Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 2. Trajectoires et ruptures géopolitiques

Chapitre 5. Les Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre

Politiques des États et projets des migrants

Kira Kaurinkoski

Résumé

Il y a aujourd’hui environ 15 000 Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre. La majorité des migrants sont des Grecs pontiques originaires de Géorgie ou de Russie, mais il y a aussi des Grecs de Mariupol en Ukraine. Parmi les résidents permanents, 80 % ont la citoyenneté grecque et, de ce fait, le droit de séjour et de travail permanents à Chypre. En ce qui concerne les projets d’avenir, il apparaît que l’incorporation dans la nation chypriote concerne surtout les Grecs de Géorgie. Une partie des migrants vont certainement tenter de s’installer en Grèce. Dans ce contexte, les programmes d’installation mis en place par l’État grec dans les années 1990 et en 2002 sont des stimulants importants. La migration de retour concerne essentiellement la Russie et dans la longue durée aussi l’Ukraine. La mobilité circulatoire avec des allers-retours fréquents entre Chypre et le pays d’origine en CEI ou la Grèce concerne une partie de la population migrante.

Today there are approximately 15,000 ethnic Greeks from the former Soviet Union in Cyprus. Most are Pontian Greeks from Georgia or Russia, but there are also Mariupol Greeks from Ukraine. Among the permanent residents, 80% have Greek citizenship, and thus the right to live and work in Cyprus. As far as the future plans of migrants are concerned, it would seem that incorporation into the Cypriot nation concerns mainly Georgian Greeks. Some migrants will certainly try to settle down in Greece. In this context, the settlement programs that were started by the Greek state in the 1990s and in 2002 are big incentives. Return migration concerns mainly Russia and in the long term, Ukraine. Circular mobility with frequent journeys between Cyprus and the countries of origin in the CIS or Greece is characteristic of part of the migrant population.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La transformation de Chypre – connu pour ses divisions ethniques et comme pays d’émigration et d’exil – en pays d’immigration est un phénomène récent. Aujourd’hui, sur une population d’environ 800 000 habitants (dont 80,7 % de Chypriotes grecs et 11 % de Chypriotes turcs), les étrangers constituent 8,3 %1 de la population totale et 16 % de la population économiquement active du pays (Trimikliniotis, 2003 : 124). Selon le recensement de 2001, les résidents étrangers étaient en premier lieu des Anglais, des Allemands, des Grecs et des Russes, alors que les travailleurs étrangers venaient surtout des pays d’Europe centrale et orientale, d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient2. Les Grecs, originaires de l’ex-Union soviétique forment un groupe de migrants à part. Parmi les résidents permanents, estimés à 12 000, 80 % ont la citoyenneté grecque3.

D’après un accord bilatéral conclu entre les gouvernements grec et chypriote, la citoyenneté et la carte d’identité grecque leur donnent le droit d...

Auteur

anthropologue, membre associé à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (UMR 6591, Aix-en-Provence). Ses recherches portent sur les diasporas grecques post-soviétiques et les migrations transnationales de l’ex-Union soviétique vers les pays méditerranéens (la Grèce et Chypre), l’intégration culturelle, les constructions identitaires et les appartenances.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable