Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

Apport de la carpologie et de la palynologie à la connaissance de l’environnement végétal, du régime alimentaire, des maladies et de la pharmacopée des hommes préhistoriques

Josette Renault-Miskovsky

Résumé

Résumé
La carpologie qui rassemble principalement les études des fruits et des graines et la palynologie qui étudie la forme et la signification des spores et des grains de pollen, permettent de reconstituer les environnements végétaux du passé mais aussi les régimes alimentaires des hommes préhistoriques.
Certains sédiments archéologiques du Paléolithique inférieur et moyen du Sud-Est de la France ont livré des spectres polliniques ayant fait l’objet d’un inventaire des plantes alimentaires susceptibles d’entrer dans le menu quotidien de nos ancêtres.
Mais parmi les témoins de la Préhistoire ayant collecté une pluie pollinique fossile, il convient de citer les coprolithes et notamment les coprolithes humains. La palynologie des coprolithes du site paléolithique inférieur de Terra-Amata (Alpes-Maritimes) est une contribution importante à la connaissance de l’environnement végétal régional au Pléistocène moyen. Les excréments fossiles datés entre 8.500 et 7.000 B.P. et récoltés dans l’abri sous-roche de Pedra-Furada (Piaui, Brésil), considéré comme l’un des plus anciens sites préhistoriques de l’Amérique, ont fait l’objet d’une analyse pollinique ; les résultats sont à la fois d’ordre paléoclimatique et paléoenvironnemental, mais ils présentent aussi le grand intérêt de mettre en évidence la gamme des plantes vraisemblablement sélectionnées par les habitants de Pedra-Furada, pour leur usage alimentaire et thérapeutique.

Texte intégral

Introduction

1Carpologie et palynologie participent à la connaissance de l’environnement végétal, du régime alimentaire, des maladies et de la pharmacopée des hommes préhistoriques. Ce sont plus précisément les analyses polliniques des coprolithes humains qui rendent compte le plus fidèlement de la nourriture végétale ingérée, de son apport nutritif et de ses propriétés thérapeutiques.

2La Carpologie (du grec Karpos) rassemble les études des fruits et des graines et bien souvent d’autres macrorestes liés à la fructification des plantes, des épis par exemple, découverts principalement dans les sédiments archéologiques.

3Quand ces restes végétaux sont fossilisés, ils apparaissent fréquemment carbonisés à la suite d’incendies ou de grillage ; mais ils peuvent être aussi minéralisés par un processus physico-chimique lié au sédiment ou, dans le cas de sites immergés, imbibés de substances minérales dissoutes qui remplacent par précipitation chimique leur matière organique.

4Les découvertes carpologiques se multiplient à mesure que l’on se rapproche du Néolithique qui a vu s’épanouir les différentes étapes de l’économie agricole.

5Il faut cependant souligner l’importance des récoltes effectuées dans des sédiments paléolithiques, épipaléolithiques et mésolithiques, notamment à propos d’études réalisées dans des gisements français (Bonne et Renault-Miskovsky, 1976). Nous citerons :

  • des noyaux de fruits (prunes, prunelles, cerises...) des noix, des noisettes et des glands, dans la couche à galets coloriés du Mas d’Azil ;
  • des graines de micocoulier dans la grotte de l’Escale à Saint- Estève-Janson, dans la grotte du Mas des Caves à Lunel-viel et dans la Caune de l’Arago à Tautavel ;
  • des pépins de raisin sur le site de Terra-Amata à Nice ;
  • des fruits de légumineuses (pois, lentilles...) et des pépins de raisin dans les Baumes de Fontbregoua à Salernes et de l’Abeurador à Felines-Minervois ;
  • un fruit entier et des pépins de poire à Téviec en Bretagne ;
  • enfin, des noisettes carbonisées fréquentes dans de nombreux sites en Alsace, dans l’Ain, dans l’Aveyron, en Dordogne...

6Cet inventaire pourtant incomplet témoigne bien du rôle de la cueillette dans la vie quotidienne de l’homme préhistorique dès le Paléolithique.

7La Palynologie, du grec "Palynein" (répandre, saupoudrer) ou « pale » (farine, poussière), étudie la forme et la signification des spores et des grains de pollen ; elle permet de connaître les végétaux du passé et de reconstituer leur histoire. Les spores et les grains de pollen fossiles se conservent indéfiniment à l’abri des oxydations.

8Certains sédiments archéologiques du Paléolithique inférieur et moyen du Sud-Est de la France ont livré des spectres polliniques (Renault-Miskovsky, 1972) qui ont fait l’objet d’un inventaire des plantes alimentaires susceptibles d’être entrées dans le menu quotidien de nos ancêtres (Couplan, 1996).

9A la lecture des diagrammes polliniques, F. Couplan considère "qu’il semble avoir existé aux diverses époques considérées et à proximité des sites étudiés, une variété importante de plantes pouvant subvenir aux besoins nutritionnels de l’homme".

10Il paraît en effet certain que l’homme se soit nourri de végétaux. Les données paléoethnobotaniques montrent que les chasseurs-cueilleurs ont consommé entre 20 et 80 % de nourriture végétale dans leur menu quotidien, car tout ce qui n’était pas toxique, ni trop coriace, était comestible.

11Il semble aussi logique que la domestication du feu ait favorisé la consommation des plantes riches en hydrates de carbone qui doivent être cuites pour être comestibles ou simplement digestibles.

12Il reste néanmoins impossible de savoir si toutes les plantes recensées ont véritablement été utilisées ; seule l’étude d’un contenu stomacal ou de coprolithes renfermant des macrorestes et (ou) des pollens pourrait en fournir la preuve, d’où l’importance des coprolithes humains et de leur contenu pollinique.

13Parmi les témoins de la préhistoire ayant collecté une pluie pollinique fossile, il convient en effet de citer les coprolithes.

14Ainsi, de nombreux coprolithes, appartenant selon toute vraisemblance à un hominidé et recueillis en place dans une dune du site de Terra-Amata (Alpes-Maritimes) daté du Paléolithique inférieur, ont fait l’objet d’une analyse pollinique (Beaulieu de, 1967).

15Avec toute la prudence qu’impose l’interprétation d’une analyse isolée, l’auteur met cependant en évidence :

  • l’association d’un groupe de taxons littoraux : Crithmum mari- timum, Ephedra cf. distachya, Thymelea sp. et Plantago coro- nopus ;
  • la proximité d’une ripisylve avec la présence des aulnes et des frênes ;
  • la présence des essences thermophiles ou même typiquement méditerranéennes (pin maritime, pin d’Alep, chêne vert et bruyère arborescente) ;
  • les apports des étages montagnards les plus proches : pin sylvestre et sapin.

16Cette analyse est donc une contribution importante à la connaissance de l’environnement végétal de l’homme préhistorique, installé sur le littoral méditerranéen au pied des pentes occidentales du Mont Boron, au Pléistocène moyen (Renault-Miskovsky, 1976).

17Citons également les coprolithes humains issus de l’abri sous-roche de Pedra Furada (Piaui, Brésil) considéré actuellement comme l’un des plus anciens sites préhistoriques de l’Amérique. Ces excréments fossiles datés entre 8 500 et 7 000 B.P. dans une phase culturelle bien individualisée, la tradition Serra Talhada, ont fait l’objet d’une étude pollinique. Les résultats sont d’ordre paléoclimatique et paléoenvironnemental mais ils convergent vers des données surtout paléoethnologiques (Chaves et Renault-Miskovsky, 1996).

18Certains taxons tels que Myrcia sp., Alchornea sp., Mansoa sp., Terminalia sp. et les familles des Bignoniaceae et des Bombacaceae sont caractéristiques d’une association faisant appel à un climat humide à précipitations importantes (> 1 500 mm) très différent du climat sec actuel.

19Plusieurs plantes alimentaires ont été individualisées : Phaseolus sp. ("feijâo-bravo"), Anacardium sp. ("cajuzinho"), des Cucurbitaceae et des Convolvulaceae.

20Enfin les résultats de la palynologie mettent en évidence la gamme des plantes vraisemblablement sélectionnées par les hommes de Pedra Furada pour leur usage thérapeutique :

21Borreria sp (« cabeça-de-velhό ») dont les feuilles en infusion facilitent la digestion

22Sida sp. (« malva-benta ») dont les feuilles peuvent participer à la désinfection des blessures

23Terminalia sp. (« maçarico ») qui guérit la dysenterie

24Anadenanthera sp. (« angico ») dont l’écorce, en infusion traite les affections des voies respiratoires et râpée calme la douleur des gencives et des dents et dont la résine produit un sirop expectorant

25Bauhinia sp. ("miraro") dont l’écorce en infusion est tonique et vermifuge et en décoction permet des bains oculaires

26Caesalpinia sp. ("pau-ferro") dont l’écorce en infusion est cicatrisante, dont les feuilles et les fruits en infusion sont antidysentériques et dont la concentration du fruit infusé peut avoir un effet abortif

27Cecropia sp. ("embauva") dont les feuilles en infusion sont utilisées contre la douleur

28Croton sp. ("marmeleiro, velame") dont les feuilles en infusion soignent les rhumatismes, les maux de tête, la grippe et la bronchite Mansoa sp. ("cipô-de-alhô") dont les feuilles et les tiges en infusions traitent les affections de la gorge et soulage le diabète

29Chertopodium sp. ("mentruz") dont l’infusion est fortifiante et vermifuge.

Conclusion

30La conclusion de cette communication pourrait être celle de la thèse de F. Couplan :

31"La large palette de saveurs que nous offrent les plantes sauvages représente une stimulation et une source de plaisir importantes, dont il est dommage de se priver.... Le fait de récolter des plantes sauvages développe une relation profonde entre l’individu et son environnement, et lui fait prendre conscience de façon concrète de l’importance vitale de la nature : la terre est véritablement notre mère nourricière !".

Bibliographie

Références

BEAULIEU J.L. de (1967) Aspects de la végétation d’un nouveau site préhistorique mindélien des Alpes Maritimes, d’après l’analyse pollinique, C.R. Acod. Sci., t. 264, Série D, p. 2741 -2743.

BOONE Y. et RENAULT-MISKOVSKY J. (1976) La cueillette, in La Préhistoire française, Tome 1(1 ), Editions du CNRS, p. 684.

CHAVES S. et RENAULT-MISKOVSKY J. (1996) Paléoethnologie, paléoenvironnement et paléoclimatologie du Piaui, Brésil : apport de l’étude pollinique de coprolithes humains recueillis dans le gisement préhistorique de "Pedra-Furada", C.R. Acad. Sc., Paris, t. 322, série lia, p. 1053-1060.

COUPLAN F. (1996) L’alimentation végétale potentielle de l’Homme, avant et après la domestication du feu, au Paléolithique inférieur et moyen en région méditerranéenne française, Thèse de Doctorat du Muséum National d’Histoire Naturelle (spécialité : Géologie, Paléontologie humaine et Préhistoire. Option I : Paléoethnobotanique), 677 p.

RENAULT-MISKOVSKY J. (1972) Contribution à la paléoclimatologie du Midi méditerranéen pendant la dernière glaciation et le Postglaciaire, d’après l’étude palynologique du remplissage des grottes et abris sous-roche, Bull, du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, n° 18, p. 145- 210, 7 fig., 11 tabl.

RENAULT-MISKOVSKY J. (1976) La végétation au Pléistocène moyen en Provence, in La Préhistoire française, tome 1(1), Editions du CNRS, p. 483- 485.

Auteur

Laboratoire de Préhistoire, Museum National d’Histoire Naturelle 1, rue René Panhard 75013 Paris - France

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable