Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Populations réfugiées

 | 
Luc Cambrézy
, 
Véronique Lassailly-Jacob

Résumés

Texte intégral

Denys Barau : « La mobilisation des philhellènes en faveur de la Grèce, 1821-1829 »

1Dans l’Europe de la Sainte-Alliance, l’insurrection des Grecs contre l’occupation turque a suscité dans l’opinion un enthousiasme aux ressorts multiples et contrastés qui a mobilisé pour s’exprimer toutes les formes alors disponibles. Des comités ont regroupé un peu partout en Europe et en Amérique des personnalités de toutes tendances, pour œuvrer à l’indépendance de la Grèce par une combinaison originale d’actions militaires et d’opérations philanthropiques qui ne s’est pas retrouvée depuis.

2Mots clés : Mobilisation humanitaire — Opération militaire — Philanthropie — Guerre d’indépendance. — Grèce — Turquie.

Annick Bartoli : « De la théorie à la pratique. L’ambiguïté des politiques de rapatriement du HCR au Koweït et dans l’ex-Zaïre »

3Deux expériences d’intervention du Haut Commissariat pour les Réfugiés au Koweit et dans l’ex Zaïre montrent l’inadéquation du droit international au regard de la demande d’assistance et de protection exprimée par certaines catégories de réfugiés. D’autre part, l’ignorance des réalités locales conduit parfois à des programmes de rapatriement dans des conditions contestables. C’est en particulier le cas lorsque le retour des réfugiés dans leur pays transforme ces derniers en déplacés. Se pose alors le problème du décalage entre l’intention humaniste des règles qui président à l’assistance aux réfugiés et la réalité de son application sur le terrain.

4Mots clés : Réfugiés — Rapatriement — Droit humanitaire — Assistance humanitaire — Camps — HCR — Koweit — Zaïre.

Michael Barutciski : « Le droit international des réfugiés et le rapatriement involontaire »

5Cet article traite du rapatriement dans son contexte politique actuel et analyse le concept de rapatriement involontaire selon les normes juridiques internationales. Il suggère que dans certaines situations, le rapatriement involontaire peut être conforme au droit international tant qu’il se déroule dans la sécurité. Il montre néanmoins que le respect du caractère volontaire du rapatriement demeure un principe utile du point de vue politique dans la mesure où le gouvernement d’accueil a tout intérêt à respecter la volonté des personnes concernées à rentrer chez elles.

6Mots clés : Droit international des réfugiés — Rapatriement volontaire — Non-refoulement — Rapatriement involontaire — HCR.

Luc Cambrézy : « Camps de réfugiés et environnement au Kenya. Enjeux et contradictions »

7Dans les camps de réfugiés de Dadaab, au Kenya, un programme de protection environnementale et de réhabilitation du couvert végétal a été mis en place plusieurs années avant tout réel diagnostic sur l’ampleur et l’origine réelle des dégradations constatées. Des études ultérieures ont montré que les auréoles de dégradation autour des camps semblent essentiellement imputables aux besoins ligneux pour la construction et la maintenance des nombreuses infrastructures et non pas à la collecte de bois de chauffe par les populations. C’est donc le principe du camp lui-même, en tant que structure pérenne d’accueil et d’endiguement des réfugiés, qui se trouve questionné. Dans le même temps, la prise de conscience et la médiatisation des inquiétudes relatives à la gestion des ressources du milieu donnent aux pays d’accueil un nouvel argument de négociation avec le HCR tout en favorisant la naissance et l’épanouissement d’un véritable « marché de l’environnement ».

8Mots clés : Réfugiés — Environnement — Camp — Déforestation — Bois de chauffe — Diagnostic environnemental — Assistance humanitaire — Kenya — Afrique.

Sophie Caratini : « Les Sahraouis. Un peuple sans territoire »

9Dépossédé de son territoire par le Maroc depuis la guerre du Sahara, le peuple sahraoui s’est construit dans la lutte et l’exil. Depuis 25 ans, 165 000 réfugiés vivent sur la hamada de Tindouf en Algérie. Ils ont mis en œuvre, sous la direction du Front Polisario et du gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), une organisation de la vie collective qui se veut à la fois inspirée des idéaux révolutionnaires et tiers-mondistes des années 1970 et des valeurs de l’ancienne société bédouine. L’analyse des principales données du conflit, la présentation de l’organisation spatiale et sociale des camps, puis l’évocation de la construction identitaire du peuple sahraoui mettent en lumière cette expérience singulière.

10Mots clés : Anthropologie — Monde Arabe — Décolonisation — Nomades — Camps de réfugiés — Sahraouis — Sahara occidental — Algérie.

Alain Gascon : « Les Somali. Nomadisme, migrations et déplacements forcés »

11L’État somalien n’existe plus depuis 1991. La coalition qui avait contraint Siyaad Barre à fuir, s’est rompue : l’ex-Somaliland a proclamé son indépendance tandis que le Sud demeure déchiré entre seigneurs de la guerre. Pourtant, la Somalie est sans doute l’État-nation le plus homogène d’Afrique sub-saharienne. Marqués par l’élevage nomade et la division en clans, les Somali sont-ils condamnés à ne jamais former un État ? En dépit de leur tradition, ancienne, de mobilité et de migrations, ils ont fondé, sur leur territoire actuel, des cités-États, des émirats et des sultanats.

12Mots clés : Nomadisme — Migrations — Déplacements forcés — Réfugiés — Camps — Aide humanitaire — État-nation — Clans — Seigneurs de la guerre — Somalie — Éthiopie.

Nathalie Gomes : « Solidarité et réseaux dans l’exil. Les réfugiés somaliens clandestins au Kenya et en Éthiopie »

13Le cas des réfugiés somaliens qui ont fui la guerre civile en Somalie et qui ont trouvé asile dans les pays limitrophes que sont le Kenya et l’Éthiopie, dévoile le sens pratique des exilés. Leur insertion sociale et économique dans les régions frontalières du nord-est du Kenya et de l’Ogaden s’est effectuée grâce à l’assistance d’une parentèle autochtone soomaalie mais aussi grâce à l’extension d’un réseau international de banques parallèles somaliennes. Leurs stratégies de survie illustrent le nécessaire pragmatisme qu’impose l’exil contraint et forcé.

14Mots clés : Réfugiés clandestins — Réseaux socio-économiques — Intégration — Stratégies de survie — Somalie — Kenya — Éthiopie.

Edith Kauffer : « Politiques d’intervention auprès des réfugiés guatémaltèques au Mexique. De l’organisation pour le retour à l’intégration nationale »

15Cet article retrace l’histoire des réfugiés guatémaltèques qui s’enfuirent au Mexique au début des années 1980. Installés spontanément dans un premier temps parmi les habitants du Chiapas, puis regroupés dans des camps dans cette même région, certains d’entre eux furent ensuite transférés vers des sites agricoles dans les États du Campeche et du Quintana Roo. L’auteur observe les évolutions de la politique publique mexicaine vis-à-vis des réfugiés qui s’est concrétisée à la fois par une action en faveur du retour et une tentative d’intégration dans le pays. Les transformations sociales du groupe hétérogène des réfugiés sont également analysées à travers les processus d’adaptation des uns à leur nouvel environnement et la mobilisation des autres autour du projet politique de retour sur leurs terres.

16Mots clés : Réfugiés — Politique d’asile — Intégration — Rapatriement — Camps — Sites agricoles — Mexique — Guatemala.

Véronique Lassailly-Jacob : « Des réfugiés mozambicains sur les terres des Zambiens. Le cas du site agricole d’Ukwimi, 1987-1994 »

17Cet article évoque une forme de camp originale, le site agricole qui fut initié par le HCR dans le cadre de sa politique d’installation sur place, l’une des trois solutions durables au problème des réfugiés. Conçu pour soulager le fardeau de l’accueil, le site doit permettre aux réfugiés grâce à la pratique de l’agriculture, d’atteindre leur autosuffisance et de s’insérer dans la société d’accueil. L’auteur s’interroge sur la réalité de l’insertion des réfugiés sur des terres déjà appropriées. Elle montre que dans cette situation de regroupement, les relations qui se nouent entre réfugiés et autochtones ne peuvent être comprises sans que soient évaluées les répercussions de l’assistance humanitaire et de la politique d’asile du gouvernement. Ces hypothèses se fondent sur une étude de cas, celle d’un site agricole ouvert par le HCR dans le sud-est de la Zambie où des réfugiés mozambicains ont côtoyé pendant sept ans des agriculteurs locaux.

18Mots clés : Réfugiés ruraux — Autochtones — Site agricole — Aide au développement — Politique d’asile — Zambie — Mozambique.

Julien Mauriat : « Les camps de réfugiés palestiniens à Beyrouth, 1948-1998 »

19Depuis la fin de la guerre au Liban en 1990, on observe dans les camps de réfugiés palestiniens installés depuis 50 ans autour de Beyrouth, une réorganisation morphologique et démographique majeure. Accompagnant ces changements, des liens se rétablissent, ou s’établissent, entre les réfugiés et les populations environnantes, par-delà des frontières encore très marquées. Ils sont isolés au cœur de territoires qui échappent largement à l’autorité du pays d’accueil, à l’image des camps de Chatila et de Borj el Brajneh en banlieue sud.

20Mots clés : Camps — Intégration — Réorganisation interne — Enclaves — Palestine — Liban.

Fabrice Mignot : « Le rocher de la prospérité. La réinsertion des réfugiés au Laos »

21Depuis le début des années 1990, 29 villages ont été aménagés par le HCR pour les réfugiés rapatriés au Laos. Les rapatriés ont reproduit des formes de construction et d’organisation spatiale propres à leurs cultures. Ils ont cloisonné des territoires en fonction des ethnies et des clans. Ils ont aussi rapporté de leur exil des éléments de modernité comme les activités économiques en réseau international et les réinvestissements productifs. Ils doivent pourtant affronter des problèmes collectifs, comme celui de la gestion de l’eau, malgré l’aide internationale.

22Mots clés : Rapatriement — Villages nouveaux — Aménagement — Gestion de l’eau — Appartenance culturelle — Réseaux internationaux — Laos.

Marc-Antoine Pérouse de Montclos : « Réseaux financiers et hawilad. Le rôle de la diaspora somalienne dans la reconstruction du pays »

23Résultat de la guerre et de la crise économique en Somalie, une « diaspora de réfugiés » s’est constituée à l’étranger, notamment en Occident. Mal intégrée, celle-ci s’implique beaucoup dans les affaires somaliennes et envoie régulièrement de l’argent aux parents restés dans la Corne de l’Afrique. Relayés par des compagnies spécialisées appelées hawilad, ces transferts de fonds jouent un triple rôle économique, social et politique en Somalie. Dans un contexte de guerre, ils ne soutiennent certes pas des investissements productifs, mais ils pourraient s’avérer plus déterminants en période de reconstruction.

24Mots clés : Remises de fonds des migrants — Diaspora — Réfugiés — Économie de guerre civile — Reconstruction — Banques islamiques — Qat — Somalie.

Stéphane de Tapia : « Rôle des flux migratoires et des réfugiés dans la construction d’un État. La Turquie »

25Depuis les années 1960, la Turquie est avant tout connue comme pays d’émigration, pays d’origine de nombreux travailleurs émigrés ou réfugiés. Cependant, on oublie souvent que ce pays a été et reste un pays d’immigration. Devenu récemment pays de transit et d’immigration pour des migrants cherchant en Europe ou en Turquie un travail, l’empire ottoman transformé en république a attiré depuis 1771 des millions de réfugiés et personnes déplacées à l’occasion de nombreux conflits dans les Balkans, les pays de la Méditerranée orientale, du Caucase et de la Mer Noire, voire en Sibérie ou au Xinjiang chinois. Tous n’étaient pas turcophones, ni même d’origines turques, mais à l’exception de rares chrétiens alliés un moment à l’empire, tous étaient musulmans. Cet article propose un bilan politique de la venue de ces réfugiés qui ont, dans l’émergence de la Turquie contemporaine, joué un rôle immense, non seulement de par leur apport démographique, mais bien aussi par le transfert de leurs idéologies, croyances et convictions.

26Mots clés : Réfugiés — Rapatriés — État-nation — Nationalisme — Turquisme — Intégration politique — Turquie.

Christel Thibault : « Terres spoliées, terres minées. Les obstacles au retour des réfugiés cambodgiens et les contraintes de la reconstruction nationale »

27Depuis les années 1970, la population cambodgienne a été contrainte à des déplacements de diverses natures. Ainsi, plusieurs centaines de milliers de Cambodgiens, fuyant a posteriori le régime totalitaire khmer rouge, l’occupation vietnamienne et les combats entre factions politiques, trouvèrent un refuge provisoire au sein des camps frontaliers de Thaïlande. La réinstallation au Cambodge de ces réfugiés est remise en cause par le manque de terres car la plupart d’entre elles ont été dévastées par les combats, sont encore minées ou sont tombées aux mains de militaires en cours de démobilisalion, qui forcent les civils à travailler pour leur compte ou bien les expulsent de leurs terres.

28Mots clés : Frontière — Réfugiés — Camps — Mines — Litiges fonciers — Militaires — Cambodge.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable