Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Deuxième partie. Le Maghreb indépendant

V. Les élites politiques du Maghreb

Jean Emmecey, Jean-Claude Santucci et Hubert Michel

Texte intégral

LA TUNISIE*

  • * Par Jean Emmecey.
  • 1 Michel Camau, Gérald Dubray, Noureddine Sraieb, « Tunisie », in Centre de Recherches et d’Études s (...)
  • 2 Dont 8 ont appartenu également au Comité central ; ce canal provient de ce qu’avant octobre 1971, (...)
  • 3 4 d’entre elles sont ensuite entrées au gouvernement ; parmi celles-ci, 2 ont également été appelé (...)
  • 4 Il s’agit là des renseignements biographiques auxquels peut accéder tout lecteur de la presse tuni (...)

1Dans le cadre de cette note de présentation des « élites politiques maghrébines », les indications relatives à la Tunisie reposent à titre principal sur les résultats simplifiés de l’analyse effectuée en 1970 à partir d’un échantillon constitué par les 97 personnalités qui, entre novembre 1955 et décembre 1969 (inclus) ont appartenu au gouvernement tunisien ou au Bureau politique du Néo-Destour (devenu Parti Socialiste Destourien en 1964) ou au Comité central de ce même parti1. Cependant, on s’est efforcé, dans la mesure du possible, de tenir compte des mutations intervenues dans le personnel politique tunisien entre janvier 1970 et décembre 1973; en effet, durant cette période, 34 personnalités qui n’avaient jamais appartenu à l’une des trois instances que l’on vient de citer, y ont accédé : pour 15 d’entre elles, l’accession s’est faite par le canal du gouvernement2, tandis que les 19 autres sont entrées au Comité central3. Pour beaucoup de ces personnalités, on n’a disposé que de renseignements biographiques4 partiels; bien plus, aucune donnée n’a pu être réunie pour 8 personnalités qui, toutes, appartiennent uniquement au Comité central. C’est donc sur la base d’un échantillon global de 123 unités que seront ici fournies un certain nombre d’indications relatives à l’origine géographique, l’origine sociale et la formation des élites politiques tunisiennes. Chaque fois que cela paraîtra nécessaire, on tentera de faire apparaître les mutations engendrées par la période 1970-1973 par rapport aux résultats de l’analyse menée en 1970.

1. — L’origine géographique

  • 5 C’est pourquoi on n’a pas tenu compte ici des scindements dont ont fait l’objet les gouvernorats d (...)

2Pour étudier l’origine géographique des élites politiques tunisiennes, on a retenu comme cadre d’analyse la division administrative initiale du pays en treize circonscriptions, appelées « gouvernorats » : Béja, Bizerte, Gabès, Gafsa, Jendouba, Kairouan, Kasserine, Le Kef, Médenine, Nabeul, Sfax, Sousse, Tunis. Chaque gouvernorat, s’il est administré suivant des modalités qui l’apparentent au département français, réunit les caractéristiques géographiques, économiques et humaines d’une région5.

  • 6 Soit 34 cas, dont les 26 personnalités de l’échantillon 1970-1973, trait qui souligne le caractère (...)

3La détermination de l’origine géographique des élites, autrement dit leurs liens avec tel ou tel gouvernorat (telle ou telle région) s’est faite à partir de deux indicateurs : le lieu de naissance de chaque personnalité et le lieu d’implantation de sa famille; dans les cas où il y avait non correspondance, la préférence a été donnée au second, dans la mesure où il apparaissait que le lieu d’implantation familiale correspondait à l’activité économique principale. Précisons cependant que lorsque le lieu d’origine de la famille n’a pu être identifié, on a considéré que le sujet était originaire de l’endroit où il était né6.

4L’analyse, menée sucessivement à partir de trois niveaux distincts (résultats absolus pour la période 1955-1973, variations enregistrées entre 1955-1970 et 1970-1973, mise en relation avec les effectifs de la population tunisienne), fait apparaître d’importantes disparités régionales :

  • 7 Les pourcentages auxquels nous nous référons à ce propos ont été calculés sur la base de 122 unité (...)

5–– pour l’ensemble de la période 1955-1973, l’origine géographique des élites tunisiennes conduit à classer les gouvernorats en quatre grandes catégories7 :

  1. Les gouvernorats de Sousse et de Tunis qui, avec respectivement 24,6 % et 23,8 % de l’échantillon, se révèlent les régions comportant la plus forte émergence d’élites;
  2. Les gouvernorats de Médenine (9,8 %), Sfax (9 %) et Kairouan (7,4 %), qui, bien que les résultats de chacun d’entre eux soient sans commune mesure avec ceux de Sousse ou de Tunis, n’en délimitent pas moins une zone moyenne par rapport aux huit autres régions; encore convient-il de noter que la plupart des effectifs du gouvernorat de Médenine sont originaires de la seule île de Djerba; avec 8,2 % de l’échantillon, celle-ci fournit presque autant d’élites que l’ensemble du gouvernorat de Sfax ;
  3. Les gouvernorats de Gabès (5,7 %), Bizerte (4,9 %), Béja (3,3 %), Gafsa (3,3 %), Le Kef (3,3 %) et Nabeul (3,3 %) qui s’apparentent par leur faible représentation ;
  4. Les gouvernorats de Jendouba (0 %) et Kasserine (1,6 %), enfin, qui ne fournissent pas ou pratiquement pas d’élites8.

6–– Si, se plaçant dans une perspective diachronique, on distingue au sein de l’échantillon les deux périodes 1955-1970 et 1970-1973, on constate que les quatre grands types de gouvernorats précédemment évoqués étaient déjà perceptibles en 1970, à cette différence près que le gouvernorat de Kairouan relevait alors (avec 5,2 %) de la troisième catégorie. Abstraction faite de cette exception, les taux d’accroissement enregistrés d’une période à l’autre n’ont, en effet, guère modifié les disparités régionales. Que les gouvernorats de Gabès, de Kasserine et du Kef aient progressé de 133,3 %, 100 % et 100 % et ceux de Sfax, de Sousse, de Médenine et de Tunis uniquement de 57,1 %, 25 %, 9 % et 3,5 % a eu peu d’incidences compte tenu de ce que dans un cas l’accroissement portait sur des grandeurs initiales égales ou inférieures à trois unités et dans l’autre sur des grandeurs initiales égales ou supérieures à sept unités. En revanche, à l’intérieur de chacune des grandes catégories, on a assisté à des nivellements qui méritent d’être signalés :

  1. Dans la première, la progression de Sousse (25 %) et la stagnation de Tunis (3,5 %) ont pratiquement placé ces gouvernorats sur un pied d’égalité : 30 unités pour Sousse et 29 pour Tunis en 1973 contre 24 et 28 en 1970 ;
  2. Dans la deuxième, outre l’accession du gouvernorat de Kairouan, grâce à sa progression de 80 %, on a pu enregistrer un phénomène quasi identique entre Sfax (taux d’accroissement 57,1 %) et Médenine (taux d’acroissement : 9 %), qui réunissent respectivement 11 et 12 unités en 1973 contre 7 et 11 en 1970; on observera à ce sujet que si, entre 1970 et 1973, le gouvernorat de Médenine s’est enrichi d’une unité, l’île de Djerba, par contre, n’a pas progressé ;
  3. Dans la troisième, hormis le cas du gouvernorat de Kairouan, déjà évoqué, et celui de Gabès qui, avec le plus fort taux d’accroissement (133,3 %) apparaît désormais comme le moins mal loti des régions faiblement représentées, le même phénomène de nivellement peut être observé : les gouvernorats de Béja, Gafsa, le Kef et Nabeul se trouvent en 1973 dans la même situation alors qu’en 1970 on notait entre eux de légères différences; à ce propos, il y a lieu de signaler la progression nulle du gouvernorat de Nabeul ;
  4. Pour la quatrième catégorie, il est assurément difficile de parler de nivellement compte tenu de ce que en s’enrichissant d’une unité le gouvernorat de Kasserine a progressé de 100 % alors que celui de Jendouba, en 1973 comme en 1970, n’a fourni aucune unité à l’échantillon; néanmoins, en chiffres absolus, la progression du premier a été trop insuffisante pour permettre de le dissocier du second.

7En résumé, on peut affirmer que durant la période de 1970-1973, les disparités régionales perceptibles en 1970, loin de s’atténuer, se sont fixées. Certes, Tunis et Sousse qui, à eux deux, réunissaient en 1970 52 % de l’échantillon n’en représentent plus en 1973 que 48,4 %. Mais ce léger fléchissement ne traduit pas une tendance à une représentation équilibrée des différentes régions, comme en témoigne la mise en relation des résultats obtenus avec les effectifs de la population tunisienne.

8–– Les disparités régionales ne peuvent être appréhendées uniquement en fonction des chiffres bruts de la répartition des élites entre les différents gouvernorats. Pour apprécier l’ampleur de celles-ci, il convient de tenir compte non seulement du nombre d’élites originaires de chaque gouvernorat mais aussi du nombre d’habitants de chacune des régions. Il est alors possible de dégager un indice de représentation, consistant dans le rapport taux d’élites produites/taux de population, qui traduit une surreprésentation au-dessus de 1 et une sous-représentation au-dessous du même chiffre. De la sorte, on est conduit à opérer les constatations suivantes (Cf. tableau 1) :

  1. Seuls les gouvernorats figurant dans les deux premières catégories envisagées dans les précédents développements ont chacun une représentation égale ou supérieure à 1 (encore que l’indice de Sfax y soit légèrement inférieur) ;
  2. Cette situation recèle des disparités entre les gouvernorats les mieux représentés : si la représentation de Tunis et de Kairouan est légèrement supérieure à celle qui prévaudrait en situation d’équilibre (et celle de Sfax, légèrement inférieure), en revanche Sousse (avec un indice de 2,1) et surtout Djerba (avec un indice de 5,4) sont très largement sur-représentés;
  3. Envisagés globalement, les gouvernorats de Sousse, Tunis, Sfax, Kairouan et l’île de Djerba contrastent avec le reste du pays : groupant 46 % de la population, ils ont produit 73 % des élites (indice de représentation : 1,6) alors que les autres régions, où vivent 54 % de la population n’ont donné à la Tunisie que 27 % de ses élites (indice de représentation : 0,5).

TABLEAU I. Pourcentages comparés de représentation régionale (échantillon 1955-1973)

TABLEAU I. Pourcentages comparés de représentation régionale (échantillon 1955-1973)
  • 9 Encore que pour cerner cette dimension de façon rigoureuse, il serait nécessaire de prendre en con (...)
  • 10 Là encore, il faudrait envisager les péripéties des carrières politiques.

9L’ensemble des caractéristiques que l’on vient de dégager ne sauraient être isolées des données socio-économiques : la sous-représentation de gouvernorats tels que ceux de Kasserine ou du Kef, par exemple, et l’absence de représentation du gouvernorat de Jendouba tiennent, principalement, sinon exclusivement, au faible niveau de développement de ces régions; inversement, le nombre d’élites originaires des gouvernorats de Tunis, Sousse et Sfax peut être imputé à l’importance des trois centres urbains qui y sont implantés. De ce point de vue, les disparités enregistrées au niveau des élites recouperaient les disparités entre la Tunisie « utile » et le reste du pays. Néanmoins, il est clair que la correspondance est loin de s’avérer complète : ainsi, le gouvernorat de Nabeul, le Cap Bon, joue dans l’économie de la Tunisie un rôle dont ne rend pas compte le nombre d’élites qui en sont originaires; de même, la prépondérance de Sousse sur Tunis au niveau de la production des élites ne correspond pas à leur poids respectif dans la vie du pays. D’où la nécessité de ne pas négliger les facteurs politiques : compte tenu du rôle joué par le Sahel de Sousse dans la lutte de libération nationale, il n’est pas étonnant que nombre de personnalités soient originaires de cette région; de plus, les clans qui s’affrontent sur la scène politique recouvrent souvent des clivages régionaux, liés à des phénomènes de « clientèles » : la progression de Sousse et la stagnation de Tunis entre 1970 et 1973 pourraient ne pas être étrangères à cette dimension de la vie politique tunisienne9 ; en ce qui concerne le gouvernorat de Nabeul, il est probable que le climat politique qui a longtemps prévalu dans la région, et qui s’est traduit au lendemain de l’indépendance par l’élection dans la ville chef-lieu du gouvernorat, d’une municipalité indépendante à participation communiste, est à l’origine de la faible représentation de la région et de l’absence de progression entre 1970 et 1973; la position particulière de la région de Sfax dans le Mouvement national sous le Protectorat pourrait également expliquer que ce gouvernorat, en dépit de son importance, soit loin de concurrencer Sousse ou Tunis au niveau de la production des élites; par ailleurs, la progression du gouvernorat de Kairouan entre 1970 et 1973 pourrait éventuellement correspondre à un phénomène d’alliance, dans le cadre d’une lutte de clans à base régionale, avec les Sahéliens contre les Tunisois10. Reste enfin le cas de Djerba : l’insularité et l’émigration vers les grands centres urbains du continent, qui en découle, expliquent apparemment la sur-représentation de la région; toutefois, l’absence de progression entre 1970 et 1973 n’est sans doute pas étrangère à ce que l’île représentait en 1955-1956 l’un des bastions de Salah Ben Youssef dans sa lutte ouverte avec Bourguiba et la majorité de la direction du Néo-Destour.

  • 11 Centre de Recherches et d’Etudes sur les Sociétés Méditéranéennes, la formation des élites politiq (...)

TABLEAU 2. Origine sociale des élites tunisiennes11

TABLEAU 2. Origine sociale des élites tunisiennes11

Horizontalement : Première profession des sujets
Verticalement : Profession du Père.

2. — L’origine sociale

10La détermination de l’origine sociale des personnalités relevant de notre échantillon s’avère aléatoire pour deux types de raisons. Tout d’abord se pose le problème des critères : la prise en considération de la profession du père d’un individu est nécessaire pour situer l’origine de celui-ci ; néanmoins, elle s’avère insuffisante dans la mesure où l’exercice d’un métier ne constitue pas obligatoirement la source principale ou exclusive de revenus : une personne peut être avocat de profession et disposer d’un important patrimoine foncier. Par ailleurs, la sélection des critères est contrariée par les possibilités limitées de leur application à l’échantillon, les biographies publiées dans la presse comportant, en effet, peu ou pas d’indications sur le statut social de la famille. C’est pourquoi, on a été contraint de faire abstraction du niveau de fortune (les rares fois où il était connu) pour ne retenir que la profession du père; de plus, celle-ci n’a pu être identifiée que dans 66 cas, concernant tous des personnalités relevant de l’échantillon 1955-1970. C’est donc à des indications très approximatives que correspondent les résultats chiffrés auxquels on est parvenu.

  • 12 Cf. Centre de Recherches et d’Etudes sur les Sociétés Méditerranéennes, la formation des élites po (...)

11Les différentes professions exercées par les parents des personnalités étudiées peuvent être classées en trois grands groupes déterminés par le niveau de vie et de culture qu’elles impliquent : la catégorie des « classes supérieures » (haut-fonctionnaire, avocat, médecin, propriétaire foncier, grand commerçant), la catégorie des « classes moyennes » (commerçant, instituteur, fonctionnaire…), et la catégorie des « classes modestes » (ouvrier, artisan, fellah, employé). Sur cette base (cf. tableau 2), il est permis de considérer que 51,5 % des élites (34 sur 66) sont issues des « classes supérieures » (près de 47 % sont issues de grands commerçants et de propriétaires fonciers), 27,2 % (18 sur 66) des « classes moyennes », et 21,2 % (14 sur 66) des « classes modestes ». (Il est à noter que dans cette dernière catégorie, on ne compte que deux fils d’ouvriers). Dans l’ensemble, il apparaît que la majorité des élites originaires du Sahel de Sousse sont issues des « classes moyennes », tandis que la plupart des personnalités originaire de Tunis et de Djerba proviennent des « classes supérieures »12.

  • 13 Si l’on considère qu’entrent dans cette dernière catégorie les « journalistes » et les « politique (...)

12Si l’on met en corrélation la profession des parents, indicateur retenu pour la détermination de l’origine sociale, et la première profession des élites, on est à même de dégager quelques indications quant à la mobilité sociale (tableau 2). Envisagée en fonction des 92 sujets (sur 97) pour lesquels elle est connue, la première profession fait apparaître un rétrécissement considérable de la catégorie des « classes modestes », dont ne relève que deux élites, un gonflement de la catégorie des « classes moyennes » et une légère progression de la catégorie des « classes supérieures »13. Néanmoins, on ne saurait établir à ce propos des pourcentages pour les comparer avec ceux de l’origine sociale, dans la mesure où, en raison du nombre variable de non-réponses, on ne se trouve pas en présence du même échantillon dans les deux cas. D’où la nécessité d’examiner la mobilité sociale uniquement à partir des 66 sujets pour lesquels sont à la fois connues la profession du père et la première profession. En se cantonnant dans ces limites, on est conduit à constater que la catégorie des « classes modestes » évaluée à 21,2 % pour l’origine sociale disparaît totalement avec la première profession, la catégorie des « classes moyennes » passe de 27,2 % à 44,5 % environ (30 sur 66) et la catégorie des « classes supérieures » de 51,5 % à 54,5 % (36 sur 66). C’est dire que l’accession après l’indépendance, de personnalités d’origine modeste à des responsabilités au sein du Gouvernement ou à la direction du Parti n’a pas correspondu à une relative promotion des catégories sociales dont elles étaient issues mais a consacré des ascensions individuelles dans la hiérarchie sociale. D’ailleurs, si l’on s’attache à identifier la première profession des sujets issus des « classes modestes », on constate que les 14 fils d’ouvriers (2), d’artisan (5) et de fellah (7) sont devenus instituteurs (3), professeurs (4), fonctionnaires (3), journalistes (3) et haut fonctionnaire (1). Les 18 personnalités originaires des « classes moyennes » sont devenues, quant à elles, instituteurs (1), professeurs (8), fonctionnaires (3), haut fonctionnaires (2), avocats (4) ; autrement dit, il n’y a véritablement eu ascension sociale que pour le tiers d’entre elles; encore convient-il d’observer que pour un fils de petit commerçant le fait de devenir instituteur, professeur ou fonctionnaire constitue en soi une promotion quand bien même la mobilité ne jouerait qu’à l’intérieur de la même catégorie, celle des « classes moyennes ». Reste la catégorie des « classes supérieures » : que celle-ci ait fourni les seuls grands propriétaires fonciers (1) et grands commerçants (2) de l’échantillon, la majorité des avocats (10 sur 16) et des médecins (2 sur 3) ainsi que près de la moitié des hauts fonctionnaires (6 sur 13) ne saurait étonner. Par contre qu’elle ait donné 1 instituteur, 1 commerçant, 2 fonctionnaires et 4 professeurs peut surprendre : ne s’agirait-il pas là d’un déclassement ? En fait, on remarquera que les personnalités en cause sont toutes issues de la grande propriété foncière ; ce qui tendrait à illustrer les limites de la profession comme critère de la position dans la stratification sociale : on peut être instituteur, commerçant, fonctionnaire ou professeur et disposer simultanément de revenus fonciers ; exception faite du cas de la personnalité devenue commerçant, la première profession correspond dans une certaine mesure à une promotion : elle marque l’accession d’individus, appartenant à des familles fortunées, à un niveau culturel souvent supérieur à celui de leurs parents.

3. — La formation

13En ce qui concerne la formation des élites politiques tunisiennes, les renseignements disponibles sont plus abondants et permettent de ce fait de mener l’analyse à partir d’un échantillon plus large que celui auquel on s’est référé pour l’origine sociale. Ce dernier, rappelons-le, se limitait à 66 cas, relevant tous de la seule période 1955-1970 ; ici, en revanche, le nombre de cas est plus important et se rapporte à l’ensemble de la période 1955-1973.

  • 14 Base de calcul : 123 unités.

14Dans le domaine de la formation, avant même d’entrer dans le détail, une première constatation s’impose : le niveau d’études des élites politiques tunisiennes s’avère très élevé. Plus de 81 % d’entre elles ont suivi des études supérieures (14,5 environ se sont arrêtés au niveau du secondaire) et seules 4 % environ n’ont pas dépassé le niveau du primaire14. A ce sujet, il est intéressant de noter que le niveau d’instruction est plus élevé pour la période 1970-1973 que pour celle qui l’a précédée. Toutes les personnalités dont l’accession au gouvernement ou/et aux instances dirigeantes du Parti s’est opérée après 1970, ont reçu un enseignement secondaire et parmi elles seules moins de 12 % n’ont pas poursuivi leurs études dans des établissements d’enseignement supérieur.

15A quel contenu et à quel type d’enseignement correspond ce niveau d’études ? A cette question, on s’efforcera d’apporter quelques éléments de réponse en examinant successivement les étapes de la formation. Cependant, le manque d’indications sur l’enseignement primaire nous a contraint de nous cantonner au secondaire et au supérieur.

L’enseignement secondaire

16Il est possible de distinguer quatre types d’établissements secondaires parmi ceux fréquentés par les élites tunisiennes au cours de leur formation : le collège Sadiki de Tunis, le lycée Carnot de Tunis, la Zitouna et divers autres lycées et collèges. Cette distinction repose sur la spécificité de l’enseignement dispensé : le collège Sadiki, réservé aux Tunisiens musulmans, dispensait un enseignement bilingue, en arabe et en français, mais, jusqu’à la fin de la 2e guerre mondiale ne préparait pas au baccalauréat; le lycée Carnot, en revanche, fonctionnait à l’instar des lycées de la « métropole » ; les autres lycées et collèges, à la différence du lycée Carnot, furent dotés en 1944 d’une section, dite « tunisienne », dispensant un enseignement de type sadikien ; l’Université de la grande mosquée de la Zitouna, enfin, dispensait un enseignement religieux traditionnel.

  • 15 Dans un souci de simplification, les personnalités ayant fréquenté le collège Sadiki et un autre é (...)
  • 16 Soit 99 unités, du fait de 19 non réponses et des 5 personnalités qui n’ont suivi que des études p (...)

17Il apparaît que dans leur majorité les élites tunisiennes ont suivi leurs études secondaires au collège Sadiki; plus de 57 % contre près de 20 % dans les autres lycées et collèges, 12 % environ au lycée Carnot et 11 % à la Zitouna15. Ces pourcentages calculés sur la base de l’échantillon 1955-197316 sont différents de ceux auxquels avait conduit l’analyse de la seule période 1955-1970 : la prise en considération de la période 1970-1973 a eu pour effet d’élever de 4 points le taux de Zitouniens et de baisser de 3 celui de Sadikiens. Cependant, on ne saurait en tirer des conclusions définitives sur le type d’enseignement suivi par les personnalités entrées au gouvernement et/ou à la direction du Parti après 1970, dans la mesure où l’on n’a pu obtenir des indications qu’à propos de 15 sujets sur 26 ; la forte proportion de non-réponses laisse planer un doute sur le poids effectif de la Zitouna par rapport au collège Sadiki. Quoi qu’il en soit, les chiffres — partiels — ont le mérite de faire ressortir l’importance du collège Sadiki face aux autres types d’établissements.

18Si l’on envisage, non plus les effectifs globaux des divers établissements d’enseignement secondaire, mais uniquement les personnalités qui ont par la suite accédé à l’enseignement supérieur, la suprématie du collège Sadiki et l’effacement de la Zitouna se voient confirmés : plus de 63 % contre 6 % environ. Ces pourcentages ne correspondant qu’à des ordres de grandeur approximatifs, les mêmes raisons commandant la même réserve que pour l’évolution des effectifs globaux.

19Enfin, on observera que le passage par le Collège Sadiki ou le lycée Carnot offrait une plus grande probabilité d’accès à l’enseignement supérieur que l’inscription dans un autre lycée ou à la Zitouna : plus de 90 % des Sadikiens et des élèves du lycée Carnot (de notre échantillon) ont suivi ensuite des études supérieures, alors que seuls 73 % des sujets ayant fréquenté d’autres lycées ont reçu une formation supérieure et moins de la moitié des Zitouniens ont poursuivi leurs études au-delà du secondaire.

L’enseignement supérieur

  • 17 4 non-réponses.

20Lorsqu’on envisage le cursus universitaire des élites politiques tunisiennes, force est de considérer au premier abord que seules 25 % d’entre elles ont reçu leur formation supérieure en Tunisie contre près de 70 % en France et 5 % environ en France et à l’étranger17. Le phénomène s’explique par le fait que jusqu’à l’indépendance l’enseignement supérieur en Tunisie se résumait à l’Université de la Zitouna et, à partir de 1945, à l’Institut des Hautes Etudes de Tunis (pour les premières années d’études).

21Le lieu d’études a donc pu, durant une longue période, être lié au choix de telle ou telle discipline qui impliquait pour l’étudiant la nécessité de demeurer à Tunis (la Zitouna) ou, au contraire celle d’émigrer (grande école, par exemple).

  • 18 La rubrique « droit » englobe, outre le droit proprement dit, les sciences économiques et les scie (...)
  • 19 Rappelons qu’une même personnalité peut être incluse dans plusieurs rubriques, si elle a mené des (...)

22Le tableau 3 indique dans le détail les divers types de formation universitaire reçue par les personnalités de notre échantillon. Que l’éventail soit plus large pour la période 1955-1970 que pour celle qui l’a suivie s’explique par les différences de nombre et ne saurait, de ce fait, offrir matière à interprétation. On notera par contre que plus de 24 % (23 sur 95) de l’échantillon total ont étudié simultanément dans plusieurs disciplines. Pour apprécier le poids respectif des diverses branches suivies, il convient de synthétiser les données en sept grandes rubriques : arabe, lettres, droit, sciences, médecine, grande école, Zitouna. On remarque alors que si près de la moitié des personnalités de l’échantillon ont fait du droit18, les études d’arabe occupent une forte position (21 % environ) légèrement inférieure à celle des grandes écoles (23 % environ)19. A ce propos, on constate que la période 1970-1973 a eu pour effet d’abaisser le taux d’arabe (et de droit) et d’augmenter celui des grandes écoles : sur 23 personnalités ayant fait des études supérieures parmi celles qui ont accédé au gouvernement ou/et à la direction du Parti après 1970, aucune n’a fait de l’arabe tandis que huit ont appartenu à des grandes écoles (et 13 ont fait du droit). Ce trait est à mettre en relation avec l’entrée au gouvernement entre 1970 et 1973 de plusieurs « techniciens » ; or, avant comme après 1970, aucun des sujets ayant appartenu à une grande école (ou fréquenté une faculté de sciences) n’a suivi parallèlement des études d’arabe. Les disciplines autres que le droit, les grandes écoles et l’arabe sont nettement minoritaires, notamment la médecine et la Zitouna qui ont le même pourcentage, 5 % environ. En ce qui concerne la Zitouna, ce faible taux est la conséquence directe du nombre réduit de personnalités ayant suivi leurs études secondaires dans cet établissement. Ceci amène à s’interroger sur les itinéraires de passage de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, sur la répartition des élites dans les sept grandes disciplines du supérieur en fonction du type d’établissement secondaire qu’elles ont fréquenté auparavant. Le Collège Sadiki, où, rappelons-le, était dispensé un enseignement bilingue, a vu plus de 30 % de ceux de ses élèves (de notre échantillon) ayant accédé à l’enseignement supérieur faire des études d’arabe, ce qui est supérieur à la moyenne générale, 21,1 %) ; exception faite des Sadikiens, seules quatre personnalités issues du lycée Carnot (1) et des autres lycées (3) ont effectué des études supérieures d’arabe, ce qui représente un pourcentage très faible pour le premier (9 % environ) et une proportion appréciable pour les seconds (plus de 21 %). C’est donc à la spécificité du collège Sadiki et au fait qu’il a draîné vers lui la majorité des futures élites politiques que l’on doit la place relativement importante de la langue arabe dans la formation supérieure des sujets de notre échantillon. Il n’en demeure pas moins qu’à l’exception de la Zitouna, le droit s’avère la discipline qui a attiré, pour chaque type d’établissement, le plus d’étudiants : 81,8 % des élèves du lycée Carnot, 50 % des élèves des autres lycées et 42,3 % des Sadikiens, pour une moyenne générale de 48,4 %. Après le droit et l’arabe, ce sont les grandes écoles qui ont attiré à elles les Sadikiens : 17 % environ de ceux-ci contre 14,3 % des autres lycées et 9,1 % du lycée Carnot (moyenne générale : 23,1 %). Les lettres, dont la moyenne générale n’est que de 9,5 %, ont exercé relativement plus d’attrait sur les élèves du lycée Carnot (18,2 % de ceux-ci) que sur ceux des autres lycées (14,3 %) et de Sadiki (5,8 %). Il en va de même pour les études médicales : 18,2 % des élèves du lycée Carnot, contre 3,8 % des Sadikiens, et 0 % des élèves des autres lycées. En revanche aucun des élèves du lycée Carnot n’a entrepris des études supérieures en sciences, discipline qui a surtout eu la faveur des élèves des autres lycées (28,6 %). Reste le cas de la Zitouna, que l’on a jusqu’ici volontairement omis d’aborder.

TABLEAU 3. Formation universitaire des élites politiques tunisiennes

TABLEAU 3. Formation universitaire des élites politiques tunisiennes

23On sait qu’en tant qu’établissement secondaire, celle-ci représente peu d’unités de notre échantillon : 11,1 % des élites ayant dépassé le niveau du primaire et 6,1 % de celles ayant accédé à l’enseignement supérieur; l’université de la grande mosquée présente en outre la particularité d’être l’établissement dont la proportion d’élèves ayant accédé à l’enseignement supérieur par rapport aux effectifs du secondaire est la plus faible : seuls 45 % environ des zitouniens ont fait des études supérieures. Dans quelles disciplines ? Comme on pouvait le prévoir la grande majorité d’entre eux (4 sur 5) sont demeurés à la Zitouna. Mais, les effectifs de celle-ci, en tant qu’établissement supérieur, se sont enrichies d’une unité en provenance d’un lycée. De plus, si quatre étudiants de la Zitouna (3 qui avaient déjà effectué leurs études secondaires dans cet établissement et 1 en provenance d’un « autre lycée ») se sont consacrés exclusivement à l’enseignement dispensé par celle-ci, un autre étudiant tout en fréquentant la Zitouna, où il avait reçu sa formation secondaire, a également appartenu à une grande école. Enfin, un étudiant qui avait reçu sa formation secondaire à la Zitouna a effectué ses études supérieures en droit et en sciences.

24Après ce bref survol des diverses étapes de la formation des élites politiques tunisiennes, on donnera quelques indications sur ses débouchés, autrement dit sur la profession d’origine des élites.

Profession d’origine

  • 20 Cf. supra, 2) L’origine sociale.

25On s’est déjà intéressé à la première profession lorsqu’il s’est agi d’aborder la mobilité sociale20.

TABLEAU 4. Profession d’origine des élites tunisiennes

TABLEAU 4. Profession d’origine des élites tunisiennes

26Mais les lacunes de la documentation relative à la profession des parents nous avaient contraint à prendre pour base l’analyse d’un échantillon couvrant la seule période 1955-1970.

27L’échantillon retenu ici englobe, en revanche, l’ensemble de la période 1955-1973 et comprend 118 unités.

28Ainsi que le met en lumière le tableau 4, les élites politiques tunisiennes se répartissent en 13 professions d’origine. Certaines d’entre elles, qui n’impliquent pas une formation universitaire, ne groupent que quelques unités : artisan (1 élite), commerçant (1), employé (1), propriétaire foncier (2), grand commerçant (2).

29Par contre, trois professions qui supposent des études supérieures, représentent à elles seules 64 % (75 sur 118) de l’échantillon : professeurs (29 unités), hauts fonctionnaires (28) et avocats (18). Le professorat s’est avéré le principal débouché des personnalités ayant fait des études d’arabe (sur 29 professeurs 13 ont fait des études supérieures d’arabe) de lettres ou de sciences; il va sans dire que le barreau a attiré un grand nombre de personnalités ayant fait du droit (18 sur 46 juristes); quant à la haute fonction publique, elle regroupe principalement des personnalités issues des facultés de droit et de grandes écoles. Il est à noter que les sujets ayant accédé au gouvernement et/ou aux instances dirigeantes du Parti entre 1970 et 1973 sont dans leur majorité (57,7 %) des hauts fonctionnaires, ce qui correspond comme on l’a déjà signalé à propos des grandes écoles à l’attribution de portefeuilles ministériels à des « techniciens ». Il apparaît ainsi nettement qu’au moins à partir de 1970, la haute fonction publique constitue l’une des principales pépinières pour le renouvellement du personnel politique, alors qu’avant 1970, elle cédait le pas devant le professorat et le barreau.

30Dans leur ensemble, les professions d’origine des élites tunisiennes correspondent à un niveau social relativement élevé. En reprenant ici les catégories utilisées lors de l’étude de l’origine sociale (« classes supérieures », « classes moyennes », « classes modestes »), on remarque que, par leur profession d’origine, les élites relèvent pour 58,6 % (69 sur 118) des « classes supérieures », pour 39,8 % (47) des « classes moyennes » et 1,6 % (2) des « classes modestes ». Pour le seul échantillon 1970-1973, le taux des « classes supérieures » est de 76,9, celui des « classes moyennes » de 23,1 et celui des « classes modestes » de 0. C’est dire que le vocable « élites » recouvre bien ici un phénomène élitiste.

  • 21 C’est volontairement que n’ont pas été étudiées ici les corrélations entre l’origine géographique, (...)

31S’il fallait résumer les différentes caractéristiques évoquées précédemment, relatives à l’origine géographique, l’origine sociale et la formation des élites politiques tunisiennes21, on pourrait tracer en quelque sorte un portrait robot de celles-ci en fonction de leurs tendances dominantes : les élites tunisiennes sont, pour la plupart, originaires de Tunis, de la bande côtière formée par le Sahel de Sousse, son arrière pays, la région de Kairouan, et le gouvernorat de Sfax, et de l’île de Djerba; ces zones ne recouvrent pas exactement l’ensemble de la Tunisie « utile », les facteurs socio-économiques se combinant ici avec des facteurs politiques liés aux circonstances de la lutte contre le Protectorat. Dans l’ensemble, les élites sont issues de famille relevant des « classes supérieures » et des « classes moyennes », mais d’une manière générale, leur accession à des responsabilités politiques a consacré une ascension sociale qui l’a précédée et n’apparaît ainsi que comme une conséquence du statut « d’élite ». Ce dernier s’il se rapporte aux sommets de la hiérarchie sociale tels que la déterminent les positions économiques, est inséparable d’un haut degré d’instruction dont l’acquisition a favorisé une relative mobilité sociale. Dans leur majorité, les élites tunisiennes ont suivi leurs études au collège Sadiki de Tunis, formation qui leur a donné une double culture, arabe et française; c’est, d’ailleurs en France, que le plus grand nombre d’entre elles ont accompli leurs études supérieures, s’orientant principalement vers le droit, l’arabe et les grandes écoles; d’où la très forte proportion de professeurs, d’avocats et de hauts fonctionnaires dans le personnel politique tunisien.

32Connaître ainsi, de façon très approximative il est vrai, le profil des élites tunisiennes permet-il d’expliquer les orientations politiques et idéologiques de la Tunisie indépendante ? Assurément, la région et le milieu où a vécu un individu ainsi que la formation qu’il a reçue entrent en ligne de compte dans l’élaboration de son « équation personnelle », et permettent à ce titre d’appréhender nombre de ses tendances. Cependant les agents sociaux interviennent dans un champ dont les contours sont fonction de rapports, non entre individus mais entre groupes; les caractéristiques de ces groupes procèdent, non d’une addition d’équations personnelles, mais des modalités du procès de production, les premières déterminant pour une très large part les secondes, avec lesquelles elles interfèrent. La connaissance des élites ne dispense donc pas d’une analyse de la formation sociale dont elles occupent la scène politique. Elle peut, en revanche, favoriser une telle analyse dans la mesure où les caractéristiques des élites politiques constituent autant de symptômes des traits distinctifs d’une société dans une phase historique donnée. En l’occurence, l’identification de l’origine géographique, de l’origine sociale et de la formation des élites politiques tunisiennes conduit à s’interroger sur la Tunisie précoloniale, sur la nature du Protectorat et les mutations qu’il a provoquées dans la société autochtone, ainsi que sur les assises sociales du Mouvement national et le contenu de la lutte qu’il a menée contre la puissance coloniale. Ce faisant, elle permet de poser les vrais problèmes, ceux dont la solution est susceptible d’expliquer les orientations politiques et idéologiques de la Tunisie indépendante.

L’ALGÉRIE22

  • 22 Hubert Michel, CRESM, Aix-en-Provence.
  • 23 Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence — Bibliothèque africaine et malgache — Paris 1973 (...)
  • 24 L’effectif étudié dans l’ouvrage précité était de 91 personnes. Il a été ici actualisé à 100, au 1(...)

33Les quelques observations que nous nous proposons de développer ci-dessous sont extraites d’une étude beaucoup plus détaillée que nous avons publiée en 1973 dans un ouvrage collectif réalisé au Centre de Recherches sur l’Afrique méditerranéenne d’Aix-en-Provence et intitulé : « La formation des élites politiques maghrébines »23. Cette étude en constituait le chapitre « Algérie ». Elle se fondait sur une exploitation quantitative de toutes les données biographiques connues intéressant le haut personnel politique algérien recensé dans sa totalité, par référence à une définition étroitement formelle : soit un effectif de cent personnes24, sélectionnées sur le critère de leur participation, à un moment quelconque depuis la formation du premier G.P.R.A. (19 septembre 1958), à des fonctions de ministre, de membre de l’Exécutif provisoire, de membre du Bureau politique du F.L.N. ou de membre du Conseil de la Révolution. Nous donnons dans l’étude citée, les raisons de nos choix, positifs et négatifs, quant à la délimitation du groupe examiné. Les données recueillies ont été traitées sous les variables de l’origine (ethnique, géographique, sociale…), de la formation (culturelle, scolaire, professionnelle…), des modalités d’insertion dans la vie publique, de l’itinéraire suivi au cours de la « carrière », après mise au point des typologies de base, le tout en corrélation permanente avec l’évolution des facteurs historiques. Nous nous contenterons ici de reprendre les deux premières variables, avant d’esquisser quelques hypothèses sur la dynamique de la « classe politique » algérienne.

***

34Il convient, tout d’abord, de corriger un certain nombre de clichés qui déforment l’image de la classe politique algérienne.

35Elle apparaît encore, à beaucoup d’observateurs, comme un rassemblement socialement et politiquement hétérogène de militants nationalistes, unis dans la lutte de libération, et dont l’accession au pouvoir et la volonté de s’y installer durablement, ainsi que les souvenirs de compagnonnage, constituent à la fois les fondements de leur solidarité et les sources de leurs discordes.

36Une autre vision les dépeint comme un groupe d’extraction rurale, ou tout au moins issu des petites villes de l’intérieur, provenant des régions deshéritées et n’ayant reçu, le plus souvent, qu’une instruction élémentaire, à l’opposé, donc, des élites tunisiennes ou marocaines.

37Ces « portraits-robots » se fondent, en fait, sur un échantillon périmé, lié aux origines de la révolution algérienne. Observons, au passage, que le groupes des neuf « Chefs historiques » a perdu trois des siens pendant les trois premières années de la guerre, que deux autres, passés à l’opposition et à la clandestinité dès les commencements de l’Algérie indépendante, ont été depuis assassinés, et que, parmi les quatre survivants, l’un est emprisonné depuis le 19 juin 1965, deux se sont installés depuis dix ans dans l’opposition clandestine, mais sans beaucoup d’audience, et vivent en exil; un seul, enfin, et ce n’est pas le plus notoire, demeure associé au pouvoir : c’est M. Rabah Bitat, ministre d’Etat chargé des Transports. Il paraît assumer une fonction illustrative et matérialise par sa présence le lien unissant le régime actuel aux sources de la légitimité dans l’Algérie indépendante : la participation au déclenchement de la guerre de libération nationale. Référence ritualisée, car l’Etat Algérien et la société nouvelle qui s’édifient dans ce pays ont progressivement changé de nature depuis la constitution, en septembre 1968, du premier G.P.R.A. De ce point de vue, le tournant de 1965 correspond à une accélération de l’évolution, et l’on voit peu à peu cet Etat se façonner, par un effet de retour, sur la nouvelle structure sociale qu’il a contribué à créer.

  • 25 Il s’agit des limites des wilayate telles qu’elles étaient fixées avant la réforme du 2 juillet 19 (...)

38S’agissant des origines géographiques de nos sujets, nous avons retenu le découpage régional suivant, quelque peu différent du découpage administratif habituel : Algérois (Territoire actuel des wilayate d’Alger, El Asnam, Médéa) ; Constantinois (Territoire actuel des wilayate d’Annaba, Batna, Constantine et Sétif moins la Petite Kabylie) ; Kabylie (wilaya de Tizi Ouzou et Petite Kabylie, formée par la moitié nord de la wilaya de Sétif et le quart nord-ouest de celle de Constantine) ; Oranie (Territoire actuel des wilayate d’Oran, Mostaganem, Tiaret, Tlemcen et Saïda) ; M’zab-Sahara (Territoire actuel des wilayate de la Saoura et des Oasis)25.

39En 1960, la population des quatre principales régions était la suivante :

Algérois : 2 748 000 habitants dont 2 285 000 musulmans,
Constantinois : 2 561 000 habitants dont 2 394 000 musulmans,
Kabylie : 2 085 000 habitants dont 2 060 000 musulmans,
Oranie : 2 581 000 habitants dont 2 110 000 musulmans,

40Nous avons pu ainsi vérifier qu’il existait une sorte d’équilibre du nombre des personnalités politiques rapporté au chiffre de la population musulmane, entre l’Algérois (7/1 000 000), l’Oranie (7,10/1 000 000) et la Kabylie (7,28/1 000 000), mais que le Constantinois l’emportait nettement, avec un rapport de 10/1 000 000, ce qui permettait de révoquer cette idée reçue de T« Algérie Kabylisée », au moins au niveau du haut personnel politique. L’apport de la région Saharienne, enfin, apparaissait comme négligeable. L’analyse de la composition des gouvernements algériens montre également que cette répartition des origines est restée relativement stable jusqu’à nos jours. La surreprésentation du Constantinois « vérifie » l’Histoire qui a fait de l’Est Algérien un des pôles permanents de la résistance à la conquête, aidé en cela par le « caractère » même de Constantine, la plus musulmane des quatre grandes villes, la seule à l’intérieur des terres, la seule, avec Tlemcen, à avoir conservé la structure sociale d’une ville arabe et un rayonnement culturel traditionnel, au centre de la région la moins « colonisée » d’Algérie par le peuplement européen (1 européen pour 17 algériens) ; région marquée, enfin, par le souvenir récent des émeutes de 1945, et de la répression qui les a suivies.

TABLEAU I. Distribution géographique des origines :

TABLEAU I. Distribution géographique des origines :

Sans réponse : 23

  • Village : moins de 3 000 habitants.
  • Bourg : de 3 à 15 000 habitants.
  • Petite ville : de 15 à 50 000 habitants.
  • Ville moyenne : de 50 à 100 000 habitants.
  • Grande ville : plus de 100 000 habitants.

41Lorsqu’on s’arrête, ensuite, au type de localité d’où sont originaires nos sujets, on constate que 10 % d’entre eux viennent d’une grande ville (Alger, Constantine ou Oran), 10 % d’une ville moyenne (50 000 à 100 000 habitants), 25 % d’une petite ville (15 000 à 50 000 habitants), 35 % d’un bourg rural ou d’un village; nous avons 20 % de non-réponses. Si l’on ne considère que les réponses connues, on s’aperçoit que les 3/4 des membres du haut personnel politique algérien appartiennent au monde rural ou en sont encore proches. Alger n’est représentée que par 5 personnalités, dont aucune n’est de premier rang, ce qui constitue un apport relatif très inférieur à celui des petites villes, tout à fait à l’inverse du cas de Tunis. Il nous a semblé qu’une raison était à rechercher dans le « statut » de ces deux villes ; « l’une est la capitale d’un Etat sur lequel a été greffée transitoirement une société coloniale, dans un régime de protectorat; l’autre est la capitale d’une société coloniale de peuplement, permanente et sans caractère étatique propre. Ce qui signifie aussi que tous les degrés de la hiérarchie sont destinés à être occupés par les non-musulmans, et que la seule ouverture possible à une promotion pour l’Algérien est l’assimilation. La situation normale de l’Algérien dans cette ville où toutes les structures sont européennes est ou bien celle de l’assimilé, ou bien celle du sous-prolétaire, écarté des emplois intermédiaires par ses concurrents européens. L’un et l’autre de ces cas de dépossession de soi, ne sont pas générateurs directs d’élites politiques révolutionnaires.

  • 26 Hubert Michel : La formation des élites politiques maghrébines — chapitre Algérie — op. cit.

42Ainsi se précise une image de l’homme politique algérien, fils de l’« intérieur» — et peu souvent de l’intérieur «utile» mais plus fréquemment de zones frontières, des montagnes et de l’Algérie aride des hauts plateaux, ou des steppes —, issu de la « ruralité », qui soit né dans un village ou dans une petite ville tirant ses fonctions de la terre »26.

43Pour situer plus précisément le centre de gravité des origines géographiques du haut personnel politique algérien, j’ajouterai que le croisement des données « région » et « type de localité », donne le chiffre le plus élevé pour les petites villes de l’Algérois ou du Constantinois, et les villages de Kabylie.

44Le deuxième point à mettre en lumière pour rendre compte des situations de départ de nos sujets dans leur carrière est la corrélation que l’on peut établir entre les études qu’ils ont suivies, et l’origine socio-professionnelle de leurs parents. Malheureusement nous ne possédons ce dernier renseignement que dans un tiers de ces cas, et, pour un autre tiers, nous devons nous contenter d’une information imprécise (famille « aisée », famille « modeste » …) ; le dernier tiers est composé de non-réponses absolues. Par contre, nous connaissons les études suivies par les trois quarts de nos personnalités.

45Si l’on estime qu’il y a peu de chances de trouver des sujets ayant suivi un enseignement supérieur parmi le quart de non-réponses, on peut évaluer à 45 % le nombre de ceux qui ont pu en bénéficier, sans pouvoir toujours, d’ailleurs, mener leurs études à terme ; beaucoup d’étudiants, en effet, les ont interrompues pour rejoindre le F.L.N., après la grève de l’U.G.E.M.A. en 1956. L’importance de ce chiffre permet d’infirmer une autre idée reçue : le caractère « primaire » de la formation des dirigeants algériens. Les disciplines juridico-économiques (16 cas), et médico-pharmaceutiques (15 cas), se sont partagé leurs faveurs, suivies par les études islamiques (6 cas) ; on trouve ensuite 3 cas de formation d’ingénieur ou assimilé, et 2 cas de formation militaire française (officiers) ; les études universitaires de sciences ou de lettres modernes ne sont représentées, chacune, que par un seul sujet. Enfin, pour l’un des membres du groupe ayant reçu une formation supérieure, celle-ci n’est pas précisée.

TABLEAU II. Corrélation entre les études suivies par les élites politiques algériennes et l’origine socio-professionnelle de leurs parents

TABLEAU II. Corrélation entre les études suivies par les élites politiques algériennes et l’origine socio-professionnelle de leurs parents

46Le croisement de ces données avec l’échelle des catégories socio-professionnelles des parents, révèle que les deux tiers des sujets ayant effectué des études supérieures, appartiennent à ce que l’on peut considérer dans l’Algérie coloniale, comme la petite et la moyenne bourgeoisie musulmanes. La proportion est la même pour ceux qui n’ont reçu qu’une formation secondaire. Encore ne faut-il pas en déduire que pour le derniers tiers, il s’agisse nécessairement de familles « modestes », car ce tiers englobe l’essentiel des non-réponses. Enfin, bien entendu, l’on retrouve parmi les personnalités qui n’ont pas dépassé les études du premier degré, les fils de fellahs ou d’employés. « D’une manière générale, on peut constater un certain décalage entre l’échelle sociale des étudiants algériens, par rapport aux autres pays maghrébins. Il semblerait qu’il y ait une sorte de disparité entre leur nombre et leurs origines sociales, si l’on se réfère aux normes habituelles en pays sous-développé et colonisé. Certainement le système des bourses a dû jouer un rôle important, mais aussi la vieille solidarité familiale qui permet de réunir les facultés de toute la parantèle, au profit d’un enfant qui en devient comme le mandataire, et dont la réussite bénéficiera à tous.

  • 27 La Formation des élites politiques maghrébines — chapitre Algérie — op. cit.
  • 28 Ibidem.

47Ainsi peut-on avoir le sentiment que cette génération est une génération charnière d’hommes qui sont en train d’échapper à la condition sociale de leurs parents par la promotion scolaire et universitaire; hommes en transit entre deux mondes et qui, strates détachées de leur classe, vont être disponibles pour une mobilisation dans des organes de luttes révolutionnaires, où ils rejoindront des autodidactes qui accèdent aux responsabilités par le combat »27. Et c’est cet engagement même qui explique la rapidité de leur promotion aux postes de commande politique et le court-circuitage, pour les plus nombreux, de la carrière professionnelle à laquelle ils se préparaient : leur premier « métier » sera donc la lutte clandestine. Aussi n’est-il pas utile de tenter de les situer par leur appartenance, avortée, à telle ou telle catégorie socio-professionnelle. Pour résumer ces quelques observations, nous pouvons donc soutenir que « les cadres politiques de haut échelon, qui ont conduit la lutte pour l’indépendance de l’Algérie, qui ont donné à ses institutions leur caractère révolutionnaire, qui ont orienté son idéologie dans une direction « socialiste », qui construisent peu à peu un Etat national et qui expriment les aspirations de la nouvelle société constituée dans ce pays, sont le plus souvent des gens nés entre 1919 et 1929, dans la petite et moyenne bourgeoisies semi-rurales des bourgs et petites villes de l’intérieur — assez souvent dans une Algérie « marginale » par rapport au reste de l’Algérie colonisée —, et que la majorité d’entre eux ont pu suivre des études secondaires et supérieures »28.

  • 29 Ibidem.
  • 30 La formation des élites politiques maghrébines — chapitre Algérie — H. Michel. Il faut remarquer, (...)
  • 31 Ibidem.

48Il est encore trop tôt pour esquisser des filières permanentes vers le pouvoir, et constater une homogénéité de l’élite politique, qui est encore largement marquée par ses origines combattantes et clandestines, donc « spontanées » et cooptatives. « Ainsi vont être privilégiées, dans le comportement de cette élite au pouvoir, des motivations qu’il est parfois difficile d’apprécier objectivement, ni même de reconnaître dans tous les cas, les réseaux de relations personnelles, de clientèle ou de compagnonnage, d’autant plus déterminants qu’ils jouent à l’intérieur d’une classe politique réduite en nombre, et pratiquement sans alternative de remplacement »29, constituant une sorte de « fratocratie », selon l’expression d’Henri Sanson. D’où les aspects particuliers qu’y prennent les conflits : caractère de lutte intestine dans laquelle le peuple n’est pas acteur — à moins qu’il n’y joue le rôle du chœur antique —, objet apparemment limité des désaccords, ou tout au moins absence de remise en cause globale du projet politique et de la « constellation » dirigeante, avec pour corollaire « la permanence de coalitions hétérogènes d’ambitions personnelles et de solidarités de groupes »30, et la relative stabilité des équipes ministérielles. « Tout au plus peut-on mesurer une évolution qui voit la montée progressive des techniciens, ou d’hommes politiques qui représentent cette force nouvelle, et le retrait des « radicaux » de la révolution comme des « historiques »31, évolution accélérée depuis 1965. « De plus en plus, derrière le groupe au pouvoir se constitue une sorte de bourgeoisie d’Etat, qui valorise la notion de service public et le prestige du « grand commis ». Le parti n’a pas réussi à l’intégrer, malgré des efforts renouvelés pour amener les « technocrates », à venir donner au parti, l’armature intellectuelle qui lui manque, et s’y imprégner d’une idéologie à laquelle ils n’adhèrent que d’une manière formelle … C’est aussi que le régime de 1965, correspond au débouché dans les avenues du pouvoir, d’une troisième génération de militants, après celle des « politiques » et celle des « combattants » : celle des intellectuels gestionnaires, soucieux de développer la construction de l’Etat National sur le plan économique. Les conditions des stades antérieurs de la lutte les tenaient à l’écart du pouvoir.

Tableau III. Évolution de l’origine géographique des dirigeants

Tableau III. Évolution de l’origine géographique des dirigeants

Tableau IV. Formation intellectuelle des Ministres Algériens

Tableau IV. Formation intellectuelle des Ministres Algériens
  • 32 Ibidem.

49Si l’Algérie n’a pu encore mettre sur pied un véritable parti politique, cela provient peut-être des obstacles rencontrés depuis l’indépendance, pour que se dégage une élite assumant pleinement la modernité, et capable de développer l’idéologie et la stratégie nécessaires pour y parvenir. Aussi l’administration ne pouvait éviter de s’emparer d’un dessein que le parti ne pouvait poursuivre — situation contraire à la symbiose Parti-Administration rencontrée en Tunisie. Dans ces conditions, le déplacement du centre de gravité de l’élite politique devenait inévitable… On assiste à une inversion progressive des qualifications du « ministrable » : à l’origine, c’est un combattant présentant, de surcroit, certaines capacités; aujourd’hui, c’est d’abord un homme compétent qui a été, si possible, un combattant. Cette inversion correspond à une mutation dans la structure de classe de l’Etat algérien. Elle se manifeste par un glissement dans les origines sociales et géographiques des nouvelles élites : les hommes au pouvoir sont encore issus de la révolution, c’est-à-dire, le plus souvent, des classes et des régions peu favorisées et beaucoup plus rarement de l’Algérie « utile ». Mais la « classe bureaucratique » sur laquelle ils s’appuient est issue, le plus souvent, de l’Algérie prospère, des villes et de la bourgeoisie… Cette distorsion est peut-être l’une des causes profondes des crises, qui ont agité la classe politique de l’Algérie indépendante »32. L’espacement de plus en plus grand de ces crises depuis 1965 témoignerait, dans ce cas, de l’investissement de l’échelon supérieur du pouvoir par cette nouvelle génération, et de la réduction progressive de cette distorsion. Cause ou effet du « pari industriel » dans lequel ce pays s’est engagé ?

TABLEAU V. Catégories socio-professionnelles des Ministres ayant exercé un métier avant leur accès aux fonctions d’Etat.

TABLEAU V. Catégories socio-professionnelles des Ministres ayant exercé un métier avant leur accès aux fonctions d’Etat.

LE MAROC33

  • 33 Jean-Claude Santucci, CRESM, Aix-en-Provence.
  • 34 Berrady (L.), Regnier (J. J.), Santucci (J. C). « Le Maroc., p. 134-176, In La formation des élite (...)
  • 35 Voir Annexe I.
  • 36 Voir Annexe II.
  • 37 Sur l’évolution historique des partis politiques marocains, voir Tableau Annexe III.

50Dans le cadre de cette note de présentation de l’élite politique nationale des trois pays maghrébins — Algérie, Maroc, Tunisie —, les indications concernant le Maroc reprennent pour l’essentiel les résultats simplifiés du travail déjà effectué en 1970, à partir d’un échantillon de 140 personnes, qui comprenait tous les membres des neuf gouvernements, et tous les leaders des partis politiques qui se sont succédés de 1955 à 196934. Nous nous sommes cependant attachés à prendre en considération les changements survenus dans le personnel politique marocain, entre janvier 1970 et décembre 1973, et qui ont touché uniquement les gouvernements. En effet, les remaniements, déjà fréquents entre 1955 et 1969, ont été particulièrement nombreux durant ces quatre dernières années : 13 pour 4 gouvernements, soit 17 combinaisons ministérielles, sur un total de 35 pour l’ensemble de la période35. Par contre, en ce qui concerne les dirigeants des partis politiques, aucun congrès ne s’est tenu, aucun renouvellement dans la composition des organes directeurs36. Le seul fait nouveau étant la scission en 1972 de l’U.N.F.P. en deux tendances, l’une de Rabat coiffée par A. Bouabid, l’autre de Casablanca animée par A. Ibrahim et M. Ben Seddik. Il faut dire que le climat politique endurci par les graves événements de juillet 1971 et d’août 1972, a très peu favorisé le développement de l’activité des partis politiques d’opposition, à l’exception toute relative de l’Istiqlal quelque peu épargné par les vagues successives de la répression et des « procès » tendancieux. Sans doute faudra-t-il attendre la réunion des congrès de l’Istiqlal et de l’U.N.F.P. de Rabat, prévus en septembre et décembre 1974, pour connaître de réels changements dans les équipes dirigeantes de ces formations37.

51Au total donc, durant cette période, 37 nouvelles personnalités sont apparues dans les équipes gouvernementales, dont 24 Ministres, 3 Secrétaires d’Etat et 10 Sous-Secrétaires d’Etat. Pour 5 d’entre elles, aucune information biographique n’a pu être recueillie, ce qui porte notre échantillon global, compte tenu des doubles fonctions, à 172 personnes. Le manque partiel de données ne nous permettra pas de les comptabiliser toutes, pour chacune des variables envisagées, à savoir l’origine géographique des élites, l’origine sociale et la formation.

52Chaque fois que cela paraîtra nécessaire on tentera d’une part de faire l’analyse de chacun des deux échantillons (Ministres, leaders de partis), pour la période 1955-1973 sur le plan diachronique, et d’autre part, de faire ressortir les variations provoquées par la période 1970-1973 par rapport aux résultats de l’étude réalisée en 1970.

I. — Origines géographiques.

53Faute d’informations, la détermination de l’origine géographique des élites n’a pas toujours pu se faire suivant le recoupement des deux indicateurs utilisés d’ordinaire, à savoir le lieu de naissance de chaque personnalité, et le lieu d’implantation de sa famille. Pour les cas où le lieu d’origine de la famille n’a pu être identifié, le sujet a été présumé originaire de l’endroit où il était né, d’autant que dans la plupart des cas il y avait fait ses études primaires, ce qui corroborait notre hypothèse. L’ampleur des renseignements a permis de mener l’analyse à plusieurs niveaux successifs : dans l’absolu pour l’ensemble de l’échantillon et pour la période 1955-1973, dans les variations enregistrées entre 1955-1970 et 1970-1973 pour le personnel gouvernemental, et de manière diachronique pour chacun des deux échantillons.

Résultats absolus pour l’ensemble de l’échantillon (1955-1973).

  • 38 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit.

54A ce niveau, l’analyse n’apporte pas d’enseignements très nouveaux par rapport à ceux déjà esquissés dans la précédente étude38. Les contours géographiques dessinés par les résultats obtenus sur la période 1955-1970, sont à peine modifiés et l’aspect régional reste difficile à cerner, dans la mesure où le recrutement du personnel politique marocain est en grande majorité urbain.

  • 39 Ce sont celles aussi où l’on trouve une grande partie de la petite minorité (une dizaine) de berbè (...)

55Sans doute pouvons-nous signaler qu’un certain nombre de régions ne fournissent pas de personnalités politiques à notre échantillon, c’est le cas des provinces de Nador (Rif Oriental), de Beni Mellal (entre Haut et Moyen-Atlas, à l’endroit où les deux chaînes se rejoignent), d’Ouarzazate et de Ksar es Souk (sur le versant saharien du Haut-Atlas). Ces régions sont en fait les plus deshéritées du Maroc, celles où d’une part la densité de la population est la plus faible, celles d’autre part où (et nous verrons combien ce facteur est important), la pénétration de l’enseignement s’est faite le plus difficilement39.

56En dehors du Rif Occidental pour les provinces du Nord, et de Marrakech pour le Sud et les régions pré-sahariennes, c’est dans ce que l’on pourrait appeler le « Maroc Utile » que se fait essentiellement le recrutement. Une région au sens géo-politique, qui regroupe à la fois une bande côtière atlantique, qui va de Kenitra à Safi, en passant par les villes de Rabat, Salé, Casablanca, El Jadida, et les riches provinces agricoles de Meknès et Fès, ainsi que certaines régions du Moyen-Atlas et de l’Oriental. Une région dont le découpage paraît artificiel en quelque sorte, mais qui est en réalité homogène à bien des égards ; en effet elle possède au moins par rapport au Nord et au Sud, une certaine unité culturelle, l’aire d’influence de Fès y domine, la culture française y a été largement implantée, enfin la colonisation et l’administration française y ont exercé une profonde action de transformation du milieu.

Tableau I. Origine géographique des Elites politiques marocaines (1955-1973)

Tableau I. Origine géographique des Elites politiques marocaines (1955-1973)

TABLEAU II. Origine urbaine des Élites politiques : répartition.

TABLEAU II. Origine urbaine des Élites politiques : répartition.

57Mais le recrutement est principalement urbain comme le montre le tableau suivant, où les origines géographiques de l’échantillon global sont regroupées selon quatre grandes catégories, qui nous sont apparues comme essentielles : grandes villes (50 000 habitants et plus), villes moyennes (5 à 5 000 habitants), campagne, étranger.

58Deux faits se manifestent dès l’abord : en premier lieu la très forte proportion de citadins : 93,8 % des leaders de partis, 89,6 % des ministres, 90,5 % du total. La vie politique apparaît ainsi, à l’échelon très élevé des responsabilités gouvernementales et politiques, comme une vie de cité, une vie urbaine; les campagnards qui représentent plus des quatre cinquièmes de la population y participent peu. En second lieu, le tableau II nous permettra de le constater dans la répartition à l’intérieur du fait urbain marocain, la très grande importance d’une ville : Fès, qui a vu naître un tiers de notre échantillon ; centre intellectuel du Maghreb avec Kairouan (qui lui a donné, par un détour de l’histoire, le nom de son Université), centre commercial du Maroc de l’intérieur, à la jonction de l’Atlantique et de l’Algérie d’une part, du Sud saharien et de la Méditerranée, voire de l’Europe d’autre part; vieille ville aux structures sociales anciennes et fortes, dotée d’une grande bourgeoisie puissante; ancienne capitale du royaume, berceau du nationalisme, où le commerce des idées a toujours été intimément lié au commerce des choses, où les traditions de l’Islam subsistent à côté, et même parfois en même temps qu’un fort courant moderniste…

59Rabat et Fès représentent la moitié de notre effectif; Rabat, Fès, Meknès et Marrakech presque les deux tiers. A Rabat, résident le Maghzen Central, et, pendant le Protectorat, la Résidence et l’Administration française, de vieilles familles de commerçants ou de hauts dignitaires, proches du Palais; Salé, son prolongement à biens des égards, très différente cependant, avec sa vieille bourgeoisie dotée d’un prestige religieux et d’une grande ferveur nationaliste…

60Meknès, ancienne cité impériale, ville traditionnelle d’un rayonnement culturel moindre que celui de Fès, mais surtout au centre d’une plaine fertile dominée par la colonisation européenne. Marrakech, capitale du sud, métropole culturelle de cette région de par l’influence intellectuelle et religieuse de l’Université Ben Youssef, au contact avec le désert avec lequel elle commerce, et duquel en grande partie elle vit.

61On notera la présence de deux villes de l’ex-zone Nord avec 4 % de l’effectif, et l’absence de villes aussi importantes qu’Agadir. On notera aussi que des petites villes comme Demnate, Moulay Idriss, ou Khemisset, ont été de gros fournisseurs d’élites politiques, relativement à leur population…

62Cette constatation nous a amené à comparer dans chaque cas le nombre de personnalités nés dans chaque ville avec la population de cette ville; pour simplifier d’une manière homogène nous avons rapporté pour chaque ville sa population à la population urbaine du Maroc et le nombre des personnalités qui y sont nées au total des personnalités nées dans les villes. Nous nous sommes basés pour ce faire sur les chiffres du recensement de 1960, année éloignée certes de la date de naissance moyenne mais assez proche de la période de jeunesse de l’ensemble de notre échantillon. Le rapport des deux pourcentages pour chacune des villes donne un chiffre que l’on pourrait appeler son « poids politique ». Les résultats obtenus corroborent les grands traits déjà esquissés : prédominance de Fès avec un chiffre très supérieur à 1 (4,4) suivi de Salé (2,2) et de Rabat (1,6); au contraire Marrakech (0,6), Meknès (0,7) paraissent sous-représentés par rapport à leur population, et surtout Casablanca très nettement défavorisé (0,13). Autre trait à souligner, l’importance que prennent dans ce contexte de très petites villes comme Demnate (15 pour les leaders, 4,5 au total) ou Khemisset (5,4 pour les ministres) ou des villes moyennes comme El Jadida (2,1). Il faut dire pour les deux premières qu’elles sont moins des villes que de gros bourgs ruraux qui regroupent autour d’eux une population beaucoup plus importante en fait que ne l’indique le chiffre du recensement.

Variations enregistrées entre les périodes 1955-1970 et 1955-1973.

63Elles intéressent seulement l’échantillon des ministres qui s’est enrichi de 32 nouveaux personnages depuis notre dernière analyse. Comme le montrent les tableaux qui suivent, le recrutement géographique connaît des variations sensibles tant en effectif qu’en pourcentage aussi bien dans l’ensemble des grandes catégories retenues qu’à l’intérieur de chacune d’elles. C’est ainsi que les villes moyennes et la campagne ont un plus fort accroissement relatif que les grandes villes, dont l’importance reste cependant constante dans l’effectif ministériel de la période 1970-1973. La forte proportion de ministres originaires des villes moyennes et de la campagne dans l’intervalle 70-73, si elle traduit une certaine diversification dans le recrutement géographique du personnel gouvernemental, ne parvient pas toutefois à masquer le déséquilibre flagrant villes-campagnes initialement dessiné, ni à compenser au niveau géo-politique les disparités régionales précédemment évoquées : tout au plus elle exprime un léger fléchissement du « leadership » de Fès au profit de Rabat Salé qui connaissent un fort accroissement (45 et 40 %) et surtout d’Oujda (100 %) et de Meknès (50 %) dont les variations bien que portant sur de petites unités demeurent significatives, surtout si on y adjoint respectivement celles de Taza (300 %) et de Moulay Idriss (200 %).

Effectifs et pourcentages comparés du recrutement géographique des ministres

Effectifs et pourcentages comparés du recrutement géographique des ministres

Origines géographiques des Ministres : Effectifs et pourcentages comparés, variations enregistrées pour certaines villes

Origines géographiques des Ministres : Effectifs et pourcentages comparés, variations enregistrées pour certaines villes

TABLEAU. Origine géographique des Ministres

TABLEAU. Origine géographique des Ministres

64L’analyse diachronique permet de mieux suivre encore l’évolution de cette répartition géographique dans la mesure où les personnalités sont comptabilisées autant de fois qu’elles ont occupé de postes ministériels. Déjà établie pour les neuf premiers gouvernements, nous nous sommes limités à représenter cette répartition pour les quatre derniers ministères de la période 1970-1973 : X, XI, XII, XIII, c’est-à-dire les gouvernements Laraki, Lamrani et Osman dans lesquels nous avons chaque fois compté tous les ministres entrés par suite de remaniements ultérieurs.

65Ainsi nous regroupons autour des 10 lieux de naissance les plus importants non pas les ministres pris individuellement mais le nombre de postes ministériels occupés par ces ministres. Comparons les pourcentages totaux avec ceux obtenus précédemment, la différence entre les deux résultats tient au fait que certaines villes ont des natifs qui reviennent plus souvent dans les gouvernements que d’autres : c’est le cas pour Safi, Casablanca et les ruraux, c’est le cas contraire pour Rabat, Salé et Fès qui avec 33 % des ministres occupe par leur intermédiaire 30 % des postes seulement; ce qui reflète l’effacement progressif des Fassis au profit des autres villes et de la campagne et confirme la très nette diversification dans le recrutement géographique des derniers gouvernements.

TABLEAU. Lieux de naissance des élites et répartition des postes ministériels (1970-1973)

TABLEAU. Lieux de naissance des élites et répartition des postes ministériels (1970-1973)

66Pour les formations politiques, en dehors de l’Istiqlal et de l’U.N.F.P., l’origine géographique n’a pas varié beaucoup, étant donnée la stabilité du personnel dirigeant comme c’est le cas du P.C.M.; du moins elle n’a pas connu de variation significative. Il faut tenir compte, en effet, de la diminution de certains états-majors de partis à très faible audience tels que le P.D.C. et le P.L.I., ou de la disparition progressive des leaders de partis dont les structures sont encore mal définies (Mouvement Populaire) où non établies (Parti Socialiste Démocrate).

67Pour l’Istiqlal, nous avons relevé la répartition géographique des leaders à des dates correspondant en gros aux renouvellements des Comités directeurs après les huit congrès nationaux :

Répartition géographique des leaders de l’Istiqlal

Répartition géographique des leaders de l’Istiqlal

68Ce qui frappe à la première lecture de ce tableau, c’est la croissance très nette du nombre des « Fassis » qui avant le congrès du renouvellement et du rajeunissement de 1960 représentaient à peine le tiers des effectifs, et de 1960 à 1969 constituent la moitié du personnel dirigeant. Les natifs de Salé et les « R’batis » connaissent une diminution sensible sinon en nombre du moins en pourcentage puisqu’en 1956 ils représentaient la moitié des effectifs, le tiers en 1958 et 1960 et le quart à partir de 1963. Les « marrakchis » font leur apparition au congrès de 1960 marqué par un courant d’implantation géographique et sociale plus vaste, destiné à compenser les pertes de la clientèle du parti qu’avait entraîné la dissidence de certains dirigeants fondateurs de l’U.N.F.P. en 1959. Un autre fait intéressant est à remarquer : la constance des effectifs fournis par les mêmes villes de 1963 à 1969 en dépit d’un renouvellement partiel du personnel dirigeant lors du 7e congrès de 1965, le Comité exécutif étant reconduit après la session de 1967. Au total donc, l’évolution de la répartition géographique de l’organe directeur de l’Istiqlal révèle assez nettement la coupure que constitue l’année 1960. Cette expression chiffrée de l’importance géographique relative des villes traduit assez clairement ce que l’on a appelé la prédominance des « Fassis » dans les instances supérieures du Parti qui, après s’être débarrassé en 1959 d’un « vice de naissance » se targue toujours de représenter l’ensemble du pays.

69Pour l’U.N.F.P. nous n’avons pu retenir que trois dates, qui correspondent à la période « légale » de ce parti qui depuis l’état d’exception décrété en 1965 connaît une vie institutionnelle plus ou moins clandestine.

70Ce tableau fait apparaître l’importance numérique des villes moyennes dont sont originaires les dirigeants de l’U.N.F.P. de 1960 à 1965. En 1960 le caractère hétérogène de l’origine géographique qui traduit la présence de « Fassis » dans l’organe directeur de l’U.N.F.P. reflète le pouvoir attractif qu’a exercé ce nouveau parti en gestation sur trois éléments du Bureau politique du P.D.I. En 1963, après le deuxième congrès de 1962 qui a précisé la doctrine et les structures d’un parti qui définit ses options révolutionnaires, la sincérité de l’engagement partisan reprend ses droits sur la légèreté des premières séductions et aucun Fassi ni même R’bati ne réapparaît dans le secrétariat national en 1963 et 1965. Après cette date marquée par la proclamation de l’état d’exception et l’enlèvement de Ben Barka, le parti de l’U.N.F.P. démantelé à la suite de complots douteux connaît une chute rapide, et ne parvient pas à se réorganiser. En 1967, année pendant laquelle aurait dû se réunir le troisième congrès, l’U.N.F.P. se dote pourtant d’un Bureau politique restreint où figurent trois anciens leaders et un membre suppléant originaire de Fès. Aucun renouvellement n’intervient au niveau directorial, les structures du parti ne jouent plus leur rôle, l’insuffisance des cadres moyens empêche toute possibilité d’ascension vers la direction et annihile tout espoir d’étendre une clientèle que lui dispute la centrale ouvrière de l’U.M.T.

Répartition géographique des dirigeants de l’U.N.F.P.

Répartition géographique des dirigeants de l’U.N.F.P.

71Depuis, le parti a peu à peu glissé dans une léthargie complète, fortement aidé en cela par l’attitude répressive du pouvoir qui, toujours inquiet d’un éventuel renouveau de cette formation n’a pas cessé de puiser dans son arsenal policier et judiciaire pour tenter de l’éliminer. Depuis 1970 surtout, les poursuites, les arrestations et autres violences se multiplient à l’encontre de ses responsables locaux et régionaux, ses locaux sont le plus souvent tenus fermés et sa presse est vouée presqu’exclusivement à la censure et aux interdictions….

II. — L’Origine sociale

  • 40 « Le Maroc », p. 134-176, in La formation des élites…, op. cit.

72En l’absence d’indication portant sur le statut social de la famille ou à défaut sur la profession du père — les biographies publiées dans la presse depuis 1970 n’en comportent aucune — nous ne pouvons que reprendre les résultats de la première analyse40 eux-mêmes établis à partir d’un échantillon et d’un support documentaire non exhaustifs. Dans l’ensemble et en dehors des dirigeants de partis, les indications que nous fournissons sont donc approximatives et concernent l’échantillon de la période 1955-1970; les renseignements biographiques correspondant au petit noyau « d’anciens ministres » dans les gouvernements postérieurs à 1970 nous permettront seulement d’avancer quelques hypothèses dans le cadre d’une analyse diachronique.

73Pour déterminer l’origine sociale à partir de ressources biographiques disparates nous nous sommes heurtés à une double difficulté : celle de choisir un critère suffisamment précis pour définir le rang social de la famille des individus et assez vaste pour recouvrir les lacunes que comportaient les biographies sur la profession des parents. Nous avons donc procédé d’une manière empirique au relevé, chaque fois qu’il était possible, de la situation professionnelle du père, et au regroupement de ces diverses professions sous des rubriques communes; puis nous avons intégré aux différents niveaux les renseignements concernant le prestige social, le renom, la situation de fortune, le niveau culturel pour élaborer des catégories opératoires qui représenteraient plus ou moins bien une hiérarchie sociale globale. Ainsi, par « classe supérieure » nous entendons les cadres administratifs traditionnels de niveau supérieur (caïds, pachas, professeurs d’Université…), les gros propriétaires fonciers, les grands commerçants et les notables, par « classe moyenne supérieure » nous entendons à la fois les cadres administratifs traditionnels de niveau moyen (Cadi, Adel, Fquih) et la moyenne bourgeoisie d’affaires. Le terme de « classe moyenne » représente la petite bourgeoisie de l’entre deux guerres, les artisans, petits commerçants, oukils et petits propriétaires agricoles exploitants. La « classe inférieure » désigne les paysans, fellahs, employés, ouvriers et petits fonctionnaires (type chaouch).

74Cette classification qui peut paraître artificielle cerne parfois d’assez près la réalité puisque les caïds et les pachas étaient souvent de très importants propriétaires fonciers et possédaient pour la plupart un niveau culturel élevé. D’autre part les cadis et adels retiraient des revenus des quelques terres ou appartements dont ils étaient également propriétaires, et avaient un niveau d’instruction assez élevé.

75Une fois établie cette classification, nous avons procédé à la répartition géographique de notre échantillon total d’après l’origine sociale.

76Plus de la moitié (51,6 %) des dirigeants marocains sont issus de ce que l’on a appelé « la classe supérieure », c’est-à-dire l’aristocratie foncière, intellectuelle, administrative et la grande bourgeoisie d’affaires.

7716,4 % de ces dirigeants sont les fils d’hommes qui appartiennent par leur profession, leur niveau de richesse ou culturel à la classe moyenne supérieure, en d’autres termes la moyenne bourgeoisie administrative dotée d’une certaine aisance pécuniaire et intellectuelle.

78Les enfants de petits artisans, petits commerçants, petits exploitants agricoles et petites professions libérales, qui formaient déjà pour l’époque la petite bourgeoisie ont donné près de 20 % des dirigeants. La « classe inférieure » n’en fournit que 12 %.

79Si l’on réunit la classe supérieure et la classe moyenne supérieure, on constate que 68 % des dirigeants proviennent des catégories élevées de la hiérarchie sociale, ce qui représente une importante majorité.

TABLEAU. Répartition géographique des dirigeants politiques d’après leur origine sociale

TABLEAU. Répartition géographique des dirigeants politiques d’après leur origine sociale

80Cette prédominance revêt une certaine signification dans la mesure où la permanence d’un tel héritage social pendant la période qui a suivi l’indépendance a pu influencer le comportement de la classe dirigeante marocaine, plus disposée à conserver ou à récupérer les avantages économiques du colonisateur qu’à bouleverser les bases économiques de son pouvoir pour promouvoir un véritable développement du pays.

81A l’intérieur de ce phénomène majoritaire que constitue le caractère aristocratique et bourgeois du recrutement social des dirigeants marocains, un autre trait majoritaire se dessine dans l’origine géographique : les natifs de Fès et de Rabat représentent à eux seuls 72 % de l’effectif prédominant et près de la moitié de l’effectif total (49,4 %) ce qui constitue un effet de domination très net.

82L’importance des renseignements relatifs à l’origine socio-professionnelle des leaders de partis nous a permis d’affiner l’analyse pour les différentes formations.

83Près des deux tiers des dirigeants de l’Istiqlal sont issus de la classe supérieure et de la classe moyenne supérieure, le tiers restant étant originaire de la petite bourgeoisie et de la classe inférieure. Si l’on tient compte du fait que ce tiers représente la plupart des leaders istiqlaliens d’origine modeste qui sont passés en 1959 à l’état-major de l’U.N.F.P., on est forcé de remarquer qu’une appartenance sociale élevée a toujours été le trait principal des membres du Comité Exécutif de l’Istiqlal. Trois autres formations politiques connaissent également au niveau des dirigeants un recrutement social dans les catégories supérieures : le Parti Démocratique Constitutionnel (ex. P.D.I.), le Parti des Libéraux Indépendants et le Parti Socialiste Démocrate, dont les leaders appartiennent tous à la classe moyenne supérieure. Fait intéressant, le Parti Communiste Marocain compte au sein de son Bureau politique quatre dirigeants issus chacun de l’une des quatre classes considérées. Notons toutefois que deux des leaders issus de la classe supérieure et de la classe moyenne supérieure sont fils de professeur et de fonctionnaire moyen ce qui réduit quelque peu le niveau social de leurs origines. C’est parmi les dirigeants du Mouvement Populaire et de l’Union Nationale des Forces Populaires que l’on trouve le plus d’éléments originaires de la petite paysannerie (un tiers pour le M.P. et un quart pour l’U.N.F.P.) et de la petite bourgeoisie urbaine (un tiers pour l’U.N.F.P.). Ces deux partis se distinguent très nettement par la diversité du milieu social d’origine de leurs dirigeants, puisqu’à côté de ces éléments d’origine modeste, voisinent des individus issus dans des proportions importantes (la moitié pour le Mouvement Populaire et un peu plus de un tiers pour l’U.N.F.P.) de la classe supérieure et de la classe moyenne supérieure. Si l’on se réfère au cadre historique, cette hétérogénéité dans l’origine sociale des dirigeants peut retrouver sa véritable signification : en effet c’est dans le bled et dans la montagne qu’est né en 1958 le Mouvement Populaire, expression spontanée d’un particularisme rural et berbère, réaction encore vivace d’un traditionnalisme en voie de disparition, qui sans cesser de proclamer son allégeance au roi se voulait un parti d’opposition rurale à un Istiqlal urbain et prépondérant. Rien de moins surprenant dès lors que son comité exécutif ne compte en son sein des éléments issus de notables traditionnels et de ruraux déshérités.

84Quant à l’U.N.F.P. l’hétérogénité sociale de ses dirigeants a nui dans une certaine mesure aux prétentions progressistes voire révolutionnaires qui avaient présidé à sa création. D’autre part la coexistence d’éléments d’origine petite bourgeoise et des représentants de la classe moyenne supérieure et même de la classe supérieure a pu contribuer à réduire l’élan révolutionnaire de ce parti, et à précipiter la rupture avec la centrale ouvrière de l’U.M.T. qui, forte de son audience et de son rôle dans la naissance du parti, lui contestait sa vocation d’être « l’avant-garde consciente et organisée des masses ».

85A défaut d’être représentatifs de l’ensemble de la population marocaine, les gouvernements, du point de vue de l’origine sociale, semblent se recruter dans les mêmes couches que les leaders de partis. Il serait cependant intéressant de voir d’abord si la ressemblance est exacte, et ensuite s’il n’apparaît pas de fluctuations dans le temps, dans la mesure où le poids des couches supérieures, en variant, pourrait refléter une modification de la hiérarchie des forces politiques au pouvoir.

86L’analyse diachronique permet de donner quelques éléments de réponse à ce sujet pour la période de 1955-1970 et d’émettre quelques hypothèses pour la période postérieure. En effet l’évolution de l’origine sociale des ministres dans les 9 premiers gouvernements fait apparaître que dans tous les cas sauf en décembre 1955, mai 1958, décembre 1958 et mai 1961 la classe supérieure représente plus de la moitié de l’effectif total du gouvernement. Autre remarque, les deux classes extrêmes varient assez peu alors que les classes intermédiaires subissent de très fortes variations. Partant de là et si l’on sépare l’effectif en deux groupes — niveau inférieur et niveau supérieur — cette division bien qu’imprécise nous permet de marquer une coupure assez nette entre deux types de population : d’une part les gros commerçants et agriculteurs, les hauts fonctionnaires, les cadres traditionnels ; de l’autre la petite bourgeoisie et les milieux populaires urbains et ruraux.

87L’évolution apparaît alors beaucoup plus nettement; jusqu’à la fin du gouvernement Ibrahim, le nombre des ministres d’origine populaire équilibre à peu près le nombre de ceux qui sont issus de la grande bourgeoisie traditionnelle; à partir de mai 1960, au contraire, la classe supérieure l’emporte de plus en plus nettement jusqu’à représenter à la fin de la période les trois quarts du total; notons cependant que cet affaiblissement des représentants de la classe inférieure s’accompagne d’un léger accroissement, en leur sein, des moins favorisés (petits paysans, employés, ouvriers). Il faut replacer cette évolution dans son contexte historique.

88L’équivoque a longtemps existé entre les forces qui ont mené la lutte nationale et celles qui, parmi elles, entendaient aussi mener une lutte sociale. Les premières représentent les courants qui, d’abord dans les années trente, puis à la fin de la deuxième guerre mondiale, ont par deux fois pris et repris le combat national ; la première fois, elles ont échoué, sans doute parce qu’elles ne savaient pas encore que leur revendication ne pouvait être que totale, et sans compromis ; la deuxième fois, à un certain point de vue, elles ont échoué aussi, dans la mesure où elles avaient besoin de l’appui de la masse, à la fois parce que celle-ci constituait une force irrésistible, et aussi parce qu’elles étaient physiquement hors d’état d’agir, ayant été les victimes désignées, parce que les plus voyantes, de la répression du colonialisme. Retournées au Maroc, triomphantes, à l’indépendance, elles ne pouvaient pas ne pas faire une place à leurs alliés de la veille, d’autant plus qu’institutionnellement, les premières années de l’indépendance ont été celles d’un essai de démocratie. Cette tentative était vouée à l’échec, d’abord parce qu’elle ne pouvait aboutir logiquement qu’à la poursuite de la démocratisation en dehors du domaine strictement institutionnel et ensuite parce que cette classe dominante entendait rapidement prendre dans certains domaines la place des prépondérants ou simplement garder la place privilégiée qu’elle occupait avec le Protectorat.

89La tentative de 1963 illustre bien ce phénomène. Mohammed V a, en mai 1960 mis fin à l’expérience Ibrahim. A sa mort, Hassan II poursuit, à la tête d’un gouvernement de coalition, la politique de son père. Les élections de 1963 représentent alors pour lui la preuve qu’à plus ou moins long terme, la poursuite de cette expérience démocratique ne peut conduire qu’à l’affaiblissement du trône, et surtout des forces qui le soutiennent parce qu’elles en ont besoin. Et encore faut-il préciser que les élections répondaient à un vœu populaire que trois ans de gouvernement de type parlementaire (c’est-à-dire basé sur les accords entre partis politiques) mais non démocratique, (parce qu’appuyé sur ces mêmes partis, émanations de la grande bourgeoisie) avaient rendu général.

90Que depuis la fin de 1963 (gouvernement de novembre) et surtout 1965 (gouvernement Hassan II de juin) une vie politique institutionnalisée ait pratiquement complètement disparu au Maroc, le fait ne doit pas nous étonner. L’état d’exception entraîne une concentration des pouvoirs entre les mains du roi, les remaniements ministériels se font de plus en plus fréquents à tel point que la dépendance du gouvernement s’en trouve accentuée et la fonction de ministre dévalorisée. Le Cabinet royal devient l’organe principal de réflexion et de décision de la vie politique du pays. Le Palais représente la seule puissance politique visible et organisée. Les forces qui le soutiennent ne participent plus ou de moins en moins directement à la vie des institutions, elles n’en ont plus besoin, les intérêts des deux parties étant étroitement liés.

91Pourtant deux nouvelles tentatives sont lancées par le Roi en 1970 et 1972 en vue de réinsérer les forces politiques et de refaire fonctionner le jeu démocratique; mais elles tourneront court toutes les deux, l’armée jusqu’alors fidèle et loyale se décidant à deux reprises à rompre avec cette « fiction démocratique » et à ne plus cautionner un régime rongé à tous les niveaux par la corruption : la première en juillet 1971 à la suite du coup d’état de Skhirat, la seconde en août 1972, lors de l’attaque du boeing royal dans le ciel de Tétouan.

92Les différents projets de gouvernement d’union nationale présentés à la Koutlah ou aux diverses formations échouent, et l’isolement de la Monarchie est tel qu’il paraît même se refléter dans la composition des dernières équipes gouvernementales. En effet, hormis la présence constante d’un petit noyau d’anciens ministres, vieux familiers du sérail et fidèles conseillers du Roi, c’est un profond bouleversement du personnel qui caractérise les trois derniers gouvernements. Les deux gouvernements Lamrani sont rénovés aux deux tiers et celui de A. Osman d’un peu plus du tiers, au total 32 sur 60 pour la période 1970-1973. Dans ces équipes plus réduites, la jeunesse (la moyenne d’âge de ces nouveaux venus est de 32 ans), et la compétence, alliées à des origines sociales modestes, semblent constituer les critères de sélection privilégiés par le Palais pour nouer de nouvelles alliances avec les couches sociales défavorisées. En fait, la fonction ministérielle, déjà affaiblie par la prédominance du Cabinet royal, dévalorisée de surcroît par ses responsabilités notoires dans la corruption, n’attire plus autant les représentants traditionnels de la grande bourgeoisie. En outre, une telle compromission lui ferait courir trop de risques dans l’hypothèse d’un changement de régime rendu plausible depuis Skhirat. Aussi la bourgeoisie d’affaires tout en restant dans l’ombre, semble-t-elle demeurer l’alliée de la monarchie, pour la poursuite d’une politique dont elle recueille les principaux avantages, mais dont elle confie la gestion et la responsabilité officielle à cette jeune élite technocratique, hautement compétente par ailleurs comme le prouve le niveau de sa formation.

III. — La formation

1) Formation scolaire et universitaire

Pour l’ensemble de l’échantillon

93L’étude de la formation scolaire et universitaire des personnalités que nous étudions n’a pas été sans présenter quelques difficultés; il nous fallait en effet savoir dans quel sens et pour répondre à quelles questions nous allions la mener; nous nous sommes finalement arrêtés à une série d’interrogations sur l’importance à donner à cinq facteurs principaux :

  1. Le niveau de formation atteint, dans l’absolu.
  2. Le type de formation reçue par rapport à une distinction entre enseignement traditionnel de type musulman et enseignement moderne de type occidental (même en langue arabe).
  3. Le type de formation reçue par rapport à une distinction entre enseignement en langue française et enseignement en langue arabe.
  4. Le type de discipline choisie pour les études supérieures.
  5. Le lieu choisi pour suivre ces études (Maroc, France, etc.).

94Nous avons donc été amenés à construire le tableau ci-dessous qui, nous l’espérons, répond à ces interrogations; rappelons simplement à quoi correspondent les intitulés des lignes horizontales du tableau.

95Les collèges musulmans ont été créés par le protectorat pour l’enseignement « des plus doués » parmi les enfants marocains, en fait le plus souvent des fils de bourgeois aisés. Ces collèges dispensaient un enseignement de type moderne, mais le français et l’arabe étaient étudiés conjointement. Ils étaient au nombre de cinq, stricto sensu (Fès, Rabat et Marrakech, Collège d’Azrou, berbérisant, Collège impérial fondé en 1941 à Rabat). On peut y ajouter le collège de Khemisset.

96On trouve d’autre part des lycées, calqués sur le modèle français, et qui dispensaient leur enseignement à une majorité d’enfants français; un assez grand nombre de Marocains, surtout pour les dernières années de la période étudiée, y a accédé. Nous trouvons d’autre part, toujours au niveau de l’enseignement secondaire, les Universités Qaraouyine et Ben Youssef respectivement à Fès et à Marrakech. Déversoirs des écoles coraniques, ces deux Universités, très anciennes, formaient ce qu’on pourrait appeler des « juristes-théologiens ». La distinction secondaire-supérieur y est extrêmement difficile à faire; nous nous sommes contentés de tenir compte de l’âge de sortie et, éventuellement, de l’obtention officielle du titre d’alem ou de fqih.

97Ce qui frappe au premier abord, c’est la grande proportion de gens ayant suivi une formation très poussée : il n’y a que trois autodidactes (dont, remarquons-le, deux au P.C.M. qui, plus précisément, ont suivi des écoles du Parti) et sept personnalités qui se sont arrêtées à la fin de leurs études secondaires. Dans un pays où, même à la fin du Protectorat, la grande majorité des jeunes Marocains n’était pas scolarisée le fait est caractéristique. Donc 90,9 % de diplômés de l’enseignement supérieur, d’une manière ou d’une autre. Et la proportion des doubles ou même triples diplômes n’est pas négligeable : 13 %.

  • 41 Nous savons que les 23 autres ont fait des études secondaires, puisque on les retrouve au niveau s (...)

98Ce qui frappe ensuite, c’est la prépondérance très marquée d’un type moderne d’enseignement : cent un sur 10641 pour les études secondaires, cent huit sur 120 pour les études supérieures; ainsi cinq seulement parmi les personnalités que nous connaissons ont fait leurs études secondaires dans les universités islamiques, douze seulement leurs études supérieures; sur ces douze, d’ailleurs, une seulement y a sûrement fait ses études secondaires; on peut supposer que les huit non réponses correspondantes les y ont faites aussi, mais ce n’est pas certain; en tout cas, trois les ont faites dans un collège franco-musulman.

99Pour les secondaires de type moderne, l’effectif des collèges musulmans (50 sur 101 avec le Collège Impérial) est légèrement supérieur à celui des lycées (48). Ces chiffres à l’inverse des résultats obtenus lors de notre première étude portent la marque de la très jeune population des 32 ministres répertoriés dans l’échantillon de 1970-1973 et dont la plupart ont obtenu le baccalauréat dans les premières années de l’indépendance. Quoi qu’il en soit, Collège franco-musulman, lycée de la Mission Culturelle ou lycée marocain, l’élite politique nationale a été en majorité formée dans un système d’enseignement de type moderne, souvent en langue arabe, en tout cas avec une biculture très marquée.

  • 42 La somme est supérieure à 108 à cause des doubles diplômes.
  • 43 Il faut rappeler aussi que bien souvent, les études faites débordent le cadre de la licence, et qu (...)

100Nous l’avons dit, cent huit individus ont poursuivi des études supérieures modernes; la répartition par discipline est frappante : quarante-neuf juristes, cinq scientifiques stricto sensu, vingt-sept diplômés des Grandes Ecoles (Sciences et surtout Agriculture), vingt littéraires, treize médecins, six officiers42. Le double diplôme qui revient le plus souvent est Droit-Lettres (huit) suivi curieusement par Grande Ecole – Droit (quatre) puis par Droit – Sciences Politiques; ainsi quarante-cinq personnalités seulement ont reçu une éducation scientifique ou para-scientifique et encore faut-il préciser que, parmi les Grandes Ecoles, il y a H.E.C. ou l’Ecole Marocaine d’Administration43.

101Car, en fait, où ces études se sont-elles déroulées ? Pour la grosse majorité, à l’étranger, c’est-à-dire en France dans tous les cas sauf deux (Istambul et Tolède) ; il convient cependant de noter que trois de ces étudiants ont fait un séjour plus ou moins long au Caire, mais nous ne pouvions, par commodité, comptabiliser que leur passage ultérieur en France (ou en Algérie, dont le système d’enseignement supérieur était de type français). Qu’ont fait ceux (trente deux), qui ont suivi des études supérieures au Maroc ? D’abord les Universités traditionnelles : la Qaraouyine seule (neuf) ou avec, ultérieurement, Droit ou Lettres en France (deux), et Ben Youssef à Marrakech. Puis l’Ecole Marocaine d’Administration (un) ; puis l’Ecole Militaire Dar el Beida à Meknès (cinq). Enfin des études de Droit, ou de Lettres pour certains à l’Institut des Hautes Etudes Marocaines à Rabat, Institut Universitaire de type moderne, qui dépendait de l’Université de Bordeaux, et pour d’autres dans les Facultés de l’actuelle Université Mohammed V.

102Nous pouvons maintenant répondre aux cinq questions que nous nous posions : les élites politiques marocaines ont, le plus souvent un haut niveau d’instruction, acquise à travers une double culture arabo-française et un enseignement en majorité de type moderne; une grande partie est constituée de juristes ou de littéraires ; plus des deux tiers ont fait tout ou partie de leurs études en dehors du Maroc.

Pour les Ministres

103On retrouve au niveau des gouvernements, les deux tendances que nous avons constatées sur l’ensemble de notre effectif : prédominance d’enseignement moderne, prédominance d’enseignement supérieur. Si l’on affine l’analyse diachroniquement, deux remarques s’imposent : ceux qui ont fait des études traditionnelles ou qui n’ont pas accédé à l’enseignement supérieur quel qu’il soit, sont présents en relative importance dans les deux gouvernements (de 1955 à 1958). Ils disparaissent presque dans les cinq gouvernements suivants pour réapparaître dans ceux de l’intervalle 1965-1969, et redisparaître complètement à partir de 1970.

104Le niveau très poussé et la tonalité « moderne » de la formation universitaire reçue par les personnalités de l’échantillon 1970-1973, correspond à la présence massive des ministres « techniciens » dans les derniers gouvernements. Sur les 32 réponses obtenues, 2 seulement ont une formation secondaire, les autres se partagent des diplômes d’études supérieures acquis surtout à l’étranger, et principalement en France (21), et très peu au Maroc (7). Parmi ces diplômés, les juristes représentent la moitié (15), les scientifiques, ingénieurs des grandes écoles françaises telle que Agro, Ponts et Chaussées et Mines, le quart de l’effectif (8), suivis des médecins (2) et des littéraires (4). Le nombre des doubles diplômes (5) est particulièrement important. La forte proportion de jeunes juristes et scientifiques explique la vocation de plus en plus grande des « spécialistes » et des « compétents » à occuper des postes gouvernementaux et tend le plus souvent à faire de la charge ministérielle, la simple consécration d’une expérience ou d’une responsabilité administrative de très haut niveau.

105Le ministre dans les derniers gouvernements, se recrute essentiellement parmi les lauréats des Facultés ou des Grandes Ecoles françaises, ou bien dans les cabinets, services centraux ou directions techniques des ministères eux-mêmes.

Pour les leaders de partis

106En ce qui concerne les leaders des partis politiques, la majorité sinon tous, selon les partis, ont fait des études régulièrement jusqu’au supérieur. Ils ont suivi cet enseignement dans les universités soit traditionnelles, soit modernes.

107Toutefois en ce qui concerne le P.L.S., un seul de ses leaders a fait des études supérieures complètes. Les autres, en raison de leur origine sociale notamment, n’ont pu y accéder. En revanche, ils ont tous complété leur formation par eux-mêmes (ce sont des autodidactes) et aux Ecoles du Parti, au Maroc ou en France.

108D’autre part, il y a un déséquilibre très net entre l’enseignement dit traditionnel et l’enseignement moderne suivi par les leaders. Ceux-ci sont au nombre de 14 pour le premier type d’enseignement, et de 56 pour le deuxième. Dans les deux cas, on note l’importance et le nombre de diplômes obtenus par les leaders : un, deux ou trois selon les partis.

109A l’intérieur de l’enseignement moderne, la répartition par discipline (Lettres : 14 - Droit : 22 - Sciences et Grandes Ecoles : 19), fait apparaître une légère prépondérance des juristes parmi les dirigeants politiques.

110Autre remarque, la grande majorité des leaders, de partis politiques ont fait leurs études supérieures en France, en particulier à Paris. A cela, des raisons évidentes, que l’on se contentera d’énumérer : le contexte historique, les années d’entre les deux guerres sous la tutelle de la France, conditions intellectuelles et politiques plus favorables, facilités matérielles des uns (les fils des familles aisées) et des autres (bourses des partis), foyers d’attraction et de rencontres, associations estudiantines (A.E.M.N.A.) et ouvrières, contacts directs et fructueux avec les milieux, les partis politiques, et les organismes syndicaux européens.

2) Profession d’origine.

  • 44 Nous avions en effet recensé vingt sept enseignants (dont sept instituteurs et vingt professeurs), (...)

111Le recensement des professions d’origine, fournit des réponses assez claires sur les indicateurs déterminants, pour l’accès à des fonctions de dirigeants politiques. Déjà significatifs pour l’échantillon 1955-197044, les résultats portant sur le personnel 1970-1973, révèlent encore davantage le niveau social relativement élevé, auquel correspond les premières professions pratiquées dans l’ensemble par les élites marocaines. Les conclusions auxquelles nous avaient amené notre étude sur l’origine sociale sont ici plus que confirmées; si l’on reprend les catégories « classes supérieures » … on remarque que par leur profession d’origine, les élites de l’échantillon 1970-1973, relèvent aux trois quarts de la classe supérieure, et pour le reste de la classe moyenne supérieure et de la classe moyenne. Si l’on ne prend dans cet échantillon que les professions d’origine des nouveaux ministres, le fait est encore plus significatif, car le taux des classes supérieures est de 95 %. A l’intérieur de ces professions, si les enseignants sont au nombre de sept et les professions libérales de quatre, les membres de la Haute Administration sont très bien représentés (19), ce qui nous pousse à nous interroger à propos de la haute fonction publique : Est-ce un tremplin efficace, une filière privilégiée, ou un simple réservoir dans lequel la Monarchie puisse pour renouveler le personnel politique au gré de sa fantaisie, ou pour nouer des alliances aussi temporaires que sybillines. La question reste posée, car en fait, l’étude approfondie du processus d’accès au pouvoir au Maroc, exige le dépassement de variables, telle que la nature de la première activité politique.

112Elle nécessite en effet l’utilisation de toute une série de facteurs, qui sont liés à l’organisation de la vie politique et institutionnelle; elle requiert surtout la référence au contexte historique, variable importante et indispensable pour saisir tout ce qu’a de complexe la trame des causes et des effets, qui peuvent mener un homme à de hautes responsabilités politiques.

  • 45 Sur ce point, voir infra Régnier (J. J.). « Monarchie et forces politiques dans le Maroc indépenda (...)

113Les résultats que nous a fournis l’emploi de variables individualisantes, ne nous permettent pas de cerner de plus près la nature du pouvoir auquel accèdent les élites, encore moins d’expliquer l’évolution des rapports entre la Monarchie et les autres forces politiques, dans l’exercice ou le partage du pouvoir45. Tout au plus nous aident-ils à dégager les grands traits d’un portrait-type des élites politiques marocaines, et à retrouver leurs composantes personnelles telles que les ont façonnées la région, le milieu d’origine et la formation reçue.

114Ainsi, peut-on dire en résumé, les élites politiques marocaines sont pour la plupart originaires de ce qu’il est convenu d’appeler le « Maroc utile », région où les facteurs socio-économiques se mêlent aux facteurs culturels et politiques, eux-mêmes liés au combat nationaliste. Ces élites sont, dans leur très grande majorité, issues de familles appartenant aux « classes supérieures », qui recouvrent en gros l’aristocratie foncière, intellectuelle et administrative, et la grande bourgeoisie d’affaires.

115Les premières professions pratiquées dans l’ensemble, par les élites marocaines, révèlent un niveau social et de formation particulièrement élevé. L’accession aux postes gouvernementaux, semble de plus en plus consacrer une expérience ou une responsabilité administrative de haut niveau, et parfois même couronner une compétence technique fraîchement obtenue, après l’acquisition d’un ou plusieurs diplômes. Dans de très fortes proportions, les élites marocaines ont un très haut niveau d’instruction ; elles ont partagé leurs études secondaires entre les collèges musulmans et les lycées, ce qui les a dotées d’une double culture, et permis de poursuivre, pour la plupart en France, des études supérieures, axées surtout vers les disciplines juridiques, les grandes écoles et les lettres ; ce qui explique le très grand nombre de hauts fonctionnaires, d’avocats et d’enseignants, dans le personnel politique marocain.

ANNEXE I

Les gouvernements marocains depuis l’Indépendance jusqu’au 31 décembre 1973

116I. 1er Gouvernement Bekkai 7 décembre 1955.

117II. 2e Gouvernement Bekkai 3 décembre 1956.

118III. Gouvernement Balafrej 12 mai 1958.

119IV. Gouvernement Ibrahim 24 décembre 1958.

120V. Gouvernement Mohammed V 26 mai 1960.

121VI. Gouvernement Hassan II 2 juin 1961.

122VI a. Remaniement 19 juillet 1962.

123VI b. Remaniement 18 octobre 1962.

124VI c. Remaniement 1er novembre.

125VI d. Remaniement 5 janvier 1963.

126VI e. Remaniement 6 juin 1963.

127VII. Gouvernement A. Bahnini 13 novembre 1963.

128VII a. Remaniement 20 août 1964.

129VII b. Remaniement 9 novembre.

130VII c. Remaniement 7 janvier 1965.

131VII d. Remaniement 16 février

132VIII. 2e Gouvernement Hassan II 8 juin 1965

133VIII a. Remaniement 10 juillet

134VIII b. Remaniement 20 et 24 février 1966.

135VIII c. Remaniement 2 mai.

136VIII d. Remaniement 11 mars 1967.

137VIII e. Remaniement 13 avril.

138VIII f. Remaniement 12 mai.

139IX. Gouvernement M. Benhima 6 juillet 1967.

140IX a. Remaniement 12 juillet.

141IX b. Remaniement 17 janvier 1968.

142IX c. Remaniement 8 mai.

143IX d. Remaniement 15 juin.

144IX e. Remaniement 8 juillet.

145IX f. Remaniement 12 août.

146IX g. Remaniement 31 août.

147IX h. Remaniement 7 février 1969.

148IX i. Remaniement 10 avril.

  • 46 En fait il s’agit toujours du Gouvernement de 1967 dont le remaniement a porté entre autres sur le (...)

149X. Gouvernement A. Laraki46 8 octobre.

150X a. Remaniement 23 octobre.

151X b. Remaniement 21 février 1970.

152X c. Remaniement 25 mars.

153X d. Remaniement 30 avril.

154X e. Remaniement 7 août.

155X f. Remaniement 10 août.

156X g. Remaniement 17 septembre.

157X h. Remaniement 3 octobre.

158X i. Remaniement 12 octobre.

159X j. Remaniement 22 avril 1971.

160XI. Gouvernement K. Lamrani 6 août 1971.

161XI a. Remaniement 4 septembre.

162XII. Gouvernement K. Lamrani 12 avril 1972.

163XII a. Remaniement 23 mai.

164XIII. Gouvernement A. Osman 20 novembre.

165XIV. Remaniement 30 mai 1973.

ANNEXE II

166Par leaders politiques, nous entendons les membres des organes directeurs des partis politiques qui ont existé au Maroc, de 1955 à 1972, à savoir par ordre chronologique de création :

  • Le Comité Exécutif du Parti de l’Istiqlal.
  • Le Bureau Politique du Parti Démocrate de l’Indépendance, devenu en 1960, le Parti Démocratique et Constitutionnel.
  • Le Bureau Politique du Parti Communiste Marocain, devenu en 1968, le Parti de la Libération et du Socialisme.
  • Le Bureau Politique du Parti des Libéraux Indépendants, créé en 1955.
  • Le Comité Exécutif du Mouvement Populaire créé en 1958, dont une fraction a fondé avec le Dr Khatib en 1967, le Mouvement Populaire Démocratique et Constitutionnel.
  • Le Secrétariat National de l’Union Nationale des Forces Populaires, créée en 1959.
  • Le Comité Directeur du Parti Socialiste Démocrate, fondé en 1964.

ANNEXE III

Evolution des Partis politiques marocains

Notes

1 Michel Camau, Gérald Dubray, Noureddine Sraieb, « Tunisie », in Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes, la formation des élites politiques maghrébines, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1973 : 176-221.

2 Dont 8 ont appartenu également au Comité central ; ce canal provient de ce qu’avant octobre 1971, l’appartenance au gouvernement conférait ipso-facto à son bénéficiaire la qualité de membre du Comité Central.

3 4 d’entre elles sont ensuite entrées au gouvernement ; parmi celles-ci, 2 ont également été appelées à siéger au Bureau politique.

4 Il s’agit là des renseignements biographiques auxquels peut accéder tout lecteur de la presse tunisienne.

5 C’est pourquoi on n’a pas tenu compte ici des scindements dont ont fait l’objet les gouvernorats de Tunis et de Gafsa, réformes principalement dictées par des considérations politiques.

6 Soit 34 cas, dont les 26 personnalités de l’échantillon 1970-1973, trait qui souligne le caractère approximatif des résultats obtenus.

7 Les pourcentages auxquels nous nous référons à ce propos ont été calculés sur la base de 122 unités, pour la période 1955-1973 (96 pour la période 1955-1970 et 26 pour la période 1970-1973).

8 Si l’on dissociait l’île de Djerba du reste du gouvernorat de Médenine, ce dernier devrait être rangé dans la quatrième catégorie.

9 Encore que pour cerner cette dimension de façon rigoureuse, il serait nécessaire de prendre en considération non seulement l’accroissement de l’échantillon, mais aussi les péripéties des carrières politiques (départ momentané ou définitif du Gouvernement, exclusion du Parti, etc.).

10 Là encore, il faudrait envisager les péripéties des carrières politiques.

11 Centre de Recherches et d’Etudes sur les Sociétés Méditéranéennes, la formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 190.

12 Cf. Centre de Recherches et d’Etudes sur les Sociétés Méditerranéennes, la formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 191-192.

13 Si l’on considère qu’entrent dans cette dernière catégorie les « journalistes » et les « politiques » (personnalités dont la première profession a consisté dans l’exercice d’une fonction politique).

14 Base de calcul : 123 unités.

15 Dans un souci de simplification, les personnalités ayant fréquenté le collège Sadiki et un autre établissement ont été décomptées dans les effectifs du premier.

16 Soit 99 unités, du fait de 19 non réponses et des 5 personnalités qui n’ont suivi que des études primaires.

17 4 non-réponses.

18 La rubrique « droit » englobe, outre le droit proprement dit, les sciences économiques et les sciences politiques.

19 Rappelons qu’une même personnalité peut être incluse dans plusieurs rubriques, si elle a mené des études dans deux ou trois disciplines distinctes.

20 Cf. supra, 2) L’origine sociale.

21 C’est volontairement que n’ont pas été étudiées ici les corrélations entre l’origine géographique, l’origine sociale et la fonction. On renverra à ce sujet le lecteur à l’ouvrage du C.R.E.S.M. déjà cité.

23 Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence — Bibliothèque africaine et malgache — Paris 1973 — (Ouvrage publié avec le concours du C.N.R.S.).

24 L’effectif étudié dans l’ouvrage précité était de 91 personnes. Il a été ici actualisé à 100, au 1er janvier 1974.

25 Il s’agit des limites des wilayate telles qu’elles étaient fixées avant la réforme du 2 juillet 1974 qui a porté leur nombre de 15 à 31.

26 Hubert Michel : La formation des élites politiques maghrébines — chapitre Algérie — op. cit.

27 La Formation des élites politiques maghrébines — chapitre Algérie — op. cit.

28 Ibidem.

29 Ibidem.

30 La formation des élites politiques maghrébines — chapitre Algérie — H. Michel. Il faut remarquer, dans ce sens, l’importance de ce que l’on a appelé le « groupe d’Oujda et le groupe de Tlemcen ».

31 Ibidem.

32 Ibidem.

34 Berrady (L.), Regnier (J. J.), Santucci (J. C). « Le Maroc., p. 134-176, In La formation des élites politiques maghrébines. Paris, L.G.D.J., 1973.

35 Voir Annexe I.

36 Voir Annexe II.

37 Sur l’évolution historique des partis politiques marocains, voir Tableau Annexe III.

38 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit.

39 Ce sont celles aussi où l’on trouve une grande partie de la petite minorité (une dizaine) de berbères dans notre échantillon.

40 « Le Maroc », p. 134-176, in La formation des élites…, op. cit.

41 Nous savons que les 23 autres ont fait des études secondaires, puisque on les retrouve au niveau supérieur ; mais nous ne savons pas quel type…

42 La somme est supérieure à 108 à cause des doubles diplômes.

43 Il faut rappeler aussi que bien souvent, les études faites débordent le cadre de la licence, et que le nombre des docteurs en Droit ou de 3e cycle n’est pas négligeable.

44 Nous avions en effet recensé vingt sept enseignants (dont sept instituteurs et vingt professeurs), seize avocats, treize médecins, douze hauts fonctionnaires (auxquels se joindront rapidement quelques-uns des dix ingénieurs) ; il y avait un seul employé, un ouvrier, aucun petit paysan, quatre fonctionnaires de niveau moyen ; les autres profession représentées étaient les magistrats (cinq), les officiers (cinq), les gros agriculteurs (deux), les gros commerçants (deux) et les journalistes (quatre).

45 Sur ce point, voir infra Régnier (J. J.). « Monarchie et forces politiques dans le Maroc indépendant » pp.

46 En fait il s’agit toujours du Gouvernement de 1967 dont le remaniement a porté entre autres sur le poste de Premier Ministre.

Notes de fin

* Par Jean Emmecey.

22 Hubert Michel, CRESM, Aix-en-Provence.

33 Jean-Claude Santucci, CRESM, Aix-en-Provence.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Pourcentages comparés de représentation régionale (échantillon 1955-1973)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre TABLEAU 2. Origine sociale des élites tunisiennes11
Légende Horizontalement : Première profession des sujetsVerticalement : Profession du Père.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre TABLEAU 3. Formation universitaire des élites politiques tunisiennes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre TABLEAU 4. Profession d’origine des élites tunisiennes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre TABLEAU I. Distribution géographique des origines :
Légende Sans réponse : 23
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre TABLEAU II. Corrélation entre les études suivies par les élites politiques algériennes et l’origine socio-professionnelle de leurs parents
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Tableau III. Évolution de l’origine géographique des dirigeants
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 715k
Titre Tableau IV. Formation intellectuelle des Ministres Algériens
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre TABLEAU V. Catégories socio-professionnelles des Ministres ayant exercé un métier avant leur accès aux fonctions d’Etat.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Tableau I. Origine géographique des Elites politiques marocaines (1955-1973)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre TABLEAU II. Origine urbaine des Élites politiques : répartition.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Effectifs et pourcentages comparés du recrutement géographique des ministres
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Origines géographiques des Ministres : Effectifs et pourcentages comparés, variations enregistrées pour certaines villes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre TABLEAU. Origine géographique des Ministres
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre TABLEAU. Lieux de naissance des élites et répartition des postes ministériels (1970-1973)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Répartition géographique des leaders de l’Istiqlal
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Répartition géographique des dirigeants de l’U.N.F.P.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre TABLEAU. Répartition géographique des dirigeants politiques d’après leur origine sociale
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre En pourcentage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/119/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 527k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540