Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 5. Cultes et rituels en mouvement

Chapitre 19. Vivants et morts dans les migrations mexicaines

Un système de relations inscrit dans la mobilité1

Françoise Lestage

Résumé

Chez les migrants, le choix de l’emplacement de la sépulture pose question dans la mesure où il rompt avec la multi-territorialisation et la circulation en sédentarisant à jamais le défunt et en le rattachant à une partie de sa lignée. Cette irrévocabilité de la sédentarisation et de l’identité sociale post-mortem tranche donc, apparemment, avec les complexes et subtiles identifications des vivants. Cependant, ce n’est là qu’un aspect du système global qui régit les vivants et les morts, quel que soit l’emplacement des résidences des premiers et des sépultures des seconds. Cette contribution postule qu’il convient en effet de considérer les pratiques et rites relatifs aux défunts comme un ensemble et de penser leur articulation au sein d’un système fonctionnant dans un espace social dominé par une mobilité généralisée : il est structuré par cette mobilité autant qu’il la structure.

The migrant’s choice concerning the burial place breaks with the multi-territorialisation and the circulation which characterized migration because it settles the deceased for ever and attaches him to a party of its lineage. Therefore, this irrevocable settlement and post-mortem identity are in stark contrast to the complex and subtle identifications of the living. However, this is only one aspect of the general system that governs the living and the dead, wherever the residences of the first and the burial places of the second are located. This chapter shows that it is necessary to consider funeral practices and rites as a whole and to link them to a social space characterized by generalized mobility and structured by it.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à quel point peut-on mettre l’accent sur l’aspect circulatoire des pratiques et rites relatifs aux défunts, qu’il s’agisse du transfert des restes du migrant ou des rituels auxquels la famille satisfait dans le lieu d’origine et de migration ? Si l’on s’attache à l’emplacement de la sépulture, n’est-il pas plus pertinent de considérer qu’il s’agit là de sédentarisation, puisque le corps lie objectivement la personne à un seul lieu ?

Au Mexique, cadre de la recherche présentée ici, l’emplacement de la sépulture est en principe définitif, dans la mesure où il n’existe pas de rituel d’exhumation répétée, à ma connaissance du moins. Tout en posant avec acuité la question du lieu auquel le défunt sera rattaché, l’inhumation met fin à la multipolarité des espaces occupés jusque-là par le migrant. L’irrévocabilité de la « dernière demeure » interroge-t-elle pour autant la notion de circulation ? Ou ne convient-il pas plutôt d’envisager comme un ensemble les pratiques et rites relatifs...

Auteur

anthropologue, professeur à l’université Paris-Diderot/Paris-VII et chercheur à l’Urmis, unité de recherche Migrations et Société (UMR 7032). Ses recherches portent sur l’ethnicité, en particulier l’indianité dans les Amériques hispaniques, sur les dynamiques familiales, sociales et étatiques induites par les situations migratoires des Mexicains ainsi que sur les usages de la mort et le rapport à la mort en milieu migrant mexicain. Depuis 2007, elle est directrice de l’UFR de sciences sociales de Paris-Diderot/Paris-VII.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable