Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 1. La construction du transnational

Chapitre 1. Espace frontalier et articulation d’espaces sociaux transnationaux entre Mexique et États-Unis

Cristóbal Mendoza

Résumé

Ce chapitre s’intéresse au rôle de l’espace et des lieux comme éléments d’interprétation et de compréhension des processus migratoires dans un débat qui reste en grande partie à conduire, notamment dans la littérature démographique. La discussion théorique autour de l’espace, qui a impliqué dans plusieurs cas une forme de négation de celui-ci, s’est vue enrichie au cours de la dernière décennie par les études empiriques réalisées dans le champ de l’anthropologie et de la sociologie sur le transnationalisme. En ce sens, bien que l’anthropologie préfère le concept de « communauté », non délimitée par des limites territoriales précises sinon comme un ensemble de relations sociales et d’identités communes, la grande majorité des études empiriques se centrent sur des localités concrètes, situées dans des États-nations différents et marquées par des caractéristiques spécifiques. Dans ce contexte, ce chapitre s’interroge plus spécifiquement sur la place de l’espace frontalier dans la construction des trajectoires et des espaces de migration dans le cas des flux entre le Mexique et les États-Unis. Des données de l’Enquête de migration à la frontière nord (Emif) sont utilisées afin d’évaluer dans quelle mesure les caractéristiques des migrants sont révélatrices des trajectoires et de leur recomposition. Ce chapitre a pour ambition de conduire à une réflexion sur l’insertion des dynamiques observées dans les espaces frontaliers comme élément constitutif des espaces transnationaux en cours de formation.

Cristóbal chapter focuses on the role of space and places to interpret and understand the migratory processes as part of a debate which remains largely to be led, particularly in the demographic literature. The theoretical discussion about space, which involved in several cases a negation of it, has been improved during the last decade with the empirical studies carried out in the anthropology and sociology of transnationalism. Actually, although anthropological approaches prefer the concept of «community», not bounded by precise territorial limits otherwise defined as a set of social relationships and common identities, a wide majority of the empirical studies focuses on concrete places, situated in different nation-states and specifically characterized. More especially, this chapter addresses the question of the border space in the construction of trajectories and migration spaces in the case of migratory flows between Mexico and the United States. Data from the Migration Survey on the Northern Border of Mexico (EMIF) are used to estimate to what extent the characteristics of the migrants are relevant to stress their trajectories and reorganization. The chapter aims to consider the dynamics of border spaces as constitutive elements of the transnational spaces in their process of formation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le rôle de l’espace et des lieux comme éléments d’analyse, d’interprétation et de compréhension des processus migratoires est l’objet d’un débat qui reste à conduire dans la littérature démographique. Dans un grand nombre d’études sur les migrations internationales, les espaces sont réduits à des lieux d’origine (généralement situés dans des pays moins développés) ou de destination (dans des pays au niveau de développement supérieur) et l’installation à l’étranger est conçue comme un processus progressif, au cours duquel les personnes construisent des réseaux sociaux dans le lieu de destination et perdent contact avec leur communauté d’origine. L’importance donnée à ce cadre de référence bipolaire masque la manière dont les migrants permanents maintiennent le contact avec les gens et les communautés qu’ils ont laissés derrière eux (Rouse, 1992).

Cette manière traditionnelle d’aborder la question a été réfutée par des études qui préfèrent une lecture transnationale du flux migratoire ...

Auteur

cristobalmendozaperez@yahoo.com.mx
lecteur et chercheur en géographie à l’Université autonome métropolitaine-Iztapalapa de la ville de Mexico. Il travaille sur les migrations transnationales entre les États-Unis et le Mexique dans une perspective comparative internationale avec d’autres contextes, notamment africains.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable