire et Suez le transport se faisait par caravanes, quatre tribus arabes fournissaient les chameaux (dont chacun portait environ 250 kg), et la protection nécessaire. Le voyage se faisait par deux routes dans le désert, soit par al-Buwaïb (la plus courte), soit par Bilbaïs (plus au nord, mais avec seulement 70 km de désert). Ce trajet était rapidement parcouru (3 jours en moyenne) par des caravanes parfois très nombreuses (jusqu'à 3 000 chameaux). Ici encore on constate souvent un fractionnement des marchandises : le trafic terrestre présentait d'autres risques que la navigation mais ils n'en étaient pas moins réels. Le plus grand danger provenant de l'activité des bédoins qui se trouvaient sur le passage des caravanes et qui, parfois, les attaquaient. Le coût du transport terrestre était de 20 à 30 paras constant par quantar (quintal).

I.3. LE COMMERCE DU CAFE AU CAIRE

  • 7 Sur les caravansérails : Artisans et commerçants, 251-263. Voir aussi A. RAYMOND et G. WIET, Les m (...)

12Au Caire, le commerce du café se déroulait dans les caravansérails (wakâla) qui étaient en Égypte les centres du commerce de gros. Je serai bref sur la structure de ces édifices et sur leurs fonctions. C'étaient des constructions de forme rectangulaire à cour centrale. Une entrée principale donnait accès à la cour sur laquelle ouvraient, au rez-de-chaussée, des magasins (ḥâṣil) en nombre variable. A l'étage (ou aux étages, car il pouvait y en avoir deux ou trois) on trouvait des logements pour les marchands. Il s'agissait de monuments importants, aux dimensions considérables. Leur valeur marchande pouvait être énorme, souvent plus de 1 000 000 paras. Ils étaient en général loués. Il y en avait au moins 360 au Caire, principalement localisés dans Qâhira, le centre économique de la ville : sur les 205 wakala citées par la description de l'Égypte., 141 s'élevaient dans Qâhira7. Les caravansérails abritaient l'activité économique fondamentale du Caire, le grand trafic international.

13Le commerce du café obéissait aux lois qui régissaient la répartition géographique des centres économiques au Caire : forte concentration des activités économiques de même nature et localisation centrale des activités liées au grand commerce. Sur 195 mentions de localisation professionnelle concernant les tuğğâr du Caire relevés par nous entre 1626 et 1798, deux seulement concernent des centres situés hors de Qâhira (Ibn Tûlûn, V 8 ; sûq al-Silâḥ, R 6). Dans Qâhira même, les centres du commerce du café étaient groupés dans le Ğamâliyya et le long de la Qasaba, centres principaux des activités économiques internationales. Au total nous avons identifié 62 ẖân et wakâla concernés par le commerce du café (sur 360 au total). Ces caravansérails sont groupés dans quelques zones : ẖân al- ẖalîlî, 14 wakâla ; Ğamâliyya, 12 ; Bunduqiyyîn et Ḥamzâwî, 11 ; Azhar, 10 ; Ṣâġa, 8 ; Ġûriyya, 7. L'importance relative de ces zones apparaît avec clarté si on relève le nombre des mentions de successions de tuğğâr trouvées dans les registres des Tribunaux et leur montant : al-Azhar, 48 mentions de successions (montant total : 31,4 millions de paras) et le Ğamâliyya, 47 (35,5 millions) viennent en tête ; ils sont suivis de près par le Ġûriyya, 29 mentions (28,9 millions) et le ẖân al- ẖalîlî, 33 (12,3 millions) ; on trouve ensuite le Bunduqiyyîn, 19 (12,3 millions) et le Ṣaġa, 17 (18,2 millions).

14L'essentiel du commerce du café était concentré dans un petit nombre de wakâla. La construction de la wakâla Ḏûlfiqâr Katẖudâ (située en 290 G 5) en 1673, était évidemment liée au boom du café. Ce caravansérail comptait 33 hâsil et 34 tabaqa. Il n'en subsiste que des restes mais nous disṗosons de superbes relevés de Pascal Coste qui rendent justice à ce monument imposant. Cette wakâla est mentionnée 14 fois à propos de successions de commerçants en café (total des successions : 9 millions de paras). Le Hân al-Bâšâ (160 K6) est également mentionné 14 fois (total 8,9 millions). Cinq wakâla rassemblaient 60 mentions (sur 195) et 34,6 millions (sur 140). Le trait le plus frappant était le progrès du quartier de Ğamâliyya, à partir de la fin du xviie siècle, ce qui s'explique par la proximité de la porte du Caire et aussi par l'activité des Syriens, qui travaillaient dans ce quartier. C'est là que, Maḥmûd Muḥarram, Šâh bandar (prévôt) de tuğğâr, mort eṅ 1795 avȧit sa résidence.

I.4.

15Le caractère en somme rudimentaire de la technique commerciale contraste d'une manière assez étonnante, avec l'importance du courant commercial auquel donnait lieu le café (dont on a vu la part prépondérante dans le commerce extérieur de l'Égypte) et avec la puissance des grands commerçants cairotes.

  • 8 Sur les Šarâïbî, voir Artisans et commerçants, en particulier 291-294, 406-408, 720-722.

16Il n'y avait pas de "maisons de commerce" véritablement organisées, mais de simples affaires individuelles ou familiales. Cette carence avait sans doute pour conséquence la fragilité des grandes fortunes réalisées. Nous n'avons rencontré qu'une seule véritable dynastie, celle des Šarâïbî d'origine maghrébine que l'on peut suivre sur cinq générations. Mais en général les "entreprises" commerciales ne duraient pas plus de 2 ou 3 générations. Les causes de cette situation sont multiples : fragmentation rapide du patrimoine, en raison des lois musulmanes sur l'héritage ; faiblesse du capital investi par rapport au capital mobile ; importance de l'investissement rural qui drainait assez rapidement l'essentiel des capitaux disponibles et transformait les descendants de commerçants prospères en "propriétaires fonciers". La famille des Šarâïbî nous offre un modèle de ces entreprises familiales, fondées sur l'indivision du capital commercial, un membre de la famille s'occupant des affaires et distribuant les bénéfices aux membres de la famille suivant une répartition calculée d'après les règles de l'héritage. On peut suivre le fonctionnement de ce système de Muḥammad al-Kabîr (qui prit sa retraite en 1700) à Muḥammad al-Dâda (mort en 1725), à Qâsim (mort en 1734), et enfin à ‘Abd al-Rahmân, frère de Qâsim (mort en 1742) : le partage qui fut alors réalisé sonna le glas de la puissance du "groupe"8.

17Les moyens techniques étaient tout aussi limités. Muḥammad al-Dâda al-Šârâïbi dirigeait toutes ses affaires en personne, et sans correspondance dit Ğabarti, qui exagère sans doute. En fait il y avait évidemment des échanges de lettres entre le Caire et les places où se déroulaient les achats de café. Malheureusement aucun "fonds Roux" égyptien ne nous est parvenu, en dehors de fragments de correspondance entre Damas et le Caire, qui ont été conservés dans les Archives de l'Expédition d'Égypte à Vincennes. Le personnel administratif était réduit : les Sarâïbi avait un écrivain (kâtib), un contrôleur (mustawfî), un percepteur (ğâbin). Il y avait sans doute quelques registres ou étaient consignés les comptes avec les associés (šarik) et les agents (wakîl) des tuğğâr. Les membres de la famille étaient souvent associés à la marche de l'affaire : un fils pouvait s'installer au Hedjaz et y jouer le rôle de correspondant. De même les esclaves, ensuite affranchis, assistaient leurs maîtres dans leurs activités : ils devenaient parfois leurs successeurs et épousaient éventuellement la veuve, la fille ou une affranchie de leur patron.

18Les installations commerciales se réduisaient à des entrepôts et à des dépôts au Caire et en Mer Rouge. Quelques tuğğâr étaient les propriétaires de caravansérails (wakâla), tels Ğamâl al-dîn, al- Ḏahabî sâh bandar des tuğğâr du Caire (v. 1637), ou Muḥammad al-Dâda al-Šarâïbî (v. 1725). Mais le plus souvent les tuğğâr étaient seulement propriétaires, ou locataires, de magasins (ḥâṣil) situés dans un des caravansérails où se faisait le commerce du café. Ils avaient également des dépôts à Suez, parfois à Ğidda et à la Mekke, assez rarement au Yémen. Ils possédaient parfois des parts de navires.

19Les tuğğâr faisaient des voyages fréquents au Hedjaz. Certains y allaient chaque année, tel Aḥmad Ibn ‘Abd al-Salâm. Ils avaient un réseau d'agents commerciaux (wakîl) à qui étaient envoyés les fonds, qui informaient le tâğir, achetaient les marchandises et en faisaient l'expédition : la plupart résidaient à Ğidda ; quelques-uns résidaient peut-être au Yémen, mais les documents du Maḥkama ne les mentionnent pas. Les arrangements financiers se réglaient suivant deux formes principales, le versement d'honoraires, la constitution d'une association (sirka).

  • 9 BRUCE, Voyage, II, 218-219, et aussi rapport de Le Maire, A.N., Caire, Β 1 318, 14 septembre 1719.

20Les opérations commerciales étaient largement fondées sur la bonne foi réciproque et la confiance mutuelle. Bruce rapporte d'une manière pittoresque et significative comment se négocia à Ğidda l'achat de la cargaison de neuf navires anglais venus des Indes. Un marchand turc ayant proposé de l'acheter en totalité, deux courtiers indiens vinrent dans le comptoir négocier au nom des deux parties. "Ils s'assirent à terre sur un tapis, et prirent une pièce d'étoffe des Indes grande comme une serviette qui était sur leurs épaules, et qu'ils étendirent sur leurs mains. En même temps ils s'entretinrent de choses indifférentes, de l'arrivée des vaisseaux des Indes, des nouvelles du jour, parlant comme s'ils n'avaient point eu à traiter d'affaires sérieuses. Au bout de vingt minutes employées à se toucher réciproquement les doigts par-dessus le shawl, le marché des neuf cargaisons fut conclu, sans qu'ils eussent prononcé un mot, sans qu'ils se fussent servis de plume et d'encre". Et Bruce conclut : "Il n'y a cependant pas un seul exemple de difficultés survenues dans ces sortes de marchés"9.

21Bien que le commerce donnât lieu à des mouvements de fonds considérables entre le Caire et le Hedjaz, les tuğğâr égyptiens ne paraissent pas avoir recouru normalement à la lettre de change (bûlisâ) qui était pourtant parfaitement connue d'eux : les fonds étaient transférés en espèces dans des sacs (ṣurra) sur lesquels le contenu était marqué (et que l'on n'ouvrait pas). Malgré les risques que comportait inévitablement cette procédure, elle était très largement utilisée, ce qui explique les difficultés que rencontraient les Européens quand ils voulaient négocier des lettres de change. Ceci explique aussi 1'importance du rôle des pièces d'argent utilisées dans le commerce d'Orient : écu de Hollande, rixdale, appelé abû kalb, puis piastre espagnole (riyâl, riyâl ḥağar), enfin thaler d'Allemagne appelé abû ţaqâ, "pièce à la fenêtre", à cause d'un écusson figurant au revers, nom qui a donné "pataque") sous l'effigie de Marie-Thérèse.

22Pour pallier les difficultés variées que rencontrait ce commerce (éloignement des sources d'approvisionnement, dangers du transport, manque de capitaux) on recourait largement à la pratique de širka (société) : des combinaisons financières étaient nouées au Caire même, entre tuğğâr, des sociétés étaient montées avec des commerçants installés au Hedjaz ou se rendant au Hedjaz. Dans ces deux cas un des associés se trouvait sur place ce qui était évidemment très utile. La plupart des širka ne comptaient que deux associés : sur 50 širka concernant des tuğğâr en café et en épices, que nous avons pu étudier, 45 intéressaient deux partenaires ; 4, trois et 1 seule, quatre. Les modalités étaient d'une grande variété : habituellement la société prévoyait un financement égal par les associés et une répartition proportionnelle des bénéfices (ribḥ). Elles étaient en général conclues pour une seule opération. Il ne s'agissait donc pas de compagnies ou de sociétés, mais d'associations temporaires nouées en vue de la réalisation d'une spéculation commerciale précise.

I.5. LES PRIX ET LES PROFITS

23Le prix du café dépendait d'un certain nombre de facteurs dont certains nous sont totalement inconnus : c'est le cas de la production au Yémen, pays dont l'histoire aux xvie-xviiie siècles reste encore obscure, les conditions agricoles étant naturellement encore plus difficiles à cerner.

  • 10 Sur les prix du café voir Artisans et commerçants, 69-73.

24Au total, avec des oscillations de grande amplitude qui obéissaient peut-on dire à un cycle "naturel", le prix du café fut, aux xviie et xviiie siècles, d'une remarquable stabilité, surtout si on le compare à celui du blé : la moyenne annuelle la plus basse (1627 : 747 paras constants) est dans un rapport de 1 à 3 avec la moyenne annuelle la plus élevée (1726 : 2474 paras le qanṭâr). A titre de comparaison les moyennes annuelles du blé varièrent dans la proportion de 1 à 15. La courbe des moyennes décennales est encore plus aplatie : le minimum (1661-1670) est de 927 paras constants ; le maximum (1721-1730) de 1712 paras. Le rapport est de 1 à 2 (pour le blé de 1 à 4). Le café connut cependant des périodes de cherté qui sont en rapport avec les crises du blé, ce qui paraît indiquer que ces chertés étaient liées à la conjoncture économique égyptienne et non à des facteurs économiques et politiques extérieurs : c'est le cas des deux fortes périodes de hausse constatées en 1690-1740 et 1780-1798. Au total les prix du café sont caractérisés par une tendance à une hausse régulière mais lente (plus de 20 % en un siècle), très inférieure à la hausse des produits de consommation courante : le prix moyen du qanṭâr passa de 1 000 paras à 1 200 paras du milieu du xviie à la fin du xviiie siècle.10.

  • 11 Cette stratégie est parfaitement décrite dans la correspondance du Fonds Roux, par exemple pour le (...)

25A court terme on constate des mouvements de hausse et de baisse qui sont liés aux conditions immédiates de l'approvisionnement et de la demande. Mais les tuğğâr du Caire étaient très habiles pour maintenir des cours élevés et éviter les mouvements de baisse trop marqués. Pour cela ils utilisaient un réseau de renseignements couvrant la Mer Rouge : ils connaissaient l'état de la récolte au Yémen, la quantité achetée sur place par les Européens ; ils suivaient les livraisons faites à Ğidda et les cargaisons envoyées (les manifestes des cargaisons de café leur parvenaient bien avant les navires). Une véritable "guerre psychologique" était menée au Caire dans laquelle les moyens les plus couramment utilisés étaient la surestimation de la quantité de café achetée au Yémen par les Européens et la sous-estimation des cargaisons expédiées au Caire. En cas d'abondance les tuğğâr procédaient éventuellement à un stockage prolongé des produits. Aussi la baisse des prix du café, toujours espérée par les marchands européens, se produisait rarement. Pour toutes ces manœuvres la correspondance du "fonds Roux" fournit des informations précieuses. Assurés d'un monopole à peu près complet du commerce oriental les négociants musulmans pouvaient contrôler l'évolution du prix du café et s'assurer des bénéfices considérables11.

26On souhaiterait connaître avec précision l'importance de ces profits. Les Européens estimaient qu'ils étaient considérables : De Maillet, Venture de Paradis parlent de 100 %. Les documents d'archives permettent de les calculer avec plus d'exactitude : le bénéfice brut, d'après quelques cas, pouvait avoisiner 75 %. Mais les frais étaient considérables : transport, droits divers… Un calcul réalisé pour une opération faite en 1677 donne les résultats suivants :

27prix de vente 28 762

  • 12 Tribunal, v. 73, 30, 1677 et v. 69, 706, 1671. Artisans et commerçants, 140-142.

28Bénéfice net 5 613 donc 34 % du capital engagé.12.

29On est loin des chiffres donnés plus haut. Mais il s'agit tout de même d'un profit important. Et compte tenu de l'importance du volume de ce commerce on comprend la puissance économique des tuğğâr du Caire.

30Un dernier trait doit être relevé qui est important car, dans une certaine mesure, il révèle une faiblesse fondamentale de ce commerce oriental : l'activité des tuğğâr égyptiens s'arrêtait au Caire. La commercialisation du café en Europe et même, semble-t-il dans les pays de l'Empire, était opérée par des négociants Européens ou musulmans "étrangers". Dans ces conditions une partie importante des profits du commerce du café échappait aux tuğğâr égyptiens et enrichissait les Européens et les Orientaux non Égyptiens qui réexportaient le café apporté au Caire par le commerce égyptien.

II-LES COMMERÇANTS EN CAFÉ

II.1.

  • 13 Artisans et commerçants, 174-176.

31L'IMPORTANCE DU COMMERCE DU CAFE dans 1'économie de 1'Égypte apparaît avec évidence dans les chiffres que nous avons cités plus haut : 100 000 quintaux importés chaque année du Yémen (près de la moitié de l'exportation yéménite), réprésentant, en valeur, plus du tiers des importations de l'Égypte et les trois-quarts du commerce oriental ; environ 50 000 quintaux réexportés vers les pays de l'Empire Ottoman soit environ le tiers des exportations de l'Égypte : Istanbul en consommait pour sa part 15 000 quintaux ; vers l'Europe, enfin, exportation d'une quantité qui, nous le verrons, varia fortement au cours du xviiie siècle, mais qui, au moment de l'apogée de ce commerce, vers 1710-1720, était d'environ 15 à 20 000 quintaux dont la moitié vers la France. Avec la France, le maximum fut atteint en 1714 et 1715 avec 22 et 23 000 quintaux. Entre 1700 et 1720 les ventes de café à la France représentaient plus de la moitié des exportations de l'Égypte vers ce pays. On comprend donc l'attention avec laquelle les Consuls suivaient les sorties de café, au point d'agir éventuellement auprès des Janissaires et du pacha pour obtenir que les prohibitions ou les limitations édictées par la Porte fussent tournées : en 1720 un pacha nouvellement nommé au Caire, Rağab Pacha, interdit la sortie du café vers l'Europe, puis l'accepta, moyennant une gratification de 13 000 piastres13.

32Tout aussi révélatrice est la part prépondérante prise par les tuğğâr dans l'ensemble des activités productives au Caire (commerce et artisanat), ainsi que le montre la comparaison entre le montant des successions des tuğğâr et celui des successions de l'ensemble des artisans et commerçants relevées pour une période donnée. En prenant deux périodes de référence à un siècle de distance on arrive aux chiffres suivants :

  • 1679/1700 : sur un total de 468 successions étudiées, d'un montant global de 64.7 millions de paras constants, on compte 80 successions de tuğğâr en café, d'un montant de 41,7 millions de paras.
  • 1776/1798 : sur 567 successions étudiées (montant global : 53.2 millions de paras), 28 successions de tuğğâr en café (montant : 24,6 millions de paras)14.

33Tous les indices concordent donc pour montrer que le commerce du café était l'activité économique dominante en Égypte aux xviie et xviiie siècles : part prise par ce commerce dans l'ensemble de l'activité commerciale égyptienne ; part des tuğğâr dans le montant global des fortunes des artisans et commerçants ; localisation centrale des wakâla où s'effectuait le commerce du café.

II.2.

  • 15 Nous rappelons que pour cette période (1661 à 1798) nous avons effectué un dépouillement continu d (...)

34Les grands commerçants en café appartenaient à la grande bourgeoisie du Caire qui était constituée pour l'essentiel par des tuğğâr (négociants) dont les plus riches et les plus puissants étaient les tuğğâr en café. Ils apparaissent massivement dans les registres de successions comme il est normal, les fortunes les plus importantes étant les plus représentées dans les registres des Tribunaux : nous en avons étudié 114 de 1661 à 1700, 106 de 1701 à 1750, 63 de 1751 à 1798, soit au total 283 sur un total de 2 230 successions relevées par nous15.

  • 16 Evliya Čelebi, Χ, 365. Artisans et commerçants, 402.

35Cette proportion est naturellement excessive, ce qui s'explique par le fait que les registres contiennent un pourcentage exagérément élevé de grandes fortunes. Il serait intéressant de connaître l'importance numérique réelle des tuğğâr en café. Le voyageur turc Evliya Čelebi estimait (vers 1660) qu'il y avait 600 kahve tüggarân au Caire. Cette évaluation ne paraît pas déraisonnable : d'après nos successions la moyenne des arrivages par tâğîr était de 300 qanṭâr. On aurait donc eu environ 350 négociants pour 100 000 qanṭâr importés. Mais les registres de successions privilégient les tuğğâr les plus importants. Nous sommes donc amenés à penser que 500 est un chiffre en effet acceptable. Ce nombre déclina, semble-t-il, au xviiie siècle, ainsi que nous le verrons plus loin16.

  • 17 Artisans et commerçants, 283-287.

36Un des traits caractéristiques de cette strate sociale est l'importance du rôle qu'y jouaient les étrangers musulmans, ce qui constitue une preuve supplémentaire du caractère très international de ce commerce. En 1679-1700, sur 80 tuğğâr en café recensés (montant des successions 41,7 millions de paras) on trouvait 30 étrangers musulmans (37,5 %), avec des successions d'un montant de 17,6 millions (42,3 %). Parmi ces étrangers figuraient 12 Turcs (succession 10 millions), 12 Maghrébins (4,3 millions), 5 Syriens (3,1 millions), 1 Palestinien. En 1776-1798 sur 28 tuğğâr étudiés (montant des successions 24,6 millions de paras), on relève 15 étrangers (53,6 %) avec des successions d'un montant de 8,4 millions (34,5 %), dont 7 Turcs (2 millions) 6 Maghrébins (5 millions), et 2 Syriens (1,4 million)17. Cette importance des Turcs et des Maghrébins dans le grand commerce cairote du café est évidemment liée à deux facteurs déjà mentionnés : activité du commerce de réexportation du café vers la Turquie et vers le Maghreb et faible rôle des Égyptiens dans le commerce en méditerranée. Les Syriens étaient moins nombreux parce que la Syrie faisait un commerce direct avec le Hedjaz par caravanes, et aussi parce que un commerce actif se faisait par voie de terre entre l'Égypte et la Syrie, ce qui réduisait la nécessité d'une installation permanente des négociants Syriens au Caire.

II.3.

  • 18 Cette liste de corporations a été établie en 1801 pendant l'occupation française. Voir A. RAYMOND. (...)

37LES TUĞĞÂR EN EPICES n'étaient pas placés hors du cadre corporatif : ils figurent dans la liste de Vincennes ("Marchands Commissionnaires de Gedda", corporation n° 40)18 et on les qualifie dans les textes de ṭâ'ifat ("corporation") al-tuğğâr. Néanmoins ils constituaient un cas à part dans l'organisation corporative. Au lieu d'un "cheikh" ils étaient placés sous l'autorité d'un šâh bandar qui jouait le rôle dévolu, sous les Memelouks, au ra'îs ou kabîr al-tuğğâr (chef des négociants).

  • 19 Sur le Šâh bandar des tuğğâr et la tâ'ifa, voir Artisans et commerçants, 578-582.

38Le šâh bandar était un personnage considérable. Nous connaissons quelques uns des détenteurs de ces fonctions : Ğamâl al-Dîn al- Ḏahabî (v. 1630) ; Dâda al-Šarâïbï (mort en 1725) ; puis son fils Qâsim (1734) ; Aḥmad Ibn Abd al-Salâm (mort en 1791) ; et Maḥmûd Muḥarram (mort en 1795) ; Aḥmad al-Maḥrûqî. Ils figurent parmi les plus riches des tuğğâr. Autant que d'une charge administrative, il s'agissait peut-être d'une sorte de magistère moral qui ne faisait que confirmer l'autorité que le plus puissant des tuğğâr exerçait sur l'ensemble de la corporation. Il est difficile de dire comment s'opérait la nomination des šâh bandar. Dans certains cas le principe de l'hérédité paraît avoir prévalu : les Sarâībi furent, un temps, maîtres de cette charge, Qâsim succédant à Muḥammad al-Dâda dans ses affaires, et ses fonctions. On peut supposer que, dans la majorité des circonstances, la succession ne donnait pas lieu à débat, le nouveau titulaire étant évidemment désigné par son prestige et sa richesse. Mais une intervention des autorités était possible : à la mort de Aḥmad‘Ibn Abd al-Salâm, Muḥammad Agha al-Bârûdî, homme de confiance de Ismâ‘îl Bey, appuya l'accession de Aḥmad al-Maḥrûqî. Par ailleurs ces fonctions étaient apparemment viagères : en tout cas les šâh bandar connus de nous sont morts en fonctions19.

39Le šâh bandar avait des attributions assez semblables à celles des cheikhs de corporations : il exerçait un contrôle sur les négociants en café et réglait leurs différents internes ; il représentait les tuğğâr auprès des autorités ; enfin il servait d'intermédiaire au pouvoir qui l'utilisait pour lever les taxes mais aussi les contributions plus exceptionnelles qui avaient le caractère d'exactions. La communauté des tuğğâr échappait totalement à l'autorité du muḥtasib (prévôt des marchés) et même à celle de l'Agha de la milice des Janissaires : en 1703, ‘Alî Agha réclame les pleins pouvoirs et, pour lutter contre la hausse des prix, il exige expressément le droit de contrôler les tuğğâr en café. Par contre les tuğğâr n'étaient pas intégrés dans le système de la futuwwa, idéologie à caractère religieux qui sous-tendait l'organisation des corporations de métiers. C'était peut-être la conséquence de leur constitution récente en tant que corps organisé. La ṭâ'ifa des tuğğâr était donc un groupe à caractère exclusivement professionnel.

40Parallèlement à cette structure corporative les tuğğâr appartenaient à une organisation technique, celle du dîwân al-baḥâr, dirigé par le qâḍî al-baḥâr qui fixait les impositions dues par les tuğğâr pour l'importation de produits orientaux. Dans la liste de 1801 ce n'est pas le šâh bandar qui est mentionné comme "cheikh" de la corporation, mais l'écrivain du dîwân, Ibrâhîm Efendi. Nous manquons malheureusement d'informations sur le fonctionnement de ce bureau dont les attributions étaient sans doute surtout financières et fiscales.

II.4.

  • 20 Artisans et commerçants, 405-406.

41Nous avons déjà évoqué la puissance matérielle des tuğğâr en café. Elle était sans commune mesure avec celle du reste des commerçants du Caire, même des tuğğâr en étoffes. Parmi les grands commerçants qui dominaient la vie économique de l'Égypte, les tuğğâr en café occupaient le premier rang. Les sept plus grosses fortunes que nous ayons trouvées au cours de nos dépouillements des documents des Tribunaux (qui portent sur la période de 1626 à 1798) sont celles de grands commerçants en café, les deux premiers étant deux šâh bandar : Qâsim al-Šarâïbî (mort en 1734), 8,8 millions de paras et Maḥmûd Muḥarram (mort en 1795), 5,6 millions de paras. Ce sont des fortunes qui peuvent se comparer à celles des plus puissants émirs du temps20.

  • 21 Artisans et commerçants, 295-296, 406-407.

42Les tuğğâr en café disposaient d'un capital technique qui pouvait être considérable. Ils étaient propriétaires de dépôts et de wakâla dont ils étaient parfois les constructeurs : ce fut le cas de Ğamâl al-dîn al- Ḏahabî, Muḥammad Dâda al-Šarâïbî, Muḥsin Ramaḍân (v.1745), Šuwaïẖ (v. 1760). Cette propriété était parfois limitée à des parts, ou plus modestement à des ḥâṣil (magasin) et à des boutiques. Certains tuğğâr étaient propriétaires de parts de navires : Qâsim al-Šarâïbî possédait des parts dans trois navires (pour un montant de 1,1 million de paras). A cela s'ajoutaient des biens immobiliers variés, commerciaux ou non : boutiques, bains, wakâla, maisons de rapport et, plus rarement, ateliers. Les Šarâïbî possédaient en 1725 sept wakâla, plusieurs bains.. La propriété de mamelouks a une signification aussi politique que financière car elle révèle combien les tuğğâr étaient proches de la caste dirigeante dont la possession de mamelouks était un des privilèges21.

43La propriété de fermages ruraux par des négociants en café connut un grand développement au xviiie siècle.

  • 22 Tribunal, v. 70, 934 (1673) ; v. 122, 59 (1724). Sur les Šarâïbî voir ĞABARTÎ, I, 87 ; II, 213. Ar (...)

44Il était inévitable que les tuğğâr qui disposaient d'une grande puissance économique et de disponibilités financières considérables fussent appelées à concourir à l'adjudication des iltizâm (fermages) qui était en principe réservée à la caste dominante, mais qui fut très tôt ouverte aux ra ‘iya (sujets). C'est peut-être par le biais du prêt avec prise de gage sur les villages que les capitalistes égyptiens purent prendre en main des muqâṭa ‘ât (fermes) rurales. En tout cas les tuğğâr apparaissent parmi les détenteurs de villages en iltizâm dès la fin du xviie siècle (le premier cas connu par nous date de 1673). Les exemples se multiplient ensuite : Tayyib al-Manğûr, tâğir maghrébin, laissa en 1724 1,8 million de paras dont un million représentait la valeur d'une part de 6 qîrâṭ (soit un quart) dans un village de la province de Ġarbiyya. En 1725, les Šarâïbî tiraient un revenu de 1,5 million de paras des villages qu'ils détenaient en gage et de un million des villages dont ils étaient propriétaires. Et leurs descendants se transformèrent ainsi graduellement en propriétaires fonciers vivant sur leurs terres. Les tuğğâr participaient de même à l'exploitation des fermages urbains, ainsi que le montre la fréquente apparition de leurs noms dans les registres concernant ces fermes22.

II.5. LE TRAIN DE VIE DES TUĞĞAR

  • 23 LA JONQUIERE, L'Expédition d'Égypte, Paris, 1899-1907, III, 490. Bibliothèque Nationale, Fonds fra (...)

45Les principaux tuğğâr du Caire vivaient avec un certain faste. D'après l'auteur du Mémoire de la ville du Caire les "maisons" des "bons marchands" ne comptaient pas moins de 20 à 30 personnes (mais les émirs en avaient jusqu'à 150-200). Lorsque Bonaparte s'était rendu à Suez, en décembre 1798, il était accompagné de marchands dont le moins fastueux avait une suite de huit domestiques. Notant la simplicité du cortège du général, l'un des marchands s'était étonné : "j'ai onze personnes pour me servir moi qui ne suis qu'un simple marchand : voilà un homme qui peut disposer de tout ce qu'il y a dans le pays et qui se contente de trois domestiques"23.

  • 24 Tribunal, v. 140, 218.

46Les documents relatifs aux successions révèlent le luxe de l'existence des principaux marchands : bijoux, effets personnels, vaisselle, mobilier représentant une part importante des héritages enregistrés. Qâsim al-Šarâïbî par exemple laissait en 1735 des bijoux pour 34 000 paras, de la vaisselle pour 86 000, des effets, du mobilier pour 155 00024.

  • 25 ĞABARTÎ, II, 3.

47Mais c'est sans doute surtout dans leurs résidences, parfois somptueuses, que s'exprimait le faste des tuğğâr. Les maisons des grands marchands étaient en général proches des marchés où ils avaient leurs entrepôts, à l'intérieur de Qâhira, près du ẖân al-ẖalîlî, dans le Ğamâliyya, le Ṣâġa. Elles se trouvaient en général dans des rues secondaires donnant dans les artères principales, trop bruyantes et animées et où l'espace était d'ailleurs très rare : telles étaient les maisons de Ğamâl al-dîn al- Ḏahabî, dans ẖušqadam, de Muṣṭafâ Ğa‘far, dans Darb al-Aṣfar, de Maḥmûd Muḥarram, dans Darb Al-Maṣmaṭ, qui toutes ont subsisté jusqu'à nos jours (elles sont classées sous les numéros 72, 471, 20). Il y en avait très peu dans le quartier sud, mais on note une forte tendance à la migration de ces résidences vers la zone ouest plus aérée, plus calme, où les émirs avaient, eux aussi, tendance à installer leurs palais, au xviiie siècle, sur les bords du Halîğ (canal), de la birkat (étang) al-Ezbekiyyeh. Les tuğğâr eurent d'abord là de simples résidences d'été, puis ils y habitèrent des maisons permanentes comme par exemple, les Šarâïbî. A la fin du siècle, plusieurs tuğğâr résidaient autour de la birka, dans le quartier de Sâkit, qui brûla en 1776, et où ‘Umar Ġurâb, Ibn ‘Abd al-Salâm et Maḥmûd Muḥarram se construisirent des maisons25.

  • 26 Ces palais qui ont fait l'objet d'un classement ont été étudiés dans le cadre de l'activité de la (...)

48Certaines de ces résidences étaient de véritables palais et elles représentaient donc une part importante de la succession. Les exemplaires qui sont parvenus jusqu'à nous, nous donnent une idée du luxe de leur aménagement, avec leur cour intérieure, leur maq ‘ad (pièce d'été) à deux arcades, leur qâ ‘a (salon de réception), de la maison de Ğamâl al-dîn al-Ḏahabî (construite en 1634), au palais de Maḥmûd Muḥarram (Musâfirẖâna) dont les derniers aménagements datent de la fin du xviiie siècle26. La résidence des Šarâïbî, à 1'Ezbekiyyeh, sans doute très vaste, fut d'ailleurs achetée, vers 1750, par l'émir dominant de l'époque, Ridwân Kathudâ qui, voulant s'installer dans cette région, la trouva digne de sa puissance.

  • 27 Des constructions de Qâsim al-Šarâïbî il ne subsiste plus que sa mosquée. La mosquée de Šuwaïẖ, et (...)

49La puissance et le faste des tuğğâr s'exprimaient aussi par des constructions ou restauration de monuments, essentiellement des mosquées, en général élevées à proximité de leur domicile. Les exemples les plus notables sont : la mosquée de Šarâïbî à 1'Ezbekiyyeh à laquelle s'ajoutaient une zâwiya et un abreuvoir (1733) ; la mosquée de Murâd al-Šuwâïẖ, près de sa maison et de sa wakâla à Bâb al-Ša ‘riyya (1761-2) ; la mosquée restaurée par Aḥmad Ibn ‘Abd al-Salâm près de sa maison (classée sous le numéro 459) ; la mosquée restaurée par Maḥmûd al-Muḥarram dans la région du Ğamâliyya, près de sa maison (1792-3) (n° 30)27.

II.6.

50Les tuğğâr constituaient un groupe social fortement structuré et dont la cohérence était cimentée par des unions familiales qui unissaient les principales familles les unes aux autres. D'autre part leur puissance financière et le contrôle qu'ils exerçaient sur un secteur capital de l'économie du pays devaient donner un grand prestige et une grande influence aux principaux tuğğâr auprès des émirs qui gouvernaient l'Égypte. La possession d'iltizâm, l'utilisation de mamelouks contribuaient par ailleurs à rapprocher les tuğğâr de la caste dominante.

  • 28 Artisans et commerçants, 411-415.

51L'existence de liens entre les principaux tuğğâr et les émirs est mise en valeur par les chroniqueurs, porte-parole habituels de la bourgeoisie cairote, dans des circonstances très variées : participation des plus puissants sandjaq -beys au banquet de mariage de la fille d'un tâğir en 1725 ; cortège funèbre de Muḥammad Dâda al-Šarâïbî, en 1725, avec participation des sandjaqs et des officiers supérieurs des milices ; même pompe, en 1734, lors des obsèques de Qâsim al-Šarâïbî (‘Uṯmân Katẖudâ al-Qâzdaġlî, émir dominant, marcha à pieds derrière le corps, de la maison du défunt au cimetière) ; visites rendues par les émirs à la maison des Šarâïbî ; relations personnelles de Aḥmad Ibn ‘Abd al-Salâm avec les émirs de son temps28.

  • 29 Artisans et commerçants, 707-710.

52D'autre part les Janissaires entretenaient avec les tuğğâr des rapports ambigus de protection et d'association. Les tuğğâr leur payaient un lourd tribut sous la double forme de droits de succession (environ 10 % du montant de l'héritage) et de droits de douane, dont les Janissaires étaient les fermiers. En contrepartie les Janissaires se faisaient les défenseurs énergiques des intérêts des tuğğâr (et des négociants européens). Jusque vers la fin du siècle, Janissaires et tuğğâr parurent former un groupe social aux intérêts étroitement liés29.

  • 30 J.J. MARCEL, Histoire de l'Égypte, dans l'Univers, Égypte, Paris, 1848, 226. Artisans et commerçan (...)

53Ces liens purent aller jusqu'à la constitution d'alliances familiales entre gens des métiers et militaires : les exemples ne manquent pas de mariages entre des tuğğâr et des affranchies, mais aussi des filles, d'officiers des milices. Qâsim al-Šarâïbî était le gendre de Muṣṭafâ Aġâ ; Aḥmad al-Šarâïbî (mort vers 1759) avait épousé une affranchie de Yûsuf Bey. Inversement nous savons que des officiers s'unirent à des filles de tuğğâr. Nous ne donnerons qu'un exemple, mais particulièrement spectaculaire : Ibrâhîm Katẖudâ, chef des Janissaires (et émir dirigeant de l'Égypte entre 1744 et 1754) épousa Šûaīkâr, fille du riche marchand Muḥammad al-Bârûdî, ce qui assura sa fortune politique car c'est grâce à la richesse de sa femme qu'il put faire son chemin dans la caste dirigeante. Les Ğabartî sont eux-même un cas très significatif de l'ampleur de ces liaisons entre la bourgeoisie locale (‘ulamâ et marchands intéressés au commerce oriental) et les militaires. Ainsi s'explique sans doute que l'historien ne considère pas les militaires comme des étrangers à l'Égypte mais leur applique le terme significatif de miṣirliyya30.

54Lorsque, après 1760-1770, ‘Alî Bey mit fin à l'autorité exercée par les Janissaires, et que le pouvoir politique se concentra dans les mains de quelques Beys, à ces relations de presque symbiose se substituèrent des relations d'exploitation. Les tuğğâr constituèrent alors une cible de choix pour les émirs dominants qui avaient besoin de fonds pour entretenir leurs armées et pour qui les capitaux détenus par les tuğğâr étaient donc particulièrement tentants. A partir de 1768, le chroniqueur égrène la litanie des "avances" et des extorsions qui sont imposées aux tuğğâr et dont Ğabartî attribue la paternité au seul ‘Alî Bey (ce qui est sans doute exagéré) : "C'est lui qui inventa les extorsions (musâdarât) et les spoliations" (salb al-amwâl).

  • 31 ĞABARTÎ, I, 257, 309 ; Artisans et commerçants, 775-783.

55On s'explique que, vers la fin du siècle, les beys aient, au moins à certains moments, exercé un contrôle plus direct sur les tuğğâr : Muḥammad Agha al-Bârûdî, mamelouk de Aḥmad Agha, et homme de confiance de Murâd Bey, puis "lieutenant" (katẖudâ) d'Ismâ ‘îl Bey, fut chargé par ce dernier d'une sorte de "surintendance" des tuğğâr du Caire. Cet émir avait des liens personnels avec Aḥmad Ibn ‘Abd al-Salâm et Aḥmad al-Maḥrûqî. Il intervint dans la nomination de Mahrûqî comme šâh bandar. Se substituant sur ce point aux odjaqs, les beys exploitèrent les tuğğâr de plus en plus durement : entre 1786 et 1791, les beys prélèvent 4,3 % du montant des successions, et, entre 1791 et 1798, 9,1 %. La puissance des beys s'appuyait désormais sur les revenus de commerce oriental, comme cela avait été le cas pour les Janissaires de 1660 à 1760. Il était donc inévitable qu'ils s'efforcent de contrôler les tuğğâr dont l'activité constituait désormais une de leurs principales ressources31.

III-LA CRISE DU COMMERCE DU CAFÉ EN EGYPTE AU xviiie SIÈCLE.

  • 32 Voir notre communication "L'impact de la pénétration européenne sur l'économie de l'Égypte au xvii (...)

56Les difficultés du commerce du café au xviiie siècle sont un des aspects de la crise que provoqua, dans l'économie de l'Égypte, l'impact de la pénétration européenne, crise dont les aspects sont également visibles dans d'autres secteurs de l'activité de ce pays32. ses aspects extérieurs étant analysés en détail dans la contribution de M. Courdurier, j'insisterai surtout ici sur les répercussions égyptiennes de cette crise.

III. 1. L'UNITE DU MONDE OTTOMAN AUX XVIe et XVIIe SIECLES.

  • 33 Voir A. RAYMOND, "The Ottoman conquest and the development of the great Arab towns", dans Internat (...)

57La conquête des territoires arabes riverains de la Méditerranée par les Turcs (1516-1574) avait constitué un ensemble politique dont les dimensions (du Maroc à l'Iran, de la Russie à l'Abyssinie, soit environ 2 500 000 km2) faisaient la construction méditerranéenne la plus vaste depuis l'Empire Romain. En dépit de sa diversité, et de conditions locales parfois difficiles, l'Empire avait établi dans les provinces des conditions politiques et administratives, et des réglementations en gros similaires qui devaient faciliter les communications et les échanges intérieurs. Le développement du ḥağğ (pèlerinage), dont bénéficia en particulier Le Caire, donne une image frappante de cette facilité de circulation. La constitution de l'Empire Ottoman donna le signal d'un essor démographique lié à un développement économique qui n'ont été méconnus qu'en raison de "l'Ottomanophobie" qui a longtemps dominé les études arabes dans le domaine de l'histoire moderne33.

58L'Égypte, grâce à sa situation géographique, tira le plus grand parti des conditions favorables créées par la conquête ottomane. Centre traditionnel de redistribution des produits orientaux (épices) et des produits fabriqués européens, elle ne fut que progressivement affectée par le détournement de la route des épices, et, de toute manière, ainsi que nous l'avons constaté plus haut, le café vint très opportunément prendre le relais de cette activité, dès le milieu du xviie siècle. A la fin du xviiie siècle, le commerce oriental représentait plus du tiers du commerce extérieur de l'Égypte.

59Ce rôle de centre de redistribution, l'Égypte le joua essentiellement à l'intérieur de l'Empire Ottoman, les courants intérieurs absorbant une part essentielle de l'activité commerciale égyptienne, et le commerce européen ne tenant, au contraire, qu'une place marginale dans cette activité, du moins jusqu'à la fin du xviiie siècle : vers 1783 l'Égypte exportait pour 472,4 millions de paras vers les pays de l'Empire et en recevait pour 327,5 millions. Soit au total 799,9 millions. A cette époque elle exportait vers l'Europe pour 111,1 millions de paras et elle en recevait pour 124,4 millions, soit au total 235,5 millions (15 % au plus du commerce extérieur). Cette importance des courants intérieurs explique le rôle et l'activité des communautés de marchands "orientaux" non-égyptiens au Caire, en particulier dans le commerce du café. Les Turcs, les Maghrébins et les Syriens, par leur présence même au Caire, étaient un symbole de la vitalité des relations commerciales entre l'Égypte et les différentes régions méditerranéennes de l'Empire Ottoman.

III.2. LA PENETRATION ECONOMIQUE EUROPEENNE

60Cet état de choses commença à changer fortement vers le milieu du xviiie siècle pour des raisons assez connues pour qu'il ne soit pas nécessaire d'y insister ici. En termes "contemporains" on pourrait dire que l'agressivité commerciale des fabricants et négociants européens et en particulier français (et marseillais) leur permit d'imposer progressivement leurs produits sur les marchés du Levant. Le succès des produits européens avait plusieurs causes. Ils étaient vendus à un prix avantageux et stable qui les faisait rechercher quand bien même ils ne convenaient pas tout à fait au goût local. Ils étaient aussi appréciés à cause de la qualité et de la constance de la fabrication qui leur permettaient de surclasser une production indigène marquée par la stagnation de la technique et de l'économie locales. Enfin les Européens maîtrisaient une pratique commerciale qui surclassait évidemment les méthodes assez rudimentaires des commerçants égyptiens : ils bénéficiaient de la supériorité de leur navigation (aidée par l'exclusion, soigneusement maintenue, des négociants orientaux des ports européens), et, sur place, de la coopération de minoritaires grâce auxquels ils étaient introduits sur les marchés locaux, où leurs marchandises pouvaient entrer en compétition, sur un pied d'égalité, avec la production indigène.

61Cette pénétration européenne, et son impact sur l'économie égyptienne, peuvent être appréciées, à partir de 1750, dans plusieurs domaines, mais nulle part aussi nettement que dans le domaine du commerce du café, la principale activité économique de l'Égypte.

III.3. LA PENETRATION EUROPEENNE DANS LE COMMERCE ORIENTAL.

  • 34 Artisans et commerçants, 149-157.

62L'intervention des Européens dans le commerce oriental de l'Égypte s'exerça simultanément de l'extérieur et de l'intérieur34.

  • 35 NIEBUHR, Description de l'Arabie, Paris, 1779, II, 53 ; Voyage en Arabie, Amsterdam, 1776, I, 287.

63De l'extérieur, la pénétration européenne prit la forme de tentatives pour pénétrer au Yémen et dans la Mer Rouge, afin d'acheter directement le café dont l'Europe faisait une consommation croissante. Après des efforts peu concluants, en début de siècle, pour "lever" du café au Yémen, les grandes puissances maritimes (Hollande, Angleterre et France) purent y établir des comptoirs ou envoyer régulièrement des navires qui y effectuaient des achats directs. Au moment du passage de Niebuhr au Yémen, la compagnie des Indes Anglaises y envoyait chaque année deux navires pour acheter du café35. Néanmoins ces achats directs ne paraissent pas avoir détourné une partie appréciable du courant qui passait par l'Égypte et qui semble s'être maintenu, jusque vers 1790, aux alentours de 100 000 quintaux par an avec une remarquable régularité. De même les tentatives faites, en particulier par la France et la Grande Bretagne, pour ouvrir la partie septentrionale de la Mer Rouge à la navigation européenne et pour établir éventuellement une liaison directe avec les Indes via l'isthme de Suez n'aboutirent à aucun résultat : les négociations menées par les Anglais (avec ‘Ali Bey puis Muḥammad Bey) et par les Français (avec Murâd et Ibrâhîm Bey) ne permirent pas à ces deux puissances de prendre pied dans cette zone de la Mer Rouge et de menacer le monopole dont y jouissait la navigation égyptienne.

64Les Européens agirent également de l'intérieur sur le commerce oriental en introduisant sur le marché méditerranéen du café venu des Iles, et en y menaçant la position privilégiée que le commerce égyptien s'y était assurée depuis un siècle. Cette pénétration était naturellement liée à l'essor de la culture du café aux Antilles. Introduite en 1726 cette production s'y était développée très rapidement. En 1736, on y comptait 12 000 000 de caféiers et, dès 1730, le café des Iles commença à pénétrer en Europe. Ce café était moins prisé que le "moka", mais il était aussi moins coûteux ; par ailleurs il permettait d'échapper aux restrictions que les Ottomans édictaient (d'ailleurs avec peu de succès) pour restreindre l'exportation de café yéménite vers l'Europe afin d'assurer en priorité la satisfaction des besoins d'Istanbul et de la Turquie.

  • 36 Sur ces problèmes voir Robert PARIS, Histoire du Commerce de Marseille, tome V, De 1660 à 1789, Le (...)

65Les effets de l'introduction du café des Iles furent rapidement apparents : dès 1737, 2 000 000 de livres-pesant de café étaient introduits en France ; en 1788 la quantité importée à Marseille atteignait 13 millions de livres-pesant (dont 88 % étaient réexportés). Le marché français se ferma progressivement au café venu d'Égypte : la part du café dans les importations de Marseille en provenance d'Égypte qui avait atteint 62 % en 1700-1702, tomba à 14 % en 1785-1786. Conséquence plus grave encore, le café des Iles s'introduisit dans les pays européens et autour de la Méditerranée, dans les marchés traditionnels du commerce égyptien. Soucieux d'assurer aux populations un approvisionnement régulier en café (devenu une denrée de première nécessité dont la pénurie pouvait provoquer des troubles) le gouvernement ottoman facilita cette pénétration dans ses territoires : dès 1738 les droits de douane furent réduits de moitié. En 1739 le café de la Martinique parvenait à Erzerum, via Alep. Vers 1760 Marseille à elle seule envoyait dans le Levant 12 335 quintaux de café et, à la fin du siècle, 41 949, soit 21 % des ventes de Marseille aux Echelles, et trois fois ce que Marseille achetait en Égypte au début du siècle. Les anciens débouchés de l'Égypte, Istanbul, Salonique, en recevaient des quantités importantes. Le marché égyptien lui-même n'était pas à l'abri de cette invasion par le café des Antilles. L'entrée de cette denrée est signalée dès 1737 et, à partir de 1740, les consuls mentionnent sa diffusion dans les classes pauvres, en raison de son prix inférieur de 20 à 25 % à celui du "moka" avec lequel on le mélangeait souvent. Inquiets de cette concurrence, les tuğğâr du Caire obtinrent du Pacha sa prohibition, en 1764. Mais, à la fin du siècle, les Marseillais en introduisaient une quantité non négligeable en Égypte et surtout leurs achats y étaient tombés à 396 000 livres en 1785-1789 (au lieu de 1 360 000 en 1700-1702)36.

66Le commerce du café connaissait à son tour la crise qui avait atteint les épices et le poivre, mais, cette fois, d'une manière presque instantanée, alors que, dans le cas du poivre, il avait fallu plus de deux siècles pour que les découvertes de la fin du xve siècle aboutissent à leur conséquence ultime, le remplacement d'un produit importé directement de l'Orient par l'Égypte par un produit qui transitait désormais par l'Europe.

III.4. LES EFFETS DE L'INVERSION DU COMMERCE DU CAFE.

67Il n'est pas aisé de saisir les effets qu'eut sur l'économie égyptienne cette véritable inversion des courants commerciaux traditionnels. Faute de statistiques on ne peut guère apprécier que les variations que subirent les flux commerciaux avec les pays européens. Nous avons constaté la baisse des exportations vers la France. Mais nous n'avons pas de chiffres aussi précis pour les exportations vers les autres pays européens. Surtout il nous est impossible d'apprécier l'effet direct de l'apparition du café des Iles sur le commerce entre l'Égypte et les pays de l'Empire Ottoman, faute d'informations un peu précises sur le volume de ce commerce et sur son évolution pendant la fin du xviiie siècle. On pourrait l'évaluer "en creux", en étudiant, dans les différents pays de l'Empire, l'ampleur de la pénétration du café antillais, ce qui permettrait d'apprécier a contrario l'importance du déplacement du trafic.

68Ce que nous savons du volume de l'importation de café du Yémen en Égypte est trop imprécis pour que nous puissions aboutir à des conclusions fermes. Les chiffres dont nous disposons ne sont que des évaluations de marchands et de voyageurs et l'apparente stabilité du volume des achats (aux environs de 30 000 charges, soit environ 100 000 quintaux) n'a peut-être pour base que la tendance des informateurs à reproduire les chiffres (tout aussi hasardeux) de leurs prédécesseurs.

  • 37 VENTURE DE PARADIS, Détail sur l'État actuel de l'Égypte, manuscrit, B.N., Fonds Français, nouvell (...)

69Relevons cependant que les observateurs étrangers de la fin du xviiie siècle considèrent en général que le commerce du café connut un ralentissement notable après 1750. D'après Venture de Paradis, un des meilleurs connaisseurs de l'Égypte à cette époque, et un des mieux informés, le commerce de la Mer Rouge, qui était jadis assuré par 30 navires, d'un tonnage minimal de 600 tonneaux) n'en conservait plus que 17 vers 1761. Ces navires avaient ensuite disparu et on n'utilisait plus vers 1790, que des petits navires de moins de 200 tonneaux dont il évaluait le nombre à 40 : le tonnage utilisé serait donc tombé de 18 000 à 8 000 tonneaux. Le même Venture assure que le corps des négociants en épices "autrefois très florissant" s'était réduit à "une vingtaine de particuliers dont le plus riche ne possède pas cinquante mille livres"37. Poussièlgue, dans son rapport du 5 octobre 1798 à Bonaparte, basé sur l'examen des registres de la douane de Suez et sur des entretiens avec le qâdî al-Bahâr, assure de même que l'importation du café avait diminué avec régularité depuis 1750 :

7030 000 fardes au temps d'Ibrâhîm le Grand (vers 1750)

7124 000 fardes sous ‘Alî Bey (vers 1770)

7224 000 fardes sous Ismâ ‘îl Bey (vers 1786-1791)

  • 38 Archives de Vincennes, Expédition d'Égypte, B6 9, Poussièlgue, rapport du 5 octobre 1798 à Bonapar (...)

7321 000 fardes en 1797 (13 000 par Suez, 8 000 par Qusaīr)38.

74Ces chiffres que l'on doit considérer comme sérieux puisque provenant des documents du dîwân al-bahâr (que nous n'avons pas pu retrouver dans les archives égyptiennes) paraissent bien indiquer une baisse sensible des quantités importées par l'Égypte du Yémen, apparemment de plus du tiers, soit environ 30 000 quintaux, chiffre que l'on peut rapprocher de celui des expéditions de café des Iles par Marseille dans le Levant, soit 41 949 quintaux à la fin du siècle. On peut ainsi apprécier l'ampleur du déplacement du trafic causé par le dynamisme commercial des Marseillais.

  • 39 Artisans et commerçants, 284-286.

75Nous disposons enfin d'un indice qui nous permet d'apprécier, indirectement, l'effet de la pénétration européenne dans le commerce oriental de l'Égypte : les successions des tuğğâr dont les registres du Mahkama nous donnent une série continue de 1661 à 1798. Nous avons relevé dans ces registres 114 successions de tuğğâr en café entre 1661 et 1700, 106 successions entre 1701 et 1750 et 63 seulement entre 1751 et 1798. La diminution du nombre des tuğğâr en café paraît significative (dans la limite naturellement de la validité de l'échantillonnage que nous fournissent les registres du Tribunal). Un rapprochement entre les successions des tuğğâr en café et épices et des tuğğâr en tissus, d'un siècle à l'autre, nous paraît également intéressant39 :

761679-1700 :

7780 tuğğâr en café, montant des successions 41 754 587 paras

78dont 50 tuğğâr en café égyptiens 24 120 846 paras

7989 tuğğâr en tissus 8 834 650 paras

80dont 55 Égyptiens 5 918 345 paras

811776-1798 :

8228 tuğğâr en café, montant des successions 24 619 357 paras

83dont 13 tuğğâr égyptiens 16 128 701 paras

84114 tuğğâr en tissus 15 043 967 paras

85dont 66 Égyptiens 6 008 222 paras

861679-1700 :

8780 tuğğâr en café, montant des successions 41 754 587 paras

88La comparaison paraît bien faire ressortir un affaiblissement sensible de la position économique des tuğğâr en café par rapport aux tuğğâr en étoffe dont la fortune globale double alors que celle des tuğğâr en café diminue de plus du tiers, même si ces derniers sont plus riches individuellement. L'évolution est tout aussi caractéristique si on ne tient compte que des tuğğâr égyptiens : dans le cas des tuğğâr en café égyptiens, on constate une diminution massive de leur nombre (de 50 à 13) et de leur fortune (de 24 à 16 millions de paras) ; par contre les tuğğâr tissus augmentent en nombre (de 55 à 66) leur fortune restant stable (de 5 ,9 à 6 millions). Le recul de la part prise par les tuğğâr à l'activité économique de l'Égypte peut encore se mesurer si on compare leur nombre et leur fortune à ceux de l'ensemble des artisans et commerçants dont nous avons étudié les successions pendant les deux périodes de référence : 1679-1700 : 80 tuğğâr (montant des successions : 41 754 587 paras), sur un total de 468 successions (montant 67 711 563).

891776-1798 : 28 tuğğâr (montant : 24 619 357 paras), sur un total de 567 successions (montant : 53 226 855 paras). La proportion des tuğğâr par rapport à l'ensemble passe de 17,1 % à 4,9 % en ce qui concerne le nombre, et de 64.5 % à 46,2 % en ce qui concerne la fortune globale, appréciée d'après les successions.

90La grande époque du commerce égyptien du café qui se situe dans les dernières décennies du xviie siècle et les premières du xviiie siècle, était donc révolue à la fin du xviiie siècle, et la crise qui s'amorçait était évidemment liée à la pénétration européenne.

IV-CONCLUSION

91Le cas du commerce du café montre, croyons-nous, d'une manière assez claire, comment, dès avant la fin du xviiie siècle, l'impact de la pénétration commerciale européenne pouvait se faire sentir sur 1'économie et sur la société de 1'Égypte. A 1'intérieur, cette pénétration contribuait à saper les bases de l'économie traditionnelle de l'Égypte et à diminuer considérablement les ressources que le pays tirait du grand commerce oriental qui avait été un des fondements de sa prospérité ; elle créait une situation de crise dans la société égyptienne en affaiblissant une couche sociale que sa puissance financière aurait pu amener à jouer un rôle actif dans la période de troubles qui suivant la chute du régime ottomano-mamelouk en 1798. A l'extérieur de l'Égypte, elle préparait la rupture des courants internes de l'Empire Ottoman dont elle menaçait l'équilibre. A la situation ancienne dans laquelle des liens forts et vivaces unissaient les différentes régions de l'Empire, allait se substituer, au xixe siècle, une situation nouvelle dans laquelle les relations économiques des provinces allaient être centrées sur l'Europe. Ainsi s'annonçait le face-à-face politique inégal qui aurait pour conséquence l'annhilation successive de l'Algérie, de la Tunisie, de l'Égypte, de la Tripolitaine, du Liban et de la Syrie et de la Palestine.

92Dans cette évolution lourde de conséquence, dans cette "déstabilisation" progressive, Marseille avait joué un rôle important puisque le dynamisme de ses négociants et de son commerce avait largement contribué aux changements qui s'étaient produits à partir du milieu du xviiie siècle. Dans une certaine mesure l'avenir de l'Égypte s'était décidé, entre 1750 et 1798, à la Chambre de Commerce de Marseille.

FIGURE 1. Wakâla Ḏûlfiqâr, vue intérieure de la wakâla (Pascal COSTE, Architecture arabe, Paris, 1839, pl. XLIV).

FIGURE 2. Wakâla Ḏûlfiqâr, plan et coupe (extrait de Pascal COSTE, Architecture arabe, Paris, 1839, pl. XLIII).

FIGURE 3. Wakâla Ḏûlfiqâr, vue de l'Okel Zoulfiqar (Pascal COSTE, Architecture arabe, Paris, 1839, pl. XLIV).

FIGURE 4. Atelier où on brûle le café (extrait de la Description de l'Égypte, État moderne, planches, pl. XXVI).

FIGURE 5. Café arabe au Caire (extrait des carnets de dessins de Pascal COSTE, Bibliothèque Municipale de Marseille, n° 1311, page 51).

FIGURE 6. Café arabe au Caire (extrait des carnets de dessins de Pascal COSTE, Bibliothèque Municipale de Marseille, n° 1311, page 51).

FIGURE 7. Localisation des wakâla spécialisées dans le commerce du café au Caire. L'importance des points est en rapport avec la fréquence des mentions dans les documents du Tribunal religieux dépouillés.

Notes

1 L'essentiel de la documentation qui est utilisée ici provient des sources suivantes :
- Les archives du Tribunal Religieux du Caire (Mahkama) dans lesquelles j'ai plus particulièrement dépouillé les documents relatifs aux successions : 2 230 successions ont été étudiées, pour la période 1624-1798, dont 468 pour les années 1679-1700, et 567 pour les années 1776-1798, choisies comme périodes de référence. Les successions de négociants en café (tuğğâr) ont été dépouillées d'une manière continue pour les années 1661 à 1798 (référence : Tribunal, suivi du numéro du volume, et de l'indication de la page). Tous les documents cités appartiennent à la série ‘askariyya.
- Les archives consulaires françaises, séries du Caire et d'Alexandrie, déposées aux Archives Nationales et aux Affaires Étrangères (référence : A.N. et A.E. suivi de l'indication de la série et du numéro du registre).
- Les archives de la Chambre de Commerce de Marseille et en particulier la série I (statistiques) (référence : C.C.M., suivi de la lettre de la série et du numéro du dossier ou du carton), mais surtout le Fonds Roux qui rassemble les documents de cette maison de commerce dont l'activité a été continue au Caire et à Alexandrie, à partir de 1731 et qui contient des informations très précieuses sur le commerce du café (référence : C.C.M., Roux, suivi du numéro de la liasse). Depuis l'époque où nous avons consulté ces documents (dans la série alors appelée LIX) ce fonds a été réorganisé (voir Ferreol REBUFFAT, répertoire numérique des archives, 89-149).
- La description de l'Égypte et en particulier les notices de m. de CHABROL, (Essai sur les mœurs des habitants modernes de l'Égypte) ; de P.S. GIRARD (Mémoire sur l'agriculture, l'industrie et le commerce de l'Égypte) ; et de E.F. JOMARD (description abrégé de la Ville et de la Citadelle du Kaire) (référence à l'édition de 1812).
- Les archives de 1'Expédition d'Égypte (1798-1801) déposées aux Archives de la guerre à Vincennes, et en particulier la série Β 6 (référence : Vincennes, numéro de la série puis du carton).
Sur ces sources voir A. RAYMOND, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Damas, 1974, 2 vol., ouvrage dans lequel j'ai abordé l'ensemble des problèmes traités ici.

2 Artisans et commerçants, 131-132. EVLIYA ČELEBI, Seyahatnamesi, X, Istanbul, 1938, 361. CHABROL, 438.

3 Artisans et commerçants, 132-133.

4 THEVENOT, Voyages, Amsterdam, 1727, II, 555, Artisans et commerçants, 133.

5 Artisans et commerçants, 107-129. Sur les Tabal voir : ‘Abd al-Raḥmân al-ĞABARTÎ, ‘Ağâ‘ib âl-âtâr, Bûlâq, 1879, I, 376, 385-396 ; James BRUCE, Voyage aux sources du Nil, Paris, 1790, II, 73, 134 ; Tribunal, v. 195, 180 ; v. 228, 68 ; Artisans et commerçants, 113, 686-688.

6 Le para (ou médin) était la monnaie utilisée dans les échanges courants. Cette pièce dont le poids en argent tomba de 0,579 g (vers 1680) à 0,079 g (en 1798) valait entre 2 et 3 aspres ottomans. Pour pouvoir comparer les prix à des dates éloignées j'ai fait usage d'un "para constant", en prenant pour base la valeur des années 1681 à 1688 (Artisans et commerçants, L III-L V, 34-36).

7 Sur les caravansérails : Artisans et commerçants, 251-263. Voir aussi A. RAYMOND et G. WIET, Les marchés du Caire, Le Caire, IFAO, 1979 (liste des caravansérails d'époque ottomane, 260-297). Sur l'organisation du commerce du café voir Artisans et commerçants, 289-305.
La région de Qâhira correspondait à la fondation fatimide. C'est dans cette zone intra muros que se concentrait l'essentiel des activités économiques et en particulier de celles qui concernaient le grand commerce international. Le centre de l'activité se trouvait le long de la grande rue de la Qaṣaba, et de la rue de Ğamâliyya. Les localisations sont données par référence à la carte de la Description de l'Égypte qui a été utilisée pour la réalisation de notre plan.

8 Sur les Šarâïbî, voir Artisans et commerçants, en particulier 291-294, 406-408, 720-722.

9 BRUCE, Voyage, II, 218-219, et aussi rapport de Le Maire, A.N., Caire, Β 1 318, 14 septembre 1719.

10 Sur les prix du café voir Artisans et commerçants, 69-73.

11 Cette stratégie est parfaitement décrite dans la correspondance du Fonds Roux, par exemple pour les années 1732 et 1733. Artisans et commerçants, 137-140.

12 Tribunal, v. 73, 30, 1677 et v. 69, 706, 1671. Artisans et commerçants, 140-142.

13 Artisans et commerçants, 174-176.

14 Artisans et commerçants, Tableaux 34, pages 284-285.

15 Nous rappelons que pour cette période (1661 à 1798) nous avons effectué un dépouillement continu des registres du Tribunal religieux du Caire, pour ce qui concerne les tuğğâr en café.

16 Evliya Čelebi, Χ, 365. Artisans et commerçants, 402.

17 Artisans et commerçants, 283-287.

18 Cette liste de corporations a été établie en 1801 pendant l'occupation française. Voir A. RAYMOND. Une liste de corporations de métiers au Caire en 1801", dans Arabica, IV, 1957.

19 Sur le Šâh bandar des tuğğâr et la tâ'ifa, voir Artisans et commerçants, 578-582.

20 Artisans et commerçants, 405-406.

21 Artisans et commerçants, 295-296, 406-407.

22 Tribunal, v. 70, 934 (1673) ; v. 122, 59 (1724). Sur les Šarâïbî voir ĞABARTÎ, I, 87 ; II, 213. Artisans et commerçants, 719-724.

23 LA JONQUIERE, L'Expédition d'Égypte, Paris, 1899-1907, III, 490. Bibliothèque Nationale, Fonds français 15466, Mémoires divers sur l'Égypte, Mémoire de la ville du Caire, 174 b. Voir aussi Artisans et commerçants, 407-411.

24 Tribunal, v. 140, 218.

25 ĞABARTÎ, II, 3.

26 Ces palais qui ont fait l'objet d'un classement ont été étudiés dans le cadre de l'activité de la mission du Caire que dirige R. MANTRAN (E.R.A. 648 du C.N.R.S.). Voir Alexandre LEZINE, Trois palais d'époque ottomane au Caire, Le Caire, IFAO, 1972, pp. 1-16 (Palais de Ḏahabî) ; Jacques REVAULT et Bernard MAURY, Palais et maisons du Caire, III, Le Caire, IFAO, 1979, pp. 121-132 (maison de Muṣafâ Ğa‘far),et 133-158 (Musâfirẖâna, palais de Maḥmûd Muḥarram).

27 Des constructions de Qâsim al-Šarâïbî il ne subsiste plus que sa mosquée. La mosquée de Šuwaïẖ, et sa wakâla, ont disparu.

28 Artisans et commerçants, 411-415.

29 Artisans et commerçants, 707-710.

30 J.J. MARCEL, Histoire de l'Égypte, dans l'Univers, Égypte, Paris, 1848, 226. Artisans et commerçants, 683-688.

31 ĞABARTÎ, I, 257, 309 ; Artisans et commerçants, 775-783.

32 Voir notre communication "L'impact de la pénétration européenne sur l'économie de l'Égypte au xviiième siècle" présentée au colloque de Strasbourg "Société et économie dans l'Empire Ottoman" (1-5 juillet 1980), dont la publication est prévue.

33 Voir A. RAYMOND, "The Ottoman conquest and the development of the great Arab towns", dans International Journal of Turkish Studies, 1979-1980, n° 1.

34 Artisans et commerçants, 149-157.

35 NIEBUHR, Description de l'Arabie, Paris, 1779, II, 53 ; Voyage en Arabie, Amsterdam, 1776, I, 287.

36 Sur ces problèmes voir Robert PARIS, Histoire du Commerce de Marseille, tome V, De 1660 à 1789, Le Levant, Paris 1957, en particulier pages 382-385.

37 VENTURE DE PARADIS, Détail sur l'État actuel de l'Égypte, manuscrit, B.N., Fonds Français, nouvelles acquisitions, 9135, 100b-101 a. Artisans et commerçants, 111-112, 144-149.

38 Archives de Vincennes, Expédition d'Égypte, B6 9, Poussièlgue, rapport du 5 octobre 1798 à Bonaparte.

39 Artisans et commerçants, 284-286.

Notes de fin

* Les recherches dont cet article rend compte n'ont été possibles que grâce à l'admirable dépôt d'archives de la Chambre de Commerce de Marseille (et en particulier du Fonds Roux), grâce aussi à la compétence et à l'obligeance de ses conservateurs. Je suis très heureux de l'occasion qui m'est ainsi donnée d'exprimer ma reconnaissance à l'égard de la Chambre de Commerce de Marseille et de ses archives.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIGURE 1. Wakâla Ḏûlfiqâr, vue intérieure de la wakâla (Pascal COSTE, Architecture arabe, Paris, 1839, pl. XLIV).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIGURE 2. Wakâla Ḏûlfiqâr, plan et coupe (extrait de Pascal COSTE, Architecture arabe, Paris, 1839, pl. XLIII).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende FIGURE 3. Wakâla Ḏûlfiqâr, vue de l'Okel Zoulfiqar (Pascal COSTE, Architecture arabe, Paris, 1839, pl. XLIV).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende FIGURE 4. Atelier où on brûle le café (extrait de la Description de l'Égypte, État moderne, planches, pl. XXVI).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende FIGURE 5. Café arabe au Caire (extrait des carnets de dessins de Pascal COSTE, Bibliothèque Municipale de Marseille, n° 1311, page 51).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende FIGURE 6. Café arabe au Caire (extrait des carnets de dessins de Pascal COSTE, Bibliothèque Municipale de Marseille, n° 1311, page 51).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende FIGURE 7. Localisation des wakâla spécialisées dans le commerce du café au Caire. L'importance des points est en rapport avec la fréquence des mentions dans les documents du Tribunal religieux dépouillés.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1195/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

Auteur

Professeur à l'université de Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540