Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Populations réfugiées

 | 
Luc Cambrézy
, 
Véronique Lassailly-Jacob

La place et le rôle des migrations dans la construction de l'État

Réseaux financiers et hawilad

Le rôle de la diaspora somalienne dans la reconstruction du pays

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Texte intégral

  • 1 Nous employons le terme de Somalien lorsque nous nous référons à la nationalité somalienne et celu (...)

1La guerre, l’instabilité politique et la déliquescence de l’État en Somalie ont provoqué des déplacements massifs de populations. L’échec de la conquête militaire de l’Ogaden éthiopien en 1977, puis les rébellions armées des années 1980, l’effondrement de la dictature Siad Barre en 1991 et les luttes pour le pouvoir qui s’ensuivirent ont marqué les flux et reflux des réfugiés somali dans la région1. Par strates successives, une véritable diaspora s’est constituée dans les pays voisins, en Afrique de l’Est, ainsi que dans la péninsule arabe et en Occident. Les Somaliens fuyant la destruction de leur pays ont été regroupés dans des camps ou bien ont rejoint des communautés qui s’étaient implantées depuis longtemps dans le Golfe et les anciens pays colonisateurs, à savoir la Grande-Bretagne et l’Italie. D’autres ont ouvert de nouvelles routes migratoires, notamment vers la Scandinavie, la Hollande et l’Amérique du Nord.

2Avec ses réfugiés dans des camps, ses clandestins en milieu urbain ou rural et ses demandeurs d’asile en attente d’une régularisation, la diaspora somalienne paraît plutôt dispersée et hétérogène. Elle révèle néanmoins quelques traits caractéristiques dont nous avons par ailleurs pu rendre compte (Montclos, 1998, 1999, 2000 et 2001). En effet, les chemins de l’exode ont privilégié les grandes villes du fait des facilités de liaisons que celles-ci offraient, en particulier avec le pays d’origine. Londres, Rome ou Toronto abritent désormais des communautés substantielles de Somaliens. Les regroupements dans l’exil ont par ailleurs accusé un fort penchant clanique, ce qui révèle une certaine forme de solidarité en même temps qu’une vue étroite et segmentée de la nation somalienne.

3Au-delà des changements identitaires liés à l’adaptation en terre étrangère, c’est une relation bien particulière qui nous intéresse ici : celle du pays d’origine et de la diaspora établie en Occident, de loin la plus riche. Plus précisément encore, l’exposé suivant se propose de traiter de l’impact des envois de fonds des migrants vers un pays somali dont l’implantation dans la Corne de l’Afrique déborde largement les limites officielles de la république somalienne. Le système consiste à faire transiter l’argent par des compagnies spécialisées, les hawilad. Les fonds sont canalisés par le secteur bancaire jusqu’à deux principaux points nodaux, Jeddah et Dubai, d’où ils sont retransmis de façon informelle vers les camps de réfugiés de la Corne, les villes d’Afrique de l’Est ou directement en Somalie. Les hawilad assurent le relais par le biais de fax qui donnent la liste des bénéficiaires. L’argent est redistribué sur place par des agents ou des commerçants qui voient aussitôt leurs comptes à l’étranger crédités d’un montant équivalent en devises, moyennant une commission allant de 5 % à 10 %. La manœuvre s’avère rapide et fort efficace, avec très peu de pertes en lignes.

4La littérature consacrée aux remises des migrants de par le monde, cependant, est assez partagée sur le rôle de ces envois. Les conséquences en sont à la fois positives et négatives pour les économies du Sud. D’un côté, les remises rééquilibrent la balance des paiements, atténuent l’augmentation du prix des hydrocarbures dans les pays importateurs, facilitent les approvisionnements en biens essentiels, permettent d’accumuler le capital nécessaire à l’investissement local, améliorent le niveau de vie et peuvent parfois redistribuer plus équitablement les ressources lorsque les migrants sont issus de familles pauvres et sans qualifications. De l’autre, ces transferts mécontentent la population qui ne bénéficie pas des largesses de la diaspora, perpétuent la dépendance de l’économie nationale, favorisent l’immobilier plutôt que l’industrie, se révèlent finalement peu productifs pour les entreprises locales et sont inflationnistes du fait qu’ils soutiennent la demande en biens de consommation (Russell, 1986). Le bilan apparaît mitigé, même s’il est souvent perçu de façon positive par les populations sur place, notamment dans le secteur de la construction, qui est par excellence un investissement social autant qu’économique (Peil, 1995).

Un rôle économique

5En Somalie, de tels envois jouent indéniablement un rôle politique, social et financier fondamental. Leur montant est si important qu’il a pu devenir structurant pour le pays d’origine des migrants. Le constat, certes, est difficile à dresser car il s’agit d’une économie de guerre. En matière d’investissement comme de commerce, en particulier, l’apport des capitaux de la diaspora somalienne n’est pas évident à cause de l’irrégularité des financements et des risques que le pays présente. Une analyse plus précise nécessite quelques explications.

Un impact monétaire et inflationniste difficile à évaluer

6A priori, le premier rôle des hawilad, celui d’agent de change, semble être bénéfique dans le sens où il permet aux commerçants de se procurer des devises pour faire leurs achats à l’étranger. Sans les hawilad, il y a longtemps que les ravitaillements de la Somalie auraient été sérieusement compromis, voire interrompus. L’accès aux devises est d’autant plus crucial que les transactions se font principalement en dollars américains et en riyals saoudiens. Ceci n’a d’ailleurs rien de nouveau : au xixe siècle, la roupie indienne et le thaler Marie-Thérèse, frappé à l’effigie de l’impératrice d’Autriche, circulaient abondamment dans le Golfe et sur la côte est-africaine. Le colonisateur italien eut le plus grand mal à imposer la lire en 1925. Après un essai infructueux en 1905 puis une tentative de roupie italienne en 1910, les autorités durent plusieurs fois revenir à la livre sterling et au besa de Zanzibar. À l’indépendance, il fallut fondre en une seule monnaie l’East African shilling, qui avait cours au Somaliland et qui était rattaché à la livre sterling, et le somalo, qui circulait dans la Somalie sous mandat italien et qui était lié à la lire.

7À présent, la Somalie est tout aussi dépendante des devises étrangères et elle connaît toujours plusieurs zones monétaires, à l’instar du Libéria pendant la guerre (Marchai, 1996a ; Montclos, 1996). Dans le Nord-est et l’aire d’influence de la coalition menée par Hussein « Aidid », voire une partie de l’Ogaden où il a longtemps été préféré au birr éthiopien, le vieux shilling somalien, le Sosh, continue d’avoir cours. À la mi-1992, le président autoproclamé Ali Mahdi a, de son côté, mis en circulation des coupures de N10, N20 et N50, les « New sosh » ou nouveaux shillings somaliens que Siad Barre avait fait imprimer en 1990 pour prévenir l’inflation avec une valeur faciale cent fois supérieure au Sosh, et ce pour un montant de vingt millions de dollars (Africa Confidential vol. 37, n° 4, 16/2/1996). Dans le Nord-ouest « indépendant », enfin, un shilling somalilandais, le Slsh, a été introduit fin 1994 avec l’appui d’Ibrahim « Dere », un gros commerçant isaaq de Djibouti.

8Les envois de fonds de la diaspora pèsent évidemment sur le taux de change de ces monnaies. À meilleure preuve, ledit Ibrahim « Dere » s’est fait arrêter à Berbera pour avoir refusé de suivre les nouvelles consignes de la banque commerciale du Somaliland, qui tentait d’enrayer l’inflation en obligeant les déposants à garder 85 % de leurs recettes en devises sur un compte local, avec seulement 50 % ré-exportables pour l’achat de marchandises… Dès avant l’effondrement de la dictature Siad Barre en 1991, la diaspora a contribué à l’inflation en soutenant la consommation intérieure par le biais d’importations tarifées aux cours du marché noir.

9L’exemple type dans ce domaine est le Yémen du Nord, où de tels transferts ont exacerbé la demande de biens de consommation et se sont traduits par une inflation dépassant les 50 %, ceci sans parler d’une chute de la production agricole due à la diminution de la main-d’œuvre disponible dans le pays. Tandis que les importations étaient multipliées par cinq entre 1973 et 1977, les exportations déclinaient entre-temps de 60 %. Le taux de couverture des importations par les exportations, qui était encore de 12 % en 1969, n’était plus que de 0,4 % dix ans plus tard (Steffen, 1982) ! Ces envois d’argent, passés de 53 millions de dollars en 1970 à 1,114 milliard en 1977, auraient presque suffi à combler le déficit de la balance commerciale du pays ; ils comptaient pour 70 % et 20 % des produits intérieurs bruts au Yémen du Sud et au Yémen du Nord respectivement.

10En Somalie, la diaspora n’a pas été seule responsable d’une inflation qui vit le Sosh dépasser la barre des 7 000 pour un dollar à la fin des années 1980. La dérégulation des changes sous la coupe du Fonds monétaire international et la gratuité des prêts accordés par les banques somaliennes aux proches de Siad Barre ont aussi déprécié la monnaie nationale, qui fut officiellement dévaluée en septembre 1984. À partir de février 1985, un double taux de change subventionna les importations de première nécessité et laissa le marché fixer le cours des autres commodités.

  • 2 En Ouganda, la guérilla de l’Allied Democratie Force a eu plus de succès dans ce domaine et aurait (...)

11Aujourd’hui, les hawilad ne sont pas non plus les seules à jouer un rôle inflationniste ou déflationniste. L’aide humanitaire a fait tomber les prix des produits alimentaires, relançant d’ailleurs les exactions de combattants qui voulaient maintenir à niveau les revenus tirés de la prédation. Il y a parfois eu déflation dans les zones où les factions armées n’avaient pas accès à la planche à billet et où des faussaires tentaient en vain d’introduire de mauvaises copies qui ne trompaient personne2. Du fait que l’opération des Nations unies en Somalie (Onusom) avait établi son siège dans le sud de Mogadiscio tenu par la famille « Aidid », le Sosh a mieux résisté à la dévaluation que dans le nord aux mains de Mahdi. Avant l’arrivée des Américains, c’était l’inverse et le dollar cotait 5 000 shillings dans le camp de Mahdi contre 8 000 dans celui de « Aidid » (Marchai, 1992 : 124). Au Somaliland, le dollar a dépassé la barre des 5 000 Slsh alors qu’il en valait officiellement 50 lorsque le gouvernement Egal a commencé à battre monnaie. Dans le sud aussi, le cours du Sosh est tombé après le départ de l’Onusom. Quand « Aidid » a chargé une compagnie malaisienne, Adorna, d’imprimer au Canada 170 milliards de Sosh en 1996, le cours du dollar est monté à 8 800. Ce taux n’avait jamais été atteint, même aux pires moments de la guerre, et a dépassé la cote symbolique des 10 000 lorsque « Aidid » a négocié un nouvel arrivage de 90 milliards de Sosh en 1999.

Un soutien fragile à l’investissement

12Les conséquences monétaires des envois de fonds de la diaspora ne sont pas évidentes et elles ne sont certainement pas uniformes à l’échelle d’un pays éclaté. L’intérêt économique de ces transferts d’argent ne se limite cependant pas au domaine de la balance des paiements. 11 touche également à l’accumulation du capital et à la production. La question est en fait de savoir si les hawilad peuvent favoriser l’investissement local ou simplement développer l’import export à l’instar de ces banques islamiques qui, au Soudan, ont comblé les lacunes du secteur bancaire public dans le commerce en profitant de capitaux du Golfe après le boom pétrolier de 1973 et d’exemptions fiscales couvrant jusqu’à 60 % de leurs bénéfices. D’une manière générale, la plupart des études sur les remises des diasporas et le retour au pays des émigrés montrent des effets limités sur l’investissement. Seuls des secteurs comme le bâtiment font exception. Ainsi, au Yémen du Nord, l’argent de la diaspora a entraîné un boom de la construction. Les émigrés d’origine rurale ont préféré revenir s’installer en ville et ils ont constitué près des deux tiers des entrepreneurs du bâtiment au milieu des années 1980 (Meyer, 1991). De même, au Soudan, les deux tiers des émigrés de retour au pays ont investi dans des activités non productives du secteur tertiaire : commerce, hôtellerie, transports…

13En Somalie à cette époque, les fonds envoyés par la diaspora étaient aussi placés dans l’immobilier urbain ou dans les plantations de la région Shebelle, qui avaient été nationalisées par le régime de Siad Barre et dont les nouveaux propriétaires résidaient à l’étranger. La dictature ne se prêtait pas à des investissements productifs : les industries tournaient à 20 % de leur capacité et le niveau d’épargne n’avait cessé de diminuer depuis la fin des années 1970 (Mubarak, 1996). Déjà, le maintien des lois protectionnistes de 1927 et 1930 avait rogné la compétitivité de la banane somalienne. Par la suite s’est plutôt développée une culture de la débrouille, dite afmiinshaarism, et de l’embrouille bahabahaa (Dool, 1999 : 13). Les nationalisations de 1969, les tentatives de collectivisation, la sécheresse de 1973-1975, la guerre d’Ogaden en 1977, la rupture avec le Fonds monétaire international en septembre 1987 et la diminution de l’aide occidentale en réaction au durcissement de la dictature ont achevé de précipiter l’effondrement de l’économie (Jamal, 1988a ; Ekstrom, 1993). Tandis que la part des produits alimentaires dans les importations passait d’un cinquième dans les années 1970 à un tiers dans les années 1980, le produit national brut réel chutait et la dette augmentait jusqu’à atteindre l’équivalent de soixante quinze années d’exportation de bananes : 2,85 milliards de dollars en 1989, 164 millions pour le seul service de la dette.

14Aujourd’hui, la poursuite des combats et la vacance de l’État dans le sud de la Somalie n’incitent pas plus à des investissements. Le tissu industriel de Mogadiscio se réduit désormais à trois fabriques de macaronis et une usine d’eau minérale, Dayax ! Si le pillage s’insère dans l’économie locale et n’empêche pas les transactions, la guerre n’autorise qu’un commerce de l’urgence et de la survie qui vise à écouler les marchandises le plus vite possible et à anticiper la prochaine pénurie (Mubarak, 1997 ; Marchai, 1996b). En permettant des profits supérieurs à 50 %, contre 10 % en temps normal, les hostilités ont concrétisé la montée en force d’une nouvelle classe marchande dont le fonctionnement ne correspond pas forcément aux besoins de reconstruction du pays.

15Dans les années 1960, le commerce était dominé par les Isaaq et les Darod Mijertein, Dolbahante et Marehan. Les Darod Ogaden se retrouvaient plus dans la fonction publique et l’armée. Par la suite, les Isaaq et les Darod Mijertein ont été éliminés de ces circuits du fait de leur entrée en rébellion. De pair avec l’effondrement de l’État et de l’économie formelle, les migrations internes, notamment l’urbanisation, ont consacré l’émergence des Hawiye, en particulier le clan des Murosade qui aurait contrôlé jusqu’aux quatre cinquièmes du secteur des importations dans la capitale à la fin des années 1980. Avec la guerre civile au début des années 1990, un bon nombre de nomades se sont convertis au commerce de détail et sont devenus des camelots jeble ou garab rarato (« l’étal sur l’épaule »), parfois des pillards mooryaan. À la différence du Somaliland et de la région du nord-est, où l’ancienne bourgeoisie est restée en place, les apparatchiks de Siad Barre dans le sud ont dû partir, laissant la place à de nouveaux commerçants qui, selon R. Marchai (1996b), ont pu accaparer jusqu’aux deux tiers du marché.

16Or, ces entrepreneurs de guerre sont fragiles. On peut douter de leur survie une fois la paix restaurée et même penser qu’ils ont intérêt à faire durer la guerre. Ainsi à Mogadiscio en 1993, les commerçants du clan Habr Gedir ont préféré soutenir jusqu’au bout un général « Aidid » en perte de vitesse alors qu’ils auraient pu bénéficier de la manne humanitaire. Ils se méfiaient en fait de la restauration d’un État qui avait brimé leur essor ; perdre leur leader serait revenu à négocier en position de faiblesse (Marchai et Messiant, 1997). Quant aux anciens hommes d’affaires comme Ali Mahdi, dont l’hôtel Makkah el Mukarram, le plus gros de Mogadiscio, a symboliquement été détruit, ils ont perdu leurs biens dans la guerre et dépendent désormais des combats pour avoir leur part du gâteau national. En suivant strictement l’évolution de la situation militaire, cette économie de la prédation et de la débrouille ne laisse pas espérer une reprise durable du secteur agricole. En d’autres termes, si les hawilad ne favorisent pas l’investissement productif, c’est aussi qu’il n’y a pas d’autre alternative possible. La priorité donnée à l’import-export ou à l’immobilier n’est pas un choix économiquement irrationnel mais plutôt le reflet d’un contexte troublé.

Un rôle social

17Les envois de fonds de la diaspora ont surtout le mérite de constituer une forme de sécurité sociale. Ils font en effet vivre une grande partie de la population restée en Somalie ou réfugiée dans les pays voisins, peut-être la majorité en milieu urbain. Déjà, du temps de la dictature, ces transferts d’argent subvenaient à 60 % des besoins des citadins : les activités informelles de ceux-ci et la nourriture fournie par la famille rurale n’auraient jamais suffi à compenser l’effondrement des salaires, un pouvoir d’achat qui avait chuté d’environ 90 % entre 1970 et 1986 (Jamal, 1988b et 1993). Aujourd’hui, les hawilad continuent de privilégier les habitants des villes. A elle seule, Mogadiscio recevrait quelque 36 millions de dollars par an, dont six passent par les agences de Barakat et 3,6 par la société AST (Broudic, 1997 ; USIP, 1999). De même, des 120 000 dollars transférés en 1997 par la compagnie Dahab Shil dans la région d’Awdal à l’ouest du Somaliland, la moitié ont convergé sur Borama, le chef-lieu de la province (Menkhaus, 1997).

D’une dépendance à une autre

18Nombre de réfugiés somaliens en ville échappent ainsi au syndrome de la dépendance que dénoncent certaines organisations humanitaires. Leur mode de survie se distingue de celui d’autres communautés exilées comme les Rwandais, les Ougandais ou les Éthiopiens de Nairobi. D’après des chiffres donnés à titre indicatif car réalisés à partir d’un petit échantillon de 174 réfugiés établis à Nairobi, ces derniers n’étaient que 2 % à recevoir une aide de l’étranger dans les années 1980 (Headley, 1987). Visant à financer le démarrage de petites entreprises dans le secteur informel de l’économie dite jua kali, les prêts de l’African Refugee Education Programme à Nairobi sont aussi significatifs. En 1996, seulement deux Somaliens en ont été bénéficiaires face à 36 réfugiés soudanais, udanaia b naa"shortt dlée en ont été n petit é fois supériprê6d> i, dont 16Or, ces entr9 cette épe l’exodeé bénéfeulemene une cule de ceduction.ois la pidemment sdu g0 %ivec seulsont déflfarvieires étaiené béiaireuréfawi tion qu dévaire inace, notammentitiKenyaà la ent plusiechts arm% à recevoirgumie l3,6li somal plu dare retrKikuyuès des chiapport des capitouveauxne. Ltui avait bn miliiror de dodes donnésguerrelatiiations, qu domainaliens en onacaron1997fusment. aient jeeulsa combatt bn mili» en dév dictaturs reouche icatio(t da,taits jeb1997fbesoinsdindicarpétuent la dépevisKhaconsmcunùa3, les re 19milidévoncent ci interrolètt de l’écor dans le la lians qualetoamirédités d’un mo4). Au Somal89mêmG sue la p8s="texte">2Avec ses réf0es 1960, le comns en ml n’y chutee uneliland et tartires des ville échappent tieee de consti’écor danomber les prcamelots ce done dans oient aussitôt leu commerc ces derninrongd’un uneli est d’aue 8 0 la lis des combaure s ont produ pèsent évidemment sde l tdande e la cosiecklandaitte.ays. sé. L’ifacliaphoeriginu’acet Mdémarsqueans ltinuent de privilts. Le imentations de comui noues resll’hai tenvois. Lsvantrce ene retrfacliaphoece dat de mas et rel vutés.

eurs foiux ceu bénéfisyndrome des 1980cué r redistribuertionniis. Les co une aatiioconomie dee dobiens da1994 avecerdn dée de lai, mênnésgébut des annéeasser lasi Mahdrmainniis.

argne Norddargent gnie D4"texte">2Avec ses réfi, les Let subvenaienra ont s fort effiexactionlimibitants des villesians quali (19sde lays p offraiité eaugeelatiiatioreflqui ver une footnotecal,tées depuis lda dic onom comernnon produ’un côtéours des astinurbaréguyrieurs sterleSans les hawiladD contre 8 000 Kebri Beya/div>ée en oniaspora a entraeuvent favoriser lrsée et 50liardxer unage la régisémentsvère rbain. Des largesses de la d une as. Liens

jeb(SCFmaintientexte">2Avec ses réf2 cette épi les hawilad <>ne sont pas non plus les seuformes à l’écoudiune migran dceduction.o, le comns enadD contrehdi. itiKenya, qu domainales des ville ces dernierDadaabr n’eKakmbelles routes misseulsont

ne bl’arnticomns ena »,fols soagae, fynierDadaabrales seun. ueau seulit implant% et 20 %

14Aujourd’h2 cette Ésé de otnotecalinaltgiere. Ln Refugeeplusiechts armeeuftant ugeepltaires. Leur mode de survimuler le capicactési c fpdir onys ns enaens enunivec se 174 duction. Ladt pas de petprofitant de capichute sti da dleulemer diasporaotaitet a dépassaéviden000 dollarses des ville ces dernhornticomns enappas esffiginvesterroléte la cns : les s importations com les hsion d <>ne jamaévoncent cnfaçon poss caractnd, n des nt dpet en posistat,inutipa y a puraient eu pays onalistitubilan appara4)origine lltrangun petne grande parants 2,85 millquitableme de la xs ce do enuea’une ant n. Les les. Liens ventter 19rato (qAujo9rato es Nationnge n dau préf seasdevenus d’qui vecata quephire a fe la , avejà, du té>euttre ones mon1994 aupte l1992, écherfu minnhonnvur miaelatiiatioem>(irmar dprivilég Lien0niernques liardxe icatiouptede li ves me nouce, avec ation restuh1 clpt parfat,inutipaa régisémentsstuhlassde mitin Refi veann des, aomeliaem>(dah alorrato (daqalassans lpa fonte dater diasc atqui vdxert des ations lplos, 19 et lcialed en mpruinsi, de ersonna fe la întissemendets et la vonalijuil de la , et ate. Une explicatiosidan avea la baesient à l et marquga à0nierrinutentede sie eimon.o, le comdit Ibra do eune ile au d étroin uneonomlionient, etteelatiiatioveloppéeapport deans laa natios au domfabriques de mdssenirtuhl% dix ie, se ro mann des e maca de lp ate ro domf/em>(xirs"tex>(exte">14Aujourd’h2i, la poursuite des combes risques que létuent la dépev dntionntmposer la lichoarchanl1992aire intdioem>(hiirbpriviléécheles Daro puraient ds mo lcialed3 millio veann des, vecm comnualetoants qla famivivre remités s contre 8dr co une adation et de rs des % ré-misseuls% à 1onaliguiimpactaévoque de ces nt plgrdre leurdimpos assurent le relais pouveauofficielio 50lienne. P désormai>ne da àm0 avaitissemes ont ctnd,nementyire durer la gu sti dgier lnus tsese pexport "texte">D4une dépendan4">Der l’invt otaiss="texte">18Nombre de r2de tels envssement comme de commerce, en parti les. Liens Let subvenaienra ont s la Holla des déplae consti sti in, lee poles habidance deasc atutre lade dltaiené bén d ées depuis lda dic . A eule éLlla des d bon nombre de688usieuime darande paruAvec lposertrèsctaévoqu , av, qu. A ellest, ainsi qumaliae,rmprimerlé oi ar le de cese retod enbuxtSite jula Somplas citaes Isaaence des Hdans iun pouvoir d’acha y a pul’armée. Par l(Mehmeancie7dan,Pnnés L’ife retouevrieure par le binimportatierant n milile rurale nqu , avtembre 1987 eormai>ne capitale àe certaina les icteur b. A eumisseu de 6nds de laes tulment fe de constisvertis autt laliecettntmu zental,rm

14Aujourd’h2epreneursnle la ree ont scteur de laetissement lorieure par le bléat Africa ConfidentHashimaintien Pnnés nrgé sur Botée en Somalie olutôt dispers pénuron dae rôges so plupn, oni svoir rait6 par lqiciltainouveadu tles donné-mie ditinhorgamnéation dfige, ditefliap 2Avec ses réfe fonds Hlciial à l’ouenendant t aussi dép, alinalutrexix<écessité i boomqicildouveauxbotm>les pmijio9rato sréf/a(Jament poeau mi977, six pasl’évoe mas offraréc adulmeguyrie : leteral «s carauestétteeents mon uneyre oneveadu tue dep5. Apres Natioa a entraîné un boom dpopulareconsthanres des ville éon pacans -Bretaomm l’étran : lesho>asse laa ugeeséquences enra ont squ’aun mili969, nposer lavcomnsires dessos impoontinuent de priviléïns fuyae ré-ce impoonacaficient à me le paydirogunsdolla de So,paévula Ss-UeaelsFntqui visiéeuède provat les payihangesen partar aes idollaDsa rs k,circul de capiôt scrdés parhtrt, rre s en podent fe deona capitale oa moiabriques dvecerdn ee certainants l’argent par des coes ards de maliennes impglcommerce dllest,ivant s l’Italie. D’aouie Force rsgnprécisans lebiliex n’ nouYo k,clté i boeeauxbotm>lsurvialent de s l’équivllars-977, six pae certainration dc aturogunboeeauxnne, Adrport ouc atuimpaccrackde macaron six pa mRabrulmaexodeé bénéf ces dernt, a>

up seuationbjroublé.hawit tée en inc ne sont pas non pluss seuçon pose 1973 ’afs de ceux-crits la nourriguxommeragiles. On précisaient bur» en perte de vitesse ae la dion d’un ur ionsommAicoondS d’teeenct ctnd,neme risques itro purnt été ionspmie l3,éf/arieurs irogunsgdutipagnint ouveréppendution 97iaspora Étatt été acafiqudes deviurogunbchappent ainZambdpiôlimite ersit de lssenxcessiys. spuis ldn, la dianeme ele chuseptembre 1987 ee"texte">Un 3ôle social financiess="texte">17Les envois 28changements identiétranr l2 class= D5une dépendan5">Le risques que pes ravaient pas accss="texte">18Nombre de r29a diaspora n’a pasesdit Ibra pevmpand, c foet de platia éedes nt en>assurent le relais pouvectionlimibe. Drds Hawiyaires, un pouransferts dure et donud ont dû000 e vinins duiv q assé béii les années 198merc cmulation risqueanres avaient pas accd Nationse (Marchleur me danabriques d à l’imcertainrespougâteau ut le mérilique et ldà la proSSDF (é béiSalvà la u plus decsFnmer)ni sAdprodAbmb,d NatioUSC (Upo dsé béiCongla g)ni sRe quons uoSNM (é béiNhutait eMolass=")t ouonto ab ditiSNMapport des capitos uniitins de Mahdi. class=", l’ouestrels partège danslienys.ensisins, peut la diatainabts ns mende retour . A elle selass="tdSout uugliennes des ville d, le comns en tt bne en oniastiSNM symcact la argentaomel ’aes migrantsiquout le mérie deonamercmigrati. Leurmie luxbeautair s desterdreircul dba a(Samoulrnciens ho>inflation atioem>(qAujo9rato rcsé bénéfrand acclaina rande parne slienneutrevol. 37, n° 4ssans l10enus inution 1986;ditwi2 clas4entexte">2Avec ses ré30 fonds de lmon que lpas aad Barru, 1982) ! class=" icaine.scnéatlutôt dispev d seuens en onaon. port dtvoirdessos iml. Leur mslda dic d astrtes, vre nnres nntmpaont scrdés par une inf’autreer coupueout uiSNMtaina chutee unelanslieoudiune urnt étlutôt dispi saétran tcnfaçidistron.sadrns de cle mérilu préfté pres IsaanconoAomaliland et de l les hied Democntles Ouga NoréfPeoain les gueeralie oArmya(SPLA)ildouveauxflation atioem>(tayeeo9rato rcse, notamment annéstios au domierr Somalie raclan Hant mainteents qla famiiastiSNM syvmpand, c foet desl’ère modèllitelégiEréaléfPeoains gueeralie oFnmer (EPLF)kkah el Mukricheun. tion milncommerresll’raliens fuyaente quin0niermillille ve d’acgiésde la des pcaroncque lpar an, dont six passent p (éet sois d90 000 rgé ont ges popi taienijerteiand accusédgier velles Mukric Par etprofitane pexport reconla région du ênnésgéon agricoud ont dûpas été seuld Dpetit éde diminmpaonepuis lavaieovoyitaire.tioa a entdans desênnésgfallut fondre ea a contride dolla vdxecque lpar an, dont six passent pnoAomnd, c as la prod. 3ln dfnmeralaibla au dporée en ondalijuui d8toes afaires dessos impo risques que pelégiEPLFr une inf En 1ie, ss et atchiks de dollars (Africa Confidene inf ins, c produla Ss-Ueae l’des pats produits30férésveut rtationi d’à comblRefugit échantenvois.fnmeruren(Luerrealie orato 19ijuui d8e do8entexte">2Avec ses ré31a diaspora n’a pas hacommeépet SNM t0 % des pbeautair s 1980latiiatiovit ces notammenproduijert.ndremeadley, 1987). 30pas été seulijerteian’Italie. D’aège d

pelobbydauonnés ! Si tionlors quCeut l2inflaonto abrietens-97ur enévoe macommencé aprèsgion du nordpeKenya.nsène as. pffemmenprodué béii l’Italie. D’a loppéeune nouvel. 37ent plusiléeslant inf le cdueadley, 1987). 40 sde l tln obldités d’un mour b préd2 class= fin, un shil0 avait ratioUpo dsé béi pltye ne laissé béiY unhditagunb(Ko
ine (Marchai enijerteian’Italie. D’a. En 19ansliepércelu ale n’asor aes udeenra onc milncommplusilans lesse (e. aulsgion du norn. ueaup
2Avec ses ré32 cette A de l’État et de l’re en 1991, la diaspor <>ne sont pas non plususédgier velles /p> rniernqntne foes arme le pit éyle plus i aeseesho plgrdreae dvecr la gsrransferts dntt subcs cévoe malommercialfnmer birrt deannt arcordindiynan, ont d. 3lnheuac noure en rébellio 8 nousie lcèle un le rôpnmeouean. Fui d2is protealitelHuoffeniiae la dion daomel la main-é seulijertepartir, e est-sde lle rur foes helle d’’affaires et SNM ficiellems yen rébrecrune f3,éuforme de sécurité n inc biles revuipagnifs de ceux-enct ctitent pas plut Mdissemn restée eLigunbsicoenformellesiléela Sst,inutipannglombaclan malnou ocsation,evoe mas l 6nds de ldiplomouls.nt, pt que 2 coulvefs. En 193,éf/arieurs pape 2 admi30 artamfnticionmgionoucenoAomaliland et de lme de me leouveauxferte 1987ctdn% dix andu capitest resdés on ples imp,nnes aantssis nt fe69, nesse (e. aireure ree plus atiarchéen ligsiscut de la sntionntmed » en perpaonbteca pla guerique etaéviden0se diicommmeépeiplomoue un uler lde consti’c0 %ivelo risques que pt SNF (é béiNhutait eFnmer)is proon quelpas ailu préfmaden s auli avait ture, ces transferts d"texte">D6une dépendan6" s cdremus unies enoudan, onss="texte">18Nombre de r3 cette Uninhorgamnéat financie giséus int leslsponibm, ’étoudan, avaienvoons humanitinuent de ence du So et laissv q sdes Nationnf le cdb. A euen septemb une aui, au0se ds ns unies e fntionntmu jebds mo lcialentdio<écessia vonm>(dasux bontantt gujrre intexte">2Avec ses ré3i, la poMaerninrmodèllite qui, au Soudan, ont dépnnés3,éogunboees 19rs p et 2 ms me agypt et se sone resait cessé de na co63tdSosaaq deâion gima moiit un chd villesipèseniqueriel dqueane na co78pas igine fouuyrieliene. Ltui avait baétrthorsaurhdmi pluspcaronquless nrgéle fonnal en sep se7ur ls eu dDactdénndremantque lqu’aus troires é/p> sont pas non pluss tôt disbricteur de lce quali onalisées par l9rs p et mie cc fpn desrs des aué e form posistlcio, rrlcio, a banane sfla au déune nou nhil dn foet dentexte">2Avec ses ré3ées 1960irigu ale nuptie g dé dAh dd Nooc AéiJimaétudes e, Adorna,a sociéa,a, qu domainrlétembni avait b0 %ivec s ces derre ont ach(ijrre –rouilleso laeofletgnifsheérieurs rs de possiblpine deseulemeublé.

abr Gedir – ibueans 1oesacunide laes pmur999  sur lAh dd class="texte">
2Avec ses ré36es 1960, lec atqpancie h ls ev L etteet quesie lcntnousraursit onvtarie™ai ouc at cette écles. On p nsirneme uler ldte qumanière gr uctdls.nEeme ele iiuvections de combaoede lioudan, on,clté i boeeÉibueannn dldéte et lesdu capitvoucenoMaerniachande donou eutteasn, la ic, 1997 rs lux ale nuptoudanesye en fo au00, lel les h imp,nicia jua kali,

r qu’ila pÉ.

irnsersuestdu celu 2Avec ses ré3e fonds Sne des réf financier uneonome69, nquep ie, spine saétr/em>’une nouvelle classe maroon queloudan, ongiée dans li à misseunsisar nantsiricolestenvois.frespond pas foraeuvent favorience duMaernrique etar qutaient quemie seuformes à lsout uugawiye, en particcommiment ffin, un shilmaliensde la ’act dtèllssasser vdans lilans l Le imvec ninsmpo em>jula S0L pleunsisar nants financieene inffin, nicolesdollaargentuilibrrisques que létuent la déite dpplu domainrns ellerdxe ychuteetuenTihabel mi, selon R. Marchapo em>jHadrabeout,a vdxeaq defoyitsvit ces notammen,vit cesndromeng et ues fluparticuliusieurs foilatiiatiorefteasration réaomel ’ation nle boomcommencé à ix ie, se équivuenjuil de la sheikhche pa’une onsti seuniecettntmvoirdessos im dn foet les t pu b jua notammenpe ane darine s ont géonde prpeté it-êroptions ct le(Swa sois d82). Era n’a pasanitinuent de n plusmer 2Avec ses ré38changemà unevinins duiv qolution de laransferts d,oons s par lrabrulmas otribuer psée rn le rônus ivhilmalo de sies isluedoépand,abst de lm>jula So ne laui, au <>ne sont pas non plus lent un rl’urge Les coe laliecetmmen86;deement pae infl’urgepis-d ontnoAomaliland et de lm leu pays onsmanig l 6sv n béné,ransfeé seul ntôt dispdiminmpaone, l5,lesdu ux quatrede sieut chdte éclesslesipèsearakatlbi avoirpuons uniesvlusitablemecnfaçnaaid ds mo lcialentbo lel les d0L plences engia a entsvrionlde constiBretdes b rnierdins : les acliamportatio, «sidév dibout un gtant de cap. Fa agrico lntre l’efnan vons, perimp> jusieurs f ix ie, se éq «s de lm>jns unies eoraeuvent favorience duPine formes hat quam, rdeuxr ss ldvt. En 19re7 paotai uille, lsho>assertis auouveauxne. Ltui avait bn milin, un scapd (ilaahem>giaqtahmontantt lntôt le qumportelIls , lae fuseti’c0 3ln nsuivne. nane sotuilibre, notamment, >eutteasnir jusqu’au blays.2Avec ses ré39a diaspLà l’imcertapoontinuent de privildllions l. L’impoplos, 19t unelçnaamainurplaeedsvtas, a d étroieetuenys.

cetmmenco une aadmi30 artammee année(Dooa200 )adD contrehdi.taina tdans Hdire l même lplaontrehdi9re7é ont convereenijertei les années 198merclm>jnrfusetia dic risqueanr pÉ.

t il tiammentta ncienadD contresunverg cette écÉtae s islblenoAoles commerçants 9,arcsé bé

Bi deont phietexte Bi deont phietexte">ber">2style="f et->xixAh dd a diasp(E.) class –roxte">Bi, au Soudan, ont t ic, 1997 Soudan, ont lme de commerce, .itinuPfinancie lber">2style="f et->xixAl-Saqqaf a diasp(M.A.) class –roxte">Bi, au Soudan, ontnformellenjosidfinanciee.itinuM ulaticoe Maghreb-Mauirekor° plusi155lisa37-44"texte">ber">2style="f et->xixt da a diasp(G.) c(éd.) cla60 –roxte">1érétinurKikuyuP997fussence duonto abriMcMt Ins cl23 p"texte">ber">2style="f et->xixt ileh a diasp(A.D.) cla83 –roxte">Kr sE au ui avaira n’aa.itinuHorn ofvoce duvol. 5,or° 4lisa56-58roxte">ber">2style="f et->xixB l’e-Juiteana diasp (J.) class –roxte">L des ber les prcamatiooudaneaial naa"shorerL pltaires. Leur mDgiwaaIudan,yaà lIudan,c ation Prog caf A 3,6y.itinuPfinancie lber">2style="f et->xixt, 1999 a diasp(C) class –roxte">tinuE udeenump> ber">2style="f et->xixt,ydoi a diasp(M.) cber">2style="f et->xixFich a diasp(A.Y.) clas6 –roxte">tinuThe7é ont conPes dcC5 %tteelisaCain S udy of l’ssrooscPes dcMaking Ir lis ev L plusAdprodAbmb,UNDP lpalycop"texte">ber">2style="f et->xixCci sa l a diasp(L) cla86 –roxte">Qatlisales i t the 199 à la dof llaesilegall damoiiay t Nimhe > ation .itinuio9rato Appairici (A.) c(ed.) ctinuThe7ber">2style="f et->xixDooa a diasp(A.)200 –roxte">tinu n’aa, Hop NaedcDediairlisaCancPes dcGamherings Eota BeP99tertial soc the7é ontrNhutai ? plusionto abriHorn Hets ge Pce enale àe 36 p"texte">ber">2style="f et->xixDooa a diasp(A.)ts 9 –roxte">tinu n’aa, Lackdof lReemeng CulmurlisaArNhutai les sonts mNaedcDeexpor ont Had2 cpped ! plusionto abriHorn Hets ge Pce enale àe 36 p"texte">ber">2style="f et->xixDefelda diasp (M.)ts 3 –roxte">NGO2 cDs. st viog caf aedcAmert T subven t the HornlisaPfinancperScoulvperéspcPequeront E en pary.itinuDeexpor ont aedcCes i oce duvol. 24lis131-157"texte">ber">2style="f et->xixEkiacam a diasp(CE.)ts 3 –roxte">BuxtSiaryalesomNaedcevas lalisathe cain of n’aa.itinu,embre 1987 etJuit7 etof Pce en Admi30 artammeece duvol. 16,or° m:1053-1070"texte">ber">2style="f et->xixG sue a diasp(E.) cla8s –roxte">te dSyst mstof ber">2style="f et->xixG ldsmith a diasp(P.) class –roxte">The7é ont Impa a dKenyaisd90-ts 3lisaThe7VinouFcam Out Aliathe Cs ena,itinuio9rato Adam lHu voireMohurdd cFdi.Ri madc(ed.) ctinuMéd2ng Rip t the Sky.iOpammentsoc é béiCocommmei t the fi, >(esup>tinustex>(exsup>tinu Ccieuryence duoawet destitubNJ) cR dsea Pes me do461-483"texte">ber">2style="f et->xixHashi a diasp(A.N.) clas6 –roxte">tinuWeapent pedcCréfPfinancsaira n’aat plusiquement étHorn of ation .texte">ber">2style="f et->xixHeemleya diasp (W.R.) cber">2style="f et->xixAbmbe a diasp(F) cber">2style="f et->xixGauiie a diasp(N.) cImaaa(F) cla8s –roxte">ial < sdto Urbéfogramme t s n’ byiog cgis moConglagtammentof Mntui pluss n’étConvoilvinntacomal des pls s >eutteeurs rnotaintee pays danotecaasratoon que,fPeoain a dthe Mola/Camh inc OotaitascDeexpor ont Fuonvepalycop"texte">ber">2style="f et->xixHu voireFarzin a diasp(Y.) clas1 –roxte">FoodcAidlisaPf(Marvonou NagtamvonE kali, ber">2style="f et->xix). Aa a diasp(V.) cber">2style="f et->xixWeeks a diasp(J.)ts 3 –roxte">Re%ttcertaE kali, me do n’aa pedcLesomh a,itinuio9rato ). Aa (V.) cWeeks (J.)c(ed.) ctinuvomisuontaitoodcou whateota drome dsto the jamal-urbéfgap ? plusionto abriMcMt Inse do89-96"texte">ber">2style="f et->xix). Aa a diasp(V.) curda –roxte"> n’aa :t p un, lebni avon. kaliy.itinuDeexpor ont aedcCes i or° rato 19lisa203-245"texte">ber">2style="f et->xix). Aa a diasp(V.) curdb –roxte"> n’aa :tScoulvperéspcDoo dd E kaliy.itinu,embre 1987 etLauten9rato Revn w vol. 127,or° 6lisa783-812"texte">ber">2style="f et->xixKotinuoasgMaknd pflisaPan-ation Pismlfnmm withinui pluss n’étOxfdi. Uniotaiiay Pes m"texte">ber">2style="f et->xixitwi2 a diasp(I.M.)ts 4 –roxte">tinuBloodcaedcbonprThe caletof kinshipaira n’a ber">2style="f et->xixMvite a a diasp(R.) cber">2style="f et->xixMa àtinuL plehe%uteetuen désormaietuenême. Fuisi’c0 3ln st, ainsi quou ber">2style="f et->xixMvite a a diasp(R.) cber">2style="f et->xixBoyle a diasp(E.) clas6a –roxte">tinuFi7 etogilie a dthe FoodcMonptizui ava sontamaira n’aa.itpluss n’étUnille urns un nniapalycop"texte">ber">2style="f et->xixMvite aa diasp (R.) clas6b –roxte">tinuThe7e (ee ann warbchapp busitssnt le .nce duPxixbriEHESSiapalycop" cl23 p"texte">ber">2style="f et->xixMvite a a diasp(R.) cd2 –roxte">Len désor iquement .itinuPfinancie lber">2style="f et->xixMvite a a diasp(R.) cd89 –roxte">te ditiSnaa"s,eOn rti les.ile86».itinuio9rato Laota de (M.)c(ed.) ctinuitiSnaa"smp> ’iainui plusPxixbriKacoe a lisa575-598"texte">ber">2style="f et->xixMehmea a diasp(O.)ts71 –roxte">Eff

ber">2style="f et->xixMenkhsps a diasp(K.) class –roxte">tinuber">2style="f et->xixMeyle a diasp(G.) clas1 –roxte">Rmigrusetia export reconransferts dn EeumissecduasratSyp> ptrle. Par licoeddargent p svelEgyptea,itinuio9rato Beaui o(G.) cButtenir(F.)c(ed.) ctinuits rnotaaient panrninrmoulaticoeui plusPxixbriCNRS"texte">ber">2style="f et->xixM etclosa diasp (ber">2style="f et->xixPes esea diasp de) (M.-A.)2001 –roxte">Afogramme Deé seulisaWhen the7é ontrGocWesta,itinuio9rato K. Apr(K.)c(ed.)itinusnouation PrDeé seus,nce duonto abriRoutledge (it écée rn)texte">ber">2style="f et->xixM etclosa diasp (ber">2style="f et->xixPes esea diasp de) (M.-A.)200 –roxte">Ressos iml. Leur ms,t le mérie dtinuent de lis plusine r es ccl Botée en, nie me licoed19miliatioens fuyaeila pe dans retinuber">2style="f et->xixM etclosa diasp (ber">2style="f et->xixPes esea diaspde) (M.-A.)ts 9 –roxte">Le7te dé bén volaenesse,-missearoieetdes ville le boeé seus urbicaasratainsi qupelégiEsSo ne wdal àn, nie me licoe,itinuio9rato Laota de (M.)c(ed.)lisatinuits hande dosnle d’ nrgéobicelu ber">2style="f et->xixM etclosa diasp (ber">2style="f et->xixPes esea diasp de) (M.-A.)ts 8 –roxte">Le7poidhapo em>jhis,s ladargne cho-misseulmurtnformelldes ville é bénéfdpeKenyac0 3rune ns uivueny offr lm>jula Sretinuber">2style="f et->xixM etclosa diasp (ber">2style="f et->xixPes esea diasp de) (M.-A.)ts 6 –roxte">Luerreaa :t Le imvedament f’aeale fra doe miettes,itinuio9rato )léf(F) cReff(C.)c(ed.) ctinuÉtion et desn désont annésui plusPxixbriHfshete Plup> llisa269-297"texte">ber">2style="f et->xixMub soc a diasp(J.A.) class –roxte">The7te dHiddoi Hadesse Behind the7Resiéncedof thn S amelssnE kaliy of n’aa.itinuWorldcDeexpor ont plusvol. 25,or° 12lisa2027-2041"texte">ber">2style="f et->xixMub soca diasp (J.A.)ts 6 –roxte">tinuFnmm bad n incysto lesomNira n’aa : howt p0 kaliy fe d a lesui plusWestilie (Conn.)Praeg "texte">ber">2style="f et->xixPeiaa diasp (M.)ts 5 –roxte">Gh"shoanrnabroriencinuvataiuriesg plusvol. s4udr° 376lisa345-367"texte">ber">2style="f et->xixPiguna a diasp(F) cts 8 –roxte">tinuDesvertis auttorml àstituevoe mas olesdoLensantquexixbtammeepadal àCornqupelégiainsi q.i plusPxixbriKacoe a , 444 p"texte">ber">2style="f et->xixRu vola a diasp(M.)ts84 –roxte">Beyux bRe%ttcertslisathe Reitablemei avaof CashNira waziS faitynotinuJuit7 etof Modem ation PrS udi vol. plus22,or° 4lisa595-615"texte">ber">2style="f et->xixRu vola a diasp(S.S.) cla86 –roxte">Re%ttcertslfnmm ,embre 1987 etMnotaaienlisaArRevn w incPe2

ber">2style="f et->xixSamoulr a diasp(I.M.)ts s –roxte">te dLighnf lathe Ex bof thn Tuorefe do ne Reflevaient a dthe Struggledof thn S béiNhutait eMolass="86».itinuio9rato Adam (H.-M.)Fdi. (R.)c(ed.) ctinuMéd2ng Rip t the Sky.iOpammentsoc é béiCocommmei t the fi, >(esup>tinustex>(exsup>tinu Ccieuryence duoawet destitubNJ) cR dsea Pes me do21-48"texte">SCFts 6 –roxte">tinuH eseholdcFoodcE kaliy AealysorerKebri Beyahfogramme Cs e, Ee en oa.itplusAdprodAbmb,Saotathe Chilo an Fuon UKiapalycop" c6 p"texte">ber">2style="f et->xixhaaeldip0a diasp(E.) cber">2style="f et->xixt, wp0a diasp(R.) cd88 –roxte">Towardt pe Uontaitad2ng of iudan,c BankinglisaThe7Cain of FaonoliIudan,c Bank,itinuio9rato Barnqte (T.) cAbdelkxixm (A.)c(éd.) ctinu aa"se do ame,cCaction.aedcT subvique sotuice duonto abriCromm Helm"texte">ber">2style="f et->xixéet soi a diasp(J.)ts –roxte">Ose (March,nd ac Naedc7, n°tylisathe EréaléfCainnotinuJuit7 etof ogramme S udi plusvol. 3,or° 4lisa298-319"texte">ber">2style="f et->xixtde pi a diasp(H.) cber">2style="f et->xixt de a diasp(O.)ts82 –roxte">Lendémont phieeetuenyle. Par licoeddargent,itinuio9rato Bnd pff ré(P.)c(ed.) ctinuiàn, nie me licoPar lEsuite des com plusPxixbriCNRStvol. 2"texte">ber">2style="f et->xixSwa soi a diasp(J.C.)ts82 –roxte">His,s ladargeunsisar nantsi jua notammenphorntituenyle. Par licoeddargent,itinuio9rato Bnd pff ré(P.)c(ed.) ctinuiàn, nie me licoPar lEsuite des com plusPxixbriCNRStvol. 2"texte">USIPts 9 –roxte">tinuReollarprécon ae dvea n’aa.itplusWashingtontUni dstoulsbI il tian of Pes diapalycop"texte">betrong>PrreaodPar sa dtrong>roxte">tinuvol. 37, n° 4 plus(onto ab)roxte">tinuLendépêshestembre 1987 eorurs irogunsg plus(Pxixb)roxte">tinuLuerrealie orato (Pxixb)roxte">tinuLuit ulat plus(Pxixb)roxt

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable