Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 2. Trajectoires et ruptures géopolitiques

Chapitre 7. « Rapatriés » burkinabé de Côte d’Ivoire

Réinstallations au pays et nouveaux projets migratoires

Sylvie Bredeloup

Résumé

En dépit des exactions commises en Côte d’Ivoire en pleine guerre civile à l’encontre des étrangers, le retour au pays des Burkinabé n’a pas pris la forme d’un exode massif. Ils étaient plus nombreux à rester en terre ivoirienne qu’à regagner le pays de leurs ancêtres. L’opération de rapatriement bien que fortement médiatisée par le gouvernement burkinabé n’a touché qu’une infime minorité. Si les uns particulièrement traumatisés procèdent à une réinstallation durable dans les villes ou les campagnes du Burkina Faso, s’efforçant de mettre à profit les savoir-faire acquis en migration, d’autres sont déjà repartis, intensifiant leurs circulations entre les deux pays et donnant à voir de nouvelles formes migratoires ou explorant de nouvelles destinations.

Despite the acts of violence against foreigners during the civil war in Ivory Coast, most people from Burkina Faso stayed there. Comparatively few of them chose to go back to Burkina Faso. Even though the Burkinabe government gave considerable media coverage to the repatriation process, few people were affected. Some of them particularly traumatized by violence move back to towns or countryside in Burkina Faso on a long-term basis and try to use know-how acquired during migration. Others are already on the way back to Ivory Coast, thus intensifying migratory movements between the two countries and giving birth either to new migratory routes or new destinations.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis le milieu des années 1990, alors que le deuxième président de la République – Henri Konan Bédié – a développé le concept d’ivoirité, introduisant des distinctions ethniques et religieuses entre citoyens ivoiriens, la Côte d’Ivoire est passée sous hautes turbulences identitaires. En novembre 1998, une réforme de la propriété foncière est instaurée avec l’appui de tous les partis politiques, stipulant que les terres non enregistrées par l’État ne peuvent plus être vendues à des ressortissants étrangers. Sa mise en application opère comme une véritable bombe à retardement. En novembre 1999, à Tabou situé à 400 km d’Abidjan, un différend opposant un planteur autochtone à un ressortissant burkinabé dégénère en une véritable traque des Burkinabé et provoque le départ précipité de plus d’une dizaine de milliers de personnes vers leur pays d’origine1. Redouté de longue date, cet événement, qui constitue un traumatisme majeur pour les Burkinabé de Côte d’Ivoire, a de surcroît profondé...

Auteur

directrice de recherche à l’IRD (UMR laboratoire Population-Environnement-Développement de l’université de Provence). Elle explore les relations entre mobilités spatiales, identités sociales et territoires urbains. Elle travaille dans le champ de la sociologie des migrations africaines en interrogeant notamment les figures de l’aventurier dans la migration, les nouvelles migrations entre la Chine et l’Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, RPC). Elle coordonne l’équipe « Circulations migratoires entre l’Afrique et le monde arabe et recompositions socio-spatiales » au sein du LPED.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable