Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux palais du Caire médiéval

 | 
Mona Zakarya

Conclusion

Texte intégral

1Lorsque, le 15 octobre 1483, le Père Félix Fabri pénétra dans le palais du Sultan, il vit « un ordre admirable... une multitude énorme de vastes écuries et grandes salles qu’il serait fastidieux de décrire en détail et peut-être difficilement croyable ». Sans doute, les deux palais auxquels nous nous sommes intéressés, n’avaient-ils rien de commun avec la demeure aux « douze portes » que le pélerin nous décrit. Mais la description « en détail » aurait de toute façon été, sinon fastidieuse, du moins difficile. Car, dans son tracé comme dans son esthétique, la maison telle qu’elle était conçue au xve siècle, échappait à un occidental comme elle nous échappe à tous aujourd’hui. Ce sont les bases de cette originalité que nous avons tenté de mettre ici en évidence à travers une analyse de base. Notre projet était de remonter aux sources. D’où le pari, risqué et certainement démesuré, de ne s’occuper que de bâtiments intégralement détruits et de travailler exclusivement sur des documents d’époque. Par là, nous ne voulions travailler qu’avec des instruments appropriés. Cela nous a condamné à l’imprécision, mais, du moins l’espérons-nous, pas à la fantaisie. L’imprécision tient aux différences dans la valeur que nous attribuons aux données. Un huissier du xve siècle s’attachait plus au caractère précieux et évaluable d’une décoration qu’aux dimensions d’une pièce. En échange, il nous apprend — si nous nous contentons de ce qu’il nous livre — quelle était la hiérarchie exacte des pièces et comment on circulait de l’une à l’autre. Ce n’est pas inutile pour nous qui — dans un palais mameluk — avons le plus grand mai à différencier les espaces et à saisir les articulations.

2Aussi, bien que nos résultats soient beaucoup plus faibles que ceux que nous aurions pu tirer d’une étude de terrain, nous croyons pouvoir dire que nous avons réussi à approcher le fonctionnement interne de telles maisons. Ce qui compte dans la connaissance d’un habitat, c’est bien plus la compréhension de ses structures que le relevé de ses façades. L’un et l’autre, ne sont pas contradictoires. Mais le second nous paraît subordonné à la première. En cela, l’étude par les waqfs est irremplaçable. Le texte lui-même nous éclaire d’abord sur la valeur des divers termes architecturaux ; il nous contraint à la précision à cause de la richesse du vocabulaire employé ; par la nomination spécifique de chaque espace, il induit leur différenciation. Et le fait que nos textes témoignent, chez l’huissier, d’une démarche rigoureuse, nous semble encore être une preuve de la structuration de la construction. Richesse du vocabulaire, parcours de l’huissier, spécificité des techniques employées, nous prouvent un état d’élaboration très avancé de l’art architectural Certes, une étude de fond serait maintenant nécessaire, soit pour collecter les diverses informations contenues dans les waqfs, soit pour retrouver le « métier » des architectes du xve siècle.

3Si les historiens de la France médiévale savent bien peu de choses des bâtisseurs de cathédrales, ils n’ont pas à leur disposition, l’énorme masse documentaire qui est la nôtre. Dans l’immédiat, il faudrait confronter nos analyses aux faits subsistants, et généraliser le glossaire entrepris pour la période de Qâyt-bây. Nous pourrions vérifier la justesse de nos conclusions sur la répartition des espaces et sur le rôle de certaines pièces comme le qîţûn.

4Quoiqu’il en soit, le waqf peut — nous espérons l’avoir montré — être utile autant à l’historien (dans la connaissance de l’habitat historique) qu’à l’architecte qui veut entreprendre une restauration. Certes, nous avons dû appliquer à la lecture du document, une technique anachronique, et nous avons considéré les problèmes architecturaux selon des principes qui n’étaient sans doute pas formulés clairement au xve siècle. Ici, l’essentiel ne nous paraît pas être de savoir si effectivement les constructeurs pensaient en axes ou symétrie par exemple, mais de savoir si les axes et symétries existent réellement et si c’est à travers eux que l’on peut — au xxe siècle — aborder la construction médiévale. Il n’en va bien sûr pas de même de nos interprétations strictement historiques, et l’on retrouve ici l’ambiguïté fondamentale de notre travail, entre l’analyse historique du texte et le relevé architectural.

5Un point nous paraît néanmoins essentiel. Quelle que soit l’exactitude de nos analyses de détail, il y avait — durant la période que nous venons d’étudier — une très grande répétition des structures de base en architecture. L’étude que nous avons publiée sur le Rabʽ de Tabbâna, comme tout ce que nous pouvons connaître des constructions pour classes moyennes ou riches, correspond à ce que nous avons pu étudier ici en détail. Il existait des types d’habitat qui étaient identiques pour les diverses couches de la société et qui étaient simplement transformés et adaptés aux besoins. Cela ne saurait nous étonner : nos appartements modernes sont régis selon les mêmes règles qu’il s’agisse de bâtiments coopératifs ou d’immeubles de luxe. Simplement, notre analyse appelle une compréhension plus complète de la façon dont étaient utilisés ces espaces, fort différentes des nôtres.

6Ici, encore, nous aboutissons plus à un constat de carence qu’à de véritables conclusions. Notre étude est bien un point de départ. Nous avons voulu tenter une simple expérience de méthode et nous aboutissons à des horizons bien trop larges pour nous : la richesse des principes de construction à l’époque de Qâyt-bây, nous paraissent témoigner pour toute l’évolution ultérieure du Caire. « L’immense ville » dont parlent toutes les chroniques, n’aurait pu exister et s’étendre sans un savoir technique remarquable et des capacités d’adaptation exceptionnelles.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540