Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VIII. Pastoralisme en zone sèche. Le cas de l’Afrique subsaharienne

Désertification et élevage pastoral sahélien

Texte intégral

1La désertification au Sahel se repère à certains indices observables de façon généralisée : la disparition des ligneux, la dénudation du sol, des formes spectaculaires d’érosion, la raréfaction des animaux sauvages et, en définitive, les mauvaises performances du bétail et l’appauvrissement des terres.

2Si le changement est brutal, rapide, déclenché par un phénomène extérieur tel qu’une sécheresse, il marque l’opinion mais, avec le temps, les effets ne s’avèrent pas toujours durables. Le processus se produit souvent lentement, de façon insidieuse, et échappe alors à la perception de nos sens. Pour mettre en évidence la progression de la désertification, il faut opérer par des comparaisons à des dates suffisamment éloignées afin d’éviter les effets de variabilité annuelle. On peut se référer aux propos des anciens ou à des récits, ou travailler sur la base de photographies, d’images obtenues par télédétection, de relevés précis de végétation.

3Pour apprécier parmi les changements environnementaux la part spécifiquement pastorale, on se réfère à des éléments d’observation différents selon l’échelle prise en compte. Certains sont visibles sur le terrain, tels les impacts sur le sol et sur la végétation ; d’autres concernent des ressources moins apparentes, comme l’eau ou la biodiversité. À l’échelle régionale, on examine plutôt l’évolution de l’utilisation des terres, celle du paysage et, plus globalement les conséquences sur l’atmosphère et le changement climatique.

TRAITS GÉNÉRAUX DE LA DÉSERTIFICATION AU SAHEL

4Dans les espaces sahéliens, qu’ils soient ou non parcourus par le bétail, les symptômes de dégradation se ressemblent partout. La désertification d’une région pastorale est bien résumée par P. Grimaud (2009) dans le cas du pays Karamoja dans le nord-est semi-aride de l’Ouganda : « atteinte de la biodiversité par la disparition de toute faune sauvage, raréfaction des arbres, érosion, sédentarisation [des pasteurs Karamojong] pouvant être à l’origine de surpopulation localisée, sont autant de signaux alarmants ». Ces critères généraux se retrouvent avec différents niveaux de gravité dans de nombreuses régions pastorales.

Les terres se dégradent

5Du fait de l’exploitation répétée des végétaux ou des défrichements, le couvert végétal perd de sa capacité à protéger le terrain. Le ruissellement creuse des ravines ; les eaux de surface se chargent de particules solides qui sont ensuite entraînées vers les points bas au gré des écoulements. Les sédiments encombrent le lit des rivières, augmentant les risques de crues, ou se déposent fort loin dans les lacs et même les estuaires. Sous l’effet des vents, les particules les plus fines partent en poussières et se dispersent dans l’atmosphère, chargeant celui-ci d’aérosols. Les traces d’érosion se multiplient : en surface, certaines terres se compactent tandis que d’autres se creusent et perdent une partie de l’horizon superficiel (érosion en « coup de cuillère », déchaussement des arbres, remobilisation de dunes fixées). Les eaux de pluies peinent alors à s’infiltrer, ce qui réduit la fertilité hydrique du sol et diminue la recharge des nappes phréatiques. En conséquence, le couvert végétal s’éclaircit et des étendues de sol nu s’élargissent. La pression excessive sur le milieu entretient un cercle vicieux que les aléas climatiques peuvent aggraver.

Le milieu vivant s’appauvrit

6L’ensemble de l’activité biologique diminue : la production annuelle de biomasse décroît, les capacités de régénération naturelle des peuplements se trouvent affectées, les équilibres entre espèces au sein des écosystèmes changent. La diversité biologique semble se simplifier au profit de quelques espèces dominantes.

7La végétation ligneuse est particulièrement touchée : certaines forêts sèches sont très dégradées ; certaines espèces vieillissent sans remplacement et se raréfient, laissant la dominance à un petit nombre d’arbustes bien adaptés à l’aridité. Leur production annuelle de bois et de feuillage baisse. La diversité génétique des populations, qui repose sur des effectifs de plus en plus restreints, s’amenuise en handicapant d’autant la capacité de ces espèces à s’adapter aux changements environnementaux sur le long terme.

Des pâturages très épars recherchés entre les pierres par les camelins sur un reg du Butana, Centre-Est Soudan.
© A. Ickowicz

8Les symptômes sont moins apparents pour la végétation herbacée. Pourtant, certaines herbes pérennes se raréfient (par exemple l’acanthacée fourragère Blepharis linariifolia ou la graminée Andropogon gayanus) au profit d’espèces annuelles. D’autres, au contraire, deviennent localement envahissantes. Dans les terres temporairement immergées, les couvertures herbacées, qui abritent toute une activité faunistique naturelle, sont menacées de disparition.

9Alors, la végétation dans son ensemble se contracte : les parties hautes et les pentes se dénudent tandis que les points bas bénéficient de l’accroissement des eaux de ruissellement et des sédiments, conduisant à une augmentation de la densité des arbustes et jeunes arbres.

10La faune sauvage a beaucoup diminué ces dernières décennies sur l’ensemble de la région. La grande faune a été décimée par la chasse, dérangée par le bétail, affectée par la dégradation de leurs habitats et touchée par les sécheresses.

Les conséquences pour l’homme

11La désertification devient perceptible par les populations locales lorsqu’elles constatent que certaines ressources habituelles du milieu se réduisent ou disparaissent. C’est le cas du bois de feu et du bois d’œuvre, des bonnes espèces fourragères, des produits de cueillette et autres produits non ligneux, du gibier, de la disponibilité et de la qualité de l’eau, voire des bonnes terres, de la qualité de l’air et de la salubrité des lieux.

12Cette perception n’est pas claire si l’évolution est progressive, car on doit alors comparer des situations présentes avec des éléments mémorisés. Les régions sèches étant sujettes à de grandes variabilités climatiques, des écarts sans lendemain peuvent masquer des tendances évolutives à long terme. À l’opposé, une crise climatique subite et forte, avec les perturbations spectaculaires qu’elle cause sur le milieu, les ressources naturelles et les populations, alerte l’opinion, parfois à l’excès, mais n’est pas forcément assimilable à la désertification si elle n’est que temporaire. Cependant, les deux épisodes de grande sécheresse des années 70 et 80 au Sahel et les importantes mortalités de bétail qui en ont résulté, ont servi de révélateurs de la forte exploitation de la végétation et des sols survenue depuis quelques décennies dans de nombreuses régions.

13La disponibilité en fourrage des parcours qui se dégradent tend à baisser au fil des années. À cela s’ajoutent deux évolutions qui accentuent cette tendance : (i) les surfaces des parcours se réduisent au fur et à mesure de l’extension des surfaces cultivées ; (ii) l’évolution climatique vers des irrégularités croissantes induit une tendance à la baisse des productions annuelles de biomasse. Pour les éleveurs, cela entraine l’augmentation des risques pour leur bétail en cas de crise et un surcroît de tâches au quotidien : déplacements plus longs, eau plus profonde à puiser, transhumances plus lointaines, besoin d’élever davantage d’animaux pour assurer un revenu suffisant.

Attitude typique d’un groupe de moutons en train de pâturer, le museau près du sol. Ferlo, Sénégal.
© B. Toutain & S. Pédurthe

14L’étude approfondie de la composition de la végétation et ses changements permet d’apprécier vraiment l’altération de la valeur pastorale des parcours. Le fait que les espèces dominantes des parcours très pâturés soient aussi fourragères et que la biomasse continue à suivre globalement les fluctuations de pluviosité, minimise la perception des changements à long terme.

15En agriculture, de nombreux indices peuvent révéler les dégradations environnementales, mais ne seront pas détaillées dans ce dossier. Les niveaux de production dépendent en partie des précipitations. Les risques de maigres rendements des récoltes poussent les agriculteurs à défricher de nouvelles surfaces, même sur des sols peu aptes qui seront vite abandonnés. Sous un climat sec, le défrichement d’une terre est une agression brutale sur le milieu qui ouvre la voie à l’érosion ; il faut ensuite plusieurs années de jachère pour revenir à un fonctionnement écologique à peu près normal.

IMPACTS SPÉCIFIQUES DU BÉTAIL SUR L’ENVIRONNEMENT

16Les traces que l’élevage pastoral imprime sur le milieu résultent de la lente accumulation dans le temps et de l’extension dans l’espace d’une multitude de petites atteintes apparemment insignifiantes mais qui se répètent et parfois se renforcent les unes les autres, comme, par exemple, le tassement du sol provoqué par le piétinement du bétail.

En pâturant, le bétail transforme la végétation

17La végétation est l’élément du paysage qui porte les marques les plus nettes du séjour des troupeaux. L’exploitation répétée par le bétail modifie les densités, hauteurs et répartitions du tapis herbacé et des plantes ligneuses et, de ce fait, la structure de la végétation, c’est-à-dire la répartition entre plantes herbacées et ligneuses :

  • Le couvert herbacé des régions sèches à base de plantes annuelles est d’autant plus bas qu’il a nourri davantage de bétail. En fin de saison, il n’est pas rare de ne plus trouver en surface que des débris de paille et les souches des plantes pérennes ou non fourragères. Une telle situation reflète juste une exploitation complète mais ne présente rien d’anormal ni a priori d’excessif puisque une fois mortes les espèces annuelles disparaissent tôt ou tard pour laisser place à la génération suivante née de graines (lesquelles sont en grande partie préservées lors de la pâture).
  • Le couvert herbacé des régions subhumides (savanes) est riche en graminées pérennes : l’exploitation pastorale rabat en partie les touffes, de sorte que la hauteur du tapis herbacé devient hétérogène. Si le climat le permet, des repousses apparaissent à la base et parfois sur les tiges au niveau des nœuds. Dans les zones humides inondables, les graminées très pâturées ont même tendance à former un gazon ras.
  • Les arbres fourragers sont défoliés dans leur partie basse, jusqu’à la hauteur maximum que l’animal peut atteindre ou maintenus rabougris par un broutage intense. En ce qui concerne la présence et la densité des plantes ligneuses dans les zones pâturées, on constate :
  • Dans les régions sèches, la baisse sensible de leur densité : le bétail détruit une partie des jeunes plants. Mais comme il contribue aussi à la dissémination de certaines semences d’arbres fourragers, la composition floristique tend à se spécialiser.
  • Dans les régions subhumides, des conséquences diverses : le pâturage intense affaiblit la compétitivité des graminées au profit des ligneux (processus d’embroussaillement). En revanche, l’emploi des feux de végétation favorise le développement du couvert herbacé au détriment des arbres et des arbustes (effet de savanisation). Par conséquent, selon la nature des sols et l’intensité de l’exploitation pastorale, on voit tantôt des paysages de savane avec des arbres espacés, tantôt des fourrés ou des savanes arbustives denses peu propices au pâturage.

18L’herbivore est-il en quelque sorte un prédateur des plantes ? La dent de l’animal coupe et déchire des organes végétaux et déracine les jeunes semis. Des branches sont cassées. Les sabots piétinent les plantes basses. Les surfaces foliaires ainsi soustraites réduisent d’autant l’activité photosynthétique, jusqu’à ce que le feuillage soit reconstitué. Les fruits et les graines mangées (par exemple les gousses d’acacias et les semences de graminées) sont en principe autant d’atteintes à la capacité de reproduction de ces plantes.

19En fait, les plantes pâturées supportent ces prélèvements : beaucoup de végétaux présents dans les pâturages disposent de mécanismes biologiques permettant leur régénération. Pour citer quelques exemples, les graminées pérennes repoussent et produisent des talles latérales tant qu’il reste de l’humidité dans le sol. Les ligneux activent des bourgeons latéraux et reconstituent de nouveaux organes. Certaines graines enveloppées dans une cuticule épaisse ne sont pas digérées une fois consommée et peuvent même germer après avoir été rejetées dans les déjections (Acacia, Balanites). Certaines espèces ligneuses des zones pastorales se multiplient par voie végétative à partir des racines, donc indépendamment des graines. Bien qu’habituellement la biomasse végétale produite sous effet de la pâture soit inférieure ou à peu près équivalente à celle que produirait la même végétation non pâturée, des cas ont été observés où l’écosystème pâturé produit davantage que l’écosystème préservé.

> ZOOM | La coévolution des plantes fourragères et des herbivores
Depuis les temps géologiques, le continent africain a porté d’immenses étendues de végétation herbeuse ; cet écosystème a été le berceau de nombreuses espèces animales herbivores. Plantes et animaux ont évolué simultanément, s’adaptant les uns aux autres : les animaux pour cueillir et digérer ces plantes et les plantes pour supporter les prédations animales. Ainsi, en Afrique, il existe beaucoup d’espèces de bonne qualité fourragère.

20Les herbivores favorisent d’une certaine façon la dynamique de la végétation :

  • Ils contribuent au « nettoyage » du tapis herbacé en débarrassant la strate herbeuse d’une partie de sa biomasse.
  • En réduisant la masse de matière végétale morte présente en fin de saison (litière), les animaux participent indirectement à l’établissement de la génération d’herbe suivante.
  • Par ce nettoyage même partiel des pailles et litières, ils réduisent indirectement les risques de feux accidentels non souhaités ou en atténuent au moins leur violence : une biomasse sèche sur pied inférieure à 1 t par ha ne permet pas à un feu de se propager beaucoup. On remarque qu’au Sahel les années de forte production d’herbe sont aussi celles où les feux de brousse sont les plus menaçants et peuvent s’étendre parfois fort loin (sur des dizaines de kilomètres).
  • Ils transportent et enfouissent aussi les semences, tout comme ils restituent une partie de la matière organique et des minéraux en les restituant au sol sous forme biologiquement transformée par la digestion.

Le bétail imprime aussi sa marque sur les sols…

21Lorsque la terre humide est plastique (sols limoneux et argileux), l’empreinte demeure et la répétition des pas conduit au tassement de la surface et diminue sa capacité de rétention de l’eau et de drainage. Les racines se trouvent moins bien alimentées en eau ; l’activité biologique est diminuée et l’humification ralentie. La formation d’une croûte superficielle constitue aussi un obstacle à la germination de certaines plantes et favorise parfois le développement d’une pellicule hydrophobe constituée de cyanophycées (algues bleues).

22Là où le sol est sec et composé de particules fines, la désagrégation superficielle laisse aux vents, souvent forts en zones sèches, la possibilité d’emporter les éléments fins et les particules organiques, parfois à de grandes hauteurs et sur d’importantes distances. Outre la perte de matière que l’érosion éolienne occasionne, ces poussières en suspension sont irritantes pour le système respiratoire. La rugosité de la surface, les aspérités naturelles, les branchages et les pailles sont autant de pièges et de filtres pour retenir les poussières au sol. Sur une terre sableuse, le piétinement des animaux favorise l’incorporation de la litière (débris de végétaux morts gisant en surface), des déjections et des semences.

23Sur certains sols fragilisés en surface ou tassés en profondeur, l’érosion hydrique parvient à les amputer de leur horizon superficiel le plus fertile et c’est l’horizon inférieur plus compact et plus pauvre en matière organique qui apparaît. La reconstitution naturelle d’un horizon humifère en surface est très lente. Les matières solides transportées sédimentent et s’accumulent dans les exutoires naturels (oueds, mares, lacs…). L’érosion éolienne déplace et emporte les matières fines du sol et crée des accumulations, voire des épandages de sable et des dunes.

Consommation d’eau par le bétail
3333



24Si l’érosion n’a pas emporté de terre, les traces de bétail s’effacent peu à peu sous l’effet de mécanismes naturels tels que le gonflement et la rétraction des argiles, le travail de la macrofaune du sol et les forces exercées par la croissance des racines.

25À la surface du sol, les animaux laissent leurs déjections. Les fèces (bouses, crottes et crottins) finissent par être incorporés dans la terre par les insectes coprophages (principalement les bousiers). Les urines salissent l’herbe et la rendent temporairement inconsommable. En revanche, toutes ces déjections sont riches en matière organique en partie digérée et en minéraux, notamment l’azote et le phosphore. Le bétail participe de cette façon au cycle naturel de ces éléments. C’est ainsi que les emplacements des anciens parcs de nuit sont particulièrement fertiles.

… et sur les ressources en eau

26Les quantités d’eau utilisées pour le bétail sont bien plus faibles que celles naturellement évaporées sur les surfaces d’eau libre (plusieurs millimètres de hauteur d’eau par jour) ou disparues par infiltration, voire puisées pour la petite irrigation. Mais, notons que :

  • Les gisements superficiels d’eau sont les principales ressources pour l’abreuvement des herbivores. Si l’animal s’avance dans l’eau pour boire, il la trouble et la pollue en piétinant la boue et en y déféquant. Cette eau peut alors devenir un milieu susceptible de transmettre des maladies et des parasites.
  • Extraite des nappes profondes par des puits ou des forages, l’eau à destination pastorale permet d’assurer aussi d’autres usages, domestiques ou agricoles. Certains gisements d’eau sont réalimentés naturellement chaque année (eaux de surface, nappes phréatiques, certaines nappes profondes). Seules les nappes d’eau fossile ne se reconstituent pas.
  • Les écosystèmes autour de l’eau et dans l’eau sont favorables à des vecteurs de parasites comme les moustiques (paludisme), les mouches tsé-tsé (trypanosomoses animales et humaines), les simulies (onchocercose humaine) et les gastéropodes aquatiques (bilharziose humaine). Ces points d’eau sont donc des lieux de contamination potentiels importants, tant pour les animaux que pour les hommes.
  • L’attraction particulière des points d’eau sur les animaux concentre leurs allées et venues. Pour accéder à l’eau, les animaux créent dans la végétation des couloirs de passage sans cesse réempruntés ; ils érodent et font ébouler les pentes d’accès et les berges ; ils piétinent la terre humide et l’eau libre de faible profondeur.

Des interrelations complexes avec la faune et la biodiversité

27Les herbivores domestiques ou sauvages vivent en interaction avec les autres espèces animales. Pour tous les animaux, l’écosystème est à la fois habitat et refuge, source de nourriture, lieu de rencontres et donc de relations ‘proie / prédateur’ et ‘hôte / parasite’, ou d’interactions ‘concurrence / complémentarité’. De ce fait, chaque animal favorise, perturbe ou détruit involontairement la vie ou l’habitat de certaines espèces, petites ou grandes. Voici quelques exemples : des parasites comme les tiques se multiplient dans les pâturages très fréquentés ; les bovins peuvent gêner des nidifications d’oiseaux ou troubler la quiétude nécessaire à certaines antilopes ; les herbivores, surtout les jeunes, sont des proies de choix pour les fauves. Des attractions existent aussi : des hérons garde-bœufs (Ardeola ibis) accompagnent souvent tant les bovins domestiques que les buffles sauvages au pâturage. En ce qui concerne certains microorganismes et parasites, le bétail contribue à leur portage et leur dissémination à partir de ou jusque vers les populations sauvages.

Génisse et ses commensaux, les hérons garde-boeufs (Ardeola ibis), Cameroun.
J. Bonvallot © IRD

28La flore n’est pas sensiblement changée dans sa composition (espèces présentes) par le pâturage. Cependant, l’abondance propre à chaque espèce végétale et les proportions relatives entre elles diffèrent selon que la végétation est pâturée ou ne l’est pas. Par exemple, certaines espèces arborées comme le baobab (Adansonia digitata) ou Anogeissus leiocarpa, se régénèrent mal dans les espaces très pâturés. D’autres espèces, comme Acacia tortilis et Balanites aegyptiaca, se développent bien, malgré leur attractivité comme fourrage, en partie par la dissémination des semences par les animaux et le drageonnage par suite du piétinement. Le bétail participe aussi au brassage des espèces herbacées et à l’expansion de certaines d’entre elles. C’est le cas de plantes fourragères comme le cramcram (Cenchrus biflorus), graminée aux semences barbelées ou de Panicum turgidum mais parfois aussi de plantes indésirables difficiles à contrôler. C’est par exemple le cas au Sahel de la Césalpiniacée non consommée Cassia obtusifolia sur les sols bien alimentés en eau ou des Mimosacées épineuses Prosopis juliflora et Dichrostachys cinerea.

29Ces constats confirment les principes de fonctionnement des écosystèmes : les espèces qui vivent dans ces milieux pastoraux entretiennent entre elles des relations multiples. La prédation des plantes par les herbivores, à un niveau modéré, est l’une de ces interactions naturelles. Selon les dynamiques propres aux espèces constituantes, les systèmes écologiques tendent à compenser les effets des perturbations subies. Lorsqu’il y a des changements durables ou des perturbations répétées, les interactions entre espèces des écosystèmes se modifient et s’ajustent en permanence. Le concept de climax, sorte de référence immuable, n’est pas applicable dans ce contexte soumis à de forts changements et l’on préfère celui de successions : après une perturbation, un nouvel écosystème se constitue, ressemblant à l’ancien mais plus jamais identique, et de perturbation en perturbation, le système dans son ensemble évolue. Le paysage pastoral n’est donc pas un paysage dégradé, mais une expression particulière des écosystèmes qui le constituent et dans lesquels le bétail interagit de façon notable. De nombreux cas de mise en défens (clôture et exclusion du bétail sur plusieurs années) l’ont montré.

Berger peul et son troupeau. Mali.
H. Guillaume © IRD

CONSÉQUENCES DES PRATIQUES PASTORALES SUR LE MILIEU

30Les éleveurs et leurs bergers ont appris à connaître les ressources pour mieux les utiliser et placer leurs animaux dans les meilleures conditions. S’ils interviennent sur le milieu, c’est pour favoriser le bien-être de leurs troupeaux. Cependant, les parcours étant collectifs, ils n’ont pas les moyens à proprement parler d’entretenir ou de gérer ces ressources, leur principale préoccupation étant d’y accéder chaque jour.

L’accès aux pâturages et au fourrage

31Selon leur mode de conduite des troupeaux, les éleveurs choisissent les lieux de pâturage, ou bien ils se contentent de laisser divaguer les bêtes pendant les heures de pâture. Leur rôle dans la conduite des animaux les amène tantôt à regrouper le troupeau, tantôt à le disperser dans le pâturage, tantôt à le déplacer dans des lieux différents. Le pasteur expérimenté et habile tient compte de la qualité du pâturage pour organiser ses circuits, incluant par exemple des ressources particulières comme des arbres fourragers ou des bas-fonds herbeux.

  • * Il a été montré que les biomasses d’herbivores domestiques sur des parcours d’Afrique tropicale so (...)

32Au pâturage, les animaux se dispersent pour brouter, ce qui répartit les prélèvements. Les marques sur la végétation sont d’autant plus nettes que la charge tout au long de l’année aura été forte et permanente. Si cette charge reste modérée, les effets s’apparentent aux prédations qu’exercerait naturellement la faune sauvage* sans bétail.

Acacia seyal abattu par un berger en transhumance pour offrir le feuillage à ses animaux. Région du Salamat, Tchad.
© B. Toutain

33Les pasteurs se contentent parfois de rendre accessibles des feuillages en coupant des rameaux. L’émondage (coupe modérée de l’extrémité des branches d’arbres) est pratiqué par certains bergers lorsque l’herbe se fait rare pour fournir le feuillage encore vert à leurs bêtes ; il permet à l’arbre de repousser, voire de stimuler sa croissance. Par contre l’écimage (coupe d’une grande partie du houppier), plus fréquent, occasionne des blessures qui cicatrisent lentement et compromet la production de fleurs et de fruits. Si la coupe est excessive, l’arbre meurt. Quant à la coupe « en parapluie », c’est-à-dire celle des branches basses coupées à mi-longueur et toujours attachées au tronc par un lambeau d’écorce, elle est mortelle pour l’arbre dans les zones sujettes aux feux.

34L’usage pastoral intentionnel du feu n’a d’intérêt qu’en savane : s’il est précoce, il permet d’éliminer les pailles dures non comestibles ainsi que les trop nombreux rejets ligneux, et de stimuler la croissance des repousses de graminées. Par contre, les feux tardifs sont violents et destructeurs, jusque dans les premiers centimètres du sol : non seulement ils brûlent du fourrage mais leur répétition appauvrit la flore, trouble la faune et réduit la teneur du sol en matière organique, donc la reconstitution de la fertilité. De tels feux n’ont pas d’objectif pastoral. Outre les pasteurs, d’autres personnes mettent le feu à la savane : les marcheurs pour élargir leur champ de vision dans les grandes herbes et réduire les risques de mauvaises rencontres avec des animaux sauvages, les chasseurs pour faire sortir le gibier et les agriculteurs pour préparer un nouveau champ.

35La fréquentation continue des parcours par un trop grand nombre d’animaux et sur une assez longue période conduit indubitablement à la dégradation du milieu. Cette situation est constatée dans les régions où les densités humaine et animale se sont beaucoup accrues, au-delà des capacités productives du milieu. C’est le surpâturage.

Feu de savane en décembre. Burkina Faso.
© B. Toutain

> ZOOM | La notion de capacité de charge
Si l’on considère une prairie homogène de production connue, il est théoriquement possible d’en comparer l’offre fourragère avec les besoins des animaux : la capacité de charge est le nombre d’animaux standards qu’une surface donnée de cette prairie peut nourrir.
Voici un exemple : un pâturage produit 3 t MS par ha de fourrage et par an. On sait qu’une UBT mange chaque jour 6,25 kg de MS sous forme d’herbe, soit 2,3 t MS par an. Si l’on estime par expérience et observation que le bétail peut brouter jusqu’à 75 % de toute l’herbe produite sans crainte de dégrader ce type de pâturage, il faut 3 t de MS pour alimenter une UBT. La capacité de charge est de 1 UBT par ha (ou 1 ha par UBT).
On détermine donc la capacité de charge d’un pâturage en mesurant la production annuelle de biomasse fourragère et en estimant un taux d’utilisation maximum. Ce taux, supposé compatible avec l’équilibre écologique et la résilience du milieu, varie beaucoup selon le type de végétation : il est par exemple de 35 à 40 % dans les parcours sahéliens à base de graminées annuelles (Toutain et Lhoste, 1978) et dépasse 80 % dans les prairies des régions humides exploitées de façon intensive (Boudet, 1991).
Appliquée aux parcours et d’utilisation commode pour des évaluations approchées, cette notion a pourtant été critiquée et remise en cause quant à ses fondements théoriques (voir plus loin la notion de parcours en non-équilibre page 42).

Parcours sahélien dégradé par le surpâturage dans la région de Markoy, Burkina Faso.
© B. Toutain

36Le véritable moyen de gestion est la mobilité, c’est-à-dire le changement de pâturage dès que nécessaire. L’éleveur a tout intérêt à faire paître ses animaux juste le temps nécessaire pour qu’ils mangent facilement et récupèrent le meilleur du pâturage avant de changer pour un autre endroit. Dans un nouveau pâturage, l’animal choisit les plantes et les parties de plantes qui lui plaisent. Lorsque le pâturage est déjà exploité, il se contente du fourrage restant, de moins bonne qualité et plus difficile à brouter. Si la mobilité est contrariée ou empêchée, les pasteurs sont obligés de faire séjourner plus longtemps leur bétail au même endroit, au risque de créer du surpâturage.

37La plupart des pasteurs vivent au quotidien du lait de la traite. Dès que le lait se fait moins abondant dans la calebasse, ils se déplacent bien avant qu’il y ait surpâturage. S’y ajoute une certaine conscience du partage d’un bien commun entre éleveurs dans le cadre de droits de réciprocité et du besoin qu’ils devront recourir de nouveau à ces mêmes terres ultérieurement (cf. les travaux d’Ostrom, 1990). La bonne gestion du troupeau converge vers la bonne gestion des ressources végétales.

Surpâturage et érosion sur granite du contrefort occidental du Fouta-Djalon au nord d’Hériko. Guinée.
Y. Boulvert © IRD

L’accès à l’eau

38Les ressources en eau structurent géographiquement l’espace pastoral et les abreuvements, si possible quotidiens, rythment les mouvements du bétail. Les choix par le berger des points d’eau et des parcours sont interdépendants puisque les possibilités d’accès à l’eau conditionnent l’accès aux pâturages qu’ils desservent.

39Les gisements superficiels d’eau sont les ressources les plus commodes à utiliser pour l’abreuvement des animaux : rivières, oueds (temporaires), lacs (permanents), mares (généralement temporaires), sources. Des ouvrages retiennent de l’eau en surface, qu’il s’agisse de mares pastorales, de retenues collinaires ou de petits barrages. Dans l’un ou l’autre cas, les animaux vont boire directement, à moins qu’il ne s’agisse de mares aménagées protégées du bétail et équipées d’abreuvoirs extérieurs.

40Les eaux souterraines sont puisées par plusieurs types d’ouvrages. Les puits traditionnels et les puisards refaits chaque année desservent souvent un nombre relativement limité d’éleveurs ayant-droits, tandis que les puits busés sont d’usage plus collectif.

> EXEMPLE | Mobilité du bétail et préservation des ressources au Niger
Deux experts appelés en mission d’appui à un projet de gestion des ressources pastorales dans la région de Zinder ont examiné les résultats d’études spécifiques sur les impacts du bétail sur les écosystèmes de la région. Ils ont conclu que les effets du pâturage étaient d’autant moins marqués que les troupeaux étaient appelés à se déplacer plus souvent. La notion de surpâturage s’applique plutôt à une exploitation continue des ressources pastorales car les animaux, même peu nombreux, exploitent de manière sélective les espèces appétées et tendent à les faire disparaître.
La sédentarisation des troupeaux a des conséquences en matière de dégradation des écosystèmes : « Globalement en zone pastorale, les risques environnementaux liés à l’élevage pastoral sont faibles en raison de la mobilité du bétail qui ajuste la pression de pâture aux disponibilités fourragères locales et saisonnières. Par contre, les mises en cultures en zone pastorale vulnérabilisent l’écosystème aride à l’érosion des sols, surtout éolienne, mais aussi hydrique et biochimique. En outre, l’extension de ces cultures contribue à réduire la mobilité locale et régionale du bétail ce qui pourrait, à terme, fragiliser la production animale de type pastoral et aggraver l’impact de l’élevage pastoral sur l’environnement » (Hiernaux et al., 2006).

Les concentrations de bétail soulèvent beaucoup de poussière en saison sèche. Ici dans le nord du Sénégal.
© B. Toutain

41L’exhaure manuelle ou à l’aide de la traction animale représente un travail considérable. En revanche, les forages à grand débit et exhaure mécanique concentrent de nombreux troupeaux. Les programmes d’hydraulique pastorale au Sahel (Tchad et Sénégal principalement) depuis les années 60 ont beaucoup amélioré les conditions d’abreuvement du bétail pastoral et considérablement étendu les aires de pâturage. Certains forages disposent d’antennes qui répartissent les abreuvoirs en plusieurs points distants de plusieurs kilomètres, ce qui répartit mieux les charges animales. Il est important que les programmes d’hydraulique pastorale tiennent compte des ressources en biomasse desservies par les ouvrages et créent un maillage hydraulique équilibré évitant des concentrations excessives d’animaux.

42Sur les berges encaissées et sur la végétation boisée en bord de rivières, les cheminements répétés du bétail peuvent créer des départs d’érosion en griffes, des éboulements et des envasements irréversibles. Les alentours des lieux d’abreuvement sont piétinés et surpâturés, comme le sont d’autres lieux de rassemblement de troupeaux : aires de repos nocturnes, marchés à bétail, voies de passage des troupeaux. Cela se traduit par la dégradation de la strate graminéenne, la disparition d’une partie des ligneux, l’accumulation de déjections et parfois l’invasion par des plantes nitrophiles. Autour des grands puits pastoraux et des forages se forment des auréoles de dégradation dont la surface dépend de l’importance et de la durée de la fréquentation : leur rayon peut atteindre plusieurs kilomètres. Mais il a été vérifié que ces surfaces restent localisées et proportionnellement peu importantes au regard des pâturages desservis.

Les rapports avec la faune sauvage

43Les éleveurs sont amenés à voir et à côtoyer des animaux sauvages dans les zones pastorales. Leur réaction dépend des dangers éventuels que ces animaux représentent : ils vont chercher à protéger le bétail des fauves et autres animaux dangereux comme les serpents et ils évitent autant que possible les endroits dangereux (zones infestées de mouches tsé-tsé par exemple). Ils éloignent aussi les herbivores sauvages s’ils représentent des concurrents pour les ressources. Mais les éleveurs sont rarement des chasseurs.

44Les parcours restent des espaces naturels, avec leur diversité biologique. De nombreuses études scientifiques valident la complémentarité ‘faune sauvage-bétail’ sur la ressource pâturée et sur la diversité des espèces elle-même (de Haan et al., 1997). Le cas de la horde d’éléphants du Sahel qui migre régulièrement entre le nord du Burkina Faso et le Gourma malien en bonne cohabitation avec les éleveurs peuls et touaregs et leurs troupeaux est un bon exemple (Blake et al., 2003). Néanmoins certaines espèces, notamment parmi les grands herbivores ou parmi les oiseaux (lieux de nidification), supportent mal la présence de l’homme et du bétail et s’écartent des lieux où ils se trouvent, ce qui réduit leur espace vital.

Conséquences sur l’utilisation des terres

45Les activités pastorales freinent parfois l’extension des zones de culture. La loi protège certaines zones pastorales de la pénétration agricole, pour des raisons d’aménagement de l’espace (zones pastorales du Burkina Faso, Réserve sylvo-pastorale du Sénégal) et aussi pour des raisons de protection de l’environnement (exemple de la limite nord des cultures au Niger de 1961). Les impacts de l’agriculture sur l’environnement en régions sèches sont plus forts et plus brutaux que ceux du pastoralisme : le défrichement agricole comprend la destruction de tout ou partie des ligneux, l’élimination du couvert herbacé, l’ouverture du sol et son exposition au soleil et à la dessiccation ; cela entraîne la destruction partielle de la microflore et de la macrofaune du sol, la dégradation de la matière organique et la libération d’éléments minéraux exportés dans les récolte ou entraînés par les eaux. Après les récoltes suivent des années de jachère où progressivement la végétation naturelle reprend ses droits.

Impacts sur l’atmosphère et le climat

46La transparence de l’atmosphère est perturbée par les particules fines soulevées par le vent, parfois sur de grandes hauteurs, dans les régions soumises à la désertification. En réduisant la couverture végétale, le bétail facilite indirectement l’érosion éolienne. Ces aérosols modifient les rayonnements reçus du soleil ainsi que ceux de la terre renvoyés vers l’espace (albédo) ; les conséquences sur le climat sont encore mal évaluées.

47Les émissions de gaz à effet de serre par l’élevage sur toute la planète représenteraient 18 % de l’ensemble des émissions, tant naturelles que produites par les activités humaines (Steinfeld et al., 2006). Les ruminants domestiques produisent notamment du méthane (CH4) au cours de leur digestion. Les systèmes d’élevage extensif sont de gros émetteurs de méthane proportionnellement aux productions animales obtenues car leur faible productivité est compensée par le nombre d’animaux. Pourtant, dans le cas des systèmes plus intensifs, la production agricole des aliments pour animaux et leur transport sont producteurs de dioxyde de carbone (CO2) et de protoxyde d’azote (N2O), autres gaz actifs qu’il faut ajouter au bilan des animaux (Blanfort et al., 2011). La contribution au réchauffement climatique du pastoralisme mérite d’être plus précisément évaluée mais reste peut-être relativement modeste au regard de la faible densité animale (entre 0,1 et 0,4 UBT par ha) et de la quasi-absence d’intrants.

48Le carbone est séquestré par les parcours dans les matières végétales vivantes et mortes et surtout la matière organique des sols. Il est libéré dans l’atmosphère au fur et à mesure de l’utilisation de la biomasse et de la dégradation de la matière organique, puis réintégré lors des processus de photosynthèse et d’incorporation au sol des matières mortes.

49Au bilan, seules les dégradations de la végétation et du sol peuvent contribuer aux émissions durables de CO2 (Blanfort, ibid.). Toute action de lutte contre la désertification participe au stockage du carbone, même si les quantités en jeu sont relativement faibles en régions sèches.

RÉVERSIBILITÉ OU IRRÉVERSIBILITÉ DES DÉGRADATIONS ?

50La réversibilité signifie la possibilité de retour à des conditions biotiques comparables à celles qui régnaient avant la dégradation. Il est évident que la condition primordiale pour une remontée biologique commence par l’atténuation ou la disparition des contraintes et pressions qui ont causé la dégradation. La réversibilité peut être naturelle ou provoquée. Si la régénération naturelle part d’états très dégradés, le temps nécessaire pour reconstituer les écosystèmes est énorme et dépasse la perception humaine, soit une génération (environ 25 ans). On croit alors la situation irréversible, bien qu’elle ne le soit pas forcément de façon absolue. La réversibilité provoquée consiste en travaux de réhabilitation, ce qui suppose des investissements souvent considérables. Une fois les sols dépouillés de leurs éléments fins et de leur fertilité, une fois les nappes phréatiques desséchées, une fois les semences végétales disparues, une fois les sables redevenus mobiles, alors la réversibilité devient difficile, voire impossible.

51La réversibilité (ou l’irréversibilité) des dégradations est difficile à apprécier. Cela dépend des zones climatiques considérées, les plus arides étant les plus menacées car biologiquement moins actives, ainsi que des types de sols : il faut du temps pour que des horizons compactés redeviennent perméables et aérés et que les horizons humifères se reconstituent.

52La résilience est la capacité d’un écosystème à se reconstituer après une perturbation. De nombreux mécanismes biologiques propres aux espèces et aux communautés d’espèces y contribuent. Dans les parcours, les plantes pâturées repoussent ou reviennent grâce à la production abondante de semences (deux années de stock produites en moyenne chaque année), aux rejets sur des bourgeons latéraux, au tallage, ou à la multiplication végétative à partir des racines. La végétation des régions semi-arides a montré une forte résilience à l’occasion d’observations en différentes situations. Une fois la végétation revenue, une vie animale sauvage s’organise et les nouveaux écosystèmes redeviennent complexes.

QUEL ÉQUILIBRE ENTRE RESSOURCES ET BÉTAIL ?

53La notion de capacité de charge, telle que décrite plus haut, n’a pas beaucoup de sens en système pastoral. Tout juste permet-elle d’apprécier grossièrement si une région supporte des effectifs raisonnables d’animaux ou si leur nombre paraît excessif. Encore faut-il pour cela avoir une bonne idée de la somme des biomasses appétibles, donc des ressources fourragères, dans l’espace considéré et connaître avec exactitude les effectifs de bétail. La mobilité rend ce genre d’évaluation très approximative.

54Des études écologiques sur des parcours en zones sèches ont montré l’impossibilité de raisonner en termes de capacité de charge et de bilan ‘ressources/ besoins’. En effet la production primaire, dont dépend la biomasse fourragère, est étroitement dépendante des précipitations. D’un côté, la variabilité annuelle est grande. De l’autre, les populations d’herbivores, sauvages ou domestiques, croissent lentement au rythme du renouvellement des générations, donc leurs besoins alimentaires globaux également. Réguler les besoins en fonction des disponibilités de fourrage est difficile. Lors de sécheresses, les animaux n’ont d’autre issue que la migration ou alors une partie d’entre eux meurt sur place. Lorsque revient la végétation, les animaux restants disposent alors de ressources abondantes et leur population se reconstitue… jusqu’à la sécheresse suivante. La régulation entre production primaire (végétation pastorale) et production secondaire (biomasse animale) s’opère de façon naturelle, sans jamais se stabiliser sur un équilibre. On parle de parcours en non-équilibre (Behnke et al., 1993).

55De ce constat, on tire les leçons suivantes :

  • Tout ce qui favorise la mobilité du bétail permet de respecter ce mécanisme naturel de régulation entre ressources et besoins tout en évitant le drame des mortalités massives et leurs conséquences économiques, sociales et zootechniques.
  • Contrevenir à ce mécanisme, par exemple en maintenant artificiellement une forte charge animale permanente, crée un risque de désertification à long terme.

56Faisant aussi partie de l’écosystème, l’homme non seulement utilise celui-ci mais en subit aussi les variations et les dérèglements. Quand la désertification tend à réduire la disponibilité et la qualité des ressources pastorales et de l’environnement, la vie des éleveurs devient plus difficile, ce qui les oblige à innover et prendre des dispositions inhabituelles. La résilience des sociétés pastorales repose sur les capacités d’adaptation technique et sociale qui ont été développées en première partie de ce document (voir page 12).

Abreuvoir en terre modelée pour les bovins autour d’un puits traditionnel, Tchad oriental.
© A. Ickowicz

Notes de fin

* Il a été montré que les biomasses d’herbivores domestiques sur des parcours d’Afrique tropicale sont normalement du même ordre de grandeur que celles d’herbivores sauvages dans des aires protégées.

Table des illustrations

Légende Des pâturages très épars recherchés entre les pierres par les camelins sur un reg du Butana, Centre-Est Soudan.© A. Ickowicz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Légende Attitude typique d’un groupe de moutons en train de pâturer, le museau près du sol. Ferlo, Sénégal.© B. Toutain & S. Pédurthe
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Génisse et ses commensaux, les hérons garde-boeufs (Ardeola ibis), Cameroun.J. Bonvallot © IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Berger peul et son troupeau. Mali.H. Guillaume © IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Acacia seyal abattu par un berger en transhumance pour offrir le feuillage à ses animaux. Région du Salamat, Tchad.© B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Feu de savane en décembre. Burkina Faso.© B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Parcours sahélien dégradé par le surpâturage dans la région de Markoy, Burkina Faso.© B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Surpâturage et érosion sur granite du contrefort occidental du Fouta-Djalon au nord d’Hériko. Guinée.Y. Boulvert © IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Les concentrations de bétail soulèvent beaucoup de poussière en saison sèche. Ici dans le nord du Sénégal.© B. Toutain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Abreuvoir en terre modelée pour les bovins autour d’un puits traditionnel, Tchad oriental.© A. Ickowicz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3337/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable