Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux palais du Caire médiéval

 | 
Mona Zakarya

Chapitre II. Le palais de l’Emir Djanim dans le Khaţţ de Suwayqat al-ʽIzzi

Texte intégral

1 – DESCRIPTION DU DOCUMENT

  • 1 Waqf « istibdâl ».
  • 2 Ibn lyâs (p. 153, T. Ill) (op. cit.) (éd. Muḩammad Muşţafa).

1Le texte sur lequel nous allons effectuer notre deuxième essai de restitution architecturale, est extrait d’un acte d’istibdal1 conservé à la Citadelle du Caire sous la cote 112/18 Maḩkama sharʽiya et daté de 884 H. Cet acte fut effectué au nom du Sultan Qâyt-bây pour recouvrer des biens fonciers octroyés à un de ses jeunes émirs, Djânim al-Sharîf mort en rabʽal-awwal de la même année2.

2L’acte concerne une propriété à Shubk al-Daḩḩâk en Minûfiya et le palais du Suwayqat al-ʽIzzî, objet de notre étude.

3La valeur de ces biens est destinée dans cet acte principalement à entretenir la tombe de Djânim, enterré dans la Qubba de Qâyt-bây au désert, ainsi que la Madrasa Ashrafiya qui s’y rattache.

4Sur un ensemble de 108 lignes, les lignes 5 à 12 concernent la propriété de Minûfiya et les lignes 13 à 72, notre palais.

  • 3 Notre acte le désigne comme (Qarîb al-Sulţan). Ibn lyâs l’appelle : « proche de notre maître le su (...)

5On est frappé du caractère assez hâtif de la rédaction de cet acte et plus particulièrement du manque de précision dans la description architecturale, comme si le rédacteur avait voulu s’acquitter au plus vite de sa tâche et comme si le Sultan avait été préoccupé de récupérer au plus vite des biens qu’il avait sans doute octroyés à son émir favori3.

  • 4 Ibn lyâs (ibid).

6La lecture du texte est relativement aisée, malheureusement l’usure du papier et quelques taches sur le bord gauche, ont fait disparaître le dernier mot de plusieurs lignes et quelques mots dans le corps du texte. Comme pour le premier document, nous éditons tout le texte arabe, en nous contentant de traduire les lignes 13 à 72, concernant le palais de Suwayqat al-ʽIzzî4.

7Aussi, allons-nous tenter, à partir de ces lignes, de proposer une restitution du bâtiment. Car nous avons là un bon exemple de résidence d’émir, où l’on retrouve dans un même complexe, le logement des mameluks et la partie consacrée au seigneur et à sa famille. Ce genre d’habitation répondait certainement à des besoins très différents de ceux que nous avons définis dans le cas de l’habitation civile. Nous n’avons pu apporter – à cause du texte – autant de précisions que nous l’aurions voulu à l’étude du style architectural et du décor. Au contraire du bâtiment étudié précédemment, ce palais se situe dans une zone parfaitement délimitable sur la carte du Caire actuel, d’où l’intérêt de ce texte pour notre connaissance topographique du quartier du Darb al-Ahmar.

  • 5 BAYBARS al-Ţawîl.

8Dans l’ensemble, notre démarche sera calquée sur celle que nous avons suivie dans l’analyse de la maison de Sihab al-din. Dans un cas comme dans l’autre, du fait de l’absence totale de ressource archéologique, nous avons choisi avant tout de proposer des coupes et plans schématiques, mettant en valeur la distribution des pièces et la structure de l’espace vécu. Avant l’analyse de ce texte, signalons un problème de datation posé par le bâtiment décrit dans ce waqf. Djânim y aurait succédé à l’Emir Baybars al-Tawîl (1. 14)5. Toutefois, cette incertitude quant à la date de construction de la maison, est compensée par quelques données architecturales nous permettant d’affirmer que la construction ne peut pas remonter à plus de cinquante ans en arrière. Nous reviendrons plus loin là-dessus. Cette marge de temps peut sembler excessive à l’historien ; elle reste malgré tout, moins grave pour une étude architecturale. Un autre critère d’appréciation nous permet aussi de penser qu’un émir aussi prestigieux que Gânim n’aurait pas habité un palais s’il n’avait répondu tant soit peu aux besoins et au goût de la classe dirigeante de l’époque.

2 – TEXTE

9Archives Nationales – Citadelle. Acte n° 112/Miḩfaza 18

10نص حجة قايياى

11رقم./ • ١٩٢٩٤ ) اهة الفرعي ة( دار الوثائق بالقلعة(

12١ — ل ل ب ا دى و ا ل ع ا كف و ن ا م د ي ن ه ا ل ذى ق ط عت ا م إ ب ت ف ع ن ي ل ه ولا م ح ا[ •• ك • ]

13٢ — أش ت ع ا لى م ل ك ه وسل ط ا ن ه و ن م ج ي وشه إعو ا ئ ه و ج د د ل ه ق ك ل ي و م ر و ر إ و ن ع إ ] . . . [

14٣ — الإ ض ي إو ب ح ر إ و اشه د عل ي ه شه و د ه اشه ا د ا شم ع ي ا في ح ا ل ه صح ة ج ث ا ن ه ٠ ن ف ه ذ أ م م ه

15٤ __ انه وقف ارم ومل وابد حرم ونمدق الحصة التى مبلغها

16٠ “ خ مس ح ه م و نصف ح م ة من اصل عشر ين ح ع ة شا ي ع ا ذ لك ق ح م عا ر إ ء ن بى ن ا ح ي ة م بك ا لضح اك ا لبم ن و ف ي ة وب ج د

17٦ — أرإ ضا حد ود أربعة ا لخد ا لقل بمنى الى ارأءثبى ا لمائية وا لخد ا جحرى ينى ال .ى..] [

18٧ — ناحية منا و ه لا وا لحد ا لثمل بمص ا لى ا لتيه ا لوسطى وا لخد ا لغر د بممى ال • ى ]• • [

19٨ — ا لا ط ا ر ث ة و غي ط اب خ اس ا با رى ق م لك ع لإ نا ال م ق ام ا ل م يف ن ع م ه اف عن ذ للن ب د لا ل ة ا لفصل ا ل م ط ر ب ا ل ] . . . [

20٩ — ا لث^ ى ا ل ث ا بتم ١م ح ك و ي و ج ب ه في ا ل ف رع ا لشر يف ا ل ذ ى خصم ف ي ه ب فضي ة ه ذ ا ا ل و قف خصا شر ك ي ا م واف ق ا ي ت ا ر ع شه ا د ة

21١ — ح م ة م ب ل غ ه ا ح م ت ان و ا رب ع ة ق را ري ط و ن مف ق ي ر ' ط من حصة عن ا صل عشر ين حص ة وفي م ل ك ه ب م ك ت وب ا خ ر نصف وب ق ي ة •

22ذلك

23١ — في ا م لا ك يت ال م ال ال م ع م ور و م م ا ك ا ن ب ي د ا ل ي فى ج ا ت م بن عب د اف ا ل ث ر ي فى ا لشه ي ر ب ق رب م لإ ن ا ا ل ق ا م ا ل م يف ١

24١ — الشريف اع لاه ممغه ائف تعالى وعظمه قل وفاته الى رحمة لاش تعالى اثطاعا و جميع ا لمكان ل .... آ ٢

25١٣ — ا بضا و ب آ ا ل ك ا ين ب ظ ا ه ر ا ل ق ا م ة ان ح روم ة خ ا ر ج ب ا د زوي ل ة و ال د ر ب ا لا ح م ر ب خ ط م و ي ق ة ال ع ز ى ال م لا صق ل ظ ه ر م د ر سة

26١ — ج ا ت م ا ل مشا ر ا ل ي ه اع لام ت غ م د ه ا نف ت ع ا لى ب ر ح م ت ه ا ل ج ا ري ذ لك في م لك ا ل و ا قفا ل م ن و م ب اسم ه ٥

27ا لشر يف اع لام شي ه اف ت ع ا لى وعظ م ه ب د لا ل ة ا ل ن م ل ا ل ط ر ب ظ ا ه ر م ك ت وب ا ل ت ب ا ي ع ا ل م عى ا ل ث ا بت ا ن ح ك و م ب م و ج ب ه

28١ — ل الخرع الخريف وبد لا لة مكتوب الصلح الثمعى انحكوم يوجبه ف الثرع الشريف وبشهادة من يعين ذلك ق ٦

29١٧ — ا خ ر فصل ا ل ج ر ي ان ا ل ذى سيسط ر ب ع د وصف ه ذ لك ب د لا ل ة م ك ت وب ا ل ت ب ا ي ع ا ل م ن ك و ر ا ن ه يشت م ل عل

30١٨ — و ا ج ه ة م ب ن ي ة ب ا ل ح ج ر ا ل فص ا ل ن حت وعل و ه ا ب ا ل ط و ب ا لآ ج ر ب ب ا ب ك ب ي ر م ق ن ط ر ي ع ل وه عق د ب ا ل ح ج ر ي ك تف ا ل ب ا ب ال م د ك ور

31١ — مستبطان بمة ويسب ويعلو البوابة المدكورة روثن لطيف مضعف عتيق يغلق عل الباب المنكو ز, اع لاه زوجا باب يدخل ٩

32٢ — منه الى دركاه كمى بصدرها مسطبة مفروثة بالب لا ط مسقفة الد^كام والمطية نقيا عتيقا ثم يتوصا من الدتكاه ٠

33٢ — ال م د ك ور ة ا ل ب ا ب م ر ب ع ل ط يف ي د خ ل م ن ه ا ل م ح زن ب رسم ال ب و اب ت ق ا ب ل ه م ط ب ه ل ط ي ف ة وب ح او ر ا ل ب ا ب ا ل ل ط يف ال م ن ك و ر ١

34٢ — م ق ن ط ر ب ا ل ح ج ر مست ج د ا لا نشا ء مسقف غشي م ا ي د خ ل من ال ب ا ب ال م د ك وو الى ب ا ب ل ط يف علي م ن ة ا ل د ا خ ل م ق ن ط ر ي غ لق عل ي ه ٢

35ف رد ة ب ا ب

36٢ ٣ — ي د خ ل م ن ه ا ل سل م م ع ق و د ب ا ل ب لا ط ا ل ك د ان بسف ل ه ك ر م حى م ر ح اض يصع د من عل ا ل ن م ال م ن ك و ر الى ط ب ا ق برسم م كن

37ا لمماليك

38٢ — عدتا سبعة ومطبخ وكرمى مرحاض يغلق عل كل من الطباق المدكورة مدة باب مسقف كا مب غشيما خ لا طبقة ٤

39٢ — و ا ح د ة ف ا ن ه ي ع ل و ه ا عق د ب ا ل ح ج ر و ه ذه ا ل ط ب ق ة ال م د ك ور ة مست ج د ة ا لا نشا ء عل و ا ل ب ا ي ك ة ا لا ق ب ك م ه ا ف ي ه ث م ي ت وصل من ا ل ب ا ب ٥

40٢ — ال م ن ك و ر الى د و ا ر ح وش ك ب ي ر ب ه عل ي م ن ه ا ل د ا خ ل ب ا ي ك ة ب رسم ال خ ي و ل م ق ا م تسع ة ا رؤس خ ي لا مسق ف ة ا ل ب ا ي ك ة لا م د ك ور ة غشي م ا ٦

41٢ — و هى سمفل ا لطبا ق ا لمدكو رة ا ع لام و هذ ه ا لبايكة ا لمدكو رة محمول سقفها عل قناطر معقو دة بالحجر ا لفحى ا لتحيت مسد ود ٧

42٢٨ — م ف لا ل ب ا ئ ك 'ة ل ذ ك و ر هب ا ل خ ج ر ا ل ف م ن ا ل ت ح ي ت و ه ذ ها ل ب ا ئ كا لة م د ك و ن ة م لاص ز ف ب ع ض ه ال خ د اا ل ر م د ر ا سلةم د ك و روةب ق ا ي ا ر ا

43٢ — ه ذ ه ا ل ب ا ئ ك ة ا 1 د ك ور ة ب ا ل خ وش الم د ك ور ا ع لاه ث لا ث ة اب و إ ب م ق ن ط إ ي د خ ل من ا ح د ه ا ا ل طشت خ ا ن ا ه و من ال ث ا فى ا ل ٩

44٣ — ف إشخ ا ن ا ه و من ا ل ث ا لث الى كرا ب ج ا ن اه وب ح او ر ذ لك سل م م ع ق و د ب ا ل ب لا ط يصع د من عل ي ه ا ل ط ب ق ت ين م ت ج ا و هن ٠

45م ج او رين ل ح دا ر ال م درم ة ال مشار ا ل ي إ ا ع لاه وه م ا عل و ا ل ب ي وت ا ل ث لا ث ال م د ك ور ة ا ع لاه ي ج إ ر ذ ل لث ب ا ب م ق ن ط ر ■ ٣ — مسق ف ت ين غشي م ا ١

46الس-ف ى

47١ — المقر المرحوم ا لسيفى الخاى ا ليوسفى المعروف هذا المكان قديما بسكن الامير بيبص الطويل ثم عرف بسكن المقر المرحوم ٤

48٣ ٢ — يغلق عليه زوجا باب يدخل منه الى سلم معقود بالب لا ط الكدان يصعد من عليه ال باب سر لطيف يدخل منه الى مست

49٣ ٣ — بالمقعد ا لآ ق ذكر ؟ فيه ثم بمعد من عل السلم المنكور الى قصر مفروش ارضه بالب لا ط مسبل جدره بالبياض مسقف نقيا

50٣ — مدهون به شب ا ب ي ك عدتا خمسة ث لا ثة منا بصدره واثنان مب متقاب لا ن مطل ذلك عل الدوار المذكور بعلو القصر ٤

51٣ ٥ — المنكور دوياعة عراقية وبالقصر المنكور مبيت كبير مسقف شاميا به كرمى مرحا ض و با ب لطيف مقنطر يدخا منه ال

52٣ ٦ — سلم در جتين ينزل منا الى مبيت لطيف مسقف بسطا بشباك خشبا مطل عل ا لد وار ا لمذكور و بالبيت ا لمنكور با ب

53٣ ٧ — يدخا منه الى رواق يشتمل عل ا يوا نين متقابلين فيما بينم دور قاعة عر اق بصد ر ا حد الا يوا نين ا لمنكور ين شبابيك

54٣ ٨ — مطلة عل ا لد وار ا لمنكور علو بوابة ا لقاعة ا لا نى ذ كرها فيه وبالايو ان ا لثا ق خزإنة نومية مسقخم ذ لك نقيا

55٣ ٩ — مدهو ن حريريا ملمع بالذهب وا لا زو ند وبد ور ياعته بابا ن متقاب لا ن ا حد ا م يدخا منه الى محلم يتوصا منه ا لى

56٤ — رحاب لطيف مسقف ن ق ي ا ي ت وصل من ذ لك ال سل م ب م ع د من عل ي ه ا لى ب اب ي دخا م ن ه ال طب ق ة لطي ف ة و من ب ق ي ة ا لطم ٠

57٤ — ا لمذكور ال ا لسطح ا لعالى عل ذ لك و ينزل من ا لسلم ا لمنكور الى با ب يدخا منه ال طبقة لطيفة ثم ينزل من ا لطم ا لمدكور ١

58الى

59٤٢ — ا ل ق اعة ا لا ق ذ ك ر ه ا ف ي ها ل م وعو د ب ن ك ر ه ا ا -علاه ا ل تى هى ب ا ل د و ا ر ا ل م ن ك و ر و ذ ات ا ل م ا لح و ا ل م إ فق و ا لحق وق و يجا و ر ب اب

60٤٣ — ا لقصر ا لنكو ر ا ع لا ه سلم لطيف بمعد من عليه ا لى ا لمقعد الموعود بذكره ا ع لاه ا لمشتمل عل درا بزين خنبا منش نقيا

61]•••[

62٤٤ — محمول سقفه عيلن ء عمود صرا نا يعلو ذ لك رذرف مدهو ن و بالمقعد ا لمدكور شبا ك حديد مطا عل ا لد وار ا لمنكو ر

63٤٥ — و بصد ر ا لقعد ا لمنكور با ب يغلق عليه زو جا با ب يدخل منه ا لى ا لمبيت ا لمذكور ا ع لاه و بسمل ا لمقعد ا لمذكور حاصا

64٤٦ — بر م حمع الما ا لمتوصإ ا ليه الماء من ماء ا لساقية ا لتى هى غير دا خلة ق هذ ا ا لوقف و يعلو ا لحاصل ا لمنكو ر عقد هو ا مممإ

65ا لمقعد ا لمدكور

66٤٧ — و بحا ور ا لمقعد ا لمنكو ر وا جهة مبنية بالخجر ا لفحن ا لتحيت ب بوابة بالحجر ا لمشهر ____________بالبوا بة ا لمدكورة با ب مربع يغلق عليه

67٤٨ — زو جا با ب يكتف ا لبا ب ا لمنكو ر مسطبتا ن لطيفتا ن يدخل س ا لبا ب ا لدكو ر الى دركا م مفرو شة الا رض ب ا ل رخا م ا للو ن

68٤٩ — بمد ر ها مسطبة برسم ا لجلو س مسقفة ا لد و م ا لمهو رة نقيا مدهو ن حذر ها و يالد وه ا لدكو ر ة با ب شد بالحجر

69ا ع لاه

70٥ — ا ل نحيت ي غ لق عل ي ه خر د ة ب اب ي دخل م ن ه ال مطخ م ر ب ه نصب ةك محإ ن ين ؤ ك ر مى م رحاضو محزن ب رسم ا لخطب و ب اجا ز ا ل م د ك و ر ٠

71مكاه يجاورها الملم المهور اعلاه يتوصل منه الى العلو المنكور اعلام يجاور ■- ٥ — عل سمة الداخل مزملة برممم ا لا زار بواجهة ١

72٥ — ا لسل م ا ل م د ك و ر ب اب ي دخل م ن ه ا لى ك رضى م رحاض ي ق ا بل ذ لك ب اب م رع ي غ لق عل ي ه ز وجا ب اب ي دخل م ن ه ال ا ل ق اعة ٢

73١ المشتملة عل ايوانين تقابلين فيما بينمما دور قاعة بوسطها فسقية مربعة بمإريب نحاسا حول الفسقية ٥ ٣ — الموعود بدكرها ^ ٥

74٤ ه — المدكورة برخام مفرمش ارض القاعة المنكورة بالب لا ط الكدان سبلة 'بدر بالبياض وبكل من ا لا مإنين النمرإ؛ن

75٥٥ — أ طربمةر خاما فاحد اثلاو ال صم ذكورين وما لكبير بصدرهم رببة صدري علوها باذاهنج وبالقة ا 1دكورة خزإنة

76ا ٥ — لطيفة والا يوان الصغير الثاى 'صدره خرإنة نومية مين ذلك حميعة نقيا مدهون حريريا ملمع بالذه ب، والا زورد

77٥٧ — و ذ ات ا كشفو ا ل رخوفو ا لخز ا ن ة ا ل تى ب الاي و ان ا ل ك ب ي ر ا يضا و ا ل ن ا ف ع و ا ل م إ فق و ا لحق وق ث م ي ت وصل من ا ل د و ا ر ا لص

78٥ ٨ — عل بمة المار من ا لقاعة المذكورة الى سلم مبنى بالحجر ا لمكسو ر و يصعد من عليه الى باب يدخل منه الى طبقة لطيفة يجاوره ا

79السلم

80٥٩ — ا لمدكور قريبا باب حمر يغلق عليه ز لة باب وم باب سر ا لمكا ن ا لمنكو ر فيه يخرج من ا لباب ا لمذكور الى ز قاق يتوصل منه

81٦ — ا لى ق اعة ت ع رف ب اخت الام ي ر ا محم ن إىو يجا و ر ا ل ب اب ا ل د ك و ر س ا ب ه ة ا ل بحر ي ة ب ا ي ك ة د ا ئي ب رسم ا لخي ول ن م ) ى؟( د لل ٠

82٦١ — مسق ف ة ا ل ب ا ي ك ة ا ل م د ك و ر ة غشت م ا صول مشم ه ا عل ق ن اطر حجر ا و ب ا خر ال ب ا ي ك ة لام ذ ك ور ؛ ب ا ب م ق نطر ي غ لق عل ي ه م د ة ب ا ب

83يدخل منه الى

84٢ ا — م ن ة ي رسم ال ت بن و ال د ر ص وص كشف ب غ ي ر سقف وبحاو و ذ ك ال ب ر لام ا لام ع ين و السا ق ي ة ا لخشب ا لي عل ف و ه م او ا لصن ع

85٦٣ — والزلاقة ا لتوصل منإ ال ا لساقية المنكرة و ير وما بعدها منوب الى و قف ا لد ر-ة ' لا لخمة ا لشا ر ي سمده غير دا- خل في

86هذا ا لوقف

87٦ — و ذا ت المنافع والمإمق وا لخقوق النمسوبة للمكا ن ا لمذكور وا لمعاند وا لتخاين وتبحيط بذلك خميعا و بحممه ٤

88٦ ٥ — و يشت مل عل ي ه وعل سا ي ر حق و ق ه وء ن ا ف ع ه حد و د ا رب ع ة ا لحد الاول م ن ا وه و ا ل فل ص الى ن ف ا ق ن ا ف ذ ت وصل م ن ه

89ا ا — الى م د ر ئ ١ ^^^، ا لسع ي د ا لشه ي د ا ل م لك ال ن اصر حسن سقى ال ل ه عه د ه و ال غي ر ذ لك من الطرق و الحد لا ث ا فى

90٦٧ — سإ وم البمحرى _____________ينمى الى مد ر ئ ا كر المرحوم ا لسيف ا لخاى المشار اليه اعلاه تغمد ه الله تعا ل برحمته وف هذا ا لحد جد ار

91٦٨ — المدرسة ا لدكو وة ومحإب ساتر ذ لك عل ا لمكان ا لمذكور اعلاه والحد ا لثالث منيا و م ال شق ينمى الى

92٦ — الشق السلوك وق هذا الحد الواجهة المبدا بدكرها اع لاه والباب الكبير المقدم ذكر ؟ اع لام والحد ٩

93٧ — الرابع منا وهو الغرف ينتيى ال الزقاق التوصل منه ال قاعة تعرف بأخت المرحوم السيفى اسنباى المثار اليه اع لاه وق هذ ٠

94٧ — الحد باب السر المنكور اع لاه بحد ذلك كله وحقوقه الداخلة فيه والخارجة عنه وما يعرف ذلك ويسب اليه خ لا ١

95٧٢ — ا ل ب ي ر ا ل م آ ا ل ع ين و ا لسا ق ي ة و ا لحاصل و ا ل لإق ة ا ل م د ك و ر ذ لك ب اعا ل ي ه و م ا م من حق وق ذ لك ف أن ذ لك خا رج عن ه ذ ا

96٧ ٣ — الوقف وخ لا ما بأواضى ناحية شجك المدكورة من الرزق الخيشية والا حامحمية وطرق المسلمين ومقابرهم ويلهم ومساجدهم

97ا س

98٧٤ — ذ لك عند ا لوا قف المنوم باسمه ا لميف ا ع لاه فيه اف تعالى و عظمه ا لعلم ا لثرعى ا لنافى ا لجهالة و قفا

99٧٥ — صحيحا شرعي أ وحسم ا صم بحا م رعي ا ق اي م ا ع ا ل صو ل ه م حف وظا عل شروطه مسب لا عل ي ل ه ا لآ ل ذ كره ا ف ي ه

100٧ ٦ — ال ا ن يرث اممه ا موفى و من عليا و هو خير ا لو او ين ا نشا ا لوا قف ا لو ؟ باسمه ا لشريف ا ع لاه فيه

101٧ ٧ — الله تعالى و عظمه و قف هذ ا عل ما يأ ق ذ ي مبينا و قمحا منم لا معينا و هو ان الناظر عل ذ للث وا لتولى عليه

102٧ ٨ — يبدأ من ر ع ذ لك بعماو يه و مرمته وما فيه بقا عينه ود وام منفعته وما فصاي بعد ذ لك يحي ق

103٧٩ — ثر اة قران يقرر قرا ئته من محا ر ا لناظر عل ذ للمث من ا لقرا ء ما ي إ ه من ا لمعلوم من ر يع ا لوقف ا لمنكو ر موكو ل الا مر ا لى

104٨ — ر أى ا ل ن اظر ق عد د ا ل ق ر ا ء و تمينا ل م ع ل و م ل م ل ي ق ر ؤ ا ما ي ع ين ا لناظرلهم ق ر ا ت ه حول مدفى ا ل م ق را ل م رحو م ا ل م م ي فى جاتم ا لشر يف ٠

105ا لشهير بقر ب

106٨ — مولاذ_ا ا لمقام ا لشريف المنوم باسمه ا لشريف ا ع لاه شبه انته تعالى و عظمه ا لكائن ا لمدفن ا لمذكور بالقبة ا لا ثمفية ا لتى بدا خ ا ١

107٨٢ — ا ل م د رسة ا لاث م ف ي ةا ل م ع ر و ف ة ب و قف م ولان ا ا ل م ق ا م ا ل ث ر يفا ل م ن و م ب اسم ه ا لشر يف اع لاه و ا ن ث أ عم ا ر ب ه ا ل ك ا ئ ن ه بظا ه ر

108٨ ٣ — ا ل ق ا ه إ انحروسة بالصحإء بخط صد ن ا ا لشيخ عب د اف ل ام ن وف ن ف ع اف ه ا ل م ل م ين ب ر ك ت ه ول ه ذه ال م درسة شه ر ة ت غ نى عن تحد ي د ه ا

109٨ — و يدعو ا حدهم بعد ذ لك للمقر ا لمؤحوم ا لمسمى جانم ا لمشار ا ليه ووا لدته واقاربه ولمن هو مدفو ن معه مقريا منه و ____________جميع ا لمسلمين ٤

110٨ ٥ — و تسبيل ماء عذبا وا طعا م خبز للقإء ا لمنكو رإ ن وا لف قإء و غير ذ لك مما فيه و جه بر وقربة وا جر و مثوية من ا لجهات ا لعا م

111٨٦ — نفعها عل ا لمسلمين عل ما يرإه ا لناظر و يولى ا ليه باجما د ه فآ ن تعذ ر ا لصمف ا لى جهة من ا بهات ا لمعنية ا ع لاه صمف ما

112٨ ٧ — تعذ ر صمفه فى مصا رف او قا ف ا لد ر مة ا لا ثهة ا لمذكو رة ا ع لاه و مضامحاتما ا لشاهد بذلك كتا ب ا لوقف ا لكبير ا لمسو ب

113٨ ٨ — ذللث الوقف المنوم باسمه الخم يف اع لام نيه الأز تعال وعظمه عل ما نمن وشرح في كتاب الوقف الكبير المدكور فان عاد

114يبقى ذلك ك ذ لك عل الدوام وا لا ستمإر وتبحري byS* ٨ — امكان انمي الى ما تعذر اليه الصف عاد اليه الصي وقدم عل ٩

115٩ — ا لحال في ذ لك ك ذ لك وجو د ا وعد م ا و ت ع ذ ر ا و ا م ك ا ن ا ا لى ان ي رث ا ظه الارض وس عل ي إ و م خي ر ا ل و ا قن وشمط ٠

116٩ — الواقف الوه باسمه الشريف اع لاه شيه الله تعال وعظمه النظر عل وقفه هذا والتوليه عليه لنفسه الشريفة لعامر حياته ١

117٩٢ — ثم من بعده يكون النظر عل ذلك ش له النظر عل وقفة الكبير وهو وقف مدرسته المنكورة ا ع لا ه بحيث يكو ن له و جاهة

118و شوكة

119٩ ٣ — وش له و جاهة و شوكة من حمتع اقاربه يقد م ا لا مثل منم شوكة عل غيلأ فا ن لم يكونوا موجود ين حين ذ لك او كانوا ولم

120٩ — يكن نيم ذو شوكة قا م مقا م من كا ن له منيم نظر في ذ لك مقامه فيما كا ن له من ا لطر من له و جاهة و شوكة من عتقائه ٤

121ي ق د م

122٩٥ — ا لا مثل منم شزكة عل غثره فا ن لم يكن نيم ذو شهكة او كانوا وا نقرضوا كا ن ا لطر عل ذ لك لمن له ا لطر عل و قفة ا لكبير

123راد نكو

124٩٦ — اع لاه مست ق لا حي ن ئ ذ ب ذ لك و ك ل م ا عا د ا م ك ان ا لطر اى من ت ع ذ ر ا ل ي ه ا لطر عا د ا ل ي ه ا لطر و ق د م عل - ني ب حر ى

125٩ ٧ — ا لحا ل ق ذ لك كذلك و جو دا و عدما و تعذ را وا مكانا ا لى ان منم الله ا حض و من عليإ و هو خير ا لوا قت

126٩٨ — فقد خم هذ ا ا لوقف وتم و نفذ حكمه ر ئثمم و صار و قفا محرما بحرمات الله ا لا كيد ة مدفوعا عنه بقوته ا لشديد ة

127٩ — ف لا يخل لا حد يؤمن باش وا ليوم ا لا خر و يعلم انه ال رب ه ا لمم صائر ان يني هذ ا ا لوقف ولا شيئا منه ٩

128١ — ولا ي بطل ه شي ئ ا ف من ف عل ذ لك ا و شي ئ ا م ن ه ف اس ت ع ا لى طل ي ب ه و حسي ب ه ين ا ل ت ن ا د ي و م عطش ا لا ك ب ا د ٠ *

129١ — ي و م ي ك ون ا ل ذ جل ج لال ه ه و ا لحم ب ين ا ل ع ب ا د ي و م ي قسم ا ذ ا ل فجا ر م م لا ي ن ف ع ا لظا ل ين م ع ذ ر ت م و ل ه م ا ل ل ع ن ة و ل ه م سو ء ٠ ١

130١ — ا لنار من ا عا ن عل ا ثباته ودق_ريره بايدى مستحقيه عل ا لنص ا لمعين فيه مد الله مضجعه وا حسن ما به و مرجعه ٠ ٢

131١ — و جعله من ا لفائزين ا لآ منين ا لمطمئنين ا لفرحين ا لمستبشرين ا لذين لا خوف عل يم ولا هم بحزنون غمن بدله بعد ما سمعه ٠ ٣

132١ — فانما اثمه عل ا لذين يبدلونه ان اف سم ي ع عليم ور فع ا لوا قف المنوم باسمه ا لشريف ا ع لام شيه اف تعالى و عظمه عن ذ لك ٠ ٤

133١ — يد ملكه وو ضع عليه يد ولايته ونظره وا شهد عليه انه عا ر ف بذلك المعربة ا لدعية وو قع ا لا شها د عليه بذلك ٠ ٥

134١ — وبالتوكيل ق ثبوته والدعوى ب ه وطلب الحكم به وايدا الدافع ونفيه التنكيل اكرر بتارع السابع والعشرين من شهر رمضان ٠ ٦

135١ — المعظم قدر ؟ وحرمه سنه ارع وثمانين وتمال مائة فيه مكتوب التباع عل كشط اقطاء بعضها محاونبين واليه وما بعدها قام ٠ ٧

136ولا شء صحيح لله

137١ — معتبر ق موضعه و حسب ن ا الله ونعم ا ل ج ي ل ٠ ٨

138])•••( و ق د حذ ف ن ا م ا يل من [ ا لا شه ا د ات

3 – TRADUCTION

139L. 12... tout l’emplacement,

140L. 13 terrain et construction, situé hors d’al-Qâhira la bien gardée dans l’espace délimité par les Portes de Zuwayla et du darb al-Aḩmar, dans la rue de suwayqat al-ʽIzzî. Cet emplacement est mitoyen de la partie de la madrasa

141L. 14— de feu Son Excellence al-Sayfî Uldjây al-Yûsufî. Cette construction était connue (...) autrefois pour avoir été la demeure de l’Emir Baybars al-Tawil, puis comme celle du sus-dit feu Son Excellence al-Sayfî

142L. 15 – Djânim – que Dieu le couvre de sa miséricorde —. Cette propriété est le bien du fondateur dont le nom très noble a été mentionné plus haut – que Dieu le rende illustre et glorieux —, en vertu de la décision enregistrée au dos de l’acte de vente légale,

143L. 16 – et du compromis légal, comme l’attestent les témoignages (...) enregistrés

144L. 17 – à la fin de cet acte, après la description de l’état des lieux.

145Selon l’acte de vente sus-dit, cette construction comprend

146L. 18 – une façade en pierre de taille dont la partie supérieure est en briques cuites. La façade comporte une grande porte cintrée, surmontée d’un arc de pierre

147L. 19— et flanquée de chaque côté d’une Banquette (masţaba). Au-dessus se trouve un petit encorbellement revêtu en ʽatîq. Cette porte à deux vantaux.

148L. 20— donne sur une vaste darkâh, au fond de laquelle se trouve une masţaba revêtue de pierres. Le plafond de la darkâh et de la masţaba est en naqî ʽatîq Dans la darkâh

149L. 21 – une petite porte à linteau droit, donne sur la loge du portier. Une petite masţaba fait face à cette porte à côté de laquelle

150L. 22— un arc de pierre récemment construit, donne accès à un passage couvert d’un plafond grossier.

151A droite en entrant, une petite porte cintrée à un seul vantail

152L. 23 – donne sur un escalier en tuf reposant sur des voûtes. En bas se trouve une latrine.

153Dans cet escalier on accède à sept ţibâq pour le logement des mameluks,

154L.24 – puis à une cuisine et à une latrine.

155Chaque ţabaqa est fermée par une porte à un vantail et couverte d’un plafond grossier, à l’exception d’une seule,

156L. 25 – voûtée en pierres de construction récente. Ces ţibâq constituent l’étage supérieur des arcades (bâ’ika) mentionnées ci-dessous. La porte

157L. 26 – sus-dite, donne sur une grande cour dawwâr hûsh. A droite en entrant, on trouve des arcades pouvant abriter neuf chevaux. Ces arcades recouvertes d’un plafond grossier,

158L. 27 – constituent le rez-de-chaussée des ţibâq sus-dites. Leur couverture est supportée par des arches cintrées en pierre de taille.

159L. 28 – Un muret en pierre de taille ferme le bas des arcades. Une partie de celles-ci est contigüe au mur de la madrasa sus-dite ; le reste

160L. 29 – des arcades (bâʽika) est occupé par trois portes cintrées ouvrant sur la cour. La première donne sur une tasht-khânâh la deuxième sur

161L. 30 – une firâsh-khânâh et la troisième sur une rikâb-khânâh. A côté de cette dernière, un escalier dallé reposant sur des voûtes, monte vers deux ţabaqa contigües

162L. 31 – couvertes d’un plafond grossier et adossées au mur de la madrasa sus-dite.

163Ces deux ţabaqa constituent l’étage supérieur des trois pièces. A côté de ces deux ţabaqa, une porte cintrée

164L. 32 – à deux vantaux donne sur un escalier dallé de tuf reposant sur des voûtes ; par celui-ci on accède à une petite porte secondaire donnant sur une chambre

165L. 33 – attenante au maqʽad mentionné ci-dessus. L’escalier monte ensuite vers un qasr dallé, (...) aux murs couverts d’enduit et au plafond en naqî

166L. 34 – peint. L’ensemble du qasr comporte cinq fenêtres sur la cour : trois sur le mur principal et deux opposées l’une à l’autre sur les murs du défoncement. Le qasr est surmonté

167L. 35 – d’une dûrqâʽaʽirâqiya. Il comporte tout d’abord une grande chambre (khizâna) couverte d’un plafond en shâmî et une latrine. Une petite porte cintrée donne de cette chambre

168L. 36 – par un escalier de deux marches sur une chambre (khizâna) plus petite couverte d’un plafond simple ; une fenêtre qui ferme par un panneau de bois, ouvre sur la cour. De cette chambre, une porte

169L. 37 – donne sur un riwâq, dont les deux îwân se font face et sont séparés par une dûrqâʽa ʽirâqî. Sur le mur principal du premier îwân des fenêtres

170L. 38 – s’ouvrent du côté de la cour au-dessus de la porte de la qâʽa dont il sera question plus loin.

171Dans le second îwân, se trouve une chambre à coucher (khizâna nawmiya). L’ensemble du riwâq est couvert d’un plafond en naqî

172L. 39 – peint en harîrî et laqué en or et azur.

173Dans la durqâʽa deux portes se font face ; l’une d’elle donne sur un escalier qui mène

174L. 40 – à un petit riḩâb couvert d’un plafond en naqî. De là un escalier monte vers une porte ouvrant sur une petite ţabaqa, puis

175L. 41 – jusqu’à la terrasse qui recouvre l’ensemble. Du riḩâb, l’escalier descend vers une porte donnant sur une petite ţabaqa, puis

176L. 42 – au niveau de la cour, à la qâʽa et à ses annexes mentionnées ci-dessous. A côté de la porte

177L. 43 – du qasr sus-dit, un petit escalier monte au maqʽad mentionné di-dessous. Celui-ci est bordé par une balustrade de bois ; il est couvert d’un plafond en naqî

178L. 44 – soutenu par deux colonnes de granit et prolongé par un auvent peint. La maqʽad comporte une fenêtre barreaudée de fer donnant sur la cour.

179L. 45 – Sur le mur principal du maqʽad, une porte à deux vantaux donne sur une chambre mentionnée plus haut. Sous le maqʽad, se trouve un réservoir

180L. 46- pour recueillir l’eau provenant de la sâqiya, laquelle ne fait pas partie du waqf. Un arc surmonte la réserve et soutend la maqʽad sus-dit.

181L. 47 – A côté du maqʽad, une façade en pierre de taille comporte un portail en pierre bicolore.

182Celui-ci est fermé par une porte à linteau droit

183L. 48 – à deux vantaux, flanquée de deux petites mastaba. La porte donne sur une darkâh parée de marbre polychrome.

184L. 49 – Une masţaba occupe le mur principal de la darkâh qui est couverte d’un plafond en naqî peint en harîrî. Là, une porte cintrée en pierre

185L. 50 – de taille à un vantail, donne sur une grande cuisine. Celle-ci comporte une partie surélevée pour les fourneaux, une latrine et une réserve pour le bois de chauffe.

186L. 51 – A gauche en entrant dans la darkâh, se trouve un couloir et une mazmala pour les jarres fermée par un panneau de bois tourné (kharkâh). A côté de la mazmala l’escalier sus-dit monte à l’étage supérieur.

187L. 52 – De cet escalier, une porte ouvre sur une latrine. Face à celle-ci une porte à linteau droit à deux vantaux donne sur la qâʽa.

188L. 53 – Celle-ci comprend deux îwân se faisant face et séparés par une dûrqâʽa, dont le centre est occupé par une fontaine carrée équipée de canalisations de cuivre. Le tour de la fontaine

189L. 54 – est paré en marbre et le reste de la qâʽa en tuf. Les murs sont revêtus d’enduit. Les marches des deux îwân sont constituées par

190L. 55 – une utrûfiya de marbre. Dans le plus grand des deux îwân, le mur principal est occupé par une masţaba au-dessus de laquelle s’ouvre un bâdhâhandj. De cette masţaba, on accède à un réduit.

191L. 56 – Le second îwân donne accès à une chambre à coucher. Tous les plafonds de la qâʽa sont en naqî, peints en harîrî et laqués en or et azur.

192L. 57 – La qâʽa comporte des şuffa, des étagères, et est pourvue d’un réduit attenant au grand îwân ainsi que d’autres annexes.

193L. 58 – A partir de la cour à droite en passant devant la qâʽa, on arrive à un escalier construit en pierre non taillée, montant à une porte donnant sur une petite ţabaqa. A côté de cet escalier

194L. 59- se trouve une grande porte à un vantail qui est la porte secondaire du bâtiment. Elle donne sur une ruelle aboutissant

195L. 60 – à une demeure connue sous le nom de Qâʽa Ukht al-Amîr Asanbây. A côté de cette porte, en direction du nord, se trouvent des arcades continues pour les chevaux, qu’on appelle (...)

196L. 61 – Les arcades sont couvertes d’un plafond grossier reposant sur des arcs de pierre. A leur extrémité, une porte cintrée à un vantail donne

197L. 62 – sur un dépôt à ciel ouvert (shûna) pour la paille et le foin. A côté de celle-ci se trouve le puits d’eau potable, surmonté de la sâqiya et de son appareil de bois ainsi que le réservoir (maşnaʽ)

198L. 63 – et le plan incliné qui permet d’accéder à la sâqiya et au puits (...)

199Tout cela appartient à la Madrasa Uldjâhiya sus-dite et n’entre donc pas dans ce waqf,

200L. 64 – non plus que les annexes qui y sont attachées...

201L. 65 – Quatre limites comprennent et délimitent cet emplacement et ses annexes. La première, au sud, est une ruelle conduisant à

202L. 66 – la madrasa du sultan bienheureux et martyr al-Malik al-Nâşir Hasan ainsi qu’à d’autres voies. La seconde

203L. 67 – au nord-ouest est la madrasa de Feu Son Excellence al-Sayfî Uldjây, que Dieu le recouvre de sa miséricorde. De ce côté, la bâtiment est adossé au mur

204L. 68 – de la qibla de la madrasa et à son miḩrâb ; la troisième limite au nord-est est constituée par

205L. 69 – la voie passante, de ce côté se trouve la façade et la porte principale mentionnée au début de l’acte.

206L. 70 – La quatrième limite, au sud-ouest, est l’impasse conduisant à la Qâʽa Ukht al-Sayfî Asanbây ;

207L. 71 – de ce côté, se trouve la porte secondaire. Ces quatre limites définissent les droits inclus dans cette propriété et ceux qui en sont exclus, à l’exception

208L. 72 – du puits d’eau potable, de la sâqiya, du réservoir et du plan incliné mentionnés ci-dessus, dont la propriété ne fait pas partie de ce waqf.

4 – ANALYSE DU TEXTE

4.1 – Situation

  • 6 Cette suwayqat est située en dehors des enceintes du Caire, pas loin de la Citadelle. Partie occup (...)
  • 7 D’après le texte de waqf, la madrasa de Aldjây al Yûsufî était aussi sa résidence, fait confirmé p (...)
  • 8 Carte n° 4, secteur 144, Survey 1937.

209Le texte nous permet de situer le bâtiment de façon extrêmement précise. Les lignes 13 et 14, le localisent hors de Bâb Zuwayla et de Bâb al-Darb al-Aḩmar, dans le khaţţ de Suwayqat al-ʽIzzî6. La construction est contigüe à la madrasa de Uldjây al Yûsufî7 qui a subsisté jusqu’à nous. Nous avons pu retrouver l’emplacement du palais sur les cartes de Survey établies au début du siècle8. D’autre part, les habitants actuels du quartier se souviennent encore des ruines. Nous disposons donc de l’essentiel et en fonction de ces données, nous avons pu dresser une carte de situation qui restitue le tracé de la rue de Khaţţ Suwayqat al-ʽIzzî, qui se trouvait un peu plus à l’est que l’actuel Sûq al-Silâḩ qui la remplaça par la suite avec un décrochement aujourd’hui disparu (v. fig. 1).

  • 9 L’école du sultan Ḩasan (Index).
  • 10 Cf. chapitre précédent. Cf. aussi M. Zakaria : Le Rabʽ de Tabbâna, art. cit.

210En fonction des indications contenues dans le texte, nous avons d’autre part pu vérifier précisément l’orientation du bâtiment. Ainsi, nous est-il signalé que le bâtiment jouxte la madrasa de Uldjây al-Yûsufî, du côté du mur du mihrab. Il s’agit donc pour notre palais du côté baḩrî, le nord- ouest opposé à celui de la qibla, orienté vers le sud-est. Le côté opposé, sud-est (qiblî) donne sur une ruelle (zuqâq) qui rejoint la madrasa du Sultan Ḩasan9. Le côté nord-est (sharqî) ouvre sur la rue de Suwayqat al-Izzî, avec l’entrée principale du bâtiment. Enfin, la dernière limite orientée au sud-ouest (gharbî) donne sur une ruelle où est située la qâʽa de la sœur de l’Emir Asanbây. Nous sommes donc en mesure de situer avec précision le bâtiment et d’en déterminer l’environnement. Comme on le voit, les termes employés dans les waqf pour désigner les quatre directions de l’espace, ne désignent pas les pôles d’orientation magnétique. Nous l’avons déjà montré ailleurs et ici encore, grâce aux données topographiques précises dont nous disposons le sens particulier de ces termes est ici encore confirmé (v. fig. 1 B)10.

4.2 – Technique de description

4.2.1. – Cheminement du notaire

211Un tel texte ne présente par les mêmes caractéristiques qu’un acte de vente de maison. Nous avons pu considérer précédemment qu’il s’agissait d’une sorte d’état des lieux fait par quelqu’un qui, sans avoir les mêmes points d’intérêt que les nôtres, n’en était pas moins très documenté. Dans le cas présent, il ne s’agit pas d’enregistrer un palais et de l’évaluer pour la vente ; il s’agit de décrire un ensemble de propriétés pour fixer une nouvelle utilisation des revenus. En conséquence, les imprécions signalées plus haut, sont ici infiniment plus grandes. De telles imprécisions seraient secondaires. L’huissier ne détaille pas le décor, il se contente de le signaler ; plus encore que dans le premier texte, il use de termes vagues pour nous (Kabîr, laţîf) pour définir des espaces de la construction. Cela ne signifie pas l’absence de toute méthode. L’huissier connaissait certes son métier : sans présentation globale, mais de façon relativement systématique, il note pas à pas, au fur et à mesure de son parcours les divers éléments du palais.

Fig. 1 – Plan de situation

Fig. 1 B – Plan de situation

212Si nous reprenons le texte à notre tour, nous pouvons reconstituer le parcours effectué. L’auteur commence par situer le bâtiment (I. 18) puis, entrant par la porte principale, trouve à sa droite un escalier à l’intérieur d’une entrée (darkâh). Empruntant cet escalier, il atteint un premier étage composé de sept chambres en enfilade, consacrées aux mameluks, avec cuisines et latrines. Il redescend dans le corridor, passe dans la cour et décrit ce qui est situé sous les chambres déjà signalées : il s’agit d’arcades destinées à accueillir des chevaux. De cette cour, l’huissier va considérer la façade qui fait suite à celle dans laquelle se trouvent les premières arcades. Il signale trois petites pièces à usage des mameluks (tasht-khânâh, firâsh-khânâh, et rikâb-khânâh), puis un escalier contre un maqʽad. Mais il ne s’attarde pas sur cette description et passe tout de suite au qaşr, le palais proprement dit, dont il dépeint d’abord la façade, positionnant les diverses ouvertures et signalant l’existence de lanterneaux. Puis, entrant dans le corps du bâtiment lui-même, il signale les éléments un par un : deux petites chambres (mabît) reliées entre elles par deux marches, un riwâq – dont il cite les diverses subdivisions – puis un escalier montant vers un demi- étage (ţabaqa). Pour atteindre la qâʽa, il lui faut redescendre, et passer par une petite ţabaqa. Mais d’abord, il revient dans la cour pour visiter le maqʽad, c’est-à-dire pour pénétrer dans l’aile qu’il avait d’abord négligée. Puis il continue sa description par les communs et par deux petites pièces faisant face au maqʽad. Enfin il arrive à la qâʽa proprement dite. Il termine par l’évocation d’autres communs.

4.2.2 – Appréhension des volumes et valeurs

213Une telle description est bien insuffisante pour se faire une idée exacte de la disposition des espaces. Si la première façade, à droite de l’entrée (mur contigu à la rue passante) est clairement subdivisée en deux étages, il n’en est pas du tout de même pour la façade essentielle, placée face à l’entrée, celle du qaşr. Dans ce cas, comme bien souvent dans les habitations de cette période, le plan intérieur est découpé en sous-ensembles qui ne définissent pas seulement des étages superposés, mais aussi des demi-étages emboîtés les uns dans les autres. La difficulté vient de la succession des escaliers et des corridors. Mais l’auteur les néglige : il centre sa description sur la cour. Les relations intérieures entre les diverses ailes du bâtiment, sont simplement citées. L’huissier ne les emprunte pas : il repasse par la cour. Cela prouve une méthode bien proche de celle que nous avons déjà étudiée, même si l’analyse en est – par certains côtés – rendue plus difficile. Il est vrai que cela correspond aussi à la structure même du bâtiment, car toutes les portes donnant sur les éléments essentiels ouvrent sur la cour. Cela explique d’ailleurs l’absence de tout grand couloir de distribution (dihlîz) : c’est la cour qui remplit cet usage (v. fig. 2).

  • 11 L’usage de ces termes ne nous semble pas prouver ici, à la différence du texte précédent, une quel (...)

214Au travers d’une telle approche, le palais de Djânim nous semble certainement vaste. Pourtant, dans ce cas, comme dans le précédent, nous ne disposons pas de moyens précis pour évaluer par exemple la taille des pièces : il n’y a que très peu de termes significatifs et encore s’agit-il avant tout de l’appréciation des volumes. Ainsi le terme « latîf » est-il surtout utilisé (pour les mabît et même pour le riḩâb). De même trouve-t-on pour la darkâh donnant sur la rue, le terme al-kubrâ11. Ce type d’acte notarié ne peut, par lui-même, nous permettre l’évaluation exacte d’une habitation. Il nous faudra avoir recours à d’autres méthodes, fondées sur la comparaison avec ce que nous connaissons par ailleurs.

215Par contre, l’huissier soucieux de l’évaluation du bâtiment s’étend sur des détails qui peuvent nous paraître secondaires et préfère signaler d’abord la qualité du décor employé : ainsi pour les dalles de tuf couvrant les sols et le marbre réservé à la qâʽa et à la darkâh du qaşr. Il n’omet pas de noter l’existence d’une fontaine en marbre ou la qualité des marches des îwân. C’est dans le même esprit qu’il note la qualité des plafonds (le plus souvent en bois nâqî), ou les arcs en pierre des portes. Malgré cela, ce texte est relativement pauvre à côté de beaucoup d’autres en ce qui concerne le décor, peut-être à cause des conditions dans lesquelles il a été rédigé (fig. 3).

Fig. 2 – Distribution des espaces

Fig. 3 – Analyse de l’itinéraire suivi et des points soulignés par l’auteur de l’acte

216Au total, pour cette description encore, il apparaît que l’ordre des valeurs n’est pas le nôtre. Certes, ce type d’acte n’exigeait pas une technique trop précise : on pouvait se contenter d’une description brève de chaque élément. Et, tel quel, l’ensemble reste utile à l’architecte. Mais il nécessite un travail complexe de reconstitution.

5 – RESTITUTION DU BATIMENT

217Le travail de reconstitution auquel nous nous sommes livrés, ne pouvait prétendre à une très grande précision. L’absence de toute ressource archéologique se conjugue avec la brièveté et l’imprécision du texte pour nous interdire une évaluation exacte des constructions. Néanmoins, avec l’aide de points de comparaison précis et datés, nous avons pu proposer une réorganisation du texte qui le rende clair et qui permette de tirer quelques conclusions générales. Nous n’avons pas exactement calqué notre démarche sur celle suivie dans le texte précédent. D’une part, le plan d’ensemble du palais (très peu clair dans les détails), d’autre part les détails de la décoration beaucoup moins nombreux, et enfin l’existence de deux espaces nettement définis (le qaşr et la partie ouverte aux mameluks) nous ont convaincus de proposer, après le plan d’ensemble, l’étude successive de la caserne, des communs et de l’habitat proprement dit. Nous pourrons alors nous arrêter sur les matériaux de la construction.

5.1 – Le Plan du bâtiment

  • 12 La maqʽad est ici ouvert au sud-est et non au nord. C’est au fond relativement logique bien que pe (...)

218Le palais a été érigé sur un terrain non accidenté et il a été conçu comme un bâtiment à quatre ailes autour d’une cour. Rappelons que l’aile jouxtant la rue est destinée aux mameluks tandis que l’aile qui lui fait face est clairement celle du qaşr. Les deux ailes latérales sont destinées l’une aux communs, l’autre aux réserves mais aussi à une extension du qaşr qui est le maqʽad12. L’assise au sol d’un tel bâtiment ne pose pas de problèmes. La seule difficulté concerne la forme exacte du terrain disponible. Grâce à la carte de Survey – nous avons pu établir que l’aile du qaşr n’était pas régulière sur l’arrière et que le terrain ne formait pas un rectangle parfait. La partie gauche était quelque peu en retrait.

  • 13 La carte dont nous disposons, ne nous assure évidemment rien puisque l’emplacement seul subsiste. (...)

219Nous reviendrons plus loin sur ce problème et d’autres posés par l’emplacement de ce bâtiment dans les limites d’un terrain irrégulier13.

5. 1. 1 – Plan d’ensemble

a) Partie réservée aux mameluks (v. fig. 4)

220Si l’on entre, comme l’huissier, par l’entrée principale (darkâh) à partir de Suwayqat al-ʽIzzî – on aboutit dans la cour principale. On aura à droite une série d’arcades que nous pensons être au nombre de neuf. En effet, le texte ne nous en dit pas le nombre mais dit qu’elles avaient été prévues pour neuf chevaux. D’autre part, au-dessus de ces arcades, nous avons une série de sept ţabaqa auxquelles s’ajoutent, du côté de la darkâh l’étage couvrant la loge du concierge et, à l’extrémité de cette aile une cuisine et une latrine, ce qui devait bien composer par l’ensemble de la surface l’équivalent des neuf arcades inférieures.

221Par ailleurs, cette partie du bâtiment se prolonge perpendiculairement à la précédente, du côté contigu au mur de qibla de la madrasa d’Uldjây al-Yûsufî. On trouve au rez-de-chaussée, trois réserves (tasht-khânâh, firâsh-khânâh et rikâb-khânâh) destinées à l’usage des mameluks et suite logique aux écuries sus-dites. Ces réserves sont surmontées de deux ţabaqa, qui, elles aussi, sont le prolongement normal des sept précédentes.

222Cette partie est très nettement séparée du reste du bâtiment, car il n’existe aucune relation directe entre ces réserves et ces deux ţabaqa d’une part et le maqʽad, d’autre part qui constitue la suite de cette aile contigüe à la madrasa.

Fig. 4 – Plan général

b) Le maqʽad

223Le maqʽad avec ses dépendances (au rez-de-chaussée réservoir d’eau et derrière, mabît) peut être considéré comme un espace intermédiaire entre la partie réservée à l’émir et celle réservée aux mameluks. En effet, on peut y accéder aisément par un escalier indépendant partant de la cour. De l’autre côté du maqʽad, un autre escalier débouche d’abord à un premier niveau sur le mabît annexe au maqʽad et à un second niveau à deux autres mabît liés au riwâq ; le maqʽad est donc bien un espace intermédiaire, largement ouvert sur la cour et lié également aux appartements privés.

c) Partie réservée à l’émir et à sa famille

224Cette partie appelée qaşr, occupe d’une part les deux mabît surmontant la cuisine et terminant l’aile du maqʽad, d’autre part toute l’aile, perpendiculaire à celle-ci et faisant face à celle des arcades et à l’entrée principale. Elle comporte une porte monumentale suivie d’une darkâh et le mur de la qâʽa qui se prolonge jusqu’à l’extrémité de cette aile. Autour de cette qâʽa, s’organisent les diverses pièces et un long passage reliant par derrière la darkâh du qaşr à une porte secondaire donnant sur la ruelle. On verra plus loin quels problèmes posent la mise en plan des éléments supérieurs du qaşr, tel le riwâq par rapport à la darkâh et au madjâz.

d) Communs

225Dans la dernière aile du bâtiment comprise entre la qâʽa et la darkâh de l’entrée principale, se trouvent des communs : une écurie dont la façade est exactement perpendiculaire au mur de la qâʽa et un dépôt pour la paille et le fourrage. Cette écurie, étant dite proche de la porte secondaire, on peut penser qu’elle servait à recevoir les chevaux entrant par celle-ci. Cette partie est donc liée aussi bien à celle des mameluks qu’au qaşr.

5.1.2 – Les éléments du plan

a) Aile de la darkâh et des tibâq (fig. 5)

  • 14 Ainsi, aucune ouverture n’est signalée, alors que rien n’interdisait pourtant l’ouverture sur rue.
  • 15 Le portail du palais de Qâyt-bây, répertorié sous le n° 228, est absolument semblable, sauf pour l (...)
  • 16 REVAULT (J.) MAURY (B.) (op. cit.).
  • 17 En partant de bases, il est vrai discutables : 3 m de large par arcade (x 9) + 5 m pour le portail (...)

226Pour analyser la construction, il nous faut donc partir de la cour et de la description des façades. Le plan lui-même en découlera, car c’est la cour qui ordonne la maison. La seule façade extérieure décrite par le texte l’est très brièvement (I. 18) et, 14, d’une façon absolument pas détaillée. Il est seulement dit qu’elle est faite de deux matériaux, la partie inférieure étant en pierres de taille et la partie supérieure en briques cuites. Par contre, nous pouvons apporter quelques précisions sur cette aile à partir de la description de la façade sur cour. Elle se compose à l’étage de sept chambres plus la cuisine, les latrines, l’emplacement de l’escalier. Au rez-de-chaussée, nous avons une série d’arcades (bâ’ika) dont le nombre n’est pas précisé, mais prévues pour neuf chevaux. Nous pensons donc qu’elles étaient au nombre de neuf, ce qui cadre avec l’existence des sept ţabaqa et auxquelles s’ajoutent les espaces que nous venons de mentionner. Si l’on considère que la largeur d’une chambre est au minimum de 3 mètres et qu’un portail comme celui qui est décrit faisait au minimum 5 mètres de large, on aboutit à une extension de façade variant de 32 à 35 m. En effet, la description du portail telle qu’elle nous est donnée, correspond exactement à celle du portail du palais de Qâyt-bây de Ḩarat al-Mâridânî15. On peut ajouter qu’en élévation, cette façade était certainement rectiligne et sans décrochement. Il s’agit ici d’une simple superposition d’étages. Nous n’avons aucune raison de considérer qu’il y ait eu une particularité quelconque. Dans ces conditions, la hauteur totale de la façade pouvait atteindre 7 mètres, un étage moyen dans les bâtiments bien connus de nous ayant environ 3 m16. Aucun élément d’aération ou autre, ne nous étant signalé, l’aile sur une rue se présentait donc sans doute sous la forme d’un rectangle allongé au plan intérieur simple : cage d’escalier et loge du concierge à la droite du passage d’entrée suivies des arcades pour les chevaux et au premier étage sortie d’escalier, latrine, cuisine, réserves et chambres. Considérons maintenant la profondeur du bâtiment à l’étage entre la rue et la cour, le total de l’épaisseur des murs de brique, de la profondeur des ţabaqa et d’un couloir devait approximativement atteindre les six mètres de large. Le tout d’une surface au sol d’environ 245 mètres carrés17. L’extrémité de cette aile jouxtait par un mur aveugle la madrasa de Uldjây al-Yûsufî.

Fig. 5 – Secteur des mameluks

b) Aile du maqʽad (fig. 6)

  • 18 On trouvait au xve siècle des maqʽad à deux colonnes tel celui d’al-Mulla. Celui-ci renvoie au pal (...)
  • 19 Moyen de calcul : maqʽad 12 m + 3 m (mabît) + 10 (3 arcs et un escalier) = 25 m de longueur sur 6 (...)

227L’aile du maqʽad, sur tout son long, était, elle aussi, contigüe au mur de qibla de cette madrasa. Cette aile présentait en continuité deux parties. La partie touchant l’aile des ţibaq était composée au sol de trois portes cintrées, qui – nous dit le texte – ouvraient sur trois pièces (buyût) : une tasht-khânâh, une rikâb-khânâh et une firâsh-khânâh. A leur extrémité jouxtant l’aile des mameluks est signalé un escalier. Ce dernier – sans porte – nous semble avoir été à ciel ouvert, et il débouchait à l’étage sur deux ţabaqa pour lesquelles aucune ouverture n’est mentionnée. Le mur arrière étant certainement aveugle, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait eu aucune fenêtre. Le second élément de cette aile – dans le prolongement du premier était composé au niveau du sol d’un hâsil, réservoir pour l’eau provenant de la sâqiya de Uldjây dont il est expressement dit dans le waqf que le palais pouvait user. L’ouverture de cette réserve était surmontée d’un arc surbaissé. C’est au-dessus de lui que se trouvait le maqʽad composé de trois arcades soutenues par deux colonnes en granit avec une balustrade en bois tourné. Une porte suivie d’un escalier y accédait. Rien ne nous dit où elle se trouvait. Néanmoins – par comparaison avec d’autres maqʽad de l’époque, nous pouvons imaginer qu’il s’agissait d’un véritable portail situé à la droite de maqʽad18. A gauche, une porte – menant aussi à un escalier – permettait d’atteindre le qasr lui-même. Et, à côté du maqʽad ou derrière lui, se trouvait une petite chambre ou mabît, ouvrant aussi sur le qasr. La partie droite de cette façade constituait donc en quelques sorte, une extension de la partie réservée aux mameluks avec portes cintrées et étage, tandis que la partie gauche présentait un caractère très différent avec son maqʽad ouvert. Si l’on considère qu’un maqʽad à trois arcades – comme celui d’Al-Razzâz – a le plus souvent une largeur avoisinant les 12 m, l’ensemble gauche de cette aile s’étendait sur une quinzaine de mètres, plus une dizaine pour la partie droite. Cette aile, légèrement plus petite que la précédente, représentait donc, en prenant six mètres comme profondeur moyenne, une surface au sol de près de 155 mètres carrés19.

c) Aile du Qaşr

  • 20 Pour les hauteurs des qâʽa des palais comparables cf. Palais Qâyt-bây et de Razzâz déjà cités.
  • 21 La durqâʽa ʽirâqiya du riwâq. Par ailleurs, il est difficilement concevable que la durqâʽa de la q (...)
  • 22 Fait de toute façon très probable.

228La troisième aile était celle du qaşr. Elle était certainement dominante, non parce qu’elle abritait le maître, mais simplement par son extension verticale. En largeur, faisant face à l’aile des mameluks, elle n’était certainement pas plus grande. Mais d’une part, nous avons tout lieu de penser qu’elle occupait plus de deux étages en hauteur20, d’autre part elle était surmontée d’au moins une superstructure21. De plus, le texte ne parle que d’une façade en pierre de taille et ne signale aucune fenêtre sur la cour ; étant donné le caractère hâtif de cette description rien ne nous dit que cette façade était aveugle ou qu’elle était percée de fenêtres. Pourtant, l’huissier n’omet pas de mentionner les deux fenêtres au-dessus du portail menant à la qâʽa et deux autres sur les côtés, l’une opposée à l’autre. Ce sont, nous l’apprenons (I. 39), celle du riwâq. La seule entrée décrite par l’auteur est le grand portail qui menait à la qâʽa : c’est la raison pour laquelle nous avons dû situer dans l’aile du maqʽad l’escalier d’accès direct à l’étage. Quoiqu’il en soit, cette façade présente des caractères beaucoup plus complexes et moins clairs que les deux précédentes, et les problèmes posés par son plan intérieur, viennent confirmer ce sentiment. Comme dans le chapitre précédent, nous allons nous trouver devant une structure d’habitation dans laquelle l’imbrication des volumes est fondamentale. Au rez-de-chaussée, à part un petit escalier donnant sur une petite ţabaqa, la partie gauche de la façade ne cachait que la qâʽa qui tenait presque tout le volume intérieur avec le madjâz. Par contre, la partie droite cachait à la fois, au rez-de-chaussée, l’entrée, le couloir et les cuisines et, à l’étage, diverses petites pièces et le riwâq. On y trouvait aussi un demi-étage (ţabaqa). Les communs du rez-de-chaussée (cuisines et latrines) occupaient la hauteur d’un grand étage, car ils étaient surmontés des deux mabît approximativement à la hauteur du riwâq au-dessus de la darkâh. Il en allait de même pour la darkâh (qui faisait suite au portail) et sans doute pour le madjâz (qui permettait d’accéder à la qâʽa). Ce madjâz était un couloir comportant en annexe, une latrine et sur lequel débouchait aussi l’escalier de l’étage. Ce couloir était parallèle à la qâʽa qui s’étendait en longueur derrière le mur de la façade. Pour accéder à cette pièce, il fallait donc tourner à gauche dans la darkâh (face à la cuisine) pour emprunter le madjâz. Ce dernier devait être ouvert des deux côtés, nous avons tout lieu de le penser, du fait de l’existence dans la quatrième aile, d’une seconde entrée du palais, et aussi du fait de l’emploi même du mot madjâz qui signifie généralement un passage ouvert. L’étage lui-même était surélevé sur l’espace occupé par les cuisines et la darkâh. Au-dessus de cette dernière, se trouvait le riwâq, fait vérifié par l’existence des fenêtres au-dessus du portail. A cela, on peut ajouter que le riwâq avançait sans doute en encorbellement au-dessus de la cour : c’est la seule explication possible des deux fenêtres sur les côtés signalées par l’huissier. En outre, le riwâq couvrait en profondeur la totalité du bâtiment et n’était surmonté d’aucun élément, puisque l’auteur signale l’existence d’un lanterneau (fig. 7). L’emplacement exact des diverses pièces nous a été fourni à la fois par la carte de Survey et par une simple analyse. La carte – nous l’avons signalé – présente ce qui devait être l’arrière du bâtiment selon une ligne discontinue. L’auteur nous présente la façade sur cour de façon rectiligne. Dans ces conditions, la partie gauche du bâtiment était plus étroite que l’aile des mameluks : la qâʽa, la pièce la plus spacieuse, ne pouvait donc qu’être étirée en longueur. Au contraire, darkâh et riwâq devaient être en profondeur ; sinon il n’y aurait eu aucune possibilité de placer de telles pièces et on ne pourrait expliquer la position des ouvertures. Ce fait se vérifie enfin par l’absence de pièces, à l’étage supérieur, accolées à la qâʽa, dans la description de l’huissier. Soit il faut admettre qu’il aurait oublié de noter plusieurs pièces dans la partie gauche22, soit le bâtiment était moins large au niveau de la qâʽa qu’à celui de la darkâh ou du riwâq.

Fig. 6 – Plan du rez-de-chaussée et du maqʽad

229Les pièces du premier étage, autres que le riwâq, étaient beaucoup plus petites et couvraient l’espace situé au-dessus de la cuisine pour les deux chambres (mabît). On accédait aux deux chambres soit par l’escalier accolé au maqʽad, soit par le riwâq. Pour l’analyse de cet espace, notre texte est particulièrement peu explicite. Certes, en venant de l’escalier proche du maqʽad, il ne saurait y avoir aucun problème : une fois sur le palier de l’étage, on rencontrait une latrine puis une grande pièce (mabît kabîr) située dans la profondeur du bâtiment et sans fenêtre signalée. Cette pièce communiquait par deux marches avec un petit mabît (ouvert par une fenêtre sur la cour) qui donnait sur le riwâq. Nous ne savons rien de la hauteur des plafonds de ces deux pièces ; il est probable qu’elles disposaient de la même hauteur que le riwâq attenant. Du petit mabît on pénétrait donc dans le riwâq qui disposait d’une chambre annexe (khizânâ) placée sans doute du côté opposé à la porte communiquant avec le mabît. Du même côté, dans la dûrqâʽa du riwâq, une autre porte ouvrait sur un espace de distribution couvert dit riḩâb. Deux escaliers en partaient, sans que nous sachions qu’il s’agissait de deux cages distinctes. Le premier des escaliers montait vers une ţabaqa qui nous semble ne pouvoir être située qu’au-dessus du riḩâb et de la petite chambre attenante au riwâq. Cette tabaqa occuperait donc en hauteur l’espace compris entre le plafond du riḩâb et le plafond du riwâq. Le second escalier descendait vers le madjâz et donnait à mi-hauteur sur un palier avec une seconde ţabaqa, occupant la superficie des latrines du rez-de-chaussée et peut-être celle d’un défoncement de la darkâh (mais nous ne pouvons l’affirmer). Dans ces conditions, la seconde ţabaqa occuperait en hauteur le vide créé entre le plafond des latrines et le plancher du riḩâb. Nous nous trouvons ici devant de véritables demi-étages.

Fig. 7 – Plan de l’étage

230Il est vrai que notre analyse laisse en suspens un problème : qu’y avait-il au-dessus du madjâz dont le plafond ne dépassait certes pas celui de la darkâh : en partie le riḩâb... mais en partie seulement. Il est certain que ce n’est pas parfaitement satisfaisant. Quoiqu’il en soit, cela vient certainement conforter notre remarque antérieure : que les ţabaqa aient ou non occupé l’espace dégagé sur le madjâz, on ne peut imaginer que la totalité de l’aile eut la même largeur ; et ce que nous avons dit de la probabilité d’un décrochement se trouve confirmé. Précisons enfin que l’imbrication des volumes en demi-étages se retrouve dans l’existence – à l’extrémité de la qâʽa – d’un escalier extérieur qui ouvrait sur une petite pièce. Celle-ci était située au-dessus d’une partie de la qâʽa, la khizâna nawmiya, annexe au grand îwân. En élévation, cette petite ţabaqa emplissait donc l’espace dégagé par cette sorte de chambre à coucher. On le voit, la conception architecturale de cette aile est beaucoup plus complexe que celle des ailes adjacentes.

d) Partie des communs

231La dernière aile, faisant face au maqʽad est laissée dans une grande imprécision par l’auteur de l’acte. Elle consistait, en une seconde entrée reliant directement la ruelle adjacente et le madjâz, et en deux annexes qui étaient des communs. Naturellement, ni l’entrée ni les deux annexes ne pouvaient s’élever à la même hauteur que les façades précédentes. En longueur, nous avons une première annexe : une écurie présentant la forme d’arcades non perpendiculaires par rapport à la façade précédente mais présentant avec elle un angle aigu. La suite de cette façade était un dépôt à ciel ouvert. Nous pensons que celle-ci rejoignait le mur de la darkâh et qu’elle occupait l’angle de la rue Suwayqat alʽIzzî et de la ruelle conduisant vers le Sultan Ḩasan. En effet, sur le plan du Survey, on aperçoit à cet emplacement une qubba aujourd’hui disparue. Il est vraisemblable que, dès le démantèlement de ce palais, on éleva cette qubba sur le seul espace non couvert : la shûna.

  • 23 Calculs établis ainsi : 245 m2 pour l’aile des mameluks, 155 m2 pour celle du maqʽad. Pour le qaşr (...)

232Quoiqu’il en soit, le plan de l’ensemble nous apparaît maintenant aussi clairement que possible : 750 à 800 mètres carrés de surface construite au sol avec une cour rectangulaire – allongée parallèlement à la rue principale – de près de 950 mètres carrés23 ce qui correspond à ce que nous avons pu mesurer d’après la carte du Survey : il s’agirait effectivement d’un espace total de l’ordre de 1 800 à 2 000 mètres carrés. Quant au plan, il met en évidence deux structures fort différentes : l’une simple, destinée aux mameluks, l’autre plus complexe, destinée à l’habitation de l’émir. Il est vrai que – dans ce cas – la complexité vient plus de l’absence d’informations que de la structure même du bâtiment : le système d’articulation intérieure ne pose pas grand problème, et l’ensemble de l’espace du qaşr est organisé autour du riwâq et de la qâʽa auxquels vient s’adjoindre – de l’extérieur – le maqʽad.

5.2 – Analyse des divers éléments

233Un tel palais ne peut être étudié, comme nous l’avions fait dans l’analyse précédente, selon les niveaux. La structure est beaucoup trop dispersée et les fonctions trop différenciées pour cela. L’huissier, en séparant dans sa description les ailes selon leur fonction, nous invite à une autre démarche : nous avons regroupé les salles en pièces destinées aux mameluks et en pièces destinées à l’habitation ou aux communs.

5.2.7 – Espaces destinés aux mameluks

234L’auteur de l’acte a clairement défini ce qui dans le palais faisait avant tout fonction de caserne. Il s’agissait bien entendu de la petite garde personnelle de l’émir. Mais, nous avons le plus grand mal à en définir le nombre : de sept à neuf selon que l’on s’en tient aux sept chambres signalées ou que l’on intègre les deux pièces situées au-dessus des trois buyût. L’ensemble de ces pièces ne formait pas un corps d’habitation structuré. Il s’agissait d’une enfilade de pièces distribuées sans doute par un couloir non signalé. Les mameluks disposaient en outre d’une cuisine et des latrines auxquelles venaient s’ajouter les réserves et selleries spécialement affectées aux cavaliers et situées à la droite du maqʽad. Les chambres elles-mêmes, dites ţabaqa, étaient – d’après ce que l’on sait par ailleurs – disposées perpendiculairement à l’axe de la façade et accolées les unes aux autres. Elles étaient plafonnées de bois nâqî, sauf une dont le texte signale qu’elle était voûtée en pierre. L’auteur ne note, outre les portes (qui donnaient sur la façade-cour) aucune ouverture à ces pièces. C’est tout ce que l’on peut savoir de l’espace destiné aux mameluks. Aucun détail n’est donné ni pour les réserves, ni pour la cuisine, ni pour les latrines, si ce n’est que ces dernières se trouvaient dans l’escalier d’accès aux chambres. Précisons enfin que cet ensemble ne disposait d’aucun accès direct au reste de la demeure sinon par la cour. La porte qui conduisait à cet étage, ouvrait directement sur le passage.

5.2.2 – Espaces destinés à l’habitation et aux communs

235Le palais étant distribué autour d’une cour, nécessitait la présence d’au moins deux darkâh, c’est-à-dire deux vastes entrées. La première se situait dans la façade sur rue derrière le grand portail. Elle était vaste, ayant au moins la largeur du portail et comportant deux masţaba, une à gauche en entrant et une autre face à l’entrée. On ne nous dit rien du décor, s’il existait, de la darkâh. Quant à sa hauteur, le plafond suivant immédiatement la porte, ne devait pas être très élevé, car on nous signale l’existence d’un encorbellement surplombant la porte, ce qui suppose une pièce sans doute au même niveau que les ţabaqa. Cepedant, rien n’assure que cette pièce ait été aussi vaste que la superficie intérieure de la darkâh. D’autre part, d’une plan rectangulaire, elle ne débouchait pas directement sur la cour : l’accès intérieur était situé sur le côté, ménageant ainsi une entrée dite « en chicane ». La seconde darkâh était celle qui – de l’autre côté de la cour – permettait d’accéder directement au qaşr. L’huissier a noté ici la richesse de son décor de marbre, ainsi que d’autres éléments, tuf, bois nâqî. Cette darkâh présentait au fond, face à l’entrée sur cour, un mur aveugle avec une masţaba ; à droite en entrant, l’accès aux cuisines, et à gauche, le madjâz, qui lui même conduisait à la qâʽa. La pièce avait la hauteur d’un grand étage.

236En liaison avec ces entrées, on trouvait les espaces de distribution et les communs. Nous avons vu combien les premiers étaient relativement inexistants dans cette demeure. Nous ne disposons que de quelques indications sur les escaliers (ainsi pour le petit qui montait à la ţabaqa placée sur l’annexe de la qâʽa et qui était en pierres cassées) et nous n’avons que deux espaces de distribution à proprement parler : le madjâz du rez-de-chaussée et le riḩâb du premier étage. Le madjâz dont nous avons déjà signalé la fonction est relativement peu détaillé, mais on y retrouve le marbre et une décoration qui ne devait en rien être inférieure à celle de la darkâh. Nous n’en savons guère plus sur le riḩâb qui, à l’étage, desservait le riwâq. Il s’agissait d’un petit espace relativement soigné (plafond de bois nâqî) ouvrant sur le riwâq d’un côté et l’escalier venant du madjâz de l’autre. Les communs à proprement parler, étaient dispersés dans les diverses ailes. La cuisine du qaşr était située à la droite de la darkâh, et sous les deux mabît. Elle était vaste, comportait une série de foyers et une réserve pour le bois, et disposait de la même hauteur sous plafond que la darkâh. On y trouvait enfin des latrines ; celles-ci se situaient exactement dans l’axe de celles des chambres accolées au riwâq (mabît). De même – de l’autre côté de cette aile – deux autres latrines se superposaient : celle du madjâz (annexe à la qâʽa) et celle de la ţabaqa supérieure. Ces éléments étaient les seuls communs du qaşr. Les autres réserves et magasins se situaient dans les autres ailes. Dans celle du maqʽad, on trouvait le réservoir d’eau (ḩâşil). Ce genre de réservoir se retrouve sous le maqʽad d’al-Razzâz ; sa longueur est environ celle du maqʽad, à savoir à peu près 3 m. Les autres communs sont principalement les écuries, les uns situés sous les ţibâq et prolongés par les 3 pièces, tasht-khânâh, firâsh-khânâh et rikâb-khânâh et les autres, face au maqʽad auxquelles s’ajoute la grange pour le foin et la paille, à ciel ouvert.

237La partie réservée à l’habitation, était dominée par trois espaces : le riwâq, le maqʽad et surtout la qâʽa.

  • 24 MAURY (B.) et REVAULT (J.) (op. cit.).

238Qâʽa : Cette dernière représentait l’espace le plus considérable du qaşr, avec ses deux îwân et sa chambre annexe. Aucun détail ne nous est donné concernant sa hauteur, mais il paraît évident qu’elle couvrait la hauteur totale de la construction. Son plafond étant surmonté d’une ouverture d’aération (bâdhâhandj), ce qui interdisait toute superstructure. Occupant deux étages en hauteur, cette salle se prolongeait dans le sens de la façade avec ses deux îwân, et la dûrqâʽa. Aucun lanterneau n’est signalé au-dessus de la dûrqâʽa, mais il semble difficilement concevable que le bâdhâhandj soit la seule source de lumière et d’aération de cette salle, puisqu’aucune fenêtre n’est citée. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas, bien que cela soit vraisemblable. Les subdivisions internes de la Qâʽa, sont tout à fait usuelles. Comme dans la plupart des autres palais, la dûrqâ a était ornée, en son centre, par une fontaine de marbre24. Le grand îwân, placé à gauche de l’entrée contre le mur de la darkâh, semble avoir été peu orné et la description ne nous donne aucun indice concernant la présence de kurdî. Le petit îwân comportait, enfin, une petite chambre annexe. Cet ensemble était sans doute très peu lumineux, surtout l’hiver. En contrepartie, c’était certainement une pièce fraîche l’été, car outre l’absence probable de fenêtres et l’importance du volume, on pouvait orienter le bâdhâhandj pour faire pénétrer la brise du nord.

239Riwâq : La seconde pièce principale, dans l’aile du qaşr, était le riwâq qui était aussi la pièce la plus importante de l’étage. Occupant environ la superficie de la darkâh avec une avancée en encorbellement, il était ouvert sur la cour par des fenêtres, dont rien ne nous permet de mesurer l’importance (et donc de proposer une évaluation chiffrée). Il était composé, comme d’habitude, de deux îwân avec au centre une dûrqâʽa ʽirâqiya, c’est-à-dire : surélevée avec un darâbzîn et un lanterneau. L’un des îwân, vers la cour, comportait les ouvertures ; le second avait en annexe une chambre à coucher (kḩizâna nawmiya). L’ensemble devait être relativement bien décoré, le texte nous signalant du bois nâqî au plafond et de la peinture or et azur. Deux portes donnaient enfin sur la dûrqâ a de ce riwâq, l’une ouvrant sur les mabît, l’autre sur le riḩâb.

  • 25 Principalement celles de MAURY (B.) et REVAULT (J.) auxquelles nous avons collaboré.
  • 26 Par comparaison avec les autres maqʽad existants, nous aurions pu proposer une description de l’es (...)

240Maqʽad : La dernière partie principale était extérieure au quaşr lui-même, puisqu’il s’agissait du maqʽad. Bien que totalement ouvert sur la cour, on ne peut le considérer comme un simple balcon. Plusieurs études en ont déjà montré l’importance25. Le maqʽad était certainement un espace dominant. Nous en avons déjà évalué l’importante superficie. Sa fonction de réception et de séjour, est ici attestée par la décoration : colonnes de granit, balustrade de bois travaillé, auvent de bois, porte certainement en pierre sculptée bien que le texte ne nous fournisse aucune indication sur ce point26. S’y adjoignait une petite chambre fermée par une seconde porte (bâb sirr). Le maqʽad ouvert au sud-est peut-être devait certainement offrir un espace agréable durant les matinées d’hiver.

5.2.3 – Espaces secondaires

241C’est autour de ces trois espaces dominants que s’organisaient les pièces annexes : chambres et ţabaqa à usage non défini. Nous avons déjà rappelé l’existence, pour chacune des pièces principales, d’une petite chambre à coucher. Le texte en signale expressément deux autres avec les deux mabît situés entre le maqʽad et le riwâq et possédant un accès direct depuis la cour. Les deux mabît se succédaient dans le prolongement du mur du riwâq. Le grand mabît était surélevé de deux marches par rapport au petit et se trouvait en retrait dans le fond du bâtiment. Le texte ne nous signale pour lui, aucune ouverture. Par contre, le petit mabît donnait d’une part sur l’escalier venant de la cour avec les latrines et d’autre part sur le riwâq. Aucun détail ne nous est donné sur l’extension en hauteur de ces mabît (même si tout nous laisse penser qu’ils avaient la même hauteur que le riwâq) et peu de détails nous permettent d’évaluer la richesse du décor : seul le grand mabît avait des stalactites aux angles des murs et le petit mabît était plafonné sans aucun décor. Il existait à ce niveau une relation directe avec l’aile de maqʽad puisqu’une porte existait entre la cage d’escalier et la chambre annexe du maqʽad, créant ainsi une liaison entre les deux ailes du bâtiment.

242Les ţabaqa : Outre ces chambres indépendantes, trois « ţabaqa » sont signalées par l’auteur, l’une disposant d’un escalier particulier depuis la cour, couvrait la surface occupée au sol par l’annexe de la qâʽa. Rien ne nous est dit de particulier concernant cette pièce, mais l’existence d’un escalier en pierres concassées ne permet pas de conclure à une chambre destinée aux proches de l’émir. Les deux autres ţabaqa, font par contre partie intégrante du qaşr. Nous avons déjà noté qu’il était difficile de les situer avec certitude. Dans les deux cas, il s’agissait de pièces au plafond relativement bas – l’une était située sur le riḩâb, et l’autre sur les latrines du madjâz, et dans les deux cas elles formaient des demi-étages. Mais à part cela, nous ne pouvons tirer rien de précis du texte, sinon, il est vrai, l’absence de toute fenêtre.

5.3 – Les matériaux

243On le voit, la reconstitution à laquelle nous nous sommes livrés, est pour ce palais beaucoup moins précise que celle à laquelle nous avions abouti pour le bâtiment précédent. La marge d’erreur est telle que nous ne pouvons nous engager avec précision pour la situation de certains éléments non négligeables. Le texte, beaucoup moins riche, nous paraît en être le premier responsable. Il en va de même pour l’étude des décors et des matériaux. Nous serons sur ces points d’autant plus brefs que plusieurs éléments reprennent les descriptions déjà effectuées au cour du chapitre précédent. Quoiqu’il en soit même si le texte est pauvre – le palais était certainement beaucoup moins décoré que la demeure civile achetée par Qäyt-bây.

5.3.1 – Matériaux d’édification

244Les matériaux d’édification sont certainement les mêmes pour toutes les constructions de l’époque. Nous en avons déjà détaillé les éléments. Ce palais ne semble pas faire exception. L’huissier nous signale pour la façade sur rue une construction en pierres de taille au premier et en briques au second. Il est certain qu’assises et murs maîtres étaient en pierre de taille, ou du moins présentaient en façade la pierre taillée avec remplissage en débris et briques concassées. Les murs-maîtres nous paraissent être dans cette demeure ceux du maqʽad, ceux de la cuisine et celui séparant qâʽa et darkâh. Ces derniers supportent tout le poids de l’étage. Pour l’aile des mameluks, les arcades donnant sur la cour et le mur de façade sur rue étaient en pierre, permettant l’édification d’un étage et même d’une pièce voûtée. De même les encorbellements du grand porche d’entrée et du riwâq exigeaient une assise de pierre. Quant aux murs de la qâʽa, ils se devaient d’être en pierre pour pouvoir supporter la pression exercée par le poids d’une pièce extrêmement haute.

5.3.2 – Matériaux de superposition

245Pour ce qui est des plafonds et planchers, la même remarque peut être faite. La quasi-totalité des plafonds est en bois, le plus souvent en nâqî. Le bois grossier est réservé aux chambres consacrées aux mameluks ou aux arcades à chevaux. Pour la darkâh d’entrée ou les mabît, seul un plafond en bois nâqî est signalé avec, exceptionnellement des stalactites ; quant aux pièces principales, à la durqâʽa du qaşr et au madjâz le bois nâqî est quelque peu travaillé, exceptionnellement peint or et azur. Mais pour le maqʽad par exemple, aucun renseignement ne nous est fourni.

5.3.3 – Décors

246Pour ce qui est du décor, enfin, presque rien ne nous est dit. Seule une fontaine de marbre est signalée dans la durqâʽa. Ce matériau seul semble d’ailleurs avoir été utilisé dans le décor ou dans le pavement des pièces de prestige, telles la darkâh, le madjâz et en partie la qâʽa. Ailleurs au rez-de-chaussée, le sol est dallé de tuf. Le marbre est aussi utilisé en ornement mural dans ces mêmes pièces. Le bois tourné n’est signalé que pour la balustrade du maqʽad. Enfin les encorbellements eux-mêmes sont en bois. Précisons, aus niveau du décor, qu’il n’est pas noté de pierre sculptée. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas eu. Malgré la rigueur quelque peu militaire de la construction, on peut difficilement imaginer l’accès au maqʽad sans cet élément.

247Malgré toutes ces difficultés, nous parvenons maintenant à nous faire une idée assez précise de notre bâtiment. Sans revenir sur ce que nous avons déjà montré par ailleurs, tirons-en trois conclusions architecturales. La première concerne la datation du bâtiment. Nous avons vu qu’il fallait pour avoir quelque idée précise du maqʽad par exemple en référer au palais de Hârat al-Maridânî ou à celui d’al-Razzâz : la proximité des styles est telle que l’antériorité relative de notre bâtiment ne saurait aboutir à rompre l’unité de l’étude entreprise. La seconde conclusion est plus importante, car si l’on considère l’extrême dispersion des éléments architecturaux, et si l’on tient compte de l’existence d’une pièce voûtée (récemment construite, précise le texte) contre des chambres à plafonds de bois, il apparaît que ce palais a sans doute été plusieurs fois remanié et que son plan n’a pas été pensé de façon très structurée (ce qui expliquerait en partie les difficultés du notaire... et les nôtres). Certes, il y a bien une organisation technique poussée (ainsi pour les latrines) mais l’ensemble témoigne, nous semble-t-il, de transformations non négligeables. Une dernière conclusion nous conduira à l’analyse des fonctions et à l’analyse sociale de ce palais : la simplicité du décor n’est pas simplement due à un huissier trop pressé.

6 – SYNTHESE DE L’ETUDE ARCHITECTURALE : ANALYSE DU BATIMENT

248Le bâtiment que nous venons de tenter de reconstituer n’est pas un tout organique. Nous l’avons dit, il y a des preuves de transformations et le texte lui-même signale qu’une partie de l’aile des mameluks est « nouvellement construite ». Nous avons ici un mode d’habitat qui se développe selon les besoins. Ainsi retrouve-t-on toutes les composantes d’une demeure du xve siècle, mais en éléments relativement dispersés. Cette architecture « évolutive » est aussi l’image d’un style de vie. Telle qu’elle, elle nous donne une idée de ce qu’était la demeure d’un émir et des fonctions qu’elle devait assurer.

6.1 – Appréciation globale du bâtiment

  • 27 Selon le témoignage de personnes âgées de ce quartier (ḩârat ḩalawât) les vestiges de ce palais ét (...)

249Selon l’analyse que nous en avons fait l’ensemble des palais nous paraît être globalement bien conçu. La construction, en pierre de taille pour l’essentiel, devait être de bonne qualité, et nous pensons – que sa destruction n’est intervenue que depuis peu de temps27. L’extension même du bâtiment centré autour d’une cour vaste a permis de ménager divers espaces dont toute une aile consacrée exclusivement aux mameluks, l’aile privée étant desservie de façon indépendante par une petite porte ouverte sur la ruelle adjacente. La cour occupait donc une fonction essentielle ; c’est autour d’elle que s’ordonnait le palais et elle aboutissait ainsi à isoler totalement la demeure de l’émir de la grande rue : la seule façade ouvrant peut-être sur cette dernière était celle des mameluks. Toutes les autres ouvertures – il est vrai qu’il y en a peu de signalées – donnaient sur la cour. Si l’on devait imaginer des fenêtres supplémentaires, elles ne pourraient de toute façon ouvrir ailleurs. L’ensemble permettait un double système de circulation interne : l’habitation des mameluks, les écuries, l’essentiel des communs pouvaient être mis en contact avec l’extérieur sans passer par l’aile réservée à l’émir ; l’accès à l’étage mameluk se situait même sur la darkâh, accentuant la liberté de mouvements d’hommes qui n’en devaient pas moins assurer la garde de leur seigneur. Cet accès était certainement aussi l’accès officiel : le décor de l’entrée en témoigne, de même que l’impossibilité d’entrer avec un équipage par une autre porte. La qualité de la conception se retrouve encore dans la multiplicité des réserves, nettement séparées les unes des autres et répondant à des besoins très différents ; ainsi les trois « buyût » (ţasht-khânâh, firâsh-khânâh et riḩâb-khânâh) accolées à l’aile militaire servaient de réserve à la sellerie et à l’équipage des mameluks. Enfin, l’existence d’une alimentation en eau régulière vient compléter cette réalisation. Certes nous n’avons pas ici de sâqiya. Mais le droit expressément signalé d’utiliser celle de la madrasa attenante, prouve la complexité de la stucture juridique et la volonté de rendre le bâtiment indépendant (confirmée par l’existence d’un grand réservoir d’eau, de réserves pour le bois et le fourrage etc.), en même temps qu’un certain pouvoir du propriétaire du palais. Quant à la taille des différentes pièces du qaşr et la qualité de leur ornementation, nous restons dans une grande incertitude. Nous ne pouvons, vu les difficultés signalées dans le travail de restitution, proposer aucune mesure du riwâq ou de la qâʽa. Néanmoins, ces deux pièces devaient être très vastes : la qâʽa couvrant plus de la moitié de la façade c’est-à-dire de quinze à vingt mètres sur au moins cinq mètres de haut, et le riwâq représentant la totalité du bâtiment dans sa plus grande largeur. Dans ces conditions, elles répondaient aux besoins de réception d’un homme de la classe sociale de Djânim pour la qâʽa, et – à ce que l’on peut savoir du nombre possible d’habitants de la demeure – en ce qui concerne le riwâq. Quant au décor, bien qu’assurément simple, il témoigne d’une certaine richesse : la grande porte du palais est typiquement une porte de grande résidence avec les mastaba de part et d’autre. Qu’aucun élément proprement décoratif ne soit signalé ne permet en aucun cas de conclure à leur absence. De même, pour la qâʽa, le madjâz et la darkâh, on ne dispose que de peu de renseignements mais ceux que nous avons prouvent une qualité certaine. Fontaine en marbre de la durqâʽa (dans la qâʽa), marbre de revêtement des murs et des sols, ou mazmala du madjâz fermée par un beau panneau de bois tourné, tout cela contribue à renforcer notre impression. Ce palais bien conçu était aussi intérieurement très élaboré.

6.2 – Capacités de logement

250Par comparaison avec la maison de Shihâb al-Dîn, ce palais présente un caractère particulier : il comporte des pièces relativement différenciées, avec plusieurs chambres. Cela peut être dû bien sûr, simplement, à un plus grand besoin de place, lié à un plus grand nombre d’habitants, mais il nous est difficile d’évaluer avec une certaine précision combien de personnes pouvaient loger là. Rien que pour la partie des mameluks, nous avons dénombré neuf chambres : sept situées au-dessus des arcades et deux au-dessus des buyût. Comme le total correspond aux arcades destinées à neuf chevaux, situées au rez-de-chaussée, nous pouvons être tenté de considérer que neuf mameluks à cheval – destinés à l’escorte de l’émir – vivaient là. Ceci ne signifie pas que leur nombre se limitait à neuf. D’une part, plusieurs pouvaient loger dans une même ţabaqa, d’autre part, les écuries situées entre la porte secondaire et la grange étaient elles-aussi assez vastes. Il est permis également de penser qu’un certain nombre de mameluks devait rester en permanence pour la garde du palais. Restaient, pour les habitants eux-mêmes, les deux mabît dont l’extension nous laisse penser qu’ils étaient réservés à la famille du maître de maison, les deux ţabaqa superposées dont l’usage n’est pas précisé, et les chambres annexes aux pièces principales dont deux au moins pouvaient servir aux hôtes de passage, celle de la qâʽa et celle du maqʽad encore que cette dernière ait été ouverte sur les mabît. Au total, l’émir pouvait vivre là avec ses épouses et ses enfants, et le palais pouvait contenir au minimum une vingtaine de personnes, mameluks ou serviteurs non compris. Il est vrai qu’il ne s’agit là que d’une vague approximation.

6.3 – Hiérarchie des espaces

251De telles appréciations se sont fondées sur une distinction des espaces tout à fait évidente. L’auteur lui-même a distingué ce qui était destiné aux mameluks du reste de la demeure. Ici, la hiérarchie des espaces est claire : les pièces dominantes sont la qâʽa, le riwâq et le maqʽad. Le positionnement de la qâʽa dans la demeure, ouverte sur la cour par la darkâh et le madjâz et sur la ruelle par la porte latérale en font une pièce de réception accessible, tant aux visiteurs qu’aux proches ou membres de la famille, et son ampleur ne fait que confirmer ce fait. Par contre, le riwâq est nettement séparé, et – par là-même – sert de salle de séjour. Le maqʽad sert de pièce intermédiaire : réception et séjour pour l’émir et les mameluks. Les chambres représentent l’échelle intime de la vie quotidienne et s’opposent clairement à l’aile des mameluks. Ainsi peut-on distinguer un espace public et un espace privé de façon très simple. On peut considérer que s’ajoute à ces deux ensembles un espace soit semi-privé, soit réservé aux domestiques qui serait constitué par la ţabaqa annexe à la qâʽa et les deux ţabaqa annexes au riwâq. La position même des ţabaqa, entre qâʽa et riwâq, contribue à en donner cette image. La partie privée est quant à elle, représentée par le reste de l’étage tandis que la partie publique est marquée par la qâʽa et le maqʽad. L’aile des mameluks reste – quant à elle – indépendante. La cour est une sorte d’espace neutre où se déroulait la vie quotidienne et dont toutes les activités pouvaient être surveillées depuis le riwâq, sans parler du maqʽad qui était, certes, une véritable pièce de réception pour les journées ensoleillées d’hiver et les soirées d’été. Il est vrai que la discrétion de l’ensemble ne correspond pas tout à fait à notre conception de la munificence d’une demeure princière, mais on retrouve les mêmes éléments que dans d’autres palais, mieux connus parce que conservés jusqu’à nous.

6.4 – Adaptation des fonctions

  • 28 Les deux points ne sont pas contradictoires. On intègre le mameluk, mais en même temps on s’en pro (...)

252La totalité de ces remarques nous conduit à insister, une fois de plus, sur la concordance
entre formes architecturales et besoins sociaux. Le palais de Djânim ne présente pas les mêmes caractères qu’une demeure de marchand. Cela s’explique par les différences d’utilisation. La séparation entre la vie familiale et la vie publique est relativement plus marquée ici qu’ailleurs. L’accès au bâtiment se fait par une porte en chicane qui dérobe la cour au curieux, ou par une porte secondaire sur ruelle. A l’intérieur même, le riwâq, bien qu’ouvert sur la cour, est situé de telle façon qu’il est impossible de voir ce qui se passe à l’intérieur, et la liaison interne, par les mabît, entre cette pièce et le maqʽad accentue ce caractère intime. La situation des communs, quant à elle, permet une desserte rapide et interne de la totalité des appartements. Il est vrai que subsiste le problème des contacts existant entre les mameluks et leur maître. Notre texte permet de conclure à une séparation assez nette, bien que la cour et le maqʽad servent de point de rencontre permanent. Le seigneur peut exercer une surveillance continuelle, mais en échange il est vrai que le double sinon triple (par le maqʽad) accès au riwâq n’est pas une preuve de fermeture absolue de la vie familiale. Le mameluk, sans être véritablement intégré à cette dernière, n’est est pas moins très proche28.

CONCLUSION

253Nous pouvons, au terme de l’étude de ce palais, établir un double constat : sur l’insuffisance de la documentation d’une part, mais aussi, d’autre part, sur la qualité du texte. L’insuffisance de la documentation s’est traduite dans les difficultés pour proposer une restitution complète. Ce à quoi nous avons abouti, laisse plusieurs points en suspens, et ne peut rendre totalement compte de la structure de l’immeuble. Néanmoins l’intérêt du texte est loin d’être négligeable. Il nous permet d’abord de confirmer une impression : la grande qualité technique des demeures mameluks ne se dément pas. Ici encore l’aération a été bien calculée avec ses kiosques qui dépassent des toits- terrasses et peuvent s’orienter à la brise dominante pour irriguer les salles. Ici encore, les latrines, les cuisines, les communs ne sont pas placés n’importe où. Ici encore les matériaux sont utilisés à bon escient. Mais il y a plus, dans les conséquences d’intérêt historique général que nous pouvons retirer de notre étude : le mode de vie de l’émir, les exigences de sa position sociale, mais aussi les risques permanents encourus transparaissent dans l’organisation même de son habitat. Les rapports qu’il entretient avec sa garde personnelle, se vérifient aussi. Les textes nous signalent une vie réellement communautaire. Sans en donner un témoignage éclatant, notre étude confirme en partie ce point. Accessoirement, nous pourrions tirer aussi de l’existence d’un droit d’usage sur l’eau de la madrasa attenante, un indice supplémentaire concernant la structure juridique d’une société dont la législation quotidienne a été relativement peu étudiée. Mais plus que tout, nous devons nous arrêter sur un point strictement architectural : la modestie du décor n’est pas synonyme de pauvreté. Nous avons, chemin faisant, montré qu’elle correspondait à des besoins sociaux différents. Gageons de plus que dans une demeure de la taille de celle-là, le besoin d’une lourde décoration devait se faire assez peu sentir : l’architecture devait suffire à elle seule pour classer la construction. Si nous considérons un palais tel que celui de Qäyt-bây à Hârat al-Maridânî, nous retrouverons une même austérité. Dans ce cas, on peut encore le voir, la construction elle-même suscite l’impression de splendeur et de puissance. L’absence de tout kurdî dans la qâʽa par exemple, s’expliquait donc peut-être par l’ampleur même de la pièce, la taille des murs et l’équilibre des diverses parties. L’austérité est aussi une forme d’art.

Exemple de Maqʽad

Notes

1 Waqf « istibdâl ».

2 Ibn lyâs (p. 153, T. Ill) (op. cit.) (éd. Muḩammad Muşţafa).

3 Notre acte le désigne comme (Qarîb al-Sulţan). Ibn lyâs l’appelle : « proche de notre maître le sultan » (al shahîr bî qarîb mawlânâ al maqâm al-sharîf).

4 Ibn lyâs (ibid).

5 BAYBARS al-Ţawîl.

6 Cette suwayqat est située en dehors des enceintes du Caire, pas loin de la Citadelle. Partie occupée par les cimetières (cf. Maqrîzî, op. cit. Il, p. 106).

7 D’après le texte de waqf, la madrasa de Aldjây al Yûsufî était aussi sa résidence, fait confirmé par Maqrîzî (op. cit. Il, p. 309).

8 Carte n° 4, secteur 144, Survey 1937.

9 L’école du sultan Ḩasan (Index).

10 Cf. chapitre précédent. Cf. aussi M. Zakaria : Le Rabʽ de Tabbâna, art. cit.

11 L’usage de ces termes ne nous semble pas prouver ici, à la différence du texte précédent, une quelconque méthode standardisée.

12 La maqʽad est ici ouvert au sud-est et non au nord. C’est au fond relativement logique bien que peu courant.

13 La carte dont nous disposons, ne nous assure évidemment rien puisque l’emplacement seul subsiste. Néanmoins, notre étude nous a convaincus de son exactitude. Si nous n’acceptons pas le tracé qu’elle propose de l’arrière du bâtiment, on ne peut savoir ce qu’il y avait derrière la qâʽa et le madjâz (cf. infra).

14 Ainsi, aucune ouverture n’est signalée, alors que rien n’interdisait pourtant l’ouverture sur rue.

15 Le portail du palais de Qâyt-bây, répertorié sous le n° 228, est absolument semblable, sauf pour les vantaux de la porte.

16 REVAULT (J.) MAURY (B.) (op. cit.).

17 En partant de bases, il est vrai discutables : 3 m de large par arcade (x 9) + 5 m pour le portail + 3 m de mur soit 35 m de façade sur 7 m de profondeur.

18 On trouvait au xve siècle des maqʽad à deux colonnes tel celui d’al-Mulla. Celui-ci renvoie au palais de Qâyt-bây déjà cité (n° 228) et à celui du palais al-Razzâz (répertorié au n° 235). Il en va de même au palais de Radwân B. (n° 208). Sur ce point cf. A. LEZINE p. 51. Dans tous ces cas, le portail est systématiquement situé à droite (v. photo).

19 Moyen de calcul : maqʽad 12 m + 3 m (mabît) + 10 (3 arcs et un escalier) = 25 m de longueur sur 6 de largeur.

20 Pour les hauteurs des qâʽa des palais comparables cf. Palais Qâyt-bây et de Razzâz déjà cités.

21 La durqâʽa ʽirâqiya du riwâq. Par ailleurs, il est difficilement concevable que la durqâʽa de la qâʽa n’ait pas été élevée.

22 Fait de toute façon très probable.

23 Calculs établis ainsi : 245 m2 pour l’aile des mameluks, 155 m2 pour celle du maqʽad. Pour le qaşr, nos données sont très fragiles :
a) partie riwâq : 12 m de façade sur 12 de profondeur = 144 m2 ;
b) partie qâʽa : 23 m de façade sur 7 m de profondeur = 161 m2 soit 305 m2. Pour les réserves de la dernière aile : 15 x 7 = 105 m2.
Reste la cour : il s’agit d’un rectangle de 35 m sur 25 m avec un décrochement de 7 m sur 10 en plus, obtenu par le raccourcissement de la quatrième aile. Tout cela reste très approximatif.

24 MAURY (B.) et REVAULT (J.) (op. cit.).

25 Principalement celles de MAURY (B.) et REVAULT (J.) auxquelles nous avons collaboré.

26 Par comparaison avec les autres maqʽad existants, nous aurions pu proposer une description de l’escalier d’accès, puisqu’il y a une constante jusqu’à l’époque ottomane. Mais rien ne nous autorisait à aller si loin.

27 Selon le témoignage de personnes âgées de ce quartier (ḩârat ḩalawât) les vestiges de ce palais étaient encore visibles au début du siècle.

28 Les deux points ne sont pas contradictoires. On intègre le mameluk, mais en même temps on s’en protège. Un bref rappel de la carrière de quelques grands émirs suffirait à expliquer ce fait.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan de situation
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Fig. 1 B – Plan de situation
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 2 – Distribution des espaces
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig. 3 – Analyse de l’itinéraire suivi et des points soulignés par l’auteur de l’acte
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende Fig. 4 – Plan général
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 5 – Secteur des mameluks
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Fig. 6 – Plan du rez-de-chaussée et du maqʽad
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 7 – Plan de l’étage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Exemple de Maqʽad
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1116/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 825k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540