Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 5. Cultes et rituels en mouvement

Chapitre 17. Espaces et mémoire

Circulation du vodou haïtien à partir de la Guyane

Maud Laëthier

Résumé

À partir de recherches effectuées en Guyane et en Haïti, cette contribution s’intéresse à l’agencement des registres de l’ethnicité et du religieux en centrant l’analyse sur la problématique de la « tradition » religieuse et de la « rencontre interculturelle ». Les cultes sont ici envisagés comme étant l’une des sources des différents types de positionnements identitaires qui se dégagent de la situation migratoire des Haïtiens en Guyane. La ressource matérielle et symbolique que constitue le territoire d’origine, Haïti, en tant qu’espace de référence d’une mémoire religieuse introduit la question des stratégies identitaires qui se prêtent au jeu de la hiérarchisation et de l’imbrication des appartenances permises par l’union de deux territoires.

Based on research conducted in French Guiana and Haiti, this paper deals with the ethnic and religious practices by focusing on the religious “tradition” and the “intercultural encounter”. The vodou cults are considered here as one of the sources for different kinds of identities resulting from the migratory situation of Haitians in French Guiana. Haiti, the place of origin, becomes a place of memory and a major reference. It raises the question of identity strategies which adapt to the hierarchy and overlapping of relationships resulting from the association of two territories.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Qu’est-ce, en somme, que le vaudou ? » s’était un jour demandé Alfred Métraux. « Un ensemble de croyances et de rites d’origine africaines qui, étroitement mêlés à des pratiques catholiques, constituent la religion de la plus grande partie de la paysannerie et du prolétariat urbain de la république noire d’Haïti. Ses sectateurs lui demandent ce que les hommes ont toujours attendu de la religion : des remèdes à leurs maux, la satisfaction de leur besoin et l’espoir de se survivre » (Métraux, 1998 [1958] : 11). De cette définition, on peut d’ores et déjà retenir l’aspect syncrétique du vodou (selon la graphie créole admise en Haïti), un carrefour où se mêlent les apports et les transformations de ce que l’on appellera une religion créole. On peut aussi retenir le caractère spatial, territorial du culte. Le vodou, attaché à un territoire, serait animé d’un double paradigme : politique et anthropologique, une religion « nationale » (Bastide, 1996 [1967] : 144), en sorte.

Mais, c’est av...

Auteur

anthropologue, elle a soutenu en 2007 une thèse intitulée « Être haïtien et migrant en Guyane française » (EHESS-Paris). Elle poursuit ses recherches sur les réseaux migratoires haïtiens entre Haïti, le Suriname et la Guyane dans le cadre d’un post-doctorat à l’IRD. Elle collabore au programme de recherche « Dynamiques des circulations migratoires et mobilités transfrontalières entre Guyane, Surinam, Brésil, Guyana et Haïti » (ANR-AIRD, Les Suds, aujourd’hui, 2007).

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable