Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux palais du Caire médiéval

 | 
Mona Zakarya

Chapitre I. Le palais Shihab al-Din à Birkat al-Fahhadin

Texte intégral

1 – DESCRIPTION DU DOCUMENT

1Parmi les actes conservés aux Archives Nationales du Caire (Citadelle), nous avons retrouvé un document daté de 889/1484. Il s’agit d’un acte de vente au nom du Sultan Qâyt-bây qui nous donne la description détaillée d’une demeure achetée aux héritiers d’un nommé Shihâb al-Din. Cet acte enregistré parmi les documents mameluks des émirs et sultans – sous la cote 194 – miḩfaza 29, se présente sous la forme d’un rouleau de papier écrit sur les deux faces, à l’encre noire.

  • 1 Les waqfs de Qâyt-bây aux Archives de la Citadelle, au Ministère des Waqfs, cf. Mayer, The buildin (...)

2La face principale comporte 116 lignes, sans compter quelques notes marginales et les signatures des témoins. Les premières lignes de cette face n’existent plus, mais par comparaison avec d’autres waqfs1 de Qâyt-bây, nous avons pu déduire que les lignes manquantes au nombre de cinq ou six devaient comporter la basmala et la titulature du sultan.

3Le texte est d’une lecture relativement aisée, mais le bord gauche du rôle ayant souffert du temps, les derniers mots de la ligne sont parfois difficiles à déchiffrer ou illisibles. L’écriture des notes marginales et des signatures est différente de celle de l’acte lui-même et son déchiffrement est nettement plus difficile. Enfin, l’usure du papier par endroits rend la lecture de quelques mots impossible et nous a conduits à proposer dans l’établissement du texte arabe quelques restitutions placées entre crochets. Les points de suspension indiquent que le texte est inexistant ou illisible et que sa restitution a semblé trop hasardeuse.

4L’intérêt de notre document, acte de vente de dimension modeste, est de ne concerner qu’un seul bâtiment et d’en apprécier la valeur immobilière, d’où l’importance de la description détaillée de l’architecture.

  • 2 Voir texte arabe, I. 96 à 99.

5L’objet de la vente est une grande maison achetée aux enfants de feu Shihâb al-Dîn b. Muhammad b. Shihâb al Dîn Aḩmad b. Nûr al Dîn, au prix de 600 dinars dont 500 en ashrafiya d’argent et 100 d’or2.

6Ce texte nous permet de mettre en évidence les divers éléments d’une riche demeure du xve siècle, sans que l’on puisse connaître de façon certaine les transformations successives apportées au bâtiment. Nous avons tenté de reconstituer les plans schématiques du bâtiment et des diverses façades. Mais nous nous sommes aussi efforcés de distinguer les différentes composantes de la maison (qâˋa, riwâq, ţabaqa) et l’agencement exact de ces éléments. Enfin, nous avons relevé le détail des informations concernant les matériaux utilisés dans la construction. Il est vrai qu’en contrepartie, nous ne pouvons avoir que des reconstitutions incomplètes. Car, chose qui pourrait aujourd’hui surprendre, un tel texte ne nous livre aucune mesure précise. Et, dans le cas de ce bâtiment, l’archéologie ne peut être d’aucune utilité. Si nous avons néanmoins tenté quelques conclusions, c’est à partir de ce que nous pouvons savoir par ailleurs. Ainsi, en est-il des latrines, des cages d’escaliers, ou d’autres éléments mineurs. Au total, notre démarche partira du texte, et – au travers d’une analyse du document – nous conduira à des conclusions globales concernant l’espace vécu.

2 – TEXTE

7Archives Nationales – Citadelle. Acte n° 194/Miḩfaza 29

8نص حجة ا لا سبد،ال

9١) محكمة قرم ة( دار الرائق بالقلعة ٨ / ١ ١ وفم ٢

10١..[ الظالمين قاتل الكفره والتمكين قامع الخوارج المستدين .[_

11٢ — الطغاه والمارقين ملك امحن واليم ي• • ن • ] ٢

12٣ _ العرب والعجم والروم والته والد يلم ظل اذ على ميته وخليقته في خلي]ق.ت.ه.[

13٤__ صاحب الحإ والخد والرأى ابو النمر قايتباى جدد اس تعال له ].. ف.[

14٥ - نمإ وبملكه باط الارض يإ ومحإ وابد <لكم وسلطانه وايد وإعوائه

15٦ — ومكن يوفه س رقاب اعدااثمهم الوجئ ختعكاتلهء ب مم حأفووليا ظئاه بملا

16٧ _ العالى الولوى الا ميرإى اليفى ثاد بك بن عبد اف ابن صديق احد السادة ا لا مإء اك]ر...[

17٨ _ بالديار المرية اللكى ا لا شرق ام اف تعالى جابه اكايم عنه في شإء ما يذكر فه كن

18٩ _ سدكر فيه بال ثم ن الذى ير فيه على الحكم ا لا ق بيانه ب وفي الطم مإم ما لمكا نة

19. ا _ وا لأ شهاد عل الرسم انماد بشهادة من يعز ذك في رم شهادته فيه ا . ف...

20١ — لمجله مولانا الفام الشريف اتوه باسمه الشريف بأءلام نصره اف تعالى نممأ عزمحإ ونح له ١

21٢ اث فتحا مينا بماله ا لشريف او ى ا لمامى ثإ م ء و مكيله ا لشريف ص ا كها ف ا حمد و شقيقه بدكرمم

22١٣ — ىا ل ت ز ر ى ع ل و ا م ا ل خ ي ر م ح د ا ل ر ج ا ل ا ولاادل م ر ح و م ش ه ا ب ا ل د ي ن ب ن م ح م د ب ن ش ه ا ب ا ل د ي ن اح مد ب ن ض ' ل د ي ن

23١ — الد وار ين في ا لطيإحين عرف وا لدهم بالمشهد ى مع ما م جار بجدهم و ملكهم و حوز م ٤

24١ ومنتقل ابيم بالسبب الذى مسشرح فيه مذلك جميع البنا الكائن ظام القاهيا خرومحمة خارج ٥

25١ — ب ا ل ز و ي ل ة و ا ل خ رق ب خ ط سو ي ق ة ا ل ف ه ا د ين و ح د ر ة ا ل ك م ا ج ي ين عل ي م ن ة ا ل م ا لك ط ا ل ب ا ج ا م ع ا ل ط و ا م ثى ٦

26١٧ — ا ل مشت م ل ب د لا ل ة ا ل مشا ه د ة عل و ا ج ه ة د ا يي م ب ي ن ة ب ا ل ح ج ر ا ل فص ا ل ن ح يت ل ه ا ب ا ب ان ا ح د ا ه م ا ك ب ي ر م ق ن ط ر

27١٨ — ب ع ت ب ة سف ل صو ا ن أ م ق ن ط ر ب ا ل ح ج ر ا لا ح م ر و ا لا ب يض ي ع ل و ه شب اك من ا ل ح د ي د ي غ لق عل ا ل ب اب ا ل م د ك و ر م د ة ب اب

28١ — خشبا مطبق مسمر بالمسمار الشيخوق يدخل منه الى دعاه مسقفة نقيا بمطا ب ث لا ثة ابواب احدهما عل ى ٩

29٢ — ي م ن ة ا ل د ا خ ل م ق ن ط ر ي غ لق عل ي ه م د ة ب اب ي د خ ل م ن ه ا لى اصط ب ل ل ط يف ثف غشي م ا ب ه سل م م ع ق ود ٠

30٢ — ب ا ل ب لا ط يصع د من عل ي ه ا لى ب اب م ر ب ع ي دخل م ن ه ا لى طب ق ة تحوى ا ي و ا ن ا لطي ف ا و د و ر ق اع ة ١

31٢ — بصد ر الاي و إن ال م د ك ور ست ط ا ق ات ث لا ث ة عل و ث لا ث ة ب ع ل و ا ل ط ا ق ات ال م ذ ك ور ؛ ث لا ث ة شب ا ب يك ٢

32٢ ٣ — سقف ذلك نقيا مفروش امض بالب لا ط مسبل الجدر بالبياض وبدورالقاعة المدكورة باب يدخا منه

33٢ — ا ل د ه ل ي ز مست ط ي ل ب ا قصا ه ك رس م ر ح اض و ال ب ا ب ال ث ا فى من ا ب و اب ا ل د و م شط ر عل ي ه ف رد ة ٤

34٢ — ب ا ب ي د خ ل م ن ه ا ل سل م في ال ه ب و ط ي ت وصل من ذ لك الى ق ب و م ع ق ود ب ا ل ط و ب و ا ل ح ج ر ب ه ب ب ر م ا ء م ه ين على ف و هب ٥

35٢٦ — خ رز ة ح ج إ ك د ا ن ا ي ت وصل من ال ق ب و ال م ن ك و ر الى ب ا ب عل ي م ن ة ا ل د ا خ ل ي د خ ل م ن ه الى د ه ل ي ز ي ت وصل من ذ لك

36٢ ٧ — ال مطبخ م ع ق و د ب ا ل طوب و الحجر ث م ي ت وصل من ب ا ق ا ل د ه ل ي ز الى حف رة م رحاض وي ت وصل من ا ل د ه ل ي ز أ يضا

37٢٨ ^— الى ق ي ط و ب آ ب ه م ي ب ت ا ن و صحن م م مخ م وشاد ر و ان ب غ ي ر ت ك م ل ة وب ا ل ق ي ط و ل ال م ن ك و ر شب ا ب يك من ا ل ح د ي د عد م ا

38٢ — ا رب ع ة ي ع ل و ه ا شب ا ب يك ح د ي د ا صغ ا ر عد ت ا ث م ا ن ي ة وب ه ب ا ب ي ت وصل م ن ه ا ل ب ت ك ة ا ل ف ه ا د ين ٩

39٣ — وب ا ل ق ي ط و ن ال م ت ك و ر ب ا ب ا ن ا ح دا ه م ا عل ي ه م د ة ب ا ب ي د خ ل م ن ه ا ل خ إ ن ة ل ط ي ف ة و ال ث ا ق ٠

40٣١ — ي ت وصل م ن ه ا ل ا ل د ه ل ي ز ا لاو ل وإلى م ل م يصع د م ن ه عل ي ه الى ال ق اعة ا ل ك م ، ا لآ ق و صف ه ا ف ي ه مسقف ال ق ي ط و ن

41٣٢ — ال م ن ك و ر ن ق ي ا كشك و ل م ا ط م ف ر وش ا مض ب ا ل ب لا ط و ال ب ا ب ا ل ث ا لث من ا ب و اب ال د ت ك ا ه

42٣ ٣ — ا لمتكور اولا باعاليه م با ب ا لقاعة ا لكبتي به جلستان مبنيتان بالحجر الا حمر والا بيض بمه و سمة لطيفتان

43٣ ٤ — وب ا ب م ر ب ع ب ع ت ب ة ح ج إ سف ل صوان ا وعل ي ا م ك ت ف ة ب ا ل ح ج ر ا لا ح م ر و ا لا ب يض ي ع ل و ذ لك م ع م؛ م ق ر نص ب ح ف و ت

44٣ ٥ — وا خ لا طا ت عل الباب المدكور فرج ة باب يدخل منه الى دهليز •عقود به مزملة ماجهة خشبا نمطا مامونيا

45٣ ٦ — رب خيط مفروش غالب الدهليز المنكور بالب لا ط وبعضه بالزحام باقصى الدهليز المنكور باب مرع عليه زوجا باب

46٣ ٧ — خشب ا مطع م ا ب ا ل ع اج و الاب ن وس ي دخل م ن ه ا لى ا ل ق اعة ا ل ك مي و ه ى، تحوى ا ي إ ن ين ف ي م ا ب ي ن م م ا د و ر ق اع ة

47٣ ٨ — غاما ا لا يإن الكبير فملهروش بالب لا ط الكدان ماعدا اطروفيتد غاب مرخمة ;الرخام الملون والمهموز

48٣٩ — المدكور متتان مفروثتان بالرخام الملون كل ب بوررة من اليخام الملون بكل منمما بابان

49٤ — كل باب منمما درفتا ن من ا لخشب مطعم بالعا ج وغتلآ ا حد ا لبابين يغلق عل كتين والثافى على ثإك خشبا •

50٤ — يغلق عليه مد ة با ب مهلل عل ا لمكة المدكورة مسقفة لاممتبة ا لمنكو ب بالخشب ا لمقرض معمق بكديد ى خاتم يعلو ذلك ١

51٤ — باذا هنج وا لقة ا لثانية ب بابا ن نش ا لبابين ا لمدضين يغلق كل منيما عل كم [ي . . ة . ] عقرنص أيضا معري ٢

52٤٣ — بكريدى بخاتم و بصد ر الايوإن ا لكذ ور شبابيك خشبا خمطا عد ب اربعة ا حدهما ر أ-جعى بجلستين خشب ا

53٤٤ — مطعم رب خيط بإروز منقو ش يطو ا لشبابيك ا لمدكو رة .تا رع نقش حفر يعلو ذ لك لثته قمريات

54٤٥ — من ا لزجا ج ا للو ن مقف. ا لا يو إ ن ا لمنكو ر كندنا ملمع بالذهب وا لا زو لأ بنا در بزوايا مقيص

55٥٦ — ىد آ م م م رص م ع ذ لك م ل م ع ب ا ل ذ هب و ازلاو رب و إلام إن ا ل ث ا فى عف ر وش ا مض ب ا ل يخا م ا ل م ل ون

56٤٧ — د ا ل ه ب ل ل ة ب ه ئ ا د و ر إن حجإ م ن ق وش وطال ي ع ل و ذ لك ن ر فل رخا م سم اق ب ه عا م و د ال ض ا رخا م

57٤٨ — ا لبلد ى بصد ر ين ووزرة من ا لرخام بقطين زرزورى و با لا كتاق محبا ن زرزورى يعلو ا لشا دروان

58٤٩ — صد ر وبالايوإن ممتا ز لطيفتا ن يعلو كل سمما كر د ى مقزص ملمع بالذهب واللازورد

59٥ — و با لا يإ ن ا لمنكو ر بابا ن مطعما ن كل منهما دربا ن يدخل عن ا حد'هما الى خزإتة بجانب ا لئا دورإ ن وإ كافى <

60٥ — يطق ءلى كمحه يعلو كل س ا لممقن ا غافى مإجهة خشبا - مطا ' سفل كل عنمما حليه ضميب خيط مطعم مسقف الايوإن ١

61٥٢ — ا لذكو ر حو ض و فتية عل جفت يوزرة نكر د ى مقر ص ملمع بالذهب واللازورد و فيما بين

62٥ ٣ — ا لا مإنين دور ناعة مفر وش بالرخام الملون بد وإ ر ا سود وا بيض عدتما عثر ون مد ورة

63دا ير من ا لرخام ا سود وإ ييض فيما بين ذ للث فقية صد ر و ما ق باطروفين ر خا[ م. ا. . ] V— ؛ ٥ ٤

64٥ — بغطا • ل • • ا وبدوإلقاعة كتبيتان متقابلتان مطعمتان ضميب خيط يعلو كل سمما دكة ٥

65٥٦ — خشبا يعلوها معمذ وبدورإلقاعة اربعة ابوإب حلقة مطعمة كل سمما در؛تان احدهما باب الدخول التقدم

66٥ ٧ — والثاق يتوصل منه من سلم في الهبوط ال القيطون الدكوو اع لاه ؤلى الرواق ا لا ق ذكمه فيه وال السط حو -غيره

67٥ ٨ — العال عل ذلك والباب الثالث يتوصل منه من صلم نقل الى الا غافى الذى بالايوإن الصغير

68٥٩ “ والرابع يتوصل منه الى كرس مرحاض و بده ليزم بعض ر خام و صحن ا لكر س مفروش بالرخام بوزرة لطيفة

69٦ مسقف د هليز ا لكرمى ا لمذكور بسطا و يعلو دور ا لقاعة المدكورة ا ع لام نا در خاتم بزوإيا يعلو ذ لك درإ بئن — ٠

70٦ — من ا لخشب خرطا ار ع ' قطع وا لبا ب الثافى ا لذ ى بالوإ جهة يتوصل اليه من سلم حمإبلمى ١

71٦ — باخرم بسطة بإ با ب مع عليه زوجا با ب بعتبة سفل من ا لحجر ا لا بيض وعليا من ا لحجر ا لا حمر يدخل من ا لبا ب ٢

72٦ ٣ — ا لمذكور ال سلم معقود بالب لا ط ا لكد ان باقصا م بسطة لطيفة و با ب مرع عليه مدة با ب

73٦ - يدخ ل منه الى فسحة لطيفة ما ث لا ثة ا بو إب غبر با ب ا لدخو ل ا حدا هما يتوصل منه الى كرمى ممحا ض ٤

74٦ — والثافى الى خإنة لطيفة مسقفة نقيا يجا ور ذ لك سلم يتوصل منه الى طبقة لطيفة والى ا لمطح ا لعا ل ٥

75٦٦ — عل ذ لك ا نحصر با لا حهمة ا لطو ب وا لغي ؤ لبا ب ا لا خر عليه فردة با ب يدخل منه الى رواق مضل على

76٦ ٧ — ايوإن ودورناعة بصد ر الايوإن ا لمذكور ست طاقات وإ جعى يغلق عليه با ب يعلو ا لطاقات

77٦ ٨ — ا 1 د كو رم شند نميات بالزجاج الملمن و باهمإ ن با ب عليه مد ة با ب يدخل منه الى خزإنة ١٠٢٢ طانا ت

78٦ — مط لا ت عل ا لشا ر ع مسقف لوح و فسقية وبالا يو إن ا لمدكوو صفتا ن لطيفتا ن و بد ور ا لقاعة د كة خشبا ٩

79٧ — ملمع ا يضا يعلو دورإ لقاعة بروز مسمى بكلولية بد را بزين لطيف مفر و ش ارض ذ لك ا لب لا ط ا لكد ان ٠

80٧ — في ا لعلو مسقف الا يو إن ا لمذكور فرخ شامى عل مربعا ت مدهو ن ملمع بالذهب واللازورج بكيى ١

81٧٢ — و بد ور ا لقاعة با ب عليه با ب يتوصل من ذ لك ا لى ا لقاعة ا لكبتي وإلى ا لا غافى ا لذ ى م علو الا يو إن ا لصغير

82٧ ٣ — سبل جد ر ذ لك خمتعه بالبيا ض بحيط ذ لك وبجمحمه و يثتمل عل يه و عل جيع منافعه و مإفقه حد ود ار بعة

83٧٤ - ا لحد الا ول وص ا لفل ص الى بيمة ا لفها د ين ا لمذكورة ا علاه ؤ لحد ا لثافى وم ا لبحر ى

84٧ ٥ — ينمى الى الشارع المسزك وفيه البابان ورواض الرواق والطاقات والحد الشرفي ينمى الى

85٧ ٦ — مكان يعرف بشهاب الدين اخل والحد الرابع وهو الغرف ينمى ال مكان يعرف بوقف السندبيمبى عند ذلك

86٧ ٧ — وحدوده وحقة وحقوقه وما يعرف بذلك وينسب اليه ثرعا المعلوم ذلك جميعه عند التعاقدين

87٧ ٨ — المشار اليم اع لاه العلم الشرعى الناف للجهالة الجاري البنا البيع باعاليه في ملك البايعين اادكورين

88٧ ٩ — اع لام انتقل الهم ذلك بالسبب الموعود بشرحه ا ع لام و هوإن شمس ا لدين محمد وا لد ا لبايعين ا لمدكونبن

89٨ — ا نتقل بالوفاة ا لى رحمة ابله تعا ل من قبل تانبخه وا نحصبى انثه ا لبى ف اولإ ده ا لبايعين ا لث لا ثة ٠

90٨ — ا لمنكور ين ا ع لاه وفي زو جته ا لحرمة عماثم المرأة ا لكامل ا بنة ا لمرحوم شمس ا لدين محمد بن نور ا لدين عل ا لشهير ١

91٨ ٢ — وا لدها بابن ما ر كشاه من غير شريك و خلف من جمله ما يو ر ث عنه معا خميع ا لبنا ا 1 و صوزا ا ع لاه

92٨ ٣ — وان حصة وا لدتم عماثم ا لمذكور ؟ ا ع لام من ذ لك بحق ا لثمن و هى ث لا ثة ا سمهم ا نتقلت ا لى او لاد ها ا لث لا ثة

93٨ — ا لبايعينن را لا م إ ا ع لام ا لث لا ثة بالسوية بمقتضى ا لمستند ا لمعى ا لو رق ا لشامى ا لجامع للبناء ا لمبيع ا ع لاه ولاءير 0 ٤

94٨ ٥ — ا لمؤر خ بالتاسع عشر من شهر ر مضا ن ا لمعظم قدؤ و حربه من سمنة مبع و ثمانين و بائية ا لمكمل با لا شها د عل

95٨ ٦ — ا لعا د ة ا خصو م فيه بقضيته هذ ا ا لتبا ع بفصل عل ا لعا د ة بموا فقة تار بخه و شهو ده يطمه ا لا ؛عو ن ا 1 د كو ردن ا ع لام

96٨ ٧ — بحق ب قى ل ه م ف ي ه و يشه د ل و أ ل د ا ل ب ا ئ ع ين ا ل م ن ك و ر ين اعلاء ب أصل ا ل ب ن ا ا ل ذى ك ان م ك ان ا ل ب ن ا ا ل م وصوف اع لاه

97٨ ٨ — فصل بتبا؛ ع ثمعى مسطر بظاهر مكتو ب ريى مؤ ر خ با لا ول من حما د ى ا مل سنة ا ثنين و بعين وثمانية

98٨ ٩ — ثابت مع بابه من فصل جما ن محكوم بموجب ذ لك بعد ا ستيفاء ا لمعية في ا لثر ع ا لشريف بد لا لة ا لا بجا ل ا لمسطر

99٩ — بالمكتو ب ا لمنكو ر بباطن ا لفصل ا لمنكو ر مكمل با لا شها د عل ا لعا د ة وبان شمس ا لدين محمد وا لد ا لبايعين ا لمنكور ين ا ع لام ٠

100٩ — هد م ا لبنا وا ننأ م من ماله و صلب حاله ا لوصف ا لمعين ____________ا ع لاه حسما يشهد ذ لك و بجمان بذلك في ١

101٩ — ملك وا لدهم ال حين و فاته وا نتقا ل ذ لك الى ورثته ا لمدكور ين ا ع لاه و جريان حصة عماثم بيدها و ملكها ا لى ٢

102٩ ٣ — ا نتقالها /دولاد هما ا لذكو ر ين ا ع لاه و جما ن خميع ذ لك بيد ا لبايعين ا لث لا ثة ا لمدضين ا ع لاه و حو ر تم

103٩ — فى ملكهم الى حين صد ور ا لتبايع ا لسطر ا ع لاه و حا ل صدوره من يوضع اسمه باخر ا لفصل ا لذ ى ٤

104٩٥ — سيسطرم م م ا ب مشه اشت إ ء صحيحا شم ع ي ا ب ث من م ب ل غ ه من ا ل ذ هب الاشر في

105٦^ و ا ل ظ ا مي ا ل ح زبا ل و | زن ا ل م ا ل م من ا ل ع يب ا لشن عى سك ا ب ة د ي ن ا ر نصف ذ لك ت ل ع ا ب ة د ي ن ا ر خميع ذ لك

106٩ ٧ — عل ح ك م ا ل ح ل و ل ا ق ر ا ل ب ا ي ع ين ا ل م ذ ك و ر ين اع لاه ب ق بضه م ج م ي ع ا ل ث من ا ل م ع ين اع لاه ب ن ا م ه ه ا ل ه عل ي د ا ل ج ن اب

107٩ ٨ — ا ل ع ا ل اسم يي ا ل ن ي نى سن ب ل بن عب د ا ب ذ ا لا ح م دى ا ل خ ا نن ا ل م ل كى الاشر في اعز ا ذ ه ت ع ا ل ج ن ا ب ه ب ا ل تسو ي ة بينم

108٩ — ب ن إ م ذ ل لث ؤ ؤ ل ه ي ا ف ذ لك من م ع ا رضة فضة مست ج د ة عن م ب ل غ خ مسم ا ئ ة د ي ن ا ر و ا ل ب اق و ه و م ا ئ ة دي ن ا ر ق بضو ه ا ذ ه ب ا ٩

109١ — و ذل لث ب ع د ا شه ا د لاز ب مى سن ب ل ال مشار ال ي ه ا ع لاه ان ال م ب ل غ لام ع ين ا ع لاه عل ي د ه من م ا ل م ولاز 1 ال م ق ام ا ل ر يف ٠ ٠

110١— لام ن وم ب اسم ه ا لشر يف ب اعا ل ي ه خ ل د الف ت ع ا لى م ل ك ه و ط ط ا ن ه ونصر ج ي وشه و اعو إ ن ه د ف ع ه من م ا ل ه و ان ه ل يس ل ه ف ا ل ث من ٠ ١

111١ — ال م ت ك و ر م لك ولا ث م ة م لك و ا شه د عل ي ه ال مشت رى ا و ل ال مشار ال ي ه م لا م ة ال ب ن ا ا ل ب ي ع ا ع لاه ل م ي م ل ه م ولان ا ٠ ٢

112١ ٠ ٣ — ال م ق ام ا لشر يف ل ام ن وم ب اسم ه ا لشر يف ا ع لاه ب ل غ ه اف ت ع ا ل من خ م ات ال د ن ي ا و ا لان م ة م ا ي و م ل ه وي ت م ناه

113ا

114١ — الملم الثرعى التخلية والا ذن المكيين وذلك بعد المطر والمعرفة والتقلب الشجى والمعاقدة المعية والا حاطة ٠ ٤

115١ — ب ذ لك عل م ا وخ ب ؤ ن ا ف ي ين ل ل ج ه ا ل ة ولات ف ر يى من م ج لس ا ل ع ق د عن م إضى و ان عل م ان ا مض ال ح ا م ل ة ل ل ب ن ا لام ب يح ا ع لام م ح ت ك م ة ٠ ٥

116١ — ورمحى بذلك الرضا المنى واقر البايعون الث لا ثة المذكورين اعلام ا لا قإر الشرعى ان ك لا ٠ ٦

117١ ٠ ٧ — م ن م ضا من ا لا خ ر ين ق ا ل ب ي ع و ال ث من لام ع ين ا ع لاه ق ا ل ذ م ة و ال م ال ق ح ا ل ة ا ل يسر و ا لصم و ا ل حضور و ال غ ي ب ة

118١ — و ال ح ي اة وب ع د ال م وت ا لضم ا ن ا ل بى ب ا لا ذن ؤن ك لا م ن م ا ل ث م عى عا ر ي ي ع نى ذ لك وم ا يتر تب عل ي ه شرعا ٠٨

119١ — و ا ن م ا ط و إ ح ق ه م من ال ع ين ف ي ه لام ب ي ع ا ل ع ين ا ع لاه و س ال دعوة ب ذ لك ب ا ن فسه م و ب ن ك لا ئ ه م ا و و ك ل ا ح د سم م ٠ ٩

120١ — ا لا سم ا ط الشرعى و صد ق ه م عل ذ لك ك ل ه ا ب ن ا ب ا ل م م ا ل ع ا لى ا بى شا د بك ا و ل ا ل م ث ا ر ال ي ه ا ع لاه اعز اف ت ع ا لى ١ ٠

121حا ل ه

122١ — وق ب ل ا لضم ا ن م ن م ل م ن ك ل ه م ولان 1 ال م ق ام ا لشر يف لام ن وه ب اسم ه ا لشر يف ب اعا ل ي ه ا د ا م ا ذ ت ع ا ل اي ا م ه و ا ع لا في ال خ ن ه م ق ا م ه ١ ١

123١ — ا ل تصد يق ؤل ق ب و ل ا ل م ك ي ين و وق ع ل لا شه ا د ب ذ لك ج م ي ع عل ال م ت ع ا ق د ين و ال ج ن ا ب ال ز ي نى سن ب ل ال مشار ا ل ي م ١ ٢

124١ — ا ع لاه و ه م • م ج ال ا لصح ة و ا لس لا م ة ؤل ط وإعي ة و ا لاخ ت ي ا ر من غي ر ا ك إ ه ولا ا ج ب ا ر وب ا ل ت و ك ي ل في ث ب و ت ذ لك ١ ٣

125أجرىب م ق ت ا ض ا ء خطه ا ع لاه

126ا ش ه د ع ل م لإ ن ا

127الماممث ؛لملك ا لا ئرف

128ا ل م ن و م باسمه

129ا ع لاه ن ع م م ا تش ت ع ا ل ى

130ن ص إ عزيزا وفتح ل ه

131ف ت ح ا مبينا ب م ا ن ب اليه

132ص ا ل صموح ا

133ا ع لا ه ؤكتبه

134مسوحلى محمد يم محمد » ال

135احمد الله ت ب ا ه ت ع ا ل

136ش ه د ع ل ذ ل ك ي ق تض خ ط ة ا ع لام

137اشهد ع ل م ن كل ا ل ج ن ا ب ا ل ك ر ي م

138ا ل ع ا ل ى ا ل ي ف ى ش ا د ب ل ث المشترى

139ا ل م ش ا ر ا ل ي ه ا ع لا ه و ا ل ج ن ا ب

140ا ل ك ر ي م ا ل م ا ل ى ا ل زض ب ل

141ا ل م ث ا ر ا ل ي ه ا ع لاه ا ع ز الد ت ع ا ل ى

142ج ن ا ب م م ا والبا ي ع ي ن ا ل ث لا ئ ة

143ا 1 دكوردن اع لا ه ف تاربمه اع لا ه

144م ج ه م ح م د بن ع ل

145ا ل ح ن ي ا ل غ اص

146الدمه عمر وكتب نكتبه

147ا ي د ا ف ذ ل ك

148اشهد ع ل م ن كل ا ل ج ن ا ب ا ل ك ر ي م

149ا ل ع ا ل ى المص ث ا د ب ل ث ا لمشتر ى

150ال م ث ا ر ال ي ه ا ع لاه و ا ب ن ا ب لا ك ر ي م لاخ ا ل ى

151لاز ي ن ى نبل لا م ش ار ال ي ه ا ع لاه اع ز ا ف ت ع ا ل ى

152خ ب ا ب ول اب ا ي ع ي ن ال ث لا ئ ة ال م ل ك و ر ي ن

153ا ع لاه ب م ا نب ال ي ه ا ع لاه ق ت ا ي ر خ ه ا ع لاه

154ا ث ه د ع ل مو لا نا

155ا ل م ق ا م ا ل ز ي ز

156الذان اس > ااا>

157ا لا ثمف ا لمنؤ باسمه ا لخريف

158ا ع لاه نصره ال ف ت ع ا ل ى

159نمإ عزي لأ وفتح له

160ف ت ح ا مبينا ي ا نب لا ي ه

161٣، الروح س ١

162ا ع لا م ي م ت ب ه

163ا بن ع م ر ا لدمثتي

164اي د ا ف ل ه ص ن ع ه لا ك ر ي م

165١ ١ ٤ — و ط ل ب ا لحكم ب ذ ل ك وسؤال ا لا ش ه ا د وابدا ال د ا ف ع نو ف ي ه \ ل و ك ل ا ل م ع ى ف ى ح ا ب ى ع م ش ه ر

166١ — ر ج ب ل اف ر ج ال ح إ م س ن ة ت س ع ث وم ا ن ي ن ثوم ان م ئ ة ع ل ك ش طف و ه ت ه ا ب ال ح ج ر و م ل ح ق م ا ل ا ل ش ر ي ف ص ح ي ح ذ ل ك ١ ٥

167١ — معتد به ق موضعه معتذر ع ن ه والحمد لف وحده وصل عل سيدنا محمد واله و صحوبمهلم و حسبنا اذ ونعما \لزكيل ١ ٦

3 – TRADUCTION

168L. 15 —... toute la construction située hors du Caire.

169L. 16 – entre Bâb Zuwayla et Bâb al-Kharq, sise dans le khaţţ, de Suwayqat al-fahhâdîn et dans Ḩudrat al-kammâdjiyyîn sur la droite en allant vers la mosquée « du Ţawâshi » (l’ennuque)

170L. 17 – Elle comprend, après constatation de l’état des lieux (bi-dalâlat al-mushâhada), une façade continue en pierres de taille, laquelle comporte deux portes. La plus grande est cintrée.

171L. 18 – Le seuil est en granit (şawwân) et le linteau, en pierres rouges et blanches ; elle est surmontée d’une fenêtre barreaudée de fer. La dite porte ferme par un seul vantail

172L. 19 – de bois, bardé de fer et planté de clous shaykhûni ; elle conduit à une darkâh recouverte d’un plafond simple en bois naqî, donnant elle-même sur trois portes.

173L. 20 – L’une, à droite en entrant, est cintrée et fermée par un seul vantail ; elle conduit à un petit işţabl recouvert d’un plafond grossier. De là par un escalier, dont les repos sont supportés par des voûtes,

174L. 21 – on monte vers une porte à linteau droit. Celle-ci donne sur une ţabaqa comprenant un petit îwân et une dûrqâ ˋa.

175L. 22 – Dans le mur principal de l’îwân, s’ouvrent six fenêtres, trois sur trois, elles-mêmes surmontées de trois lucarnes.

176L. 23 – Le tout est couvert d’un plafond en naqî, le sol est dallé et les murs sont recouverts d’enduit. De la dite dûrqâ ˋa une porte donne

177L. 24 – sur un couloir aboutissant à des latrines.

178La deuxième porte de la darkâh est cintrée et a un seul vantail.

179L. 25 – Elle donne sur un escalier descendant vers un sous-sol voûté en brique et en pierre ; on y trouve un puits d’eau potable, dont la margelle est couverte

180L. 26 – par une dalle ronde (kharaza) en pierre de tuf.

181A droite en entrant dans la dite cave, une porte donne sur un vestibule conduisant

182L. 27 – à une cuisine voûtée en briques et en pierres, puis à une latrine rudimentaire et enfin

183L. 28 – à un qîţûn. Celui-ci comporte deux banquettes de pierre (martaba). Une partie basse pavée de marbre et un shâdrawân inachevé. Le-dit qîtûn est éclairé par quatre fenêtres barreaudées de fer

184L. 29 – surmontées par huit petites lucarnes également barreaudées de fer. Une porte donne accès à la Birkat al-fahhâdîn.

185L. 30 – Le qîţûn comporte deux autres portes ; l’une, à un battant, donne sur un petit placard (khizâna) ; l’autre

186L. 31 – mène au vestibule sus-dit et à un escalier montant vers la grandeˋa décrite ci-dessous.

187Le-dit qitûn est couvert d’un plafond

188L. 32 – en naqî, surmonté d’un lanterneau avec colonnettes (asbâţ) ; le sol est dallé de pierres.

189La troisième des portes de la darkâh mentionnée plus haut

190L. 33 – est celle de la grandeˋa ; elle est flanquée sur ses deux côtés de deux banquettes de pierres rouges et blanches.

191L. 34 – C’est une porte à linteau droit, avec seuil et linteau en granit ainsi qu’une plate-bande à soffite de pierres rouges et blanches ; l’ensemble est surmonté par une corniche de stalactites et entouré de djufût et de ikhlâţat

192L. 35 – Cette porte est fermée par un seul vantail ; elle donne sur un couloir voûté où se trouve un meuble pour jarre à eau (mazmala) fermé par un panneau en bois tourné mâmûnî

193L. 36 – et en bois assemblé. La plus grande partie du sol du couloir est dallée en pierre et le reste en marbre. Le-dit couloir aboutit à une porte à linteau droit, à deux battants de bois

194L. 37— incrustés d’ivoire et d’ébène, donnant sur la grandeˋa. Celle-ci comporte deux îwaň séparés par une dûrqâˋa.

195L. 38 – Le grand îwân est dallé de tuf, sauf la marche (uţrûfiya) qui est couverte de marbre polychrome. Il comprend

196L. 39 – deux banquettes de pierre (martaba) revêtues de marbre polychrome et couvertes d’un revêtement marbre identique. Chaque banquette (martaba) est flanquée de deux portes

197L. 40 – à deux battants de bois incrustés d’ivoire et d’autres matières ; l’une d’elles ferme une bibliothèque (kutubiya), l’autre donne sur une fenêtre fermée par un volet de bois et

198L. 41 – ayant vue sur l’étang sus-dit. Le plafond du défoncement au-dessus de la première martaba est en bois orné de stalactites à pendentifs et d’un kurdî khâtam

199Dans ce plafond

  • 3 .Un mot manque vers la fin de la ligne 42 (il ne figure pas dans le texte original).
    .Le terme Kutu (...)

200L. 42 – une ouverture d’aération (bâdhâhandj) s’ouvre. La deuxième banquette (martaba) est flanquée de deux portes symétriques par rapport aux deux autres sus-dites ; chacune d’elles ferme une bibliothèque3 (...)

201Le plafond au-dessus de la martaba est en bois orné de stalactites à pendentifs

202L. 43 – et d’un kurdî khâtam.

203Sur le mur principal du-dit (îwan) se trouvent quatre fenêtres en bois tourné ; l’une d’elles est en retrait (râdjiˋ i) et comporte deux coussièges (djalsa) de bois incrusté et assemblé avec un rebord (burûz) en bois travaillé.

204L. 44 – Chaque fenêtre est surmontée d’un cartouche gravé en relief (târîkh) et le tout coiffé par dix (dashta) oculi

205L. 45 – de verre coloré. Le plafond du-dit îwân est sakandarî, laqué d’or et d’azur, orné d’une frise, de coins à stalactites

  • 4 Polychrome ou coloré

206L. 46 – et d’un kurdî en stalactites. L’ensemble est laqué d’or et d’azur. Le deuxième îwân est pavé en marbre polychrome4

207L. 47 – Il comporte une fontaine murale (shâdrawân) en pierre sculptée et une sortie d’eau (salsâl) le tout surmonté par un qarqal en marbre samâqî flanqué de deux colonnettes de marbre

  • 5 La traduction de cette ligne omet quelques termes désignant des éléments de décoration de marbre d (...)

208L. 48 – baladî5. La fontaine murale (shâdrawân) est surmontée

209L. 49 – d’une avancée de stalactites. Deux petites corniches (ma ʽbara) ornent l’îwân, surmontées chacune par un kurdî en stalactites laqué d’or et d’azur.

210L. 50 – Dans le-dit îwân s’ouvrent deux portes de bois incrustées à deux battants, l’une donne sur une réserve (khizâna) à côté de la fontaine murale (shâdrawân) ;

211L. 51 – la seconde ferme une bibliothèque. Au-dessus de chaque corniche s’élève une loge (aghânî) fermée par un panneau ornemental en bois tourné et au-dessous de chacune d’elles se trouve un ornement de bois assemblé. Le plafond de l’iwan

212L. 52 – est à solives apparentes (ḩawḑ wa fisqiyya) et entouré d’une bordure (djift) et d’une frise à écoinçons avec kurdî en stalactites, laqué d’or et d’azur.

213L. 53 – Entre les deux îwân se trouve une dûrqâˋa dallée de marbre, dont les marches sont ornées de vingt madwara noires et blanches.

214L. 54 – Le sol est orné d’une bordure (dâyir) de marbre noir et blanc, et le centre de la pièce est occupé par une fontaine en forme de colonnette (sâq) dont la base est en marbre

215L. 55 – Dans la dûrqâˋa se trouvent deux placards opposés l’un à l’autre, en bois incrusté et assemblé, surmontées chacune par une dakka

216L. 56 – de bois et surplombées par une corniche. Dans la dûrqâˋa s’ouvrent quatre portes en bois incrusté, à deux battants chacune. La première est la porte d’entrée sus-dite.

217L. 57— La seconde mène à un escalier descendant vers le qîtûn sus-dit et montant au riwâq mentionné ci-dessous puis à la terrasse

218L. 58 – couvrant cette partie du bâtiment. La troisième porte conduit à un escalier mobile (sullam nuql) donnant accès à l’aghâni du petit îwân.

219L. 59 – La quatrième porte mène à une latrine. Le couloir y conduisant est dallé en partie de marbre, le sol des latrines est dallé de marbre et ses murs sont couverts d’un revêtement de marbre peu élevé faisant le tour de la pièce.

220L. 60 – Le couloir des latrines est recouvert d’un plafond simple. Le haut de la dûrqâˋa sus-dite est orné d’une frise qui en fait le tour nâdir khâtim et d’écoinçons. Il est surmonté d’une « balustrade » (darâbzîn)

221L. 61 – composée de quatre panneaux de bois tourné. On accède à la seconde porte de la façade par un escalier ţarâbulsî

222L. 62 – se terminant par un perron (basţa). La porte est à linteau droit et à deux battants ; le seuil de la porte est en pierre blanche et le linteau en pierre rouge. La-dite porte

223L. 63 – donne sur un escalier dont les repos sont portés (sullam ma ʽqûd) par des voûtes de tuf. Il aboutit à un petit palier et à une porte à linteau droit à un seul battant.

224L. 64 – Cette porte donne sur une antichambre (fasḩa) où se trouvent trois portes non compris la porte d’entrée. La première mène à des latrines.

225L. 65 – La seconde à une petite chambre à plafond en naqî.

226A côté un escalier mène à une petite ţabaqa et à une terrasse couvrant

227L. 66 – cette partie du bâtiment, constituée par des nattes de roseaux recouvertes de briques et de limon. La troisième porte, à un battant, donne sur un riwâq qui comprend

228L. 67 – un îwân et une dûrqâˋa. Sur le mur principal de l’îwân s’ouvrent six fenêtres, plus une fenêtre latérale fermée par un volet. Les fenêtres sont surmontées

229L. 68 – par dix oculi de verre coloré. Dans l’îwân une porte avec un battant donne sur une réserve éclairée par des fenêtres

230L. 69 – donnant sur la rue. Le plafond de la réserve est en caissons (lawḩ wa fisqiya). Dans l’îwân sus-dit se trouvent deux petites suffa. Le haut de la dûrqâˋa est orné d’une corniche en bois.

231L. 70— Le plafond du-dit îwân est en farkh shâmî, sur caissons ; il est peint et laqué d’or et d’azur, ainsi que le kurdî.

232L. 71 – La dûrqâˋa est surmontée d’un lanterneau appelé baklûliya, supporté par une petite balustrade.

233Le sol de l’ensemble est dallé de tuf (kaddân).

234L. 72 – De la dûrqâˋa, une porte à un seul battant mène à la grandeˋa et à l’aghânî qui surmonte le petit îwân de la grande qâˋa.

235L. 73 – Tous les murs intérieurs sont recouverts d’enduit. L’ensemble du bâtiment est circonscrit, délimité et compris, ainsi que toutes ses dépendances, dans quatre limites.

236L. 74 – La première au Sud-Est constitué par la Birkat al-fahhâdîn mentionnée ci-dessus. La seconde au Nord

237L. 75 – est la rue passante, sur laquelle donnent les deux portes, les encorbellements du riwâq et les fenêtres ; la limite Est est marquée

238L. 76 – par la propriété dite « propriété de Shihâb al-Dîn al-Maḩallî » et la quatrième limite à l’Ouest, par la propriété connue sous le nom de Waqf Sandabîsî.

4 – ANALYSE DU TEXTE

4.1 – Situation

  • 6 Maqrîzî, khiţaţ, t. I p. 376 et t. Il p. 36 (op. cit.)

239Le texte nous permet de situer le palais hors de deux portes du Caire : Bâb Zuwayla et Bal al- Kharq6 dans le quartier de Khaţţ Suwayqat al-Fahhâdîn, près de Ḩadrat al-Kammâdjiyyîn. Le texte nous précise (I. 29) que cette maison donnait sur Birkat al-Fahhâdîn. D’après ces indications, le monument se trouve donc au Sud-Ouest de l’enceinte du Caire.

  • 7 Raymond-Wiet : Marchés du Caire (op. cit.).

240Mais cette situation semble en contradiction avec ce que l’on sait du Khaţţ al-Fahhâdîn, localisé par les sources historiques7 au Nord de la ville et à l’intérieur de l’enceinte fatimide.

  • 8 Maqrîzî, t. Il p. 331 et Raymond-Wiet ; op. cit. p. 235 n° 44.
  • 9 Waqf de khâyir bak, Archives Nationales n° 292 Mihfaẓa 44 (p. 15).
  • 10 Qaysâriyyât, Şalâḩ al-Dîn ibn al-Maghribî ; Raymond-Wiet p. 235 (n° 44) ; Maqrîzî II p. 178, p. 19 (...)
  • 11 Maqrîzî II p. 61 – Raymond-Wiet (op. cit.) ; Ibn lyâs III p. 299.

241Une troisième indication nous est donnée par le texte : Ḩudrat al-Kammâdjiyyîn8. Maqrizi la mentionne dans Araḑî al-Lûq près de Suwayqat Şalâḩ al-Dîn. Or, d’après un autre waqf9 on trouve une construction localisée elle aussi dans Ḩudrat al-Kammâdjiyyîn. Ce texte permet de situer cette Ḩudra dans Suwayqat Şalaḩ al-Din10. Selon une autre source, l’étang le plus connu de ce quartier était Birkat al-Shuqâf11.

242Conformément aux données de notre texte, cette demeure doit donc bien être localisée au Sud (qiblî) du Caire fatimide, ou plus exactement, au Sud-Ouest entre Khalîdj et Bâb al-Lûq. Cette zone aux nombreuses étendues d’eau, comme en témoigne l’existence de la Birkat al-Fahhâdîn et de la Birkat al-Shuqâf, devait être un quartier de résidences riches, comparables à celles de Birkat al-Fîl ou Birkat al-Raţl. D’après nous, il aurait donc existé deux Suwayqat al-Fahhâdîn : l’une intra-muros et l’autre extra-muros bordant une étendue d’eau du même nom. C’est là que se serait situé notre bâtiment (v. fig. 1).

243Ainsi, cette demeure aurait été tournée vers la Birkat al-Fahhâdîn du côté qiblî (I. 71), tandis que la façade sur rue était, elle, orientée vers le Nord (I. 75) ; quant aux deux autres façades, elles voisinaient avec d’autres propriétés (I. 76).

4.2 – Technique de description

4.2.1 – Cheminement de l’huissier

244La lecture du texte ne suffit pas seule, on l’a vu, à préciser le site du bâtiment. Elle ne permet pas non plus d’établir une reconstitution du bâtiment, sans analyse.

245Par exemple l’absence de toute notation chiffrée, suffit à différencier ce texte d’un relevé architectural moderne. Néanmoins, il nous a paru intéressant de suivre en un premier temps le cheminement de l’auteur, expert ou huissier, dressant un « état des lieux » (I. 17). Nous pourrons ainsi, d’une part nous faire une idée générale des circulations dans le bâtiment ; d’autre part saisir le système de valeurs retenu à l’époque pour l’évaluation du prix d’une construction.

246En fait, il s’agit bien d’un état des lieux comme pourrait en établir un huissier contemporain, décrivant les pièces dans l’ordre où il les visite sans souci de présentation globale du plan. D’où les difficultés que nous rencontrerons pour la reconstitution. De plus, l’auteur se contente bien souvent de simples appréciations qualificatives en des termes qui semblent aujourd’hui singulièrement vagues. Ainsi parle-t-on d’un işţabl « petit » (laţîf) ou d’une façade « continue » (dâ’ira). Nous supposons que ces termes étaient clairs pour un lecteur de l’époque. Mais encore n’est-ce pas absolument sûr.

Fig. 1 – Le site

247Tel quel, le texte nous indique un itinéraire interrompu par la description des éléments du bâtiment. Nous suivons d’abord l’auteur en tendant, par le schéma ci-après, de résumer ce parcours. Nous relèverons ensuite ce qui lui est apparu comme essentiel dans la description du bâtiment.

248Logiquement entré par la porte principale (qu’il décrit amplement), et signalant seulement l’existence d’une seconde porte, l’huissier pénètre dans une sorte de vestibule (darkâh) dont il ouvre une à une les portes, après en avoir sommairement décrit le décor (I. 19). La première porte s’ouvre sur une petite pièce nommée işţabl, sans autre précision. Dans cette pièce, il y a un escalier que l’auteur gravit pour déboucher sur un niveau appelé ţabaqa (I. 21), pièce à îwân éclairée par des fenêtres. L’auteur y signale aussi l’existence de latrines (I. 24). Ce niveau est sans communications avec le reste du bâtiment puisqu’il nous faut redescendre dans la darkâh (I. 24) pour trouver une seconde porte qui débouche elle aussi sur un escalier descendant et aboutissant à une cave (I. 25), puis à des communs (I. 27). C’est alors que nous comprenons que ce « sous-sol » n’en est pas réellement un, puisque l’on débouche sur une belle salle, largement éclairée et ouverte sur l’étang : le qîţûn (I. 28- 30). De là, on remonte au niveau du rez-de-chaussée pour se retrouver dans la qâˋa, la salle la plus somptueuse. L’auteur lui consacre un long passage (I. 33-57). Il en décrit les éléments décoratifs, précise le nombre des fenêtres aux vitraux colorés, signale l’existence de motifs sculptés, détaille la qualité du décor des portes. De plus, il met en place toutes les circulations qui s’ordonnent autour de la qâˋa, et, dans les décrochements en hauteur, les loges auxquelles on accède par un petit escalier (I. 58).

249Ayant largement détaillé cet ensemble, il n’emprunte pas d’escalier intérieur, mais ressort dans la rue et rentre par la seconde porte (signalée dès le début). Celle-ci, légèrement excentrée, est précédée et suivie de quelques marches donnant accès à l’étage proprement dit (indépendant du niveau de la tabaqa vu précédemment et des petites réserves de la qâˋa). Cet étage commence par une antichambre (fasḩa), une pièce de distribution à partir de laquelle l’auteur décrit l’ensemble du niveau. Ainsi trouve-t-on des latrines, une petite réserve, et ainsi l’arrivée de la cage d’escalier principale qui de l’intérieur permet seule de rejoindre la qâˋa puis le qîţûn. Puis l’auteur s’attarde sur la pièce principale de l’étage, le riwâq (nom porté aussi par l’ensemble de l’étage). Là encore, on décrit le décor, la qualité de l’architecture, l’existence d’un plafond à caissons (I. 70) et d’un lanterneau (I. 71). Néanmoins, l’ensemble n’est pas totalement coupé du reste de la maison puisque – en plus de l’escalier intérieur – on peut passer du riwâq à une loggia (aghânî) qui surplombe la grande qâˋa (I. 72).

250On le voit, une telle maison ne correspond certes pas à notre vision des successions d’étages, d’où l’extrême complexité de la description. Aussi, avons-nous tenté de schématiser le parcours suivi par le notaire dans le tableau suivant (fig. 2).

4.2.2 – La démarche

251La difficulté du déchiffrement ne signifie pas absence de méthode de la part de l’auteur du texte. Nous allons sous réserve de vérifications sur d’autres textes – tenter de la préciser. Il nous paraît clair par exemple que la description s’opère à partir de deux centres de distribution : darkâh du rez-de-chaussée et fasḩa de l’étage. A partir de chacun de ces deux points sont mises en évidence les diverses relations existantes, ce qui évite les répétitions. Très systématiquement, chaque élément est décrit en évitant de passer de l’un à l’autre. Ainsi, ressort-on à l’extérieur pour décrire le riwâq, alors qu’on eût pu passer par l’escalier intérieur. De même, l’existence d’une liaison entre le qîţûn et la qâˋa est signalée, mais la description débute par cette dernière en repartant de la porte de la darkâh.

252Cela, en échange, complique les choses. Ainsi, le même escalier (nous le montrerons) est signalé (I. 31, 57 et 65) sans précision, et sans qu’il soit immédiatement possible de comprendre qu’il s’agit d’un même élément. On le voit par cet exemple : il nous faut suivre attentivement la méthode utilisée pour tenter une reconstitution. Nous avons tenté de clarifier ce point par les schémas suivants (fig. 3 et 4).

Fig. 2 – Analyse de l’itinéraire suivi et des points soulignés par l’auteur de l’acte

Fig. 3 – Distribution d’espaces du rez-de-chaussée

Fig. 4 – Distribution d’espaces du premier étage

253APPREHENSION DES VOLUMES : une fois comprise la façon dont a procédé l’auteur, il faut s’arrêter de nouveau sur la façon étonnante pour nous dont sont saisies et rendues les dimensions du bâtiment. Comme nous l’avons dit, il n’y a pas de mesure. Il s’agit plus d’une appréhension globale des volumes, que d’un travail de géomètre. Signalons-le, car ce fait qui semble commun à tous les waqfs, du moins à tous ceux que nous avons pu consulter, impose, lors de la restitution architecturale, un travail délicat de déduction. Dire d’un işţabl (écurie ?) qu’il est « petit » (laţîf), c’est simplement préciser qu’il est plus petit que ceux que l’on a – alors – l’habitude de rencontrer. A l’inverse, on se contente de dire de la qâˋa qu’elle est « la plus grande » de la maison (al-kubrâ). Un dernier exemple peut être donné avec la façade dite continue (dâ’ira). On ne doit pas trop s’étonner de cette imprécision. Les actes sont des états des lieux et il serait intéressant de saisir s’il existait par ailleurs un système de mesures utilisé par les architectes et les hommes du bâtiment, mais cette question déborde le cadre de ce travail.

254L’ORDRE DES VALEURS : pour compléter notre commentaire direct du document de waqf, nous pouvons chercher à saisir, à partir de l’ensemble des descriptions, ce à quoi l’auteur attachait de l’importance. Nous ne pourrons pas – là encore – en tirer de conclusion formelle, mais cela nous permettra de mieux saisir ce qui avait de la valeur à l’époque. Ceci n’est d’ailleurs pas éloigné de notre problème de reconstitution, car cela seul nous permettra de rendre clairs les espaces réellement dominants. Il est évident que l’on a donné plus de place à la qualité des décors qu’aux pièces du bâtiment. A la simple lecture du waqf, on peut savoir quelle était la pierre utilisée pour la porte principale, et quel était le bois des vantaux. Mais certains aspects de la maison sont par contre totalement négligés : le corridor qui conduit à la qâˋa (dihlîz) n’est pas décrit, la cuisine est seulement signalée, aucun système de canalisation n’est étudié. La précision n’est très grande que pour les divers matériaux utilisés dans le décor des grandes pièces (en particulier le bois). Ainsi, rien que pour les plafonds, utilise-t-on divers termes techniques dont parfois la signification s’est quelque peu perdue aujourd’hui (I. 23, 32, 52, 60, 70). On précise même la qualité de la peinture utilisée. A l’inverse, on se contente parfois de préciser que le travail est « simple » (basţ) ou « grossier » (ghashîm).

255On le voit, l’évaluation matérielle de la maison est ici plus proche d’un contrat de location que d’un contrat de vente, lequel devrait se préoccuper à nos yeux plus de l’état global du bâtiment que de son décor – modifiable Ceci constitue un avantage pour l’architecte qui pourra ainsi tenter un travail assez précis de restitution, au moins pour certaines parties du bâtiment.

4.3 – Restitution architecturale

256Nous n’avons pas épuisé, on s’en doute, par un simple commentaire général toutes les richesses implicites contenues dans notre acte de waqf. Mais le travail d’élaboration auquel nous devons maintenant nous livrer est d’un autre ordre. Nous allons tenter de restituer une description d’un point de vue architecturale et non plus du point de vue d’une estimation immobilière. Pour cela, nous devrons compléter l’analyse du texte en faisant appel à des données extérieures au texte (n. 9). Des schémas permettront de visualiser la construction. Notre démarche sera celle d’un plan d’architecture normal : plan d’ensemble et distributions, sous-sol et rez-de-chaussée, niveau inférieur, étage. Nous étudierons à part le cas de la ţabaqa.

Fig. 5 – Plan général

Fig. 6 – Coupe A-A’

4.3.1 – Plan d’ensemble

  • 12 Cf. M. Zakaria, Typologie de l’habitat dans le Caire médiéval, article cité.

257Si l’on considère, tout d’abord, l’ensemble de l’assise au sol du bâtiment, on s’aperçoit qu’il a été adapté à un terrain en déclivité. L’assise comprend, en effet, à la fois le niveau du rez-de-chaussée et celui du « sous-sol ». En plan, les deux niveaux se superposent de manière à couvrir la profondeur totale du terrain : d’un côté le qîţûn, de l’autre l’işţabl sont de plain-pied : le premier avec l’étang, l’autre avec la rue12.

  • 13 Le calcul a été effectué à partir des largeurs usuelles des fenêtres, et en fonction des éléments (...)

258Cet ensemble se structure autour de deux pièces principales dont les niveaux sont différents : la qâˋa et le qîţûn. C’est autour d’elles que s’implantent les éléments plus petits, tels que cuisine, latrines, dihlîz ou işţabl. Dans les deux cas, la façade des éléments principaux donne sur l’étang. Pour la qâˋa, il s’agit des trois grandes fenêtres situées dans le mur extérieur de l’îwân (donc, sur la largeur de la pièce), la quatrième fenêtre étant située sur le côté. Pour le qîţûn, il ouvre sur l’étendue d’eau par quatre grandes fenêtres qu’on suppose être dans la longueur. Par conséquent, l’işţabl et la cave, doivent se situer dans l’axe de la rue. La cave doit être située ainsi, car c’est elle – on va le voir – qui est couverte – à l’étage – par le riwâq. D’après l’ensemble de l’analyse (nous ne pouvons ici que renvoyer à ce qui suit) nous pouvons émettre l’hypothèse que la longueur des façades atteint environ 17 mètres13. Nous aboutissons ainsi pour l’ensemble des niveaux au sol à la figure ci- jointe (v. fig. 5).

259Si l’on considère maintenant l’ensemble non en plan mais en élévation, on peut faire comprendre comment se constitue la liaison des volumes : la qâˋa couvre la hauteur totale de l’immeuble (puisqu’elle est surmontée d’un kushk). A côté, se trouve le riwâq surmontant la cave et, peut-être le qîţûn dont la hauteur dépasse légèrement celle du rez-de-chaussée. On obtient donc une imbrication de volumes très complexe aujourd’hui pour nous. Dans la longueur du bâtiment, deux niveaux au sol : l’un enterré et soutenant l’étage, l’autre de plain-pied et couvrant la hauteur totale. Dans la profondeur du bâtiment, l’étage s’appuie sur la surface totale de la cave et des cuisines (mettons pour l’instant à part le qîţûn), tandis que la ţabaqa surmonte l’işţabl. L’une sur l’autre, ces deux pièces couvrent la hauteur totale de la qâˋa. Enfin, les « réserves » découpent encore des espaces intermédiaires (v. fig. 6).

260Au total, l’ensemble du bâtiment s’organise autour de trois pièces essentielles situées sur trois niveaux différents, le qîţûn, la qâˋa et le riwâq. Le qîţûn nous pose un problème car il est haut – occupant un étage et demi – et ne semble pas pouvoir supporter le riwâq, puisqu’il dispose d’une toiture de bois (kushk). Le riwâq aurait donc sa superficie limitée à celle des communs et de la cave et cela ferait du qîţûn une sorte d’élément presque indépendant du reste du bâtiment. Mais nous ne pouvons bien sûr pas l’affirmer absolument. Pour ce qui est par contre de la qâˋa ou du riwâq, leur structure ne pose semble-t-il pas de problème.

261Autour de ces éléments maîtres, s’implantent des éléments secondaires. Leur organisation est d’autant plus complexe à saisir que ces espaces réduits ne sont parfois qu’une simple utilisation de l’épaisseur des murs du rez-de-chaussée.

262On peut, néanmoins, restituer maintenant l’ensemble du système d’articulation du bâtiment. Rappelons qu’il y a trois accès extérieurs : un du côté de l’étang (par le qîţûn) et deux sur khaţţ al-Fahhâdîn. Aucun accès par une ruelle secondaire n’est mentionné. L’accès principal ouvre sur le niveau de la qâˋa. L’accès secondaire permet de pénétrer directement de l’extérieur au niveau du riwâq par l’intermédiaire d’un escalier. A l’intérieur de la maison, une cage d’escalier principale relie les diverses parties : communs, qâˋa, riwâq, terrasses. Un second escalier lie l’işţabl et la ţabaqa.

263Ce système de communications en hauteur est doublé en plan par les salles de distribution : dihlîz précédant laˋa ; dihlîz des communs (situé après la cave et desservant les cuisines et les latrines d’une part, le qîţûn de l’autre) ; dihlîz de la ţabaqa (ayant pour seule fonction de desservir les latrines) ; et enfin à l’étage, la fasḩa dont la fonction est identique. Le dihlîz – signalons-le – nous paraît donc être aussi bien un espace central de distribution qu’une simple annexe ou corridor.

  • 14 M. Zakaria, Le rab ˋ de Tabbâna (art. cité).
  • 15 Les ouvertures du qîţûn ne peuvent que faire penser à celles du Maqˋad de Qâyt-bây au désert, cf. (...)
  • 16 On peut imaginer la longueur du riwâq et celles des murs maîtres, grâce au nombre de ţâqât qui don (...)

264Il nous reste à préciser – pour compléter cette première étude d’ensemble – que, si nous avons pu situer avec une certaine précision les diverses pièces, c’est en grande partie grâce à l’étude des indications données par les fenêtres. Nous avons signalé – chemin faisant – les conclusions que l’on devait tirer de l’existence des lanterneaux (qui nous fixent déjà sur l’existence ou l’absence de structures supérieures). Pour ce qui est des ouvertures en façade, leur nombre peut permettre d’évaluer grossièrement les longueurs. Ainsi, nous décrit-on (I. 22) les modes d’ouverture utilisés pour la ţabaqa trois ţâqât surmontées de trois autres (v. fig. 7). C’est là une méthode identique à celle utilisée pour le riwâq des rabʽ de la même époque14. Or, nous en connaissons les dimensions – qui semblent à peu près fixes : 55 cm de large et 150 de haut environ (dimensions qui permettent un bon éclairage et une certaine discrétion). De même, signale-t-on aussi le nombre d’ouvertures du qîţûn (quatre grandes fenêtres fermées de grillage en fer). Or, là encore, nous disposons de moyens de comparaison15 (fig. 8). Mêmes remarques pour la qâˋa : quatre fenêtres de bois tourné dont une sur le côté (fig. 8), dominées par des oculi. Leur longueur correspond ici à celle obtenue pour la ţabaqa. Et on peut enfin établir le même calcul pour ce qui est du riwâq qui – lui – comporte six ţâqât surmontées d’oculi16 (v. fig. 7). Cet ensemble permet donc de grossières mesures, et une certaine précision dans l’orientation des pièces (ainsi est-il précisé que l’orientation des fenêtres de la qâˋa est baḩrî).

4.3.2 – Niveau de la qâˋa (v. fig. 9)

265La structure globale du bâtiment étant maintenant claire, on peut tenter d’en proposer une analyse plus détaillée.

  • 17 Aucun élément concernant l’entretien des chevaux (mentionné d’habitude par les waqfs), n’est menti (...)

266Le niveau de laˋa, comprend, outre cette pièce, la darkâh (dont on ne nous dit rien qui permette d’établir une quelconque restitution), un escalier à gauche en entrant, et – à droite – l’işţabl (v. fig. 9). Face à l’entrée, le corridor conduit à la grande qâˋa. L’existence d’une porte flanquée de deux banquettes à l’entrée du dihlîz de laˋa laisse à penser que la darkâh était assez spacieuse et permettait un certain recul. En ce qui concerne l’işţabl, elle semble avoir occupé un espace réduit (laţîf). Néanmoins – si l’on oublie le sens habituel du mot et qu’on considère cette pièce obscure comme une sorte de réserve17, elle nous apparaît alors d’une taille relativement importante et correspondant à celle de la ţabaqa. Il y a donc ici évidemment un problème dû à la dénomination même de la pièce, problème sur lequel nous devrons revenir. La hauteur de cette partie n’était certainement pas très grande, puisque – nous le savons par ailleurs – la tabaqa couvrait la plus grande part de la façade, en élévation ; en effet, elle contient six fenêtres – trois surmontées de trois autres – au-dessous desquelles se trouvent trois ţâqa.

267C’est bien sûr pour la qâˋa que nous avons le plus de détails. Bien que l’entrée du dihlîz menant à la ˋa se situe dans l’axe central de l’entrée, nous pensons pouvoir affirmer que l’accès à la ˋa n’est pas direct mais forme un coude ou même une chicane. En effet, le dihlîz débouche latéralement à laˋa.

268Celle-ci se compose de deux îwân et d’une dûrqâˋa. Les ouvertures donnent, par le mur extérieur du grand îwân, sur l’étang. Le grand îwân comporte deux défoncements dont le surélèvement forme deux banquettes dites martaba. Dans une des martaba une fenêtre donne sur la Birka. Une ouverture horizontale existe au plafond d’une des martaba, bouche d’aération appelée « bâdhâhandj ».

269Le mur principal du petit iwan est orné d’une fontaine murale dite « shâdrawân ». Deux loggias (aghânî) fermées par un panneau de bois tourné, donnent sur cet îwân. Leur niveau est exactement celui du riwâq. Entre les deux îwân, on trouve la dûrqâˋa au sol dallé, au centre de laquelle est placée une fontaine de marbre. De ce point, on peut soit rejoindre le dihlîz, soit descendre vers les communs, soit encore aller vers les latrines réservées à l’usage de la qâˋa. On peut enfin accéder directement à l’un des aghânî, par une petite porte qui ouvre sur un escalier indépendant. On reviendra plus loin sur les détails du décor.

Fig.7 – Façade donnant sur Khaţţ al Fahhâdîn

Fig. 8 – Façade Qiblî donnant sur l’étang

Fig. 9 – Plan de la Qâˋa

4.3.3 – Niveau du qîţûn (v. fig. 10)

270Si l’on considère maintenant le niveau que nous avions d’abord appelé « sous-sol », on peut encore apporter certaines précisions. L’ensemble de ce niveau n’est – on le comprend maintenant – ouvert que sur la birka. Les trois autres limites sont des murs sans ouvertures qui ne sont pas autant sous le niveau du sol. En effet, l’un (pour lequel rien n’est précisé) sert de limite à la maison ; un second (celui de la cave) jouxte la rue de khaţţ al-Fahhâdîn ; il n’est qu’en partie sous le niveau du sol, mais n’en est pas moins aveugle. Le dernier quant à lui sépare les cuisines du dihlîz (situé à mi- hauteur) qui conduit à la qâˋa. Au total, cette partie nous semble devoir occuper à peu près la moitié de la superficie au sol de la maison soit 16 m de large sur près de 20 m de long.

271Le calcul de la longueur (entre la birkat et la rue) a été établi d’après les dimensions de la qâˋa (calcul lui-même établi d’après les longueurs de façade et le rapport habituel volumétrique de ce type de pièce) et celles de l’işţabl.

  • 18 Cf. Revault-Maury (op. cit.).

272Aucun détail ne nous est fourni sur la cave (qui ne semble pas disposer d’aération indépendante). La cuisine elle-même est sommairement signalée. Néanmoins, d’une part elle est couverte de voûtes, d’autre part elle occupe avec la cave une surface égale à celle de l’étage. L’emploi de la voûte s’explique par le besoin d’une structure solide pour supporter la superstructure. D’autre part, en hauteur, la cuisine doit être haute de plafond, puisque son niveau au sol est celui de la birka et que le niveau qu’elle soutient est celui où se trouvent les aghânî et la qâˋa. Ceci dit, aucune ouverture d’aération n’est signalée. Il nous semble pourtant probable – par comparaison avec les études faites par ailleurs18 – qu’un puits d’aération existait dans la cage d’escalier jouxtant la cuisine (v. fig. 11).

273La pièce essentielle ici encore est le qîţûn qui occupe sans doute une surface assez importante du moins si l’on tient compte de la longueur des pièces évaluée d’après les fenêtres (six ţâqât). Le sol de cette pièce est couvert de marbre, et sur les côtés, on trouve deux martaba. Il existe aussi dans cette pièce une fontaine murale (inachevée, précise le waqf). Le plafond est – on l’a vu – percé d’un lanterneau. L’évaluation en hauteur des ouvertures, et l’existence du kushk nous ont permis d’affirmer que la hauteur de cette pièce dépassait certainement les 3 m d’un étage et qu’aucun élément ne s’y superposait. Le qîţûn constitue donc – et surtout vu de l’extérieur côté étang – un élément indépendant.

274Le texte nous donne une dernière précision concernant l’existence d’une petite pièce annexe au qîţûn. Cette chambre sans ouverture doit se situer sans doute du côté aveugle du mur contigu, à une autre propriété.

4.3.4 – Niveau du riwâq (v. fig. 11)

275En passant du qîţûn aux communs, on pouvait certainement, par l’escalier principal, rejoindre en quelques marches la qâˋa et de là, atteindre le premier étage aux éléments décrits plus haut. Nous savons maintenant que cet étage occupait la superficie de la cuisine, de la cave, du dihlîz des communs. Grâce à des encorbellements, la superficie s’étendait encore quelque peu sur la rue.

276L’escalier débouchait sur une pièce de distribution de hauteur sans doute réduite. D’après le texte, l’escalier se continuait – jusqu’à la terrasse mais ouvrait d’abord sur une petite pièce à mi- étage appelée aussi ţabaqa. Le riwâq occupait donc toute la hauteur de l’étage, comprise entre le plafond des cuisines et le haut de la qâˋa, tandis que les autres pièces se superposaient en hauteur (v. fig. 12). Comme on le voit l’imbrication des volumes est très poussée. Précisons enfin que toutes les ouvertures de cet étage donnaient sur le kaţţ al-Fahhâdîn.

Fig. 10 – Plan sous-sol (qîtûn)

Fig. 11 – Plan de l’étage (niveau du riwâq)

Fig. 12 – Plan supposé de la Ţabaqa

  • 19 On pourrait sans doute se servir aussi de ce que l’on sait des dimensions des pierres qui exigent (...)

277Le riwâq lui-même, s’inscrit logiquement dans cet ensemble (v. fig. 6-11). C’est la pièce qui occupe le plus d’espace. Elle comprend une dûrqâˋa et un îwân, lequel donne par des ouvertures étroites (ţâqât) sur la rue ; ces ouvertures – on l’a vu (v. fig. 7) – nous permettent de mesurer le riwâq (centre 6,5 m et 7 m de large). On pourrait peut-être aller plus loin encore, mais nous ne disposons pas – pour le moment – d’assez de certitudes en ce domaine19. Quant à l’existence d’un lanterneau, elle permet ici aussi d’induire que le plafond de ce riwâq ne soutient que les terrasses. Rappelons enfin que cet étage dans son ensemble, est évidemment lié aux autres et ne peut être dissocié de la pièce centrale, car il donne accès à une des loggias (aghânî) qui surplombent la qâˋa.

4.3.5 – La ţabaqa (v. fig. 6)

278La ţabaqa principale est le seul élément qui nous paraît irrréductiblement isolé du reste du bâtiment (v. I. 21-23). Nous l’avons vu, on ne peut atteindre cette pièce que par un petit escalier. D’après notre système de mesure (v. n. 11 à 13), et par comparaison avec les diverses études déjà menées, nous pouvons considérer qu’il s’agit d’une pièce assez élevée (pas moins de 4,5 m de haut et d’au moins 6 m de large).

279Le texte n’en dit pas plus. Nous tâcherons plus loin de nous interroger sur la signification sociale de cette partie de la maison, aussi bien que sur l’ensemble du bâtiment. Sous réserve d’erreur, nous sommes maintenant parvenus à restituer globalement l’image de l’immeuble acheté par Qâyt-bây.

4.4 – Les matériaux

280Il ne peut y avoir d’étude architecturale sans analyse des matériaux employés. Nous avons tenté de reconstituer l’ensemble de la construction. Sans doute une plus grande expérience dans ce genre d’étude, permettrait de restituer des détails plus techniques. Néanmoins, le texte dont nous disposons ici, nous permet déjà de retenir certains des aspects essentiels, et le notaire, s’étant beaucoup attardé sur des détails de décor, nous permet d’en tirer des aspects sans doute valables pour bien d’autres constructions. Mais, il est vrai également qu’un certain nombre d’hypothèses n’aurait pu être formulées sans la comparaison avec les études déjà menées au Caire. Trois points essentiels nous semblent à dégager : les matériaux d’édification, les matériaux de superposition (planchers-plafonds), les types de décor.

4.4. 1 – Matériaux d’édification

281Nous reviendrons dans les conclusions générales de notre étude sur les différentes techniques utilisées. Ici le texte ne nous signale que la pierre (v. I. 17-34) comme matériel de construction. On l’utilise dans les murs maîtres, ainsi que les murs de séparation. Même si le système de la voûte (v. I. 27) revient à créer de véritables piliers, il n’en demeure pas moins que l’ensemble du bâtiment apparaît comme une succession et un enchevêtrement de cellules. Une telle technique, permettant des variations en volume plus grandes que celle de la simple superposition des plans – avait comme contrepartie technique non négligeable, la solidité nécessaire des murs.

  • 20 Cette précision n’est pas donnée par le texte, mais on la retrouve dans tous les sites historiques (...)
  • 21 Cf. Revault-Maury (op. cit.), Palais de Alîn Ak.

282Mais cela ne signifie pas un usage exclusif. Nous savons par ailleurs que la brique est presque toujours employée pour les murs de répartition et les cloisons. De plus, les murs en pierre de taille, sont le plus souvent remplis de déchets de briques et de cailloux qui permettent de créer une assise plus large, tout en évitant la dépense de la taille des deux faces d’une pierre. En effet, ces murs sont construits sur deux rangées de pierre de 30 cm, entre lesquelles on a un remplissage20. L’extérieur est donc taillé, tandis que la face intérieure est grossière. Dans tous les cas, on obtient un mur maître qui à la base, ne peut avoir moins de 90 cm et qui diminue au fur et à mesure que l’on s’élève. Cette technique nous est connue avant même le xve21 (v. photo). Dans le cas de notre bâtiment, les murs de pierre devaient non seulement couvrir les quatre côtés de la construction, mais encore, former le mur séparant cave (ou cuisine) et dihlîz, qui soutenait les voûtes du riwâq. On peut aussi supposer que le mur intérieur de la qâˋa était – vu la grande hauteur à soutenir – en pierre.

Matériaux d’édification

4.4.2 – Matériaux de superposition

283Nous avons dénommé ainsi les planchers et les plafonds. Ici, la méthode varie évidemment selon l’importance relative de chaque élément et selon la structure de la construction. Nous n’avons qu’un seul exemple de voûte de pierre (et brique) : c’est celui de la cave et de la cuisine. L’usage de la voûte pour ces parties, s’explique par l’existence d’un étage important au-dessus (puisque d’évidence, une grande pression est exercée sur ce plafond), mais aussi parce que c’était alors le système le moins coûteux et le plus solide pour couvrir de grandes surfaces.

  • 22 Cette méthode de plafonnage n’a pas été retrouvée, malgré nos recherches, chez les artisans.
  • 23 Technique ḩawḑ et fisqiyya, qui crée des défoncements et des avancées dues aux solives.

284Toutes les autres pièces sont couvertes de bois. Il s’agit de plafonds plats, plus ou moins travaillés. Le bois utilisé est toujours du naqî. On peut discerner, dans notre construction, trois types de travail : d’une part le plafond de simples solives, sans précision, comme pour la darkâh (pour laquelle aucune décoration n’est précisée) ; d’autre part, le plafond de poutres de taille moyennes et irrégulières, dit « grossier » (comme pour l’işţabl) ; enfin le plafond très travaillé pour lequel diverses techniques sont possibles comme on le voit dans la qâˋa. Des détails ne nous sont donnés que pour les grandes salles. Le plafond du qîţûn est fait de grandes poutres avec au centre un lanterneau de bois. Entre les poutres, les planches devaient former une décoration relativement simple, puisqu’on n’a pas jugé bon de s’y attarder. Tel n’est pas le cas de la qâˋa. L’îwân principal, qui est le plus élevé, est dit « alexandrin », ce qui nous semble être un plafond de bois décoré de peintures22. (v. G). Le plafond du petit îwân est fait de poutres apparentes et travaillées entre lesquelles sont insérés de véritables caissons23 (v. ḩawḑ wa fisqiya). Au centre de la dûrqâˋa, on retrouve un lanterneau. Ces diverses techniques se retrouvent dans le cas du riwâq.

285Enfin, les lanterneaux sont eux-mêmes faits de bois. Il s’agit ici de la baklûliya sorte de coupole hémisphérique surélevée par une balustrade. Ces lanterneaux accentuaient encore l’impression de verticalité dans des pièces déjà hautes et permettaient une bonne aération.

4.4.3 – Décoration

286Nous sommes conduits par l’étude de ces éléments à celle du décor. La méticulosité de notre notaire nous y aide. Nous classons ici l’ensemble des techniques décoratives selon le type de matériaux utilisés : le bois, le marbre et la pierre.

  • 24 Les clous sont dits shaykhûnî.
  • 25 Palais Suḩaimy et Djamâl Al-Dîn Dhahabî, Revault-Maury (op. cit.) et le Maqʽad al Ghûrî.

287LE BOIS : parallèlement à son rôle de structure support, le bois est utilisé comme élément décoratif. Il apparaît peu dans la porte principale, puisqu’il est totalement recouvert de gros clous de fer24 constituant à la fois une ornementation et un véritable blindage. On trouve encore ce type de travail dans des maisons du Caire datant du xviie siècle25. Les portes intérieures par contre sont très travaillées, le plus souvent en incrustations d’ivoire et d’ébène, notamment la porte principale de la qâˋa, les vantaux des placards. Le cadre d’une fenêtre dans le défoncement du grand îwân est également d’un travail très soigné. Les défoncements du grand îwân, les défoncements des martaba, donnant de part et d’autre sur le grand îwân de la qâˋa, sont ornés dans leur partie supérieure d’un revêtement en bois, en forme de stalactites.

288L’encadrement de l’îwân, donnant sur la dûrqâˋa est un décor de bois dit « kurdî » (v. G) recouvrant partiellement l’extrémité de chaque côté de l’îwân, ainsi que son plafond. Les martaba sont encadrées de la même façon ; le kurdî est aussi orné de stalactites et peint azur et or. Ce type de décor peint sur bois se trouve encore dans la corniche qui fait le tour du grand îwân, avec des écoinçons aux angles.

  • 26 Technique dite Kharţ,, cf. Muşţafa Nadjîb (op. cit.), tiré à part de la revue de la Faculté d’Arch (...)

289Le bois se retrouve enfin dans deux techniques signalées ici par le texte : le bois assemblé (ḑarbkhayţ) (v. G) que l’on retrouve dans les parties inférieures du aghani et dans les panneaux verticaux d’une fenêtre de la qâˋa, et le bois tourné, utilisé dans les balustrades et les fenêtres. La première technique consiste dans le travail de lames de bois qui, assemblées, forment des dessins géométriques. La seconde technique est simplement décrite par le mot mâmûniya (v. G). Il s’agit là, bien sûr, de la technique encore très connue et restée usuelle dans la confection du moucharabieh par exemple26.

  • 27 M. Zakaria, in Hommages Sauneron, Construction du Mihrab (op. cit.).
  • 28 Technique dite « Khurda ».

290LE MARBRE : outre le bois, le texte nous signale encore le marbre, très utilisé à l’époque dans toutes les décorations27. On le trouve d’abord dans le dallage du dihlîz et de la qâˋa. Le pavement de cette dernière est particulièrement soigné, puisqu’il utilise du marbre de diverses couleurs. Dans la qâˋa, le mur est en partie recouvert du même matériau. Souvent, il s’agit de décors géométriques composés de losanges, rectangles ou triangles de marbre divers28. On nous signale l’existence de formes variées dans les deux îwân et la dûrqâˋa et même l’emploi de marbre dans les latrines attenantes à la qâˋa. Il est néanmoins remarquable que dans le reste de la maison, outre cet ensemble, le qîţûn seul soit dallé de marbre. Ni au premier étage, ni dans aucun autre élément, il n’est fait mention de ce type de matériau. On signalera plus loin ce que l’on peut en déduire. Cet usage limité du marbre est encore vérifié par la présence de trois fontaines de marbre uniquement dans ces deux parties de la maison. Un shâdrawân (fontaine murale), qui orne le mur aveugle du petit îwân, est fait de marbre Samâqî (v. I. 47) encadré par deux colonnes adossées, en marbre d’une autre couleur. Au centre de la dûrqâˋâ, on trouve une fontaine indépendante, mais aucun détail ne nous est fourni sur elle. Enfin, un autre shâdrawân, non achevé, est signalé dans le qîţûn. Le marbre, on le voit, n’est donc utilisé que dans ces deux ensembles : la qâˋa et le qîţûn.

291LA PIERRE : un dernier matériau utilisé dans la décoration est la pierre. Elle nous est signalée pour l’arc surmontant la porte principale. Il s’agit de claveaux en pierres rouges et blanches alternées. Elle est aussi signalée pour les stalactites (I. 34) muqarnaş (v. G) de pierre qui surmontent la porte extérieure de la qâˋa (fait qui confirme ce que nous disions sur l’existence d’un mur maître intérieur lui-même en pierre). Au total, on le voit, les décors utilisés sont riches et nombreux. Si l’auteur y a attaché une telle importance, ce n’est certainement pas uniquement par goût de la précision, mais parce que ces éléments décoratifs entraient pour une grande part dans l’estimation de la valeur d’un immeuble. Sans aucun doute, la décoration est ici la marque d’une demeure riche.

QUELQUES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION

  • 29 Cf. Revault-Maury (op. cit.).

292ENCORBELLEMENTS : deux derniers points nous sont signalés que nous avons préféré situer à part dans notre analyse : l’encorbellement du riwâq donnant sur la rue de khaţţ al-Fahhâdîn et la qualité des terrasses. Sur le premier point, le texte est très concis. Contrairement à ce que l’on peut trouver dans le palais de Qâyt-bây à Ḩârat al-Mârdânî29, rien ne nous prouve ici qu’il surmontait la porte principale. Ceci tendrait à vérifier nos analyses de reconstitution. Concernant le matériel utilisé, rien ne nous est malheureusement indiqué, et nous en sommes contraints à des conjonctures fondées sur des constructions ultérieures subsistantes.

293TERRASSES : par contre, le texte est relativement précis sur les terrasses (I. 66). Il signale une superposition de nattes de roseaux (ḩaşîra) (v. G) puis de briques et de boue du Nil. De fait, l’usage d’un mélange de boue et de paille, formant une couche isolante contre la chaleur de l’été et le froid de l’hiver, subsiste au Caire jusqu’à nos jours. L’ancienne méthode devait avoir recours non à la paille, mais aux roseaux sans doute plus résistants.

294Ainsi, après avoir tenté une restitution de cette maison, nous venons d’en montrer certains aspects de construction. On le voit, il ne s’agit que d’indications. Mais, l’essentiel nous semble y être : extrême solidité des infrastructures, recours importants au bois pour les couvrements, soins extrêmes apportés à la décoration de plusieurs pièces principales, recherches techniques dans l’isolation (terrasses) et l’aération (lanterneaux).

5-SYNTHESE DE L’ETUDE ARCHITECTURALE

5.1 – Analyse générale du bâtiment

295L’ensemble de l’analyse à laquelle nous venons de nous livrer, nous a permis d’une part de faire ressortir les éléments importants pour un expert en bâtiment de l’époque de Qâyt-bây, d’autre part de comparer cela à une restitution assez précise du bâtiment, tel que nous le concevons aujourd’hui. Il nous paraît possible, dans ces conditions, de commenter un peu plus « en profondeur » le bâtiment, c’est-à-dire d’en interpréter l’architecture et d’en restituer les fonctions principales. Mais, il va de soi qu’un tel travail ne peut être que fragmentaire et indicatif.

5.5.1 – Appréciation du bâtiment

  • 30 Cf. Mona Zakaria, Rabˋde Tabbâna (op. cit.). Le système de drainage y est largement étudié.

296Si l’auteur de la description s’est largement étendu sur les détails de la décoration, c’est sans doute qu’il fut frappé par la qualité du bâtiment et par la richesse du travail effectué. Après reconstitution – bien des indices nous le confirment – la porte principale offre beaucoup de ressemblances avec celles qu’on trouve encore au Caire, dans des demeures qu’on sait avoir été des palais. Une telle entrée, formée de deux arcades superposées (I. 18-19) (v. Gl. Bâb Muqanţar ph. I), avec une petite fenêtre grillagée en fer, est certainement la preuve de l’aisance des propriétaires. Il en va de même pour l’usage fait des claveaux blancs et rouges ou d’un seuil en granit, ainsi que pour les vantaux ornés de gros clous. A l’intérieur, l’usage du marbre, pour les revêtements des murs ou pour le dallage des sols a la même signification, et de même les fontaines réalisées avec trois qualités différentes de marbre. On peut interpréter de la même façon, la totalité du décor. Défoncements, encadrements (kurdî), peintures azur et or, tout met en évidence le fini du travail et sa qualité. Bien sûr, tous ces éléments sont concentrés autour de quelques salles, mais on peut tirer les mêmes conclusions de caractéristiques purement architecturales. Ainsi, l’existence des latrines, qui impliquent un système de drainage assez courant à l’époque et étudié par ailleurs30, n’en est pas moins une marque de la qualité et du confort de ces constructions ; pour ce seul bâtiment on peut en compter quatre.

297Bien sûr, on pourrait objecter l’absence, dans cette demeure, d’une cour à jardin. Nous pouvons néanmoins considérer que la birka tient le rôle d’une cour. En effet, l’usage de l’étang comme extension de la maison, est vérifié par l’existence d’une porte ouvrant directement sur l’étendue d’eau, et cela ne peut que nous rappeler le style des maisons qui entouraient la Birkat al-fîl.

298Nous voilà donc devant une maison riche, travaillée, maison de commerçants ou en tout cas de personnes aisées, non de mameluks, destinée à une vie quotidienne agréable, bon indice du niveau de vie d’une certaine classe sociale.

5.1.2 – Capacité de logement

299Nous disposons de bien peu de sources historiques ou d’archives, sur la vie quotidienne à cette époque, et tout particulièrement à l’intérieur des maisons. Cependant, l’étude de l’architecture nous amène à nous interroger sur les fonctions des différents éléments de la maison. Nous pouvons d’ores et déjà, avancer certaines constatations.

300Il ne nous semble pas que l’on se trouve devant un réaménagement d’un bâtiment destiné à l’origine à deux ou trois familles ; la structure de la construction, malgré l’escalier extérieur indépendant (qui aurait pu signifier l’existence de deux appartements), ne nous paraît pas s’y prêter. Effectivement, bien que chaque élément de la construction garde son unité, le lien entre les divers espaces nous semble évident. L’accès indépendant au riwâq ne peut s’expliquer que par la volonté de pouvoir isoler qîţûn et qâˋa d’une part et étage de l’autre. L’existence d’un « lien visuel » entre riwâq et qâˋa, au travers de la loggia, nous semble confirmer les liaisons existant entre les espaces. De plus, l’ensemble des communs ne peut que se situer au niveau du qîţûn. Un seul élément de la construction garde une indépendance à peu près complète, c’est la ţabaqa et son işţabl. Cela ne nous semble pas néanmoins suffisant pour affirmer l’habitation dans cette demeure d’une famille vraiment indépendante, d’autant que rien ne nous permet de dire que l’işţabl ait eu une fonction de réserve.

301Dans ces conditions, une telle maison a dû être construite pour une famille nombreuse, tabaqa et işţabl pouvant être réservés aux domestiques ou aux hôtes de passage. Le texte, qui nous indique trois frères héritiers de la maison, nous renforce dans cette opinion. On peut très bien considérer qu’ils aient pu vivre ensemble dans les divers espaces (en tenant compte des petites pièces annexées), même après leur mariage. Mais des familles vraiment différentes auraient difficilement pu cohabiter, le bâtiment impliquant évidemment une certaine communauté de vie.

5.1.3 – Hiérarchie des espaces

302Dans ces conditions, et si on admet notre analyse, il nous est possible de considérer maintenant la fonction réelle de chaque pièce. Nous avons déjà plus d’un élément de réponse, à commencer par cette évidence : l’existence de trois espaces dominants dans cette maison, s’organisant autour des trois grandes salles : la qâˋa, le qîţûn et le riwâq. Autour de ces noyaux, particulièrement élevés, s’organisent les espaces secondaires. Précisons ici, encore une fois, que ce n’est pas tant en plan qu’en hauteur et en volume que les espaces se différencient : tel est le cas des pièces secondaires, distribuées à partir des dihlîz ou de la fasḩa.

303Or, cette méthode de construction nous semble un bon miroir des habitudes sociales et une preuve de bonne adaptation de l’habitat aux conditions sociales de l’époque. Ainsi, la qâˋa est en liaison directe avec la rue. De même la cuisine, malgré l’escalier, reste facilement accessible de la rue encore qu’il soit impossible de voir directement ce qui s’y passe.

304Le qîţûn est en liaison directe avec la qâˋa et les communs. Par contre, on ne peut accéder au riwâq que par l’escalier puis par la salle de distribution de l’étage. Ceci, nous permet de discerner un double usage : l’usage public et l’usage privé.

305La partie privée nous paraît d’abord être le riwâq et les chambres attenantes ainsi que le demi- étage qui s’y superpose. La hauteur des chambres (moitié de celle du riwâq) est plus adaptée aux proportions de l’être humain que celle du riwâq. Les ouvertures donnant sur le riwâq et les chambres sont des ţâqât étroites et hautes rendant l’intérieur presque invisible de la rue. De même, la ţabaqa est ouverte par ces ţâqât sur la rue et on a tout lieu de penser qu’il s’agit aussi d’une pièce privée (et, du fait qu’elle est à l’écart de la maison, réservée aux hôtes de passage ou aux serviteurs). Le riwâq lui-même peut dès lors être considéré comme une salle de séjour privée, réservée aux habitants de la maison, ce qui ne signifie nullement l’existence d’un harem, nous le vérifierons dans le second texte.

306Le qîţûn pose un problème un peu particulier. Nous avons dit qu’il nous semblait avoir le rôle d’une manẓara. Il s’agit évidemment d’une grande salle de séjour largement ouverte sur la nature. Cet espace devait être utilisé pendant les soirées d’été et les matinées d’hiver, et l’existence de larges fenêtres (plus nombreuses que pour la qâˋa) nous semble le confirmer. L’utilisation de cette salle n’était certainement pas limitée aux seuls habitants de la maison, d’autant que les liens entre qîţûn et riwâq étaient assez réduits. Dans ces conditions, on pouvait y recevoir les visiteurs jouissant d’une certaine intimité.

307Mais il est certain que l’espace « public » essentiel est celui de la qâˋa. Malgré le décrochement de l’entrée dans cette pièce, elle est en liaison directe avec la rue. Il s’agit certainement d’une pièce consacrée aux visiteurs et utilisée les jours de fête. Ceci explique la richesse du décor sur laquelle nous nous sommes déjà étendus, l’existence des fontaines de marbre et la taille même de la pièce. Du point de vue architectural, des espaces intimes sont réservés dans cet immense espace par la création des îwân et des martaba. Une salle de même dimension sans îwân, n’aurait eu aucun charme, alors que la variation des volumes ménagée par ces espaces secondaires permet une adaptation remarquable aux proportions humaines. D’autre part, l’ouverture du lanterneau dans la dârqâˋa, permet de donner plus d’éclairage au petit îwân aveugle qui est, de plus, orné d’une belle fontaine murale.

308Il nous reste à revenir sur un problème : l’existence de l’işţabl. Nous ne lui avons donné aucune fonction précise. Le mot lui-même signifie une écurie. Ce fait est en soi possible. On trouve de telles écuries à l’intérieur même des maisons des mameluks. La ţabaqa serait alors réservée aux serviteurs. Mais, nous l’avons dit, il s’agit d’une maison de commerçants. Nous aurions donc deux interprétations possibles : soit il s’agit effectivement d’une écurie primitivement destinée aux mules des propriétaires, soit il s’agit d’une réserve destinée aux domestiques, et l’auteur – habitué aux demeures des émirs – fait ici une erreur d’interprétation ou de langage. Nous en sommes réduits ici à de simples hypothèses, car aucun élément ne permet de trancher la question.

CONCLUSION

309Un bâtiment comme celui que nous venons d’étudier, nous semble constituer un bon exemple d’une demeure de riches personnages, mais non d’un émir dans ses fonctions normales – au xve siècle. Elle correspond certainement au mode de vie d’une classe sociale aisée, proche de la classe gouvernante. Chaque espace construit, répondait à une fonction précise. D’autre part, l’architecture est ici respectueuse du terrain. On l’a vu, le bâtiment est réalisé sur un terrain en pente, le niveau de la birka étant évidemment plus bas que celui de la rue. Or, le fait de construire en utilisant les différences de niveau, implique de distribuer la pression exercée sur les grands murs maîtres et de la transmettre sur les côtés. A l’intérieur, l’architecte s’efforce encore d’adopter les volumes à l’usage de l’homme, comme le montre l’existence d’armoires dans les grandes salles, ou de martaba à l’intérieur des îwân. Enfin, l’absence de cour intérieure, qui permet d’aérer le centre d’une construction massive, est compensée par les trois lanterneaux qui, sans avoir le même usage qu’une cour, en assurent néanmoins la fonction essentielle.

310Réalisation sans doute non exceptionnelle, la maison de feu Shihâb al-Dîn, nous paraît une fois de plus prouver l’existence, au xve siècle, d’une école architecturale brillante. Le système de construction utilisé ici a laissé des traces aussi bien dans les palais que dans des constructions de rapport comme les rab’. Enfin, l’existence de telles demeures dans le quartier de la Birkat al-Fahhâdîn, laisse supposer la présence de constructions du même type, dans un quartier qui fut peut-être alors un des quartiers résidentiels du Caire.

Notes

1 Les waqfs de Qâyt-bây aux Archives de la Citadelle, au Ministère des Waqfs, cf. Mayer, The buildings of Qâyt-bây (op. cit.) et Waqf de la DASHISHA. Bibliothèque Nationale de Paris (op. cit.).

2 Voir texte arabe, I. 96 à 99.

3 .Un mot manque vers la fin de la ligne 42 (il ne figure pas dans le texte original).
.Le terme Kutubiya a été traduit littéralement par bibliothèque ; ce terme signifie armoire (aussi bien pour ranger la vaisselle que les livres).

4 Polychrome ou coloré

5 La traduction de cette ligne omet quelques termes désignant des éléments de décoration de marbre dont on n’a pas retrouvé le sens précis.

6 Maqrîzî, khiţaţ, t. I p. 376 et t. Il p. 36 (op. cit.)

7 Raymond-Wiet : Marchés du Caire (op. cit.).

8 Maqrîzî, t. Il p. 331 et Raymond-Wiet ; op. cit. p. 235 n° 44.

9 Waqf de khâyir bak, Archives Nationales n° 292 Mihfaẓa 44 (p. 15).

10 Qaysâriyyât, Şalâḩ al-Dîn ibn al-Maghribî ; Raymond-Wiet p. 235 (n° 44) ; Maqrîzî II p. 178, p. 198.

11 Maqrîzî II p. 61 – Raymond-Wiet (op. cit.) ; Ibn lyâs III p. 299.

12 Cf. M. Zakaria, Typologie de l’habitat dans le Caire médiéval, article cité.

13 Le calcul a été effectué à partir des largeurs usuelles des fenêtres, et en fonction des éléments qui se superposent. L’istable est situé au-dessous de la tabaqa où se trouvent trois petites fenêtres surmontées par trois autres. Celles-ci exigent une largeur de façade comparable à celle de la tabaqa classique du rab. D’autre part la darkah est limitée par deux grands portails dont un ouvre sur la façade et l’autre précède la qâ Ì a. Ils doivent être séparés l’un de l’autre par une distance appréciable : la surface de la darkâh est d’ailleurs semblable à celle de l’annexe du riwâq (hizana) qui la surmonte. La superficie de la cave (qabw) doit être calculée en fonction de celle du riwâq puisque les deux pièces (cave et riwâq) sont sur le même plan vertical. La longueur de la façade du riwâq dépend elle-même du nombre de ses ouvertures, Işţabl, darkâh et cave se succèdent sur la façade. L’işţabl a 6,20 x 6 m environ ; la darkâh 7 m x 4,5 environ, et la cave 12 m x 3 m.

14 M. Zakaria, Le rab ˋ de Tabbâna (art. cité).

15 Les ouvertures du qîţûn ne peuvent que faire penser à celles du Maqˋad de Qâyt-bây au désert, cf. Revault et Maury : Palais et maisons du Caire, t. III, pl. VIII (op. cit.).

16 On peut imaginer la longueur du riwâq et celles des murs maîtres, grâce au nombre de ţâqât qui donnent sur la rue : les ţâqât ont 55 cm de large et entre eux il y a un espace de 35 cm. Cela nous donne une largeur de 4,83 m ; on doit compter en plus 75 cm environ de chaque extrémité, ce qui donne environ 6,3 m.

17 Aucun élément concernant l’entretien des chevaux (mentionné d’habitude par les waqfs), n’est mentionné par notre texte, ce qui nous laisse supposer qu’il s’agissait d’une réserve.

18 Cf. Revault-Maury (op. cit.).

19 On pourrait sans doute se servir aussi de ce que l’on sait des dimensions des pierres qui exigent des mesures prises et qui pourraient permettre d’établir de véritables règles de reconstitution.

20 Cette précision n’est pas donnée par le texte, mais on la retrouve dans tous les sites historiques et particulièrement dans les palais du xve siècle.

21 Cf. Revault-Maury (op. cit.), Palais de Alîn Ak.

22 Cette méthode de plafonnage n’a pas été retrouvée, malgré nos recherches, chez les artisans.

23 Technique ḩawḑ et fisqiyya, qui crée des défoncements et des avancées dues aux solives.

24 Les clous sont dits shaykhûnî.

25 Palais Suḩaimy et Djamâl Al-Dîn Dhahabî, Revault-Maury (op. cit.) et le Maqʽad al Ghûrî.

26 Technique dite Kharţ,, cf. Muşţafa Nadjîb (op. cit.), tiré à part de la revue de la Faculté d’Archéologie, Faculté du Caire, n° Il ; Ţârîkhal-masâdjid al-athariyya, II, p. 53, pl. 71.

27 M. Zakaria, in Hommages Sauneron, Construction du Mihrab (op. cit.).

28 Technique dite « Khurda ».

29 Cf. Revault-Maury (op. cit.).

30 Cf. Mona Zakaria, Rabˋde Tabbâna (op. cit.). Le système de drainage y est largement étudié.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le site
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 2 – Analyse de l’itinéraire suivi et des points soulignés par l’auteur de l’acte
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 3 – Distribution d’espaces du rez-de-chaussée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 4 – Distribution d’espaces du premier étage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 5 – Plan général
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 6 – Coupe A-A’
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig.7 – Façade donnant sur Khaţţ al Fahhâdîn
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 8 – Façade Qiblî donnant sur l’étang
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 9 – Plan de la Qâˋa
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 10 – Plan sous-sol (qîtûn)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 11 – Plan de l’étage (niveau du riwâq)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Légende Fig. 12 – Plan supposé de la Ţabaqa
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Matériaux d’édification
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1115/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 750k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable