Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles et élaboration des pharmacopées savantes

Diversité des plantes médicinales et ethnotaxonomie en pays Malinké de Côte d'Ivoire

Guy-Alain Ambe et François Malaisse

Texte intégral

  • 1 Laboratoire d'Ecologie, Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux 2 Passage des (...)

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Jardin Botanique National de Belgique, Domaine de Bouchout Chaussée de Bruxelles 1860 Meise (Belgi (...)

2Note portant sur l'auteur2

Introduction

3La prise en compte du "savoir paysan" dans les processus de vulgarisation est une démarche relativement récente dont la nécessité fut mise en évidence par plusieurs auteurs. Selon Kilahama (1998), les connaissances écologiques autochtones constituent d'ailleurs un outil essentiel des stratégies de vulgarisation.

4L'accès aux connaissances des paysans peut se faire de façon directe à travers des enquêtes ethnobotaniques. Cependant, certaines informations, moins "rationnelles", ne peuvent être obtenues par les techniques classiques conventionnelles. Dans ces cas, le recours à des méthodes moins formelles est nécessaire (Cotton, 1996). Ainsi, l'ethnotaxonomie ou parataxonomie (Spichiger et al., 2000), dont le but est l'étude des systèmes de classification utilisés par les populations indigènes, constitue un moyen permettant de comprendre le mode de perception des plantes. Des informations intéressantes peuvent émaner de la signification littérale et de l'étymologie des dénominations vernaculaires.

5Les dénominations courantes (noms vulgaires ou en français) mettent en évidence des caractéristiques écologiques, morphologiques, culturelles, etc. Si l'on se réfère aux dénominations attribuées aux plantes médicinales tropicales et ivoiriennes (Chenu, 1987), les critères pris en compte sont principalement le territoire d'origine (Pomme-canelle du Sénégal, Jambolan de Guinée, Figuier du Cap), des caractères organographiques (Calebassier, Achit trifolié, Bignone griffe de chat, Camara piquant, Cœur de bœuf, etc.) ou encore les propriétés biochimiques (Bois-ivrant, Acacie odorante, Trompette de la mort, etc.). Cette démarche est courante dans les dénominations vernaculaires. La dénomination des plantes peut révéler, outre des informations sur leurs usages, des renseignements de nature écologique ou morphologique permettant de mieux les connaître et les décrire.

6En pays Malinké, les plantes tirées du milieu naturel contribuent au bien-être des populations, surtout en milieu rural. Le but de la présente étude est d'analyser et de comprendre les systèmes villageois de dénomination et de reconnaissance des espèces végétales. Les espèces concernées sont les plantes à usage médicinal dont l'importance pour le monde tropical est largement reconnue. En effet, la médecine traditionnelle soulage plus de 70 % des populations du tiers-monde (Malaisse, 1992) et 80 % des populations africaines (Adjanohoun et al., 1985). Cependant, la pratique de cette médecine nécessite toujours des améliorations considérables, quand on la compare à l'état qu'elle atteint en Inde ou en Chine (Sofowara, 1996). Ces améliorations, qui permettraient d'aboutir à des "drogues nouvelles" en tirant parti du patrimoine végétal (Ake Assi et al., 1981), sont multiples, et justifient une meilleure connaissance des plantes médicinales tant du point de vue de l'identification que de leurs multiples usages.

7Le système taxonomique Malinké sera discuté et comparé à la démarche utilisée par deux autres groupes ethniques : les Bambara du Mali (Adjanohoun et al., 1981) et les Peuls du Cameroun (Tourneux et Daïrou, 1998).

Matériel et méthodes

8L'étude a été réalisée à Kênêgbê, un village situé à 45 km à l'ouest de la ville de Séguéla. Cette dernière est le chef-lieu du département situé à 400 km au nord d'Abidjan, la capitale du pays. Localisée en pays Malinké, la population de ce petit village d'environ 300 habitants, appartient en majorité à l'ethnie Dioula. La dition appartient à la zone de savane qualifiée de "savanes guinéennes préforestière" (Guillaumet et Adjanohoun, 1971). La population bénéficie d'une diversité de plantes provenant d'unités de végétation variées. On y rencontre des formations denses (forêts denses humides semi-décidues, îlots forestiers, forêts galeries, etc.), mais également des formations plus ouvertes (savanes proprement dites et forêts claires).

9L'inventaire et la détermination scientifique des espèces utilisées dans la médecine locale ont été dressés lors d'une enquête préliminaire (Ambe et Malaisse, 2000). Le matériel de référence a été déposé au Jardin Botanique National de Belgique (BR) à Meise.

10Pour ces plantes médicinales, la signification littérale ainsi que l'éty- mologie des dénominations locales (en langue Dioula) ont été recherchées.

Résultats

Diversité des plantes utilisées dans la médecine et la pharmacopée traditionnelle en pays Malinké

11L'enquête a permis de recenser une cinquantaine d'espèces végétales utilisées dans la médecine et la pharmacopée locale. Le tableau I reprend, pour chaque plante, le nom scientifique (par ordre alphabétique), la famille botanique, l'organe utilisé et la maladie traitée. Ces plantes appartiennent à 29 familles botaniques dont les mieux représentées sont, par ordre d'importance décroissant, les Euphorbiaceae, Caesalpiniaceae, Rubiaceae et Fabaceae. Malgré la présence d'un traducteur compétent, l'identification précise des pathologies mentionnées par les villageois demeura fastidieuse. Pour certaines maladies telles que le paludisme, les symptômes sont relativement mieux connus ; mais dans la majorité des cas, nous avons dû considérer plutôt des symptômes apparents que des pathologies proprement dites.

12À l'issu de l'enquête préliminaire (Ambé et Malaisse, 2000), les maladies et symptômes ont été présentés en suivant principalement les subdivisions définies dans le remarquable ouvrage de Adjanohoun et al. (1989), à savoir : appareil digestif (ballonnement, diarrhée, constipation, abcès du ventre, colique) ; obstétrique (enflure du visage des femmes enceintes, hémorragie après accouchement) ; peau (dermatoses suintantes, blessures) ; nez, bouche, gorge, oreille, tête (crises dentaires, plaies de la bouche, maux d'oreille, douleurs céphaliques) ; appareil respiratoire (toux) ; appareil locomoteur (douleurs rhumatismales, douleurs du bassin et des côtes) ; appareil génital et urinaire de l'homme (hernie) ; pathologie pédiatrique (somnolence et retard à la marche de l'enfant) ; maladies et indications particulières (diabète, paludisme, hyperthermie) ; symptômes et syndromes particuliers (sommeil chronique, fatigue générale) ; indication médico-magiques (apparition de la bosse, mauvais esprits, chance).

13Nous y avons ajouté les autres produits naturels, notamment : les plantes destinées à l'hygiène bucco-dentaire, les stupéfiants et stimulants, les tisanes "bienfaitrices", les plantes aphrodisiaques.

14En guise de discussion, l'efficacité réelle de quelques-unes d'entre elles a été commentée, en comparaison avec leurs usages par d'autres populations (Ambé et Malaisse, 2000).

Les systèmes de dénomination vernaculaire

15Pour 25 taxons, l'étymologie et la signification littérale des dénominations vernaculaires nous ont été signalées par des informateurs "avisés". Le Tableau II reprend la liste de ces espèces (noms scientifiques) ainsi que les informations relatives aux noms vernaculaires et aux significations littérales de ceux-ci.

16Il apparaît que les dénominations vernaculaires de plantes médicinales en langue dioula relèvent de plusieurs démarches. La distinction des espèces est quelque fois basée sur des caractères propres à chacune d'elles. Ces caractères concernent aussi bien l'usage que les caractéristiques morphologiques et écologiques. Les taxons sont également dénommés au travers de comparaisons. Ainsi, nous avons pu observer des références aux plantes ou organes mieux connus ou encore des allusions à la dualité mâle et femelle.

17Nous passerons en revue les différentes démarches qui aboutissent à la dénomination et à l'identification des espèces végétales en pays Malinké.

Référence à l'usage thérapeutique

18La désignation de plantes médicinales en référence à l'usage à été observée à 6 reprises. L'espèce Hyptis suaveolens se nomme "sosso-gbê-fén" (la chose qui chasse les moustiques). Une espèce de Colocasia est désignée par "saha-gbê-fén" (la chose qui chasse les serpents). Ces deux plantes sont utilisées comme répulsifs.

19Le pignon d'Inde, Jatropha curcas, "bagani-brou" (feuille de bagani) sert à traiter la maladie appelée "bagani", qui occasionne des plaies buccales. Le Neem, Azadirachta indica "djokouadjo-brou" (feuille de djokouadjo), est utilisé pour traiter le "djokouadjo", c'est-à-dire le paludisme. Le "koum-gbêni" (tâches blanches) ou "wra-wra-fla" (médicament des démangeaisons) dénomme la Rubiacée Mitracarpus scaber, dont les feuilles sont utilisées en friction sur les dermatoses. De même, Securinega virosa, dont l'usage du décocté de feuilles comme tonique pour les nouveau-nés est courant, se nomme "môgôcolo-calaman" (rameaux de la vigueur).

Référence aux caractéristiques de la plante

20Des références à des caractères morphologiques se retrouvent pour plusieurs autres noms vernaculaires de plantes. La dénomination de la plante tient compte des caractéristiques de l'organe utilisé. Ainsi, suite à son mode particulier de propagation, les feuilles crassulescentes de Kalanchoe crenata, utilisées pour traiter les maux d'oreille, se présentent sous forme de tapis continu rappelant un emplacement pour dormir. De ce fait, la plante se nomme "dêbê-dêbê-brou" (natte-natte-feuille) (Figure 1). L'écorce de la liane ligneuse Salacia stuhlmanniana, dont le décocté est utilisé dans les cas de fatigue générale, ressemble à un cordage tressé qui rappelle un faisceau d'une "centaine" de nerfs. Son appellation de "fassa-kêmin", littéralement "cent nerfs" fait ressortir ce caractère. Les écailles de l'inflorescence rose de Thonningia sanguinea rappellent quelque peu la couronne de feuilles observée pour certains palmiers. C'est le palmier de la biche blanche, "konannan-ya-tché" (Figure 2).

21Dans ce type de référence, le rapprochement de deux taxons dont la distinction reposera sur la polarité mâle-femelle est une démarche courante. La pilosité des plantes constitue alors parfois un critère de distinction. Ainsi, Cassia hirsuta est considérée comme femelle "kinkeliba-moussoman" (kinkéliba-femelle) à cause des poils hirsutes sur ses feuilles rappelant la chevelure de la femme. Le "kinkeliba-tchêman" (kinkéliba-mâle) correspond à Cassia occidentalis. Dans ce cas encore, l'utilisation de caractéristiques de l'organe utilisé, en l'occurrence la feuille, se vérifie.

22Par rapport aux fruits, la distinction entre taxons semblables peut être mise en évidence par rapport à la comestibilité ou non. Les taxons à fruits comestibles sont symbolisés par la fertilité et sont rapprochés de la femme. Ainsi, le "m'bouré-tchêman" (m'bouré-mâle) désigne l'espèce Gardenia erubescens à fruits non comestibles. Par opposition, le "'bouré-moussoman"(m'bouré-femelle) aux fruits comestibles, à saveur de pomme, correspond à Gardenia ternifolia.

Combinaison de références à l'usage et aux caractéristiques morphologiques

23Il existe des dénominations qui associent à la fois l'usage et les caractéristiques morphologiques. Ainsi, Vernonia guineensis se nomme "tchê-banangou" (igname de l'homme). Le terme "igname" fait allusion aux racines tubéreuses de la plante ; la consommation de l'organe souterrain est réservée aux hommes, dont il augmente la virilité.

24L'herbe baïonnette, Imperata cylindrica var. africana, présente l'allure générale des mauvaises herbes désignées par le terme général de "bîn". Pour différencier la variété africana, des autres variétés qui sont des mauvaises herbes, les villageois utilisent l'appellation de "bîn-brouni", littéralement "herbe feuillée". Les feuilles de la variété africana, fournissant une tisane parfumée et très appréciée, sont alors mises en évidence.

25L'hygiène bucco-dentaire est assurée par des cure-dents, "gbêssê". Les plantes servant à cet usage sont différenciées par les caractéristiques des organes utilisés, les rameaux. On distingue le "mannan-gbêssê" (cure-dent caoutchouc) désignant l'espèce Lophira lanceolata du fait de la flexibilité de ses rameaux. Le "soucarogbêssê" (cure-dent sucré) correspond au Jambolan de Guinée ou Sygygium guineense var. macrocarpum ; une variété possédant des rameaux à saveur sucrée.

Référence à des plantes ou organes mieux connus

26Pour quelques plantes médicinales, la dénomination se réfère à d'autres plantes ou organes mieux connus. Le terme "sounsoun" (en dioula), désigne un groupe de taxons à fruits succulents.

27La pomme-canelle du Sénégal (Annona senegalensis) et le kaki de brousse (Diospyros mespiliformis), tous deux utilisés en médecine traditionnelle, sont mieux connus pour la consommation de leurs fruits. Les villageois distinguent le "sounsoun-gbêni" ("sounsoun blanc") - correspondant à Annona senegalensis, dont les fruits sont orangés à maturité - du cœur de bœuf, Annona muricata, désigné par "toubabou-sounsoun" (sounsoun des Européens). Pour cette dernière espèce, les fruits restent verdâtres à maturité. De même, le "sounsoun-ba", littéralement "grand sounsoun", désigne le Diospyros mespiliformis - arbre de 10 à 15 m de hauteur - qui se distingue aisément des autres "sounsoun" à port arbustif. L'importance du port apparaît encore pour une autre appellation de la Pomme-canelle, à savoir "dougouminnin-sounsoun", littéralement sounsoun du sol, à cause du développement à même le sol des fruits.

28A l'instar du terme "sounsoun", celui de "gbéi" regroupe les espèces à fruits succulents appartenant au genre Landolphia. Les fruits d'Opilia celtidifolia, plante à usage médicinal, sont très appréciés des oiseaux. L'espèce est dénommée "konon-gbéi", ce qui signifie littéralement gbéi des oiseaux.

29Enfin, signalons l'exemple de la Fabaceae Pseudarthria hookeri. La dénomination de cette herbacée, "soumgban-fi" ("soumgban noir"), fait référence au thé de savane, Lippia multiflora. Cette dernière espèce, dénommée "soumbgan", est très connue dans la région pour le parfum agréable émanant de la tisane issue des feuilles. La décoction des feuilles plus foncées de P. hookeri fournit également une tisane utilisée pour traiter le diabète.

Référence à des critères écologiques

30Au cours de nos enquêtes en pays Malinké, nous avons relevé à plusieurs reprises des références au milieu où croissaient les plantes. Ceci est particulièrement le cas pour les divers fruitiers sauvages.

31Ainsi, nous avons pu identifier deux exemples de plantes médicinales rencontrées sur les berges des cours d'eau. Le terme de "berge" est désigné sous l'appellation de "bâ" ou "kô" en langue dioula. L'espèce Margaritaria discoidea (Syn. Phyllanthus discoideusj, dont les feuilles sont utilisées en bain et en boisson dans les cas de fatigue générale ou de sommeil chronique, se rencontre principalement dans les lieux humides de savane (Adjanohoun et al., 1989). Sa dénomination de "bâ-kôgô", littéralement "sel des berges", se réfère à cette écologie. L'Asteraceae Vernonia colorata sera notre second exemple. L'espèce, répandue dans les galeries forestières, se nomme "kô-savinan", c'est-à-dire, le savon des berges.

Autres types de références

32Des références à des concepts socio-culturels ont également été notées. L'appellation du tabac (Nicotiana tabacum) "gbossoro" (voyou) vient du fait que l'usage peu ordinaire de la plante en milieu rural islamisé amène à considérer les utilisateurs comme "peu responsables" - des voyous !

33Le "soucola-brou", littéralement feuille de la nuit, est l'appellation réservée à Ocimum canum ; la plante entière est utilisée pour éloigner les mauvais esprits qui se manifestent la nuit.

Synthèse et discussion

34Les démarches identifiées ci-dessus pour la dénomination des plantes par les Malinké de Séguéla s'observent également pour d'autres groupes ethniques, mais toutefois avec quelques différences. Nous discuterons du système reconnu. Nous comparerons ensuite celui-ci à la nomenclature signalée pour d'autres populations de l'Afrique occidentale.

La classification des Malinké de Séguéla

35La référence à l'usage semble quasi constante pour la dénomination des plantes exotiques (Hyptis suaveolens, Colocasia sp, Jatropha curcas, Azadirachta indica). Toutefois, quelques plantes indigènes répondent à cette démarche, notamment Mitracarpus scaber et Securinega virosa. Les autres espèces indigènes sont généralement dénommées par rapport aux caractères botaniques de l'organe utilisé, combiné ou non à l'usage. La démarche consistant à nommer les plantes en fonction de leur usage implique une certaine limite à la diversité des noms vernaculaires. En effet, on peut se demander comment distinguer deux plantes destinées à traiter la même maladie ! Il est logique de penser que les villageois, n'utilisant qu'une ou deux plantes pour chaque pathologie, attribuent à ces espèces des noms en conséquence. Les plantes portant alors les noms de maladies seraient dès lors les plus efficaces.

36Les espèces dont la dénomination fait référence à des plantes ou organes mieux connus sont des plantes utilisées à d'autres fins, mais dont les vertus thérapeutiques ont été probablement découvertes par la suite. Les fruits étant les principaux organes recherchés en savane, de nombreuses plantes sont dénommées sur cette base. C'est le cas des "sounsoun" Annona senegalensis et de Diospyros mespiliformis ou encore du "gbéi" des oiseaux Opilia celtidifolia. Lorsque deux taxons sont semblables, la référence à la dualité mâle et femelle semble prédominer pour les distinguer. La différenciation des deux "kinkéliba" (Cassia hirsuta et Cassia occidentalis) ainsi que celle des deux "m'bouré" (Gardenia erubescens et Gardénia ternifolia) en sont de bons exemples. La référence à une plante mieux connue est également utilisée en cas de similitude. Les espèces Pseudarthria hookeri et Lippia multiflora, à port similaire, se distinguent sur la base de la couleur des feuilles. Celles-ci paraissent plus sombres chez Pseudarthria hookeri, le "soumgban-fi" (soumgban noir).

Comparaison avec les Peuls du Cameroun et les Bambara du Mali

37La référence à l'usage semble peu courante chez les Peuls. Dans l'ouvrage consulté (Tourneux et Daïrou, 1998), le terme de médicament n'est apparu qu'une seule fois, en l'occurrence pour désigner Jatropha gossypiifolia ("maagani-balmol" = médicament / de l'arme). L'auteur précise en outre que le mot "maagani" (médicament) a été emprunté à l'ethnie Haoussa. De même chez les Bambara du Mali, l'allusion à l'usage thérapeutique ne semble pas évidente, du moins si l'on tient compte du lexique des noms vernaculaires proposé par Adjanohoun et al. (1981). En conclusion, il semble que pour les deux populations de comparaison, le recours à l'usage ne soit pas nécessaire ; traduisant une richesse d'appellations propres.

38Les références aux caractéristiques de la plante s'observent chez les Bambara du Mali et les Peuls du Cameroun. Dans ce dernier groupe ethnique, l'espèce Cassia hirsuta est nommée "Kaccu-Kaccunga", "sale chose puante", à cause du goût peu agréable du décocté des feuilles. De même, l'appellation "nyamm-jeeda" (mange / tais-toi) désigne un ensemble de plantes à sauce peu agréables à manger à cause de leur odeur. On doit pourtant s'en contenter quant on a faim. Il s'agit de Corchorus sp. (Tiliaceae), Sida sp. (Malvaceae) et d'Urena lobata (Malvaceae).

39Parmi les références aux caractéristiques morphologiques, on peut citer, pour le Mali, le cas du "sinjan" Cassia sieberiana et du "sin-jam-ba" (grand sinjan) Kigelia africana. Ces deux espèces possèdent des fruits impressionnants par leur taille qui peut atteindre 80 cm de long pour C. sieberiana (Aubreville, 1936) et 30 à 60 cm de long pour K. africana (Berhaut, 1967). Cependant, les gousses de C. sieberiana sont étroites tandis que les fruits du saucissonnier Kigelia africana sont volumineuses, atteignant 6 à 8 cm de large (Berhaut, 1967), ce qui vaut à cette dernière l'appellation de "grand sinjan".

40En ce qui concerne la dualité mâle et femelle, il convient de noter que la nature du caractère mâle et de son contraire, le caractère femelle, revêt des formes diverses, souvent pittoresques, parfois étonnante selon les populations considérées. Par exemple, contrairement aux Malinké de Séguéla, les Peuls considèrent Gardenia ternifolia, à fruits comestibles, comme l'entité mâle "dii'aali-gorki" (Gardénia / mâle ). L'espèce Gardénia erubescens, à fruits non comestibles, est l'équivalent femelle "dii'aali-debbi" (Gardénia / femelle). De même, la pilosité ne semble pas indiquer, chez les Peuls, l'entité femelle.

41En effet, Piliostigma reticulatum se nomme "barkeehi-debbi" (Piliostigma / femelle) et se distingue de Piliostigma thonningii désigné par "barkeehi-gorki" (Piliostigma / mâle) dont les feuilles sont pubescentes sur la face inférieure. Cette dernière espèce possède en outre des feuilles plus grandes, fortement bilobées ; ce qui lui confère peut-être une certaine masculinité ? Dans tous les cas, il serait intéressant de comprendre les motivations de ces dénominations.

42En ce qui concerne la référence à des plantes ou organes mieux connus, le système Malinké utilisé pour différencier les annones est d'usage chez les Peuls. En effet, ceux-ci distinguent l'Annone indigène Annona senegalensis, nommé "dukuuhi-ladde" (Annone / de brousse), de l'Annone exotique Annona squamosa, nommé "dukuuhi-Makka" (Annone / de la Mecque). D'autre part, à l'instar du "gbéi" et du "sounsoun" des Malinké, le préfixe "dukuuhi" semble indiquer tout fruit savoureux. Ainsi, le papayer, Carica papaya, est considéré comme l'Annone de village appelée "dukuu- hi-wuro" (Annone / de village). Aussi bien chez les Malinké que chez les Peuls, on se réfère au colonisateur qui peut être politique (Européen) ou religieux (Islam, la Mecque).

43Quelques références à l'écologie de la plante ont été notées chez les Peuls du Cameroun. Le "maayo", cours d'eau temporaire, confère à l'espèce Ludwigia hyssopifolia l'appellation de "tabaahimaayo" (plante noire du maayo). L'équivalent de terre ferme est le tabac, Nicotiana tabacum nommé "tabaahi" (plante noire). De même, les Peuls distinguent "l'Ocimum de cours d'eau" Clausena anisata "jammbal-joohi-maayo" de la Basilic (O. basilicum) qui est "l'Ocimum de village" nommé "jammbal-joohi-wuro". La dénomination peut combiner à la fois l'écologie et les caractéristiques de la plante. Ainsi, un Vernonia sp. est désigné par "ndiyamhi" (plante aquatique) tandis que d'autres Vernonia spp. se nomme "kaafkimaayo" (arbuste amer du cours d'eau).

Conclusion

44L'étude a permis de mettre en évidence diverses démarches utilisées en pays Malinké pour nommer et identifier les plantes médicinales. Les concepts descriptifs utilisés sont principalement l'usage potentiel, l'allure générale ou encore l'écologie de la plante. Des similitudes d'approche avec d'autres groupes ethniques ont été mentionnées ; quelques différences ont également été signalées.

45Pour la moitié des plantes récoltées, l'étymologie des dénominations vernaculaires n'a pu être retrouvée, malgré la participation de personnes âgées à nos enquêtes. Si l'on tient compte du fait que les dénominations des plantes n'est jamais le fruit du hasard, cette observation dénoterait une perte sensible des connaissances relatives à l'étymologie et aux significations littérales des noms vernaculaires. De même, nous avons pu noter une exploitation relativement limitée des plantes sauvages pour les soins de santé ; observation confirmée par les nombreuses dénominations faisant appel à la maladie traitée. L'installation relativement récente de cette population - venue principalement des autres territoires Manding (Mali, Guinée) - en territoire de Séguéla, peut expliquer cette relative "pauvreté" en connaissance du milieu. Ce constat justifie tant la nécessité que l'urgence d'études ethnotaxonomiques pour sauvegarder ce qui reste encore des connaissances locales. Comme le relèvent Bokdam et Droogers (1975), la disparition des plantes sauvages sous l'influence de la modernisation conduit à la perte des connaissances relatives à leurs usages, leurs noms et leurs étymologies. Ces connaissances qui ont été lentement accumulées, gardées et livrées de génération en génération, risques de disparaître définitivement.

46Parallèlement à la sauvegarde du savoir, ce dernier pourrait utilement être le support d'une recherche pharmacognosique.

Remerciements

47Nos premiers remerciements vont à l'endroit du gouvernement de la République de Côte d'ivoire qui a octroyé une bourse d'étude de Doctorat à l'un de nous (G.-A. Ambé).

48Nous remercions également le laboratoire d'Ecologie de la Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux ainsi que le Laboratoire de Botanique de la Faculté Universitaire de Cocody (Abidjan) pour diverses facilités logistiques et financières.

49Enfin, nous tenons à remercier notre guide de terrain Sangaré Vamoussa ainsi que tous les villageois qui ont bien voulu participer à nos enquêtes.

Figure 1. La plante natte-natte-feuille ("dêbê-dêbê-brou") : Kalanchoe crenata (Andrews) Haworth.
Suite à son mode particulier de propagation, les feuilles crassulescentes de ce suffrutex, utilisées pour traiter les maux d'oreille, se présentent sous forme de tapis continu rappelant un emplacement pour dormir : la natte.

Figure 2. Le palmier de la biche blanche ("konannan-yatché, en dioula") : Thonningia sanguinea Valh.
Les écailles de l'inflorescence rose de la plante rappellent quelque peu la couronne de feuilles observée pour certains palmiers. C'est le palmier de la biche blanche.

Tableau I. Les plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en pays Malinké (BR : Jardin Botanique National de Belgique, Meise)

Tableau I. Les plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en pays Malinké (BR : Jardin Botanique National de Belgique, Meise)

Tableau II. Signification littérale des noms vernaculaires de quelques plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en pays Malinké

Tableau II. Signification littérale des noms vernaculaires de quelques plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en pays Malinké

Bibliographie

Références

ADJANOHOUN E., AKE ASSI L., CHIBON P., CUFFY S., DARNAULT J-J., ETIENNE C., EYME J., GOUDOTE E., JEREMIE J., KEITA A., LONGUEFOS- SE J.-L, PORTECOP J., SOOPRAMANIEN A., TROIAN J. (1985) Médecine traditionnelle et pharmacopée : contribution aux études ethnobotaniques et floristiques à la Dominique, Paris, ACCT.

ADJANOHOUN E.J., ADJAKIDJÉ V., AHYI M.R.A, AKÉ ASSI L., AKOE-GNINOU A., D'ALMÉIDA J., APOVA F., BOUKEF K., CHADARE M., CUSSET G., DRAMANE K., EYME J., GASSITA J.-N., GBAGUIDI N., GOUDOTE E., GUINKO S., HOUNGNON P., LO I., KÉITA A., KINIFFO H.V., KONÉ- BAMBA D., MUSAMPA NEYYA A., SAADOU M., SODOGANDJI T., DE SOUZA S., TCHABI A., ZINSOU DOSSA D., ZOHOUN T. (1989) Médecine traditionnelle et pharmacopée : contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Bénin, Paris, ACCT, 595 p.

ADJANOHOUN E.J., AKE ASSI L., FLORET J.J., GINKO S., KOUMARÉ M., AHYI A.M.R., RAYNAL J. (1981 ) Médecine traditionnelle et pharmacopée : contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Mali, Paris, ACCT, 291 p.

AKE ASSI L., ABEYE J., GUINKOS S., GIGUET R., BAGAVOU Y. (1981) Contribution à l'identification et au recensement des plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en République Centrafricaine, Paris, ACCT, iv + 139 p.

AMBÉ G.-A. & MALAISSE F. (2000) Les plantes utilisées dans la médecine et la pharmacopée traditionnelles d'une population malinké en Côte d'ivoire, Revue Méd. Pharm. Afr. 14 : 121-130.

AUBREVILLE A. (1936) La flore forestière de la Côte d'ivoire, Paris, Larose, vol. 3, p. 208.

BERHAUT J. (1967) Flore du Sénégal, Dakar, Clairafrique, 485 p.

BOKDAM J. & DROOGERS A.F. (1975) Contribution à l'étude ethnobotanique des Wagenia de Kisangani (Zaïre), Wageningen, Institut National Agronomique.

CHENU J. (1987) Plantes médicinales tropicales et ivoiriennes, Abidjan, Dareni-édition, 6 vol.

COTTON C.M. (1996) Ethnobotany : Principles and Applications, Chichester, Wiley, vii + 399 p.

GUILLAUMET J.L. & ADJANOHOUN E. (1971 ) La végétation, in Mémoires, le milieu naturel de la Côte-d'Ivoire, 50, Paris, ORSTOM, 161-262.

KILAHAMA F.B. (1998) Connaissances écologiques des populations autochtones : outil essentiel des stratégies de vulgarisation rurale, Echos Du Cota, 78 : 14-19.

MALAISSE F. ( 1992) La gestion des produits sauvages comestibles, Défis- Sud, 7 : 18-19.

SOFOWARA A. (1996) Plantes médicinales et médecine traditionnelle d'Afrique, Paris, Karthala, 383 p.

SPICHIGER R.-E., SAVOLANEN V.V., FIGEAT M. (2000) Botanique systématique des plantes à fleurs. Une approche phylogénétique nouvelle des Angyospermes des régions tempérées et tropicales, Lausanne (Suisse), Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, xii + 372 p.

TOURNEUX H. & DÀIROU Y. (1998) Dictionnaire peul de l'agriculture et de la nature (Diamaré, Cameroun), Paris, Karthala/CTA/CIRAD, 547 p.

Notes de fin

1 Laboratoire d'Ecologie, Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux 2 Passage des Déportés 5030 Gembloux (Belgique) Email : mailto:ambe.g@fsagx.ac.be

2 Jardin Botanique National de Belgique, Domaine de Bouchout Chaussée de Bruxelles 1860 Meise (Belgique) Email : mailto:malaisse@br.fgov.be

Table des illustrations

Légende Figure 1. La plante natte-natte-feuille ("dêbê-dêbê-brou") : Kalanchoe crenata (Andrews) Haworth.Suite à son mode particulier de propagation, les feuilles crassulescentes de ce suffrutex, utilisées pour traiter les maux d'oreille, se présentent sous forme de tapis continu rappelant un emplacement pour dormir : la natte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Figure 2. Le palmier de la biche blanche ("konannan-yatché, en dioula") : Thonningia sanguinea Valh.Les écailles de l'inflorescence rose de la plante rappellent quelque peu la couronne de feuilles observée pour certains palmiers. C'est le palmier de la biche blanche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau I. Les plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en pays Malinké (BR : Jardin Botanique National de Belgique, Meise)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tableau II. Signification littérale des noms vernaculaires de quelques plantes utilisées dans la médecine traditionnelle et la pharmacopée en pays Malinké
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 707k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540