Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ouagadougou (1850-2004)

 | 
Florence Fournet
, 
Aude Meunier-Nikiema
, 
Gérard Salem

Première partie. Les dynamiques de la croissance urbaine

De Bancoville à la ville moderne

Pierre-Erwann Meyer

Texte intégral

1Si Ouagadougou a souffert de l’alternance de construction et de dislocation de l’espace soumis à son autorité, elle a su garder sa souveraineté puisqu’à l’exception de la période de dislocation de la colonie de Haute-Volta, elle a toujours conservé son rôle de chef-lieu de colonie. Ce fait est relativement marquant dans une Afrique occidentale française prompte à changer les capitales de ses colonies au gré des découpages territoriaux.

2Cette constance s’est construite sur la volonté de ses hommes et plus particulièrement sur le pouvoir exercé par les Mossi, une pression toujours présente, particulièrement saillante dans la capitale burkinabé et avec laquelle l’État doit composer.

Organisation spatiale précoloniale des lieux de pouvoirs

3Les premiers croquis à vocation cartographique connus de Ouagadougou, établis par l’explorateur Binger en 1892, ne permettent pas de décrire un vieux noyau d’urbanisation puisqu’à cette date, Ouagadougou est un bourg rural d’une quinzaine de hameaux disparates de 5 000 habitants (Planche 4-a), impliquant d’autres logiques pour justifier qu’un village puisse détenir le haut commandement du royaume. Binger écrit alors : « Je m’attendais à trouver quelque chose de mieux que ce qu’on voit d’ordinaire comme résidence royale dans le Soudan, car partout on m’avait vanté la richesse du Naba, le nombre de ses femmes et de ses eunuques. Je ne tardais pas à être fixé, car le soir même de mon arrivée, je m’aperçus que ce que l’on est convenu d’appeler palais et sérail n’est autre chose qu’un groupe de misérables cases entourées de tas d’ordures autour desquelles se trouvent des paillotes servant d’écuries et de logements pour les captifs et les griots. Dans les cours on voit, attachés à des piquets, quelques bœufs, moutons ou ânes reçus par le Naba dans la journée, offrandes n’ayant pas encore reçu de destination. »

  • 1 Dans un souci de simplification, nous avons choisi d’orthographier ainsi ce mot parmi différentes (...)

4Les fondements territoriaux de Ouagadougou sont en effet originaux, correspondant en quelque sorte à une mise à plat de la pyramide du pouvoir mossi. Traditionnellement, les Mossi sont des guerriers, des colonisateurs et leur organisation sociétale et politique est militaire, centralisatrice, ultrahiérarchisée et inégalitaire. Pour investir un nouvel espace, les Mossi doivent négocier avec les gens de terre, ces derniers étant par définition les autochtones des lieux convoités. Chaque lieu conquis, à toutes les échelles, reproduit en miniature l’organisation de la chefferie du Mogho Naaba1, chef suprême, qui détient un pouvoir d’ordre quasi divin, le nam, l’autorisant au contrôle social absolu des populations. De cette façon, la hiérarchisation se trouve renforcée de même que la centralisation du pouvoir politique.

5La position et l’organisation des hameaux trouvés par Binger en 1892 sont fonction de leur orientation géographique, de la nature de la population qui y réside, des compétences qui leur sont attribuées par le pouvoir mossi et de la distance qui les sépare du palais royal. Les quartiers de Ouidi, Larhalle et Gounghin sont ceux des guerriers. Bilibambili est le quartier des pages, Samandin, celui de la chefferie de l’accueil et des grandes manifestations et Kamsaoghin, est le quartier responsable de la jeunesse. Le quartier Koulouba accueillait les étrangers de même que Zogona tandis que les commerçants Haoussa se concentraient à Zangouettin. Les Mossi des autres royaumes pouvaient s’installer dans les hameaux de Tampouy, Tanghin et Wogodogo qui constituent ainsi une zone tampon entre les royaumes mossi rivaux et les hameaux guerriers. L’organisation polynucléaire dessine quatre empreintes spatiales : le palais royal et son auréole centrale de serviteurs de cour, un rideau ouest guerrier sécuritaire à la fois offensif et défensif, un arc de cercle nord-ouest comme amortisseur et enfin, une vaste trame d’accueil à l’est pour les étrangers.

6La spécialisation des lieux de vie est imposée par une ségrégation territoriale d’ordre institutionnel organisée selon un centre et des périphéries de telle sorte que le pouvoir central commande et exerce son contrôle social sur des périphéries différenciées. Or, cette organisation n’est pas observée dans tous les types de territo-rialisation mossi, et la question d’un agencement préurbain peut être posée.

Les embryons d’un mode d’urbanisation fonctionnel, hygiéniste et ségrégationniste

• Affirmation et assise géographique du pouvoir colonial

7En 1896, la colonne Voulet qui pénètre à Ouagadougou par le nord-est, ne trouve que peu de résistance et écrase l’armée du Mogho Naaba. Dotée d’une supériorité technique militaire, la colonne Voulet brûle le palais royal et les principaux hameaux de la chefferie mossi puis installe le camp militaire en lieu et place du pouvoir traditionnel, prenant ainsi une position centrale. Il attribue la fonction de chef-lieu de cercle à Ouagadougou. À côté du camp militaire, sont construites une garnison, une prison et une place d’armes (Planche 4-b). L’ancien marché est rasé et on lui substitue le marché colonial, ce dernier jouxtant la place d’armes. Les hameaux qui avaient été entièrement détruits sont rapidement reconstitués de même que le palais du Mogho Naaba. Reconstruit plus au sud de son ancien emplacement, à Bilbalogo, autre quartier de serviteurs royaux, il s’est rapproché du hameau de Samandin. L’ancien hameau de Dapoya est déguerpi et reconstruit au nord-est à proximité des marigots permanents, sous le nom de Dapoya II. Symboliquement, les familles des gardes et les bourreaux du Mogho Naaba se retrouvent à proximité de l’axe par où est survenu le colonisateur.

8Ces changements spatiaux imposés par l’Administration coloniale déplacent donc le pouvoir et perturbent l’organisation militaire traditionnelle en éloignant le Mogho Naaba de sa garde royale. Quant aux missionnaires catholiques qui arrivent ensuite, ils obtiennent de ce dernier de s’installer au sud du camp militaire. Au sein de cet espace interstitiel coutumier dénommé quartiers Saints ou encore quartier Mission, les religieux se retrouvent entre le pouvoir mossi traditionnel et le pouvoir colonial, dessinant un triptyque des pouvoirs selon un axe nord-sud qui s’écarte de l’organisation spatiale aréolaire traditionnelle et ajoute à la ségrégation socio-spatiale précoloniale déjà bien marquée.

9Entre 1904 et 1919, la population passe de 8 000 à 19 075 habitants ; elle a donc été multipliée par quatre depuis 1892 et cette augmentation démographique marque l’émergence de nombreux besoins en termes d’aménagements et de services. Or, le colonisateur n’a fait qu’asseoir son pouvoir pour mieux maîtriser les populations, il a opéré peu d’investissements en direction des populations et c’est le pouvoir religieux qui devient, à un modeste niveau, le pourvoyeur de services élémentaires en ouvrant une école et un petit dispensaire dès 1902.

10Le bilan en matière d’urbanisation de cette première période coloniale apparaît étonnant et paradoxal. Tous les éléments sont réunis pour faire de Ouagadougou une ville mais il n’y a ni équipements, ni aménagements urbains. De nouveaux pouvoirs se sont introduits et les cartes politiques ont été redistribuées selon une conception occidentale très ancienne de l’urbanisation, comme si une ville ne se résumait qu’à un statut administratif, une place forte, un marché, des soldats, des religieux et une population pratiquant le commerce et l’agriculture.

ORGANISATION TERRITORIALE DE OUAGADOUGOU (1892-1932)

ORGANISATION TERRITORIALE DE OUAGADOUGOU (1892-1932)

Élaboration : Meyer P.E., Chavent N., Paris X-IRD, Pirot F., CNRS
Sources : d’après Déverin-Koanda Y., 1992 ; enquêtes Meyer P.E., 2004

• Une urbanisation fonctionnelle, hygiéniste et ségrégationniste

11En devenant la capitale de la colonie de la Haute-Volta en 1919, Ouagadougou occupe une position au centre de la nouvelle colonie. Ce nouveau maillage territorial traduit l’existence de nouveaux intérêts de la part du colonisateur, ainsi qu’une volonté politique d’urbanisation.

  • 2 De la période coloniale à la Révolution conduite par Sankara, l’aménagement urbain se fonde sur un (...)

12Le lieutenant-gouverneur Hesling est nommé à la tête de Ouagadougou et on lui prête certaines ambitions comme celle de vouloir faire de la ville une vitrine de la colonisation française en imposant de nouveaux modes de construction, ou encore de vouloir créer une ville modèle respectant directement les principes hygiénistes. Les questions sanitaires arrivent ainsi à l’ordre du jour et engendrent une réorganisation spatiale qui passe par le déguerpissement des quartiers traditionnels et la construction de nouveaux quartiers. Pour ce faire, l’Administration met en place une législation urbaine dont la première mesure est une forme de nationalisation de la terre : tous les terrains dépendant désormais de l’État français, l’Administration coloniale peut alors procéder à des déguerpissements2. Ce premier appareil juridique urbain colonial fait irruption dans le droit traditionnel mossi devenu obsolète et illégal, et leur rencontre va devenir un enjeu urbain majeur. La question de la régularisation des terrains d’habitation est générée à ce tournant historique précis.

13L’Administration coloniale se dote d’outils urbanistiques comme le lotissement : choix d’un espace, plan, bornage, ouverture de la voirie, parcellarisation, attribution des lots fonciers et viabilisation progressive de l’espace aménagé et construit. Pour le lieutenant-gouverneur Hesling, chaque zone urbaine doit être socialement homogène et pour mettre en œuvre spatialement cette ségrégation sociale, la ville va s’organiser autour d’une opposition entre le centre et la périphérie. Le centre sera la nouvelle ville européenne avec ses quartiers spécialisés et des boulevards larges de 50 m en marqueront le périmètre selon les principes hygiénistes. Au delà de ces corridors sanitaires et de leurs rangées d’arbres, pourront s’installer les populations africaines dites semi-évoluées et leurs familles (traitants soudanais, sénégalais musulmans ou indigènes de Côte d’Ivoire). Il s’agissait de faciliter l’installation d’une main-d’œuvre indispensable à la construction et au développement de la ville tout en essayant de circonscrire la zone de migrants pour éviter qu’elle ne déborde dans la ville européenne et en allégeant la concurrence faite aux commerçants européens. Séparée de cette zone par un large boulevard, une seconde ceinture abritera les indigènes qui vivent suivant leurs habitudes et qui sont dits non-évolués.

14La séparation entre les autochtones et les étrangers existait déjà dans chaque quartier traditionnel et le colonisateur s’est appuyé sur une spatialisation communautaire établie, renforçant ainsi l’idée que Ouagadougou est un creuset spécifique d’enjeux et de compositions des différents pouvoirs en place.

15Le plan de lotissement d’ensemble prévoyait environ 67 hectares pour trois quartiers principalement destinés aux européens : un quartier administratif, un quartier commercial et un quartier résidentiel (Planche 4-c). Le colonisateur souhaite que le quartier administratif soit construit sur un site non-inondable mais situé sur une nappe d’eau souterraine dans laquelle on pourra creuser des puits, un site proche d’un marigot pour faciliter le transport des matériaux de construction et où l’extension du bâti est possible. Décision est donc prise d’implanter ce quartier à l’est du centre historique, pour partie sur l’axe conduisant à Fada N’Gourma, de manière à contrôler les caravanes. La construction est précédée du déguerpissement des populations Haoussa proches de Zangouettin, c’est-à-dire un groupe social ne relevant pas de la chefferie mossi.

16Dans le quartier administratif où se dessine l’un des premiers tissus urbains légal de Ouagadougou, on prévoit des bâtiments et quelques lots résidentiels pour les européens. L’équipement de ce nouveau quartier débute par le forage d’une vingtaine de puits. L’importation des matériaux de construction se révélant très rapidement compliquée, le banco sera conservé, contrairement aux ambitions du lieutenant-gouverneur Hesling. L’électricité est installée en 1923 tandis qu’un réseau important de caniveaux est creusé pour permettre l’évacuation des eaux usées. L’adduction d’eau potable est envisagée mais le projet n’aboutit pas. Le quartier administratif devient peu à peu la ville européenne de Ouagadougou alors que le quartier commercial implanté entre le camp militaire et le quartier administratif, accueille le premier dispensaire urbain, une école, un marché et des commerces. L’enjeu foncier se met au service du pouvoir économique. Quant au troisième quartier qui se veut résidentiel, quelques lots sont créés au sud du camp militaire et à proximité des quartiers Saints.

17La création des nouveaux quartiers a bel et bien extrait trois fonctions principales du centre historique de Ouagadougou et une urbanisation groupée sans réelle discontinuité s’est dessinée.

18Dans la ville africaine, un seul quartier est loti entre 1919 et 1932, celui de Bilbalogo qui abrite le palais royal et quelques-uns des principaux serviteurs de cour du Mogho Naaba. L’entente, la flatterie, la prudence et la composition entre pouvoir colonial et pouvoir traditionnel sont les grandes actrices de ce lotissement à l’origine d’un nouvel axe urbain est-ouest, perpendiculaire à celui du triptyque des pouvoirs de la période précédente.

19Finalement l’organisation mise en place par le lieutenent-gouverneur Hesling offre donc à voir un centre cerné de deux couronnes. Au nord, la ville européenne est délimitée par une barrière de bâtiments publics et par le camp militaire. Au sud, l’importante mission catholique forme un espace tampon avec les quartiers africains et à l’est, la zone administrative doit faire barrage à l’urbanisation africaine.

20Lorsque Ouagadougou devient commune mixte en 1926, elle acquiert une nouvelle compétence territoriale qui se traduit par des apports financiers et par voie de conséquence, des aménagements sans que l’on sache si cette transformation de statut était destinée à favoriser l’aménagement de la ville ou à rassurer la chefferie mossi. Il est cependant difficile d’évoquer un réel développement industriel et économique. Quant aux indigènes, ils sont mécontents du colonisateur à cause des recrutements de main-d’œuvre forcés, d’une taxation excessive, de l’inflation permanente et enfin d’une forte inégalité dans la mise en œuvre des aménagements.

21Jugée non rentable et peu digne d’investissements, la colonie de la Haute-Volta est démantelée en 1932. Ouagadougou perd son statut de capitale et ne retrouve pas sa position centrale et privilégiée au sein d’un maillage territorial administratif dorénavant désuet. Elle prend alors l’image d’un pôle répulsif, d’une ville désertée où le colonisateur va devoir tenir compte du pouvoir mossi pour mener à bien ses projets urbains.

22Si la morphologie urbaine a bien changé avec la création des quartiers européens et des services urbains comme l’hôpital et l’école, la majeure partie du bâti reste en banco, d’où le surnom de « Bancoville » attribué à Ouagadougou dès cette époque. L’aménagement des quartiers africains est quasi inexistant et il en est de même des travaux d’envergure devant répondre aux besoins de l’ensemble de la population. Il reste cependant capital de retenir de cette période, qu’un nouveau droit foncier a été introduit dans un espace aux lois traditionnelles, même si l’urbanisation est restée précaire.

• Déclin et nouvelles logiques urbaines

23En 1932, Ouagadougou compte 706 unités spatiales bornées ou lots fonciers qui concernent tout aussi bien le camp militaire ou la place d’armes que la ville administrative, commerciale et européenne. L’emprise de la ville coloniale s’exerce sur 210 hectares mais la ville traditionnelle non- lotie s’étend sur près de 570 hectares.

24Dans l’ensemble, les implantations se distinguent avant tout par la distance qui les sépare de la ville européenne. Au nord et au sud du centre historique de Ouagadougou, deux groupes de quartiers viennent épouser les frontières de la ville européenne. Il s’agit de Dapoya et Bilibambili d’une part, de Tiedpalogo, Zangouettin, Koulouba, Kamsaoghin et Peuloghin d’autre part (Planche 5-a). À plus de 1,5 km à l’ouest de la ville administrative, s’élève le rideau des quartiers de la chefferie de guerre du Mogho Naaba, Gounghin, Ouidi et Larlé créant de fait un grand vide dans la continuité de la ville. Les quartiers proches de la ville coloniale présentent un tissu urbain continu qui s’oppose à celui des quartiers ouest, clairsemés comme des petits noyaux villageois entourés de champs. Deux principaux blocs urbains apparaissent, l’un au tissu urbain continu opposant en son sein la ville européenne à la ville africaine, l’autre se présentant comme un ensemble africain clairsemé. Cette organisation spatiale répond à des logiques différentes tant au niveau des relations entre les acteurs qui construisent la ville, qu’à celui des groupes socio-culturels diversifiés qui ne résident pas au hasard dans les quartiers.

25Bien que destituée de son rang de capitale, Ouagadougou reste commune mixte jusqu’en 1936 de manière à ne pas priver trop brutalement la chefferie mossi traditionnelle de toute représentation devant l’État français. Il faut voir ici encore une forme de négociation entre pouvoirs.

26En 1936, Ouagadougou redevient simple chef-lieu de cercle et cette cascade de changements statutaires génère des mouvements d’émancipation chez la plupart des autorités de l’ancienne Haute-Volta qui refusent d’être considérées comme des sujets de seconde zone par l’Administration coloniale française. Des alliances se tissent alors entre les chefferies traditionnelles, le Mogho Naaba et les élites pour constituer un groupe de pression pour la défense des intérêts voltaïques.

27L’année 1938 voit la création de la région administrative de Haute-Côte d’Ivoire regroupant les anciens cercles de Haute-Volta, et un représentant du gouverneur s’installe à Ouagadougou.

28En France, le Front populaire déclare vouloir humaniser la politique coloniale et ces contextes administratifs, politiques et financiers expliquent le très faible interventionnisme urbain de cette période.

29Les préoccupations sanitaires ont cependant repris grâce aux religieux catholiques, et d’une certaine façon, ces derniers se substituent à la puissance publique. À la suite d’une épidémie de fièvre jaune, l’aménagement de la ville africaine est envisagé pour protéger la ville européenne. Les façons de penser la ville évoluent, mais si désormais on se préoccupe de la périphérie de la ville coloniale, c’est pour en protéger le centre. L’étape première et principale de la planification de cette urbanisation est l’instauration de corridors autour de la ville européenne, impliquant le recul inéluctable de la ville africaine au nord et au sud de la ville coloniale.

30En 1939, de grandes zones d’isolement servant simultanément de couloirs et de ceintures sanitaires figurent sur les plans d’urbanisation. Ces ceintures permettent l’extension du tissu urbain européen au sud du palais du Mogho Naaba et des quartiers Saints tandis que les autorités prévoient au sein de chaque quartier africain loti, une place publique ayant pour fonction d’aérer et de brasser l’air à la façon d’un poumon.

31L’idée de déplacer une partie de la ville africaine à la périphérie de la ville coloniale génère des conflits tout en révélant les enjeux des pouvoirs en mutation. L’exemple de Bilbalogo, premier quartier traditionnel loti et portant en son sein le palais du Mogho Naaba, est heuristique à ce titre. Le Balum Naaba, chef du quartier de Bilbalogo et chef de cour, s’oppose radicalement au déguerpissement de ses lignages vers l’ouest et sa résistance est grandement appuyée par la mission catholique qui craint de perdre son influence sur les habitants du quartier et d’une certaine façon, l’extension déjà acquise de sa territorialité (Illustration 2). Un nouveau type d’alliance naît alors, entre pouvoirs traditionnels et religieux, contre le pouvoir colonial qui veut renverser les schémas politiques des années vingt.

32Les autorités coloniales comprennent que la régularisation de l’espace urbain ne sera pas possible dans tous les quartiers et elles décident de s’attaquer aux entités urbaines où la chefferie mossi n’exerce pas son puissant contrôle territorial. Les opérations urbanistiques vont donc s’effectuer au nord de la ville européenne, derrière le camp militaire, centre historique de Ouagadougou.

33La réaction des populations est diversifiée : une partie des familles refuse de s’installer dans les nouveaux espaces qui leur ont été attribués et qui sont déjà habités tandis que d’autres ne sont pas favorables à une installation en quartier loti. À cette époque, le lotissement et la sécurité foncière ne sont en effet pas des valeurs très recherchées. Si le seul interventionnisme urbain colonial s’est joué au nord de la ville, le reste de la population n’est pas resté sans réaction. Alors que le quartier commercial est abandonné par les européens, les africains investissent sa partie sud, effaçant ainsi les frontières entre la ville coloniale et la ville africaine.

34La géographie urbaine de Ouagadougou à la fin des années quarante se résume à l’existence de cinq unités urbaines principales. La ville coloniale est sur le déclin avec une zone commerciale peu à peu réinvestie et un vide au nord correspondant au nouveau quartier de la gare. À l’ouest, on peut distinguer un espace traditionnel peu dense, très distant de la ville européenne qui garde son organisation spatiale lignagère et un espace plus proche de la ville coloniale, investi par des populations déguerpies où se tissent de fortes alliances et rivalités de pouvoir. Au nord, le tissu urbain se densifie et regroupe des communautés très hétérogènes, sans chefferie unique. Et enfin, au sud, un territoire économique cohérent échappe au contrôle mossi.

35En 1947, grâce au déplacement du Mogho Naaba à Abidjan et à l’influence des groupes de défense des intérêts voltaïques, la colonie de la Haute-Volta est reconstituée et Ouagadougou retrouve son statut de capitale, après quinze années de pertes successives de compétences territoriales.

Illustration 2
Le Balum Naaba (1943)

Illustration 2Le Balum Naaba (1943)

CROISSANCE URBAINE (1932-1972)

CROISSANCE URBAINE (1932-1972)

Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Meyer P.E., Paris X-IRD
Sources : Cadastre ; fond de carte IGB, 2002

• Nouvel essor et mise en place d’une politique de structuration de la ville africaine

36En 1951, la ville lotie compte 2 132 unités qui s’étendent sur une superficie de 483 hectares, tandis que la ville irrégulière traditionnelle n’occupe plus que 200 hectares. La ville régulière a donc presque doublé sa superficie en une vingtaine d’années, et celle de la ville irrégulière a été divisée par deux (Planche 5-b).

37Cette troisième et dernière période coloniale introduit une rupture avec les politiques urbaines passées du fait de l’émergence des mouvements de décolonisation qui poussent l’Administration française à se préoccuper des infrastructures. Alors qu’auparavant l’idée était de repousser les quartiers africains au-delà de la ville européenne, dans les années cinquante, on va chercher au contraire à lotir et aménager la ville africaine pour lui donner un visage urbain nouveau.

38Ouagadougou redevient commune mixte de la Haute-Volta en 1952 et commune de plein exercice en 1955 ce qui se traduit par un apport financier important. Avec le retour des services administratifs, de nombreux fonctionnaires arrivent à Ouagadougou et ces mouvements engendrent des besoins en logements nouveaux auxquels s’ajoutent des demandes diverses de la part des africains. Les populations de Dapoya, Paspanga, Zangouettin, Tiedpalogo et Peuloghin réclament le lotissement et l’aménagement de leurs quartiers. Les différentes chefferies mossi des quartiers ouest, nord-ouest et sud (Larlé, Ouidi, Gounghin, Samandin et Kamsaoghin) réclament, non pas un lotissement qui pourrait affaiblir le pouvoir traditionnel, mais des travaux d’assainissement et des équipements qui ne risquent en rien de bouleverser les territoires traditionnels, montrant que le pouvoir traditionnel s’est finalement approprié les préoccupations hygiénistes du colonisateur.

Illustration 3
Construction des premières digues sur le barrage n° 3 (1947)

39Pour les Européens, la plupart des villes doivent alors se doter d’une industrie pour laquelle il faut des moyens de transport adéquats des marchandises. Dans le cas de Ougadougou, il n’y a que le rail qui puisse remplir cette mission. La zone industrielle de Gounghin est créée en 1953 et la voie ferrée est posée en 1954.

40Les travaux de raccordement deOuagadougou à Abidjan par le chemin de fer sont longs et ne transforment le visage de la ville européenne que par à-coups, la zone industrielle restera un terrain vague jusqu’en 1960 : le rail ne séduit pas les commerçants européens. « Bancoville » semble se perpétuer. Le quartier administratif évolue vers une zone résidentielle car y demeurent de plus en plus de fonctionnaires européens tandis que le quartier commercial est progressivement investi par des propriétaires africains qui ont réussi à régulariser leur statut.

41La population de Ouagadougou a plus que doublé, passant de 14 200 en 1936 à 32 077 habitants en 1953. Le phénomène d’exode rural vers la capitale est exponentiel et introduit une nouvelle donne non négligeable dans les enjeux de régularisation des quartiers africains : l’autorité coloniale doit répondre à la pression démographique en mettant en place une véritable politique urbaine.

42Les grands marigots de Ouagadougou sont progressivement transformés en barrages urbains grâce à la puissance publique qui a repris ses prérogatives et poursuit le travail entamé par les missionnaires catholiques en 1932 (Illustration 3). Des réservoirs d’eau et des stations de pompage sont mis en place et permettent l’installation du premier réseau d’adduction d’eau. Le marché est aménagé (Illustration 4), ainsi qu’un abattoir municipal, un collège et un nouvel hôpital. Le terrain d’aviation est modernisé et même s’il ne concerne pratiquement que les européens, sa position géographique dans la ville est déterminante pour la compréhension de l’urbanisation future. Une partie de la voirie est bitumée, favorisant l’importation et l’utilisation des automobiles.

Illustration 4
La halle aux tissus indigènes à l’intérieur du marché (1955)

43Outre ces aménagements d’envergure, le lotissement systématique de tous les quartiers africains permet aux autorités coloniales locales de s’affirmer devant les technocrates de la métropole en s’affranchissant des projets d’architectes et d’urbanistes parisiens qu’ils soient publics ou privés. Il se poursuivra tout au long des années cinquante.

44Les premiers travaux débutent dans les quartiers de Koulouba au sud de la ville administrative, de Samandin et de Saint-Léon entre 1950 et 1952 tandis que de nouvelles sections sont loties à Bilibambili. On notera que ces quatre quartiers représentent des acteurs politiques influents qui revendiquaient ce lotissement systématique, de la chefferie mossi en passant par le clergé catholique, l’élite et la main-d’œuvre qualifiée.

45Fallait-il d’abord satisfaire ces pouvoirs afin d’exercer un meilleur contrôle social et territorial ou la proximité de ces quartiers avec la ville coloniale rendait-elle techniquement plus logique et plus facile la mise en œuvre de ces lotissements ?

46Les quartiers de la chefferie traditionnelle comme Kolgo-Naba et Ouidi sont lotis en 1954, Kamsaoghin et Larlé en 1955, Gounghin en 1956. Là, le lotissement n’a pas pris en compte la concession du chef traditionnel mossi, contrairement aux autres quartiers traditionnels, sans qu’il soit possible de savoir si cela est porteur de sens en termes d’enjeu de régularisation urbaine et politique.

47Le lotissement des quartiers traditionnels mossi se fait selon une trame orthogonale mais le colonisateur impose une voirie de plus petite largeur que dans le quartier européen ce qui a le double avantage d’offrir une plus grande capacité de production de parcelles sur un même espace, et donc de loger plus d’habitants, et de réduire les coûts d’aménagement et d’équipements tant au niveau de l’assainissement qu’à celui des perspectives d’adduction de l’eau, de l’électricité, etc. Une hiérarchisation de la voirie est adoptée dont les différents types participent au dessin du nouveau tissu urbain et jouent un rôle important dans les relations sociales de quartier et de voisinage. On peut supposer qu’il existe des liens sémantiques entre tissu urbain et tissu social.

48Les quartiers de Koulouba, Tiedpalogo, Zangouettin, Peuloghin et Paspanga au sud du quartier administratif et au nord de la ville coloniale ont aussi fait l’objet de régularisations foncières. Le colonisateur a donc satisfait les revendications en provenance de ces quartiers et il a même privilégié cette partie de la ville africaine, pratiquant une forme de clientélisme à l’endroit de ces populations de manière à mieux les contrôler et à les initier peu à peu aux affaires et aux décisions de la cité. Les quartiers nord sont plus rapidement privilégiés que ceux de l’unité économique au sud de la ville coloniale, alors que la population des premiers était estimée à 5 000 habitants, et celle des seconds à 10 000 habitants. Un des moteurs de l’urbanisation d’une partie de la ville africaine devient le clientélisme avec les communautés non-mossi, renforçant ainsi d’anciennes alliances entre pouvoirs.

49Dans les nouveaux quartiers de la chefferie traditionnelle mossi comme dans les nouveaux quartiers communautaires, l’accès à une parcelle oblige le demandeur à payer des taxes de voirie et de jouissance d’habitation par mètre carré occupé, un permis urbain d’habiter et à construire un mur d’enceinte pour favoriser l’adaptation des populations aux pratiques de la ville.

50Encore une fois, ces nouvelles méthodes de fabrication de la ville ne sont pas perçues de la même façon par toutes les populations. Dans les quartiers où le colonisateur cherche à établir un clientélisme en favorisant les demandes des populations, le lotissement et ses obligations sont les bienvenus, les élites ayant bien mesuré l’intérêt de devenir propriétaire foncier. Au contraire, dans les quartiers traditionnels, le lotissement n’est pas accepté facilement car le nouveau tissu urbain a pris la place de champs vivriers sans que les populations soient indemnisées de la perte de leur support de travail. En outre, l’introduction d’impôts perturbe le système traditionnel mossi qui ne l’a que très peu pratiqué dans toute son histoire et il en est de même pour la terre qui dépendait jusque là de l’autorité autochtone quant à ses usages et sa territorialisation. Par ailleurs, le parcellaire bouleverse l’organisation socio-spatiale de l’habitat traditionnel : les lignages changent d’implantation spatiale et les populations se retrouvent distribuées selon leurs moyens et leurs choix. Les espaces traditionnels peuvent aussi voir arriver de nouvelles populations n’appartenant pas à leurs lignages.

51Certaines populations des quartiers où le lotissement n’est pas bien perçu partent s’installer dans des espaces non-régularisés, en marge des espaces lotis, de manière à ne pas payer de taxes et pour certains, à reprendre une activité agricole. Dans l’ensemble, le lotissement engendre le brassage spatial des communautés.

52Dans ce mouvement qui va du centre vers la périphérie, il est fondamental de comprendre que l’on est passé d’une définition simplement juridique d’un non-loti statique préexistant dans les années vingt, à celle d’un non-loti dynamique, généré par des mouvements de population dans les années soixante. Ceci marque en quelque sorte la véritable naissance de la ville irrégulière de Ouagadougou qui va former deux arcs, à l’ouest et à l’est.

53Cette ère de l’urbanisation introduit de profonds changements dans la morphologie urbaine, son tissu et l’organisation sociale des quartiers africains. En 1961, le parcellaire compte 9 663 unités loties, la superficie de la ville lotie est estimée à 1 552 hectares soit trois fois plus que dans les années cinquante. Les aires non- loties ont également progressé puisque leur superficie est estimée à 1 717 hectares. Cependant, face à ces chiffres il faut être prudent. En effet, les villages situés au nord des barrages commencent à apparaître sur les documents de l’urbanisme, impliquant un changement dans la prise en compte de l’espace par les autorités coloniales sans que l’on puisse savoir si les villages nord et les nouveaux espaces irréguliers de la ville ont été inclus dans le dénombrement de la population estimée à 57 952 personnes au début des années soixante.

54Ouagadougou présente une urbanisation en forme de disque avec des frontières particulières comme l’aérodrome, les barrages ou la zone industrielle. Du point de vue du bâti, il semble de plus en plus difficile de distinguer la ville coloniale de la ville africaine : « Bancoville » se réaffirme !

55En 1960, la Haute-Volta devient indépendante et Ouagadougou conserve son statut de capitale voltaïque.

Une politique du « laisser-faire » urbain (1960-1983)

56Après l’Indépendance, malgré le transfert de tous les pouvoirs et la mise en place d’une législation foncière, aucune politique urbaine d’envergure n’accompagne l’explosion démographique et l’extension spatiale de la capitale, qui donne finalement à voir une image anarchique.

57Les politiques urbaines des deux décennies qui suivent l’indépendance de la Haute-Volta peuvent se résumer en une quasi « non-intervention » de l’État à Ouagadougou, à l’exception de quelques opérations ponctuelles, ciblées et destinées à des populations spécifiques.

58Le premier mouvement à retenir est la mise en valeur des parcelles délimitées au cours de la dernière période coloniale, ainsi qu’une légère extension spatiale de l’autre côté de la zone industrielle de Gounghin (Planche 5-c) qui est progressivement aménagée. Il faut voir dans ces opérations la volonté des autorités de diversifier les compétences administratives et tertiaires de Ouagadougou, tout en gardant à l’esprit les fraîches rivalités entre Bobo-Dioulasso et la capitale. Semblant perpétuer et adapter les prérogatives de l’ancienne zone administrative coloniale, l’État indépendant cherche à y regrouper toutes les ambassades.

59Le 24 juillet 1963, le gouvernement adopte la loi n° 29/63/AN qui l’autorise à réserver des terres en prévision d’aménagements publics et inscrit la ville de Ouagadougou dans un plan cadre allant de 1966 à 1970. Et pourtant, concrètement, de 1961 à 1983, seuls 1 000 hectares sont lotis, soit en moyenne cinquante hectares par an ce qui est dérisoire lorsqu’au cours de la même époque, la population de Ouagadougou est presque multipliée par cinq pour atteindre 442 000 habitants en 1985. Cette brutale croissance démographique (environ 10 % entre 1975 et 1985) est due au double phénomène d’accroissement naturel et d’immigration urbaine, en relation avec les grandes sécheresses des années 1973-1974 et 1983-1984. La part de chacune de ces composantes semblant s’équilibrer peu après 1975, puisqu’à cette date, 44 % des habitants de la capitale y sont nés.

60La ville irrégulière, faite de maisonnettes en banco, s’est intensément développée en périphérie de la ville légale, accueillant de plus en plus les migrants à partir de 1975, alors qu’auparavant le centre-ville détenait cette fonction (Planche 5-d). La superficie de la ville non-lotie a aussi explosé du fait de constructions illégales à large emprise au sol et d’une spéculation foncière qui progresse, aggravant nettement la problématique de l’étalement urbain.

61La non-intervention dans les périphéries en voie de « surprécarisation » génère des formes urbaines anarchiques et doit être confrontée aux discours techniques et aux idées véhiculées par les autorités. En effet, la solution semble être la densification des constructions et par là, celle des populations des quartiers centraux récemment lotis, de manière à freiner l’urbanisation et ainsi réduire les frais qu’occasionneraient de nouveaux aménagements.

62Les dix kilomètres carrés de nouveaux lotissements, destinés pour partie aux élites, répondent quant à eux, à des logiques de ségrégation. Qu’il s’agisse du nouveau quartier de la Zone du bois à l’est de la ville, du quartier de Gandin qui prend rapidement le nom de Petit Paris à l’ouest ou encore de celui de la Patte d’oie au sud de la ville, tous vont attirer des populations aisées, ou être réservés à des cadres du secteur privé et à de hauts fonctionnaires. Chaque changement de régime politique appelle ainsi la construction d’un quartier moderne comme une vitrine des relations entre autorités et élites du moment.

63Un phénomène urbain rare et particulier doit toutefois être souligné à l’ouest de la ville vers le marigot de Pissy : quelques élites de Ouagadougou décident de s’implanter dans cette zone inondable où, de fait, aucun lotissement n’est prévu et elles obtiennent progressivement appui puis satisfaction à travers la parcellarisation de leurs concessions au début des années quatre-vingt.

64Seules deux opérations dites de « restructuration » de quartiers illégaux sont réalisées en direction de la ville non-lotie : en 1973 et 1974, débutent au sud de la ville, les projets « Cissin Pilote » et « Cissin restructuré » qui portent en eux la nouvelle orientation de la politique de l’habitat tant en termes de matériaux de construction que de financement (Banque mondiale), de critères d’obtention des parcelles et de droit à la citadinité avec pour exemple la délivrance systématique d’un permis urbain d’habiter. La taille des concessions est revue à la baisse de manière à limiter les coûts de l’équipement de base mais les résultats sont mitigés, une partie des lots fonciers ayant rapidement changé de propriétaire.

65Au début des années quatre-vingt, débutent les lotissements de Wogodogo-Nossin à l’est de Larlé selon une méthode qui consiste en la viabilisation d’un quartier grâce aux taxes de bornage et d’attribution des parcelles (Planche 6).

66Deux nouveaux aménagements d’envergure participent de manière non négligeable à l’évolution de la morphologie de Ouagadougou selon une logique d’externalisation spatiale, du centre vers la périphérie. Il s’agit du camp militaire de Gounghin à l’ouest qui occupe une superficie de cinq kilomètres carrés et de la zone industrielle de Kossodo (abattoir, etc.) sur la route de Kaya au nord-est de la ville, dans une périphérie quasi-inhabitée.

67Les opérations éparses et ponctuelles ont finalement créé des quartiers périphériques au faciès nouveau (large voirie, villas, etc.) habités par des populations relativement aisées.

68Cependant, à la veille de la Révolution, la situation urbaine apparaît catastrophique : 70 % des quartiers de la ville sont irréguliers et 60 % de la population de Ouagadougou vit dans la « Bancoville » illégale, ce qui signifie que plus de la moitié de la population se fait marginale et n’a pas « droit à la ville » (services, équipements). En outre, ces périphéries se voient gratifiées d’une très mauvaise réputation dans la perception collective.

69Ouagadougou se construit donc à partir d’un gros bourg rural. Le pouvoir colonial applique le modèle urbain hygiéniste maintes fois expérimenté en métropole. Cependant, ce modèle porte dans les colonies les germes d’une ségrégation puisqu’il n’est finalement appliqué qu’aux quartiers accueillant principalement les populations blanches. Par conséquent, bien que les fondements des oppositions spatiales soient appelés à évoluer, Ouagadougou restera longtemps marquée par le contraste majeur entre le centre et la périphérie, et par l’absence de réelle volonté politique de faire profiter toute la population des bienfaits de la modernisation de l’habitat.

70Cette image relativement négative de la capitale va subir de rapides et profonds changements sous la période révolutionnaire. Le développement d’une politique volontariste va imposer un modèle urbain qui veut offrir à la population un meilleur accès à la ville et à ses équipements, et donner à voir à la communauté internationale le portrait d’un pays capable de se prendre en main.

L’AIRE URBAINE À LA VEILLE DE LA RÉVOLUTION (1983)

L’AIRE URBAINE À LA VEILLE DE LA RÉVOLUTION (1983)

Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Meyer P.E., Paris X-IRD
Sources : Cadastre ; fond de carte IGB, 2002

Notes

1 Dans un souci de simplification, nous avons choisi d’orthographier ainsi ce mot parmi différentes possibilités (Moro Naba, Moogo Naaba, etc.). De la même façon, nous n’avons pas introduit de pluriel pour les noms des peuples. Nous nous sommes efforcés de conserver tout au long de l’ouvrage la même orthographe pour les noms, particulièrement ceux des quartiers, mais il nous a semblé parfois indispensable de restituer l’écriture qui prévalait à un moment donné de l’histoire de la ville. Par exemple, nous avons gardé « Larhalle » sur la planche 4 que nous avions trouvé ainsi dans les sources et nous avons continué avec « Larlé » qui prévaut maintenant comme on peut le constater sur la planche 7, page 41.

2 De la période coloniale à la Révolution conduite par Sankara, l’aménagement urbain se fonde sur un scénario identique passant par le déguerpissement des populations, préalable à la reconstruction du quartier concerné, selon les normes de l’époque. Pendant la Révolution, ces opérations s’accompagnaient de proposition de relogement des populations dans les trames d’accueil ou de dédommagement. Pour le réaménagement du centre-ville organisé dans le cadre du projet ZACA, on parle plutôt de délocalisation des populations en espérant que la nuance permettra aux populations de vivre moins mal cet événement. Et, comme dans le cadre des déguerpissements organisés sous la Révolution, les habitants de la zone concernée par la ZACA ont été dédommagés ou relogés dans une trame d’accueil située à Ouaga 2000 (voir encadré 4, page 54). Cependant, déguerpissement ou délocalisation, ces dédommagements ne font pas l’unanimité.

Table des illustrations

Titre ORGANISATION TERRITORIALE DE OUAGADOUGOU (1892-1932)
Légende Élaboration : Meyer P.E., Chavent N., Paris X-IRD, Pirot F., CNRSSources : d’après Déverin-Koanda Y., 1992 ; enquêtes Meyer P.E., 2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 2Le Balum Naaba (1943)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre CROISSANCE URBAINE (1932-1972)
Légende Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Meyer P.E., Paris X-IRDSources : Cadastre ; fond de carte IGB, 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Illustration 3Construction des premières digues sur le barrage n° 3 (1947)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Illustration 4La halle aux tissus indigènes à l’intérieur du marché (1955)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre L’AIRE URBAINE À LA VEILLE DE LA RÉVOLUTION (1983)
Légende Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Meyer P.E., Paris X-IRDSources : Cadastre ; fond de carte IGB, 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/892/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

Auteur

Géographe, doctorant en géographie de la santé de l’Université de Paris X-Nanterre
Sa connaissance de Ouagadougou acquise sur le terrain entre 2002 et 2005, lui permet de mettre en évidence les articulations entre les modes d’urbanisation qui ont prévalu et leur traduction en termes de risques pour la santé dans l’espace.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable