Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VII. L’expertise collégiale du « projet Jachère ». Résultats de recherche transférables dans cinq pays d’Afrique

Jachères, produits de cueillette et biodiversité

Jean Lejoly

Texte intégral

La diversité des produits de cueillette

Banque de données des produits de cueillette

1Au cours de la dernière décennie, de nombreuses enquêtes locales ont été menées dans le cadre du programme jachères en vue de cerner l’utilisation des plantes de la jachère.

2Dans la synthèse qu’ils ont préparée dans le cadre de ce programme, Alexandre et Kaïré (2001) ont recensé les principaux travaux menés jusqu’à présent sur les produits forestiers non ligneux (PFNL) des jachères du Sud-Cameroun (Zapfack et al., 2000), au Sénégal (Ndiour, 1996 ; Diop, 1997), au Burkina Faso (Belem et al., 1996) et au Bénin (Schrekenberg, 1996).

3Récemment une importante monographie de 542 pages (Arbonnier, 2000 ; 2002, 2e édition) reprenant la description et les usages de 350 espèces ligneuses d’Afrique occidentale a été publiée et constitue un ouvrage de référence indispensable pour la connaissance des PFNL de cette région.

4Par ailleurs, de nombreuses informations figurent aussi dans les rapports des ateliers de validation transmis en avril 2003 par les coordonnateurs nationaux pour le Burkina Faso (Hien 2003), la Côte d’Ivoire (Yo et Konan, 2003), le Mali (Yossi, 2003), le Niger (Banoin, 2003) et le Sénégal (Diatta, 2003).

5Afin de rendre accessibles ces nombreuses informations, une banque de données a été constituée reprenant pour chaque espèce les principales utilisations.

6Les paramètres suivants ont été pris en compte :

  • les usages alimentaires : pour l’homme en signalant l’organe consommé (feuille, fruit, graine, calice, racine, etc.) ;
  • l’usage médicinal : afin de quantifier l’importance de l’intérêt médicinal de l’espèce en médecine traditionnelle le nombre de citations dans Pharmel (banque de données de Pharmacopée et de médecine traditionnelle) a été repris. Cette banque contient 11 377 citations de plantes dans 6 185 recettes publiées pour l’Afrique occidentale et faisant intervenir 948 espèces différentes (Tableau 1) ;
  • le type biologique : le système utilisé est celui de Nouvellet (1991) pour le Burkina Faso et est tiré de la thèse Dakouo (2002) au Mali ;
  • la zone géographique : les subdivisions utilisées ont été décidées en consensus lors de la 1re réunion de l’expertise collégiale en avril 2003 ;
  • la domestication : les plantes ont été classées en 5 catégories, depuis les plus étudiées jusqu’aux plantes encore peu connues au point de vue de leur possibilité de multiplication ;
  • le niveau de commercialisation : la commercialisation informelle au niveau des villages des PFNL est encore relativement peu connue (Belem et al., 1996 ; Ndiour, 1996) et nécessiterait des enquêtes supplémentaires pour chiffrer les flux en matières et en argent ;
  • les utilisations agricoles, pastorales y compris les usages du bois et les usages domestiques ont également été pris en compte.

7De manière générale, le but de cette banque de données est d’aider les décideurs au niveau d’une communauté locale à choisir les plantes appropriées pour répondre à leur besoin d’aménagement de terroir.

8Au total, la banque contient actuellement 1 087 espèces utiles pour un lot de 6 000 espèces pour la flore complète d’Afrique tropicale occidentale (du Sénégal au Nigéria). La légende des rubriques mentionnées dans la banque des données est reprise au tableau 2. Dans sa version actuelle toutes les rubriques n’ont pas été remplies pour toutes les espèces par manque d’informations disponibles à leur sujet.

Produits végétaux alimentaires ou condimentaires

9Dans deux villages du Burkina Faso, Belem et al. (1996) recensent 58 espèces alimentaires pour l’homme parmi lesquelles 14 sont cultivées et 44 sont spontanées et font l’objet de cueillette essentiellement dans les jachères autour des villages. Beaucoup d’entre elles sont récoltées pour leurs feuilles consommées en légumes ou en sauce (28 espèces), pour leurs fruits (23 espèces) ou leurs graines (14 espèces). Parmi celles-ci, douze espèces sont commercialisées :

  • pour leurs feuilles fraîches (Adansonia digitata et Balanites aegyptiaca) ou pilées (Tamarindus indica et Vitex doniana) ;
  • pour leurs fruits (Ziziphus mauritiana, Vitex doniana, Bombax costatum, Tamarindus indica) ;
  • pour leurs graines (Acacia macrostachya, Vittellaria paradoxa, Tamarindus indica, Parkia biglobosa) ;
  • pour leur calice (Detarium microcarpum et Diospyros mespiliformis).

10Dans le tableau 3 sont reprises une vingtaine de plantes le plus souvent citées pour la cueillette de leurs fruits et souvent commercialisées.

Les espèces des jachères les plus citées pour leur usage médicinal

11Dans le tableau 4 sont reprises les 22 plantes médicinales faisant l’objet du plus grand nombre de citations dans les recettes répertoriées dans la banque Pharmel (colonne 6). Cette liste établit les utilisations et besoins actuels ; elle permet d’analyser comment les jachères actuelles et améliorées peuvent jouer leur rôle de réservoir et de fournisseur pour les plantes médicinales utilisées en pharmacopée traditionnelle.

Le miel

12Beaucoup d’arbres et d’arbustes des jachères sahéliennes, soudanienne et guinéenne sont mellifères. Les arbres principaux maintenus dans les parcs agroforestiers sont mellifères ; en particulier, le karité et ceux des vieilles jachères ont un rôle déterminant pour la production de miel. Ils servent aussi de support aux ruches.

13Les arbres ont un rôle essentiel dans la vie des abeilles. En effet, ce sont les seules plantes actives en saison sèche et la plupart des ligneux mellifères sahéliens et soudaniens fleurissent durant cette saison. Selon Depommier (1987), la production de miel de brousse est de 5 à 7 litres par hectare dans le parc agroforestier en Centrafrique. Dans un village du Nord-Bénin, le miel représente 16 % de l’ensemble des produits de cueillette commercialisés et arrive en 3e position juste après le karité et le palmier à huile (Schrekenberg, 1996).

14Tous les acacias sont mellifères à des degrés divers ; l’un deux porte même le nom évocateur de Acacia mellifera ; comme ils sont souvent maintenus dans les jachères au titre d’arbre multi-usage, ils peuvent être à l’origine d’une production importante de miel ; de manière générale, la famille des Mimosaceae recèle beaucoup d’espèces mellifères. Faidherbia albida (Syn : Acacia albida), souvent abondant en périphérie des villages, est lui aussi mellifère et présente sa floraison en début de saison sèche, c’est-à-dire à un moment fort heureusement complémentaire de beaucoup d’autres espèces ligneuses dont la floraison a lieu la deuxième partie de la saison sèche.

15D’autres espèces de Mimosaceae peuvent contribuer de manière importante au réservoir de plantes mellifères surtout parce qu’elles sont souvent favorisées pour d’autres usages : Dichrostachys cinerea et Pithecellobium dulce (haies défensives), Entada africana, E. abyssinica, Prosopis africana, P. juliflora (arbres fourragers).

16La deuxième grande famille d’arbres mellifères est constituée par les Combretaceae dont de nombreuses espèces souvent grégaires sont appréciées pour leurs fourrages aériens, leur rôle dans la fixation des sols et pour la fourniture de médicaments traditionnels ; elles occupent donc aussi une place de choix dans le potentiel des plantes mellifères des jachères ; citons Combretum aculeatum, C. fragrans, C. glutinosum, C. micranthum (le kinkéliba), C. nigricans, Guiera senegalensis et Terminalia glaucescens.

17Une vingtaine d’autres espèces ligneuses dont beaucoup sont à vocation multi-usages sont également mellifères et appartiennent aux 15 familles suivantes :

18Asteraceae : Vernonia amygdalina

19Bignoniaceae : Crescentia cujete et Markhamia tomentosa

20Bombacaceae : Adansonia digitata, Bombax costatum et Ceiba pentandra

21Caesalpiniaceae : Burkea africana et Senna alata (Syn : Cassia alata)

22Ebenaceae : Diospyros mespiliformis

23Euphorbiaceae : Croton pseudopulchellus, Euphorbia paganorum et E. poissonii, Jatropha curcas et J. gossypiifolia

24Fabaceae : Pterocarpus lucens et P. santalinoides

25Lamiaceae : Hoslundia opposita

26Meliaceae : Azadirachta indica

27Myrtaceae : Zyzygium guineense

28Ochnaceae : Lophira lanceolata

29Proteaceae : Protea madiensis

30Rubiaceae : Mitragyna inermis

31Rutaceae : Citrus divers sp.

32Sapotaceae : Vitellaria paradoxa (Syn : Butyrosperum parkii)

Inventaire des usages multiples des ligneux cultivés dans les jachères

33Un bilan des principales utilisations des ligneux cultivés, introduits ou domestiqués, en Afrique occidentale est présenté dans le tableau 5.

34Au total, 75 espèces ligneuses sont cultivées avec succès. Parmi celles-ci plus de la moitié des espèces ont été introduites à partir des autres continents.

Espèces agro-forestières à usages multiples prioritaires pour la domestication et la multiplication

35À la suite des enquêtes et ateliers de validation, de nombreuses espèces ont été sélectionnées car correspondant à un grand nombre de demandes paysannes et parce que leur domestication est déjà maîtrisée. Leur multiplication et leur diffusion contribueront à une valorisation immédiate des jachères et surtout à la mise en place d’alternatives à la jachère naturelle. Elles sont présentées ci-dessous en les classant selon leur participation à une fonction principale mais en mettant l’accent sur les usages multiples qui les caractérisent et qui contribuent à renforcer leur performance globale.

Usages multiples des espèces recommandables pour les haies vives

36Suite aux recherches effectuées au cours de ces dernières années, une vingtaine d’espèces sont recommandables pour la réalisation de haies vives en zone sèche et subhumide (Louppe et Yossi, 2001). Elles sont reprises dans le tableau 6 qui présente pour chacune d’elles les productions multiples auxquelles ces haies peuvent subvenir : 10 d’entre elles sont mellifères à condition de les laisser croître et fleurir. Beaucoup pourront fournir du bois d’énergie et du fourrage.

Usages multiples des espèces recommandables pour les jachères améliorées

37Un certain nombre d’espèces appartenant surtout au groupe des légumineuses (Fabaceae, Caesalpiniaceae, Mimosaceae) contribuent à la fixation de l’azote de l’air et au maintien de la fertilité des sols.

38D’autres sont favorisées par les paysans qui volontairement protègent les rejets naturels de certaines espèces dans les champs de cultures ; cette pratique qualifiée de défrichement amélioré est surtout répandue lorsque les jachères se raréfient ou ont disparu (Joet et al., 1998). Il est intéressant de noter que les arbres ainsi favorisés ont également beaucoup d’autres usages (tableau 7).

Usages multiples des espèces recommandables pour les banques fourragères

39Parmi les dizaines de ligneux dont les feuilles, les fruits ou les pousses feuillées sont appréciées par le bétail, une quinzaine d’espèces ont été reprises dans le tableau 8.

40La banque fourragère aérienne est surtout destinée à supplémenter l’alimentation animale en période critique. Cela n’arrive pas chaque année et il est important que les ligneux fourragers puissent aussi être exploités pour d’autres fonctions (fournir du bois, des aliments pour l’homme et des produits domestiques divers).

Usages multiples des espèces typiques dans les parcs agroforestiers

41Les 10 espèces principales des parcs agroforestiers sont reprises dans le tableau 9. À côté de leur rôle important dans la conservation des sols, elles ont toutes des usages alimentaires, médicinaux et la plupart sont fourragères ou mellifères et peuvent être utilisées pour leur bois.

Espèces à usages multiples recommandées pour leurs propriétés médicinales et alimentaires

42Parmi les 18 espèces reprises dans le tableau 10, certaines font déjà l’objet de production de phytomédicaments améliorés et commercialisés :

  • Combretum micranthum (Combretaceae), kinkéliba ; arbrisseau nord soudanien, à nombreuses propriétés médicinales, faisant l’objet d’une commercialisation locale et internationale (hépatoprotecteur), important pour la fixation des sols ;
  • Senna alata (dartrier) utilisé à travers toute l’Afrique pour soigner les affections de la peau liées aux mycoses ;
  • Zanthoxylum zanthoxyloides reconnu et utilisé pour soigner la drépanocytose ;
  • Annona senegalensis (Annonaceae), annone ou pomme cannelle du Sénégal ; sous-arbuste soudanien, à nombreuses propriétés médicinales et alimentaires pour l’homme et le bétail.

43D’autres espèces sont très appréciées en médecine traditionnelle et deviennent rares localement ; c’est le cas pour Sarcocephalus latifolius dont les écorces de racines sont fébrifuges et vermifuges.

44Enfin, est également reprise dans la liste, Vepris heterophylla, le kinkéliba de Kita. C’est une plante rare, très recherchée pour ses propriétés fébrifuges et qui est menacée de disparition.

Recherches à entreprendre

45Des actions de recherche ont été proposées dans le paragraphe « Recherches complémentaires ». Une recherche en réseau sur la domestication des plantes utiles des jachères serait très favorable (cf. § Conclusions et recommandations).

Les dispositifs pour favoriser la multiplication et la réintroduction des espèces sélectionnées en milieu paysan

46Sur la base des techniques de domestication mises au point lors de la première phase du programme Jachère dans les 5 pays d’Afrique occidentale, trois types d’actions peuvent être proposés.

47• Enrichissement des formations naturelles dégradées

48Lors de la remise en culture, les espèces sélectionnées seront préservées dans la mesure du possible.

49• Création de haies ou bandes forestières comportant un mélange d’espèces utiles domestiquées

50Ces espèces pourront être combinées avec les espèces classiques des haies vives défensives.

51• Enrichissement des jardins de femmes

52Par quelques espèces parmi les plus couramment demandées dans la pharmacopée familiale traditionnelle et qui sont devenues rares dans les jachères environnantes (par exemple : Senna alata (Syn : Cassia alata), S. italica).

La biodiversité végétale des jachères

En cas de pression foncière faible et moyenne

53La fonction de conservation de la biodiversité végétale est maintenue sans problèmes particuliers dans les systèmes agraires à pression faible faisant intervenir des jachères de longue durée dans les zones les plus éloignées des villages, elles-mêmes généralement en contact avec les végétations naturelles.

54La végétation des jachères dans les 4 zones agro-écologiques est présentée de manière approfondie par Achard et al. (2001, p. 202 et suivantes).

55La diversité végétale des jachères dans les 4 zones agro-écologiques est discutée longuement dans Fournier et al. (2001, p. 149 et suivantes).

En cas de pression foncière forte

56Lorsque la pression foncière devient plus forte, bon nombre d’espèces principalement ligneuses (et dans une moindre mesure herbacées) deviennent plus rares au niveau local et risquent de disparaître soit parce qu’elles font l’objet de collecte intensive non durable, soit parce qu’elles sont éliminées par le raccourcissement de la jachère ou pour leur concurrence par rapport aux espèces cultivées.

57• Conservation de la diversité végétale au niveau national et régional.

58Elle est réalisée avec le réseau des aires protégées déjà existantes, parcs nationaux, forêts classées.

59• Conservation de la diversité végétale au niveau local (villages et groupes de villages).

60Les forêts sacrées villageoises, lorsqu’elles existent, jouent un rôle important pour la conservation de la biodiversité et l’accessibilité à de nombreux produits de cueillette.

61Il est proposé la mise en place de parcelles de conservation au niveau local, analogues aux séries de conservation dans les systèmes d’exploitation en forêts denses.

Liste des tableaux en annexe

62Tabl. 1 Statistiques globales des nombres d’espèces médicinales, des nombres de recettes et des nombres d’indication, citées dans la banque Pharmel pour l’Afrique occidentale (Lejoly 1996).

63Tabl. 2 Légende des rubriques mentionnées dans la banque de données sur les usages multiples des plantes de la jachère en Afrique tropicale occidentale.

64Tabl. 3 Quelques espèces agroforestières commercialisées pour leurs fruits ou graines alimentaires.

65Tabl. 4 Espèces des jachères les plus citées pour leur usage médicinal.

66Tabl. 5 Utilisation des ligneux cultivés, introduits ou domestiqués, en Afrique occidentale.

67Tabl. 6 Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les haies vives.

68Tabl. 7 Valeur multi-usages des espèces recommandables pour la jachère améliorée.

69Tabl. 8 Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les banques fourragères.

70Tabl. 9 Valeur multi-usages des espèces typiques pour les parcs agroforestiers.

71Tabl.10 Espèces à usages multiples recommandées pour la domestication pour leurs propriétés médicinales et alimentaires.

Tableau 1. Statistiques globales des nombres d’espèces médicinales, des nombres de recettes et des nombres d’indication, citées dans la banque Pharmel pour l’Afrique occidentale (Lejoly, 1996).

Tableau 1. Statistiques globales des nombres d’espèces médicinales, des nombres de recettes et des nombres d’indication, citées dans la banque Pharmel pour l’Afrique occidentale (Lejoly, 1996).

Références utilisées pour établir le tableau 1
2. Adjanohoun, E., Ahyi, A.M.R., Ake Assi, L., Dan Dicko, L. Daouda, H., Delmas, M., De Souza, S., Garba, M., Guinko, S. Kayonga, A., N’Glo, D., Raynal, J.-L., Saadou, M. 1981. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Niger. ACCT, Paris, 250 p.
3. Adjanohoun, E., Ake Assi, L., Floret, J.J., Guinko, S., Koumaré, M., Ahyi, A.M.R., Raynal, J. 1980. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Mali. ACCT, Paris, 249 p.
10. Adjanohoun, E., Ahyi, M.R.A., Ake Assi, L., Akpagana, K., Chibon, P., El Hadji, A., Eymé, J., Garba, M., Gassita, J.-N., Gbeassor, M., Goudote, E., Guinko, S., Hodouto, K.-K., Hougnon, P., Keita, A., Keoula, Y., Kluga-Ocloo W.P., Lo, I., Siamevi, K.M., Taffame, K.K.1986. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Togo. ACCT, Paris, 671 p.
11. Adjanohoun, E., Adjakidje, V., Ahyi, M. R.A., Ake Assi, L., Akoegninou, A., D’almeida, J., Apovo, F., Boukef, K., Chadare, M., Cusset, G., Dramane, K., Eyme, J., Gassita, J.-N., Gbaguidi, N., Goudoute E., Guinko, S., Houngnon, P., Issa Lo, Keita, A., Kiniffo, H.V, Kone-Bamba, D., Musampa Nseyya, A., Saadou, M., Sodogandji, TH., De Souza, S., Tchabi, A., Zinsou Dossa, C., Zohoun, TH.1989 Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Bénin. ACCT, Paris, 895 p.
12. Adjanohoun, E., Ake Assi L.1979. Contribution au recensement des plantes médicinales de Côte d’Ivoire. Centre National de Floristique, Université d’Abidjan, 358 p.
14. Fernandez de la Pradilla, C. 1988. Plantes médicinales contre les hépatites. Pabre, Ouagadougou, 62 p.
15. Fernadez de la Pradilla, C. 1981. Des plantes qui nous ont guéris (I). Jeunesse d’Afrique, Ouagadougou, 208 p.
16. Fernadez de la Pradilla, C. 1985. Des plantes qui nous ont guéris (II). Pabre, Ouagadougou 101 p.
21. Pousset, J-L. 1989. Plantes médicinales africaines. Utilisation pratique. ACCT, Paris, 156 p.
22. Ake Assi, L. 1983. Quelques vertus médicinales de Cassia occidentalis L. (Caesalpiniacées) en basse Côte-d’Ivoire. Bothalia 14 : 617-620.
23. Ake Assi, L. 1990. Utilisation de diverses espèces de Ficus (Moraceae) dans la pharmacopée traditionnelle africaine en Côte d’Ivoire. Comptes rendus de la 12e réunion de l’Aetfat, Mitt. Inst. Allg. Bot., Hamburg, 23 : 1039-1046.
26. Ake Assi, L. 1988 Quelques plantes utilisées dans le traitement des maladies cardiaques en Côte d’Ivoire. Bull. Méd. Trad. Pharm. ACCT, Paris, 2(1) : 96-100.
27. Dakuyo, Z. 1989. Recettes de la médecine traditionnelle. Bull. Méd. Trad. Pharm., ACCT, Paris, 3 (1) : 83-84.
28. Lorougnon Guede, J. & Ake Assi, L. 1989. Lutte contre l’odontalgie chez les bébés de la région de Daloa en Côte d’Ivoire. Bull. Méd. Trad. Pharm., ACCT, Paris, 3(1) : 85-86
29. Guinko, S., Zoungrana, I., Guenda, W., Tamini, Z., Millogo Rasolodimbi, J. 1989. Apithérapie : quelques usages médicaux du miel dans l’ouest du Burkina Faso. Bull. Méd. Trad. Pharm. ACCT, Paris, 3(2) : 111-115.
37. Adjanohoun, E., Ahiyi, M.R.A., Ake Assi, L., Dramane, K., Elewude, J.A., Fadoju, S.O., Gbile, Z.O., Goudote, E., Johnson, C.L.A., Keita, A., Morakinyo, O., Ojewole, J.A.O., Olatunji, A.O., Sofowora, E.A. 1991. Contribution to ethnobotanical and floristic studies in western Nigeria. CSTR/OUA, 420 p.
40. Kerharo, J. & Adam, J.G. 1974. La pharmacopée sénégalaise traditionnelle. Plantes médicinales et toxiques. Ed. Vigot Frères, Paris, 1011 p.

Tableau 2. Légende des rubriques mentionnées dans la banque de données sur les usages multiples des plantes de la jachère en Afrique tropicale occidentale.

Tableau 2. Légende des rubriques mentionnées dans la banque de données sur les usages multiples des plantes de la jachère en Afrique tropicale occidentale.

Tableau 3. Quelques espèces agroforestières commercialisées pour leurs fruits ou graines alimentaires.

Tableau 3. Quelques espèces agroforestières commercialisées pour leurs fruits ou graines alimentaires.

Tableau 4. Espèces des jachères les plus citées pour leur usage médicinal.

Tableau 4. Espèces des jachères les plus citées pour leur usage médicinal.

Tableau 5. Utilisation des ligneux cultivés, introduits ou domestiqués, en Afrique occidentale. Aliment (fruit, graine, feuille, huile, amidon, condiment) ; Fourrage (feuille, fruit, pousse feuillée, miel) ; Bois (bois de feu, charbon de bois, bois d’œuvre, outil et ustensile, bois de sciage, divers) ; Agriculture (brise-vent), haie vive, conservation des sols, fixation des dunes, fixation d’azote, matière organique fertilisante, paillis) ; Autres usages (cire, huiles esssentielles, tanin et teinture, gomme, fibre, plante médicinale et cosmétique, usage rituel et culturel, ornemental).

Tableau 5. Utilisation des ligneux cultivés, introduits ou domestiqués, en Afrique occidentale. Aliment (fruit, graine, feuille, huile, amidon, condiment) ; Fourrage (feuille, fruit, pousse feuillée, miel) ; Bois (bois de feu, charbon de bois, bois d’œuvre, outil et ustensile, bois de sciage, divers) ; Agriculture (brise-vent), haie vive, conservation des sols, fixation des dunes, fixation d’azote, matière organique fertilisante, paillis) ; Autres usages (cire, huiles esssentielles, tanin et teinture, gomme, fibre, plante médicinale et cosmétique, usage rituel et culturel, ornemental).

Tableau 6. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les haies vives

Tableau 6. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les haies vives

Tableau 7. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour la jachère améliorée.

Tableau 7. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour la jachère améliorée.

Tableau 8. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les banques fourragères.

Tableau 8. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les banques fourragères.

Tableau 9. Valeur multi-usages des espèces typiques pour les parcs agroforestiers.

Tableau 9. Valeur multi-usages des espèces typiques pour les parcs agroforestiers.

Tableau 10. Espèces à usages multiples recommandées pour la domestication (RD en colonne 8) pour leurs propriétés médicinales et alimentaires.

Tableau 10. Espèces à usages multiples recommandées pour la domestication (RD en colonne 8) pour leurs propriétés médicinales et alimentaires.

Bibliographie

Références

Achard F., Hiernaux P., Banoin M. (2001). Les jachères fourragères naturelles et améliorées en Afrique de l’Ouest. in Ch. Floret & R. Pontanier (éds). La jachère en Afrique tropicale. vol. 2, John Libbey Eurotext, Paris, 201-239.

Alexandre D.-Y. & Kaïré M. 2001. Les productions des jachères africaines à climat soudanien (Bois et produits divers). in Ch. Floret & R. Pontanier (éds). La jachère en Afrique tropicale. vol. 2, John Libbey Eurotext, Paris, 169-199.

Arbonnier M. 2000. Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest. Cirad, MNHN, UICN, 542 p.

Belem M., Sorgho M.C., Guire D., Zare A., Ilboudo J.-B. 1996. Les jachères et leur utilité dans la province du Bazéga : cas des villages de Tanghin et de Bazoulé (Burkina Faso). in Ch. Floret (éd. 1996), 89-100.

Bonkoungou E.G., Djimdé M., Zoungrana I., van Duijl E. 2000. Trees in farm. Agroforestry to the disappearing fallow system in Sahel. in Ch. Floret & R. Pontanier (éds). La jachère en Afrique tropicale. vol. 1. John Libbey Eurotext, Paris, 714-720.

Dakouo J.M. 2002. Impact de l’aménagement participatif sur la végétation des forêts de la zone soudanienne-nord du Mali. Cas de la forêt classée de Dioforongo (Ségou). Thèse, Université de droit, d’économie et des sciences d’Aix Marseille.

Depommier D. 1987. Aspects du parc à karités et nérés dans la région de l’Ouham, République Centrafricaine. Icraf, multigr.

Diop G. 1997. Contribution à la connaissance des jachères en espèces forestières ligneuses alimentaires et en espèces ligneuses à usage médicinal dans le département de Bignona (Sénégal). Mém. de fin d’études, Engref, Montpellier, 90 p.

Floret Ch. & Pontanier R. (éd.) 2000. La jachère en Afrique tropicale, rôles, aménagement, alternatives. vol. I. Actes du séminaire international, Dakar (Sénégal), 13-16 avril 1999, Paris, John Libbey, 777p.

Floret Ch. & Pontanier R. (éd.) 2001. La jachère en Afrique tropicale, de la jachère naturelle à la jachère améliorée. Le point des connaissances. vol. 2, Paris, John Libbey, 339p.

Fournier A., Floret Ch., Gnahoua G.-M., 2001. Végétation des jachères et succession post-culturale en Afrique tropicae. in Ch. Floret & R. Pontanier. La jachère en Afrique tropicale. vol. 2, John Libbey Eurotext, Paris, pp. 123-168.

Joet A., Jouve P., Banoin M. 1998. Le défrichement amélioré au Sahel, une pratique agroforestière adoptée par les paysans. Bois et forêts des tropiques, 255 : pp. 31-44.

Kaïré M. & Dione F. 2000. Ressources ligneuses des jachères en zones soudanienne et soudano-sahélienne du Sénégal. in Ch. Floret & R. Pontanier (éds). La jachère en Afrique tropicale. vol. I. John Libbey Eurotext, Paris, pp. 460-474

Lamien N., Sidibe A., Bayala J. 1996. Use and commercialisation of non timber forest products in Western Burkina Faso. in R.R.B. Leakey, A.B. Temu, M. Melnyk, P. Vantomme. Domestication and commercialisation of non-timber forest products in agroforestry systems. Non Wood Forest Products n° 9, Rome, FAO, 297p.

Lejoly J. 1996. The contribution of Pharmel database to the knowledge of the non-wood forest products. in Tan L.C., Perez M.R., Ibach M. (ed). Non timber forest product databases. Center for International Forestry Research (CIFOR), Jakarta, Indonesia, 23-29.

Louppe D., Yossi H. 2001. Les hais vives défensives en zones sèche et subhumide d’Afrique de l’Ouest. in Ch. Floret & R. Pontanier. La jachère en Afrique tropicale. John Libbey Eurotext, Paris, pp. 293-309.

Ndiour P.A. 1996. Schreckenberg K. 1996. Rôle et importance des fruits forestiers Forests, fields and markets : issus de la jachère dans la formation des revenus a study of indigenous tree products in the woody des ménages dans le département de Bignona, savannas of the Bassila region, Benin. Sénégal. Thesis, London, School of Oriental and African Studies, 326p.

Nikiema R. 1997. Commercialisation des produits alimentaires Zapfack L., Weise S.F., Ngobo M., et forestiers provenant des parcs agroforestiers : Tchamou N. & Gillison A. 2000. cas des marchés de Zitinga et Yako Biodiversité et produits forestiers non ligneux de au Burkina Faso ; in G.E. Bonkoungou, trios types de jachères du Cameroun méridional.

T.A. Ayuk, I. Zoungrana (éd.) in Ch. Floret & R. Pontanier (eds). Les parcs agroforestiers des zones semi-arides La jachère en Afrique tropicale. d’Afrique de l’Ouest, Nairobi, Icraf, pp. 35-50. vol. I. John Libbey Eurotext, Paris, pp. 484-492.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Statistiques globales des nombres d’espèces médicinales, des nombres de recettes et des nombres d’indication, citées dans la banque Pharmel pour l’Afrique occidentale (Lejoly, 1996).
Légende Références utilisées pour établir le tableau 12. Adjanohoun, E., Ahyi, A.M.R., Ake Assi, L., Dan Dicko, L. Daouda, H., Delmas, M., De Souza, S., Garba, M., Guinko, S. Kayonga, A., N’Glo, D., Raynal, J.-L., Saadou, M. 1981. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Niger. ACCT, Paris, 250 p.3. Adjanohoun, E., Ake Assi, L., Floret, J.J., Guinko, S., Koumaré, M., Ahyi, A.M.R., Raynal, J. 1980. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Mali. ACCT, Paris, 249 p.10. Adjanohoun, E., Ahyi, M.R.A., Ake Assi, L., Akpagana, K., Chibon, P., El Hadji, A., Eymé, J., Garba, M., Gassita, J.-N., Gbeassor, M., Goudote, E., Guinko, S., Hodouto, K.-K., Hougnon, P., Keita, A., Keoula, Y., Kluga-Ocloo W.P., Lo, I., Siamevi, K.M., Taffame, K.K.1986. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Togo. ACCT, Paris, 671 p.11. Adjanohoun, E., Adjakidje, V., Ahyi, M. R.A., Ake Assi, L., Akoegninou, A., D’almeida, J., Apovo, F., Boukef, K., Chadare, M., Cusset, G., Dramane, K., Eyme, J., Gassita, J.-N., Gbaguidi, N., Goudoute E., Guinko, S., Houngnon, P., Issa Lo, Keita, A., Kiniffo, H.V, Kone-Bamba, D., Musampa Nseyya, A., Saadou, M., Sodogandji, TH., De Souza, S., Tchabi, A., Zinsou Dossa, C., Zohoun, TH.1989 Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Bénin. ACCT, Paris, 895 p.12. Adjanohoun, E., Ake Assi L.1979. Contribution au recensement des plantes médicinales de Côte d’Ivoire. Centre National de Floristique, Université d’Abidjan, 358 p.14. Fernandez de la Pradilla, C. 1988. Plantes médicinales contre les hépatites. Pabre, Ouagadougou, 62 p.15. Fernadez de la Pradilla, C. 1981. Des plantes qui nous ont guéris (I). Jeunesse d’Afrique, Ouagadougou, 208 p.16. Fernadez de la Pradilla, C. 1985. Des plantes qui nous ont guéris (II). Pabre, Ouagadougou 101 p.21. Pousset, J-L. 1989. Plantes médicinales africaines. Utilisation pratique. ACCT, Paris, 156 p.22. Ake Assi, L. 1983. Quelques vertus médicinales de Cassia occidentalis L. (Caesalpiniacées) en basse Côte-d’Ivoire. Bothalia 14 : 617-620.23. Ake Assi, L. 1990. Utilisation de diverses espèces de Ficus (Moraceae) dans la pharmacopée traditionnelle africaine en Côte d’Ivoire. Comptes rendus de la 12e réunion de l’Aetfat, Mitt. Inst. Allg. Bot., Hamburg, 23 : 1039-1046.26. Ake Assi, L. 1988 Quelques plantes utilisées dans le traitement des maladies cardiaques en Côte d’Ivoire. Bull. Méd. Trad. Pharm. ACCT, Paris, 2(1) : 96-100.27. Dakuyo, Z. 1989. Recettes de la médecine traditionnelle. Bull. Méd. Trad. Pharm., ACCT, Paris, 3 (1) : 83-84.28. Lorougnon Guede, J. & Ake Assi, L. 1989. Lutte contre l’odontalgie chez les bébés de la région de Daloa en Côte d’Ivoire. Bull. Méd. Trad. Pharm., ACCT, Paris, 3(1) : 85-8629. Guinko, S., Zoungrana, I., Guenda, W., Tamini, Z., Millogo Rasolodimbi, J. 1989. Apithérapie : quelques usages médicaux du miel dans l’ouest du Burkina Faso. Bull. Méd. Trad. Pharm. ACCT, Paris, 3(2) : 111-115.37. Adjanohoun, E., Ahiyi, M.R.A., Ake Assi, L., Dramane, K., Elewude, J.A., Fadoju, S.O., Gbile, Z.O., Goudote, E., Johnson, C.L.A., Keita, A., Morakinyo, O., Ojewole, J.A.O., Olatunji, A.O., Sofowora, E.A. 1991. Contribution to ethnobotanical and floristic studies in western Nigeria. CSTR/OUA, 420 p.40. Kerharo, J. & Adam, J.G. 1974. La pharmacopée sénégalaise traditionnelle. Plantes médicinales et toxiques. Ed. Vigot Frères, Paris, 1011 p.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 2. Légende des rubriques mentionnées dans la banque de données sur les usages multiples des plantes de la jachère en Afrique tropicale occidentale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Tableau 3. Quelques espèces agroforestières commercialisées pour leurs fruits ou graines alimentaires.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Tableau 4. Espèces des jachères les plus citées pour leur usage médicinal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 5. Utilisation des ligneux cultivés, introduits ou domestiqués, en Afrique occidentale. Aliment (fruit, graine, feuille, huile, amidon, condiment) ; Fourrage (feuille, fruit, pousse feuillée, miel) ; Bois (bois de feu, charbon de bois, bois d’œuvre, outil et ustensile, bois de sciage, divers) ; Agriculture (brise-vent), haie vive, conservation des sols, fixation des dunes, fixation d’azote, matière organique fertilisante, paillis) ; Autres usages (cire, huiles esssentielles, tanin et teinture, gomme, fibre, plante médicinale et cosmétique, usage rituel et culturel, ornemental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Tableau 6. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les haies vives
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Tableau 7. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour la jachère améliorée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Tableau 8. Valeur multi-usages des espèces recommandables pour les banques fourragères.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Tableau 9. Valeur multi-usages des espèces typiques pour les parcs agroforestiers.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Tableau 10. Espèces à usages multiples recommandées pour la domestication (RD en colonne 8) pour leurs propriétés médicinales et alimentaires.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3320/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteur

Spécialiste en végétation tropicale (biodiversité, domestication) Laboratoire de botanique systématique et de phytosociologie, Université libre de Bruxelles CP169 50, avenue F. Roosevelt B-1050 Bruxelles Tel : (32) 2 650 21 26 / Fax : (32) 2 650 21 25 - Email :

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable