Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 1. La construction du transnational

Chapitre 4. Processus historiques urbains et réseaux migratoires marocains à Turin, Italie

Giovanni Semi

Résumé

L’histoire urbaine turinoise est une histoire de multiples mouvements migratoires et de circulations. Le développement économique de la principale ville fordiste italienne a été rendu possible par l’arrivée de populations extérieures, piémontaises d’abord puis du reste de l’Italie, en particulier du Sud. Ces dernières décennies, l’attractivité migratoire de la ville s’est élargie vers l’Europe de l’Est et la région du Maghreb. Pour autant, les formes « anciennes » de migration et d’insertion urbaine s’opposent-elles aux « nouvelles » ou peut-on parler d’une continuité des processus historiques ? Quelles sont les dynamiques économiques qui sous-tendent ces mobilités et comment se traduisent-elles dans les transformations de l’espace urbain ? L’analyse porte ici sur l’exemple du quartier central de Turin, Porta Palazzo, qui abrite depuis 1853 le principal marché régional. Autour de la place du marché, un véritable quartier marchand s’est établi. Celui-ci a été investi dans les quinze dernières années par les commerçants marocains qui, dans le contexte de la crise du système fordiste local, ont remplacé les Italiens et ont développé des activités basées sur des formes de circulation migratoire élargies. Si l’insertion dans les marchés du travail, les conditions de logement ou les modalités de rejet par la population turinoise ne sont pas spécifiques à cette vague migratoire, des discontinuités apparaissent quand on s’intéresse au secteur commercial et au développement de l’économie de bazar. La mobilisation des réseaux marocains en Europe repose notamment la question des « cosmopolitismes » affichés et pratiqués et de la nature des relations entretenues avec les institutions nationales.

The urban history of Turin is characterized by multiple migration streams and circulations. The economic development of the main Fordist city of Italy was made possible by the arrival of outside populations, from Piedmont region at first then from all over Italy, in particular from the south regions. During the last decades, the migratory attractiveness of the city widened towards Eastern Europe and the Maghreb region. But may “former” forms of migration and urban insertion be opposed to the “new” ones or should we speak about a continuity of the historical processes? What are the economic dynamics that underlie those mobilities and how do they affect the transformation of urban space? The chapter focuses on the example of the central district of Turin, Porta Palazzo, where the main regional market has been settled since 1853. Around the marketplace, a real trade district has been built up and invested for the last fifteen years by Moroccan storekeepers. In the context of the crisis of the local Fordist system, the Moroccans replaced the Italians and developed activities based on widened migration circulation. If the insertion in the labour markets, the housing conditions or the phenomenon of rejection by the local population are not specific to this migratory wave, there are discontinuities concerning the trading sector and the development of the “bazaar” economy. The mobilization of the Moroccan networks in Europe raises again the question about the displayed and practised “cosmopolitanism” and the relations maintained with the national institutions.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« À Porta Palazzo est passée et ne cesse de passer la longue file des hommes et des jeunes qui n’ont personne. Ils sont peu nombreux, si on les compare au nombre total des immigrés, mais année après année ils se renouvellent. Cette zone de la ville les attire pour plusieurs raisons : elle est au centre de Turin, très proche de Via Roma et de la gare, on y retrouve le vieux et grand marché, il y a la mairie et tous les bureaux administratifs les plus importants. Mais les raisons principales sont la présence de traiteurs et auberges à bon marché, et aussi pour les années passées la possibilité d’y trouver une mansarde ou un petit appartement assez rapidement (avant le congestionnement actuel, car les Piémontais quittaient le centre pour la périphérie ou les quartiers nouveaux), la présence des « coopératives » et de recruteurs pour différents types de travail, la présence d’un grand nombre de gens du Sud. Cette dernière raison est en elle-même importante : le sentiment de confiance do...

Auteur

sociologue, maître de conférences à l’université de Milan. Il s’intéresse aux dynamiques spatiales des mondes marchands, à l’ethnographie urbaine et à l’entreprenariat ethnique.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable