Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 4. Mise en projets et stratégies

Chapitre 15. Les âges de la migration

Cycle de vie, projets et rapports à l’espace des migrants népalais en Inde

Tristan Bruslé

Résumé

Ce chapitre s’intéresse à la construction des rapports à l’espace en situation migratoire en lien avec le cycle de vie, en suivant l’exemple des migrants temporaires népalais en Inde. En partant de l’hypothèse que la valorisation des lieux est fonction des projets des migrants dans le lieu, les auteurs montrent que les valeurs de l’espace évoluent à chaque étape du cycle migratoire. Sans responsabilité familiale et découvrant la liberté loin des contraintes imposées par les parents, le jeune migrant passe d’une ville à l’autre au gré des opportunités : les lieux de la migration se valent tant qu’ils procurent du travail. Après le mariage, la migration de travail devient une obligation à laquelle il n’est pas possible d’échapper. Pendant une grande partie de leur vie active, les destinations se stabilisent. Comme le travail en Inde, effectué sous le sceau de l’exploitation et de l’indignité, ne permet à la plupart des migrants que de survivre, les lieux indiens sont très dévalorisés. La migration temporaire ne remet pas en cause les liens au village, seule « base spatiale » de leur identité. Seuls les migrants passant à des logiques d’accumulation, en sortant des niches habituellement réservés aux Népalais, valorisent positivement les lieux indiens, qui deviennent des lieux de l’espoir et peuvent même porter des valeurs jusque-là réservées au village.

This chapter deals with the spatial relations developed by migrants, in relation to their life cycle, through the example of Nepalese temporary migrants in India. Taking into account the hypothesis that the value of places depends on the migrants’ projects, it is shown that the value of space changes with the migratory cycle. Young bachelor migrants, free from constraints imposed by their parents, go freely from town to town: migration places have the same value as long as work is available. After getting married, working in India becomes compulsory. Migrants do not wander anymore but tend to go every year to the same town. As temporary migration only enables migrants to fulfil their family’s basic needs and as feelings of shamefulness and exploitation are strong, Indian places are very much underrated. Temporary migration does not challenge its relations to the village which remains the only spatial foundation of their identity. Only more successful migrants, who can accumulate economic or social capital, turn Indian places into places of hope that can also bear some village-like values.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Pithoragarh, petite ville indienne de l’État himalayen de l’Uttarakhand, les Népalais en quête de travail sont nombreux. À propos de ses allers et venues, l’un d’entre eux, Gopal Bahadur D., âgé de 22 ans, affirmait en 2003 : « avant le mariage, je pouvais aller n’importe où. Mais je me suis marié ; [depuis mon mariage] je suis comme attaché. Il faut que je m’occupe d’elle [sa femme], il faut que je m’occupe de moi. Une seule personne doit prendre soin de deux personnes. Il faut être responsable ». Migrant temporaire depuis l’âge de 10 ans, marié sans qu’on lui demande son avis, il a choisi de rompre avec l’habitude familiale du travail saisonnier en Inde. Las des allers-retours et des tâches pénibles auxquelles sont cantonnés les Népalais, il a décidé de monter un restaurant. Accompagné de sa jeune épouse, il est en voie d’installation en Inde où il a l’espoir de sortir de la situation de survie dans laquelle il se trouve. Le cas de Gopal n’est cependant pas tout à fait emblémati...

Auteur

chargé de recherche au CNRS (UPR 299, « Milieux, Sociétés et Cultures en Himalaya »). Il s’intéresse aux migrations internationales de travail, à partir de l’exemple népalais. Ses principaux terrains de recherche sont le Népal, l’Inde et le Qatar.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable