Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux palais du Caire médiéval

 | 
Mona Zakarya

Introduction

Texte intégral

1Dans le Caire actuel, nombreux sont les palais d’époque mameluke qui n’ont pas encore été analysés en détail. Mais la plupart d’entre eux, ont été maintenant relevés par les diverses missions archéologiques qui travaillent sur place. Les publications des Annales Islamologiques (Institut Français d’Archéologie Orientale), ou de l’Institut Allemand d’Archéologie, viennent actuellement compléter l’immense travail entrepris sous la direction de A. Lezine, puis de Monsieur A. Raymond, pour l’étude des Palais et Maisons du Caire du xive au xviiie siècle. Notre recherche s’inscrit directement dans le cadre de cette Mission, prise en charge en 1975 par le Groupe de Recherches et d’Etudes sur le Proche-Orient (Aix, E.R.A. 648 du C.N.R.S.). Nous avons collaboré durant plusieurs années aux relevés architecturaux menés par Monsieur B. Maury et qui ont donné naissance aux volumes actuellement publiés des Palais et Maisons du Caire, et c’est au sein du groupe d’Aix-en-Provence que nous avons conçu le projet de nous attaquer à un tout autre problème : l’analyse de bâtiments aujourd’hui disparus.

2Après avoir rassemblé une énorme documentation sur les palais existant dans l’ensemble du Caire, le Groupe de Recherches et d’Etudes sur le Proche-Orient a entrepris de collecter les textes de waqfs, de publier et d’étudier les plus importants de ceux qui sont conservés aux archives du Ministère des Waqfs du Caire. Architecte de formation, je me suis rendue compte, à la lecture de ces actes, que leur richesse était immense. Nous n’en retiendrons pas ici l’aspect religieux (les waqfs sont d’abord des donations pieuses), ni l’aspect juridique (système d’immobilisation du waqf) ; simplement nous les utiliserons comme des descriptions détaillées de lieux ou de bâtiments, pièces d’archives incomparables qui peuvent transmettre jusqu’à nous – pour peu que nous sachions les lire – l’image de l’habitation en son état original.

3Or, les relevés architecturaux que nous pouvons effectuer sur les sites de la ville actuelle, ont l’immense avantage de la précision et de l’exactitude, mais aussi le défaut de voiler assez souvent les formes initiales. Quel que soit leur état de conservation, les bâtiments ont vécu cinq siècles. Par contre, l’acte de waqf est une véritable « minute », dressé par un spécialiste qui donne, élément par élément, la description d’un immeuble.

4Malgré tous leurs défauts, les actes de waqfs nous sont apparus comme des outils irremplaçables. Des centaines et même des milliers de bâtiments ont été consignés dans ces documents, pour identifier une propriété, authentifier un acte de vente ou une fondation. Ils nous renseignent sur les noms de rue et leur position exacte dans le Caire islamique ; ils peuvent nous aider à comprendre de façon extrêmement précise les noms des rues et leur position dans le Caire islamique, ainsi que l’évolution de leur tracé ; mais ils nous éclairent aussi sur les personnages historiques que nous connaissons par ailleurs (titulatures complètes) et nous poussent à de véritables études sociologiques puisque nous pouvons – grâce à eux – savoir qui était propriétaire de quoi et comment la propriété passait de main en main. Ainsi, dans l’étude que l’on va lire, verra-t-on deux palais, un de négociant et un d’émir, passer entre les mains du sultan.

  • 1 Ainsi la constitution en waqf pouvait-elle permettre de protéger une propriété contre les avidités (...)

5Nous n’insisterons pas sur l’importance de telles sources pour l’histoire politique et juridique. Politiquement, il faudrait aboutir à un relevé chronologique précis, et il nous semble aujourd’hui que l’on pourrait faire apparaître une intéressante concordance entre le grand nombre de fondations pieuses et le type du régime politique1. Juridiquement, le lecteur des waqfs pourrait retrouver les lois qui organisèrent les propriétés et sans doute pourrait-on aboutir à une analyse des comportements du citoyen face au législatif.

  • 2 J. Revault et B. Maury (op. cit., t. 11).

6Sans négliger ces divers aspects – auxquels s’attache, par ailleurs, le GREPO – je me suis bien sûr intéressée à l’aspect architectural. En effet, l’acte du waqf est parfois d’une grande précision – même si, comme on le verra, certains aspects essentiels pour nous ne le sont pas au xve siècle. Cette précision nous permet de tenter une restitution des bâtiments là où l’analyse de terrain ne le permettrait pas. Ainsi, le palais d’Al-Razzâz, étudié par ailleurs2, a été profondément transformé par son dernier propriétaire et il est impossible aujourd’hui de situer les cuisines, les latrines, ou même les espaces de coordination. Les actes de waqf – une fois que l’on a résolu les problèmes de terminologie – sont finalement plus sûrs.

  • 3 Mayer (op. cit.) a publié une partie du waqf n° 886 du Ministère des Waqfs.
  • 4 MM. Amîn et Abd el LaÇîf Ibrâhfm (cf. bibliographie).

7Mais je ne me suis pas lancée, seule et sans devanciers, dans de telles recherches. Plusieurs études concernant la documentation historique des waqfs, ont été jusqu’à ce jour publiées. La première était la publication par Mayer de la grande waqfiya de Qâyt-bây3. Mais il ne s’agissait que d’une publication sans analyse. Elle a été suivie en Egypte par deux recherches essentielles4. Le Docteur M.M. Amîn a rapproché les divers documents, les a classés, en a étudié la complexité d’écriture et de rédaction. Il a aidé tous les chercheurs qui ont à se pencher sur des waqfs en démontant le mécanisme de ces actes, si différents de la rédaction législative actuelle, et où la phrase n’existe pas.

8Mais pour ce qui est de l’architecture, c’est l’article « Les archives au service de l’archéologie » du Docteur ˋAbd el Laţîf Ibrâhîm qui nous a surtout aidé, car il est le premier à avoir montré la richesse des actes de waqfs pour la terminologie architecturale. D’autres l’ont plus ou moins suivi, mais il reste le créateur d’une démarche.

  • 5 J.P. Adam : « Archéologie Monumentale », in Le Courrier du C.N.R.S., octobre 1980, n° 38, p. 19 à (...)

9On peut néanmoins considérer que notre travail est, dans sa forme comme dans sa finalité, légèrement différent. L’acte du waqf est la matière sur laquelle la recherche s’est effectuée. Sa traduction, sa publication, son analyse même devaient aboutir à autre chose : la tentative d’une restitution architecturale. Comme l’écrit M. Jean-Pierre Adam, un des fondateurs de ces méthodes, « le terme « restitution » est ici compris comme un travail de synthèse graphique et non comme la reconstruction réelle, objectif cependant souhaité dans certains cas »5.

LE CHOIX DES DOCUMENTS

10Dans ces conditions, notre premier problème a été de choisir un ou plusieurs documents précis parmi les millers qui nous sont conservés aux archives nationales du Caire et à celles du Ministère des Waqfs.

11Tout d’abord, l’acte devait être essentiellement architectural ; c’est-à-dire qu’il ne devait pas être centré sur l’ensemble d’une succession, car les bâtiments ne sont pas, alors, décrits en détail. On a plutôt des listes, peu utilisables dans notre cas.

12Il devait ensuite être le reflet d’une époque riche en architecture, et d’une époque relativement originale pendant laquelle les influences étrangères fussent peu nombreuses.

13Enfin, on devait relativement bien connaître le contexte historique et pouvoir disposer de plusieurs documents caractéristiques d’un même type de construction destiné à des groupes sociaux différents.

14C’est en tenant compte de toutes ces conditions que notre choix s’est fixé sur l’époque de Qâyt-bây. En effet, le règne de ce sultan mameluk, marque une des apogées de l’art architectural en Egypte. De plus, son intérêt pour la construction nous est bien connu, et les études de Mayer ou de MM. Muhammad Amîn comme celles de ˋAbd el Latîf Ibrâhîm, nous font connaître le très grand nombre de bâtiments qu’il fit ériger ou racheta. Enfin, l’importance des monuments de cette époque qui nous sont parvenus, nous a permis quelques comparaisons, essentielles pour vérifier nos assertions.

  • 6 Ibn lyâs (op. cit.). L'époque de Qâyt-bây d'après Ibn lyâs est très riche en travaux d'architectur (...)
  • 7 Sur les différents types de waqfs cf. par exemple M. el Shakankiri « La notion du « bien » dans la (...)

15Rappelons que le régime de Qâyt-bây est sans doute un des plus importants de l’histoire mameluke. Il dura près de vingt-neuf ans (872 H / 1468 JC – 901 H / 1496), ce qui est déjà exceptionnel et explique la stabilité du pays et le développement des arts monumentaux, d’autant que Qâyt-bây entretenait une véritable passion pour l’architecture, comme nous le rappelle Ibn lyâs6. Cet intérêt pour la construction était d’ailleurs justifié par des raisons politiques : en faisant construire des mosquées, des sabils, des écoles, des maristans ou des magasins, le sultan entretenait des rapports permanents avec la population cairote. Il est vrai que le sultan ne se contentait pas de construire. Pour conserver à ses successeurs la propriété des monuments et garantir la continuité de l’entretien des constructions essentielles de la ville, il transforma bien des propriétés en waqfs, mêlant les deux systèmes du waqf khayrî et du waqf ahlî7. La liste de travaux relevés par Ibn lyâs – malgré son importance – ne couvre pas la totalité des bâtiments concernés par le règne du sultan. Ses seules propriétés étaient certainement immenses, et il suffit pour s’en convaincre de consulter la grande waqfiya éditée par Mayer ou le waqf dit de la Dashîsha.

16On comprend que si nous pouvions aisément déterminer la période à étudier, il n’en allait pas de même pour le choix des textes précis. Les grands waqfs ne se prêtaient pas à notre étude. Il fallait donc de petits waqfs centrés sur une construction, décrite en détails et permettant la concentration de la recherche. Ainsi avons-nous sélectionné, avec Monsieur le Professeur J.C. Garcin, quatre textes qui paraissaient caractéristiques. Finalement, vue l’ampleur prise par le travail, je me suis tenue à deux, qui représentent deux types différents de palais, et permettent donc d’envisager une étude comparative.

PROBLEMES DE METHODES

17Un travail comme celui-ci aurait exigé une double capacité d’architecte et d’historienne. La compréhension du détail des constructions fait en réalité appel de façon simultanée à ces deux disciplines. Et – comme il faut lire et comprendre des textes complexes – l’historienne que j’eusse dû être aurait dû aussi dominer l’étude syntaxique des actes. Je n’ai pas la prétention de répondre à un tel programme. Aussi, ai-je dû centrer le travail sur l’aspect strictement architectural, non sans éprouver la compétence des amis – historiens ou arabisants ou artisans – qui ont cherché à m’aider.

18En effet, des problèmes considérables se posent dès la lecture d’un acte de waqf. Celui-ci ne comporte ni points, ni paragraphes, et par conséquent pas de phrases. L’écriture n’en est pas toujours lisible et il arrive que quelques mots aient disparu par suite des affronts du temps, ce qui complique encore la lecture. Seules, les années et la pratique quotidienne de ces documents peut parfois permettre de passer outre ces difficultés et d’établir le texte.

19Mais nous avons décidé non seulement de la publier, mais encore d’en apporter une traduction. Or cela nécessitait de préserver l’originalité du texte arabe tout en rendant la lecture en français possible. Un tel effort était utile pour transmettre au lecteur – dans le cadre de cette recherche – un outil de travail incomparable. Cependant, nous avons choisi de ne traduire que les passages concernant la description architecturale elle-même sur laquelle se fonde notre étude, en négligeant le début – formel – de chaque texte, ainsi que les formules juridiques qui ne nous ont pas retenus. Il restait néanmoins à résoudre le problème des termes architecturaux, caractéristiques de l’époque mameluke et sans équivalent dans l’architecture moderne. Nous les avons conservés tels quels, en transcription, et le glossaire est venu apporter les précisions indispensables. Parfois, à l’inverse, nous avons dû choisir une traduction. Ainsi, le terme ˋataba est-il utilisé à la fois pour désigner le seuil de la porte et le linteau : nous avons choisi – chaque fois – le terme voulu par le texte. On retrouvera dans le corps de l’analyse la même multiplication de termes en transcriptions. Plutôt que longues périphrases, cette solution nous a paru la meilleure d’autant que l’habitude rend cet inconvénient secondaire et que le glossaire nous semble répondre aux questions que l’on peut se poser.

  • 8 On le verra, il s'agit là de l'amorce d'un glossaire complet d'architecture mameluke, glossaire qu (...)

20Tout cela reste bien insuffisant. Le glossaire – réduit aux seuls termes contenus dans les deux textes – n’est pas ce que nous aurions voulu8. Et la méthode d’analyse a été le fruit de longues hésitations. Les textes de waqfs n’étaient pas rédigés par des « architectes » mais par des juristes, et leurs descriptions sont d’autant moins claires que les bâtiments eux-mêmes avaient une structure complexe. Nous avons dû établir une méthode d’analyse qui tente de rester collée au texte, et qui évite le comparatisme exagéré aboutissant à une restitution fondée uniquement sur ce que l’on peut connaître par ailleurs.

  • 9 J.P. Adam, art. cité supra.
  • 10 L'arsenal du Pirée, construit au ive siècle av. J C., est un des grands édifices grecs ayant total (...)

21« On devine... la part de responsabilité de l’architecte lorsque, au lieu de présenter un édifice complet ou dans un état proche de l’aspect original, il devra proposer à partir de données fragmentaires, un monument totalement restitué »9. Notre situation est certainement périlleuse. Dans le cas dé l’arsenal du Pirée10, on possédait un devis descriptif gravé d’une très grande précision. Ici, le texte n’est précis que si l’analyse est assez fine et les connaissances générales assez complètes pour permettre une certaine systématisation. Nous n’avons sûrement pas échappé aux erreurs. Mais, nous n’avons pas non plus cherché à proposer une reconstruction. Notre propos s’est limité aux systèmes graphiques et nous ne cherchions guère qu’à proposer quelques principes d’analyse utilisables dans le cas d’autres bâtiments. Car notre démarche est ambigüe, qui vise – à partir de deux textes juridiques – la mise en évidence de quelques principes architecturaux.

STRUCTURE DU TRAVAIL

22Dans le cadre étroit de nos deux textes, et en tenant compte des limites inhérentes aux outils dont nous pouvions disposer, la structure même de notre travail est finalement très simple. Nous avons choisi de prendre chaque texte séparément pour proposer, en une troisième partie, une sorte de synthèse, dans laquelle – bravant les répétitions – on tenterait de rechercher le fond commun, les principes d’architecture. A l’intérieur même de l’analyse de chaque bâtiment, nous avons tenté de mener successivement deux démarches : tout d’abord la lecture, la traduction et l’analyse directe du texte, puis la restitution de sa compréhension.

23Le premier temps est celui d’un « spécialiste de waqf ». Il s’agit de comprendre. Nous avons pourtant essayé de remonter plus loin, vers la démarche même de l’auteur du waqf. Il nous est apparu que le circuit choisi par l’huissier dans sa visite de l’immeuble, pouvait nous apprendre beaucoup de chose sur l’échelle des valeurs (en architecture) dans la société mameluke.

24Le second temps est plus strictement architectural. Il s’agit ici, de reconnaître les éléments composant une grande demeure à l’époque de Qâyt-bây. La restitution elle-même est menée à partir du texte et avec l’appui des relevés de palais existant encore. Aussi, avons-nous abouti à proposer toute une série de plans. Mais, il leur manque, on le verra, une donnée essentielle pour la précision : les mesures.

  • 11 Il ne s'agit, au fond, pas d'autre chose que de la « synthèse » du commentaire des textes.

25Ce cheminement à l’intétieur des textes, nous a amenés à proposer une réflexion générale sur l’art de l’architecture au xve siècle. Mais, nous avons tenté de faire en sorte que notre raisonnement ne s’en tienne qu’aux seuls textes étudiés11. Notre but serait pleinement atteint si, par cette ébauche, nous pouvions contribuer à un renforcement des études de waqfs et à la mise en place claire d’une méthode d’analyse architecturale pour les constructions cairotes. Mais avant d’y parvenir, bien des thèses seront encore à soutenir.

26La nôtre doit être replacée dans la perspective des travaux pionniers du docteur ˋAbd el Laţîf Ibrâhîm. C’est à lui que va ma reconnaissance de « lectrice de waqfs ». Je dois au Professeur André Raymond de m’avoir encouragée dans cette direction notamment en me poussant à mener à son terme l’étude du rab’ de Tabbana au Caire, qui m’a servi d’essai.

27Les nombreux séjours au Caire de Monsieur Jacques Revault, pour la préparation des « Palais et Maisons du Caire », ont été pour celui-ci autant d’occasions de me faire partager son intérêt pour l’artisanat cairote et de me manifester son amitié chaleureuse et sa compréhension.

28Néanmoins, rien ne se serait fait sans les facilités que m’a accordées le Groupe de Recherches et d’Etudes sur le Proche-Orient. Au Caire, pendant plus d’un an, mon activité n’a guère été consacrée qu’à cette recherche. Monsieur le Professeur Robert Mantran, Directeur du GREPO, mérite lui aussi, toute ma gratitude.

29Ce travail a été effectué dans le cadre de recherches universitaires. Je voudrais cependant rappeler ici les difficultés humaines et méthodologiques que j’ai eu à affronter en tant qu’architecte égyptienne pour pouvoir présenter cette étude non seulement dans une langue qui n’est pas ma langue maternelle, mais de surcroît à l’intérieur d’une problématique plus proche de la démarche occidentale que de la pensée de l’Orient.

30Je tiens à exprimer surtout toute ma gratitude et ma sincère reconnaissance à mes amis Denis Gril et Robert Ilbert pour l’aide indispensable qu’ils m’ont apportée tout au long de ces recherches. Leur compréhension et leur soutien ont fait de ce travail une véritable expérience d’échange, non seulement du point de vue strictement scientifique, mais bien plus largement parce qu’ils m’ont fait découvrir ce que serait une rencontre véritable entre deux civilisations différentes, chacune offrant à l’autre ses trésors culturels sans cesser pourtant d’être elle-même.

Notes

1 Ainsi la constitution en waqf pouvait-elle permettre de protéger une propriété contre les avidités d’un sultan. Sur ce sujet, cf. notre contribution au séminaire de CEDEJ (1981) (Le Caire).

2 J. Revault et B. Maury (op. cit., t. 11).

3 Mayer (op. cit.) a publié une partie du waqf n° 886 du Ministère des Waqfs.

4 MM. Amîn et Abd el LaÇîf Ibrâhfm (cf. bibliographie).

5 J.P. Adam : « Archéologie Monumentale », in Le Courrier du C.N.R.S., octobre 1980, n° 38, p. 19 à 25.

6 Ibn lyâs (op. cit.). L'époque de Qâyt-bây d'après Ibn lyâs est très riche en travaux d'architecture (p. 45-53-56, 61, 71, 116, 117, 124, 132, 134, 138 etc.). Ces travaux représentent une partie très importante de son histoire. D'ailleurs Ibn lyâs conclut par un long passage où il passe en revue les constructions des travaux urbains de Qâyt-bây – voir Ibn lyast. Ill, p. 329-330, éd. M. Mostafa.

7 Sur les différents types de waqfs cf. par exemple M. el Shakankiri « La notion du « bien » dans la philosophie juridique musulmane » in Archives de la philosophie du Droit, t. 24, Sirey, Paris 1979.

8 On le verra, il s'agit là de l'amorce d'un glossaire complet d'architecture mameluke, glossaire qui peut être réalisé uniquement à partir des textes de waqfs.

9 J.P. Adam, art. cité supra.

10 L'arsenal du Pirée, construit au ive siècle av. J C., est un des grands édifices grecs ayant totalement disparu mais pour lequel on dispose d'une description.

11 Il ne s'agit, au fond, pas d'autre chose que de la « synthèse » du commentaire des textes.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540