Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Première partie. Généralités

I. Introduction. Le Maghreb dans les années 70

Werner K. Ruf

Texte intégral

  • * Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2Le but de ce livre est de combler une lacune : dans la mesure où la quantité des publications sur l’Afrique du Nord augmente il devient de plus en plus difficile de se procurer une vue d’ensemble sur le groupe des pays de cette région et d’opérer une sélection parmi des études parfois trop spécialisées. Ceci ne veut nullement dire que ce livre collectif pourrait ou voudrait remplacer la lecture d’ouvrages plus approfondis. On doit plutôt le considérer comme une introduction aux différentes questions d’actualité qui caractérisent les pays d’Afrique du Nord. Il ne se pose donc nullement en concurrent des différentes monographies, des articles spécialisés ou des publications en série dont la plus importante : l’Annuaire de l’Afrique du Nord traite d’année en année des événements économiques, sociaux, culturels et politiques du Maghreb. Les études présentées dans ce livre constituent comme des amorces des différents sujets, donnant une information rapide et systématique, à partir de laquelle il sera possible avec l’aide d’une bibliographie sélectionnée d’approfondir la question si ceci semble nécessaire à un lecteur qui cherche à s’informer sur un sujet précis.

3Nous nous devons aussi de préciser ce que nous entendons ici par le terme d’Afrique du Nord ou Maghreb : Etant donné que la définition de l’occident arabe — ou Maghreb — est sujette à des critères aussi bien géographiques que culturels, politiques ou même ethnologiques nous avons finalement opté pour ce que l’on appelle généralement le Maghreb restreint, c’est-à-dire la Tunisie, l’Algérie et le Maroc. A cela il y a plusieurs raisons : d’un côté, l’unité maghrébine maintes fois postulée par les leaders politiques de la région n’est pas encore entrée dans les faits et d’un autre, les limites de cette unité sont restées floues jusqu’à présent : Est-ce que la Libye et la Mauritanie font partie de ce Maghreb ou non ? La solution de ce problème n’est-elle pas trop sujette aux aléas politiques ? Par ailleurs nous avons essayé de traiter les sujets les plus importants de la région de façon comparative, au moins autant que cela nous était possible. Une fois cette orientation générale admise nous nous trouvions devant le fait que cette comparabilité ne pouvait être réalisée que pour les trois pays en questions et encore dans certaines limites. Il s’avérait en même temps que la Mauritanie à cause de ses particularités socio-économiques et la Libye aussi bien à cause de ses particularités socio-économiques qu’à cause de l’impact de la colonisation italienne et anglaise ne pourraient rentrer que trop difficilement dans le cadre prévu pour cette publication. En nous limitant aux trois pays « classiques » du Maghreb nous pensons donc faciliter davantage le recoupement des informations présentées dans ce livre.

4Une autre raison qui nous semble justifier cette entreprise de publication est le fait que les trois pays en question ont acquis leur indépendance politique il y a bientôt vingt ans (1956 pour la Tunisie et le Maroc, 1962 pour l’Algérie). Il devient donc possible de faire le point sur les réalisations nationales dans les domaines économiques, sociaux, culturels et politiques. Les orientations pour lesquelles les gouvernements ont opté au moment de l’indépendance de leurs pays respectifs commencent à porter leurs fruits et il devient possible de déceler certaines perspectives futures.

5Au-delà de ces raisons que Ton pourrait presque appeler des raisons d’ordre technique il est évident que les pays d’Afrique du Nord représentent un intérêt certain pour les pays au Nord de la Méditerranée : déjà les liens établis par la colonisation ont créé certaines affinités qui ont marqué très profondément l’évolution des sociétés maghrébines. De cela découlent des interdépendances multiples qui peuvent être autant source de conflit que base de nouvelles formes de coopération. A elle seule la position géographique prédestine les échanges entre l’Europe et le Maghreb à être particulièrement intenses. L’utilisation du français comme langue véhiculaire est encore largement répandue et joue un rôle important dans le maintien de ces interdépendances. La colonisation ayant structuré les marchés maghrébins comme marchés complémentaires et en fonction des besoins du développement économique et social en Europe (en l’occurence en France) les pays d’Afrique du Nord cherchent à développer de leur côté les échanges avec l’Europe, soit à travers des accords d’association au Marché Commun comme la Tunisie et le Maroc, soit en négociant des accords bilatéraux spéciaux comme l’Algérie qui, elle, était liée au Marché Commun à travers les accords d’Evian qui n’expiraient qu’en 1972.

6Il n’est donc pas surprenant que les pays maghrébins aient depuis longtemps essayé de développer une politique méditerranéenne qui prévoyait une intense coopération entre les pays riverains de la partie occidentale du bassin méditerranéen. Cependant il paraît qu’il ait fallu attendre la crise pétrolière à la suite de la guerre d’octobre 1973 pour que les pays européens se rendent compte de l’importance économique et politique d’un tel dessein. Et ainsi on peut observer en 1974 une activité diplomatique tout à fait remarquable et notamment dans le sens Nord-Sud. Est-ce que cela voudrait déjà dire qu’un nouvel ensemble économique et politique est en formation qui assurerait à l’Europe ses besoins énergétiques et qui permettrait aux riverains du sud de la Méditerranée de s’assurer de la technologie nécessaire pour leur développement ? Ceci nous semble être assez spéculatif, mais nullement irréel.

7Connaître davantage les pays d’Afrique du Nord, leur histoire, leurs problèmes sociaux et économiques est pourtant une condition nécessaire à tout dialogue démuni de préjugés. Telle voudrait être la contribution de ce livre.

8Les auteurs qui ont apporté leur participation sont en majorité des collaborateurs du Centre de Recherches et d’Etudes sur les Sociétés Méditerranéennes à Aix-en-Provence, où ils suivent depuis des années les événements dans les trois pays en question. En fonction des sujets qui nous semblaient être les plus importants nous avons tenu à associer à notre équipe des spécialistes maghrébins, français et allemands en vue de faire traiter ces sujets par des chercheurs compétents. Dans ce sens, ce livre constitue en lui-même une forme de coopération « transméditerranéenne » qui s’est avérée — à notre avis — particulièrement fructueuse. Le choix des auteurs a été opéré uniquement en fonction du sujet qui était à traiter et garantit par là une information scientifique et sérieuse. En plus, la quasi totalité des articles réunis dans ce volume ont été écrits spécialement pour cette publication. Quelques-uns seulement sont des reprises revues et spécialement aménagées d’articles qui ont paru durant l’année écoulée. Il ne s’agit donc nullement d’un livre qui suivrait le concept classique d’un « reader » qui s’emploie à réunir un certain nombre d’articles qui ont été écrits par des auteurs plus ou moins connus pour leur spécialisation; le grief d’une telle publication est en général qu’il s’agit de contributions qui soit, ont déjà été publiées longtemps auparavant, soit n’ont que très peu de liens qui les unissent l’une à l’autre. Dans ce sens, ce volume est véritablement un livre sur mesure où les questions les plus importantes sont traitées par des auteurs compétents en la matière et de façon à ce que la publication entière ait un caractère homogène.

9La présentation des sujets se fait en quatre parties :

10I. La première partie présente des informations de base en traitant l’histoire, la géographie physique et humaine du Maghreb.

11II. La deuxième partie est consacrée aux phénomènes et aux développements du Maghreb indépendant qui se sont prêtés à une analyse comparative. C’est ici que nous nous sommes efforcés de traiter les questions les plus importantes dans les domaines de la politique, de l’économie, des problèmes sociaux et de la culture dans le sens le plus large du mot.

12III. Il s’est pourtant avéré lors de l’élaboration du projet de ce livre qu’il y avait des évolutions toutes particulières dans les trois pays en question qui ne permettaient aucune comparaison avec les développements dans un des pays voisins. C’est donc ici que nous traitons ce que l’on pourrait appeler les spécificités nationales qui se trouvent toutes être — dans un sens large du mot — des phénomènes de politique intérieure.

13IV. La quatrième partie, appelée Annexes revêt un intérêt tout particulier. A partir du fond de documentation du C.R.E.S.M. et des chroniques de l’Annuaire de l’Afrique du Nord nous avons essayé de constituer :

  1. Une chronologie qui retrace les événements les plus importants en Afrique du Nord depuis 1962 et permet ainsi une orientation rapide en ce qui concerne les événements majeurs dans les domaines politique, économique, social et culturel.
  2. Une bibliographie systématique et sélective qui voudrait permettre au lecteur une information rapide au-delà de ce que nous avons pu lui livrer dans un seul volume. Aux chercheurs cette bibliographie apportera des facilités certaines pour amorcer un travail de recherche.

14Il nous reste à remercier très sincèrement tous ceux qui ont bien voulu accepter de collaborer à cet ouvrage collectif, qui ont eu la patience d’accepter les critiques qui ont pu leur être faites par leurs collègues et qui ont revu — parfois à plusieurs reprises — leurs manuscrits pour y apporter davantage de précisions ou pour mieux les intégrer dans la perspective de ce livre qui est de donner une information objective et cohérente.

15Aix-en-Provence, juillet 1974.

Notes de fin

* Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540