Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VII. L’expertise collégiale du « projet Jachère ». Résultats de recherche transférables dans cinq pays d’Afrique

L’expertise collégiale du « projet Jachère »

Résultats de recherches transférables en milieu paysan dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest

Christian Floret, Victor Hien, Philippe Jouve et Roger Pontanier†

Résumé

Le cycle culture-jachère est perturbé aujourd’hui par l’accroissement de la pression démographique et de la demande en terre. Les durées de jachère se sont raccourcies, laissant envisager à terme la disparition de cette pratique. Des méthodes de substitution à la jachère ont été avancées.
L’objectif du « projet Jachère » (1994-2003) était de réaliser un programme d’étude, d’amélioration et de gestion de la jachère au niveau de terroirs villageois dans des pays d’Afrique tropicale. Il s’agissait d’insérer le cycle culture-jachère, ou les modes de substitution à la jachère lorsqu’elle a disparu, dans une stratégie de développement durable.
Les résultats du projet Jachère ont fait l’objet de nombreuses publications scientifiques et techniques.
Une « expertise collégiale » a été entreprise pour dégager les résultats susceptibles d’être transférés en milieu paysan et pour examiner les conditions de ce transfert.

Texte intégral

L’expertise collégiale

1L’expertise collégiale se définit comme la mobilisation concertée de diverses compétences pour l’analyse commune d’une situation donnée. L’expertise collégiale doit répondre à des questions précises posées aux acteurs de la recherche par les décideurs chargés de mettre en œuvre, d’exécuter et de suivre les changements et les techniques de substitution à la jachère qui ont été proposées suite à la première phase du projet.

2Cet exercice a commencé par la tenue des ateliers nationaux organisés sous la responsabilité des coordonnateurs nationaux. Les résultats techniques acquis au cours de la première phase et qui sont susceptibles d’être transférés en milieu paysan ont été présentés aux services de vulgarisation, ONG et projets de développement. L’analyse des besoins exprimés a abouti au criblage de ces résultats en deux catégories : ceux qui peuvent être transférés en l’état et ceux qui doivent être validés par des dispositifs en milieu paysan. Cependant, l’expertise insiste sur le fait qu’il n’y a jamais « transfert » pur et simple de la technique, mais à chaque fois, tri, test, adoption sélective, réappropriation partielle, par le paysan.

Rappel de la problématique du projet Jachère, sa mise en œuvre, ses résultats

Problématique

3En Afrique tropicale, une utilisation courante des sols consiste souvent en une phase de culture de quelques années, suivie, après la baisse des rendements, d’un abandon cultural de durée variable. Cette seconde phase, appelée jachère, permet la remontée de la fertilité des sols et des potentialités agronomiques et écologiques du milieu, grâce à un retour à la savane arbustive ou arborée. Par ailleurs, la jachère n’est pas considérée par les communautés rurales comme une simple mise en dormance de l’agriculture, mais aussi comme un lieu de production où le paysan et l’éleveur exploitent des ressources fourragères, ligneuses, fruitières, ainsi que des plantes utilisées en pharmacopée. Le système culture/jachère apparaît ainsi comme un mode de gestion des ressources des savanes africaines.

4Ce cycle culture-jachère est perturbé aujourd’hui par l’accroissement de la pression démographique et de la demande en terre. Les durées de jachère se sont raccourcies, laissant parfois même la place à une culture continue. L’augmentation des prélèvements de bois et l’intensification du pâturage sur des zones réduites diminuent ses fonctions de production. Raccourcie, la régénération naturelle devient moins efficace et s’accompagne d’une baisse de la biodiversité. Le dysfonctionnement hydrique ainsi que l’érosion ont tendance à s’installer de façon alarmante sur des terres de plus en plus dégradées. Tous ces phénomènes créent sur les terroirs traditionnels une situation de crise aux conséquences socio-économiques très importantes.

5Des méthodes de substitution à la jachère ont été avancées. Mais les techniques coûteuses de restauration d’une terre épuisée et agroforestières, trop sectorielles, ne prenant pas suffisamment en compte la dimension du terroir, les aspects sociaux ou fonciers, n’ont pas toujours répondu aux espoirs de sociétés déjà peu enclines à accepter les innovations, et ont ralenti la mise en place de la transition vers une agriculture continue durable.

Objectifs

6L’objectif du projet était de réaliser un programme d’étude, d’amélioration et de gestion de la jachère au niveau de terroirs villageois dans des pays d’Afrique tropicale. Il s’agissait d’insérer le cycle culture-jachère, ou les modes de substitution à la jachère lorsqu’elle a disparu, dans une stratégie de développement durable. Le renforcement des capacités nationales d’intervention dans le domaine objet de l’étude était aussi l’un des objectifs affichés du projet.

7Les pays concernés ont été : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal.

Mise en œuvre (organisation)

8Le programme de recherche a été coordonné par l’Institut de recherche pour le développement (IRD, ex-Orstom, France) sous l’égide de la Coraf. Il a associé plusieurs institutions de recherche et d’enseignement supérieur : CNRST (Burkina Faso), CNRA (Côte d’Ivoire), IER (Mali), Faculté d’Agronomie (Niger), Isra (Sénégal), Cirad (France), CEFE/CNRS (France), NRI (Grande Bretagne) et de nombreuses universités du Nord et du Sud.

9Le projet a été financé dans les 5 pays par le 7e FED et par la France. Un projet financé par la DGXII a permis d’associer un pays d’Afrique centrale, le Cameroun, à ces recherches sur la jachère.

Principaux résultats

10Les actions entreprises ont privilégié des recherches à caractère finalisé pour l’amélioration, la valorisation ou la substitution de la jachère par d’autres pratiques. En effet, face à la saturation de l’espace cultivable, des techniques de « jachères améliorées » ont été proposées avec des essais par les chercheurs dans les terroirs retenus, pour maintenir les fonctions indispensables de la jachère (fonctions de restauration de la fertilité, de production fourragère et de bois, etc.). Elles ont parfois été aussi obtenues en station. Ces techniques doivent donc encore être validées en milieu réel, au niveau local et régional, et appropriées par les paysans.

11Un premier volume publié sur les résultats du Programme Jachère représente les Actes du « Séminaire international sur la Jachère en Afrique tropicale » (édité chez John Libbey). Il contient les communications présentées dans l’ordre des dix sessions et le texte des posters. Un second volume intitulé De la jachère naturelle à la jachère améliorée. Le point des connaissances est publié chez le même éditeur (Floret et Pontanier, 2001). Il contient dix articles de synthèse qui font le point des connaissances actuelles sur les mêmes thèmes.

Le cadre général de l’expertise collégiale

12Les différents partenaires ont décidé de réaliser une expertise collégiale pour évaluer les possibilités de valorisation technique des acquis de la recherche.

13La démarche de l’expertise repose sur la confrontation de la demande sociale actuelle, recensée au niveau des pays couverts par le projet, avec les résultats scientifiques générés par ledit projet ou en d’autres circonstances sur la même problématique. La contextualisation des acquis permet de mieux prendre en compte les besoins exprimés et de construire une programmation participative et ciblée des actions futures à partir d’une typologie élaborée des résultats disponibles.

14Les 7 experts et les 5 coordonnateurs nationaux du projet ont procédé dans un premier temps à une analyse critique de la littérature scientifique produite par le projet et hors projet traitant de la problématique des jachères. La restitution, lors de la réunion initiale des experts, des travaux des ateliers nationaux de validation par les coordonnateurs nationaux a visé à préciser la nature des demandes des utilisateurs et à identifier les techniques qui devraient être transférées pour satisfaire ces demandes. À l’issue de cette réunion initiale, les synthèses à réaliser dans le cadre des différentes sous-expertises ont été précisées et le plan général du rapport de l’expertise a été élaboré. Plus spécifiquement la répartition des tâches des experts a été définie selon les principales fonctions de la jachère (la fertilité, la production des fourrages, du bois d’œuvre et de feu, des produits de cueillette, de réservoir de biodiversité) et se décline comme suit :

  • Dynamiques agraires, jachères et contextualisation des résultats

  • Jachères et fertilité

  • Jachères, produits de cueillette et biodiversité

  • Jachères et production fourragère

  • Jachères et agroforesterie

  • Modalités de mise en œuvre des acquis de la recherche au service du développement (conditions et processus d’innovation).

15La figure 1 présente les principaux sites sur lesquels des résultats sur la jachère ont été recueillis. Les écorégions et la pluviosité de ces sites figurent sur le tableau 1.

Tableau 1. Les sites d’étude et leur cadre éco-climatique (Fournier et al., 2001). *unité de la carte phytogéographique de White (1986).

Tableau 1. Les sites d’étude et leur cadre éco-climatique (Fournier et al., 2001). *unité de la carte phytogéographique de White (1986).

Figure 1. Carte de localisation des sites d’études sur la jachère.

Bibliographie

Bibliographie

Floret Ch., Pontanier R. (eds), 2001. La jachère en Afrique tropicale. De la jachère naturelle à la jachère améliorée. Le point des connaissances. Paris, John Libbey Eurotext, 356p.

Fournier A., Floret Ch. Gnahoua J.B., 2001. Végétation des jachères et successions post culturales en Afrique tropicale. In Floret Ch. Et R. Pontanier (eds), pp. 123-168, La jachère en Afrique tropicale. De la jachère naturelle à la jachère améliorée. Le point des connaissances. Paris, John Libbey Eurotext, 356p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les sites d’étude et leur cadre éco-climatique (Fournier et al., 2001). *unité de la carte phytogéographique de White (1986).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Figure 1. Carte de localisation des sites d’études sur la jachère.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteurs

Ex-directeur de recherche à l’IRD. Ex-coordinateur régional du programme « Jachère ». BP 70. Saly Sénégal. Tél./fax :221 339574972.Portable :221 776460910

Directeur de recherche, CNRST/INERA du Burkina Faso. 03 BP 7192. Ouagadougou 03 e-mail : vhien@fasonet.bf, tél +226 70 25 48 72

Directeur de recherche émérite et ex-directeur scientifique du CNEARC (Centre national d’études agronomiques des régions chaudes, aujourd’hui IRC-Institut des régions chaudes). Site de La Valette. 1101, avenue Agropolis. BP 5098. 34093 Montpellier Cedex 05 – France. Tél : + 33 (0)4 67 61 70 00.Fax :+ 33 (0)4 67 41 02 32

Ex-directeur de recherche à l’IRD

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable