Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 2. Trajectoires et ruptures géopolitiques

Chapitre 8. Vers le nord ou vers le sud : les chemins de l’émigration nicaraguayenne

Lucie Médina-Nicolas

Résumé

L’Amérique centrale se présente comme une région traditionnelle de forte émigration internationale. L’accroissement des mouvements enregistrés au cours des dernières années place le phénomène au premier plan de diverses discussions dans la région de l’Isthme. Dans ce chapitre, la dynamique migratoire est analysée à partir du cas du Nicaragua. La migration est ici une réponse à une situation profonde de crise dont les éléments sont variés : pauvreté, violences politiques, catastrophes naturelles. Au cours de la période récente, le champ migratoire nicaraguayen est caractérisé par une bipolarité nette, entre des flux orientés traditionnellement vers le Costa Rica et des mouvements en augmentation rapide vers les États-Unis. Ces flux migratoires, largement clandestins et source de tension dans les pays d’accueil, constituent un mouvement dont le traitement s’avère particulièrement complexe car il donne lieu à de fortes tensions politiques, économiques et sociales, sur place dans les pays récepteurs mais aussi entre ceux-ci et le pays de départ. Cela étant, le regard porté sur cette migration est aujourd’hui en cours de modification. Les nouvelles formes de mobilisation sociale des migrants à l’étranger et les rapports que ceux-ci entretiennent avec les autorités nationales conduisent à une attention renouvelée du phénomène et à une transformation des discours sur les liens entre migration, intégration et développement.

Central America is considered as a traditional region of large international immigration. As increasing movements have been registered during the last years, the phenomenon is nowadays a key point in different discussions in the Isthmus region. In this chapter, the migratory dynamics is analysed starting from the case of Nicaragua. Migration is here an answer to a deep situation of crisis based on varied elements as poverty, political violence and natural disasters. Currently, the Nicaraguan migratory field is characterized by a net bipolarity, with streams traditionally headed towards Costa Rica and fast-increasing movements towards the United States. Dealing with those migration flows, widely illegal and source of tension in host countries, turns out to be particularly complex. Strong political, economic and social tensions are observed as well in host countries as between the latter and the country of origin. Anyway, the focus on migration is changing. New forms of social mobilization of the migrants abroad and relations between them and the national authorities lead to reconsider the phenomenon and to transform the discourse on the links between migration, integration and development.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Amérique centrale se présente comme une région traditionnelle d’émigration. Au vu de l’accroissement des mouvements enregistrés au cours des dernières décennies, la question des migrations internationales se trouve aujourd’hui au premier plan des discussions de la région. Ces mouvements sont pourtant mal connus, d’une part car ils sont bien souvent occultés dans les analyses par le poids réel ou idéel des migrations des Mexicains, des Portoricains ou des Cubains, et d’autre part car l’intérêt qu’ils ont suscité s’est en grande partie focalisé sur les déplacements de réfugiés des années 1980.

Nous nous proposons d’envisager ici la dynamique migratoire nicaraguayenne. Le Nicaragua est en effet un des principaux pays d’émigration de la région (on peut estimer le nombre de résidents à l’étranger à 1,5 million, pour 4,5 millions d’habitants dans le pays), en réponse à une situation de crise profonde dont les éléments sont variés et se sont jusqu’alors conjugués : pauvreté, violences, ca...

Auteur

maître de conférences en géographie à l’université Paul-Valéry Montpellier-III et chercheur au sein du laboratoire Mutations des territoires en Europe (Montpellier). Elle consacre ses travaux aux dynamiques transfrontalières, qu’il s’agit de l’analyse des interactions sociales et économiques (migrations, constructions identitaires) ou de la mise en place par le politique de processus de développement transnationaux (coopérations transfrontalières), sur des terrains centraméricains.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable