Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Populations réfugiées

 | 
Luc Cambrézy
, 
Véronique Lassailly-Jacob

Présentation

Luc Cambrézy et Véronique Lassailly-Jacob

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble l’essentiel des communications qui ont clôturé les deux dernières années (1997-1999) d’un séminaire ayant pour thème « Les migrations forcées de population : réfugiés, déplacés, migrants ». Il fut organisé conjointement par des chercheurs du Centre d’études africaines (Véronique Lassailly-Jacob et Marc Le Pape) et de l’IRD (Luc Cambrézy). Populations réfugiées. De l’exil au retour fait donc suite à l’ouvrage Déplacés et réfugiés. La mobilité sous contrainte qui regroupait les contributions des deux premières années de ce séminaire et qui fut publié dans la même collection en 1999.

2La richesse de cet ensemble réside d’abord dans l’extrême diversité géographique des cas étudiés localisés tant en Afrique (Somalie, Somalie/Éthiopie, Somalie/Kenya, Sahara occidental/Algérie, Mozambique/Zambie, Angola/république démocratique du Congo), au proche et moyen-Orient (Turquie, Palestine/Liban, Irak/Koweit), dans la péninsule indochinoise (Thaïlande/Laos, Thaïlande/Cambodge), en Amérique latine (Guatemala/Mexique) et en Europe (Grèce). Son intérêt provient également de la pluridisciplinarité des approches car, si les géographes - au nombre de sept -sont majoritaires, on dénombre également un archiviste, deux politologues, deux anthropologues, un juriste et une consultante ayant exercé une activité auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

3La première partie de l’ouvrage, « La place et le rôle des migrations dans la construction de l’État », traite de la construction nationale sous plusieurs angles d’analyse : soit à travers la place occupée par la mobilisation humanitaire (D. Barau), soit par le biais du rôle des migrations (S. de Tapia, A. Gascon) et de l’impact économique des réfugiés (M.-A. de Montclos). Le paradoxe, et c’est l’un des intérêts de cette première partie, est celui du caractère positif de ces migrations. Il ressort en effet de tous ces exemples un formidable dynamisme et une capacité d’adaptation et d’innovation, de sociétés au départ malmenées, qui portent à l’optimisme. De ce point de vue, face au caractère dramatique des situations d’urgence contemporaines, l’analyse du temps long, le retour à l’Histoire, constituent au fond un excellent antidote contre la résignation. L’Histoire permet ce changement de perspective et, au regard de la désespérance et de l’apparente incohérence de l’actualité, elle nous dit que l’espoir - que portent malgré tout en eux ces différents mouvements de population - est également une des conditions de leur reproduction sociale.

4Il est banal de dire qu’on ne peut comprendre la complexité du présent qu’à la lumière du passé mais l’importance de la perspective historique est ici démontrée à plusieurs reprises. De ce point de vue, Denys Barau en fait sans doute la meilleure démonstration en évoquant l’extraordinaire mobilisation au début du xixe siècle de l’opinion publique internationale en faveur de l’indépendance de la Grèce. S’il ne s’agit pas ici de réfugiés bien qu’ils apparaissent en filigrane dans le texte, l’intérêt de cet article est de relater le premier mouvement d’opinion publique étrangère envers un peuple en difficulté, un mouvement qui associait enjeux politiques, aspirations idéologiques et pratiques philanthropiques. Il est d’ailleurs utile de rappeler que ce que nous avons coutume aujourd’hui de désigner sous le vocable « d’opérations humanitaires » avait un antécédent sous la forme des « opérations philanthropiques ». Lorsqu’on a en mémoire l’importance du rôle des médias dans des conflits comme la Somalie (1991), le Rwanda (1994) ou, plus récemment, le Kosovo, rappeler que cette mobilisation, la première du genre, selon l’auteur, se déroulait entre 1820 et 1830 remet l’urgence médiatique à sa juste place.

5Les contributions qui portent sur la Somalie et sa population migrante apportent une note d’optimisme plutôt bienvenue. Elles donnent l’espoir que malgré l’abandon de la communauté internationale, l’avenir n’est peut-être pas aussi sombre que ce que les dix dernières années de guerre auraient pu laisser présager. Dans sa chronique de la Somalie, Alain Gascon nous dit que contrairement aux clichés habituels, les Somaliens ont une expérience ancienne de l’État. Ce seraient donc moins les rivalités claniques d’un peuple étonnamment homogène sur le plan ethnique et culturel, qui s’opposeraient au retour à la paix, que la disparition des modes de gestion traditionnelle de ces rivalités. D’une certaine manière - en attendant qu’une solution soit enfin trouvée - Marc-Antoine Pérouse de Montclos ne dit pas autre chose en montrant comment le « réseau somalien » qui vit à l’extérieur des frontières joue déjà un rôle essentiel dans l’assistance aux réfugiés comme aux populations qui sont restées en Somalie. On imagine sans peine combien leur contribution sera décisive dans la reconstruction du pays. Il n’y a donc pas de « fatalité somalienne », pas plus d’ailleurs qu’il n’y aurait de « fatalité africaine ». Les fatalités sont plutôt à rechercher dans l’enchaînement catastrophique des événements lorsque la guerre civile vient à éclater. Car ce sont alors les intérêts particuliers - notamment, dans le domaine économique, celui des chefs de guerre - qui se substituent aux intérêts collectifs et qui entretiennent le chaos. À un certain niveau de désintégration - la Somalie et la république démocratique du Congo en sont d’excellents exemples - le défi qui se pose à la sortie de crise et à la fin des conflits est, face aux appétits individuels, locaux ou régionaux, celui du retour au sens de l’intérêt général.

6D’un autre côté, si le cas de la Somalie montre bien que l’unité culturelle d’une nation n’est pas une condition suffisante à la paix, Stéphane de Tapia contribue de manière éclatante à enfoncer le clou sur certaines idées simplistes et pernicieuses quant à la dangerosité supposée des États pluri-ethniques. La Turquie est en ce sens un modèle du genre. Car, si ce pays est une terre d’émigration, vers l’Europe notamment, il était important de rappeler que la Turquie a été et reste en même temps une terre d’accueil pour un étonnant brassage de populations qui constitue le cœur, sinon le fondement, de la construction nationale. Parmi bien d’autres, les réfugiés du Kosovo exilés en Turquie sont les derniers en date à bénéficier de cette hospitalité. Voilà donc de quoi changer définitivement de perspective. Les mouvements de population, les migrations, ne sont pas seulement l’expression des drames vécus par ces populations. Elles témoignent - et parfois de façon positive - d’un monde qui se recompose en permanence. Au fond, en allant encore un peu plus loin vers une vision optimiste des choses, on se prendrait à dire que les mouvements de population sont peut-être utiles à sa « refondation ». À moins qu’ils n’en soient une des conditions.

7La deuxième partie de l’ouvrage, « Les modalités de l’accueil », traite de l’exil dans les pays de premier accueil et des conditions de vie ou de survie dans ces enclaves hors du temps que sont les camps ou les sites agricoles. Six contributions ont le mérite d’offrir des matériaux de première main recueillis par des enquêtes personnelles menées dans des camps (L. Cambrézy, S. Caratini, J. Mauriat), des sites agricoles (E. Kauffer, V. Lassailly-Jacob) ou auprès de réfugiés spontanément installés (N. Gomes). Les problématiques de l’insertion ou de l’intégration des réfugiés dans leurs espaces d’accueil y sont abordées sous divers angles.

8Julien Mauriat évoque les camps de réfugiés palestiniens enracinés depuis 50 ans dans la banlieue de Beyrouth. Pour ce jeune chercheur qui a séjourné dans ces lieux, « s’il ne fallait retenir qu’un seul intérêt à cette recherche, ce serait sans doute une forme de lutte contre l’oubli de ces populations qui vivent aujourd’hui dans le Liban de l’après-guerre mais qui sont largement marginalisées dans un processus de paix proche-oriental à la dérive ». L’auteur retrace l’histoire tragique et mouvementée de ces camps tour à tour investis, retranchés, militarisés, détruits puis reconstruits. Il montre l’évolution du statut de ces espaces qui, situés au départ en périphérie de la ville et repliés sur eux-mêmes tels des ghettos, ont été progressivement englobés dans le tissu urbain avec lequel des liens se sont tissés. Si J. Mauriat observe les multiples relations qui se sont nouées avec l’extérieur, c’est surtout la nature et le fonctionnement de ces enclaves plaquées dans la ville qui sont au cœur de ses interrogations. Par exemple, le paysage de ces camps toujours inscrit dans la précarité malgré le temps long, n’est-il pas significatif du refus de l’intégration et par là-même, de la revendication du droit au retour ?

9Cette notion de l’éphémère et du provisoire se retrouve dans l’étude de Sophie Caratini quand elle évoque la situation des réfugiés sahraouis qui, après 25 ans passés sur la hamada de Tindouf en Algérie, vivent toujours sous la tente « autant par goût que pour manifester leur refus de s’implanter définitivement en territoire algérien ». Pourtant, ces réfugiés ont inscrit leur territoire perdu dans l’espace de l’exil en donnant les noms des villes ou des villages du Sahara Occidental à chaque camp et chaque quartier de camps. Ils ont aussi organisé leur espace de vie à l’intérieur des camps en conformité avec leurs traits identitaires. Enfin, tous ces « citoyens des camps » et en particulier les femmes, se sont trouvés investis d’un nouveau rôle social et d’une place dans cette société en devenir. En développant une conception active de l’exil, les réfugiés sahraouis se sont constitués en un peuple hors de son territoire.

10La contribution de Luc Cambrézy, à travers l’étude de la situation environnementale dans la région d’accueil des réfugiés somaliens au Kenya, s’interroge sur les conséquences inhérentes à la mise en place de ces importantes structures que sont les camps de réfugiés. Évoquant la déforestation observée autour des camps de réfugiés, l’auteur impute cette situation non pas à la collecte de bois de chauffe des réfugiés mais aux besoins propres à la mise en place puis à la consolidation des camps. Au-delà du décalage entre les réfugiés et les organisations humanitaires qui tendent à juger ces derniers responsables des dégradations du milieu, cette étude confirme le rôle croissant de l’environnement dans l’économie de l’assistance humanitaire. À l’évidence, le risque de partialité dans le bilan des dégradations environnementales est d’autant plus élevé que les enjeux politiques et financiers sont importants. Or, comment pourrait-il en être autrement quand les gouvernements des pays hôtes utilisent l’argument de la dégradation environnementale pour subordonner l’accueil des réfugiés à la docilité et à la générosité des organisations humanitaires ? En marge de la question environnementale, c’est donc toute la question de la pérennisation de l’assistance humanitaire qui se trouve posée, mais ne nous trompons pas de cible ; globalement, les réfugiés sont entraînés dans une dynamique qui les dépasse très largement et, en dernière instance, les véritables responsabilités sont à rechercher du côté de tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont une quelconque influence sur la poursuite ou la cessation des hostilités.

11Toutefois, les camps ne sont pas tous ces vastes lotissements de type urbain où l’aide humanitaire est le principal moyen de survie. D’autres formes de regroupement des réfugiés, les sites agricoles, promus pendant plus de trente ans par le HCR, ont eu des objectifs d’autosuffisance et de relative autonomie, voire d’intégration. Deux contributions s’interrogent sur la réalité de ces objectifs. Edith Kauffer observe les politiques d’intervention du gouvernement mexicain auprès des réfugiés guatémaltèques qui se sont concrétisées soit pour certains par une aide au retour, soit pour d’autres, par une tentative d’intégration définitive au Mexique. Si le retour a surtout concerné les réfugiés dispersés au Chiapas, l’intégration a été soutenue politiquement pour ceux qui avaient été regroupés dans les sites agricoles ouverts dans les États éloignés du Quintana Roo et du Campeche. Contrairement à l’idée largement répandue que le rapatriement, incité ou volontaire, est la seule issue possible à l’exil dans un pays de premier accueil, l’exemple mexicain démontre qu’un État peut décider d’une politique d’intégration massive de réfugiés. Toutefois, le succès de cette politique dépend des droits qui sont octroyés à ces réfugiés, des droits qui doivent être semblables à ceux des citoyens de souche.

12Véronique Lassailly-Jacob traite également de la situation de réfugiés regroupés dans des sites agricoles, mais elle se place à une échelle locale. Comme dans le cas mexicain, ce sont les troubles provoqués dans la zone frontalière par les incursions de la guérilla qui ont incité le gouvernement zambien à éloigner les réfugiés mozambicains de la frontière pour les rassembler dans un site agricole. Au moyen d’enquêtes menées dans ce site où les réfugiés bénéficiaient d’exploitations agricoles et de nombreuses infrastructures, l’auteur s’interroge sur la réalité de leur insertion dans le milieu local. Pourquoi ces réfugiés « heureux » ont-ils accepté massivement un rapatriement que l’on peut qualifier d’anticipé ? En recherchant les causes des tensions entre deux communautés (réfugiée et autochtone) qui disposaient pourtant de nombreux atouts pour vivre en harmonie, V. Lassailly-Jacob met en lumière les rôles prépondérants de l’assistance internationale et de la politique d’asile de la Zambie.

13La question de l’insertion des réfugiés dans le tissu local du pays d’accueil se pose dans des termes très différents lorsqu’il s’agit d’initiatives individuelles, non encadrées par l’État ou les organisations humanitaires, et, à ce titre, souvent clandestines. Nathalie Gomes montre comment des réfugiés somaliens qui ont trouvé refuge dans les villes frontalières du Kenya et de l’Éthiopie réussissent à s’intégrer socialement, économiquement et juridiquement dans le pays d’accueil. L’auteur souligne le rôle primordial joué par la solidarité de la parentèle somali dans l’intégration sociale de ces réfugiés ; elle montre aussi comment ces derniers réussissent à obtenir une certaine autonomie financière grâce aux envois de fonds de la diaspora par l’intermédiaire de banques parallèles, les xawilaat, un réseau étudié également par Marc-Antoine Pérouse de Montclos. Quant à leur intégration politique, elle se fait sous couvert de l’achat frauduleux de papiers d’identité ou grâce à la complicité de leurs hôtes.

14Ces contributions nous livrent quelques conclusions qui vont à rencontre de préjugés largement répandus et offrent matière à réflexion : tout d’abord, plus les camps se pérennisent, plus le désir du retour est ancré et le droit à rentrer « chez soi » revendiqué ; ensuite, les politiques des gouvernements d’accueil ne sont pas toutes tournées vers le rapatriement mais offrent parfois des possibilités légales d’intégration des réfugiés dont les motivations demandent à être explorées ; enfin, même confinés dans des camps, les réfugiés peuvent prendre en main leur destin et se reconstruire socialement et politiquement dans l’exil.

15La troisième et dernière partie de cet ouvrage, « Retour et réintégration », rassemble des réflexions portant sur le retour des réfugiés et la question de leur réintégration. Mais ce retour, dans certaines circonstances, peut être effectué sous la contrainte sans qu’il soit pour autant contraire au droit (M. Barutciski). Dans d’autres cas, il se déroule dans de telles conditions qu’on devine que la nécessité du rapatriement (même volontaire) répond parfois davantage à de subtiles considérations politiques, diplomatiques et financières de la part des organismes d’assistance humanitaire, qu’à une décision raisonnée de la part des réfugiés (A. Bartoli). Enfin, dans deux pays voisins, le succès ou l’échec du retour, analysé respectivement par F. Mignot et C. Thibault conduit à s’interroger sur les limites du comparatisme.

16La question du retour sur la base du volontariat incite Michael Barutciski à aborder - pour mieux défendre ce principe - le problème du « rapatriement involontaire ». Dans la mesure où il soutient la thèse que ce dernier peut parfois s’imposer et qu’il est implicitement admis par le droit, on comprend sa prudence dans le choix des mots. À l’instar du HCR, coutumier de cette précaution sémantique et diplomatique, le « rapatriement involontaire » a une connotation évidemment moins musclée que le « rapatriement forcé » ou le « rapatriement sous contrainte ». Cette précaution de langage, de la part de Michael Barutciski, s’explique bien sûr par la nature polémique de ce débat. Nous avons tous, en France, la mémoire des « charters ».

17C’est pourtant au nom de « la sauvegarde de l’institution de l’asile » et donc pour conserver l’assurance que la protection des réfugiés reste inscrite dans le marbre de la loi que l’auteur adopte cette position. En substance, son propos s’inscrit dans le débat entre « vrai réfugié » qui bénéficie à ce titre de la protection internationale et « faux réfugié » pour lequel ne peuvent s’appliquer que les lois de l’immigration de chaque pays souverain. Pour les réfugiés, le droit au retour volontaire est consubstantiel du droit d’asile inscrit dans la charte du HCR - elle-même fondée sur la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Ce droit doit s’appliquer aux personnes réellement réfugiées et seulement à elles. Mais dès lors que la situation dans l’État d’origine est revenue à la normale, plus rien ne justifie le maintien des réfugiés dans le pays d’accueil. En même temps, puisque le retour à la paix rend caduc leur statut de réfugié, le pays hôte est fondé, en fonction de ses propres lois relatives à l’immigration, à reconduire ces derniers à la frontière… Les juristes ne parlent pas le langage des associations de défense des sans-papiers et on voit sans peine le fossé entre les deux approches. Entre la protection des droits de l’individu et la défense de « l’État de droit », on mesure l’importance du fossé ; et voilà que tout d’un coup on se sent moins optimiste.

18La question de la perception du rôle de l’assistance humanitaire est donc implicitement posée dans la plupart des contributions. Annick Bartoli, à travers deux exemples puisés dans son expérience personnelle, laisse deviner avec beaucoup de retenue ses doutes et sa perplexité quant à la manière dont les réfugiés sont « assistés » dans leur retour. Là, le point de vue adopté n’est plus celui de l’État ou du droit international. Entre les bédouins du désert que le gouvernement koweïtien a laissé apatrides et les réfugiés angolais rapatriés chez eux dans des conditions qui, à l’époque, en ont révolté plus d’un, c’est à la fois l’inadaptation du droit international à la réalité sociologique et le caractère très relatif de la notion de volontariat qui sont ici évoqués. Au-delà, et c’est peut-être le plus important, on voit à quel point le temps, continu par nature, est un concept qui s’accorde mal au fonctionnement binaire de l’esprit du droit. Quand un réfugié est de retour chez lui, il perd juridiquement son statut de réfugié. Mais est-il pour autant tiré d’affaire et prêt à renouer immédiatement avec une vie normale et digne de ce nom ? Annick Bartoli montre très clairement qu’il n’en est rien. Il en va de même pour les subtiles distinctions entre déplacés et « vrais » ou « faux » réfugiés. Le droit introduit des ruptures là où il n’y a souvent que des nuances, et les organisations internationales - contraintes par le droit - ont bien du mal à appréhender l’incertitude, l’ambiguïté, et la transition.

19Au Cambodge, le retour des réfugiés que décrit Christel Thibault permet d’aborder le problème majeur de la question foncière. Après des années de guerre et d’exil, les rapatriés retrouvent un pays dévasté où les populations civiles rescapées du génocide restent les laissés pour compte. Entre le caractère apparemment attractif des solutions proposées pour le retour et la réalité, les réfugiés cambodgiens découvrent le hiatus. Car même si la plupart d’entre eux avaient fait le choix de retourner à la vie paysanne, l’importance des terres spoliées - par des militaires plus ou moins démilitarisés - ou impossibles à occuper du fait de l’abondance des mines, compromet en fait le succès de l’opération. Dans un pays pourtant encore peu peuplé, la guerre et ses conséquences risquent de déboucher sur un bouleversement total de la géographie du territoire. Si la question foncière pose toujours celle de la disponibilité en terres et de leur valeur, comme celle des densités démographiques et des mouvements de population, la preuve est faite une nouvelle fois que la fin de la guerre et le retour au pays débouchent rarement sur un arrêt instantané des migrations. Les réfugiés d’un jour sont souvent les déplacés de demain ; et au bout du compte, ce genre de mouvement de population contribue souvent à une croissance urbaine rapide et massive. De ce fait, on peut regretter que cette question de la réinsertion soit presque exclusivement traitée et médiatisée dans sa dimension humanitaire (les victimes des mines) alors que c’est tout l’avenir d’un pays qui est en jeu. On voit donc l’importance du sujet traité par Christel Thibault.

20Assez curieusement, les conclusions de Fabrice Mignot sur le Laos semblent être à l’opposé de la situation cambodgienne. Là, dans un contexte supposé moins favorable du fait de la plus grande hétérogénéité culturelle et linguistique, la réinstallation semble se passer plutôt mieux. Tout au moins dans le village étudié. Au « crépuscule d’un conflit », c’est l’hypothèse de « l’extraordinaire capacité de renaissance des réfugiés » qui est ici exposée. Mais faut-il s’étonner de ce constat aux antipodes des conclusions de Christel Thibault ? En fait, la comparaison a ses limites dès lors que les deux recherches sont conduites à des échelles et dans des contextes très différents. Le succès de la réinstallation de quelques milliers de réfugiés (dont seules quelques dizaines sont étudiées) doit être mesuré à l’aune des centaines de milliers de compatriotes qui ont définitivement quitté le pays.

21Au fond, on retrouve à travers ces deux dernières contributions un problème que partagent tous les chercheurs : comment mesurer et interpréter en toute rigueur le rôle et les objectifs que s’assigne l’assistance humanitaire ? Dans le domaine des populations réfugiées, on sait bien que les chercheurs en sciences sociales sont particulièrement dépendants du contexte institutionnel dans lequel se conduisent leurs travaux. Cette dépendance, qu’il faudrait pouvoir convertir en un véritable partenariat, ne doit pas empêcher de chercher à construire une grille d’analyse qui permettrait une véritable approche comparative, et ce, quels que soient l’échelle géographique, le contexte ou le nombre de réfugiés. De ce point de vue, on serait heureux que cet ouvrage puisse contribuer à jeter les bases d’un véritable débat et à orienter les travaux futurs.

Auteurs

Luc Cambrézy, géographe, IRD, 34, avenue Henri Varagnat, 93143 Bondy cedex, France

Véronique Lassailly-Jacob, géographe, CNRS, Centre d’études africaines, EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France,
email :

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable