Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le café en Méditerranée

Sources et ressources de la Chambre de Commerce de Marseille pour une histoire du café

Patrick Boulanger

Texte intégral

1Marseille et le café … Une longue histoire que celle de la rencontre du grand port méditerranéen et d'une denrée exotique. Marseille n'avait-elle pas alors quelque droit à voir se tenir chez elle la première journée de rencontre régionale entre spécialistes de différentes disciplines en sciences humaines et praticiens expérimentés. Car ce droit s'appuyant sur les courants commerciaux contemporains, que les statistiques mettent en valeur, se fonde également sur l'Histoire elle-même. Ainsi c'est par l'intermédiaire du port de Marseille que l'introduction du café se fit en France grâce à Jean de la Rocque, négociant, de retour vers 1644 d'un long voyage en "Arabie heureuse".

2Malgré le discrédit jeté sur la nouvelle boisson par des savants appartenant à la Faculté d'Aix notamment (Faculté de Médecine, est-il besoin de le préciser …), en peu d'années son usage se répandit dans toutes les couches de la population marseillaise, à un tel point que, vers 1671, un Arménien du nom de Pascali s'avisa d'y créer le premier "café", bien modeste échoppe en plein vent, il est vrai. Sa nouveauté fit recette : l'établissement prospéra si bien qu'il céda son coin de rue à un compatriote pour s'installer à Paris, à la Foire Saint-Germain plus précisément, où il ouvrit boutique pour vendre le noir breuvage à "deux sols la tasse".

3Autre motif d'orgueil pour notre cité : l'un de ses enfants n'est-il pas à l'origine de l'introduction de la culture du caféier dans les possessions françaises d'Amérique au xviiie siècle ? Rappelons brièvement les faits et, par là même, remettons en lumière une action courageuse aux conséquences alors incalculables.

4De concert avec M. de la Mothe-Aigron, le Marseillais Mourgues réussit à subtiliser des graines de café aux Hollandais de Surinam, malgré la défense expresse de les exporter. Il parvint à tromper la surveillance des autorités locales en cachant dans ses bagages, dans son linge, les cosses fraîchement cueillies. Ces quelques semences dérobées allaient être le point de départ de la propagation du caféier aux Antilles … Mourgues les mit d'abord en terre à Cayenne, selon une méthode imitée de celle en usage dans la colonie néerlandaise, et obtint, au bout de trois ans, plus de mille jeunes plants. Une partie en fut introduite à la Martinique, en 1726, dans les jardins de Desclieux, lieutenant du roi. C'est seulement en 1728 que ce même Desclieux, devait rapporter de la métropole, au prix de nombreuses difficultés rencontrées dans une traversée restée célèbre, trois boutures provenant d'un caféier du jardin royal de Paris, issu lui-même de graines envoyées d'Amsterdam en présent à Louis XIV après la paix d'Utrecht. Ainsi, et grâce surtout à l'initiative d'un hardi Marseillais, la culture du café se généralisa dans nos îles d'outre-atlantique.

5Ce ne sont là qu'exemples, fort anecdotiques au demeurant. Ils n'en sont pas moins significatifs et, si l'on devait entreprendre une histoire générale du café en Europe Occidentale, on ne pourrait passer sous silence le rôle actif joué par Marseille et ses habitants.

6Notre Chambre de Commerce, doyenne des Assemblées consulaires et protectrice vigilante des intérêts du négoce local, a toujours porté une attention particulière à ce produit. En témoignent ses interventions efficaces au xviiie siècle en faveur de la libre introduction du café des îles à laquelle s'opposait la très puissante Compagnie des Indes, pour un temps titulaire du monopole de l'importation de celui produit en Levant. Ses autres actions, mais aussi ses travaux et ses réflexions, ont donné naissance au fil du temps à de nombreux mémoires, correspondances, statistiques …

7La présente communication se propose de dresser un état des ressources que la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille met à la disposition des chercheurs par l'intermédiaire de son Service des Archives, mais aussi de sa Bibliothèque. Il ne sera pas tenté ici une œuvre exhaustive de recension ou l'établissement d'un catalogue des documents intéressant le commerce passé du café. Là n'est pas notre propos. Plus simplement, nous essaierons de mettre en évidence les caractères généraux des informations conservées, la richesse ou la variété des pièces susceptibles d'apporter un nouvel élément à la recherche historique.

8Si l'on désire mener ces investigations selon un ordre chronologique, il faut examiner d'abord les sources des xviie et xviiie siècles et, en premier lieu, le fonds consulaire particulier, c'est-à-dire les pièces produites par l'activité des services de notre Chambre. Parmi elles, les plus importantes : ses délibérations. Il semble utile de signaler que cette Compagnie garde l'intégralité de ses procès-verbaux dès 1650, date à laquelle elle prend son autonomie définitive par rapport au corps municipal marseillais (A.C.C.M., B 1 à 20). De cette source d'information de premier ordre sur l'évolution du bassin méditerranéen, le café n'est pas absent. Ainsi, en 1692, trouve-t-on l'une des premières délibérations traitant spécifiquement des problèmes posés par son négoce. "D'une commune voix", lit-on, la Chambre propose, le 4 novembre de cette année-là, d'établir "des magasins convenables pour servir d'entrepôt à cette denrée afin de mettre les négociants à l'abri des vexations de l'actuel traitant qui exige des droits jugés abusifs (A.C.C.M., B 518 v° et 519). Depuis 1650 également, est conservée la correspondance envoyée ou reçue, si riche en données de toute nature sur les relations établies en France et le vaste Empire ottoman, avec notamment quarante neuf registres de copies des lettres que notre Chambre destinait à ses multiples correspondants de 1650 à 1793, non sans quelques lacunes malheureusement. On y retrouve, en particulier, la teneur des nombreuses missives expédiées au personnel diplomatique et aux agents des Nations françaises en terre étrangère (A.C.C.M., B 22 à 70).

9Un autre registre est digne d'intérêt : il contient les instructions données à Joseph Fabre, nommé le 7 septembre 1700 député au premier Conseil du Commerce (A.C CM., B 152). Outre deux mémoires sur la réglementation régissant alors le café, il renferme, entre autres données, une cotation de cette denrée à Marseille, de 1680 à 1706. On s'aperçoit ainsi que de 110 livres le quintal (de 40 kg) en 1680, le café tombe à 60 livres en 1682, puis en vaut 80 en 1684. Il reste pratiquement à ce prix jusqu'en 1695. L'année suivante, il s'élève brusquement à 150 livres, puis à 160 livres en 1697. Passant ensuite par des phases de baisses et de hausses successives, il se retrouve à 150 livres le quintal en 1706. Aux historiens économistes spécialistes du xviie siècle d'expliquer ces multiples fluctuations de prix …

10L'étude des autres séries du fonds particulier de la Chambre de Commerce antérieur à 1801 se révèle également fructueuse. Notre assemblée a été en effet rapidement dotée de multiples attributions : maintien de relations favorables aux échanges commerciaux, surveillance du travail dans les manufactures, entretien du port …De plus, elle acquitte pour le compte de la royauté d'importantes sommes en Barbarie et au Levant. Dans la série E, qui comprend les archives relevant notamment du domaine de la marine et traitant des problèmes spécifiques de la navigation, on note dès 1657 la présence du café dans une affaire litigieuse mettant en cause un capitaine nommé Durbéqui. S'étant nolisé pour le compte du "Grand Seigneur", il reçut d'avance 3 000 piastres ; mais le traité conclu, au lieu d'aller à Constantinople comme promis, le Ciotaden mit voile sur Livourne où il déchargea toutes ses marchandises, dont 300 quintaux de café. La Chambre fut indignée par pareil procédé, jugeant alors ces faits comme "la plus grande perfidie qui ait été jamais commise" ! D'ailleurs des représailles s'abattirent rapidement sur le négoce national au Levant à la suite de ce détournement frauduleux (A.C.C.M., E 111 et 113).

11On ne doit pas négliger non plus la série H qui conserve des documents intéressant le commerce en général, classés par pays ou en fonction de la nature des produits, objet des transactions. Retenons pour le café ceux se rapportant à Saint-Domingue, la Martinique et la Guadeloupe, régions productrices par excellence au xviiie siècle (A.C.C.M., H 19 à 22), mais aussi quelques dossiers consacrés spécifiquement à ce commerce. L'un deux rassemble les archives sur le privilège de l'entrepôt des cafés dont l'arrêt du Conseil d'État du 10 avril 1717, sur parchemin, portant suppression de cet entrepôt à Marseille, accompagné d'un mandatement signé par Louis XV et scellé en cire jaune. On y trouve également, daté du 17 mars 1730, un intéressant mémoire des négociants de Marseille commerçant aux îles françaises d'Amérique sur les avantages à espérer de la plantation des caféiers en ces régions (A.C.C.M., H 112).

12Une autre liasse groupe les papiers se rapportant "aux extractions des cafés" venus par l'Égypte à destination du Royaume de France, de 1713 à 1763 (A.C.C.M., H 113). Elle contient, en particulier, un cahier de la Nation de Constantinople, rédigé en novembre 1724, sur l'interdiction des exportations depuis les ports égyptiens et ses conséquences immédiates ou à plus long terme pour les négociants français – entre autres dizaines de pièces, naturellement … Pour affiner cette approche des sources, il faut ajouter le dossier portant sur les importations des cafés coloniaux, leur législation douanière durant pratiquement tout le xviiie siècle, et un autre commun au sucre et au café (A.C.C.M., H 114 et 111).

13La série I est axée tout spécialement sur la conservation des statistiques datant de l'Ancien Régime. Sans reposer le problème de leur validité, de leur exactitude rigoureuse, elle ne saurait être négligée par les historiens du café. Parmi les états annuels dignes d'un examen attentif, mais aussi critique, on peut citer :

  • les tableaux des marchandises expédiées au Levant et en Barbarie, de 1748 à 1789, non sans quelques lacunes (A.C.C.M., I 19 et 20) ;

  • ceux des marchandises sorties de Marseille à destination de pays étrangers, couvrant la période 1725-1779 (A.C.C.M., I 21 à 25) ;

  • les états estimatifs des marchandises venant du Levant et de Barbarie, de 1700 à 1789, là encore avec quelques manques (A.C.C.M., I 26, 27 et 28) ;

  • enfin, les statistiques des marchandises importées de l'ensemble des pays étrangers, de 1725 à 1779 (A.C.C.M., I 29 à 39).

14Grâce à ces données, il est possible d'estimer la quantité de café arrivée à Marseille lors de l'année … 1749 par exemple. Durant ces douze mois, il en fut importé :

  • 1 415 232 livres (1 livre = 400 g), à 15 sols, des îles françaises d'Amérique,

  • 23 790 livres, au même prix, d'Espagne,

  • et d'Italie, 400 livres, fort modestes au demeurant, soit un total de 1 772 212 livres de café venues par la voie maritime (A.C.C.M., I 30).

15Cette même série I permet d'apprécier, par ses statistiques, l'activité commerciale des différentes échelles levantines. En gardant encore 1749, à titre de démonstration, les états des marchandises expédiées de notre port présentent :

  • Smyrne recevant …………..…… 142 820 livres de café,

  • Salonique ……………………….. 52 592,

  • Constantinople ………………….. 36 796,

  • Les ports d'Égypte ……………… 4 854, etc …

16La série J, quant à elle, contient une suite quasi complète de correspondances envoyées par les consuls et vice-consuls de France à l'étranger, ainsi que par les députés des Nations françaises. Leurs dépêches, leurs rapports, leurs mémoires mettent en valeur eux aussi le rôle actif joué par Marseille comme port d'importation et de redistribution de cette petite graine appelée "café". Parmi les plus intéressantes pour l'objet de nos réflexions présentes, citons émanant du Caire les quelques trente liasses de lettres du consulat de 1692 à 1777, date du transfert du consulat général d'Égypte à Alexandrie, et trente-trois autres liasses formées par le courrier de la Nation française accompagné de ses pièces jointes et souvent de ses comptes.

17A côté du fonds propre de notre Compagnie, sont conservés des fonds – dits annexes – d'archives économiques, acquis à la suite de versements par voie d'autorité, d'achats ou de dons. Les pièces qu'ils rassemblent sont – elles aussi – du plus grand intérêt pour l'histoire du xviiie siècle, sous ses aspects les plus divers.

18Parmi eux, retenons les papiers de la maison de commerce Roux rassemblés patiemment par lots depuis la dernière guerre … jusqu'à il y a encore quelques semaines. Ensemble de plus de 125 000 pièces, dont 80 000 de correspondances en provenance de toutes les grandes villes de France, d'Europe, mais aussi des Antilles et du Levant, auxquelles s'ajoutent des milliers de factures de produits divers, de connaissements de marchandises et de polices d'assurances maritimes. Il n'y a aucune prétention à dire, voire écrire, qu'il n'est plus possible aux historiens économistes de l'Ancien Régime d'étudier le commerce d'un produit, d'une denrée – a fortiori le café-sans avoir recours au fonds Roux, à ces magnifiques archives d'un des premiers établissements de la place, instrument irremplaçable pour une connaissance précise, de l'intérieur en quelque sorte, des mécanismes des affaires conduites par les négociants du passé.

19Les missives conservées dans ce fonds sont d'une certaine manière le complément nécessaire des archives des représentants officiels des intérêts français sur-les places de la Méditerranée. Nous évoquions, il y a peu, le Caire. De 1728 à 1819, les Roux y entretiennent des relations épistolaires suivies avec une dizaine de leurs confrères qui fournissent des renseignements fort intéressants sur les courants commerciaux. Écoutons, par exemple, les Frères Fortolis et Cie, le 10 septembre 1730 : "La caravane de La Mecque est arrivée en cette ville depuis quinze jours. Elle s'est battue pendant trois jours avec les Arabes. Ces derniers ont pillé de 7 à 8 000 fardes de café et d'autres marchandises (…). Ce pillage est cause que le café est monté à 29 piastres le faqui et 29 et demi le salepi, quoiqu'il ne soit pas demandé (…). Il se pourrait que cette graine diminua à l'arrivée de Suez de quatre vaisseaux (…). Iceux en ont 500 fardes. Et si, dans ce temps, ceux qui sont à Gedda, au nombre de cinq, y arrivent aussi, cela pourra contribuer à le faire encore diminuer car ils en apporteront quelques 1000 fardes. Nous aurons soin de vous informer par toute voie des révolutions que cette graine pourra faire dans la suite (…)" (A.C.C.M., L. IX 764). Et les Frères Fortolis et Cie s'y appliquèrent au fil d'une correspondance qui permet de suivre à des dates très rapprochées l'évolution des prix en fonction des récoltes, des arrivages, etc…

20Parallèlement, pour montrer la richesse documentaire qu'il est possible de puiser dans les archives des Roux, voyons ce que note le négociant La Lande-Magon, de Saint-Malo, le 17 mars 1737 : "Voilà bien de la langueur dans le commerce. On ne sait de quel côté se tourner ; on ne fait pas mieux sur le café, qui est tombé chez vous de 16 à 17 sols, sans demande par la grande quantité qu'il vous en est arrivé de Bordeaux et d'ailleurs. On a raison de ne pas trouver le café bon en France parce qu'on ne sait pas le cueillir à propos et quand il est à maturité. C'est l'essentiel et d'une grande différence qui vient de ce que les habitants (de la Martinique) sont toujours pressés d'argent. Il est certain que tout dépend de la qualité". (A.C.C.M., L. IX 792).

21Dans ce même fonds, plusieurs liasses regroupent les manifestes journaliers de centaines de navires entrés à Marseille de 1730 à 1784, pièces certainement toutes uniques aujourd'hui qui indiquent la nature précise des cargaisons, le détail des destinataires (A.C.C.M., L. IX 1022 à 1025). Les connaissements des marchandises venues des Antilles ou du Levant, ou y allant, sont conservés dans de nombreux dossiers. Bordereaux d'accompagnement, ils permettent de saisir une certaine réalité des affaires, des flux commerciaux, et l'on suit par exemple deux balles de café de moka, pesant ensemble 1 548 rottes, embarquées le 16 septembre 1787 à Alexandrie par la maison Guillaume et Cie, pour compte de Roux Frères, sur le brigantin du capitaine François Guindon (A.C.C.M. L.IX 1128).

22On pourrait encore citer les dossiers contenant les factures de café (A.C.C.M., L. IX 1176) ou les prix courants des marchandises, tant à Marseille qu'à l'étranger, sources d'autant plus précieuses que leurs supports fragiles ou leur intérêt limité dans le temps pour l'usager du xviiie siècle les ont presque toutes fait disparaître à l'heure actuelle (A.C.C.M., L. IX 1026 à 1028).

23Nous n'aurions garde enfin d'oublier le fonds Raymond Bruny qui donne une idée de l'activité commerciale de ce négociant avant qu'il ne cesse ses opérations en 1729 et cède sa maison à ses neveux Jean-Baptiste-Ignace et Pierre-Honoré Roux (A.C.C.M., L. XV). Les affaires traitées par R. Bruny en ce début du xviiie siècle concernent notamment des quantités importantes de café venues d'Égypte souvent en liaison avec des négociants étrangers, ce qui développe plus encore le caractère international de ces tractations.

24Au travers de quelques livres comptables, dont un d'achats, de ventes et de frais, on découvre le commerce du café tel qu'il est pratiqué dans les comptoirs marseillais, même s'il ne forme pas l'activité essentielle d'une maison en un temps où les négociants s'intéressent aux produits les plus divers et apparaissent tout à la fois comme des armateurs ou des banquiers.

25Certes il serait possible de s'en tenir à la description des fonds anciens, à la richesse documentaire qu'ils renferment. Cependant une mission de présentation des ressources de cet établissement, dans le cadre d'une histoire du café, ne peut passer sous silence les données qui, bien que moins importantes d'un point de vue quantitatif, n'en n'ont pas moins une certaine valeur qualitative. Après l'Ancien Régime, abordons donc l'époque contemporaine.

26Supprimées en 1791 par l'Assemblée Constituante, les Chambres de Commerce ne sont progressivement rétablies qu'à partir de 1802 dans les principales villes de France. Celle de Marseille est réinstallée, le 17 mars 1803, avec des attributions amoindries et purement consultatives. Cependant sans sortir d'un rôle que le Consulat avait dévolu à semblables organismes, notre Compagnie intervint constamment auprès des Pouvoirs publics sur la législation commerciale, les questions douanières, la politique au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord …

27Le commerce des cafés a subi lui aussi une profonde mutation en ce début du xixe siècle. La Révolution, puis les guerres napoléoniennes ont arrêté pratiquement les importations sur le continent européen. Le café manque-t-il ? On développe des ersatz de toute nature, notamment la chicorée. Leurs cultures restant alors sans débouchés, les producteurs coloniaux sont conduits au bord de la ruine.

28Avec le retour de la paix, le négoce reprit son cours, mais les conditions ne sont plus identiques : de nouvelles régions d'Amérique du Sud prennent place progressivement sur le marché mondial tandis que les colonies françaises, qui fournissaient à la fin du xviiie siècle la plus grande partie du café consommé en Europe, voient leurs marchés diminuer sans appel.

29Des dossiers figurant dans la série "Commerce International" (A.C.C.M., M Q) peuvent fournir des matériaux pour des études économiques portant sur ces mutations. Celui consacré au Brésil (A.C.C.M., M Q 5.3) est émaillé d'informations sur certaines récoltes de café, telles celles de 1878 ou des années 1930, connues pour leurs conséquences dramatiques et leur impact à l'échelle planétaire. Semblables éléments, mais aussi des statistiques sur les importations, l'évolution de la réglementation en France, peuvent se retrouver dans les archives rassemblées par pays producteurs ou dans le dossier spécifique au café couvrant en l'état actuel du classement la période 1806-1958 (A.C.C.M., M P 3.1.), voire dans les registres de la correspondance envoyée ou des délibérations de notre Assemblée.

30Les cargaisons de café, à leur arrivée dans le port, étaient réceptionnées, échantillonnées et placées par la législation :

  • soit, sous le régime de l'entrepôt réel, c'est-à-dire sous contrôle douanier,

  • soit, dans un entrepôt commercial affecté aux marchandises ayant immédiatement acquitté les droits de douane ou en étant exemptées.

31Les docks situés sur les quais de la Joliette possédaient le monopole de l'entrepôt réel. Antérieurement à leur création, il y avait eu, dans le rayon du Bureau de Douane, de grands magasins édifiés à la fin du xviiie siècle, appartenant à des particuliers, et destinés à abriter les produits importés soumis à ce régime spécial. Pareille situation disparut avec l'établissement de la Compagnie des docks et entrepôts de Marseille, constituée en 1859 par Paulin Talabot, le célèbre animateur de la Compagnie des chemins de fer de Lyon à Marseille et de tant d'autres entreprises capitalistes. Un personnel expérimenté présidait à toutes les opérations de chargement d'emmagasinage, etc…, ayant à sa disposition un important matériel mécanique pour assurer de la façon la plus parfaite la manipulation de marchandises délicates et de grande valeur.

32L'évolution rapide des techniques de la navigation et de la manutention fit apparaître, avec la fin du premier conflit mondial, la nécessité de moderniser les installations des docks, transformations qui excédaient les possibilités financières de la Compagnie, d'autant que de grands courants de trafic se tarirent. Même si d'autres se développaient, les fonctions de Marseille comme port de transit et d'entrepôt allaient en diminuant … En imposant au port une longue période de léthargie et en lui causant des dommages sans précédent, la deuxième guerre mondiale aggrava plus encore la situation de la Compagnie des docks. Aussi, dès la Libération, la Direction du port engage avec elle des pourparlers dans le but de préparer le rachat par l'État de ces concessions.

33Au mois de mars 1947, le Gouvernement décida de les attribuer provisoirement à la Chambre de Commerce de Marseille, ce qui fut officialisé par un décret paru au Journal Officiel du 22 décembre 1950. A ce titre, notre Chambre de Commerce a hérité d'une partie des archives d'exploitation de l'ancienne Compagnie des docks et entrepôts – archives qui, récemment classées, sont livrées désormais à la curiosité des chercheurs. A l'aide des papiers ainsi conservés, il est possible de retrouver trace de l'activité des différentes maisons intéressées par le café, des tonnages stockés, puis mis à leur disposition de 1904 à 1937, et de reconstituer un aspect assez particulier de ce négoce à Marseille jusqu'à l'immédiat avant-guerre.

34L'évolution du marché du café sur la place peut être également perçue grâce à l'apport de sources imprimées, au premier rang desquelles il convient de placer les comptes rendus de.la situation commerciale et industrielle de la circonscription de Marseille, publiés de 1861 à 1938 par notre établissement. Au sein de chaque compte rendu, se détachent généralement trois grandes parties :

  • "Marseille maritime", analyse statistique de la situation de l'armement, du mouvement de la navigation dans les ports, appréciés selon divers critères ;

  • "Marseille commercial et industriel" où, après des considérations générales sur la conjoncture, sont passés en revue les différents produits ou domaines sur qui se fonde l'activité de la ville. Le café y tient naturellement une part sensible ;

  • Enfin, plusieurs chapitres, placés sous l'appellation de "Marseille colonial", présentent notamment les statistiques d'importations des possessions françaises de l'époque en rapport avec notre port, accompagnées une fois encore de notes variées.

35Pour mieux faire percevoir l'importance documentaire de ces comptes rendus, nous indiquerons seulement qu'en 1903, année choisie sans aucun déterminisme, on y trouve le tableau des importations de café à Marseille, par provenance, les prix selon les qualités d'origine, des appréciations multiples sur ce négoce (conjoncture, récoltes, législation, etc…) et ses desiderata.

36Autres sources importantes, plusieurs collections de quotidiens et d'hebdomadaires conservées par la Bibliothèque de la Chambre de Commerce se révèlent elles aussi très utiles pour une histoire du café à Marseille. Ainsi Le Sémaphore, journal d'informations économiques et maritimes imprimé depuis 1828, précise une image de la place grâce à l'insertion du mouvement journalier des navires, de leurs cargaisons, mais aussi à la présence d'une revue commerciale hebdomadaire où sont analysés la tendance de la semaine écoulée et les prix courants, variables selon les qualités. Marseille étant le second marché national après Le Havre, il peut s'avérer encore utile de consulter la publication intitulée Le commerce des cafés qui renferme de nombreuses statistiques sur les importations et les stocks dans les grands ports français, d'études sur les problèmes de transport, les lois fiscales, les différents modes de culture, leurs résultats … (B.C.C. M. ; K 324, années 1918 à 1924).

37Dépassant le cadre national, les "Rapports commerciaux des agents diplomatiques et consulaires de France" à l'étranger, publiés par le Ministère des Affaires Étrangères et le Ministère du Commerce et de l'Industrie, et disponibles pour la période 1877-1914, sont aussi une mine de renseignements d'un grand intérêt. Parmi eux, on peut citer celui du consul général de France à Hambourg sur le commerce des cafés en ce port en 1888 (Bulletin consulaire français, premier semestre 1889, t. XVII, p. 479 et sq.). Similaires dans leurs objectifs, les rapports diplomatiques britanniques, ou ceux des agents belges à l'étranger, donnent des visions diverses mais souvent proches des situations économiques, des problèmes commerciaux ou législatifs intéressant les cafés dans la deuxième moitié du xixe siècle.

38Sans nullement prétendre exposer des résultats de recherche novateurs, nous avons abordé les problèmes du café, de son marché local, sous l'angle spécifique des sources conservées à la Chambre de Commerce de Marseille.

39Ces sources, nous l'avons vu, sont multiples, mais aussi d'inégale qualité. Elles témoignent cependant de l'intérêt que notre Compagnie a toujours eu de servir, de défendre le négoce en général, mais aussi de protéger et communiquer un important patrimoine de documents nés de son activité féconde.

40Au travers de cette documentation, s'il est présomptueux de vouloir retracer toute l'histoire du café, du moins est-il possible de retrouver, de ressusciter une convergence de destins entre une denrée et un port … Remarquables relations s'il en est à la connaissance desquelles, nous pouvons l'espérer, la présente table ronde et les prochaines réunions de travail sur ce thème cafés en ce port en 188.

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Table des illustrations

Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

Auteur

Archiviste-Adjoint de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540