Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

Les animaux médecins d'eux-mêmes ?

Michel Ansay

Résumé

Résumé
Le regard posé par l'homme sur l'animal est-il une contribution à l'archéologie du savoir médical ? Déjà Aristote, au ive siècle avant notre ère, faisait des observations pertinentes sur le chien "mangeant une certaine herbe". Il y a de nombreux exemples, plus modernes et bien documentés, d'animaux recherchant "ce qui est bon pour eux" (Huffman et son école). Mais cette expression court le risque d'être anthropomorphique. Il y a un langage secret des animaux qu'ont entrevu sans doute les auteurs des "contes initiatiques des bergers Peuls" mais que de plus récentes observations confirment. Il y a en effet toute une série de médiations (physiques, chimiques, ...) possibles entre l'animal et son environnement. A ces messages correspondent des récepteurs, des organes adaptés et on doit même évoquer la réalité et la variété d'échanges de signaux dans le règne animal et végétal.
"Un jour, il y a très longtemps - alors que les animaux et les hommes se comprenaient encore" (Amidou Hampâté Bâ,1999)

Texte intégral

1Les observations du Dr Huffman (1997, 1998) et de son école fondent un chapitre nouveau de l'histoire des relations homme-animal. Elles nous renvoient à une archéologie des savoirs scientifiques. En particulier, est-ce qu'il y a un savoir primitif (animal, instinctif ...) qui échappait jusqu'ici à la science (occidentale, j'entends) et que nous commencerions à découvrir ?

2Un bref exposé tentera de se structurer ainsi :

  • Observations d'hier
  • Observations d'aujourd'hui
  • "Si les lions pouvaient parler ..." (L. Wittgenstein,)
  • "Voilà qui remet Internet à sa juste place" (J.-M. Pelt, 1996)
  • Médiateurs physiques, chimiques
  • Récepteurs
  • Des animaux qui donnent à voir et "à penser".

Observations d'hier

3Voici quelques propos tirés d'ouvrages d'auteurs anciens. Il faudrait analyser la pertinence de ces observations, se recoupent-elles ? Une critique des textes (peu nombreux ?) ferait la distinction entre ce qui est observation pure et simple et ce qui est traversé par des regards culturels, religieux,...

4Aristote et Plutarque observent le même phénomène, des chiens qui mangent de l'herbe mais lui donnent une signification différente.

5Aristote (384-322 av. J.C.)

Et les chiennes, lorsqu'elles éprouvent une certaine souffrance, se font vomir en mangeant une certaine herbe.
Les chiens, lorsqu'ils ont des vers, mangent du blé au champ.

6Plutarque (~50 - ~125 )

Les chiens, eux, se purgent, quand ils sont malades de la bile avec l'herbe que l'on appelle l'herbe aux chiens...

7Jâhiz (né à Bassora en 160/776, une sorte de Pic de la Mirandole de la civilisation arabo-islamique). Les chameaux qu'il décrit sont en tout cas de bons botanistes et connaissent très bien ce qui leur est bon ou mauvais.

Le chameau (ba'îr) pénètre dans un marais couvert de végétation ou dans une prairie. Parmi les végétaux, il en est qui sont pour lui comestibles, d'autres qui sont un poison, tout particulièrement en ce qui le concerne ; d'autres, enfin, sont tout à fait neutres, ni nutritifs, ni nocifs ... Parmi ces végétaux, il y en a dont se nourrissent d'autres espèces, il ne s'en approche pas, même si elles ne lui sont pas hostiles et ne sont pas dangereuses pour lui. Il reconnaît certaines à la vue et non à l'odeur, à la différence d'autres qu'il ne reconnaît que par l'odoral. Parfois, le chameau confond et mange, par erreur, de l'aconit (bîsh), comme les onguligrades (hâfir) le font du laurier-rose (diflâ).

8Jean de la Fontaine (1621-1695) Le lièvre et la tortue

"ma commère, il vous faut purge
avec quatre grains d'hellébore"

9Bernardin de Saint-Pierre à la fin du 18e siècle trouvait que les savants de son époque s'étaient artificialisés, perdant le contact spontané avec le monde naturel, le monde des animaux.

C'est à l'humanité des peuples sauvages que les animaux découvrent encore leurs instincts, qu'ils cachent à la barbarie des peuples policés... On doit sans doute beaucoup de dépouilles d'animaux à nos savants chasseurs, mais la connaissance de leurs mœurs appartient à des bergers et à des sauvages.

10Jean Claude Dousset inscrit la "thérapeutique instinctive" au chapitre 1er de son "Histoire des médicaments, des origines à nos jours" (1985). L'instinctothérapie a des prolongements contemporains et des groupes de personnes pensent retrouver une relation fusionnelle avec la nature et, par là même, la santé.

Observations d'aujourd'hui

Les déficiences et les carences

11Il y a une sorte de "sagesse du corps" (terme anthropomorphique) qui pousse l'animal à rechercher ce qui est "bon pour lui" :

  • les grandes migrations des gnous et des zèbres d'Afrique centrale ont leur analogie dans les transhumances hivernales des pasteurs africains. Recherche d'eau et de pâturages, cure saline. On ne sait pas toujours qui conduit qui : le berger ou le troupeau ? ;
  • le goût des animaux pour l'urine humaine (l'attrait pour les matières fécales ou allocoprophagie d'une autre espèce, herbivores mangeant les fèces des carnivores) a été souvent signalé, notamment par A.G. Haudricourt (1962),
    T. Ingold (1980) rapporte qu'au cours d'un séjour en Laponie, il recevait la visite d'un renne âgé, nommé Enoch. Chaque jour, à peu près vers 11 heures, Enoch visitait l'endroit où Ingold urinait à l'extérieur de sa tente,
    Un ami burundais me dit que les vaches ont un grand attrait pour l'urine humaine. Elles recherchent sur les feuilles et les racines imprégnées la dernière goutte de ce précieux liquide.
    Que recherche l'animal ? Pour les uns, une familiarité avec l'homme, pour les autres plus utilitaristes, un apport supplémentaire de quelque principe caché ou d'azote non protéique ;
  • l'autocoprophagie est surtout le fait de certains rongeurs (lapin, castor...). Dans ces espèces herbivores, la digestion de la cellulose a lieu dans l'intestin postérieur peu efficient. L'ingestion immédiate de fèces particulières (molles, très hydratées), leur stockage dans une poche de l'estomac peuvent être assimilés à une seconde digestion ;
  • on a observé en Hollande, dans les élevages de porc, une bien curieuse maladie. Les porcs affectés étaient décrits comme des "urine drinkers". Ils boivent l'urine des uns des autres. En fait un médicament, un antiseptique intestinal, le Carbadox*, était administré à 2 ou 3 fois sa dose habituelle. On a montré que ce médicament entraînait une nécrose de la cortico-surrénale (zone glomérulaire) avec une diminution des concentrations circulantes d'aldostérone. Les porcs avaient donc trouvé un moyen de récupérer à la sortie le sel qu'ils ne pouvaient conserver normalement ;
  • l'activité de toilettage du chat est l'objet de bien des interprétations. Pour Desmond Morris (1994), elle serait liée à une déficience en vitamine D ; une autre activité, le fait de mâchonner de l'herbe serait, pour le même auteur, une recherche d'acide folique. Mais les chats "brouteurs d'herbe" le feraient aussi pour se débarrasser de la pelote de poils qui encombre leur tube digestif ;
  • notons enfin le pica, sorte de modification du goût qui pousse des ruminants, à lécher des pierres, des chats à boire de l'eau souillée. On connaît, dans le même registre, certaines préférences alimentaires de la femme enceinte ;
  • une émission connue de la BBC montre des perroquets Ara mangeant des graines dont on nous dit qu'elles sont toxiques puis se fixant sur une falaise pour en arracher des plaques de calcaire, les écraser, les avaler : c'est un antidote et sans doute ce poison peut-il être inactivé ou devenir moins absorbé, suite à cette modification du pH de l'activité gastrique...

La sélection des plantes

12Les observations du Dr Huffman jettent une nouvelle lumière sur l'auto-médication chez les animaux. Voici en outre, quelques observations tirées de la vie courante :

  • lors d'un séjour récent à l'est du Congo (RDC), un vieil éleveur me disait qu'une chèvre trouve elle-même les herbes qui la soignent. Il suffit de la conduire dans un pré convenable ;
  • un ami vétérinaire du lieu remarque qu'à l'étable la chèvre commence par sélectionner une plante épineuse (un Acanthus) ;
  • les plantes toxiques sont évitées. Il pourrait s'agir d'un comportement acquis car des vaches importées, par exemple des Etats-Unis vers le Chili, n'opèrent plus ce comportement de tri. Les Indiens des Andes savent par expérience que leur bétail Criollo ne consommera jamais des Cestrum spp., une solanacée très toxique. Mais ils ne s'attendent pas à ce que le bétail exotique confié à leurs soins se jette avec avidité sur les feuilles de ces buissons (Seifert, 1996). R. Chauvin (1989) donne un autre exemple de cette relative inefficacité ;
  • l'herbe aux chats (catnip - catmint ou Nepeta cataria) ou la valériane (Valeriana officinalis) transforment certains chats (contrôle génétique) en véritables "junkies", en drogués. Quand ils rencontrent ces herbes, c'est une sorte de "trip", de voyage qui commence, une "extase" d'une dizaine de minutes. La rencontre du chat et de l'herbe est bien programmée... le chat flaire la plante longuement, puis s'excitant progressivement, la lèche, la mâchonne, y frotte sa joue, son menton, tout son corps ; il ronronne, miaule lourdement, se roule, peut bondir. La désinhibition est totale. Faut-il rechercher une ressemblance avec le haschich ou une autre plante connue en médecine humaine ? La molécule responsable paraît différente et serait une huile volatile, l'hepetolactone, une lactone insaturée qui stimule les bulbes olfactifs. Le comportement évoqué, les transes ressemblent à celles qui agitent les chats en période d'intense activité sexuelle (Morris, 1994).

Autres observations

13Les anciens vétérinaires racontent que les chiens soignent leurs plaies par léchage. J'ai moi-même un souvenir d'enfant. Un chien avait été embroché/éperonné par un sanglier. Les chasseurs disaient que le chien allait guérir seul, en se léchant ... Effet bactéricide du léchage, type lysozyme ?

14Les chats et les chiens peuvent prédire l'apparition de tremblements de terre. A quoi sont-ils plus sensibles ? A de faibles vibrations, à une augmentation de l'électricité statique, à des changements brusques du champ magnétique terrestre ? (Morris, 1994, p. 131).

"Si les lions pouvaient parler ..." (L. Wittgenstein)

15Tel est le titre principal du gros livre de B. Cyrulnik (1998), une série d'essais sur la condition animale. "Si les lions pouvaient parler..." et en prolongeant ce membre de phrase, nous entendrions volontiers quelque chose comme : "ils nous livreraient bien des choses sur leurs émotions, leurs mœurs, sur ce qui les "anime" (je mets le mot entre guillemets).

"Voilà qui remet Internet à sa juste place" (J.-M. Pelt, 1996)

16Mais considérons la citation plus complète fournie par R. Tapper (1994). "Si les lions pouvaient parler, nous ne pourrions pas les comprendre". Il y a donc un double problème : celui du langage animal et celui de l'interprétation que nous en donnons. Interprétation qui risque d'être gauchie par l'anthropomorphisme qui traite les animaux comme des humains, qui prête à certaines conduites animales des intentions "humaines" notamment par l'emploi abusif du mot "pour".

17Cette tension entre deux langages est bien exprimée par ce texte initiatique peul qui fait référence au langage des bovidés qu'interprète "le maître des formules", celui qui parle aux animaux et auquel les racines des plantes livrent leurs secrets.

Le langage du bovidé
"L'initiation peule, c'est aussi l'apprentissage des signes qui composent l'univers. Dans une société où l'homme et l'animal (la vache) sont des compagnons inséparables, des "frères de lait même", il est indispensable de comprendre le langage de "l'autre". C'est ainsi que le Silatigi qui a perçu l'énigme du monde est l'incarnation du Koumen, l'Enchanteur. Il est comme le "Maître des formules" (celui qui) parle aux animaux. Les racines des plantes (lui) livrent leurs secrets. Le bruissement des sources, le remuement des feuillages dans les branches, les traits d'une étoile filante, tous (lui) confient leurs secrets. Et la tourterelle qui roucoule (il) entend ce qu'elle dit. Et le bœuf qui beugle (il) connaît son verbe et (il) ne méprise pas son avertissement clairvoyant. Ce sont les yeux qui regardent, mais c'est l'esprit qui voit."
(A.H. Ba et G. Dieterlen, 1986)

18Mais l'enjeu le plus grand, je crois, reste celui de l'exploration de ce monde des messages qui s'échangent dans la nature, celui des "Langages secrets de la nature" pour reprendre le titre d'un livre de J.-M. Pelt (1996). Et c'est à ce livre que je voudrais renvoyer un instant. On y verrait un exemple de la relation plantes-animaux et comment les plantes "se défendent" contre la prédation (cf. les acacias malmenés par des antilopes, les koudous augmentent leur teneur en tannins peu digestibles) et se passent des messages de l'une à l'autre. Bref, on voit que commence à émerger au niveau scientifique (c'est-à-dire de la rigueur, du contrôlable) ce qui pourrait être décrit comme le babil de la vie, un internet de la vie et ce dernier recourt à une série de médiateurs, de messageries.

Les médiateurs

19- Au niveau physique : sonar de la chauve-souris, appels infra-soniques des éléphants, langage des baleines, différences de couleurs, différences de potentiel électrique, vibrations légères, activité électrostatique, bouleversements électromagnétiques...

20- Au niveau chimique : hormones, messagers divers, phéromones, hormones gazeuses (éthylène), odeurs...

Les récepteurs

21A ces messages, à ces médiateurs doivent correspondre des récepteurs adaptés, voire des organes de sens particuliers (organe de Jacobson ou organe voméronasal chez les félidés) qui reconnaissent et mettent en branle des actions puis des effets que nous pouvons mesurer, étudier.

22Restent lourds de questionnements ces récepteurs étranges capables de reconnaître un alcaloïde végétal et, en même temps, un peptide cérébral.

La tâche de la science (les animaux qui donnent à voir et "à penser")

23- Comment en sont-ils arrivés là ?

24Sommes-nous si éloignés de nos animaux "guérisseurs traditionnels" ? Si nous en acceptons l'existence et les observations de Huffman l'ont bien démontré, nous nous posons la question : "comment en sont-ils arrivés là ?". Par la méthode des essais et des erreurs, méthode éminemment scientifique (le médicament serait un outil, essayé et testé) ou mus par quelque instinct (ceci dit pour cacher une ignorance fondamentale) ou encore par quelque concordance à découvrir entre une molécule et son récepteur ?

25- De quel animal parle-t-on ?

26Les animaux, particulièrement les animaux domestiques ("hommestiques" comme les appelait J. Lacan) donnent à voir mais aussi "à penser". Ils sont en effet profondément influencés par l'homme. En quoi leur comportement en est-il modifié ?

27Une espèce résiste (presque) à l'emprise humaine, c'est le chat domestique. Il restera un sujet favori d'observation mais pourrons- nous un jour le connaître vraiment ?

28Une tâche importante demeure : elle sera le fait d'équipes multi- disciplinaires réunissant biologistes, biochimistes, botanistes, pharmacologues,... mais aussi des philosophes, des éthologistes que ces derniers soient skinneriens, cognitivistes ...

Bibliographie

Références

ARISTOTE (1994) Histoire des animaux, Paris, Gallimard, 486-487.

BA A.H., DIETERLEN G. (1986) Koumen, texte initiatique des pasteurs peuls, in Le Fantang, poèmes mythiques des bergers peuls, textes édités par Siré Mamadou Ndongo, Paris, UNESCO - Karthala, 153.

BA A.H. (1999) Il n'y a pas de petite querelle, Nouveaux contes de la savane, Paris, Stock, 39.

BERNARDIN de SAINT-PIERRE H. (1792) Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des Plantes de Paris, in La biodiversité, textes réunis par Marie-Hélène Parizeau, (1997), Paris, Bruxelles, De Boeck Université, 106.

CHAUVIN R. (1989) Des animaux et des hommes, Paris, Seghers, 173.

CYRULNIK B. (sous la direction de) (1998) Si les lions pouvaient parler. Essais sur la condition animale, Paris, Gallimard Quarto, 1503 pages.

FONTAINE J. de la (1998) Fables, Paris, Pocket Classiques, 183.

HAUDRICOURT A.G. (1962) Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d'autrui, L'Homme, 2,1 : 40-50 in D. Lestel, (1996) L'animalité, essai sur le statut de l'humain, Paris, Optiques, Hatier, 62.

HUFFMAN M.A.(1997) Current Evidence for self-Medication in Primates : a Multidisciplinary Perspective, Yearbook of physical anthropology, 40 :171-200

HUFFMAN M.A., OHIGASHI H., KAWANAKA M., PAGE J.E., KIRBY G.C., GASQUET M., MURAKAMI A., KOSHIMUDZU K. (1998) African great ape self-medication : a new paradigm for treating parasite disease with natural medicines ? in H. AGETA, N. AIMI, Y. EBIZUK, T. FUZITA and G. HONDA, (eds. ), Towards Natural Medicine Research in the 21st Century, Elsevier Science B.V., 113-123.

INGOLD T. (1980) Hunters, pastoralists and ranchers : reindeer economies and their transformations, Cambridge, Cambridge University Press in What is an animal ?, edited by T. INGOLD (1994), London and New York, Routledge, 69.

JAHIZ (1988) Le cadi et la mouche, Anthologie du Livre des Animaux, extraits choisis, traduits de l'arabe et présentés par Lakhdar Souami, Paris, Sindbad, 274.

DOUSSET J. C. (1985) "Histoire des médicaments, des origines à nos jours", Paris, Payot, 13.

MORRIS D. (1994) Illustrated catwatching, London, Ebury Press, 144 p.

PELT J.-M. avec la collaboration de F. STEFFAN (1996) Les langages secrets de la nature, Paris, Fayard, 126-131.

PLUTARQUE, (traduit par AMYOT) (1992) Trois traités pour les animaux, Paris, P.O.L., 187.

SEIFERT H.S.H. (1996) Tropical Animal Health, Dordrecht, The Netherlands, CTA, Kluwer Academic Publishers, 492.

TAPPER R. (1994) Animality, humanity, morality, society in What is an animal ?, edited by T. INGOLD, London and New York, Routledge, 58.

Auteur

Institut de la Vie 50, avenue Franklin Roosevelt C.P. 196 1050 Bruxelles - Belgique

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540