Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 2. Trajectoires et ruptures géopolitiques

Chapitre 6. Les impacts de l’opération Guardián (États-Unis) sur les flux et modèles migratoires mexicains

Luis Miguel Rionda et Boris Marañón

Résumé

Ce chapitre propose une analyse de l’impact de la nouvelle politique migratoire des États-Unis, marquée par un net renforcement des contrôles frontaliers, sur les formes de la migration depuis le Mexique. Il s’agit d’évaluer les incidences sur les profils migratoires, les formes et temporalités de déplacement et de mettre à jour les réponses familiales et sociales mises en place par les migrants pour faire face à ce nouveau contexte. Plus spécifiquement, nous cherchons à voir comment l’opération Guardián (Gatekeeper), mise en œuvre sur la frontière californienne à partir de 1994, a conduit à une réorganisation des flux à la frontière et un accroissement sensible des risques auxquels sont exposés les migrants lors de leur traversée. À partir d’études de cas de familles et le suivi d’expériences de mobilité entre le centre-ouest du Mexique et la Californie, une interprétation des stratégies communautaires et familiales de contournement est proposée. Celles-ci passent par le renforcement d’un capital social spécifique et la mobilisation de ressources organisationnelles basées sur la solidarité et les réseaux sociaux.

This chapter analyses the impact on the Mexican migration of the new migration policy of the United States, marked by a sharp intensification of the border controls. It aims at evaluating the effects of border controls on the migratory profiles and temporal movements, and highlights the family and social strategies developed by migrants to deal with this new situation. It tries to explain how the Operation Gatekeeper which has been implemented on the Californian border since 1994, led to a reorganization of border migration flows and to a substantial increase in the cross-border risks to which migrants are exposed. Based on case studies of families and follow-up assessment of mobility between the west central region of Mexico and California, an interpretation is given of the community and family strategies implemented to bypass border controls. These strategies are based on the intensification of a specific social capital and the mobilization of organizational resources supported by solidarity and social networks.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Mexique et les États-Unis d’Amérique partagent une frontière de 3,141 km, qui traverse le continent des côtes du Pacifique jusqu’au golfe du Mexique. Historiquement, elle a toujours été une limite très perméable qui, dans la pratique, n’a pas permis de réguler et de doser le transit de personnes et de biens entre les deux pays. Outre son extension, cette frontière tente, sans succès, de séparer deux économies qui connaissent, en réalité, une grande complémentarité, mais dont les déséquilibres productifs se sont renforcés et sont parmi les plus drastiques de la planète1. Cette situation est déterminante pour comprendre la profondeur et la transcendance historique du phénomène migratoire international entre ces pays, qui ont appris à vivre ensemble et à négocier dans les conditions difficiles qu’impose le voisinage entre le premier et le tiers monde.

Cette contribution propose une analyse de l’impact de la nouvelle politique migratoire des États-Unis sur la circulation international...

Auteurs

professeur à l’université de Guanajuato au Mexique et membre du Système national de chercheurs (SNI) depuis 1991. Il est spécialiste en études de la migration internationale des travailleurs mexicains depuis 1982. Il a travaillé parmi des migrants indigènes (Oaxaca) et métisses (Michoacan, Guanajuato). Il étudie aussi la dynamique régionale de la politique mexicaine.

économiste, docteur en études latino-américaines et chercheur à l’Institut de recherche en économie de l’Université nationale autonome de Mexico (Unam). Ses travaux portent sur l’insertion des populations mexicaines dans l’économie et les marchés du travail, l’économie sociale ainsi que sur la gestion des ressources naturelles.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable