Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Préambule

Un bilan de dix années de recherche hydrologique au Nord-Mexique

Jean-François Nouvelot

Texte intégral

1L'eau et sa gestion représentent pour le Mexique une priorité nationale depuis de nombreuses années et, en particulier, depuis que la Réforme agraire de 1936 s'est appuyée, en plus de l'expropriation d'une partie de chaque grande hacienda, sur la création de nouveaux périmètres irrigués afin de pourvoir en terres le plus grand nombre possible de paysans. L'accès à l'eau agricole est particulièrement problématique dans les régions septentrionales, arides et semi-arides pour l'essentiel, où sont localisés 53 % des terrains cultivables mais où ne tombent que 7 % des précipitations de l'ensemble du pays, les cumuls pluviométriques annuels se situant, en moyenne, entre 300 et 500 mm, certaines zones recevant moins de 200 mm.

2Dans ce contexte, l'accroissement démographique, la mauvaise gestion des disponibilités, l'inefficacité parfois du système communautaire ejidal, le manque d'une culture « hydraulique » et la mentalité pionnière – doublée d'un comportement « minier » d'appropriation et d'exploitation des ressources naturelles – d'une grande partie des habitants ont vite conduit à une surexploitation des ressources en eau.

3C'est particulièrement le cas dans le bassin endoréique du Nazas-Aguanaval, dont les eaux de surface comme de profondeur sont utilisées presque exclusivement pour l'irrigation d'un périmètre de 160 000 ha, la Laguna, qui connaît depuis quelques années une grave crise du fait d'une série d'années déficitaires en précipitations. Cette région représente l'un des trois grands problèmes auxquels est confronté actuellement le Mexique dans le domaine des ressources hydriques, les deux autres étant la situation conflictuelle, face aux États-Unis, pour le partage des eaux (là aussi très déficitaires) du río Bravo/ río Grande, et la disparition annoncée de la lagune de Chapala, située dans l'État de Jalisco, proche de la grande ville de Guadalajara, qui pourrait s'assécher complètement au milieu de cette décennie, du fait de la surexploitation de la ressource sur son bassin versant.

4Face à cette problématique, une approche scientifique s'imposait afin de fournir des bases solides à de possibles solutions. C'est dans ce but qu'ont été menées de 1992 à 2002 des recherches hydrologiques dans le cadre d'une convention passée entre l'Orstom (ancien nom de l'IRD) et le Cenid Raspa, situé à Gómez Palacio, dans la partie du périmètre de la Laguna appartenant à l'État de Durango. Ce programme de recherche franco-mexicain était sobrement intitulé « Usages et gestion de l'eau dans un grand bassin du Nord-Mexique » (il s'agit de la Région hydrologique n° 36, ou bassin des ríos Nazas et Aguanaval).

5Les recherches ont été entreprises sur deux sites expérimentaux : l'un en zone semi-aride, où les précipitations moyennes annuelles sont comprises entre 300 et 500 mm, au ranch Atotonilco, dans l'État de Durango ; l'autre, en zone de montagne sub-humide, où les précipitations moyennes annuelles se situent entre 500 et 800 mm, dans la Sierra Madre occidentale. Ces travaux portaient sur les mécanismes et la modélisation des processus hydrologiques à différentes échelles spatio-temporelles pour, dans une première phase, acquérir une meilleure connaissance des potentialités hydriques de l'ensemble de la région puis, dans une deuxième phase, rationaliser ou au moins améliorer leur exploitation. Cette étude avait été précédée par un autre programme qui s'était intéressé spécifiquement à la zone aride où les précipitations annuelles sont inférieures à 300 mm (le programme « Mapimi ») ; c'est la raison pour laquelle peu de recherches ont été faites dans le cadre de cette convention « région hydrologique 36 » sur cette dernière zone climatique, en dehors d'un bassin expérimental, situé en bordure de la Laguna et suivi de 1993 à 1995 (le bassin de la Ventana, dans l'État de Coahuila).

6Cet ouvrage présente les résultats de ces recherches, qui montrent l'impact de la dégradation des milieux sur les ressources en eau et l'urgence d'adopter une gestion patrimoniale des eaux et, surtout, de le faire à l'échelle du bassin versant. On y insiste sur le lien qu'il peut y avoir entre l'occupation de l'espace par l'homme et les ressources en eau. Il s'agit là d'études pluridisciplinaires pour lesquelles plusieurs spécialistes et diverses équipes ont apporté leurs connaissances et leur expérience. Nous les remercions ici de leur contribution.

Auteur

Hydrologue, directeur de recherche retraite de l'IRD, il a dirige le programme de 1995 a 1997.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable