Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VII. L’expertise collégiale du « projet Jachère ». Résultats de recherche transférables dans cinq pays d’Afrique

Jachères et agroforesterie

Pape N. Sall

Texte intégral

Place de l’arbre dans la problématique de la jachère

1Plusieurs raisons, dont de fortes pressions démographiques et foncières, font aujourd’hui que les anciennes règles d’organisation et d’utilisation de l’espace rural africain ne sont plus respectées, ce qui entraîne, entre autres, des ruptures très marquées dans les équilibres de l’écosystème. Ainsi le terroir, jadis cloisonné, devient maintenant à la fois un espace cultivé, pâturé et de cueillette qui offre par conséquent de moins en moins de place à la jachère telle qu’elle se concevait et se pratiquait jadis.

2Dans cette réserve de ressources, le paysan africain continue d’exploiter la composante ligneuse pour différents usages, avec des objectifs et des pratiques spécifiques à chaque utilisation. Les produits et services sont en effet divers et variés : produits de consommation humaine, fourrage, produits combustibles, matériaux de construction ou d’artisanat, fibres, sécrétions, exsudats, substances chimiques, produits à usage médicinal, protection du sol et des cultures, apports organiques et de nutriments, délimitation du terroir, etc.

3S’il est vrai que dans de nombreux terroirs de l’Afrique sahélienne et soudanienne la jachère continue de disparaître du paysage, les alternatives proposées ne doivent s’inscrire que dans des actions devant jouer les mêmes rôles et fonctions. Est-ce le cas ?

4On note à cet effet que l’arbre, en interaction avec d’autres composantes végétales et/ou animales du milieu, se retrouve au centre des principaux dispositifs de substitution à la jachère à travers des technologies agroforestières bien ciblées.

Analyse de la demande des producteurs et de l’offre des technologies agroforestières

5La demande des producteurs, telle qu’exprimée lors des ateliers de validation, s’articule autour des tendances lourdes suivantes, nées d’un contexte de dégradation continue de l’état des ressources naturelles et d’une demande accrue de services et produits attendus de l’arbre :

  • intensification et diversification de la production agricole par l’agroforesterie ;
  • satisfaction des besoins en produits ligneux et non ligneux ;
  • promotion d’activités agroforestières génératrices de revenus ;
  • renforcement des capacités en agroforesterie (formation, information).

6La formulation en thématiques de recherche-développement de cette demande multiforme, urgente et souvent non hiérarchisée constitue une étape décisive puisque conditionnant en partie l’adoption future des technologies.

7Qui plus est, les ligneux constituent un matériel végétal qui exige un temps relativement long pour exprimer toutes ses potentialités et qui sera mis en complémentarité et/ou en compétition avec d’autres composantes.

8À ce titre, l’élaboration du cahier de charges et le suivi-évaluation de son exécution doivent par conséquent obéir à un processus itératif continu.

9L’analyse de l’offre des principales technologies agroforestières montre, par exemple, qu’aucune d’entre elles n’a pour vocation première la fourniture de bois ; dans ces schémas alternatifs, la ligniculture garde en principe la place qui lui est naturellement attribuée. On doit dans ce cas exploiter la petite opportunité qui s’offre dans le choix des espèces de façon à se rapprocher le plus possible de la fonction « pourvoyeuse de bois » qu’on cherche à faire émerger.

10La traduction de la demande doit donc refléter les attentes exprimées mais aussi tenir compte des potentialités techniques en exploitant les éventuelles opportunités.

11La localisation écologique des espèces à recommander dans les technologies doit être caractérisée par le critère pluviométrique mais aussi par d’autres paramètres comme le sol, l’évapotranspiration potentielle (ETP), leur mode de mise en place et de gestion. Il s’y ajoute la plasticité de la plupart de ces espèces et les plages de transition entre les zones agro-écologiques (du sahélien au guinéen) qui constituent autant de facteurs qui militent en faveur d’une certaine prudence dans le confinement et le cloisonnement des espèces dans des zones insuffisamment caractérisées.

État des connaissances sur la composante ligneuse des jachères naturelles

Étude de la structure et de la dynamique des ligneux

12Les différents travaux qui ont été menés dans le cadre de cette thématique ont dans l’ensemble fourni des informations et des connaissances qui peuvent difficilement être exprimées en termes de transfert. Il s’agit principalement de données généralement collectées selon les normes usuelles. Elles sont dans l’ensemble fiables, avec plusieurs auteurs qui affichent eux-mêmes les limites de leur travail. Elles sont le plus souvent descriptives et ont trait :

  • à la typologie des jachères ;
  • à la caractérisation de la diversité végétale ;
  • à la détermination du temps de jachère pour atteindre les productions optimales ;
  • à la structure et la dynamique de la strate ligneuse (densité, composition, mode de régénération, succession végétale) ;
  • aux effets de la mise en défens sur la jachère ;
  • aux rôles et usages des produits ligneux.

13Les résultats obtenus à travers ces études constituent une bonne base de données pertinentes et exploitables.

Estimation de la production ligneuse

14La question de l’estimation de la production ligneuse est déterminante pour l’élaboration et l’application de règles de gestion devant permettre la fourniture régulière de produits et de services tout en assurant la pérennité de la ressource (FAO, 1980).

15Les résultats issus de la synthèse que nous avons faite sur le sujet (FAO, 2003) sont difficilement comparables entre eux (tabl. 1). Certains auteurs donnent des taux de croissance maximale alors que d’autres donnent une moyenne de production calculée sur la durée d’existence du peuplement.

16L’analyse de leurs conditions d’obtention montre qu’il y a effectivement quelques problèmes méthodologiques liés à la spécificité de l’objet d’étude et à la multiplicité des techniques et outils de collecte et de traitement des données.

17Un tarif de cubage ou de biomasse est en principe élaboré pour un matériel végétal et un site précis : il n’est donc pas fait pour être utilisé dans des conditions stationnelles différentes.

18Les peuplements de la jachère naturelle sont en effet composites à tout point de vue ; espèce, âge, forme, état et évolution des arbres... autant d’éléments sur lesquels on n’a pratiquement pas d’emprise.

19Par contre, d’autres facteurs tels que le niveau de mesure du diamètre, les arbres à mesurer, la formule de cubage, la taille des parcelles dans lesquelles sont établies les relations allométriques, la représentativité des échantillons, la détermination de l’âge des jachères, les dispositifs expérimentaux, la variabilité pédologique et géomorphologique la caractérisation pédo-climatique des sites… posent des questions de fond sur les limites de validité des résultats obtenus.

20La non-harmonisation des approches et des méthodes n’autorise pas la généralisation des résultats et leur exploitation à des fins d’aménagement à l’échelle sous-régionale.

21Cependant, les résultats obtenus peuvent, pour le moment, être utilisés dans les opérations d’aménagement au niveau d’un site à l’intérieur d’un pays, pour par exemple, déterminer un seuil de prélèvement sur le capital ligneux.

22L’état actuel des connaissances sur l’estimation de la production ligneuse des jachères naturelles dans la zone d’étude jette clairement les bases d’un approfondissement concerté de travaux futurs.

Tableau 1. Estimation de la production de biomasse ligneuse dans les jachères de la zone d’étude.

Tableau 1. Estimation de la production de biomasse ligneuse dans les jachères de la zone d’étude.

État des connaissances sur les principales technologies agroforestières alternatives à la jachère

Introduction

23La question de l’alternative à la jachère naturelle est de voir si en cas d’absence de cette dernière certaines technologies agroforestières ne pourraient pas remplir quelques-uns de ses rôles et fonctions. Notre appréciation du travail réalisé et des possibilités de valorisation des résultats partira du principe que pour qu’une technologie agroforestière soit adoptée par le producteur il faut au moins qu’elle soit techniquement reproductible, socialement acceptable, économiquement rentable et porteuse d’un impact écologique rapidement perceptible.

24Elle sera donc la résultante d’une analyse à trois niveaux :

  • la mise en place de la technologie (maîtrise des techniques de production, de multiplication, d’installation des semences ou des plants) ;
  • la gestion de la technologie (maîtrise des dates, des hauteurs et des techniques de coupe…) ;
  • l’idéotype (critères de choix des espèces en fonction des objectifs de service et/ou de production ciblés).

25On remarque que le souci de vouloir spécifier des situations particulières a souvent conduit à la formulation de notions non usuelles en décalage avec la terminologie agroforestière comme jachère agroforestière, défrichement amélioré… On devra donc veiller, à l’avenir, à une utilisation plus conventionnelle des concepts.

26Il convient à cet effet de rappeler que la technologie agroforestière est caractérisée par un ensemble de spécifications concernant les rôles, la disposition et la gestion d’arbres à usages multiples et des composantes qui leur sont associées. Elle remplit différents rôles, assure une ou plusieurs productions mais répond à un objectif principal et à des objectifs secondaires et se localise dans une niche écologique précise.

Haies vives

27La haie vive défensive est incontestablement la technologie agroforestière à disposition linéaire sur laquelle le projet Jachère et les institutions de recherche de la sous-région ont mis la plus forte pression de recherche.

28Les travaux menés ont donné des résultats transférables en l’état : on peut en effet recommander une vingtaine d’espèces locales, pseudo-locales ou exotiques pour lesquelles les techniques de multiplication et d’installation du matériel végétal en haies monospécifiques sont maîtrisées.

29On peut, en plus de la synthèse faite dans le cadre du projet, ajouter les espèces suivantes qui ont réalisé de très bonnes performances (CNRF/ISRA, 1992) : Acacia polyacantha, Acacia seyal, Acacia ataxacantha, Acacia laeta, Acacia sieberiana, Dichrostachys glomerata, Acacia macrostachya, Strychnos spinosa

30Les pré-traitements, les traitements des semences, les types de plants (boutures, racines nues, pot, semis-direct) de ces espèces sont connues. On sait également que généralement l’écartement entre les plants varie de 0.25 à 1 mètre, que la date de coupe se situe en fin de saison sèche avec une hauteur de coupe de 50 cm pour assurer une bonne production de rejets et une bonne survie des souches.

31Dans le domaine des techniques de conservation des eaux et de la restauration de la fertilité, beaucoup d’aménagements anti-érosifs avec des dispositifs végétalisés ont été expérimentés et ont donné des résultats préliminaires concluants (Diatta, 1994). Ces études ont en effet permis de sélectionner et de recommander une dizaine d’espèces généralement plantées à un écartement de 0,25 à 0,5 m sur la ligne ; il s’agit, entre autres de Veteveria zizanioides, Piliostigma reticulatum, Acacia nilotica, Bauhinia rufescens Zizyphus mauritiana

Tableau 2. Espèces recommandables pour la réalisation de haies vives en zones sèche et sub-humide (Louppe D. & Yossi H. in Floret C. & Pontanier R., 2001).

Tableau 2. Espèces recommandables pour la réalisation de haies vives en zones sèche et sub-humide (Louppe D. & Yossi H. in Floret C. & Pontanier R., 2001).

32Il convient cependant de préciser que la haie vive et la jachère n’ont pas le même objectif principal.

33Il s’y ajoute que le premier critère d’évaluation de la haie vive défensive étant son impénétrabilité, son idéotype comporte le risque de s’éloigner un peu plus des bienfaits attendus de la jachère. La haie vive (défensive, fourragère anti-érosive…) règle de toute évidence quelques objectifs secondaires de service et de production de la jachère. C’est pour cette raison et parce qu’il n’existe pratiquement pas de données sur le suivi des performances des haies de plus de cinq ans qu’il faut poursuivre certaines expérimentations.

Jachère améliorée

34Cette technologie agroforestière séquentielle est de toute évidence celle qui se rapproche le plus de la jachère naturelle en ce sens qu’elles ont le même objectif principal. Elle cherche, en un temps réduit, à restaurer voire relever le niveau de fertilité du sol et à fournir accessoirement des produits et d’autres services.

35Parmi les principaux déterminants de la remontée biologique des éléments minéraux, de la fixation de l’azote de l’air et de la production ligneuse et non ligneuse il y a incontestablement le choix des espèces, leur mode de mise en place et de gestion. On note à cet effet que le choix des espèces qui ont été utilisées dans la sous-région n’a pas toujours été très judicieux. Les effets bénéfiques supposés et/ou réels de l’Eucalyptus massivement utilisé pour régler les problèmes de désertification et de bois qui sévissaient, ont probablement orienté les activités de recherche vers les Acacias australiens.

36Dans l’idéotype de la technologie, il y a certes la rapidité de la croissance mais il y a surtout le pouvoir fertilisant des espèces et la vitesse de décomposition de la litière. Sous ce rapport, Eucalyptus camaldulensis, Acacia mangium, Acacia holosericea (Racosperma holosericeum) par exemple n’étaient pas les meilleurs choix. Elles ont en effet fait la preuve qu’ils avaient des effets dépressifs sur les caractéristiques chimiques du sol et ont souvent induit des contre performances dans la teneur en azote et en bases échangeables du sol par rapport à des jachères herbacées (Harmand & Ballé in Floret & Pontanier 2001). En plus des effets allélopathiques et de refuge de nématodes de ces Acacias à phyllodes, l’inoculation en milieu réel n’a pas non plus souvent donné des effets positifs. D’une manière générale, on n’a pas suffisamment de recul pour apprécier l’évolution dans le temps de la fixation symbiotique d’azote dans des jachères à Acacias australiens (Lesueur et al. in Floret & Pontanier, 2000).

37Il existe par contre d’autres espèces ayant mieux répondu aux attentes affichées : Albizzia lebbeck, Leucaena, leucocephala Gliricidia sepium, Cajanus cajan, Cassia siamea, Prosopis cineraria, Piliostigma reticulatum, Moringa oleifera, Tephrosia bractiolata, Guiera senegalensis… etc dont les techniques de pépinière, de plantation et quelquefois de gestion sont maitrisées.

38Le travail d’identification et de sélection d’espèces et/ou de provenances doit s’orienter dans cette direction.

Tableau 3. État des recherches sur les haies vives.

Tableau 3. État des recherches sur les haies vives.

Tableau 4. État des recherches sur la jachère améliorée.

Tableau 4. État des recherches sur la jachère améliorée.

Banques fourragères

39L’objectif d’une banque fourragère est de produire du fourrage pour supplémenter l’alimentation animale et/ou pour constituer des réserves fourragères de qualité afin d’assurer un partie de l’alimentation du bétail en période critique. Toutes les espèces appétées peuvent en principe être utilisées dans les banques fourragères : Bauhinia rufescens, Maerua crassifolia, Cajanus cajan, Pterocarpus erinaceus, Pterocarpus lucens, Celtis integrifolia, Balanites aegyptiaca, Calotropis procera, Anogeissus leiocarpus, Combretum micranthum, Combretum acueatum, Caparis tomentosa, Salvadora persica, Cesalpinia ferrea, Grewia bicolor, Vitex doniana, Securidaca longepedunculata, Ficus exasperata entre autres ont donné des résultats concluants.

40La mise en place et la gestion d’une banque fourragère varient suivant les espèces utilisées et les systèmes de production animale.

41On note par ailleurs que de simples aménagements peuvent transformer une formation ligneuse naturelle en banque fourragère (Pterocarpus lucens).

42Les rares référentiels techniques sur la technologie ont toutefois significativement contribué à une meilleure connaissance des ligneux fourragers et en particulier des questions nutritionnelles (Fall, 2003).

43Il s’agit principalement de résultats relatifs aux modes de production et de reproduction des espèces fourragères, à leur écartement (1 m à 1,5 m), leur niveau de coupe (0,5 m ou rez-terre), leur recensement, à la production fourragère en zones sahélienne et soudanienne, à leur valeur nutritive, leur composition chimique, leur digestibilité et à la quantité et à la date de prélèvement dans les prises alimentaires…

Tableau 5. État des recherches sur les banques fourragères.

Tableau 5. État des recherches sur les banques fourragères.

44On sait aussi que les espèces ligneuses ont en général une forte teneur en matières azotées totales et que la présence de facteurs anti-nutritionnels (tanins condensés, mimosine, glucosides cyanogénétiques…) et de composés toxiques doit inciter à la prudence dans leur utilisation.

Parcs agroforestiers

45Le système de production agricole le plus répandu dans les zones arides et semi-arides de l’Afrique de l’Ouest est celui du parc agroforestier dans lequel le paysan préserve des arbres dispersés dans les champs.

46La couverture d’arbres peut être très ouverte ou presque fermée, les cultures peuvent être saisonnières ou pérennes et le composant arboré est souvent plurispécifique et pluristrate : il peut par conséquent être très complexe. Il continue de connaître une dégradation multiforme due principalement à l’absence de renouvellement des peuplements en termes de rajeunissement et de diversité. Si pour le premier aspect, on dispose de beaucoup d’acquis sur la régénération assistée, la diversification des espèces constitue une préoccupation majeure.

47La domestication des arbres à usages multiples qui constitue un des axes innovants de recherche pour contribuer à la pérennité des parcs agroforestiers a été prise en charge par le projet Jachère de manière satisfaisante tant au niveau des espèces qu’au niveau des thématiques. En effet, le choix porté sur Adansonia digitata, Zizyphus mauritiana, Parkia biglobosa, Butyrospermum paradoxum (Vittelaria paradoxa), Prosopis africana, Cordyla pinnata, Detarium senegalensis, Irvingia gabonensis, Ricinodendron heudelotti… est de toute évidence conforme à la demande des producteurs. Il en est de même des critères d’amélioration qui s’articulent autour d’aspects quantitatifs et qualitatifs, de croissance rapide et d’entrée en production précoce.

48La démarche scientifique qui part de la sélection d’individus performants, de l’étude des techniques de propagation végétative et des techniques culturales pour aboutir à une évaluation avant le transfert du matériel végétal et du référentiel technique et l’implication des populations dans la sélection des phénotypes performants confirment la justesse des options qui ont été faites. Le parc agroforestier qui assure les mêmes objectifs principaux et secondaires que la jachère et qui a été une pratique au même titre que la jachère, émerge et s’amplifie lorsque cette dernière disparaît : il est par de fait son alternative « naturelle » et mérite à ce titre un effort plus important de recherche – développement dans la continuité des informations sur la caractérisation des peuplements et ses fonctions matérielles et sociales fournies par le projet Jachère. La question de la densité optimale des ligneux dans les champs reste toujours posée.

49Certains parcs (Faidherbia albida (CTFT, 1988), Butyrospermum paradoxum (Sibiri, 1994), Cordyla pinnata (Samba, 1997)….) ont été particulièrement étudiés et ont permis de disposer d’acquis sur la caractérisation (typologie et la distribution géographique) et sur certains aspects biophysiques (interactions entre ligneux et cultures, interactions entre ligneux et animaux, effets des espèces sur le sol et le climat, biologie de la reproduction des espèces, modes de renouvellement des parcs…) (Sall, 1996).

Tableau 6. État des recherches sur les parcs agroforestiers.

Tableau 6. État des recherches sur les parcs agroforestiers.

Conditions d’application des résultats et de mise en œuvre des futures activités

50De manière générale, l’application des résultats obtenus au niveau des études sur la jachère et sur les technologies agroforestières requiert les précautions d’usage inhérentes aux particularités végétales et zonales. Il importe en effet de toujours bien tenir compte du contexte et des conditions de réalisation des expérimentations.

51Les performances dendrométriques restent de toute évidence tributaires du niveau de satisfaction des exigences pédo-climatiques et culturales des arbres et le respect des zones homo-écologiques doit être de rigueur.

52Il y a par ailleurs tous les aspects liés à la physiologie et à la technologie des semences et les techniques de pépinière et de plantation qui ne nécessitent que de légères adaptations d’un milieu à un autre. On note à ce sujet que ce que nous avons appelé techniques de production et de mise en place de plants englobe le mélange de sols, les techniques de semis, la densité de semis, la protection, l’arrosage, le repiquage, les traitements phytosanitaires, les entretiens, la durée d’élevage en pépinière et toutes les méthodes de plantation (travail du sol, écartements sur la ligne et/ou entre les lignes, entretiens manuels et/ou mécaniques…). On remarque aussi que les technologies qui ont été examinées ont en commun le fait que les techniques de récolte de conditionnement et de traitement de semences ainsi que les techniques de production et de multiplication des plantes sont dans l’ensemble maîtrisées et transférables.

Tableau 7. Techniques transférables dans les différentes zones agro-écologiques.

Tableau 7. Techniques transférables dans les différentes zones agro-écologiques.

53D’autres techniques ont donné des résultats préliminaires relativement concluants mais qui nécessitent d’être confirmés et validés en milieu paysan. Ils ont évidemment des niveaux de finalisation différents d’une technologie à une autre et d’une zone agro-écologique à une autre, mais ont généralement trait à la gestion des technologies agroforestières monospécifiques et à la mise en place de technologies agroforestières plurispécifiques.

54Le projet Jachère qui a contribué de façon significative à l’acquisition de ces connaissances, devra prolonger le travail en prenant en charge une partie de cette recherche pilotée par la demande et qui s’articule autour des thématiques prioritaires suivantes :

  • estimation de la production ligneuse dans les jachères naturelles ;
  • techniques et normes de mise en place de technologies à composante ligneuse plurispécifique ;
  • gestion de la ressource ligneuse (dates, hauteurs et impacts des coupes) ;
  • étude des interfaces (interactions positives et/ou négatives entre composantes) ;
  • quantification des productions ligneuses et non ligneuses ;
  • suivi de la dynamique des peuplements ;
  • techniques de transfert de fertilité (bois raméal fragmenté ou broyé).

55Ces activités devront être menées dans le cadre d’une répartition des tâches entre les différentes structures concernées selon l’expérience, l’expertise et les avantages comparatifs des unes et des autres.

56La consolidation de ce partenariat et l’objectif de régionalisation des résultats tiendront également compte des changements et des dynamiques sous-régionales en cours et passeront, à chaque fois que cela est possible, par une harmonisation des approches et des méthodes.

57Il s’agira aussi, en plus de la dimension socio-économique (filière, adoption…) et du caractère fédérateur de l’agroforesterie, de veiller à disposer d’apports plus marqués de la biométrie et de la foresterie classique (dendrométrie, sylviculture et aménagement en particulier).

Bibliographie

Bibliographie

Clement J., 1982. Estimation des volumes et de la productivité des formations mixtes forestières et graminéennes tropicales. Bois et Forêts des Tropiques, n° 198 : pp. 55-74

CNRF/ISRA., 1992. Acquis de la recherche forestière au Sénégal.

CTFT., 1988. Faidherbia albida Del. Monographie.

Diatta M., 1994. Mise en défens et techniques agroforestières sur la conservation de l’eau et des sols : effets sur la production primaire. Thèse Université Strasbourg.

Fall S.T., 2003. Arbres fourragers pour l’alimentation du bétail en Afrique sub-saharienne. Evaluation et utilisation du potentiel. Version provisoire. 161p.

FAO., 1980. Estimation des volumes et accroissement des peuplements forestiers- Vol 2. Estimation et prévision de la production.

FAO, 2003. Étude prospective du secteur forestier en Afrique- Rapport sous-régional Afrique de l’Ouest.

Floret C, Pontanier R, 2000. La jachère en Afrique tropicale. Rôle, aménagements, alternatives (Dakar, Sénégal 13-16 avril 1999). Paris France- John Libbey Eurotext 777p.

Floret C, Pontanier R, 2001. La jachère en Afrique tropicale. De la jachère naturelle à la jachère améliorée. Le point des connaissances. Edt. John Libbey. Eurotext 339p.

ICRAF, 1997. Les parcs agroforestiers des zones semi-arides d’Afrique de l’Ouest.

Kaïre M., 1999. La production ligneuse des jachères et son utilisation par l’homme au Sénégal. Thèse de Doctorat d’Université de Provence. 103 p.

Nouvellet Y, Sylla M. L, Kassambara A., 2003. La production de bois d’énergie dans les jachères au Mali. Bois et Forêts des Tropiques n° 276, pp. 5-15.

Ouedraogo J. S., 1994. Dynamique et fonctionnement des parcs agrofournitures traditionnels du plateau central burkinabé : influence des facteurs biophysiques et anthropiques sur la composante arborée. Thèse Université P.M. CURIE, Paris VI.

Sall, P N., 1996. Les parcs agroforestiers au Sénégal. État des connaissances et perspectives. Edt. AFRENA/ICRAF N° 100.

Samba A. Nd. S., 1997. Influence de Cordyline pinnule sur la fertilité d’un sol ferrugineux tropical et sur le mil et l’arachide dans un système agroforestiers traditionnel au Sénégal. Thèse de PHD. D Université Laval. 186p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Estimation de la production de biomasse ligneuse dans les jachères de la zone d’étude.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 2. Espèces recommandables pour la réalisation de haies vives en zones sèche et sub-humide (Louppe D. & Yossi H. in Floret C. & Pontanier R., 2001).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 3. État des recherches sur les haies vives.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 4. État des recherches sur la jachère améliorée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 5. État des recherches sur les banques fourragères.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 6. État des recherches sur les parcs agroforestiers.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 7. Techniques transférables dans les différentes zones agro-écologiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3324/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Auteur

Directeur exécutif Fonds national de recherche agricole et agro-alimentaire (FNRAA), Cité Air France – Ouest-Foire, Villa N° 6. BP 10560. Dakar. Sénégal. Tel. : 820.35.10 - 820.77.45/Fax : 820.35.11. Email :

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable