Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VII. L’expertise collégiale du « projet Jachère ». Résultats de recherche transférables dans cinq pays d’Afrique

Dynamiques agraires, jachères et contextualisation des résultats

Philippe Jouve

Texte intégral

Cadre théorique pour une valorisation des résultats des recherches

1Dans le cadre de l’expertise collégiale du Projet jachère et dans la perspective d’une valorisation des acquis de la première phase et d’une poursuite des activités du projet plus orientées vers l’action et le développement, une première question se pose : pourquoi s’intéresser aux relations entre jachère et dynamiques agraires ?

2Le fait qu’une partie des communications résultant des recherches entreprises au cours de la 1re phase du projet ait été rapportée sous l’intitulé général « Jachères et systèmes agraires » pourrait être considéré comme suffisant pour justifier une évaluation des acquis dans ce domaine.

3Mais nous pensons qu’un examen des relations entre la dynamique des systèmes agraires et la pratique de la jachère offre aussi la possibilité de construire un cadre général permettant d’une part de restituer les acquis de la première phase, d’autre part de définir le contexte dans lequel ces acquis sont pertinents pour le développement.

4La première phase du Projet Jachère s’est traduite par une production scientifique extrêmement riche et diversifiée concernant la nature des jachères, la caractérisation de leur état, leurs effets sur le milieu biophysique et plus globalement leurs rôles et fonctions.

5Mais en dépit des efforts des responsables du projet pour regrouper ces résultats autour de thématiques fédératrices (fertilité, biologie du sol, rôle fourrager, production de bois et produits divers etc.…), ils sont généralement très contingents des conditions biophysiques et socio-économiques dans lesquelles ils ont été produits.

6Cette contingence fait apparaître ces résultats comme une production de références plus que comme une production à valeur générale, ce qui incontestablement affecte leur portée scientifique. Ce caractère fragmenté, localisé et donc forcément lacunaire des résultats des recherches entreprises dans la première phase du projet peut s’expliquer par le fait qu’au départ ce projet et ce fut un de ses grands mérites, a eu surtout comme objectif d’encourager les chercheurs de la sous-région et leurs partenaires, à entreprendre des recherches de terrain sur la jachère.

7La publication de ces recherches dans les actes du séminaire de Dakar d’avril 1999 qui a clos la première phase du projet, montre à l’évidence que cet objectif a été largement atteint.

8L’élaboration de synthèses thématiques dans le volume 2 des actes du séminaire de Dakar s’est également efforcée de pallier le caractère disparate et contingent des différents résultats acquis au cours de la première phase du projet. Mais en dépit de cet effort méritoire il nous semble nécessaire d’aller plus loin dans la mise en cohérence de ces résultats et dans la définition de leur champ d’application.

9Pour ce faire, il est nécessaire de disposer d’une base théorique et méthodologique permettant à la fois de mieux contextualiser les résultats acquis et préciser les conditions de leur extrapolation et de leur adoption quand il s’agit de recommandations pour l’action et le développement.

10Cette base théorique procède d’un postulat de départ (qui n’a évidemment de valeur qu’une fois démontré) à savoir que la caractérisation des états de la jachère, ses effets sur le milieu biophysique, ses rôles et fonctions sont très dépendants du stade d’évolution des systèmes agraires et donc des dynamiques agraires à l’œuvre dans chaque région.

11Ce qui veut dire aussi que si l’on veut donner du sens aux résultats de recherche sur la jachère il faut pouvoir les resituer par rapport à ces dynamiques agraires. C’est dans cette perspective que nous nous proposons de :

  • préciser les relations entre dynamiques agraires et types de jachère ;
  • identifier les facteurs déterminants de ces dynamiques ;
  • analyser l’évolution des rôles et fonctions de la jachère suivant les différents stades d’évolution agraire ;
  • enfin utiliser ces correspondances entre stades d’évolution agraire et nature des jachères pour construire un cadre de référence permettant d’identifier pour chaque stade, les problèmes posés par l’évolution des jachères et évaluer la pertinence des recherches et propositions faites pour résoudre ces problèmes.

Dynamiques agraires et types de jachère

12Les dynamiques agraires correspondent à l’évolution de la façon dont les sociétés rurales exploitent (ou utilisent) leur milieu et gèrent les ressources nécessaires à cette exploitation.

13Il existe une relation forte entre le stade d’évolution d’un système agraire et le type de jachère qui est pratiquée. Cette relation est si manifeste que plusieurs auteurs (Boserup 1970, Ruthemberg 1971) en ont fait le principal critère de classification des différents modes d’exploitation agricole du milieu rural en zones tropicales.

14C’est ainsi que Boserup met en correspondance, dans les pays non industrialisés, le type de jachère et le stade d’évolution agraire :

  • jachère longue arborée dans les fronts pionniers, là où la densité de population est encore faible ; ce type de jachère participant au système de culture de type défriche-brûlis avec culture itinérante ;
  • jachère arbustive puis buissonnante lorsque la réduction du temps de jachère et l’allongement du temps de culture ne permettent plus la reconstitution du recru forestier ;
  • jachère courte, herbeuse, d’un à deux ans, alternant avec des périodes de culture plus longues ;
  • jachère occasionnelle ou absence de jachère et culture continue.

15Mais si l’on veut comprendre comment évolue la jachère en fonction de l’évolution des systèmes agraires, il importe de s’interroger sur les causes de cette évolution et d’identifier les déterminants des dynamiques agraires.

Les facteurs déterminants des dynamiques agraires

16Dans la région concernée par le projet, le premier de ces facteurs est incontestablement la croissance démographique.

17Au cours des dernières décennies, cette croissance a été de l’ordre de 3 % par an en Afrique de l’Ouest et s’est traduite par un doublement de la population tous les 25 ans. La conséquence de cette croissance démographique a été l’extension des zones cultivées au détriment des forêts, des terrains de parcours et des jachères.

18Plusieurs études menées dans le cadre du projet font effectivement de la croissance démographique le premier facteur responsable des modifications des modes d’exploitation du milieu et de la régression de la jachère (Banoin et Guengant, 1999 ; Nkamleu et al., 2000 ; Maïga 2000)

19Si, à l’échelle globale, l’action de ce premier facteur d’évolution des S.A. est incontestable, en revanche son utilisation pour rendre compte de situations particulières nécessite un certain nombre de précautions. En particulier il faut bien distinguer :

  • dans la croissance démographique d’une région, ce qui résulte du croît naturel de la population autochtone de ce qui résulte des migrations (émigrations ou immigrations) ;
  • densité de population rurale et densité d’occupation des terres cultivables qui est le bon critère pour évaluer la pression foncière.

20Mais ce qui complique l’utilisation du critère de densité d’occupation agricole pour analyser les dynamiques agraires et leur relation à la jachère est le fait que cette densité est loin d’être homogène à l’échelle régionale comme à l’échelle locale, particulièrement en Afrique tropicale. Cette hétérogénéité trouve son origine dans plusieurs causes :

  • hétérogénéité du milieu biophysique, et en particulier de ses aptitudes à la culture manuelle (cf. Sahel sableux vs Sahel cuirassé) ;
  • proximité des centres urbains et des voies de communication ;
  • influence des endémies (onchocercose, trypanosomiase) ;
  • histoire politique (empires, traite) ;
  • distance aux champs (à l’échelle locale).

21Il en résulte qu’au sein d’une même région comme au sein d’un même territoire villageois, coexistent des zones densément cultivées où la jachère a pratiquement disparu et des zones faiblement exploitées où celle-ci occupe encore une place importante. Cette hétérogénéité où l’intensif côtoie l’extensif incite à éviter de porter des jugements trop globaux sur le degré de saturation foncière de situations agraires qu’une analyse un peu plus fouillée fait apparaître comme contrastées.

22L’autre précaution à prendre dans l’interprétation des relations entre densité démographique et place de la jachère est la prise en compte de la nature du peuplement humain. Ainsi, sur un même territoire, allochtones et autochtones n’ont généralement pas les mêmes droits d’accès à la terre, ce qui induit des pratiques et des représentations de la jachère différentes d’un groupe à l’autre (Ndiaye et Boulet, 2000).

23Une même distinction pourrait être faite entre les hommes et les femmes, notamment quand celles-ci exploitent des parcelles de taille réduite qui leur ont été concédées par leur mari (cf. Maradi ou le Fouta Djallon en Guinée).

24Ces considérations nous renvoient à la gestion sociale du foncier qui influe très directement sur la nature et la place des jachères en fonction des catégories d’acteurs intervenant dans cette gestion.

25Enfin, l’analyse du rôle de la pression foncière sur les dynamiques agraires et la place et le rôle des jachères conduit à s’interroger sur l’effet de cette pression foncière sur les modes de gestion des milieux. Cette question est à la base de la controverse qui oppose le point de vue de Malthus (ou des néo-malthusiens) à celui de Boserup (dégradation vs régénération).

26Les travaux de recherche faits durant la 1re phase du projet, bien qu’étant le plus souvent et de façon généralement implicite sous-tendus par une vision de type malthusien, font peu état de cette controverse. Or, parmi les situations analysées, certaines présentent des dynamiques agraires de type malthusien (Yatenga) tandis que d’autres (Maradi) relèvent plutôt d’une évolution de type boserupien.

27Pour rendre compte de ce dualisme sinon de cette contradiction, il nous paraît intéressant d’étudier ces différentes situations agraires de façon diachronique en mobilisant le concept de transition agraire (Jouve, 1998). Ce concept s’oppose à une vision univoque de l’impact de la pression foncière sur la gestion des milieux. Il traduit le fait que, dans beaucoup de situations, à une phase de dégradation des milieux résultant d’une forte accentuation de la pression foncière peut succéder une phase plus positive dans la gestion de ces milieux et de leurs ressources. Cette évolution révèle une sorte de « résilience » des sociétés rurales qui mériterait, dans une phase ultérieure du projet, d’être mieux étudiée car ses conséquences sur les stratégies de développement sont de première importance. (fig. 1).

Figure 1. Schéma de transition agraire (résilience des sociétés rurales).

Figure 1. Schéma de transition agraire (résilience des sociétés rurales).

Autres facteurs d’évolution des systèmes agraires

28Les recherches menées durant la 1re phase du projet ont montré également que le développement des cultures de rente telles que le coton et l’arachide a eu un effet important sur les dynamiques agraires et la pratique de la jachère (Fanchette, 2000).

29Ce développement des cultures de rente a eu plusieurs conséquences, dont l’acquisition par de nombreux agriculteurs de la traction animale (T.A.), considérée comme une des causes importantes de la régression des jachères. En effet, le recours à la T.A., en réduisant le temps de préparation des terres et le sarclage des cultures, a favorisé dans de nombreuses régions d’Afrique de l’Ouest l’extension des cultures au détriment des jachères et des zones non cultivées.

30Mais cet effet n’est pas mécanique. Il existe des régions (Diourmara au Mali) où l’utilisation de la T.A et la pratique du labour ont réduit le temps de culture par rapport au temps de jachère.

31Par ailleurs, un effet important de l’utilisation de la T.A a été de permettre la mise en valeur de terres lourdes (bas fonds) non exploitées en culture annuelle (cf. Fouta Djallon ; Guinée). Elle a aussi contribué à modifier les successions de culture (cas du bassin arachidier).

32On voit que les effets des cultures de rente (leur progression comme leur régression que l’on observe dans certaines régions actuellement comme Khorogho, en Côte d’Ivoire) ainsi que ceux du développement de la traction attelée qui leur est associée sont complexes et pas toujours bien documentés. C’est un thème de recherche qui mériterait d’être approfondi dans la 2e phase du projet jachère.

33La monétarisation des échanges est aussi un facteur important d’évolution des systèmes agraires. Historiquement, en Afrique subsaharienne, cette monétarisation a été en grande partie liée au développement des cultures de rente introduites du temps de l’administration coloniale. Ensuite, l’évolution des rapports ville-campagne et plus généralement les nouvelles politiques de libéralisation des échanges ont accéléré cette monétarisation de l’économie des exploitations.

34Les conséquences sur le fonctionnement des systèmes agraires ont été de différente nature :

  • pratique des cultures de rente dans les champs individuels des femmes et des cadets, leur donnant une plus grande autonomie par rapport aux chefs d’exploitation ;
  • diminution du contrôle social de la terre par les aînés réduisant les terres laissées en jachères (réserve foncière) ;
  • segmentation des groupes familiaux ;
  • possibilité d’achat de fertilisants comme substituts à la jachère. En conclusion, il apparaît que différents facteurs influent sur la dynamique des systèmes agraires et que cette dynamique se traduit globalement par une réduction de la jachère et une modification de ses rôles et fonctions.

Évolution des fonctions de la jachère suivant les stades d’évolution agraire

35Sous l’effet des facteurs d’évolution agraire indiqués précédemment, les jachères évoluent et se transforment, en particulier, avec la réduction de leur durée on voit leur couvert végétal passer successivement de l’état arboré à l’état arbustif, buissonnant puis herbeux…

36Ces diverses formes de couvert végétal montrent que derrière le terme générique de jachère on trouve une grande diversité de situations et qu’il serait plus rigoureux de parler de jachères (au pluriel).

37Mais, avec le raccourcissement des jachères et la transformation de leur état, on observe une modification sensible de leurs rôles et fonctions.

38Classiquement, les rôles et fonctions reconnus à la jachère sont les suivants :

  • entretien et restauration de la fertilité des sols ;
  • production de ressources fourragères pour les animaux ;
  • production de bois de feu et de bois d’œuvre ;
  • fourniture de produits de cueillette (pharmacopée, etc.) ;
  • réserve de biodiversité ;
  • marquage de terre.

39Le tableau 1 résume l’évolution des fonctions de la jachère suivant sa nature qui, dans la zone concernée par le projet, est fortement corrélée au stade d’évolution agraire, lui-même dépendant de la densité de population et du degré de pression foncière.

40Lorsque la densité de population est faible (D<20 hab./km2), comme c’est le cas dans les situations de front pionnier, le système d’exploitation des terres le plus fréquemment pratiqué est le système de défriche-brûlis (ou abattis-brûlis). Dans ce système, à un temps de culture court (2 à 3 ans) succède un temps de jachère long (>10 ans) conduisant à la reconstitution d’un couvert arboré. L’abattage et le brûlis de ce couvert permettent de relever le pH du sol (généralement acide) et de concentrer dans l’horizon superficiel du sol les éléments minéraux (P et K surtout) provenant des cendres de la végétation calcinée. Mais pour les agriculteurs, le bénéfice principal qu’ils retirent de ce système et de ce type de jachère est le contrôle des adventices, par « l’extinction » de celles-ci au fur et à mesure de la reconstitution du couvert arboré. C’est en fait plus le développement des adventices que la diminution de la fertilité du sol qui les conduit à abandonner leurs parcelles après une à deux saisons de culture pour aller défricher de nouvelles terres.

41Ce système, longtemps critiqué du fait de la destruction d’un couvert arboré par le feu, permet cependant, lorsque la pression démographique est faible, une reconstitution de ce couvert, sinon un maintien de sa biodiversité originelle. Si l’on ajoute que ce système assure, du fait de l’absence de sarclage, une bonne productivité du travail, facteur rare et stratégique à ce stade d’évolution agraire, on comprend mieux pourquoi il est difficile de convaincre les agriculteurs de changer leur façon de faire et en particulier d’adopter une agriculture fixée, ce qui a toujours été l’objectif affiché des structures d’intervention dans les régions où ce système est pratiqué, que ce soit en Afrique tropicale ou en Amérique latine (Brésil – Amazonie).

42Les principales fonctions qu’assure la jachère longue arborée dans ce système sont : la gestion de la fertilité des sols sous ses différents aspects. (physique, chimique, biologique) le contrôle des adventices, le maintien d’une certaine biodiversité, la fourniture de nombreux produits de cueillette (extractivisme).

43Par ailleurs, ce système permet, en principe, une production non négligeable de bois d’œuvre, mais celle-ci échappe le plus souvent au contrôle des populations locales au bénéfice d’entreprises d’exploitation forestière.

44En définitive, les alternatives à ce système sont limitées ou peu attractives pour les agriculteurs. Parmi ces alternatives, on peut citer les plantations ou la prairie (en Amazonie), mais qui toutes deux réduisent de façon drastique la biodiversité du milieu.

45Lorsque la pression sur la terre s’accroît, le temps de culture s’allonge tandis que celui de la jachère diminue. D’arborée, la jachère devient arbustive. Sa durée permet cependant une reconstitution de la fertilité du sol, en revanche l’extinction des adventices n’est que partielle, et avec l’allongement du temps de culture, le sarclage devient nécessaire, ce qui diminue la productivité du travail. À ce stade, les jachères offrent aux populations locales la possibilité de s’approvisionner sans grand problème en bois de feu et en bois d’œuvre, ce qui va peu les inciter à adopter des pratiques d’agro-foresterie ou de protection des rejets arborés dans leurs parcelles.

46Avec l’augmentation de l’intensité de culture (dans les zones plus densément occupées ou dans les champs proches), le temps de jachère se réduit encore (<4 ans) au point que la végétation naturelle de ces jachères n’est plus constituée que par des buissons et des annuelles (graminées essentiellement).

47Les fonctions assurées jusqu’alors par la jachère en matière de fourniture de bois, produits de cueillette, maintien de la biodiversité deviennent résiduelles. Ces jachères continuent cependant à avoir une certaine utilité pour la reconstitution de la fertilité du sol et sont de plus en plus utilisées comme source d’affouragement des animaux, d’autant qu’à ce stade on assiste à une plus grande association de l’agriculture et de l’élevage à l’échelle des exploitations, favorisée entre autres par le développement de la traction animale.

48C’est à partir de ce stade qu’il apparaît intéressant de proposer aux agriculteurs différentes alternatives aux fonctions qu’assuraient auparavant les jachères : plantation d’arbres dans les champs, protection des rejets naturels, valorisation des résidus de récoltes (fumier, compost), amélioration fourragère des jachères, etc.

49À ce stade, la réalisation de ces actions est facilitée par l’appropriation individuelle (ou familiale) des terres et la fixation de l’agriculture.

50Enfin, le dernier type de jachère que l’on observe avant sa disparition complète est la jachère annuelle, ce type correspondant à un stade d’évolution agraire marqué par une forte pression foncière (D>80 hab/km2). À ce stade, la fonction essentielle de la jachère est fourragère.

51Les autres fonctions (fertilité, bois, biodiversité, cueillette) ne sont plus assurées. C’est cette carence qui, si elle n’est pas palliée par d’autres moyens, génère une situation de crise, marquée par une baisse de fertilité des terres, une diminution des rendements, une disparition des arbres, une accentuation de l’érosion, etc., situation tout à fait conforme au schéma malthusien évoqué précédemment.

52L’idéal est évidemment d’anticiper sur l’arrivée de cette crise en intervenant dès le stade précédent (cf. stratégie d’anticipation de la transition agraire).

53Mais, si cela n’a pu être fait, les actions à entreprendre et les résultats de la recherche à valoriser doivent viser prioritairement à :

  • restaurer la fertilité minérale et organique des sols afin de remonter la production de biomasse et le taux de m.o du sol, et ainsi passer du cercle vicieux de la dégradation au cercle vertueux de la régénération des terres. Si les moyens endogènes de restauration de la fertilité des sols ne suffisent pas pour cela, recourir à l’utilisation d’engrais, dont l’usage doit cependant être couplé avec l’emploi d’amendements organiques pour éviter une acidification des sols ;
  • revégétaliser le paysage, à la fois pour protéger les sols de l’érosion mais aussi pour assurer la fourniture de bois de feu et de bois d’œuvre ;
  • renforcer les relations agriculture-élevage pour recycler les résidus de culture et produire des amendements organiques ;
  • diversifier les productions, notamment en développant les cultures de légumineuses ;
  • si la production de biomasse est suffisante et si le mode de gestion des terres le permet, développer les systèmes de culture à base de couverture végétale.
  • Conclusion et recommandations

Tableau 1. Fonctions de la jachère suivant les stades d’évolution agraire.

Tableau 1. Fonctions de la jachère suivant les stades d’évolution agraire.

Conclusion et recommandations

54Dans cette perspective et en vue de contribuer à la définition des orientations futures du projet jachère, trois recommandations peuvent être faites.

55Cet examen rapide des relations entre dynamiques agraires et jachère fait apparaître que tous les facteurs d’évolution des systèmes agraires en Afrique tropicale se conjuguent pour aboutir à une régression voire une disparition de la jachère. Aussi chercher, contre le cours des choses, à maintenir cette pratique paraît utopique et vain. En revanche, le défi que pose cette régression, à la recherche comme au développement, est d’élaborer des alternatives aux fonctions que ne peut plus assurer la jachère du fait de son évolution ou de sa disparition.

56La première résume ce qui a été dit précédemment, à savoir que la nature et les rôles de la jachère évoluent en fonction des stades d’évolution agraire. En conséquence, les propositions de la recherche ne seront adoptées que si elles sont adaptées à ces stades d’évolution.

57La mise en pratique de cette recommandation peut se faire de deux façons :

  • par l’identification précise du contexte de validité (agro-écologique, socio-économique et stade d’évolution agraire) des résultats de recherche déjà acquis ;
  • de façon symétrique, par l’identification, pour une situation agraire bien déterminée, des problèmes que pose la régression des jachères et par l’inventaire des acquis de la recherche permettant de trouver des solutions à ces problèmes.

58Cette deuxième approche suppose que l’on puisse établir une classification (sinon un zonage) des différentes situations agraires existant dans la zone d’intervention du projet (cf. Orientations et organisation de la recherche)

59L’analyse des relations entre systèmes agraires et jachères menée par différents chercheurs du projet (Ouedraogo, 1995 ; Ndiaye et Boulet, 2000 ; Sorgho et Guine, 1998) montre que la pratique de la jachère est fortement déterminée par les modes d’organisation sociale et les différentes juridictions la concernant.

60En conséquence, les recherches et les actions à entreprendre pour résoudre les problèmes que pose la réduction des jachères ne peuvent se limiter aux seuls problèmes techniques ou biologiques mais doivent prendre en compte les conditions sociales de la mise en œuvre des alternatives à la jachère.

61Enfin, si l’on veut donner un caractère finalisé et opérationnel aux recherches et actions qui seront entreprises ultérieurement, il importe de valoriser les savoirs et savoir-faire paysans. Plusieurs travaux de recherche effectués lors de la 1re phase du projet jachère font état des connaissances acquises par les paysans sur les jachères. En revanche, plus rares sont ceux qui ont porté attention aux savoir-faire de ces mêmes paysans en matière d’adaptation à la régression des jachères. Pourtant, comme l’a montré l’analyse de la pratique paysanne du « défrichement amélioré » au Niger (Joet et al. 1998), ces savoir-faire sont riches d’enseignements.

62Cela revient à dire que dans cette phase d’évolution rapide des modes d’exploitation du milieu qui caractérise actuellement l’Afrique tropicale, la recherche et le développement doivent être capables d’accompagner et valoriser les initiatives que prennent les agriculteurs pour s’adapter à la régression des jachères…

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma de transition agraire (résilience des sociétés rurales).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 1. Fonctions de la jachère suivant les stades d’évolution agraire.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Auteur

Directeur de recherche émérite et ex-directeur scientifique du CNEARC (Centre national d’études agronomiques des régions chaudes, aujourd’hui IRC-Institut des régions chaudes). Site de La Valette. 1101, avenue Agropolis. BP 5098. 34093 Montpellier Cedex 05 – France. Tél : + 33 (0)4 67 61 70 00.Fax :+ 33 (0)4 67 41 02 32

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable