Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Introduction scientifique

Habib Ayeb

Texte intégral

1Depuis plusieurs années les rencontres autour de la grande thématique de l’eau se succèdent et, il faut bien l’avouer, se ressemblent beaucoup. La combinaison de trois facteurs déterminants sont derrière ce grand engouement : la prise de conscience individuelle et collective de la gravité de la question, la mobilisation par les grandes institutions internationales et nationales de grandes sommes d’argent pour des programmes de recherches et/ou d’actions portant sur la problématique et, enfin, l’effet plus classique de la mode. La diversité des résultats (publications, actions, idées et réflexions etc.) reflète la diversité des intérêts réels des uns et des autres, de leurs agendas, objectifs visés et moyens investis. Mais elle exprime aussi la diversité des discours développés et défendus.

2Pourquoi donc une nouvelle rencontre et une nouvelle publication sur l’eau ? En quoi ne s’insère-t-elle pas dans ce grand phénomène de mode ? Quelles questions spécifiques prétend-t-on soulever et débattre ? Et, enfin, quelle est l’originalité de la rencontre, de la démarche et des résultats ?

  • 1 La participation a été limitée aux seuls auteurs de communication à partir de travaux de recherches (...)

3Précisons d’abord que cette rencontre ne s’attribue pas une place totalement en dehors de ce phénomène collectif. S’il n’y avait qu’une seule raison à cela, je dirais que sans ce phénomène de mode, il aurait été vraisemblablement plus difficile de trouver les financements nécessaires pour réunir pendant plus de quatre jours une soixantaine de chercheurs, membres de la société civile et des ONG, venant d’environ une vingtaine de pays répartis sur l’ensemble des continents1.

4L’originalité de la démarche est qu’il ne s’agit pas véritablement d’une rencontre autour de l’eau mais autour de la problématique beaucoup plus large de la « pauvreté et l’accès aux ressources… hydrauliques », avec les dynamiques propres à chacune des dimensions comme objets principaux d’analyses et de débats.

5Bien sûr, nous pensons que les aspects écologiques et notamment l’épineuse question de la protection et de la conservation d’une ressource, à la fois vitale et relativement rare, exige l’attention de tout le monde. Mais nous partons de l’hypothèse forte que l’urgence aujourd’hui réside davantage dans les difficultés que rencontrent des millions de femmes et d’hommes (presque les deux tiers de la population mondiale) à accéder à une eau suffisante en quantités et en qualités biologiques et chimiques.

  • 2 La traduction en français de la formulation anglaise water poverty n’est pas sans poser de problème (...)

6Lors de cette rencontre, le concept de Water Poverty2 a été mis en avant parce qu’il exprime cette articulation mécanique et directe entre d’une part, le phénomène de pauvreté et les processus d’appauvrissement et, d’autre part, les modes et conditions d’accès aux ressources (en l’occurrence, l’eau).

7Il nous semble aussi que les difficultés d’accès à l’eau sont en amont d’un grand nombre de problèmes dans une large majorité des pays « sous développés » : les maladies hydriques, les difficultés de productions vivrières, les incapacités physiques ou morales, les conflits de voisinage et les guerres. Rien n’exprime mieux l’articulation intrinsèque entre les difficultés strictement hydrauliques et les difficultés sociales et politiques que ces problèmes d’accès que nous rencontrons partout dans le monde et particulièrement dans les pays dits sous-développés. D’où le questionnement que nous avons adopté et proposé à la discussion des participants.

8Les liens entre pauvreté hydraulique et crises sociales peuvent être abordés sous plusieurs angles. Le premier est que la pauvreté hydraulique peut exprimer une dimension importante des crises sociales. Étant directement liée aux deux facteurs principaux que sont la pauvreté et les conditions d’accès aux ressources, la pauvreté hydraulique est indiscutablement produite et reproduite par les crises sociales. Toutes les formes d’exclusions que provoquent les crises sociales peuvent se traduire par une aggravation de la pauvreté en général et de la pauvreté hydraulique en particulier. De la même manière la pauvreté hydraulique peut être à l’origine et le facteur déterminant d’une crise sociale par sa gravité et son ampleur.

9Le second angle est le fait que, au-delà des questions d’eaux et d’accès difficiles, se cachent des crises sociales graves qui peuvent, dans certains contextes particuliers, mener à des affrontements violents, voire à des guerres civiles. Ainsi, les sanglants affrontements sur le partage des ressources hydrauliques entre plusieurs tribus pastorales du Kenya en 2004-2005, qui se sont soldés par des dizaines de morts, constituent un exemple parmi d’autres, aussi bien en Afrique qu’ailleurs dans le monde. De la même manière, l’étude approfondie et dépassionnée (comment se dépassionner face à de tels drames ?) des raisons profondes de la très meurtrière guerre civile dans le Darfour soudanais montrerait que l’accès à l’eau a été l’un des facteurs déterminants de son déclenchement. En moins violents, et donc moins médiatisées, nous pourrions citer des dizaines d’exemples où les difficultés d’accès à l’eau sont en amont immédiat de crises sociales plus ou moins graves et longues.

10Par ailleurs, il faut aussi relever la médiatisation souvent exagérée des phénomènes de « sécheresse » qui peuvent toucher périodiquement les riches régions de la rive nord de la Méditerranée et de leurs conséquences sociales et économiques, souvent présentées comme catastrophiques, déclenchant des processus gouvernementaux de compensations et de subventionnements divers. Ici ce ne sont pas des situations de pauvreté extrême qui motivent ces aides gouvernementales mais des risques de difficultés politiques et électorales.

11Au cœur de cette thématique complexe, un concept clef s’impose comme entrée principale. Il s’agit de l’accès. Par accès, j’entends la possibilité effective de bénéficier des différentes ressources et services, des savoirs et de l’information mais aussi, et peut-être surtout, d’accéder aux lieux, mécanismes et institutions de pouvoir, de gestion et de prises de décisions. Toutefois, l’accès n’est pas uniquement lié aux modes de distribution et de redistribution et aux différents jeux « juridiques », faits notamment d’autorisations et d’interdictions. Pour rester dans la ligne d‘Amartya Sen, il me semble que l’accès a aussi à voir avec la capacité directement articulée à la pauvreté et à l’exclusion économique, sociale et politique.

12Certes, l’absence ou la difficulté d’accès peut être la conséquence de simples difficultés techniques permanentes ou conjoncturelles. Mais elle peut être aussi le produit de situations sociales, économiques, politiques ou juridiques précises. Si l’accès peut déterminer l’ampleur de la pauvreté, la pauvreté peut limiter plus ou moins drastiquement l’accès. C’est l’exclusion qu’on retrouve à la fois en amont et en aval des processus d’appauvrissement individuel ou collectif. Qu’il s’agisse de la disponibilité matérielle de la ressource, des moyens financiers pour y accéder ou de l’interdiction juridique ou plus simplement autoritaire, l’accès à la ressource est d’autant plus difficile quand on est socialement et économiquement exclu et donc – ou parce que – pauvre.

  • 3 Sen A., 1990, Poverty and famines, an essay on entitlement and deprivation, Oxford University press

13On sait, grâce aux différents travaux d’Amartya Sen sur la pauvreté, que la conséquence la plus dramatique de la pauvreté est la perte de la dignité et donc la perte de la capacité à réagir, à revendiquer et à se prendre en charge notamment en s’impliquant – s’imposant – dans la gestion de la ressource : « la capacité d’être et de faire3 ». Dans la même logique, on est autorisé à postuler qu’étant en amont de la pauvreté, la limitation de l’accès aux ressources réduit la capacité à agir pour échapper au processus d’exclusion et d’appauvrissement. Ainsi, il est difficile voire illusoire de penser à une « participation » réelle et effective d’une personne ou d’un groupe de personnes qui subissent une limitation d’accès aux ressources vitales comme l’eau.

14Pour les besoins de l’analyse, je reprends une construction théorique simplifiée de la pauvreté hydraulique, bâtie sur cinq indicateurs qualificatifs importants : la disponibilité, l’accès, la capacité, l’espace politique (libertés individuelles et collectives) et la participation.

  • 4 Voir à ce propos: Peter Lawrence et al., « The Water Poverty Index: an International Comparison » i (...)

15Lawrence (2002) a tenté de calculer un indice de pauvreté (Water Poverty Index) à partir de relations croisées entre plusieurs variables quantitatives et qualitatives4.

a) La disponibilité volumétrique de la ressource

16Classiquement on avance des chiffres de volumes pour évoquer la situation d’un pays ou d’une région. Il s’agit généralement du volume global annuel qu’un pays « détient » sur ou sous son territoire, reçoit du ciel, sous forme de pluies, ou de l’extérieur par des cours d’eau plus ou moins permanents. On cite souvent des seuils de confort et de crise hydraulique fixés normativement à 1 000 et 500 m3 par personne et par an.

17La disponibilité globale ne traduit pas automatiquement la disponibilité au niveau des foyers et encore moins au niveau des personnes et n’intervient pas toujours directement sur le niveau de la pauvreté. On peut comparer plusieurs cas exemplaires : la sécheresse et la pénurie d’eau chroniques dans certain pays du Sahel africain aggravent de toute évidence la pauvreté et les processus d’appauvrissement. À l’opposé, dans les riches pays pétroliers du Golfe, la très faible disponibilité globale d’eau ne semble avoir aucune conséquence sur les phénomènes de pauvreté, ou alors très indirectement. Dans ces pays la pauvreté de certains groupes s’explique d’abord par les difficultés d’accès aux richesses colossales du pays et par l’inégale redistribution de la rente pétrolière.

18Le cas égyptien démontre, s’il en ait besoin, qu’il ne suffit pas d’une grande disponibilité volumétrique de la ressource pour qu’il n’y ait pas de crise. Il faut que les usagers puissent avoir accès à l’eau du Nil dans les meilleures conditions possibles et participer librement à sa gestion. C’est aussi le cas dans le Sud-Soudan où la surabondance hydraulique, assurée par le Nil Blanc et une pluviométrie moyenne de plus de 1 200 mm par an, n’a pas empêché la pauvreté extrême qui touche la majeure partie de la population, déjà soumise à des guerres meurtrières et incessantes depuis plus de 55 ans.

b) L’accès des consommateurs et des usagers à des volumes suffisants d’eau propre et potable et aux sphères de prises de décision

19Il s’agit des conditions politiques, juridiques, matérielles, sociales et économiques de l’accès aux ressources d’une manière générale et aux ressources en eaux en particulier. Ainsi, la notion clef d’accès couvre aussi bien les ressources matérielles (l’eau, la terre, l’argent…) que les espaces et les institutions où ces mêmes ressources sont gérées et où les politiques spécifiques à chaque ressource sont définies, élaborées et mises en exécution.

c) La capacité des usagers et des consommateurs

20Le concept de capacité est directement emprunté aux travaux d’Amartya Sen sur la pauvreté. Il s’agit évidemment de l’incapacité de faire, d’agir et réagir, de revendiquer et contester, d’évaluer les opportunités et les risques… et de participer. Pour résumer le raisonnement de Sen, l’incapacité est le produit direct et mécanique de la pauvreté et de l’exclusion sociale et économique. La pauvreté produit de l’incapacité qui reproduit la pauvreté à son tour.

d) L’espace politique

21Il s’agit ici des libertés politiques individuelles et collectives et des garanties institutionnelles et légales qui les protègent. Si la richesse et l’aisance matérielle ou la position sociale d’un individu ou d’un groupe peuvent garantir son accès immédiat à la ressource, il reste incontestable que les limitations des libertés politiques peuvent le réduire plus ou moins drastiquement. Ceux qui ne disposent d’aucune position ni protection matérielle sont assurément plus exposés à de telles limitations arbitraires.

22Dans de telles situations politiques, c’est la participation qui est réduite par le fait même de la limitation des droits d’organisation, de contestations et de revendications politiques et économiques. Exclus des espaces et des institutions politiques, les usagers, surtout les plus pauvres, sont dépossédés de tous les moyens pour essayer de changer leurs situations. Ils sont en même temps dépossédés de leurs capacités et notamment celle de participer volontairement et d’une manière effective, réelle et efficace.

e) La participation volontaire et effective des usagers et consommateurs à la gestion de la ressource et à l’élaboration et l’exécution des choix et des politiques hydrauliques globales, sectorielles et locales

23Si tous les problèmes liés à l’eau se rencontrent partout et dans tous les groupes sociaux, il est indéniable que les femmes sont plus exposées à causes des inégalités sociales, économiques, culturelles, religieuses et politiques qu’elles subissent. Dans plusieurs pays du monde, les femmes doivent assurer à toute la famille nourritures, eaux et autres besoins vitaux. Cela leur demande un effort considérable souvent incompatible avec leurs conditions physiques et sociales. Dans des situations de pauvreté ou de manque, elles sont généralement les dernières à se servir. De même quand l’eau disponible est de mauvaise qualité et polluée, les femmes, par leurs activités qui exigent souvent un contact permanent avec l’eau, sont les plus exposées aux maladies hydriques qui constituent une dimension particulièrement dramatique de la pauvreté hydraulique.

24Ainsi, aux cinq facteurs qui constituent la structure de base de la pauvreté hydraulique, telle que je la propose dans le schéma ci-dessus, il faudrait ajouter dans l’analyse le facteur « genre ».

25La mise en relation de ces différents éléments permet de donner une idée relativement proche de la réalité de la question de l’eau et de souligner le ou les causes majeures qui déterminent la nature, l’ampleur et la gravité de la situation. Qu’elles soient plus ou moins faciles à établir statistiquement ou non, les corrélations entre ces différents éléments me semblent capitales comme entrée, ou angle d’attaque, dans les études des « questions de l’eau », dans tel ou tel pays du monde.

26La question de l’eau est d’abord une question sociale et politique avant d’être un problème technique ou financier. Ainsi, le social s’impose avec force comme l’entrée principale à la problématique globale de l’eau et à celle plus complexe de la pauvreté hydraulique.

27Ceci me semble valable aussi bien pour le diagnostic et l’analyse des situations de pauvreté hydraulique et de crises sociales qui lui sont liées que pour le « traitement » de ces situations. Les diverses discussions, parfois animées, qui ont eu lieu pendant les cinq journées de la rencontre d’Agadir ont fait la démonstration de la complexité de la « question hydraulique » et de la nécessité absolue de bien appréhender les articulations complexes entre les différents facteurs déterminants d’ordre technique (disponibilité volumétrique de la ressource), social, politique, juridique et économique.

28Cependant, plusieurs interrogations, notamment méthodologiques, s’imposent. Comment appréhender les questions hydrauliques dans un contexte de pauvreté ? Comment appréhender les questions de pauvreté dans un cadre hydraulique donné ? Quelle est, finalement, la question fondamentale : la gestion technique de la ressource ou la lutte contre la pauvreté ? Faut-il assurer une gestion de l’eau destinée à limiter, voire à éradiquer la pauvreté et les inégalités, face à l’accès à la ressource, ou penser qu’une réduction de la pauvreté suffira par elle-même à donner un meilleur accès à l’eau ? Par ailleurs, comment gérer les ressources hydrauliques dans les espaces de pauvreté ? Comment la pauvreté devient-elle un obstacle à la gestion des ressources hydrauliques ? Quelle est la place de l’ingénieur, du décideur et du consommateur ? Quelle est la place du chercheur ?

Notes

1 La participation a été limitée aux seuls auteurs de communication à partir de travaux de recherches ou d’actions. Cependant, le séminaire a accueilli l’équipe marocaine du projet « Innovations sociales et institutionnelles de la gestion de l’Irrigation en Méditerranée » (projet Meda-Isiimm) animée par le Pr. Mohammed El Faiz (univ. de Marrakech).

2 La traduction en français de la formulation anglaise water poverty n’est pas sans poser de problèmes. Faut-il choisir hydraulique qui relève de l’ingénierie et donc de la gestion ou hydrique qui est, me semble-t-il, plus large ? On parle par exemple de politique hydraulique et pas de politique hydrique. Travaux hydrauliques, force hydraulique, ressources hydrauliques…, sont d’autres formulations courantes. Si l’on faisait le parallèle avec la formule de Water Rights, qu’on traduit habituellement par droits d’eau, on devrait écrire pauvreté d’eau, mais ceci ne donnerait pas le vrai sens du concept. L’appel à communication adoptait l’expression Pauvreté hydraulique.

3 Sen A., 1990, Poverty and famines, an essay on entitlement and deprivation, Oxford University press.

4 Voir à ce propos: Peter Lawrence et al., « The Water Poverty Index: an International Comparison » in Keele Economics Research Papers kerp 2002/19. Keele University, October 2002 (Revised March 2003).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Géographe. Université Américaine, Le Caire – Égypte
email: habib.ayeb1@gmail.com

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable