Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VIII. Pastoralisme en zone sèche. Le cas de l’Afrique subsaharienne

Les points essentiels du dossier

Texte intégral

Scène pastorale au Niger.
M-N. Favier © IRD

1Lutter contre la désertification et protéger l’environnement dans les zones actuellement exploitées par les pasteurs revient à renforcer la viabilité pastorale en laissant aux pasteurs le contrôle négocié de leurs ressources, en tirant parti de leurs savoirs techniques et en renforçant leurs connaissances et leurs capacités d’adaptation.

LE PASTORALISME REND DES SERVICES INESTIMABLES

2Dans les pays d’Afrique subsaharienne, le pastoralisme reste toujours une activité rurale de grande importance. Une part significative des populations (jusqu’à une personne sur six dans certains pays) en vit de façon décente et une part plus importante encore en tire des revenus tout au long de la chaîne économique jusqu’aux consommateurs. Il permet la mise en valeur de vastes surfaces des territoires nationaux, en particulier dans les régions semi-arides, qui n’auraient guère d’autres vocations économiques.

3Le pastoralisme permet de valoriser des ressources marginales qui, autrement, seraient inutilisées et improductives là où l’agriculture est aléatoire. Il permet de soutenir l’occupation humaine dans des espaces marginaux et d’y maintenir une organisation sociale et des échanges qui contribuent au contrôle national de ces espaces.

4Le pastoralisme contribue à la sécurité alimentaire des pays producteurs et des pays voisins bénéficiaires des importations en fournissant des produits de haute valeur protéique. Il contribue ainsi de façon irremplaçable à la production de denrées alimentaires comme les viandes rouges et le lait.

5À condition d’assurer un bon contrôle de l’état sanitaire, le capital productif représenté par le cheptel montre une capacité d’accroissement compétitif avec d’autres formes d’investissement ; les profits économiques qu’il génère sont même attractifs pour certains investisseurs. La vente de bétail alimente le commerce d’exportation vers d’autres pays de la sous-région. Il contribue aussi au soutien économique et à la durabilité des systèmes agricoles avec lesquels se sont établies des relations techniques.

LE PASTORALISME EST DYNAMIQUE

6Le pastoralisme sahélien n’est pas une activité en voie de disparition. Au contraire, il s’appuie sur de fortes dynamiques internes, dont l’expression est sa grande capacité d’adaptation et d’évolution. Le cheptel pastoral participe à la croissance actuelle des effectifs nationaux de bétail et des productions animales. Le poids économique important du secteur pastoral et les besoins croissants du marché en viande et en lait contribuent au soutien du pastoralisme et lui assure un avenir.

7Par contre, ses conditions d’exercice sont de plus en plus difficiles et complexes. L’avenir du pastoralisme dépend avant tout de la place que chaque société nationale accorde à ses pasteurs et des législations qui les concernent. S’il y a des menaces sur le pastoralisme sahélien, ce sera plus le résultat de l’opinion publique elle-même et des conditions économiques que des contraintes environnementales.

LE PASTORALISME LAISSE UNE EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE POSITIVE

8Il est indéniable que le bétail pastoral interfère nettement avec les dynamiques écologiques naturelles et marque les écosystèmes pâturés de son empreinte. Les prélèvements des herbivores sur la végétation modifient les proportions entre les plantes herbacées et ligneuses, les espèces fourragères et non fourragères. La dispersion des déjections modifie la répartition des nutriments du sol, pollue les eaux, disperse des agents pathogènes. L’impact carbone et notamment les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas négligeables. La concurrence des animaux domestiques avec la faune sauvage et la dégradation de certains habitats jouent un rôle sur la biodiversité.

9Mais en même temps, le pastoralisme offre des services écologiques fondamentaux (bien que peu visibles) qui contribuent à la durabilité des écosystèmes naturels et cultivés. Les parcours restent des milieux relativement naturels car ils se régénèrent spontanément. Ils sont riches de leur diversité biologique, davantage que les écosystèmes cultivés des zones agricoles. Les troupeaux contribuent significativement à la fumure des champs où ils séjournent ou qui reçoivent du fumier. Les animaux de trait apportent leur force de travail pour l’agriculture et les transports.

10Dans de nombreux cas, les dégradations significatives provoquées par l’élevage résultent de surexploitation ou de mauvaise gestion des ressources dont on doit, pour y remédier, chercher les causes profondes : limitations à la mobilité du bétail, lieux d’abreuvement mal répartis, spoliation d’espaces pastoraux essentiels comme les zones basses essentielles pour l’affourragement en saison sèche…

QUELLES SONT LES CONDITIONS D’UN PASTORALISME DURABLE ?

11Les États et l’aide internationale ont investi depuis longtemps dans le domaine de la santé animale (vaccinations, lutte contre les grandes épizooties, réseau de postes vétérinaires). On a également investi pour renforcer les infrastructures d’élevage, principalement les réseaux d’ouvrages hydrauliques, les marchés à bétail, la sécurisation de pistes à bétail, etc. Cela a donné des résultats positifs sur la production et les échanges de bétail.

12Il faut poursuivre ces investissements qui ont permis jusqu’à présent une plus grande dispersion du cheptel pastoral dans les milieux naturels pâturables, l’extension dans les régions agro-pastorales, un accroissement régulier du nombre d’animaux et une augmentation des volumes produits et de leur qualité.

13Il reste à les accompagner par des investissements et des progrès législatifs nécessaires à l’amélioration des conditions de vie des populations sahéliennes. L’activité pastorale devient de plus en plus difficile en raison de la raréfaction des ressources facilement accessibles, de la concurrence croissante entre éleveurs, agro-éleveurs, agriculteurs, des convoitises internationales qui bloquent de vastes espaces et des conflits qui en résultent.

14Tandis que les investissements ont œuvré à renforcer la durabilité des systèmes pastoraux, les effets indirects sur les écosystèmes pâturés ont connu diverses fortunes. L’accroissement du cheptel a accru la pression globale du bétail sur les ressources et augmenté les risques de dégradation. Pourtant la plupart de ces investissement ont eu des conséquences positives sur la durabilité de l’environnement en permettant notamment une meilleure répartition des charges animales, la réduction des pertes de production pour raisons sanitaires et le renforcement des services mutuels entre l’agriculture et l’élevage. Cependant, certains investissements restent encore à développer, tels les mécanismes pour éviter ou atténuer les conséquences économiques et sociales des fluctuations climatiques sur le système pastoral.

15Concernant les conditions de vie des populations pastorales, même si le niveau de vie semble s’être un peu amélioré, les progrès sont insuffisants notamment en matière d’éducation, de santé et de sécurité face aux nouveaux dangers régionaux (conflits politico­religieux et trafics de drogue). On rappelle néanmoins que l’organisation sociale des sociétés pastorales, par ses structures et les liens qui en unissent les membres et leurs voisins, est un élément de stabilisation sociale et de paix dans les régions pastorales.

16Développer un contexte politique favorable est fondamental, tant pour soutenir la production d’aliments d’origine animale, le secteur pastoral et les producteurs ruraux des zones marginales que pour la gestion de l’environnement en général. Il peut s’avérer productif à long terme et soutenable du point de vue environnemental d’être à l’écoute des besoins et des revendications des éleveurs, d’arbitrer de façon équilibrée entre le pastoralisme et les autres domaines de production lorsqu’il y a des conflits d’intérêts, et de faire des investissements dans le domaine du pastoralisme. C’est en laissant aux acteurs du pastoralisme la possibilité de négocier leurs droits et les règles d’usage entre eux et avec les institutions concernées, que l’on peut espérer une gestion collective durable des ressources pastorales. Les autorités à tous les niveaux ont la capacité de soutenir le pastoralisme et de contribuer au maintien et au développement durable de cette activité économique irremplaçable dans les régions à vocation pastorale et agropastorale menacées de désertification.

Table des illustrations

Légende Scène pastorale au Niger.M-N. Favier © IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable