Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VIII. Pastoralisme en zone sèche. Le cas de l’Afrique subsaharienne

Pastoralisme et désertification : un sujet controversé

Texte intégral

Image img01.jpg

Aridification du milieu au Sahel. Une ombre salutaire pour les troupeaux, Kanem, Tchad.
© A. Ickowicz

LA DÉSERTIFICATION : DÉGRADATION DES TERRES EN ZONES SÈCHES

  • * Pour l’Afrique de l’Ouest : aride : précipitations annuelles inférieures à 200 mm ; semi-aride : d (...)

1L’Organisation des Nations Unies estime que la désertification est « le plus grand défi environnemental de notre époque » et prévient que, sans des décisions politiques pour la combattre, des mouvements migratoires pourraient concerner près de 50 millions de personnes au cours de la prochaine décennie (ONU, 2007). Dans les régions arides, semi-arides et subhumides*, le terme de « désertification » signifie la dégradation de la qualité et de la productivité des terres. En cette période d’accroissement rapide de la population humaine, notamment en Afrique, la crise des écosystèmes qu’elle représente s’ajoute au constat que les surfaces exploitables ne sont pas extensibles à l’infini, qu’elles sont soumises à des dégradations, et deviennent même l’objet de convoitises internationales.

2La désertification est définie par la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) comme « la dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines ».

3La désertification fait partie des grandes questions environnementales actuelles qui, non seulement inquiètent les sociétés humaines, mais mobilisent aussi les efforts des décideurs politiques des nombreux pays concernés. Dès 1977, suite aux occurrences répétées de sécheresse au Sahel, la communauté internationale s’est saisie du problème de la désertification. Une conférence internationale s’est tenue à Nairobi en 1977 et un programme de lutte a été mis en place.

4Face à la persistance du phénomène et à la gravité de ses conséquences, ce thème a pris une importance politique nouvelle lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro en 1992. Le chapitre 12.0 de l’Agenda 21 adopté lors de cette conférence, concernait la gestion des écosystèmes fragiles des zones sèches, la lutte contre la désertification et la prévention des effets de la sécheresse. La décision 12.4 demandait l’élaboration d’un traité international sur la désertification. Suite à des négociations intergouvernementales, un texte fut alors élaboré, puis la CNULD, signée à Paris en 1994, entra en vigueur dès 1996.

  • Même si la formulation devenue célèbre « more people, less erosion » se vérifie dans certaines rég (...)

> ZOOM | À propos de la dégradation des terres et de la désertification
Dans son sens géographique, le désert signifie une zone aride et inhabitée. La désertification est une progression vers cet état, impliquant selon le suffixe –fication (même racine que le mot « faire ») l’action de l’homme. La notion de désertification à laquelle renvoie ce dossier s’applique aux zones sèches, suppose une évolution et accorde une certaine part de responsabilité aux actions humaines. Cette définition évoque d’abord l’impact des sociétés humaines sur le milieu, mais il va de soi que la préoccupation concerne aussi l’impact des dégradations sur les sociétés et que la dégradation des terres s’étend aux écosystèmes et aux organismes vivants.
En Afrique tropicale, on constate presque toujours un lien entre l’augmentation de la population et la désertification, alors qu’en Europe tempérée, on emploie « désertification » dans le sens de « disparition de toute activité humaine dans une région peu à peu désertée [de ses habitants] » (Dictionnaire Robert).
Le terme de désertisation fut utilisé à propos des steppes d’Afrique du Nord dès les années 60 (Le Houérou, 1968) pour exprimer cette évolution vers des faciès désertiques. Les steppes au nord du Sahara montrent en effet de graves symptômes de dégradation conduisant à la dénudation des terres ou la simplification à l’extrême de la flore. La surexploitation du milieu par les troupeaux et les défrichements pour cultiver le sol aggravent les conséquences de l’aridification du climat dans ces régions et l’on craint que le retour en arrière ne soit plus possible à ces stades. Mais le terme de « désertisation » n’a guère été repris par la communauté scientifique, du moins pour les pays tropicaux.
Il est difficile de trouver des statistiques fiables de l’étendue et du degré de la désertification au Sahel. Une évaluation globale de 1986 faite par télédétection spatiale faisait état de 18 % de surfaces dégradées en Afrique sèche au sud du Sahara (Dregne, 1986). Les connaissances du terrain donnent toutefois l’impression que les chiffres avancés sont souvent exagérés.
La sécheresse est une situation de déficit hydrique du sol telle que les besoins en eau de l’homme, des animaux et des végétaux ne peuvent plus être satisfaits. On parle de sécheresse quand ce déficit hydrique n’est pas habituel au climat de la zone et quand il dure suffisamment longtemps pour être dommageable. La sécheresse diffère de l’aridité qui est due à la faiblesse des précipitations moyennes ou à la rareté de l’eau naturelle disponible.
Image img02.jpg
Dromadaires dans les dunes de l’Aïr. Niger.
La désertification est-elle synonyme « d’avancée du désert » ?
Pour le géographe, comme pour l’écologue, le désert a une signification et des caractéristiques précises. Le climat y est hyperaride et les espèces vivantes y sont caractéristiques. On ne désertifie pas un désert. Par contre on peut imaginer qu’un milieu vivant évolue en désert. Qu’en est-il en réalité ? Les propos qui suivent n’ont de valeur que pour l’Afrique sahélienne au sud du Sahara où l’on constate qu’à l’échelle temporelle des quelques décennies passées (de l’ordre du demi-siècle), les limites écologiques entre le Sahel et le Sahara ont apparemment peu varié. La répartition géographique des espèces sahariennes ne s’est pas étendue (exception faite pour la graminée vivace saharienne Panicum turgidum dont l’aire de répartition tend à s’étendre en région sahélienne en raison du transport des semences par le pelage du bétail), et celle des espèces sahéliennes adaptées à l’aridité ne s’est guère modifiée. Ces plantes sont de bons indicateurs des conditions de milieu, notamment des régimes de précipitation. D’autre part, des observations par télédétection ont mis en évidence la variabilité de la couverture végétale suivant les précipitations, mais pas d’extension du Sahara (Tucker et al., 1991). Des travaux récents font même état d’une amélioration de la végétation dans certaines régions au sud du Sahara, au coeur des zones pastorales, et indiquent une nette augmentation de la biomasse végétale à grande échelle entre 1982 et 2003 (Herrmann et al., 2005). On ne peut donc parler d’avancée du désert dans cette partie du monde. Par contre, on observe par endroits, notamment en Mauritanie, la mobilisation et la progression des dunes de sable et des phénomènes d’ensablement. Leur cause est complexe et ne peut être assimilée à une avancée du désert.
Voir sur ce sujet : Mainguet, 1995 ; Mainguet et Dumay, 2006 ; Berte, 2010.

LE PASTORALISME : PÈRE DE LA DÉSERTIFICATION ?

5La désertification aurait trois causes humaines principales (EM, 2005) :

  1. la surexploitation des terres agricoles et des ressources en eau afin de nourrir la population en rapide croissance ;
  2. la surexploitation de la végétation naturelle (cueillette excessive, déforestation, etc.) et sa destruction par les défrichements ;
  3. la surexploitation de la végétation par les troupeaux qui réduirait la production des pâturages et la reproduction naturelle des nombreux arbres fourragers.
  • Les termes définis par le lexique (page 59) apparaissent en bleu et sont soulignés dans le texte.

6Ce dossier s’intéresse à cette troisième assertion —le rôle de l’élevage— et se limite à l’une des grandes régions du monde où le pastoralisme est toujours une des principales activités économiques : l’Afrique tropicale sèche, plus précisément l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Dans les espaces pastoraux de cette vaste sous-région, le bétail a été maintes fois accusé d’être le principal responsable des dégradations environnementales. Cette critique est-elle justifiée ? Ce dossier apporte des éléments de réponse…

7Si l’on passe en revue les différents pastoralismes du monde, on est surpris par la grande diversité des milieux où ils s’exercent, des zones pré-arctiques aux tropiques, des montagnes aux plaines, des terres arides aux marécages (voir par exemple Faye, 2008). Les contextes sociaux et économiques eux aussi sont très variés. Il existe néanmoins des caractéristiques comparables, tant dans l’organisation sociale et familiale que dans les techniques appliquées, dans l’esprit de la relation de l’homme avec l’animal que dans les relations des sociétés avec les autres groupes sociaux.

UNE LONGUE ÉVOLUTION DEPUIS LES TEMPS ANCIENS

8Dès les temps néolithiques, des populations africaines se sont spécialisées dans l’élevage pastoral, comme en attestent certaines fresques pariétales du Sahara (Tassili). Ces peuples pasteurs régnaient sur d’immenses étendues couvertes de pâturages, même si celles-ci étaient impropres à la vie sédentaire agricole en raison de la rudesse du milieu et de la rareté de l’eau. En même temps, pour compléter la diversité de leur alimentation et disposer d’autres produits de première nécessité, les populations pastorales ont non seulement pratiqué la cueillette et la chasse, mais ont aussi et surtout développé les échanges avec les populations d’agriculteurs. Le climat du Sahara et de l’Afrique au sud du Sahara a changé ; les populations d’éleveurs se sont déplacées pour se trouver dans des milieux propices à leur activité, en adaptant à chaque fois leur mode de vie et de production.

9Au cours du siècle passé, l’extraordinaire accroissement de la population au niveau mondial a également touché les milieux pastoraux. Les bouleversements politiques, économiques et sociaux qu’il a partout entraînés ont ajouté, dans le contexte pastoral, d’autres évolutions considérables s’ajoutant aux effets des variations climatiques, notamment un accroissement de la pression sur les milieux naturels et anthropisés. Ces changements n’ont pas empêché le pastoralisme de progresser et de s’étendre dans beaucoup de régions du monde. Même si les gestes des pasteurs semblent se répéter depuis les temps les plus anciens, le système pastoral a toujours été en constante évolution : le pasteur d’aujourd’hui puise ses connaissances dans les savoirs transmis, hérités de la tradition, mais il les applique en les transformant selon le contexte pour saisir rapidement les opportunités et faire face aux contraintes qu’il rencontre. C’est une condition de survie.

Image img03.jpg

Zonage climatique des régions sèches de l’Afrique subsaharienne entre le Sénégal et la Somalie
Pays sahéliens d’Afrique de l’Ouest : Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria • Pays sahéliens d’Afrique centrale : Tchad, Cameroun
Source : FAO

Image img04.jpg

Peintures rupestres de l’Akakus. Libye.
M-N. Favier © IRD

> ZOOM | Quelques chiffres
Les estimations sont extraites de diverses sources nationales (statistiques des États) et internationales (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, FAO) concernant le secteur de l’élevage et le pastoralisme. Mais les données sur le cheptel en Afrique de l’Ouest et centrale ne sont pas précises et sont souvent sous-estimées.
Rien que sur les 15 pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), c’est-à-dire sur l’ensemble des États du Cameroun au Sénégal (donc sans inclure la Mauritanie, le Tchad et la République centrafricaine, pays très pastoraux), la zone strictement pastorale couvre 25 % du territoire (Ly et al., 2010). Dans les années 90, le pastoralisme faisait vivre directement 16 % des 35 millions d’habitants que comptaient alors les seuls pays sahéliens (Bonfiglioli et Watson, 1992).
Pour l’ensemble des pays sahéliens suivants : Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina, Niger, Tchad, les statistiques de la FAO indiquent les effectifs globaux suivants en 2009 :
■ bovins : 39,7 millions de têtes ;
■ ovins : 45,8 millions ;
■ caprins : 52,4 millions ;
■ dromadaires : 5,7 millions.
Sur cet ensemble, une proportion importante relève du strict pastoralisme. Le reste du cheptel est surtout agropastoral, donc relevant partiellement du pastoralisme, et un peu périurbain.
Le cheptel sahélien est en croissance, même s’il a marqué une inflexion au moment des grandes sécheresses de 1972 et 1973.
Image img05.jpg
Évolution du cheptel au Tchad de 1966 à 2009 (pour sa répartition géographique, cf. figure page 29).
Sources :
1966, 1996 : Ministère de l’Agriculture et de la Production animale du Tchad
1976 : Direction de l’Elevage du Tchad
2005 : Wane, 2006 d’après FAOSTAT 2005
2009 : FAOSTAT, 2011

Image img06.jpg

Petits ruminants venus s’abreuver, Ferlo, Sahel sénégalais.
© B. Toutain

QUEL PASTORALISME MAINTENANT ET À VENIR ?

10Ce dossier cherche à répondre à certaines interrogations que se posent actuellement les décideurs politiques en charge tant de l’élevage que de l’environnement :

  • Le pastoralisme, activité économique très extensive, a-t-il un avenir ?
  • Que deviendra la part du pastoralisme dans l’évolution des pays du Sahel, alors que, parallèlement, l’essentiel des accroissements mondiaux des productions animales résultera du développement d’élevages intensifs ?
  • Le développement de l’élevage pastoral est-il compatible avec les objectifs de préservation des ressources et les préoccupations environnementales actuelles des sociétés ?
  • Quelles décisions, tant politiques que techniques, doit-on prendre pour que les populations pastorales maintiennent de façon durable, voire accroissent, les services que le pastoralisme offre aux sociétés humaines et à l’environnement ?
  • Comment orienter et soutenir l’activité pastorale pour que les populations pastorales améliorent leurs conditions de vie ?

11Avec un regard et des outils scientifiques, la réalité pastorale révèle peu à peu sa complexité. Pour offrir des pistes de réflexion, il est nécessaire d’entrer dans le détail des deux domaines que sont, d’une part, le système pastoral et, d’autre part, la dégradation des espaces pastoraux. Comprendre l’évolution historique récente et les dynamiques sous-jacentes en jeu, notamment les liens sociaux qui soutiennent le pastoralisme, ouvre des perspectives sur des voies d’intervention juridiques et politiques.

12La première partie présente les systèmes pastoraux subsahariens, leurs motivations, leur histoire, leurs spécificités, leurs difficultés et les avantages qu’ils offrent aux populations des pays concernés.

13La deuxième partie est consacrée aux interactions entre le pastoralisme et les ressources naturelles, notamment les impacts environnementaux, en tentant de dissocier les responsabilités réelles imputables aux activités d’élevage extensif des autres causes de dégradation.

14Dans la troisième partie sont examinées de façon critique les dispositions prises ou à prendre pour permettre au pastoralisme d’être durable, et, pour cela, renforcer la viabilité pastorale en impliquant les politiques de développement, la société civile, la recherche et les soutiens internationaux.

15Les auteurs de ce dossier souhaitent que les lecteurs puissent forger leurs propres jugements sur la pertinence pour les États de maintenir, défendre et appuyer le pastoralisme. L’objectif des auteurs est aussi de les éclairer sur les termes des débats à propos des liens existant entre pastoralisme et désertification, sujet qui reste controversé. De même, ils veulent les informer sur les voies possibles pour le pastoralisme d’une gestion efficiente des ressources fourragères peu denses, dispersées sur de vastes espaces souvent difficiles d’accès, et soumises aux variations du climat.

Élevage de zébus, Sénégal. Jeune berger et son troupeau de zébus.

Image img07.jpg

J.-J. Lemasson © IRD

Notes de fin

* Pour l’Afrique de l’Ouest : aride : précipitations annuelles inférieures à 200 mm ; semi-aride : de 200 ou 250 mm à 500 ou 550 mm ; subhumide : entre 550 et 1 200 mm répartis sur 6 à 8 mois.

Même si la formulation devenue célèbre « more people, less erosion » se vérifie dans certaines régions agricoles (Tiffen et al,.1994 ; Boyd et Slaymaker, 2000).

Les termes définis par le lexique (page 59) apparaissent en bleu et sont soulignés dans le texte.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable