Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

Pharmacopées du Proche-Orient Antique

Guy Mazars

Résumé

Résumé
Les plus anciens documents au monde relatifs à la pharmacologie sont ceux que nous ont légués les civilisations du Proche-Orient Antique, l’Egypte et surtout la Mésopotamie. Ces documents ne fournissent pas seulement des listes de remèdes, ils nous renseignent également sur la préparation de ces remèdes et sur la façon de les utiliser. Selon une opinion très répandue, ces ébauches de pharmacopées, comme toutes celles de l’Antiquité, se seraient constituées de façon empirique. La nécessité de se nourrir ayant poussé les hommes à goûter aux végétaux qui les entouraient, ils ont pu constater que les crampes d’estomac cessaient lorsqu’ils mâchaient telles plantes, qu’il y en avait d’autres qui faisaient disparaître la fatigue ou la douleur, d’autres encore qui provoquaient la mort. C’est ainsi qu’auraient été sélectionnés, au fil des générations, la plupart des plantes médicinales et des poisons. Une telle explication laisse dans l’ombre des processus effectifs de choix des plantes pour des usages déterminés. L’examen des textes découverts par les archéologues montre que les plantes étaient déjà perçues en fonction de références culturelles, de systèmes de correspondances avec d’autres éléments de la culture, qui ont peut-être orienté les choix.

Texte intégral

1Les questions relatives aux origines des pharmacopées, à leurs modes d’élaboration et de transmission étaient au centre des discussions du 4ème Colloque Européen d’Ethnopharmacologie. Grâce aux travaux des spécialistes de la préhistoire, notamment aux études de paléopathologie, nous savons aujourd’hui de quelles maladies souffraient nos lointains ancêtres et nous connaissons même un certain nombre des remèdes qu’ils utilisaient. Ce qui laisse penser que les hommes préhistoriques avaient déjà une connaissance assez précise de leur environnement.

2Mais ces travaux ne nous apprennent pas comment ont été sélectionnées les substances utilisées comme remèdes ni comment se sont constituées les pharmacopées déjà relativement élaborées contemporaines des plus anciens documents écrits découverts par les archéologues. Des études menées par des historiens et des philologues, spécialistes des civilisations du monde antique, nous montrent que, dès le début des temps historiques, des thérapeutes prescrivaient de nombreux remèdes dont les formules ont traversé les âges. D’après leur composition, nous savons aussi que beaucoup de ces médicaments pouvaient être efficaces en raison de l’utilisation, pour leur confection, de substances naturelles dont nous connaissons aujourd’hui les effets sur l’organisme.

Les documents médicaux du Proche-Orient Antique

3Les plus anciens documents au monde relatifs à la pharmacologie sont ceux que nous ont légués les civilisations du Proche-Orient Antique, l’Égypte et surtout la Mésopotamie. Les connaissances et les pratiques médicales de ces civilisations nous sont connues par diverses sources, en particulier par des littératures spécialisées.

4Les textes médicaux égyptiens parvenus jusqu’à nous sont peu nombreux, en raison notamment de la fragilité des supports utilisés par les scribes. Il s’agit de textes en écriture hiératique copiés sur des feuilles de papyrus (Cyperus papyrus L.). Le hiératique est une écriture hiéroglyphique simplifiée cursive, utilisée pour les textes écrits sur une matière souple ou sur des éclats de poteries (ostraca) qui servaient de brouillons. Parmi les plus importants, il convient de citer le papyrus Edwin-Smith et le papyrus Ebers. Le premier, découvert à Thèbes en 1862 et datant de la fin de la XIIe dynastie (vers 1780 avant J.-C.), pourrait être la copie d’un traité composé sous l’Ancien Empire (entre 2800 et 2400 avant J.-C.). Il traite surtout de chirurgie (Breasted, 1930). Le second, acheté par l’égypto- logue allemand Georg Ebers en 1873, date du début de la XVIIIe dynastie (vers 1580 avant J.-C.). Il est lui aussi la copie de documents plus anciens. A sa découverte, il se présentait sous la forme d’une bande de plus de 20 mètres de long sur 30 centimètres de large comportant 108 pages de texte. C’est une sorte d’encyclopédie médicale en 877 paragraphes dans lesquels sont indiqués plusieurs centaines de remèdes contre toutes sortes d’affections (Bryan, 1930). Ces deux traités ont été édités et traduits et ils ont déjà fait l’objet de diverses études (Bardinet, 1995 ; Breasted, 1930 ; Bryan, 1930 ; Grapow, 1954-1962 ; Leca, 1971 ).

5Un autre texte de la XVIIIe dynastie intéressant pour l’étude de la pharmacopée égyptienne est le papyrus Hearst, un recueil de 260 recettes médicales. Il serait un peu postérieur au papyrus Ebers dont il reproduit 96 recettes (Leca, 1971, 30). Le papyrus de Berlin n° 3038, qui remonterait à la XIXe dynastie (1320-1200 av. J.-C.), nous livre lui aussi des recettes de remèdes (Leca, 1971, 31). Parmi les autres manuscrits parvenus jusqu’à nous figure le papyrus Chester Beatty, un document fragmentaire d’origine inconnue, qui contient quelques prescriptions (Jonckheere, 1947).

6La documentation mésopotamienne est beaucoup plus importante parce que mieux conservée sur des tablettes d’argile qui ne redoutaient pas les atteintes du temps. Des centaines de tablettes sumériennes et akkadiennes découvertes par les archéologues sont particulièrement riches en informations sur les connaissances médicales des époques reculées. Il s’agit de textes en écriture cunéiforme composés entre le troisième et le premier millénaire avant notre ère. L’examen de ces documents démontre que dans la Mésopotamie du troisième millénaire avant J.-C., il y avait déjà des médecins qui possédaient une connaissance non négligeable des vertus curatives de nombreuses plantes et substances d’origines minérale et animale (Biggs, 1990). Les assyriologues classent ces textes en trois catégories : les listes et répertoires, les formulaires et les recueils de prescriptions thérapeutiques (Herrero, 1984, 16-22). Tous ces documents ne fournissent pas seulement des listes de remèdes, ils nous renseignent également sur la préparation de ces remèdes et sur la façon de les utiliser. Mais ils ne contiennent pas d’exposé méthodique de connaissances médicales. Ce sont plutôt des aide-mémoire qui "laissent sous-entendre un enseignement et une formation professionnelle fondée sur l’exemple quotidien et sur les commentaires donnés de vive voix par le maître" (Herrero, 1984, 16). Beaucoup ont été édités (Köcher, 1963-1980).

7Un texte sumérien du 22e siècle avant J.-C. nous livre des informations d’un grand intérêt sur la confection de différents médicaments simples et composés. Pour chacun de ces médicaments sont mentionnés les ingrédients et le mode de préparation, avec des détails sur les différentes opérations à effectuer (dessiccation, purification, extraction, cuisson, filtrage, etc.). Ce recueil de recettes ne contient malheureusement aucune indication en ce qui concerne les affections visées par les diverses préparations. D’autre part, les ingrédients n’ont pas tous été identifiés. Quant à ceux qui nous sont connus, ils témoignent déjà de l’intérêt des Sumériens pour les principes odoriférants contenus dans les plantes. On connaît aussi quelques textes akkadiens sur les parfums, ainsi que des lexiques bilingues donnant les équivalents sumériens et akkadiens de noms de plantes. Dans ces derniers, les végétaux sont classés en différentes catégories, non pas d’après leur morphologie mais en fonction de leurs usages, notamment médicaux.

8Les textes médicaux ne sont pas nos seules sources. On relève des informations intéressantes sur les médecins et leurs pratiques dans des textes littéraires et juridiques. Nous possédons aussi des lettres de médecins mésopotamiens qui nous renseignent notamment sur la profession médicale. Les Archives Royales de Mari (sur les bords de l’Euphrate) en ont livré un nombre important. Elles se rapportent pour la plupart à l’époque de Zimrilim, dernier roi de Mari, qui régna de 1775 à 1760 av. J.-C. (Herrero, 1984, 13-15). Les fouilles archéologiques effectuées en Egypte ont livré des correspondances sur papyrus et ostraca, des stèles et d’autres monuments avec des inscriptions qui complètent la littérature médicale. On a aussi trouvé des récipients ayant "conservé un contenu dont l’analyse chimique a permis de déterminer quelles matières étaient utilisées en cosmétologie ou en thérapeutique" (Leca, 1971, 38-41).

Entre magie et empirisme

9Nombreux sont ceux qui pensent encore, notamment dans les milieux scientifiques, que la médecine a évolué en plusieurs étapes, de la magie à l’empirisme, avant l’avènement de la médecine moderne. Pour Jean Bernard, par exemple, "Quatre périodes se succèdent dans l’histoire de la médecine. La première est magique. Le destin des hommes appartient aux dieux, les maladies appartiennent à ce destin. La deuxième période s’ouvre avec Hippocrate (ve siècle av. J.-C.) et l’observation des symptômes. Elle se prolonge jusqu’au xixe siècle. La médecine est inefficace. Il n’y a pas de grande différence entre le pouvoir, ou plutôt l’absence de pouvoir, d’un médecin du temps d’Hippocrate, et le pouvoir, ou l’absence de pouvoir, d’un médecin du début du siècle dernier. La troisième période est très courte, elle concerne les six glorieuses de 1859 à 1865, Charles Darwin, Claude Bernard, Louis Pasteur, Gregor Mendel. Ces six années ont davantage changé le sort des hommes que toutes les guerres et batailles qui encombrent nos livres d’histoire. Elles ont permis les vaccinations, la naissance de la chirurgie et de l’obstétrique modernes. Mais, paradoxalement, elles n’ont eu longtemps qu’une faible influence sur la thérapeutique des maladies... La quatrième période, thérapeutique, débute en 1936 avec la découverte des sulfamides... Mais cette médecine, enfin efficace, reste empirique. Voici que vient de s’ouvrir, en cette fin du xxe siècle, la cinquième période, rationnelle. La médecine du xxie siècle sera très différente de la médecine des temps passés, elle sera tout entière dominée par la rigueur" (Bernard, 1996, 7-8).

10Il s’agit d’une vision un peu simpliste de l’histoire de la médecine. En réalité, historiens et philologues spécialistes des civilisations de l’Antiquité savent depuis longtemps que l’empirisme et la magie ont coexisté dès les temps les plus reculés. Ils continuent de coexister aujourd’hui encore. Comme l’écrit fort justement l’assyriologue Jean Bottéro : "De nos jours, à voir, d’un côté la persistance du sentiment religieux et de la croyance en un monde surnaturel, quel qu’il soit, et de l’autre, dans un tout autre sens, le succès de méthodes curatives délibérément irrationnelles, sinon saugrenues ineptes, on se dira peut-être que, dans le fond, les choses n’ont pas tellement changé depuis l’antique Babylone..." (Bottero, 1992, 224).

11En fait, dans la Mésopotamie ancienne, comme le soulignait déjà René Labat en 1966, loin de dépendre uniquement de la magie, la guérison des maladies relevait de deux méthodes parfaitement distinctes : celle de l’exorciste (âsipu) et celle du médecin proprement dit (asû) (Labat, 1966, 90). On note même que dans certains textes "l’asû a la prééminence sur l’âsipu et que le magicien n’intervient jamais après un échec du médecin, alors que ce dernier peut intervenir après un échec de son collègue" (Herrero, 1984, 23).

12Les lettres écrites par des médecins ou qui parlent de médecins ne nous renseignent pas uniquement sur leurs déplacements ou sur leur vie privée. Elles constituent de précieux documents sur la façon dont eux-mêmes concevaient leur science et sur la nature des soins qu’ils donnaient aux malades. Or la médecine y apparaît toujours comme une science purement objective et humaine. Il y est fait allusion, d’une part, à l’examen clinique du patient, d’autre part, à l’usage de pansements, de cataplasme, de lotions, d’onguents, de potions et de massages. On n’y relève aucune mention de pratiques magiques, aucun recours non plus au divin (Labat, 1966, 90).

13Ces lettres, selon Labat, ont encore un autre intérêt : "Grâce à leur échelonnement dans le temps, elles éclairent un problème que nous saurions difficilement résoudre par le témoignage des seuls textes professionnels. On croit souvent, en effet, que la magie était la forme la plus ancienne de la médecine et que les notions rationnelles n’y ont apparu que progressivement et à une époque plus ou moins tardive. Or les lettres les plus anciennes attestent que, dès la plus haute époque babylonienne, la médecine naturelle existait avec son esprit et ses méthodes propres, indépendamment de la magie (Labat, 1966, 91).

Les connaissances attestées

14Beaucoup de nos plantes médicinales étaient déjà connues des Egyptiens et des Mésopotamiens. D’ailleurs nous devons une bonne partie de nos connaissances aux Arabes et aux Grecs qui les tenaient eux-mêmes des peuples du Proche-Orient Antique, ainsi que le confirme la phytonymie. A ce sujet, Wallis Budge rappelle la contribution de l’assyriologue Campbell Thompson qui a montré que de nombreux noms de plantes dérivaient du sumérien via l’arabe et le grec : ase fétide, coloquinte, caroube, cumin, myrrhe, mandragore, sésame, cyprès, lupin...(Budge, 1978, 43).

15Parmi les espèces végétales ou parties de plantes mentionnées dans les papyrus figurent notamment l’acacia (Acacia nilotica Del.), l’aloes (Aloe vera L.), l’ase fétide (Assa foetida Regel), la bryone (Bryonia dioica Jacq.), le caroubier (Ceratonia siliqua L.), le céleri (Apium graveolens L.), le chanvre (Cannabis sativa L.), la coloquinte (Citrullus colocynthis Schrad.), la coriandre (Coriandrum sa- tivum L.), le cumin (Cumimum cyminum L.), le dattier (Phoenix dac- tylifera L.), l’ébène (Dyospyros ebenum Koenig), l’encens ou oliban (Boswellia carterii Birdw.), le fenouil (Anethum foeniculum L.), le figuier (Ficus carica L.), le genévrier (Juniperus phoenica L.), la gomme ammoniaque (Dorema ammoniacum Don.), la grenade (Punica granatum L.), l’herbe de bœuf (Helleborus sp.), le jonc de terre (Juncus sp.), la jusquiame (Hyoscyamus niger L.), le lotus (Nymphéa lotus L.), le mélilot (Melilotus officinalis L.), le melon (Cucumis melo L.), la myrrhe (Commiphora myrrha Engl.), l’oignon (Allium cepa L.), la pastèque (Citrullus vulgaris Schrad.), le pin (Pinus pinea L.), le potamogéton (Potamogeton lucens L.), le ricin (Ricinus communis L.), le roseau (Arundo donax L.), le souchet odorant (Cyperus esculentus L.), le styrax [Liquidambar orientalis Mill.), le sycomore (Acer pseudoplatanus L.), la térébinthe (Pistacia tere- binthus L.), la vigne (Vitis vinifera L.).

16Dans le chapitre du Papyrus Ebers consacré aux maladies des yeux, par exemple, l’acacia (Acacia nilotica Del.) figure dans une recette contre les inflammations des paupières (Ebers n°415) ainsi que dans une recette contre le trachome (Ebers n°383). L’activité thérapeutique a été rapportée aux principes actifs contenus dans la feuille d’acacia et qui lui confèrent des propriétés antiseptiques, astringentes et antihémorragiques. Dans la première recette figure également l’aloès (Aloe vera L.). Le suc épaissi des feuilles renferme des dérivés anthracéniques, dont le principal est l’aloïne (Paris et Moyse, 1981, 57), ainsi que des traces d’huiles essentielles. Les médecins de l’Egypte ancienne l’incorporaient dans des collyres contre les blépharites et les orgelets (Ebers n°355, 423).

17De leur côté, les tablettes mésopotamiennes attestent l’emploi de plusieurs centaines de plantes ou substances végétales. On a recensé plus de mille noms de plantes médicinales. Mais comme beaucoup de ces noms sont des synonymes, le nombre d’espèces effectivement utilisées en médecine devrait avoisiner les 300 dont beaucoup n’ont pas encore été identifiées. Elles entrent dans des recettes plus ou moins complexes de médicaments aux formes variées : poudres, potions, lotions, onguents, pommades, pilules, suppositoires... Leur confection pouvait nécessiter de nombreuses manipulations et opérations que l’on peut classer en quatre catégories : les opérations précédant la cuisson, les opérations de cuisson, les opérations de refroidissement, les opérations communes aux trois groupes précédents (Herrero, 1984, 61-86).

18Les listes du premier groupe de tablettes sont rédigées sur deux colonnes. Dans l’une sont indiqués les noms des plantes. Dans l’autre sont donnés divers renseignements relatifs à ces plantes : synonymes, dénominations dans d’autres langues (ce qui atteste des contacts et des échanges), accompagnés parfois de brèves descriptions et de leurs vertus curatives (Herrero, 1984, 16).

19Les répertoires parvenus jusqu’à nous sont plus instructifs sur les connaissances des Mésopotamiens. Véritables aide-mémoire du médecin, ils se présentent sur trois colonnes. La première colonne est réservée aux noms de plantes. Y sont parfois précisées la partie et la variété de la plante à utiliser (par exemple : murru shashadi, "myrrhe de montagne"). A côté de ces précisions, on trouve aussi des informations concernant les modalités de la cueillette (par exemple : ashâgi sha ina nasâhika shamshu la îmuru, "racine d’ashâgu que le soleil ne doit pas voir lorsque tu l’arraches"). Dans la deuxième colonne sont énumérées les maladies contre lesquelles ces plantes sont employées. La dernière colonne explique de façon succincte la préparation et le mode d’administration des différents remèdes. Les indications sont données soit à l’infinitif ("piler, mélanger, faire sécher..."), soit au futur à la deuxième personne du singulier ("tu exprimeras son suc..."). Le texte précise parfois l’excipient (miel, lait, huile végétale..), la forme médicamenteuse (potion, suppositoire), la posologie, les contre-indications... (Herrero, 1984, 17-18).

20Les formulaires en notre possession devaient aussi servir d’aide-mé moire au praticien. Il s’agit de listes des substances tirées des trois règnes de la nature avec les noms des maladies contre lesquelles elles étaient prescrites (Herrero, 1984, 20-21).

21Le troisième groupe de documents est le plus important à la fois par le nombre des textes connus et par la variété et la richesse des connaissances qu’ils attestent. Il s’agit de recueils de prescriptions thérapeutiques comprenant généralement trois parties principales. Dans la première sont énumérés les symptômes présentés par le patient avec, parfois, le diagnostic correspondant à la symptomatologie. La seconde partie propose un traitement, indiquant les ingrédients à utiliser, la manière de les préparer pour l’obtention d’un remède ainsi que le mode d’administration de ce remède. La troisième partie, toujours très courte, est réservée au pronostic (Herrero, 1984, 21-22).

22L’existence de ces répertoires et de ces recueils, la richesse, la précision et la concision des informations réunies, témoignent chez les Mésopotamiens d’un sens inné de l’observation et d’un grand souci de classification.

Origine, élaboration et transmission des savoirs

23Les plus anciennes tablettes et la pharmacopée dont elles révèlent l’existence sont déjà si précises qu’elles laissent supposer une longue tradition antérieure (Labat, 1966, 91). Le papyrus Ebers se réfère lui aussi à des écrits plus anciens (Ebers n°856 a). Des traditions médicales pouvaient être constituées avant même l’invention de l’écriture et avoir été transmises oralement de génération en génération avant d’être consignées par écrit.

24Comment se sont constitués et transmis ces savoirs ? Les documents de l’Antiquité qui abordent la question des origines des connaissances médicales apportent tous la même réponse : ces connaissances viennent des dieux qui les ont révélées aux humains de différentes façons, directement ou par l’intermédiaire de personnages plus ou moins légendaires, demi-dieux et prophètes, à l’occasion de rêves ou au cours d’une transe. L’interprétation des rêves, par exemple, a joué un grand rôle comme moyen d’acquisition de connaissances chez les Babyloniens.

25Ainsi, en Égypte, ceux des textes qui évoquent les origines de la médecine en font un savoir révélé transmis au hommes par des dieux. Les livres médicaux auraient été donnés aux hommes par Thot, médecin et magicien des dieux, que les Grecs assimilèrent plus tard à Hermès. Au début d’un chapitre du papyrus Ebers, on lit qu’il a été trouvé sous les pieds du dieu Anubis et rapporté à un pharaon de la 1ère dynastie.

26En Mésopotamie aussi, la médecine a été considérée comme un don des dieux. L’école médicale de Nippur, par exemple, se réclamait du patronage de la déesse Gula. "Des maîtres y prétendaient avoir reçu leur doctrine par voie orale, de sages, détenteurs de secrets antérieurs au Déluge" (Sendrail, 1980, 22). Parmi les divinités ayant un rôle médical figure aussi le dieu-soleil, Shamash.

27Les historiens de la pharmacie donnent une autre explication. Selon une opinion très répandue, ces ébauches de pharmacopées, comme toutes celles de l’Antiquité, se seraient constituées de façon empirique. La nécessité de se nourrir ayant poussé les hommes à goûter aux végétaux qui les entouraient, ils ont pu constater que les crampes d’estomac cessaient lorsqu’ils mâchaient telles plantes, qu’il y en avait d’autres qui faisaient disparaître la fatigue ou la douleur, d’autres encore qui provoquaient la mort. C’est ainsi qu’auraient été sélectionnés, au fil des générations, la plupart des plantes médicinales et des poisons.

28Une telle explication laisse toutefois dans l’ombre des processus effectifs de choix des plantes pour des usages déterminés. L’examen des textes découverts par les archéologues montre que les plantes étaient déjà perçues en fonction de références culturelles, de systèmes de correspondances avec d’autres éléments de la culture, qui ont peut-être orienté les choix. Les Mésopotamiens raisonnaient par analogie, accessoirement par induction et déduction. Divers indices laissent penser que les Mésopotamiens et les Égyptiens se sont livrés à des expériences sur des prisonniers ou des esclaves. Ils n’ont pas été les seuls. En Inde, un texte bouddhique relate des essais thérapeutiques effectués sous le règne d’Ashoka (264-227 av. J.-C.) (Mitra, 1974, 57-59).

29On n’avait sans doute pas manqué aussi d’observer et de relever les comportements d’animaux malades. Divers écrits de l’Antiquité y font allusion. On cite souvent l’exemple du berger Melampus qui, d’après Théophraste (327-287 avant J.-C.), aurait découvert les propriétés purgatives de l’hellébore en voyant l’effet qu’elle avait sur ses chèvres. Des textes sanskrits beaucoup plus anciens mentionnent plusieurs animaux qui connaissent les plantes qui guérissent (Mazars, 1994, 433). Mais les Mésopotamiens ont peut être été les premiers à s’intéresser aux moeurs des animaux sauvages ou domestiques. Nous en avons des preuves multiples. René Labat rapporte que les souverains d’Assur et de Ninive "s’ingénièrent à créer dans les jardins de leur palais de vastes parcs zoologiques. Les devins s’attachaient à étudier avec minutie les mœurs des animaux sauvages ou domestiques pour en tirer des présages" (Labat, 1966, 89). Comme l’a écrit Marguerite Rutten, en 1960, ils furent incontestablement des "chercheurs" : leur "Science sacrée" contenait en elle tous les germes des connaissances et en pénétrant dans le monde grec elle allait ouvrir la voie aux découvertes des Temps modernes... (Rutten, 1960, 125).

30Enfin, Égyptiens et Mésopotamiens tenaient peut être une partie de leur savoir des peuples avec lesquels ils ont été en contact. La preuve d’emprunts est apportée par la présence de plantes exotiques dans les pharmacopées. En particulier, la Mésopotamie a été très tôt en relation avec le sous-continent indien, à l’époque de la civilisation dite "de l’Indus" (Kühne, 1976, 99-103 ; Frankevogt, 1995, 340). Les restes matériels de cette civilisation (Mackay, 1936 ; Wheeler, 1953 ; Piggott, 1962) attestent l’existence en Inde d’une civilisation d’un si haut niveau, dès le troisième millénaire avant notre ère, qu’il est permis de penser que la médecine pouvait déjà y être assez avancée (Mazars, 1991, 2). On sait que les cités de la vallée de l’Indus entretenaient des relations commerciales avec la Mésopotamie, comme le prouvent les découvertes à Ur, Suse ou Kish, dans des couches du troisième millénaire avant J.-C., de sceaux (Gadd, 1932) et autres objets provenant manifestement de la région de l’Indus, contrée désignée sous le nom de Meluhha dans les tablettes mésopotamiennes (Gelb, 1970 ; Heimpel, 1993). Ces relations commerciales ont peut-être favorisé l’échange, sinon de concepts scientifiques ou de théories, au moins de connaissances pratiques et de recettes médicales, entre les deux civilisations.

Conclusion

31En résumé et pour conclure, que nous apprennent les sources écrites relatives aux pharmacopées du Proche-Orient Antique ?

32Tout d’abord, les textes parvenus jusqu’à nous figurent parmi les plus anciens écrits de l’humanité. Mais ils ne sont pas les premières "pharmacopées", puisqu’ils se réfèrent explicitement à des écrits encore plus anciens. Ils représentent donc l’aboutissement de longues traditions qui ont pu être transmises oralement à travers plusieurs générations. Ils témoignent d’un savoir déjà bien établi, peut être même avant l’apparition des premiers écrits. Ce savoir a pu se constituer au cours des siècles qui ont suivi le début de la sédentarisation au Proche-Orient et s’enrichir au contact d’autres peuples.

33Ces textes, surtout les mésopotamiens, sont des traités "savants" remarquables par leur caractère rationnel, par la rigueur scientifique dont ils témoignent et que les spécialistes n’ont pas manqué de souligner. Cette vaste littérature est restée malheureusement insuffisamment exploitée jusqu’ici pour diverses raisons.

34D’autre part, si l’on sait depuis longtemps ce que les Arabes et les Grecs doivent à la science des Égyptiens et des Mésopotamiens (Levey, 1973, 1-10), on est moins bien renseigné sur les échanges scientifiques entre le Proche-Orient Antique et les autres civilisations, entre le troisième et le second millénaire avant notre ère. La documentation ne manque pourtant pas, mais elle est difficile d’accès. Elle est inexistante pour les peuples sans écriture. Ainsi, il serait intéressant, par exemple, de rechercher les traces d’influences égyptiennes dans les pharmacopées traditionnelles africaines.

35Nous sommes encore loin de posséder une parfaite connaissance du savoir accumulé par les civilisations du Proche-Orient Antique. Un réexamen de la documentation existante, une meilleure compréhension des textes, de nouvelles études comparées devraient combler de nombreuses lacunes.

Bibliographie

Références

BARDINET T. (1995) Les Papyrus Médicaux de l’Egypte Pharaonique, Paris, Librairie Arthème Fayard.

BERNARD J. (1996) La médecine de demain, Paris, Flammarion (Collection Dominos, 84).

BIGGS R.D. (1990) Medizin. A. In Mesopotamien, Reallexikon der- Assyriologie, Band 7, p. 623-629.

BOTTERO J. (1992) Magie et médecine à Babylone, in Initiation à l’Orient ancien, De Sumer à la Bible, Présenté par Jean Bottéro, Paris, Editions du Seuil, p. 205-226.

BREASTED J.H. (1930) The Edwin Smith Surgical Papyrus, 2 vol., Chicago, University of Chicago Press.

BRYAN C.P. (1930) The papyrus Ebers, London, Geoffrey Bles.

BUDGE E.A.W. (1978) Herb-Doctors and Physicians in the Ancient World. The Divine Origin of the Craft of the Herbalists (Nouvelle edition), Chicago, Ares Publishers.

FRANKE-VOGT U. (1995) Mohenjo-Daro, Reallexikon der Assyriologie, Band 8, p. 338-344.

GADD C.J. (1932) Seals of Ancient Indian Style Found at Ur, Proceedings of the British Academy, 18, p. 191-210.

GELB I.J. (1970) Makkan and Meluhha in Early Mesopotamian Sources, Revue d’Assyriologie, 64, p. 1-8.

GRAPOW H., VON DEINES H., WESTENDORF W. (1954-1962) Grundriss der Medizin der alten Ägypter, Berlin, Akademie Verlag.

HEIMPEL W. (1993) Meluhha, Reallexikon der Assyriologie, Band-8/1 -2, p. 53-55.

HERRERO P. (1984) La Thérapeutique mésopotamienne, édité par Marcel Sigrist, Préface de François Vallat, Paris, Editions Recherche sur les civilisations.

JONCKHEERE F. (1947) Le papyrus médical Chester Beatty, Bruxelles, Fondation Egyptologique Reine Elisabeth.

KÖCHER F. (1963-1980) Die babylonisch-assyrische Medizin in Texten und Untersuchungen, 6 vols., Berlin, Walter de Gruyter. Band I : Keilschrifttexte aus Assur I, xxxii p. + 100 planches, 1963. Band II : Keilschrifttexte aus Assur 2, xxviii p. + 100 planches, 1963. Band III : Keilschrifttexte aus Assur 3, xxxiii p. + 100 planches, 1964. Band IV : Keilschrifttexte aus Assur 4, Babylon, Nippur, Sippar, Uruk und unbekannter Herkunft, xxxviii p. + 116 planches, 1971. Band V : Keilschrifttexte aus Ninive 1, xlvi p. + 123 planches, 1980. Band VI : Keilschrifttexte aus Ninive 2, xlii + 157 planches, 1980.

KÜHNE H. (1976) Industalkultur, Reallexikon der Assyriologie, Band 5, p. 96-104.

LABAT R. (1966) La Mésopotamie, in Histoire Générale des Sciences, tome I, Paris, Presses Universitaires de France, p. 73-136.

LECA A.-P. (1971) La médecine égyptienne au temps des pharaons, Paris, Editions Roger Dacosta.

LEVEY, M. (1973) Early Arabic Pharmacology. An Introduction based on Ancient and Medieval Sources, Leiden, E.J. Brill.

MACKAY E. (1936) La Civilisation de l’Indus. Fouilles de Mohenjo-daro et d’Harappa, Paris, Payot.

MAZARS G. (1991) La médecine dans l’Inde antique, in Encyclopédie des Médecines Naturelles, Phytothérapie - Aromathérapie, Paris, Editions Techniques, A-l, p. 1-10.

MAZARS G. (1994) La médecine vétérinaire traditionnelle en Inde, Revue scientifique et technique de l’Office international des Epizooties, 13, p. 433- 442.

MITRA J. (1974) History of Indian Medicine from Pre-Mauryan to Kusâna Period, Varanasi, Jyotirâlok Prakashan.

PARIS R.R., MOYSE H. (1981) Précis de Matière médicale, tome II, 2° éd. révisée, Paris, Masson.

PIGGOTT S. (1962) Prehistoric India to 1000 BC, London, Cassel.

RUTTEN M. (1960) La science des Chaldéens, Paris, Presses Universitaires de France (Collection " Que sais-je ? " n° 893).

SENDRAIL M. (1980) Sous la main d’lshtar, in Histoire culturelle de la maladie, Toulouse, Privat, p. 19-41.

WHEELER M. (1953) The Indus civilization, Cambridge, University Press.

Auteur

Institut d’Histoire des Sciences, Université Louis Pasteur 7, rue de l’Université 67000 Strasbourg - France

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540