Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VIII. Pastoralisme en zone sèche. Le cas de l’Afrique subsaharienne

Vers un pastoralisme durable ?

Texte intégral

1Le système pastoral comportant des traits indéniables de pertinence et d’efficacité mais confronté à de redoutables difficultés ! Un tel contraste signifie-t-il que les difficultés vont finir par mettre fin à ce long héritage ? Ou au contraire a-t-on pris la mesure de tous les enjeux et va-t-on vers des décisions lui permettant de les dépasser et de conserver sa viabilité ?

2L’originalité du terme de viabilité est son double sens selon son étymologie latine, vita « la vie » ou via « le chemin ». Appliquée au pastoralisme, la viabilité signifie d’abord l’aptitude à vivre et à durer, mais elle peut suggérer aussi le bon état du chemin, celui qui mène aux parcours et celui des transhumances. Elle incorpore des dimensions d’ordre politique, économique, social et écologique. Aider les systèmes pastoraux à renforcer leur viabilité suppose de respecter et comprendre les spécificités et les activités des pasteurs au-delà de nos propres représentations et modèles d’élevage (Krätli, 2010). C’est pourquoi ils doivent être impliqués et intégrés dans les décisions qui les concernent. Mais les parties prenantes se situent à la fois au niveau des gouvernements nationaux, de la société civile, des législations et des organisations internationales.

3À l’échelle du continent africain, la Commission de l’Union Africaine a pris conscience de l’importance du pastoralisme et a engagé des réflexions pour protéger les moyens d’existence et les droits des communautés pastorales. Une succession de consultations et d’ateliers à Isiolo (Kenya) en 2007, Ouagadougou (Burkina Faso) puis Nairobi (Kenya) en 2010, a conduit à la définition d’un cadre pour une politique du pastoralisme en Afrique (Union Africaine, 2010).

LE RÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES NATIONALES

4L’administration coloniale, rencontrant nombre de difficultés à asseoir son pouvoir sur les populations pastorales, avait cherché à les affaiblir en les séparant des autres composantes rurales. De là provient la division entre sédentaires et nomades, ou encore entre cantons et tribus. À défaut de pouvoir les sédentariser, sont apparus le contrôle de leurs déplacements et la tentative de les confiner le plus possible à l’intérieur des circonscriptions administratives. C’est seulement bien plus tard que l’administration s’est engagée dans des actions d’hydraulique pastorale, de protection vétérinaire et, dans une moindre mesure, de scolarisation et de santé.

5Les États indépendants ont, à leur tour, poursuivi et amplifié, avec l’aide internationale, les programmes d’hydraulique et les campagnes de lutte contre les grandes épizooties (surtout la peste bovine et la péripneumonie). Les troupeaux se sont multipliés jusqu’à ce que les sécheresses des années 70 et 80 ne viennent les décimer, engendrant un réel appauvrissement des pasteurs atténué parfois par des opérations d’urgence ou d’aide à la reconstitution des troupeaux.

6Ensuite, les plans d’ajustement structurel s’imposèrent avec le désengagement de l’État préconisé par les grandes institutions internationales (Fonds Monétaire International, Banque Mondiale). Des services techniques tels que ceux de l’Élevage tombèrent en déshérence et la stratégie de substitution à travers la privatisation des services vétérinaires fut souvent un échec, particulièrement dans les zones pastorales qui avaient précisément grand besoin de soutien du fait de l’éloignement des centres, des superficies à couvrir et des coûts de fonctionnement.

Vers une meilleure prise en compte du pastoralisme…

7Cependant, depuis les années 90, souvent dans un contexte de démocratisation et de décentralisation, de nets changements se sont opérés qui ont convergé vers une meilleure prise en compte du pastoralisme (Marty, 2011). Deux domaines ont fait l’objet d’une attention particulière.

Vie quotidienne dans le Delta Intérieur du Niger. Mali. Jeune fille peule au moment de la traite dans le village de Wuro Neema. O. Barrière © IRD

8En premier lieu, celui des infrastructures, soutenu amplement par l’aide internationale : d’importants programmes d’hydraulique pastorale ont vu le jour, de même que des balisages de pistes de transhumance, des constructions de bâtiments d’intérêt général (écoles, centres de santé, banques de céréales, magasins associatifs, mairies, etc.). Ces investissements ont contribué à donner un nouveau visage aux anciennes zones pastorales avec la multiplication de pôles de regroupement accompagnant ainsi la tendance relativement récente de nombreux pasteurs à fixer une partie de leurs familles de façon plus ou moins permanente. Certains de ces programmes, tels ceux financés par l’Agence Française de Développement au Tchad et au Niger améliorant de manière concertée le maillage des points d’eau et des axes de transhumance, ont réussi à mieux sécuriser la mobilité des troupeaux et ont contribué à une meilleure acceptation locale des transhumants. Toutefois, on peut regretter que la construction de nombreux équipements (notamment des bâtiments destinés aux services sociaux) ne soit pas accompagnée des biens et des services de base nécessaires au développement (formation insuffisante, manque de personnel qualifié et de moyens de fonctionnement adéquats).

9Le second domaine est celui des législations en matière de pastoralisme. Pratiquement, tous les pays du Sahel ont renouvelé leur appareillage juridique avec des avancées certaines en termes de reconnaissance des modes d’élevage mobiles. Seul le Tchad n’a pas encore modifié sa loi N° 4 du 31 octobre 1959 « portant réglementation du nomadisme » mais il vient d’engager la préparation d’un code pastoral. Alors qu’auparavant la réglementation des ressources pastorales relevait de l’État, les pasteurs étant réduits à n’avoir que des droits d’usage précaires sur « des terres vacantes et sans maître », désormais des droits leur sont explicitement reconnus engendrant, au moins théoriquement, des responsabilités dans la gestion en liaison avec les organisations professionnelles et les collectivités locales décentralisées. Bien sûr, il reste encore des insuffisances : manque d’harmonisation avec d’autres textes officiels (visant l’eau, les forêts, les espaces protégés, etc.), persistance d’ambiguïtés (par exemple sur la notion-clé de mise en valeur pastorale donnant normalement droit à une reconnaissance juridique). Et surtout, persiste le problème bien connu du passage des textes à leur application concrète sur le terrain. Celui-ci ne peut légitimement réussir que dans un climat apaisé de concertation entre les parties concernées et de prévention partagée des conflits entre les différents usagers.

Panneau d’une antenne opérationnelle d’un projet de développement nigérien. Tahoua au Niger. © B. Toutain

…Mais des lacunes persistent

10D’autres domaines essentiels relevant tout autant des politiques publiques demeurent, fréquemment encore, les parents pauvres du développement, particulièrement dans les zones pastorales : ceux de l’éducation (scolarisation des enfants, garçons et filles, alphabétisation fonctionnelle des adultes), de la santé humaine et de la protection vétérinaire. Alors que les besoins exprimés localement sont manifestes, l’enseignement manque de maîtres formés, motivés et suivis ainsi que de cantines (quand les familles sont éloignées) ; les centres de santé attirent peu ; les structures d’appui à l’élevage manquent de moyens adéquats pour assurer la couverture sanitaire des troupeaux et pour promouvoir les productions animales et leur commercialisation dans des conditions optimales.

11En ce qui concerne la préservation des écosystèmes et la lutte contre la désertification, il est incontestable qu’elles occupent, et ce depuis les grandes sécheresses, une place importante dans le discours politique et dans les médias nationaux. Pour les zones pastorales et agro­pastorales, les actions concrètes restent cependant souvent limitées et plutôt ponctuelles. L’approche par les conventions locales entre les divers usagers semble la plus porteuse. De nets progrès durables seront sans doute facilités quand les deux convictions suivantes seront plus largement partagées par les différentes parties en présence : d’une part, la mobilité des troupeaux peut bel et bien être pertinente d’un point de vue écologique et, d’autre part, il importe de travailler à la mise en place d’autorités de gestion reconnues comme légitimes en même temps que légales.

12Il faut dire aussi qu’au cours des dernières décennies, un grand nombre de travaux et d’études émanant de nombreuses disciplines a vu le jour sur des terrains fort différents, dans le cadre des centres de recherche nationaux mais aussi de projets de développement, voire d’organisations non gouvernementales (ONG). Incontestablement, ils apportent une vision de plus en plus affinée du pastoralisme, montrant sa spécificité, sa souplesse d’adaptation et son intérêt. Nul doute que de tels chantiers ont contribué aux progrès constatés dans la reconnaissance des systèmes d’élevage mobiles au niveau des pouvoirs publics et des autres partenaires.

13La mondialisation n’est pas non plus sans influences sur le monde pastoral subsaharien : fluctuations des cours sur les marchés internationaux, spéculation internationale, apparition de nouvelles politiques de production (biocarburants), attributions de terres à des sociétés étrangères de type « libéral international » mais de fait encouragées par certains gouvernements, concessions de chasse attribuées à de riches étrangers. Mentionnons aussi la diffusion rapide des moyens modernes de communication comme la téléphonie mobile, notamment par satellite, la radio et la télévision (avec les chaînes internationales d’information). On constate aussi la pénétration en zones pastorales de nouveaux courants religieux, surtout en provenance du Moyen-Orient et du Pakistan, l’irruption de nouvelles manières de penser et de vivre rapportées par les migrants et, localement, l’établissement de larges concessions minières et pétrolières.

> ZOOM | Extraits des principaux textes législatifs au Sahel
NIGER. Principes d’orientation du code rural. Ordonnance N° 93-015 du 2 mars 1993
Art. 5. Les droits qui s’exercent sur les ressources naturelles bénéficient d’une égale protection, qu’ils résultent de la coutume ou du droit écrit.
Art. 23. Les pasteurs, propriétaires ou gardiens du capital - bétail ont le droit d’accéder librement aux ressources naturelles. (Selon deux types de droits : le droit d’usage commun et le droit d’usage prioritaire, non exclusif, sur le terroir d’attache).
MAURITANIE. Loi N° 2000-044 portant code pastoral
Art. 12. Aucun aménagement [...] ne sera entrepris s’il peut porter atteinte aux intérêts vitaux des pasteurs, ou limiter gravement l’accès de ces derniers aux ressources pastorales […] ou produire une valeur inférieure à celle produite par le système d’exploitation antérieur. Seront pris en considération dans l’appréciation de la valeur, les aspects économiques, écologiques et sociaux.
Art. 14. Toute forme d’appropriation exclusive de l’espace pastoral est illégale.
MALI. Loi N° 01-004 du 27 février 2001 portant Charte pastorale
Art. 1er. La présente loi consacre et précise les droits essentiels des pasteurs, notamment en matière de mobilité des animaux et d’accès aux ressources pastorales. Elle définit également les principales obligations qui leur incombent dans l’exercice des activités pastorales, notamment en ce qui concerne la préservation de l’environnement et le respect des biens d’autrui.
Art. 56. Les collectivités territoriales doivent gérer les ressources pastorales avec la participation des organisations de pasteurs et en concertation avec les autres utilisateurs des ressources naturelles.
BURKINA FASO. Loi N° 034-2002/AN du 14 novembre 2002 portant loi d’orientation relative au pastoralisme.
Art. 6. Dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire, l’État et les collectivités territoriales veillent à l’identification, à la protection et à l’aménagement des espaces à vocation pastorale.
En particulier, dans le cadre de l’aménagement des espaces périurbains, l’État et les collectivités territoriales réservent les espaces nécessaires à la poursuite et au développement des activités d’élevage.
L’État et les collectivités territoriales veillent également à la préservation et à la protection des espaces pastoraux traditionnels. En particulier, ils favorisent dans les régions à vocation pastorale, la préservation de la vocation pastorale des bas -fonds et des zones de bourgou.
Art. 45. Les pistes à bétail font l’objet d’un classement selon les cas, dans le domaine public de l’État ou des collectivités territoriales. Elles sont de ce fait inaliénables, imprescriptibles et insaisissables.
SÉNÉGAL. Loi N° 2004-16 portant loi d’orientation agro-sylvo-pastorale
Art. 20. Les exploitations agricoles familiales, industrielles et commerciales doivent, à terme, moderniser leurs outils de production, mettre en œuvre des pratiques agricoles d’élevage améliorées et utiliser des techniques de gestion modernes pour être compétitives.
Art. 44. Le pastoralisme est reconnu comme constituant un mode de mise en valeur de l’espace rural et des ressources naturelles. Les activités pastorales doivent être exercées dans le respect de l’environnement et des autres activités agricoles, sylvicoles et rurales.
NIGER. Ordonnance 2010-029 du 20 mai 2010 relative au pastoralisme
Art. 3. La mobilité est un droit fondamental des éleveurs, pasteurs nomades et transhumants. Ce droit est reconnu et garanti par l’État et les collectivités territoriales.
La mobilité constitue un mode d’exploitation rationnelle et durable des ressources pastorales et ne peut être entravée que de manière temporaire et pour des raisons de sécurité des personnes, des animaux, des forêts et des cultures dans les conditions définies des lois et règlements en vigueur et des us et coutumes.
Les pasteurs doivent être légitimement représentés par des délégués librement mandatés par eux dans toutes les instances qui ont compétence dans le domaine de la gestion des ressources naturelles.
Dans tous les périmètres aménagés, des terres destinées au parcours et au passage du bétail doivent être réservées.
Art. 5. [...] Toute forme d’appropriation exclusive de l’espace pastoral relevant du domaine public de l’État ou des collectivités territoriales est interdite. En particulier aucune concession rurale ne peut y être accordée si elle a pour effet d’entraver la mobilité des pasteurs et leurs troupeaux ainsi que leur accès libre aux ressources pastorales.
Dans tous les cas, il sera fait recours à une étude d’impact environnemental et social assortie d’un plan de gestion environnemental et social approuvés par les autorités compétentes.
Art. 52. Lorsque les titres miniers et pétroliers couvrent en tout ou partie des espaces sur lesquels des pasteurs ont un droit d’usage prioritaire, l’occupation des terrains nécessaires aux activités minières et pétrolières ne peut être accordée qu’après une juste et préalable indemnisation de ces derniers.
L’estimation de l’indemnisation est basée sur le manque à gagner des pasteurs et est fixée par consensus entre le titulaire du droit minier et pétrolier et les pasteurs.

PASTEURS ET SOCIÉTÉ CIVILE

14La notion de société civile, souvent peu ou mal définie, correspond ici aux organisations et aux individus qui œuvrent pour la dignité de chaque être humain et l’égalité des droits fondamentaux, notamment en faveur des groupes qui souffrent de marginalisation, voire de stigmatisation. Dans ce sens, la société civile se rencontre aussi bien parmi les pasteurs que parmi ceux qui cherchent à les soutenir au sein de la société globale (nationale ou internationale).

15Rappelons, même brièvement, l’historique des organisations d’éleveurs et les difficultés que celles-ci ont éprouvées. Pendant très longtemps, le milieu pastoral n’a eu comme porte-parole que les seules chefferies traditionnelles servant d’intermédiaires entre leurs ressortissants et l’administration générale. Par la suite, l’État a mis en place des structures de type coopératif en vue d’assurer un certain nombre de fonctions économiques (telles que l’approvisionnement en biens de première nécessité...). Ainsi, au Mali, les coopératives correspondaient exactement au découpage des arrondissements et chaque chef de famille imposable était considéré comme membre coopérateur avec pour conséquence que la même entité coopérative regroupait une forte hétérogénéité d’intérêts. Malgré des efforts de réforme interne en vue d’obtenir une réelle appropriation de la structure par les coopérateurs eux-mêmes, ce modèle, à l’origine impulsé d’en haut, a disparu lorsque la liberté de s’associer a été pleinement reconnue. Ce fut ensuite l’époque des groupements (de l’ordre d’environ 30 familles) ou des associations de petite taille répondant mieux aux critères de solidarité locale ou de proximité.

  • 1 Selon les principes de gestion holistique mises au point par Savory et Butterfield (1999).

16Parallèlement, dans les années 80, des associations pastorales virent le jour dans plusieurs pays sous la pression de grands bailleurs, dont la Banque Mondiale, pour que leur soit « attribuée » la gestion des ressources pastorales et des équipements à l’intérieur « d’unités pastorales », lesquelles correspondaient à des espaces délimités reconnus à des groupes d’éleveurs préalablement identifiés. Mais ces associations ne sont guère parvenues à trouver un ancrage durable ni un consensus suffisant entre les divers usagers locaux. Il en a été de même pour les approches de type « périmètres pilotes pastoraux1 » avec un système de rotation de parcelles impliquant une forte appropriation de l’espace par les bénéficiaires au détriment des transhumants.

17À l’évidence, ces formules minimisaient la complexité des systèmes pastoraux en place faite de mobilité, de flexibilité, de droits acquis et de continuelles négociations. L’expérience la mieux suivie de ce type d’intervention dans la durée fut incontestablement celle de Widou Thiengoli au Ferlo sénégalais : une évaluation réalisée au Sénégal (Thébaud et al., 1995) conclut à la nette supériorité de « l’efficacité pastorale traditionnelle ». De telles approches prétendant au départ favoriser des collectifs gestionnaires ont finalement encouragé en plusieurs endroits la tendance à l’appropriation privative de l’espace pastoral par de riches éleveurs et l’exclusion concomitante des tiers, aux antipodes d’une démarche de type société civile soucieuse de paix et d’équité.

18C’est finalement depuis le tournant du siècle que des organisations de type autonome regroupant des cadres intellectuels et des pasteurs ont émergé, fonctionnant comme des embryons de société civile capables de se référer aux textes officiels (constitution, lois...), de revendiquer leur application, de défendre les éleveurs en mal de reconnaissance et aussi de conduire des opérations concrètes répondant à des besoins réels vécus par les familles de pasteurs. Cette nouvelle configuration a réussi, particulièrement au Niger, à engendrer une véritable dynamique de concertation, d’ateliers et de discussions à l’occasion de la préparation de la nouvelle loi pastorale (ordonnance du 20 mai 2010 relative au pastoralisme). Cette démarche s’est étalée sur presque une décennie à travers plusieurs va-et-vient entre terrain et sommet ; elle est représentative de ce que la société civile est capable de réaliser pour faire avancer des dossiers sensibles. On pourrait en dire autant sur les interpellations à l’endroit des autorités concernant les situations graves de sécheresse (en 2005 et de nouveau en 2009-2010).

> ZOOM | À propos de la société civile…
Dans les pays en développement menacés par la désertification, c’est l’ensemble des hommes et des femmes —ruraux, citadins, agriculteurs et/ou éleveurs, entrepreneurs— ainsi que les organisations villageoises traditionnelles ou organisées juridiquement, les groupements professionnels et ceux particuliers, les syndicats, les ONG locales, nationales et internationales présentes sur place, les partis politiques et les entreprises.
Ses partenaires sont l’État et ses administrations centrales et décentralisées, les élus locaux et nationaux et leurs assemblées, conseils de ville, de région ainsi que les parlements. Une place particulière est faite à ceux qui produisent des connaissances et les diffusent : enseignants, chercheurs, formateurs, vulgarisateurs. Ils sont membres de la société civile et constituent des partenaires privilégiés dans le dialogue de celle-ci avec l’État. Leur activité est exercée grâce au soutien de l’État.
D’après Bied-Charreton et Requier-Desjardins, 2007.

Réunion-débat organisée à Barani, ville peule du nord-ouest du Burkina Faso, à propos de la zone pastorale proche de ce village.
© B. Toutain

19Sans atteindre un tel niveau de pression sur les politiques publiques, il est tout à fait possible de rencontrer des démarches de type société civile dans différents pays de la bande sahélienne. Ainsi, à la suite d’études ou de projets de développement, il n’est pas rare de rencontrer des opérations allant nettement dans le sens du renforcement des droits. C’est le cas au Tchad, pays qui a particulièrement souffert d’une succession de guerres civiles, où plusieurs projets, notamment d’hydraulique pastorale (sur financement de l’Agence Française de Développement), et différentes ONG ont fini par adopter une approche résolue en direction de la prévention des conflits entre agriculteurs et éleveurs ou entre éleveurs eux-mêmes pour une résolution non violente. Une nette atténuation des tensions a pu ainsi être obtenue dans plusieurs régions du pays.

  • 2 Voir le site de l’ARED : www.ared-edu.org/fr/Pastoralisme/tabid/148/Default.aspx

20La formation concernant le pastoralisme est, à ce titre, essentielle. L’expérience mise au point au Sénégal par l’Association pour la Recherche et l’Éducation pour le Développement2, et l’appui de l’International Institute for Environment and Development, a ensuite été diffusée dans les autres pays du Sahel. Elle intéresse en même temps les pasteurs (hommes, femmes, jeunes et vieux) et des intellectuels issus des services de l’État ou des structures de développement. Les premiers y découvrent combien le système qu’ils pratiquent est loin d’être dépassé ou inadapté ; les seconds éprouvent le besoin de revoir leurs analyses inadéquates condamnant ou mésestimant le système pastoral. Pour les uns, c’est l’occasion de retrouver leur dignité, et, pour les autres, c’est l’invitation à revoir leurs certitudes mal établies. Le fait que ces formations parviennent à réunir des publics aussi hétérogènes et à remettre en cause toute une palette de préjugés largement intériorisés, constitue un réel progrès dans le sens d’une société civile qui prend ainsi conscience de la nécessité de revoir sa façon de voir et d’appréhender autrement les réalités pastorales.

Scolarisation des enfants, Niger.
E. Bernus © IRD

LA LONGUE MARCHE DES DROITS

21Dans un contexte en pleine mutation, à l’interface de groupes de pasteurs et d’autres acteurs de la société civile, de nouvelles voies sont en train d’être explorées. Elles vont dans le sens d’une meilleure reconnaissance des droits envers ces populations qui, en raison de leur mobilité, pouvaient apparaître bien dispersées et en marge de l’histoire. Cependant d’immenses lacunes largement connues persistent :

  • Le droit à la mobilité pastorale fait de plus en plus l’objet de reconnaissance officielle mais son application sur le terrain fait encore souvent défaut. Les avancées concrètes passent par la concertation chaque fois renouvelée entre usagers et la prise en compte des mouvements de troupeaux dans les plans d’aménagement de l’espace rural à l’échelle locale, intercommunale et parfois même transfrontalière.

  • L’accès aux ressources naturelles, que ce soit aux pâturages, points d’eau, terres salées, natron, pistes de transhumance, aires de stationnement, etc., demeure encore souvent problématique. Sur ce plan, les droits des pasteurs sont insuffisamment garantis. La tendance au grignotage des ressources pastorales et à leur appropriation privée est toujours présente.

  • La pollution des nappes d’eau ou des sols émanant d’entreprises industrielles, de dépôts d’ordures ou même d’agriculture intensive, fait peser de nouvelles menaces sur la santé des habitants et des troupeaux. Tous les usagers de ces zones ne peuvent plus être tenus pour partie négligeable.

  • Les pasteurs, en tant qu’usagers, sont à intégrer pleinement dans les actions de prévention de la dégradation des terres, de la biodiversité et du couvert végétal, notamment ligneux. Longtemps déresponsabilisés et peu pris en compte dans les suivis écologiques ou les actions de lutte contre la désertification, leur implication ne pourra réellement progresser que si des droits d’usage leur sont véritablement reconnus et garantis.

  • L’accès effectif aux services sociaux, administratifs et techniques reste très insuffisant en dépit de certaines améliorations, ou ne touche qu’une partie des familles : meilleur accès à l’eau, meilleure qualité de l’eau avec les forages, meilleurs moyens de communication… Les droits à l’école, à la santé, à l’approvisionnement (quand les marchés sont éloignés) sont certes affirmés mais leur concrétisation laisse beaucoup à désirer. Il arrive même que les conditions de fonctionnement soient en voie de régression : manque de personnel qualifié et motivé, cantines scolaires peu fonctionnelles, absentéisme des maîtres, des élèves, garçons et filles. Les résultats scolaires sont bien en deçà des attentes. La plupart des fillettes n’atteignent pas la fin de leur cursus primaire. Dans le domaine de la santé, les insuffisances sont également manifestes en termes de personnel, de moyens, de soins, etc. Il arrive que des vendeurs ambulants profitent de la situation en proposant des produits pharmaceutiques de qualité douteuse, sinon dangereuse, auprès d’un public largement ignorant. Les services vétérinaires ont souvent perdu de leur présence depuis la privatisation de la profession.

  • La participation citoyenne à la vie politique locale et nationale est essentielle. Nombre de pasteurs sont loin de bénéficier d’une information de qualité sur les processus électoraux et les programmes de développement les concernant directement. Leur participation aux réunions d’information, de décision et de suivi des décisions reste limitée. Les mécanismes de la décentralisation demeurent amplement méconnus et ne peuvent être pleinement valorisés au niveau des campements de brousse. C’est pourquoi les élus sont peu incités à rendre compte de leurs activités et promesses.

> ZOOM | Le réseau régional Billital Maroobé
Ce réseau des organisations d’éleveurs et pasteurs en Afrique a réussi à organiser un forum au Bénin en avril 2010 sur le thème de la transhumance transfrontalière. Il réunissait à la fois des représentants des autorités publiques et des institutions régionales, des organisations faîtières d’éleveurs et des partenaires techniques et financiers. Les recommandations insistaient sur l’importance de maintenir la mobilité et sur l’amélioration de la réglementation et de l’équipement des circuits pratiqués.
Après un atelier tenu au Burkina Faso en octobre 2011 faisant l’état des lieux des textes qui régissent la transhumance, ce réseau soulignait la nécessité d’améliorer et d’harmoniser les cadres réglementaires nationaux et régionaux sur ce sujet et prônait en même temps le renforcement des alliances entre organisations socioprofessionnelles pour renforcer leur efficacité.
Pour plus d’informations : www.maroobe.org

22D’une façon générale, les marges de progrès dans l’application des droits qui concernent le monde pastoral restent immenses : droits à l’intérieur des familles (entre hommes et femmes, entre jeunes et adultes, entre propriétaires et bergers), droits par rapport aux autres usagers (agriculteurs, chasseurs, cueilleurs...), avec les autres types d’éleveurs (y compris les nouveaux investisseurs qui tendent à l’accaparement exclusif des ressources). Il n’est pas inutile désormais de penser à l’établissement de services juridiques avec des conseillers spécialement formés pour travailler avec le monde des pasteurs.

23Suite à la théorie de la « tragédie des communs » (Hardin, 1968), certains prévoyaient la dégradation inéluctable des biens communs. Pour les parcours collectifs, cela ne s’est pas produit. À l’inverse, Ostrom (1990) a déduit de ses analyses empiriques de situations réelles que les individus exploitant une ressource commune tentaient de résoudre leurs problèmes de façon efficace et que les communautés s’efforçaient de traiter de manière créative et constructive les problèmes des environnements complexes et incertains. Ces individus dans les communautés avaient besoin pour cela de disposer d’informations précises, d’une reconnaissance de leurs droits d’organisation et de mécanismes de résolution des conflits. Les dynamiques actuelles d’organisation des éleveurs, de négociation des droits et de décentralisation des responsabilités vont dans ce sens.

PLACE ET RÔLE DES INSTITUTIONS RÉGIONALES ET INTERNATIONALES

24Deux autres domaines décisifs pour l’avenir du pastoralisme en Afrique subsaharienne paraissent devoir être améliorés : celui de la circulation transfrontalière du bétail à l’intérieur de l’espace régional et celui de la recherche scientifique et technique au niveau des institutions de recherche et de développement à tous les niveaux (local, national, régional et international).

Comment améliorer la circulation transfrontalière du bétail ?

25Une partie des pays du Sahel est enserrée entre les frontières avec l’Afrique du Nord et celles des pays côtiers. Les données disponibles permettent de traiter surtout les secondes, notamment au sein de la CEDEAO (300 millions d’habitants), vers les pays méridionaux où le cheptel est acheminé soit pour transhumer de façon saisonnière, soit pour être commercialisé.

26La transhumance transfrontalière est vitale pour de nombreux éleveurs sahéliens car les ressources végétales, bien que de moindre qualité qu’en zone pastorale, sont généralement plus abondantes en allant vers le sud mieux arrosé. Cependant, elle se heurte à des difficultés plus ou moins similaires à celles rencontrées plus au nord : diminution des aires pâturables, calendriers agro-pastoraux contraignants, obstructions à la mobilité des troupeaux, maladies, conflits, insécurité. Le Certificat International de Transhumance est censé faciliter l’accès tout en le réglementant. Cependant, il est diversement interprété et appliqué ; ce qui pénalise les éleveurs obligés de pactiser aux conditions des responsables en place. Certains États comme le Bénin et le Nigeria, prennent des mesures contradictoires interdisant la transhumance transfrontalière alors même qu’ils alimentent une partie de leur marché à partir des animaux étrangers. Comme le soulignent les associations pastorales, de larges progrès dans la sécurisation des mouvements du bétail sont encore attendus.

27Quant au commerce transfrontalier des animaux, il contribue incontestablement à répondre à une partie des immenses besoins d’une population en pleine croissance démographique et de plus en plus urbanisée. Ces produits sahéliens sont très appréciés, mais subissent une forte concurrence de la part de produits importés d’autres parties du monde (volailles, poissons et viandes bovines congelés notamment), pourtant souvent jugés de moindre qualité mais écoulés à des prix beaucoup plus bas. La figure ci-dessous montre les principaux circuits de commercialisation concernant l’Afrique de l’Ouest et centrale ; les grandes métropoles urbaines des pays côtiers, et particulièrement du Nigeria, constituent les principaux pôles d’attraction.

28Face à ces questions, les travaux se multiplient en contribuant à affiner les données visant le pastoralisme et des organisations d’éleveurs cherchent de plus en plus à faire entendre leurs voix en vue de faire respecter les intérêts des producteurs.

La recherche scientifique et technique face à différents défis

  • 3 À la Maison des Sciences de l’Homme, l’équipe « Écologie et anthropologie des sociétés pastorales » (...)

29Au-delà des premiers récits de voyageurs qui décrivaient la vie des populations rencontrées, les sociétés pastorales de l’Afrique subsaharienne ont attiré l’attention de nombreux observateurs de diverses disciplines, dont des anthropologues, pour en décrire les modes de fonctionnement et analyser les ressorts sociaux et techniques qui en assuraient la pérennité : les travaux d’E.E. Evans-Pritchard sur les Nuer soudanais (années 30), ceux de M. Dupire sur les Wodaabe nigériens (années 60), ceux de A.M. Bonfiglioli (années 80), P. Bonte, etc., en sont des illustrations3. Des géographes de renom (J. Gallais, E. Bernus, J. Boutrais, H. Barral, M. Benoit, C. Santoir, etc.), ont aussi contribué de façon substantielle à la connaissance des peuples pasteurs et des territoires qu’ils parcouraient.

30Par ailleurs, les administrations coloniales ont chargé les vétérinaires de réduire les risques épizootiques qui pouvaient menacer la production alimentaire liée à l’élevage. De même, les études hydrogéologiques permettaient de préciser les ressources en eau, en particulier souterraines, tant pour les populations humaines que pour l’élevage.

Circuits de commercialisation du bétail en Afrique occidentale et centrale.

31L’autre limitation à l’amélioration de l’élevage était l’alimentation du bétail : agronomes et spécialistes des plantes fourragères furent chargés, dans la seconde moitié du xxe siècle, d’étudier pâturages et parcours pour augmenter la productivité des élevages, y compris dans les régions pastorales qui étaient les plus productrices. La politique scientifique prônait alors « l’optimisation » de l’utilisation des ressources disponibles. Survinrent les fortes sécheresses des années 1969-1973 (causes de famine généralisée), puis de 1982-1984. On prit alors conscience de la fragilité de ces milieux semi-arides confrontés à l’accroissement permanent du nombre d’animaux ainsi que des limites à la production de ces immenses espaces pastoraux. De « productiviste », l’approche devint progressivement « écologique » (Toutain et Lhoste in Bourgeot, 1999).

32Les parcours sont désormais considérés comme des milieux complexes composés d’une multitude d’écosystèmes en interaction, et dont on doit assurer la « durabilité ». La notion de capacité de charge, peu opérationnelle pour les parcours sahéliens dont la productivité est variable et imprévisible, a conduit des écologues, notamment britanniques et américains, à proposer une conception des parcours comme « systèmes en non-équilibre » (voir page 42). Le concept « d’intégrité fonctionnelle » des écosystèmes a été développé en particulier pour les milieux pastoraux : on n’évalue plus seulement la capacité productrice des parcours et leur valeur pour l’alimentation animale mais on prend aussi en compte leur capacité naturelle à se renouveler (Kammili et al., 2011). Bien d’autres disciplines de recherche s’intéressent à présent au pastoralisme et viennent enrichir les connaissances de ce monde complexe.

33Constatant le faible niveau d’adoption dans la durée de leurs recommandations, les chercheurs et les organismes de développement ont porté leur attention sur un deuxième champ de réflexion, celui de l’économie, du social et du politique. Les résultats de ces travaux ont mis en évidence les interactions existantes et nécessaires entre le monde pastoral africain et l’ensemble de la société : non seulement les systèmes agro-pastoraux et les marchés des zones sèches, mais aussi, plus largement, les autres systèmes de production agricole et les marchés de consommation. Le thème ‘politique de lutte contre la pauvreté’ a complété les discours sur le développement des pays du Sud. La place du pastoralisme dans les économies nationales et dans les revenus ou l’économie des unités domestiques est devenue un objet d’étude. Cette activité pastorale est aussi source d’emplois et de stabilisation des sociétés qui vivent dans les zones marginales.

34Mais devant le constat d’une inégalité grandissante dans l’attention portée par les politiques de développement entre les pasteurs et les autres catégories sociales rurales, il fallait trouver les moyens d’établir un meilleur équilibre. Plusieurs domaines sont entrés dans le champ de la recherche et du plaidoyer pour le développement : la formation et la scolarisation, la valorisation des savoirs autochtones, les organisations professionnelles, le renforcement juridique des droits des pasteurs, etc. L’un des grands enjeux est l’approfondissement du dialogue et des interactions entre les professionnels du pastoralisme et en premier lieu les producteurs ou leurs représentants, ainsi que les décideurs nationaux ou régionaux. Un autre enjeu essentiel pour soutenir les résultats des interventions extérieures dans les régions subsahariennes consiste à s’assurer que celles-ci cadrent avec les politiques sectorielles (agriculture, élevage, hydraulique, environnement) et à les relier aux autres secteurs de politiques (éducation, santé) en les intégrant dans un cadre stratégique cohérent à long terme.

35Actuellement, les chercheurs et les responsables du développement en pastoralisme font face à plusieurs défis ou difficultés :

  • D’abord le débat entre, d’une part, la conviction de beaucoup d’entre eux de l’opportunité environnementale et de l’utilité économique et sociale des systèmes pastoraux et, d’autre part, la vulnérabilité des familles de pasteurs face aux calamités naturelles, aux conflits, aux aléas du marché, à l’environnement politique et aux inégalités croissantes. On doit continuer à approfondir les questions pour lever cette apparente contradiction.

  • Le constat que la traduction des résultats de la recherche en termes d’application pour l’évolution des politiques publiques se fait mal. Doit-on y voir une question liée aux objectifs de la recherche, les chercheurs étant valorisés avant tout par leurs publications lues essentiellement par des pairs, ou seulement des relais insuffisants entre des sphères qui utilisent des références et des vocabulaires différents ?

  • Force est de constater aussi que le passage de la recommandation, de la décision même prise sur une base participative, ou du texte juridique, à la mise en pratique effective, est laborieux. Se pose alors la question de leur pertinence dans le contexte pastoral marqué par les aléas, la mobilité, la flexibilité ou encore par une diversité d’intérêts insuffisamment compris. La recherche ne peut éviter un tel sujet et doit pouvoir faire apparaître les choix, les blocages et les obstacles réels.

  • De quelle manière les résultats des scientifiques parviennent-ils jusqu’aux pasteurs eux-mêmes et dans quelle mesure ceux-ci les mettent-ils en pratique ? Si on tient compte de la lenteur du transfert et que l’on laisse « du temps au temps », bien des progrès ont été accomplis, même si beaucoup d’entre eux sont peu spectaculaires, par l’entremise notamment de la société civile, des organisations professionnelles et d’ONG. Mais sur ce point, des dysfonctionnements existent encore. Par exemple, des actions scientifiques et techniques ont porté sur l’amélioration des systèmes d’information, y compris pour les zones pastorales. Néanmoins, on a vu que les systèmes d’alerte précoce activés lors de la sécheresse de 2009-2010 n’ont pas suffisamment éclairé les différents responsables et les éleveurs eux-mêmes de la gravité de la situation ou ne l’ont pas fait assez tôt.

Des chercheurs étudient la composition floristique d’un parcours et mesurent la biomasse présente. Région du Sine-Saloum au Sénégal. © B. Toutain

36Un nouveau domaine de recherche se rapporte aux services environnementaux. Il est apparu souhaitable de faire bénéficier d’avantage ceux qui, par leurs pratiques, assurent des services à l’environnement. La recherche tente d’ores et déjà d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration du carbone dans les pays chauds liées aux diverses activités, y compris pastorales. Les bilans pourraient à terme servir de base à d’éventuels paiements pour services environnementaux. L’intégration de ces enjeux dans les politiques agricoles ne fait que commencer.

37Enfin, la formation supérieure à la recherche dans les domaines qui touchent au pastoralisme existe désormais à l’université Abdou Moumouni de Niamey (jusqu’au master) et à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (jusqu’au doctorat). Ces universités spécialisent de jeunes scientifiques et vont pourvoir les pays de la région en cadres et chercheurs dans ce domaine particulier.

38Ces nouveaux développements sont étroitement liés à ceux qui concernent les écosystèmes et leur viabilité. Le pastoralisme ne peut se développer dans de bonnes conditions s’il n’est pas durable. Le pastoralisme sera écologique ou ne sera pas.

Notes de fin

1 Selon les principes de gestion holistique mises au point par Savory et Butterfield (1999).

2 Voir le site de l’ARED : www.ared-edu.org/fr/Pastoralisme/tabid/148/Default.aspx

3 À la Maison des Sciences de l’Homme, l’équipe « Écologie et anthropologie des sociétés pastorales » avait notamment produit le bulletin Production pastorale et sociétés dans les années 70-80.

Table des illustrations

Légende Vie quotidienne dans le Delta Intérieur du Niger. Mali. Jeune fille peule au moment de la traite dans le village de Wuro Neema. O. Barrière © IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Panneau d’une antenne opérationnelle d’un projet de développement nigérien. Tahoua au Niger. © B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Réunion-débat organisée à Barani, ville peule du nord-ouest du Burkina Faso, à propos de la zone pastorale proche de ce village.© B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Scolarisation des enfants, Niger.E. Bernus © IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Circuits de commercialisation du bétail en Afrique occidentale et centrale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Des chercheurs étudient la composition floristique d’un parcours et mesurent la biomasse présente. Région du Sine-Saloum au Sénégal. © B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable