Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le café en Méditerranée

Le café à Istanbul au xviie siècle

Robert Mantran

Texte intégral

  • 1 E.I.2, article "Kahwa".
  • 2 R. MANTRAN, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris, 1962, 209-210.

1Sans remonter aux origines de la consommation du café en Arabie, on sait que celle-ci était un fait acquis en Arabie du Sud vers la fin du xive siècle, à la Mekke vers la fin du xve où le café était consommé sous forme de boisson et non plus de fruit et donna lieu à l'ouverture de débits de café (buyût aZ-kahwa) ce qui fût une cause de scandale pour les gens pieux. Ce même état d'esprit animait Khayr Beg, chef de la police de la Mekke, lorsqu'en 917/1511 il obtint que le café fût déclaré ha-ram (illicite) ; il interdit la vente et 1'usage du café, punit les vendeurs et fit brûler les stocks ; mais dès 1512, Khayr Beg ayant été remplacé, la consommation reprit. Le café fût connu en Égypte durant les dix premières années du xvie siècle et, là aussi, des fuqahâ' prirent position contre son usage, sans grand succès. On vit au contraire cet usage passer en Syrie, en Iraq, en Iran et, à la suite de la conquête ottomane de la Syrie et de l'Égypte, en Turquie1. Toutefois, si l'on s'en tient à ce que relate l'historiographe ottoman Ibrahim Peçevi (1574-1649), c'est seulement en 962/1554-55 que les premières kahvzhâne. (débits de café) furent ouvertes à Constantinople. Jusque là, on ne l'aurait connu que par ce qu'en racontaient les pélerins de retour de la Mekke ; peut-être également sa consommation aurait-elle été peu à peu répandue en Anatolie avant de gagner Constantinople : il semble toutefois qu'un intervalle de cinquante ans entre la première consommation du café signalée au Caire et la première signalée à Constantinople soit trop long, même si aucun document (jusqu'à présent) ne fait apparaître la mention du café avant la date indiquée par Ibrâhim Peçevi. On sait toutefois qu'à partir du règne de Soliman le Magnifique (probablement vers les années 1554-55) une taxe a été perçue sur le café, à raison de 8 aspres par ocque pour les commerçants musulmans, 10 aspres par ocque pour les commerçants infidèles ; un droit de douane supplémentaire de 6 aspres était perçu à Andrinople2.

  • 3 Ibrahim PEÇEVI, Tarih, Constantinople, Ed.1293/ 1866, t. I, 362-364.

2Sur l'introduction du café dans la capitale ottomane et l'extension de sa consommation, Ibrahim Peçevi, dans son "Histoire" (tarih) donne les précisions suivantes3 :

3"Jusqu'en l'an 962/1554–55, tant dans la capitale que généralement dans les territoires ottomans, le café était inconnu et il n'y avait pas de débits de café. Vers cette année, un nommé Hakim d'Alep, et un nommé Shams, de Damas, arrivèrent dans la cité. Ils ouvrirent chacun une grande boutique dans le quartier de Tahtakalé et commencèrent à fournir du café. Ces lieux devinrent des endroits de rassemblement pour les amateurs de plaisir, les oisifs, mais aussi pour quelques beaux esprits littéraires ; ils prirent l'habitude de se réunir par groupes de vingt ou trente ; certains lisaient des livres ou de beaux écrits, d'autres étaient occupés à jouer au trie-trac ou aux échecs, d'autres apportaient de nouveaux poèmes ou parlaient de littérature.

4Ceux qui avaient l'habitude de dépenser une bonne quantité d'argent à donner des dîners pour le plaisir de se réunir, trouvèrent qu'ils pouvaient atteindre les joies de la réunion simplement en dépensant un aspre ou deux comme prix du café. Cela atteignit un tel point que toute sorte de fonctionnaires sans emploi, des juges et des professeurs tous chercheurs de promotions, et des désœuvrés proclamèrent qu'il n'y avait pas de lieux comparables à ceux-ci pour le plaisir et la détente, et ils les remplissaient jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de place pour s'asseoir ou se tenir débout.

5Cela devint si célèbre que, en plus des détenteurs de hautes fonctions, de grands hommes ne purent s'empêcher d'y venir. Les imams, les muezzins et les hypocrites dévots disaient : "les gens se précipitent vers les cafés, et personne ne vient dans les mosquées", et les oulémas, pour leur part, proclamaient : "ce sont des maisons de mauvaise vie ; il vaut mieux aller dans une taverne que là". Les prédicateurs firent d'énormes efforts pour interdire les cafés : les muftis, arguant du fait que toute chose qui est brûlée au point d'être carbonisée, c'est-à-dire qui devient du charbon, est illégale, émirent des fetva-s contre le café". Shams semble être retourné en Syrie, après seulement trois ans de séjour à Constantinople, mais avec un bénéfice de 5  000 pièces d'or.

6Au temps de Mourad III (1574-1595), il y eut des interdictions, mais certaines personnes prirent des contacts avec le chef de la police et le commandant de la garde pour pouvoir vendre du café dans les arrière-cours, dans des boutiques étroites et peu visibles, et on leur permit de le faire.

7Bostanzadé Mehmed Efendi, premier mufti de 1589 à 1592 et de 1593 à 1598, a édicté une fetva. détaillée, en vers, donnant son approbation à la consommation du café, mais d'autres oulémas demeuraient hostiles, et les commentaires des affaires gouvernementales en ces lieux semblent avoir causé l'alarme chez les autorités qui publièrent des décrets contre les cafés, sans beaucoup d'effets.

8Après cette époque, le café devint si répandu que l'interdit fût levé. Les prédicateurs et les muftis déclarèrent que le café n'était pas complètement carbonisé et que, par conséquent, en boire n'était pas illégal. Il n'y eut désormais personne qui n'en bût, parmi les oulémas, les cheykhs, les vizirs, les grands personnages. Cela en arriva à un tel point que des grands-vizirs construisirent de grands cafés, comme investissements, et se mirent à les louer à raison de une ou deux pièces d'or par jour

  • 4 Pietro delia VALLE, Il Pellegrino … scritte dell' anno 1614 … al 1626, Roma, 1650, Trad. française (...)
  • 5 DU LOIR, Les voyages du sieur Du Loir Paris 1634, 169-170.
  • 6 Jean THEVENOT, Voyages de M. Thévenot au Levant et en Asie, Paris 1664, p. 62-63.

9Au xviie siècle, les voyageurs européens ont décrit abondamment l'engouement des Turcs pour le café. Ainsi Pietro delia Valle : "Les Turcs ont aussi un autre breuvage, dont la couleur est noire, et pendant l'Esté il est fort rafraîchissant, au lieu qu'il eschauffe bien fort en Hyver, sans changer pourtant d'essance et demeurant toujours la même boisson, que l'on avalle chaude, parce qu'elle passe par le feu, et on la boit à longs traits, non devant le repas, mais après, comme une espèce de friandise, et par gorgées, pour s'entretenir à son aise dans la compagnie des amis (…). Ce breuvage, si je m'en souviens, se fait avec la graine ou le fruit d'un certain arbre qui croist en Arabie vers la Mecque, et le fruit qu'il produit nommé Cahvé, d'où ce breuvage tire son nom (…). Il s'en débite icy une telle quantité que l'on dit que l'impost sur le cahvé monte à une somme très considérable au profit du Grand Seigneur…"4. Et Du Loir : "… On luy apporte dans une tasse plus petite, le Cahvé qui est une eau rousse qui prend son nom avec la teinture d'une graine d'Égypte qu'on fait bouillir dedans et qui est grosse comme un grain de froment. Cette liqueur n'est bonne que toute chaude (.0/ elle est d'un goust qui sent un peu la fumée, mais d'un effet merveilleux pour l'estomach et pour empescher que les vapeurs ne montent au cerveau …"5. Enfin Thévenot : Mais ils en ont une autre (boisson) qui leur est fort ordinaire. Ils l'appelle cahvé et en usent à toutes les heures du jour (…). Ce breuvage est amer et noir, et sent un peu le bruslé (…). Cette boisson est bonne pour empescher que les fumées ne s'élèvent de l'estomach à la teste (…) et par la mesme raison il empesche de dormir (…) ; il est bon aussi pour conforter l'estomach, et aide à la digestion ; enfin selon les Turcs il est bon contre toute sorte de meaux (…) ; il y en a qui y meslent des cloux girofle et quelques grains de cardamonie qu'ils appellent cacoule, d'autres y adjoustent du sucre (…). Il s'en boit leur grande quantité dans les pays des Turcs, il n'y a pauvre ou riche qui n'en boive au moins deux ou trois tasses par jour et c'est une des choses que le mary est obligé de fournir à sa femme …"6.

  • 7 NA'IMÂ, Tarih, Constantinople, Ed. 1283/1866, t.II, 168-169.
  • 8 J. Von HAMNER, Histoire de l'Empire ottoman, trad. Dochez, T. II, I. XLVII, p. 454.

10Cependant cette passion pour le café n'était pas toujours du goût des dirigeants ottomans. Si l'on en croit l'historiographe Na'imâ, l'énorme incendie qui dévasta Constantinople en 1633 avait répandu parmi le peuple un mécontentement qui s'exprimait hautement dans les cafés. Le sultan Mourad IV (1623-1640) promulgua alors un firman interdisant le café et le tabac, ordre qui fut rigoureusement exécuté7. Les cafés restèrent fermés dans la capitale et dans toutes les autres villes de 1'Empire pendant tout le règne de Mourad IV et celui de son successeur Ibrâhim 1er, pour n'être rouverts que sous le règne de Mehmed IV8.

  • 9 Evliya ÇELEBI, Seyyahatname, t. I, p. 554 et p.602.

11En ce qui concerne le commerce du café à Constantinople au xvie siècle, divers renseignements sont fournis par des chroniqueurs de l'époque et par des documents. Evliya Çelebi, qui a laissé une très importante description de Constantinople vers le milieu de ce siècle, mentionne, parmi les gens des corporations, des marchands de café qui ont 55 boutiques et sont au nombre de 100, et des négociants en café, qui ont 300 magasins et sont 500 ; ceux-ci sont de grands négociants, ils ont chacun des associés en Égypte et à San'a, au Yémen …9.

  • 10 Eremya ÇELEBI, Istanbul Tarihi, XVII asirda Istanbul (Histoire d'Istanbul, Istanbul au XVIIe siècl (...)
  • 11 B.N., Fonds turc, supplément 881, f° 13, v°, et Anci en fonds turc, 40, f° 13 2° et v°.

12Un autre chroniqueur contemporain, Eremia Çelebi mentionne dans sa description d'Istanbul, les corporations ayant défilé dans la capitale à l'occasion de la campagne de cràte en 1657, et parmi elles, celle des Kahvedji-s (cafetiers) 10 ; de même des corporations liées au commerce du café apparaissent dans des documents, tels ceux du fonds turc de la Bibliothèque Nationale à Paris11.

  • 12 Evliya ÇELEBI, op. cit. 553. Au 17e siècle, une bourse vaut 40 000 aspres ou 500 piastres.
  • 13 Evliya ÇELEBI, op. cit., 325.
  • 14 Mémoire de Roboly, Archives Nationales, B1 376, f° 44-46, 10 août 1669.
  • 15 Eremiya ÇELEBI, op. cit., 11.
  • 16 Nointel, Lettre à Lyonne du 24 juillet 1671, dans Albert VANDAL, Les voyages du Marquis de Nointel (...)
  • 17 A.N. B1 376, f° 276, Constantinople, 4 juillet 1672.

13Ce commerce du café a donné lieu à un trafic important aux mains de ceux qu'Evliya Çelebi appelle "les commerçants d'Égypte et de la Méditerranée" et dont il écrit : "ils ont 600 magasins. A l'époque de Mourad IV, l'année de la bataille de Hotin (1030/1621), Hadji Kasim, un des plus grands commerçants, fit couler du plomb dans la serrure de ses sept magasins à Bal Kapani ; on dit qu'il possédait 50 000 bourses (…). Les marchands de la "calamité" Hadji Enver, El-Hadj Ferhad, El-Hadj Nimetullah possèdent chacun 10 galions et 7 maisons ; il y a en outre de nombreux commerçants importants, semblables à ceux-ci, qui possèdent chacun de 40 à 50 000 bourses ; ils ont chacun de nombreux établissements dans l'Inde, au Yémen, en Arabie, en Perse et dans les pays francs …"12. On sait en outre que les marchands égyptiens se réunissaient au Khan "Katir", dans le quartier de Tahtakalé13. Ces marchands égyptiens ont le monopole du transport et de la vente de certaines marchandises provenant d'Égypte ou transitant par l'Égypte, et le café est du nombre : "Les subjects du Grand Seigneur … d'Égypte apportent quantité de sucre, ris, café, lin et autres denrées qu'on débite issy dans le pays. Ils ne portent dans ce pays-là que d'argent comptant avec des vaisseaux ou saîques du pays" 14 ; selon Eremiya Çelebi, ils apportent d'Égypte à Constantinople sucre, nattes, chanvre, riz, roseaux, café et henné15. Mais il existe aussi un autre système d'importations d'Égypte, constituées par les contributions en espèces et en nature adressées au Trésor du Sultan, et qui sont envoyées par un convoi de navire, la "caravane du Caire". Des navires marchands privés peuvent aussi se joindre à cette caravane, qui a particulièrement impressionné l'ambassadeur François Nointel : "Un autre jour, c'est l'arrivage annuel des marchandises d'Égypte, une caravane de mer, treize bateaux marchands se succédant à la file, bien munis d'artillerie, accompagnée de saїques ou longues barques égyptiennes, chargées de riz, café, dattes, safran, poivre, gingembre, noix muscade, séné, gomme et aromates d'Arabie, sucre, sorbet, encens …" 16Dans un document conservé aux Archives Nationales, Nointel écrit aussi : "La caravane que l'on appelle du Caire et que l'on charge à Alexandrie et ports circonvoisins est arrivée en cette ville (Constantinople) après un voyage de cinq mois … Elle est composée de treize vaisseaux marchands biens munis d'artillerie … Quant à leur chargement, il est composé premièrement des présents du sérail qui consistent en sucre, café, sorbet et ris …et qui sont envoyés par le Pacha … L'on m'a asseuré qu'il y avait à présent plus de cinq cens mille quilets de riz dans Constantinople, qui se peuvent consommer en quatre mois, que l'on a apporté du lin, du café, et du sucre en très grande abondance …"17.

  • 18 Firman de 1131/1719 cité par Oman Nuri, Mecele-i umur-u belediye, (code des affaires municipales), (...)
  • 19 Thévenot, op. cit., 63-64.
  • 20 Musahipzade Celai, Eski Istanbul yaşayişi (La vie dans l'ancien Istanbul), Istanbul 1946, p. 45.
  • 21 Salâh BIRSEL, Kahveler Kitabi (Le Livre des Cafés), Istanbul 1975.

14En dehors du sérail où était livré le café destiné au Sultan et au gens du Palais, il existait à Istanbul des Khans et des entrepôts à partir desquels les responsables de la corporation des marchands de café prenaient livraison de la marchandise ; il semble qu'à certains moments on ait interdit de vendre le café ailleurs qu'au (Mis ir çars is i) (marché égyptien), au débouché du pont de Galata et en bordure des quartiers commerçants18. De là le café était vendu aux cafetiers ( Kahvedji-s ) qui exerçaient leur métier dans des (Kahvehané-s) (débits de café) dont Thévenot a laissé une description sommaire : "Il y a plusieurs cabarets publics de cahvé, où on le fait cuire dans de grandes chaudières. En ces lieux, toutes sortes de personnes se peuvent rendre, sans distinction de religion, ny de qualité ; et il n'y a point de honte d'y entrer, plusieurs y allans pour s'entretenir ; il y a mesme au dehors du logis des bancs de massonnerie avec des nattes par dessus où s'asseoient ceux qui veulent voir les passans et estre à l'air. Il y a ordinairement dans ces cahvehanez plusieurs violons, joueurs de flustes et musiciens qui sont gagez du maistre du cahvehane pour jouer et chanter une bonne partie du jour, afin d'attirer le monde"19. On sait que des cafés existaient en différents quartiers de la capitale : selon Musahipzade Celâl, les gens de certaines corporations se réunissaient dans des cafés à Çelebia-lâeddin (Balkapani), Misir Çarsisi, Cavushane, Beyazit et Galata 20 ; et Salah Birsel signale, aux xviie et xviiie siècles, des cafés dans beaucoup de rues et sur les places notamment à Tophane et à Aya Sofya ; également à Kardirga (où se trouvait le plus grand café de cette époque), à l'échelle de Çardak sur la Corne d'Or. Il existe aussi des cafés dans les principales échelles du Bosphore (Beykoz, Incirkäy, Kanlica, Haman Iskelesi, Çengelkôy, Beylerbeyi et Usküdar) ; le plus ancien est celui de Beylerbeyi qui existait au xviie siècle. A Istanbul, les plus anciens cafés sont celui de Tiryaki Çarşisi, près de la mosquée Süleymaniye, et ceux, de Esir Pazari et de Tavuk Pazari21.

  • 22 Le Ferde, ou ballot, pèse 100 ocques, soit environ 128 kilogrammes.
  • 23 Archives turques, Kâmil Kepecioglu, Anatolie muhasebesi, Kahve rüsumu, 4518, t. 1-2 (années 1109-1 (...)
  • 24 Archives turques, Kâmil Kepecioglu, Matbah-i Amire, p. 39, (1106-7) (1694-95).

15On sait malheureusement peu de chose sur la quantité de café importée à Istanbul, ni sur la quantité consommée. Un document de la fin du xviie siècle indique que chaque année 32 000 à 40 000 ferde 22 arrivent en Égypte ; sur la totalité de ces ballots, 15 000 à 20 000 partent pour Istanbul et les autres provinces de l'Empire, la plus grande partie par navires23. Un autre document relatif à la Cuisine impériale, mentionne les achats faits en un an par l'intendant de la Cuisine impériale, el-Hadj Mehmed Efendi, de Zi 1-Ka' de 1105 à Sevval 1106/juin 1694 à mai 1695, et parmi ces achats figurent 2424 ocques de café, soit environ 3 100 kilogrammes 24.

  • 25 Archives turques, Kâmil Kepecioglu, 4518, p. 1-2.

16En l'année 1109/1697, le Trésor ayant des besoins d'argent pressants, un impôt supplémentaire de 5 paras par ocque fut perçu, s'ajoutant au droit de 8 aspres payé par les acheteurs chrétiens. Il était précisé que le café arrivant à Istanbul devait être déposé dans un khan déterminé et que c'est dans ce khan que l'on procé-à la vente aux détaillants : il était bien stipulé que toute vente en un autre lieu était interdite. Cette taxe officielle (resm-i-miri) frappa non seulement le café arrivé à Istanbul après la promulgation du décret impérial, mais aussi tous les stocks existant chez les grossistes et les détaillants. Cette taxe devait procurer 3 000 bourses en plus des revenus déjà assurés auparavant et qui semble-t-il, se montaient à plus de 14 000 bourses. La perception de ces taxes était confiée à l'intendant de la douane et à ses agents25.

  • 26 Ibid. p. 3.

17Un document similaire, de la même année précise en outre que sur 100 aspres de taxes, 6 aspres reviennent à l'intendant (de la douane), 1 aspre pour le Kadi, 1/2 aspre pour le secrétaire (de l'intendant ?), 1/2 aspre pour le secrétaire (du Kadi ?), 1 aspre pour le (banquier, changeur ?), 1 aspre pour les employés aux écritures, soit en tout 10 aspres26.

18Tous ces renseignements sont malheureusement très fragmentaires et ne permettent pas de se faire une idée précise des importations et de la consommation du café à Istanbul, ni de son évolution : il est probable que celle-ci a dû aller en progressant ce qui expliquerait que le gouvernement ottoman n'ait pas hésité à taxer davantage ce produit lorsque le besoin s'en est fait sentir. Si Evliya Çelebi nous donne des chiffres -approximatifs-concernant les négociants en café et les marchands, en revanche il ne nous dit rien sur les Kahvedjis, c'est-à-dire les "cafetiers". A peine sont mentionnés, de-ci, de-là, quelques noms de lieux qui, pour la plupart sont des lieux fréquentés, (quartiers du grand commerce, marchés, lieux de promenade) ; enfin il apparaît bien, d'après les relations des voyageurs, que la consommation du café ait pénétré dans les foyers -tout au moins ceux des personnages assez importants : l'usage du "café turc" semble dès lors bien implanté dans la capitale ottomane et, probablement en d'autres lieux de l'Empire.

  • 27 Thévenot, op. cit., 63.
  • 28 La BOULLAYE-LE-GOUZ, Les voyages et observations du sieur de la Boullaye-Le-Gouz, gentilhomme ange (...)

19Un autre problème demeure à élucider, celui de l'origine et de la fabrication du matériel utilisé. Thévenot, au milieu du xviie siècle, nous donne une description de ce matériel et du processus de préparation du café : "… quand ils en veulent boire, ils prennent un coque-mart fait exprès, qu'ils appellent ibrik, et l'ayant emply d'eau la font bouillir ; quand elle bout, ils y mettent de cette poudre pour environ trois tassées d'eau, une bonne cuillerée de ladite poudre, et quand cela bout, on la retire vistement de devant le feu, ou bien on la remue, autrement il s'enfuiroit par-dessus, car il s'es-lève fort viste ; et quand il a bouilly ainsi dix ou douze bouillons, ils le versent dans des tasses de porcelaine, qu'ils rangent sur un trenchoir de bois peint et vous l'apportent ainsi tout bouillant"27. D'où provient le matériel ? Il est probable que les instruments en cuivre utilisés (moulins, cassolettes), sont fabriqués en Anatolie, ou à Istanbul, l'Anatolie étant productrice de ce métail, largement utilisé par ailleurs. Quant aux tasses de procelaine ((findjan) elles sont probablement venues de Chine, via l'Iran, et ont ensuite été fabriquées sur place : mais sans que l'on puisse apporter la moindre précision. En tout cas, l'usage de la tasse de porcelaine était fort répandu, et l'on notait sa présence parmi les objets nécessaires pour un voyage en caravane : "… Un saq de cuire, pour mettre du cavet, un petit coqmart pour le faire cuire, un estuit pour mettre des tasses de porcelaine pour offrir à boire le cavet à ceux qui rendent visites suivant la coutume des Levantins …"28.

  • 29 Jean LECLANT, Le café et les cafés à Paris, Annales (E.S.C.) 1951, 1-14.
  • 30 Hélène DESMET-GREGOIRE, Le divan magique, l'Orient Turc en France au XVIIIe siècle, Paris 1980, p. (...)

20De la capitale ottomane, le matériel nécessaire au café passa en Europe occidentale : "Revenant de Constantinople où il avait accompagné Monsieur de la Haye, le sieur de la Roque rapporta, avec du café, les ustensiles nécessaires pour le confectionner et le boire : il s'énorgueillissait particulièrement de tasses de vieille porcelaine d'une grande beauté et de petites serviettes de mousseline brodées d'or, d'argent et de soie, objets de collection plus que d'usage courant"29. On trouvera également quelques informations sur l'usage de ce matériel en France dans un ouvrage récent30. Mais ne s'agit là que de constations, et non d'explications.

21Au terme de cette petite étude, si quelques points ont pu être mis en lumière, il faut bien constater qu'il reste encore de nombreuses lacunes : des recherches demeurent à faire, tant dans les Archives turques qu'européennes, si l'on veut mieux connaître le succès et l'expansion de ce breuvage, en commençant par l'Empire ottoman lui-même, et sa place dans le commerce turc et international : si, grâce aux travaux d'André Raymond, on est renseigné sur l'importance du commerce du café au Caire au xviiie siècle, on est loin de l'être en ce qui concerne la capitale, surtout au xviie siècle, qui en fait a été apparemment la grande période du commerce du café d'Arabie. Une recherche qui est loin d'être dénuée d'intérêt.

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Notes

1 E.I.2, article "Kahwa".

2 R. MANTRAN, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris, 1962, 209-210.

3 Ibrahim PEÇEVI, Tarih, Constantinople, Ed.1293/ 1866, t. I, 362-364.

4 Pietro delia VALLE, Il Pellegrino … scritte dell' anno 1614 … al 1626, Roma, 1650, Trad. française voyages de Pietro delia Valle, gentilhomme romain, dans la Turquie, la Palestine, l'Égypte, la Perse, les Indes orientales et autres lieux, Paris, 1661-1664, t. I, p. 78-79.

5 DU LOIR, Les voyages du sieur Du Loir Paris 1634, 169-170.

6 Jean THEVENOT, Voyages de M. Thévenot au Levant et en Asie, Paris 1664, p. 62-63.

7 NA'IMÂ, Tarih, Constantinople, Ed. 1283/1866, t.II, 168-169.

8 J. Von HAMNER, Histoire de l'Empire ottoman, trad. Dochez, T. II, I. XLVII, p. 454.

9 Evliya ÇELEBI, Seyyahatname, t. I, p. 554 et p.602.

10 Eremya ÇELEBI, Istanbul Tarihi, XVII asirda Istanbul (Histoire d'Istanbul, Istanbul au XVIIe siècle), Istanbul 1952, 309.

11 B.N., Fonds turc, supplément 881, f° 13, v°, et Anci en fonds turc, 40, f° 13 2° et v°.

12 Evliya ÇELEBI, op. cit. 553. Au 17e siècle, une bourse vaut 40 000 aspres ou 500 piastres.

13 Evliya ÇELEBI, op. cit., 325.

14 Mémoire de Roboly, Archives Nationales, B1 376, f° 44-46, 10 août 1669.

15 Eremiya ÇELEBI, op. cit., 11.

16 Nointel, Lettre à Lyonne du 24 juillet 1671, dans Albert VANDAL, Les voyages du Marquis de Nointel, Paris 1900, 69.

17 A.N. B1 376, f° 276, Constantinople, 4 juillet 1672.

18 Firman de 1131/1719 cité par Oman Nuri, Mecele-i umur-u belediye, (code des affaires municipales), t. I, istanbul 1397/1922, 800/801.

19 Thévenot, op. cit., 63-64.

20 Musahipzade Celai, Eski Istanbul yaşayişi (La vie dans l'ancien Istanbul), Istanbul 1946, p. 45.

21 Salâh BIRSEL, Kahveler Kitabi (Le Livre des Cafés), Istanbul 1975.

22 Le Ferde, ou ballot, pèse 100 ocques, soit environ 128 kilogrammes.

23 Archives turques, Kâmil Kepecioglu, Anatolie muhasebesi, Kahve rüsumu, 4518, t. 1-2 (années 1109-1697).

24 Archives turques, Kâmil Kepecioglu, Matbah-i Amire, p. 39, (1106-7) (1694-95).

25 Archives turques, Kâmil Kepecioglu, 4518, p. 1-2.

26 Ibid. p. 3.

27 Thévenot, op. cit., 63.

28 La BOULLAYE-LE-GOUZ, Les voyages et observations du sieur de la Boullaye-Le-Gouz, gentilhomme angevin, Paris 1653, 60-61.

29 Jean LECLANT, Le café et les cafés à Paris, Annales (E.S.C.) 1951, 1-14.

30 Hélène DESMET-GREGOIRE, Le divan magique, l'Orient Turc en France au XVIIIe siècle, Paris 1980, p. 75 et suivantes.

Table des illustrations

Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

Auteur

Professeur à l'Université de Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540