Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie VI. Techniques forestières et innovations dans les opérations de reboisement en milieux arides et semi-arides

Techniques forestières et innovations dans les opérations de reboisement

Ronald Bellefontaine, Michel Malagnoux et Aboubacar Ichaou

Résumé

Le projet de la Grande Muraille Verte (GMV) s’est fixé plusieurs objectifs ambitieux, dont celui de réaliser l’installation et la mise en valeur intégrée d’espèces végétales à valeur économique adaptées à la sécheresse, de systèmes de production agricoles et d’autres activités génératrices de revenus. En conséquence, dans ce chapitre, après un rapide état des lieux de 1965 à 2000 retraçant les principaux acquis et les échecs relatifs à la recherche-développement dans le domaine (agro)forestier en régions arides et semi-arides, nous insisterons sur les succès récents des douze dernières années. Il serait souhaitable que ces réussites soient assimilées par les décideurs qui géreront, dans leurs pays respectifs, le développement de systèmes de production agro-sylvo-pastoraux intégrés liés à la GMV.
Dans ce cadre, diverses recommandations sont émises à la fin de ce chapitre. Elles permettront aux responsables de s’imprégner des difficultés qui les attendent pour ériger cette GMV. Rédigé par des forestiers, écologues et agroforestiers, ce chapitre fait rapidement le point des avancées dans le domaine des arbres hors forêt, des jachères et parcs agroforestiers, de l’aménagement simplifié permettant la création de marchés ruraux de bois-énergie et la gestion décentralisée des forêts et autres espaces forestiers, de l’évolution de la lutte contre l’érosion, de la restauration de la fertilité des sols, et de la stabilisation des dunes.
Sans modernisation importante et très rapide de l’itinéraire technique de production de plants, sans amélioration du fonctionnement des pépinières, la GMV risque de se solder par des déboires, immédiats ou décalés dans le temps du fait d’une croissance juvénile perturbée, suivie de mortalités. Des études vitales et encore très peu répandues dans la zone sahélienne devront aborder en priorité l’analyse des micro-organismes telluriques qui vivent en symbiose avec les ligneux et divers aspects liés à la domestication des espèces économiquement importantes (fruitiers, arbres fourragers, bois d’œuvre), notamment les nouveaux outils moléculaires fiables pour l’évaluation de la diversité génétique, la quantification des flux de gènes et la structuration des populations, ainsi que les itinéraires techniques les plus adaptés pour multiplier végétativement les meilleurs clones.

Texte intégral

Introduction

1Diverses tentatives d’édification de murailles vertes existent : le barrage vert algérien qui a connu quelques succès, pas mal de déboires et des réorientations importantes, ou la grande muraille verte de Chine, gigantesque projet d’aménagement intégré associant plantations de ligneux et semis de plantes herbacées. Le concept récent de la Grande Muraille Verte (GMV) « précise qu’il s’agit de réaliser l’installation et la mise en valeur intégrée d’espèces végétales à valeur économique adaptées à la sécheresse, de bassins de rétention, de systèmes de production agricoles et d’autres activités génératrices de revenus, ainsi que des infrastructures sociales de base » (Bellefontaine et al., 2011). Cette bande verte au sud du Sahara (de Dakar à Djibouti), large de 7 à 15 km, est située entre les isohyètes 100 et 400 mm, principalement en zone sahélienne.

2Rares sont les chercheurs qui contestent aujourd’hui que le Sahel souffre de la dégradation des terres à la suite de l’exploitation (par des techniques non recommandées) du couvert végétal et des ressources en eau. D’aucuns contestent les méthodes utilisées, notamment pour estimer la dynamique du tapis herbacé (Hein et al., 2011). Dans les zones arides, la végétation herbacée domine, avec très peu ou pas de ligneux, sauf dans les bas-fonds ; sa dynamique dépend d’un facteur d’efficacité d’utilisation des rares pluies, dont tiennent compte les bergers. Mais, les ligneux (arbres, arbustes, buissons) sont des éléments majeurs des écosystèmes semi-arides et sud-sahéliens notamment (steppes et savanes arbustives ou arborées). Ils participent pour une large part au développement et à l’autonomie des populations rurales de ces régions. Si dans certaines régions sahéliennes, le développement d’activités agro-sylvo-pastorales raisonnées et adaptées par les populations locales a permis un rétablissement progressif du couvert arboré et des végétaux annuels (Peltier et al., 1994 ; Reij et Botoni, 2009 ; Masse et al., 2011), il n’en va pas de même partout.

3Les chercheurs et beaucoup d’ONG se sont mobilisés dès les années 1960 sur des thèmes sectoriels tels que la fixation des dunes, la dormance des graines, les dispositifs de défense et restauration des sols, les reboisements industriels puis villageois, la cartographie par interprétation de photos aériennes, etc. Certaines de ces expériences ont contribué à faire émerger depuis les années 1980 les connaissances des pratiques et savoirs traditionnels (méconnus en général par les forestiers) et ont également permis d’affiner les techniques qui ont récemment fait leurs preuves (implication complète des populations durant tout le processus d’analyse multidisciplinaire de l’état des lieux ; stratégie d’énergie domestique ; régénération naturelle assistée ; démarrage d’activités de domestication par multiplication végétative des meilleurs clones ; gestion durable des eaux et des sols ; approche correcte de l’éclaircissement – ou dédensification – de terroirs par image à très haute résolution ; etc.). Si les nombreux usages et bénéfices des ligneux sahéliens sont mieux connus depuis une trentaine d’années, il subsiste encore des lacunes. Elles retardent parfois la valorisation du bois et produits autres que le bois, qui permettrait de développer l’important potentiel de développement rural des zones arides et semi-arides. Nombreux sont les projets qui n’ont pas diffusé leurs résultats faute d’une base de données ou d’un site international (notamment francophone, car les rares revues francophones refusent les articles à thématiques aussi générales et au contenu trop volumineux). Dans le meilleur des cas, ces projets se contentent de publier un article de synthèse dans des revues peu accessibles, voire totalement inconnues des principaux utilisateurs.

4Aujourd’hui, la fragilité des écosystèmes, la pression anthropique et la difficulté de maintenir la productivité des terres sont cependant reconnues par tous, les populations, les chercheurs et la société civile (Roose et al., 2010). Deux éléments majeurs manquent encore pour parvenir à assurer la durabilité des ressources naturelles : le manque de cohésion nationale des différentes populations rurales (dû à leur isolement et pauvreté) et la valorisation-vulgarisation des expériences et connaissances antérieures sous des formes variées (émissions de vulgarisation pour les télévisions et radios locales, séminaires et congrès, diffusion par les réseaux sociaux, articles, livres).

5Dans ce chapitre, bien que les régions arides et semi-arides soient des régions steppiques avec peu de ligneux, sauf dans les bas-fonds ou lits d’oueds, nous traiterons principalement de l’impact des ligneux sous toutes leurs formes (arbre, arbrisseau, buisson) sur l’écosystème et sur les ressources naturelles (eau et terre, notamment). Il est évident que la strate herbacée et le pastoralisme doivent être intégrés dans les programmes forestiers tels que la GMV. Nous établirons rapidement un état des lieux se reportant principalement aux années 1965-2000, puis nous aborderons les principaux succès récents (après 2001), encore souvent méconnus, qu’il conviendrait d’amplifier et de généraliser.

État des lieux

Connaissances éparses relatives aux arbres hors forêt

6Jusqu’à la fin du xxe siècle, les préoccupations à l’égard des forêts de la planète ont occulté les ressources arborées hors forêt qui, par leur caractère intersectoriel et multifonctionnel, étaient l’objet d’une approche beaucoup plus diffuse, passant par l’agroforesterie, le sylvo-pastoralisme, la foresterie urbaine et rurale. Les évaluations successives des ressources forestières mondiales (FAO, 2010) étaient jusqu’alors limitées à celle des forêts stricto sensu sans tenir compte des arbres et buissons situés sur les terres agricoles, urbaines, ou dans les savanes et steppes arides et semi-arides. En 1996 à Kotka, en Finlande, la consultation d’experts sur les questions d’évaluation des ressources forestières a manifesté le souci de disposer d’informations sur les arbres hors forêt.

7On ne connaissait quasiment rien de leur contribution à l’économie rurale, au développement rural et à la qualité du cadre de vie, de leur dynamique notamment en liaison avec la disparition de superficies forestières, des modes d’appropriation de ces ressources et règles foncières. Or, l’arbre hors forêt, ressource dispersée aux fonctions multiples est bien connu des paysans. Procurant de nombreux produits et des services environnementaux, l’arbre hors forêt est le plus souvent approprié et cultivé par l’homme. Alors que les ressources forestières sont généralement connues et cartographiées, les informations et les données sur les ressources ligneuses hors forêt sont fragmentaires, dispersées, ponctuelles. Depuis toujours les arbres hors forêt font partie de la vie quotidienne des populations du globe : arbres fruitiers, des champs, des parcs, d’agrément, arbustes sauvages, futaies et bosquets de petite superficie, systèmes linéaires tels que brise-vent et haies, boqueteaux isolés. « Les arbres hors forêt avaient été oubliés des évaluations des ressources naturelles, négligés des statistiques, ignorés des politiques, délaissés des législations, quasiment écartés des recherches et éclipsés des discussions publiques » (Bellefontaine et al., 2002). Ce n’est que depuis une quinzaine d’années qu’ils commencent à prétendre au statut de ressource à part entière (Alexandre et al., 1999 ; Unesco/Cirad, 2004), car l’augmentation de la population et la demande accrue en produits ligneux et non ligneux ont fait que les décideurs et les planificateurs ont alors progressivement perçu l’ampleur des perspectives, jusque-là insoupçonnées, qu’offraient les arbres hors forêt pour l’aménagement durable des ressources naturelles et la gestion intégrée des terres forestières, agricoles, pastorales et urbaines.

Pression sur les ligneux et éclaircissement du couvert arboré

8Le manque de coordination et de communications relatives aux nombreuses actions forestières entreprises et la non-implication des populations ont découragé ces dernières, qui dès lors n’ont pas respecté les règlements et ont cherché à vendre le bois-énergie et les coproduits, quitte à accentuer l’exploitation des ressources forestières. Le manque de précisions, informations ou lois relatives à la destination des revenus forestiers tirés des ligneux exploités par des bûcherons allochtones dans leurs terroirs ruraux a accentué la surexploitation des ressources naturelles, car le milieu rural doit alimenter les villes en bois-énergie, charbon de bois et bois d’œuvre (Mazoyer, 1991). Source de revenus importants pour les populations, cette exploitation ligneuse se pratique généralement sans bien prendre en compte d’autres activités alternatives et génératrices de revenus. Les auréoles de désertification sur plusieurs dizaines de kilomètres autour de nombreuses agglomérations sahéliennes se sont élargies, car ces espaces en libre accès sont exploités au-delà de leurs capacités de régénération (fig. 1). L’arbre sur pied n’a que peu ou pas de valeur (Ichaou, 1995 et 2000). L’approvisionnement des villes en combustible domestique est resté jusqu’à la fin du xxe siècle souvent incontrôlé (sauf dans certaines régions du Mali, Burkina faso, Niger, etc.).

Figure 1. Cap Vert, près de Cidade Velha : surexploitation et désertification.

9De plus, certains espaces forestiers ont été convertis par l’agriculture ou l’élevage intensif. Mais, c’est principalement la densité du recouvrement forestier qui a diminué de façon inquiétante dans les régions semi-arides. La comparaison diachronique de photographies aériennes et d’images satellitaires à haute résolution (de type Ikonos) permet d’observer cet éclaircissement du couvert arboré dans l’arganeraie marocaine (Le Polain de Waroux, 2012) ou ailleurs (Hirche et al., 2011). Les populations rurales se voient privées, de manière lente mais inexorable, d’espèces appréciées pour leurs vertus thérapeutiques, protectrices et nourricières.

10Dans le domaine varié des ligneux sahéliens, tels que les espaces forestiers, les steppes arbustives, les brousses tigrées, les parcs agroforestiers, les forêts ripicoles, de très nombreux acteurs (étatiques et para-étatiques, autorités politiques, ONG, coopérations, organismes internationaux, commerçants, populations) interviennent depuis un demi-siècle à travers des projets et plans divers, sans une cohésion rigoureuse et une programmation stratégique. Depuis Rio 1992, tous ces acteurs se sont progressivement mis d’accord pour dire qu’il est nécessaire d’opter pour une réelle approche participative en matière de gestion des formations forestières et de l’environnement, mais dans de nombreux pays les conditions sous-jacentes pour garantir des bons résultats par cette approche ne sont pas toujours créées et soutenues par l’État, les collectivités et les services techniques. Les intérêts à court terme des populations, qui réclament des retombées immédiates, divergent des objectifs à long terme des services forestiers. Il est vrai qu’impliquer l’ensemble des populations rurales d’un pays entier dans un seul programme est en général irréalisable, faute de moyens. C’est pourquoi, les projets (1970-1990) tentaient de créer des conditions durables et reproductibles dans certaines régions afin que petit à petit l’implication réelle et pérenne des populations des régions voisines impose une nouvelle conception de la répartition des tâches entre elles et l’État, ainsi que la modification de la législation, l’organisation de marchés et un encadrement institutionnel adéquat.

Jachères et parcs agroforestiers

11De nombreux travaux et projets relatifs aux jachères et aux parcs agroforestiers ont été menés et ont été présentés lors de séminaires (Piéri, 1989 ; Floret et Serpantié, 1993 ; Riedacker et al., 1993 ; Bonetti et Jouve, 1999) ou de synthèses (Dupriez et De Leener, 1987 ; Cirad-Forêt, 1996 ; Boffa, 2000), car l’importance des ressources forestières (bois et produits forestiers autres que le bois) que l’on trouve dans les terroirs agricoles n’était dans les années 1970-1980 que rarement évaluée. Dans toute la zone sahélienne, du fait d’un déséquilibre entre l’offre et la demande en énergie domestique, l’aménagement des ressources forestières complémentaires telles que celles des jachères s’avère donc capital pour satisfaire l’ensemble de besoins énergétiques aussi bien des ruraux que des citadins.

12Dans le système traditionnel d’utilisation des sols en Afrique tropicale, grâce à des indicateurs biophysiques, le paysan arrivait à suivre l’évolution de la fertilité et pouvait déterminer le moment de la remise en culture de la jachère. Outre la remontée de la fertilité, la jachère joue d’autres rôles : production de bois et plantes médicinales, source de produits alimentaires et de fourrage, outils de gestion de terroir villageois. Aujourd’hui, cette pratique est largement en crise du fait de la pression démographique, de l’extension des cultures de rente et d’une certaine désorganisation dans les modes de gestion des ressources naturelles. Les durées des jachères sont fortement réduites, la remontée biologique est devenue lente et incomplète, les jachères se raréfient, changent de nature et de type d’exploitation, notamment sur le plan forestier.

13Pour ce qui concerne les arbres des terroirs cultivés, au Niger par exemple, des investigations plus poussées sur les formations forestières des terroirs villageois cultivés ont été réalisées lors de l’élaboration du Schéma directeur d’approvisionnement en bois-énergie de la ville de Niamey (SDAN) en 1991. S’inspirant de résultats des enquêtes filières des années 1986 et 1990, le SDAN a permis de mettre en évidence que les terroirs agricoles contribuaient dans la production du bois-énergie commercialisé pour un pourcentage non négligeable (Mazoyer, 1991). L’intérêt des formations ligneuses des terroirs villageois cultivés a été démontré dès 1993 au Niger (Ichaou, 1992, 1993) devant la montée de la demande en bois de la ville de Niamey et l’insuffisance de l’offre en bois-énergie des diverses formations forestières classées ou non. En effet, devant la situation de certaines zones agricoles très peuplées où les jachères et a fortiori les forêts avaient disparu, le manque de bois de feu s’est fait cruellement sentir (régions de Zinder, Maradi, Magaria). Il a donc été nécessaire de chercher des solutions pour gérer les arbres épars des champs représentant les dernières ressources en bois de feu (Ichaou, 1995). Les ressources ligneuses des terroirs cultivés autour de Niamey sont loin d’être négligeables (proche de cinq stères par houppier pour les grands arbres), encore faut-il ne pas abattre les arbres jusqu’aux derniers, mais utiliser des techniques plus souples et convenables comme l’émondage et l’élagage partiel, sans étêtage ou éhoupage afin de ne pas mettre en péril la survie de l’arbre (Bellefontaine et al., 2002). Dans ce cadre, le Projet Énergie II (PE II) mit alors en place les premiers aménagements villageois simplifiés (Peltier et al., 1994 ; Boureima, 2002, 2003) prenant en compte les arbres épars des champs et forêts résiduelles. Par la suite, le Projet Énergie domestique qui a succédé au PE II, devant l’importance démontrée des ressources ligneuses des terroirs villageois, a lancé des expériences d’aménagement simplifié dans diverses zones écologiques du Niger (d’Herbès et al., 1997 ; Bellefontaine, 1999).

14La transformation d’une forêt en parc agroforestier permet souvent de changer le statut juridique de l’espace et des ressources qu’il contient. La transformation agroforestière sert toujours à redéfinir la base des relations entre les diverses catégories d’acteurs au sujet de l’accès et du contrôle de ressources et d’espaces vitaux. « À l’échelon local, ce processus d’appropriation permet de transformer un espace au départ collectif en terre à statut d’appropriation plus privée, sous le contrôle individuel d’un village, un propriétaire ou un clan. Dans les relations avec l’administration nationale, l’appropriation permet aux paysans de mieux revendiquer des droits coutumiers de propriété sur des espaces traditionnellement intégrés au territoire villageois, mais en litige. Enfin, elle permet de créer des patrimoines fonciers transmissibles aux générations futures et constitue donc un acte fondateur essentiel des familles, des lignages ou des clans » (Bellefontaine et al., 2002).

15Cette participation accrue des populations rurales aux projets de gestion des ressources forestières a contribué dans certains pays à asseoir la toile de fond effective à la décentralisation administrative effective. En impliquant ou en transférant une partie du contrôle des forêts naturelles aux communautés locales, les nouvelles politiques forestières des pays sahéliens introduisaient en effet un changement institutionnel profond. Un tel transfert constituait un premier pas vers une gestion décentralisée des ressources, annonçant déjà le processus de décentralisation politique qui est effectif actuellement dans certains pays. Dans ce contexte, les rôles et responsabilités des services de l’environnement étaient donc censés évoluer au fur et à mesure que les nouvelles politiques sont mises en œuvre, d’une gestion effective vers l’encadrement et le conseil technique.

Pépinières obsolètes et graines de faible qualité

16Des techniques obsolètes (sachets en polyéthylène avec ou sans fond, mottes précontraintes à base d’argile, etc.) sont encore utilisées de nos jours, alors qu’elles devraient être définitivement abandonnées. L’analyse de la mortalité et de la faible croissance de reboisements en Europe a été réalisée dans les années 1975-1995 (Franclet et Najar, 1978 ; Guehl et al., 1989 ; Lemaire et al., 1989 ; Argillier et al., 1991). Les mortalités, immédiates ou après quelques années, étaient trop importantes et la croissance nettement insuffisante du fait de malformations racinaires telles que chignons, baïonnettes, crosses, etc. Très vite, les soupçons se sont tournés vers les sachets qui entraînent presque toujours la formation de chignons dont il est impossible de se débarrasser. Ces racines, même coupées, ne se développeront pas correctement et le plant est condamné : il s’agit d’un caractère acquis. Les déformations des racines (fig. 2) perturbent pendant de longues années le fonctionnement physiologique et le bon développement racinaire, nécessaires à l’exploitation des ressources hydriques et minérales du site de plantation (Riedacker, 1978 ; Falconnet et al., 1990).

Figure 2. Conteneur totalement inadapté induisant un chignon racinaire.

17En ce qui concerne les graines, les forestiers sahéliens ont accumulé dans les années 1970-1980 une masse considérable d’informations relatives à la reproduction sexuée, notamment la physiologie des semences : germination, modes de prétraitement et conservation (Somé et de Kam, 1993 ; Bellefontaine, 1993 ; Olesen, 1996 ; Ouedraogo et Boffa, 1999). Avant les années 1970 au Sahel, aucun peuplement semencier n’avait été délimité. Les graines étaient récoltées sur une base génétique excessivement étroite (en général sur un arbre fructifère, parfois sur plusieurs si la demande était importante). De plus, il n’y avait généralement pas de sélection des arbres-mères. En ce qui concerne la phénologie des espèces ligneuses des climats sahéliens et sahélo-soudaniens, les observations étaient rares, éparses, incomplètes et peu ou non diffusées. Ces études permettaient au mieux d’élaborer un canevas « relativement précis » pour la fructification, plus rarement pour la floraison et la période optimale de fécondation.

Déficit chronique des régénérations naturelles

18L’ensemencement naturel des ligneux est perturbé par les conditions climatiques, le surpâturage, parfois les feux de brousse, ce qui dans le meilleur des cas induit une croissance aléatoire ou lente. Les graines, lorsqu’elles parviennent à germer et à s’installer définitivement, contribuent à maintenir une variabilité génétique importante. De très nombreux témoignages de forestiers des zones sèches signalent que même si une espèce a une régénération sexuée prolifique, les germinations en tapis dru peuvent s’éclaircir, puis s’estomper au fil de l’installation de la saison sèche et des passages répétés des troupeaux, pour n’aboutir après une année entière qu’à de rarissimes plantules rescapées dans des buissons épineux (Ouedraogo et al., 2006). Ainsi dans les zones sahéliennes du Burkina Faso, « nombreuses sont les espèces qui ont vu leur population diminuer, ou qui ont disparu. Elles sont confinées dans les bas-fonds et concurrencent les cultures maraîchères. Quelques espèces des zones sahélo-sahariennes (Acacia tortilis, A. ehrenbergianna, Leptadenia pyrotechnica) sont en accroissement numérique, mais la dynamique de la flore et de la végétation ligneuses est caractérisée par une régression de la densité ligneuse de 11,4 % entre 1994 et 2004 » (Ganaba, 2008). Dans la partie orientale du Burkina Faso, « la régénération naturelle est très faible ou quasiment réduite à une levée plus ou moins abondante de cohortes de plantules qui ne vivent que la période d’une saison humide … ; … la tendance à la régression apparaît pour huit espèces : Bombax costatum, Bosweilla dalzielii, Burkea africana, Pterocarpus lucens, P. erinaceus, qui présentent des structures de populations dégradées ou vieillissantes. P. lucens subit une importante mortalité. Quant à Afzelia africana, Dalbergia melanoxylon et Sterculia setigera, la faible vitalité de leurs sujets et/ou leurs difficultés de régénération évoquent des signes de régression naturelle » (Ouédraogo, 2006). Autre exemple, une étude de la régénération d’Acacia senegal en Mauritanie a montré que celle-ci pouvait s’établir d’autant mieux que les puits étaient ensablés, rendant la zone inaccessible aux troupeaux (Malagnoux et Jeanjean, 1989) !

19Remarquons que lors de la réalisation d’inventaires en forêt, il est souvent très difficile de distinguer un semis d’un plant issu de propagation végétative, ce qui biaise les inventaires où toutes les formes de régénération sont regroupées, de manière erronée, sous le vocable semis naturels ou recru. Or pour certaines espèces et dans certains sites, l’origine des arbres peut être plus végétative que sexuée (Hasnaoui, 1991 ; Catinot, 1994 ; Bellefontaine, 2005). Dans les régions semi-arides et arides, ou lors d’une succession d’années très sèches, la régénération de certaines espèces est principalement assurée par la multiplication végétative naturelle (rejets, drageons, marcottes) prenant le relais de l’ensemencement naturel (Bationo et al., 2001 ; Ouedraogo, 2006 ; Ky-Dembélé et al., 2007 ; Meunier et al., 2008 ; Bognounou et al., 2010 ; Morin et al., 2010). Ce qui induirait à la longue une augmentation de la consanguinité, car tous les arbres proches d’un arbre-mère étant génotypiquement identiques, des risques de dégénérescence et de pertes de productivité et/ou de résistance à diverses attaques, pourraient se produire, surtout si après quelques années de sécheresse, un cycle humide permet à nouveau la germination et l’installation de graines (provenant alors du croisement d’arbres spatialement différents, mais génotypiquement identiques).

Plantations encore trop rares et réutilisation des eaux usées

20La régénération artificielle des espèces forestières se fait notamment par voie de semis ou par plantation. Ceci requiert l’obtention de semences, l’installation de pépinières, de nombreux achats (conteneurs, terreaux, engrais, etc.) et l’entretien régulier des plantules pendant plusieurs mois. La préparation des espaces réservés aux plantations de grandes superficies est également très onéreuse. Les taux de réussite des plantations industrielles ou des bois de village des années 1980 n’ont jamais été importants, car la propriété du bois et des coproduits n’était pas clairement établie. Les populations locales ne les ont pas acceptées. La divagation durant huit à neuf mois par an des animaux domestiques et le surpâturage intense, très localisé sur des espaces réduits pendant la saison des cultures, ont entraîné des pertes conséquentes. Ces plantations ont détruit des massifs naturels (assimilés comme peu productifs de manière erronée par des économistes étrangers) ; elles étaient réalisées souvent à base d’espèces exotiques (parfois envahissantes – Tassin et al., 2009). Elles se sont avérées coûteuses, peu productives et ont été souvent dégradées par le feu, les troupeaux et les coupes illégales. À partir de la fin des années 1980, les financements et subventions se sont portés sur l’aménagement des forêts naturelles existantes et non plus en faveur de plantations, non souhaitées par les populations rurales.

21Dans certaines zones touristiques, à l’écart du centre des villes, il y a eu aussi quelques tentatives de plantations d’espèces à croissance rapide en zones arides (Koweit, Tunisie, Égypte), mais en utilisant les eaux partiellement traitées des stations d’épuration voisines (Bartolone et Arlosoroff, 1987 ; Braatz et Kandiah, 1996 ; Bellefontaine, 1998). En 1996, le plan de recyclage des eaux usées de la ville de Mexico était de 90 000 ha et 7 à 8 pour cent du volume total des eaux usées urbaines produites dans l’État de Californie est recyclé pour l’irrigation des espaces verts (Braatz et Kandiah, 1996). Si la croissance est spectaculaire et le retour bien réel d’une biosphère en deux ou trois années (fig. 3) dans ces terres autrefois désertiques, il reste néanmoins beaucoup de problèmes à régler.

Figure 3. En Égypte, à Luxor, le couvert arboré se referme en 22 mois, le sol est ombragé, la microfaune et la faune se développent. Plantation d’Acacia saligna et Eucalyptus camaldulensis hybridés.

Premières études relatives à l’efficacité des micro-auxiliaires symbiotiques

22Peu développées dans les années 1970 en Afrique, les recherches relatives aux relations de symbioses bactériennes ou fongiques des ligneux au niveau de leurs racines se sont quelque peu multipliées dans les années1990-2000, mais bien plus pour les zones humides (Eucalyptus, Acacia, Casuarina, etc.) que pour les zones semi-arides. Les forestiers africains, notamment ceux qui œuvrent en zones sahéliennes, sont encore bien trop peu sensibilisés au fait que la durabilité des écosystèmes repose notamment sur les symbioses (en complément avec d’autres facteurs). Ces associations mutualistes entre micro-organismes telluriques et arbres sont aujourd’hui encore bien trop peu étudiées et testées dans les régions arides et semi-arides, alors qu’elles sont capitales. En effet, elles permettent la fixation d’azote atmosphérique, facilitent la biodisponibilité en phosphore et fer (Hinsinger, 2001), augmentent la résistance aux stress hydriques en particulier (Duponnois et al., 2007) et ont un impact sur la vitesse de croissance juvénile et la santé des plantules mises en terre.

23Le recouvrement arboré, buissonnant et herbacé d’un sol doit être maintenu. Si les deux premières strates sont surexploitées, la troisième est souvent condamnée à plus ou moins longue échéance. Beaucoup de plantes du sous-étage sont des plantes « nurses » qui abritent des champignons mycorhiziens. Ainsi, par exemple, lorsque les plantes compagnes (herbacées et buissonnantes) disparaissent, le couvert arboré se réduit, la qualité des sols s’altère, les principaux cycles biogéochimiques des sols sont irrémédiablement perturbés (Duponnois et al., 2010).

Lutte contre l’érosion et l’ensablement

24La restauration des terrains de montagne entreprise en France dès le milieu du xviiie siècle est devenue une politique officielle du pays par la loi de 1882 qui introduit la création de périmètres domaniaux de restauration des terrains en montagne (RTM) sur les zones les plus sensibles dans le cadre de la protection contre les mouvements de terrain et les avalanches. Ces derniers sont dus à la surpopulation de ces zones, un surpâturage et une déforestation massive (bois de chauffage par les populations locales et besoins croissants du pays en bois d’œuvre). L’action RTM introduit la correction des torrents par une double composante de génie civil (ouvrages de maçonnerie, seuils, banquettes, gabions, fascines) et de génie biologique (reboisements et végétalisation des berges et lits des torrents). Le défrichement de la Grande Prairie aux États-Unis, suivi de l’apparition de nuages de poussière obscurcissant le ciel de régions entières dans les années 1930 (Dust Bowl), a permis de développer des techniques de Conservation de l’eau et des sols (CES). Les techniques de Défense et restauration des sols (DRS) ont pris un réel essor en Méditerranée à partir des années 1950.

25Malheureusement, ces techniques n’avaient que de faibles effets sur la productivité des sols cultivés et n’intéressaient pas directement les paysans. Il a fallu attendre que le concept de la Gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et des sols (GCES) soit développé à la fin des années 1980 pour que les paysans se le réapproprient. La CGES partait du principe que ces derniers n’étaient prêts à investir leur temps de travail que sur les bonnes terres où il existe des risques potentiels de dégradation et non sur les terres déjà érodées et très appauvries (Roose et De Noni, 1998).

26Bien qu’associés communément aux zones arides et notamment aux déserts, l’ensablement des terres et la formation de dunes sont des phénomènes constatés dans de nombreux pays, sur tous les continents. Mais c’est bien dans les zones semi-arides principalement que ces phénomènes prennent de l’ampleur en raison de la fragilité du couvert végétal et des sols, surtout pendant une période de sécheresses annuelles consécutives. De tout temps, des techniques traditionnelles de lutte préventive ou curative ont permis aux populations concernées de contrer ponctuellement ces phénomènes. Le Danemark est un des premiers pays à avoir tenté de stabiliser les dunes qui menaçaient les terres agricoles et les habitations. Les premières réglementations connues dans ce pays remontent à 1539, mais c’est vers le milieu du xixe siècle qu’un grand nombre de plantations forestières ont été réalisées sur dunes. En France, les premiers travaux significatifs de fixation des dunes des Landes de Gascogne ont commencé en 1713 et se sont poursuivis tout au long du xviiie siècle. Mais c’est au début du xixe siècle que ces travaux ont été menés à grande échelle. En 1857, une loi « d’assainissement et de mise en culture des Landes de Gascogne » imposa à toutes les communes de cette région de boiser leur territoire.

27Dans les zones sahéliennes, la lutte contre l’érosion éolienne et les déplacements des dunes a débuté en Mauritanie, Sénégal, Niger dans les années 1970.

Succès récents

Gestion conservatoire des arbres hors forêt

28Depuis une dizaine d’années, les connaissances sur la dynamique et la productivité des arbres hors forêt se sont multipliées. Leur définition, encadrée selon les critères pré-établis de la FAO, a permis cependant de mieux se les représenter (Bellefontaine et al., 2002 ; Pain-Orcet et Bellefontaine, 2004). Cette ressource dont l’importance a été démontrée se présente selon des dispositifs de fonctions et de structures diverses : isolés, en boqueteaux, en parcs agroforestiers ou en systèmes linéaires. Pour ces derniers, quatre types principaux sont notés : la haie, le brise-vent, l’alignement d’arbres (le long des routes et autres voies de communications) et la ripisylve, frange étroite, voire discontinue d’arbres le long de cours d’eau permanents, temporaires ou même phréatiques (forêts alluviales, forêts-galeries qui ont été défrichées, drainées et mises en culture) (Bellefontaine et al., 2002). Les études pour les domestiquer ou pour augmenter leur productivité sont en cours pour les espèces les plus importantes économiquement parlant (Butyrospermum parkii, Argania spinosa, etc.). Les techniques agroforestières se généralisent petit à petit (Pouliot et al., 2011 ; Nklo et al., 2010 ; Osman et al., 2011) et permettront de mieux tirer profit de l’interaction arbres/herbes/animaux.

29Des privés ont ainsi planté récemment des banques fourragères à base de Pterocarpus lucens, P. erinaceus, Khaya senegalensis particulièrement rentables pendant les périodes de soudure. Le feuillage vert fait l’objet d’un commerce pour nourrir le petit bétail citadin. Ailleurs, ce sont les fruits (Prosopis juliflora, Faidherbia albida, etc.) qui sont commercialisés. Ce système d’affouragement en vert relativement intensif est courant dans certaines régions d’Afrique, ce qui pose indirectement le problème de la gestion appropriée et durable de ces arbres souvent mutilés. Des recherches sur l’émondage, l’élagage, l’érussage et l’étêtage (fig. 4) doivent être entreprises en fonction de l’âge, de la saison et du climat (Bellefontaine et al., 2002).

Figure 4. Jeune Bombax costatum au Burkina Faso, écimé pour la récolte des fleurs utiles dans l’alimentation.

30Depuis peu, les espèces les plus intéressantes et vitales pour l’alimentation humaine (baobabs, nérés, karités, mais aussi l’arganier au nord du Sahara) font l’objet de projets particuliers (Gouwakinnou et al., 2009 ; Bellefontaine, 2010 ; Raebild et al., 2011 ; Noubissié-Tchiagam et al., 2011). La labellisation des coproduits récoltés sur les ligneux à usages multiples peut être porteuse de bénéfices, mais la traçabilité des produits de terroir est soumise à diverses contraintes. « Les labels, indications géographiques et l’écocertification sont des réponses possibles aux nombreux problèmes rencontrés par les populations rurales. Or, c’est dans ces zones rurales que le niveau de vie est le plus étroitement dépendant de l’abondance des ressources naturelles. L’arbre hors forêt est un enjeu crucial dans les relations entre les villes et les campagnes. Les efforts de restauration de terres dégradées et de re-densification arborée par la régénération naturelle assistée, notamment doivent être encouragés par l’État et les organisations internationales. Cependant, c’est à la motivation des acteurs économiques, agriculteurs, éleveurs, élus locaux, et autres partenaires, qu’il faut faire appel pour insuffler une réelle dynamique de gestion des arbres débouchant sur une véritable rentabilisation de la ressource et de ses coproduits » (Bellefontaine et al., 2002).

Aménagement communautaire des forêts et des parcs

31Le Niger, le Mali et le Cirad notamment ont mis en œuvre la Stratégie d’énergie domestique (SED), qui a apporté une contribution assez significative en matière d’aménagement des forêts naturelles au Sahel (Peltier et al., 1994 ; d’Herbès et al., 1997). La démarche adoptée se base sur quatre objectifs principaux : la valorisation commerciale de l’arbre, la responsabilisation et la satisfaction des besoins (en boisénergie et en coproduits divers) des populations rurales et urbaines, la création d’emplois et de revenus, la gestion durable des ressources ligneuses. Cette démarche est avant tout une approche économique, sociétale et environnementale et reste la seule valable pour des pays aux moyens limités avec comme principes de base :

  • l’élaboration, l’adaptation et l’application d’une nouvelle fiscalité sur le bois plus conforme. Elle favorise la responsabilisation effective des communautés locales : perception de la taxe par les représentants des villageois, répartition de cette taxe entre le Trésor national, les budgets des collectivités locales et les communautés rurales. Cette fiscalité constitue aussi et en priorité un véritable instrument de lutte contre la désertification : taxation différentielle selon les distances et les zones d’approvisionnement, et selon l’impact négatif des systèmes d’exploitation sur la dégradation des ressources forestières. Le fait majeur de cette fiscalité est qu’elle permet aux populations riveraines de délivrer elles-mêmes les coupons de transport du bois. Elles s’approprient les ressources des terroirs sylvo-pastoraux et réduisent les fraudes (Peltier et al., 2009 ; Rives et al., 2010) ;

  • l’organisation et la responsabilisation des populations pour la mise en place de marchés ruraux de bois-énergie (MRBE) en vue de la prise en charge de la gestion de leurs ressources forestières ; ils limitent au maximum une implication trop opérationnelle de l’administration forestière. Il s’agit là d’un pas important vers la décentralisation ;

  • l’organisation de la filière-bois, de la profession d’exploitant de bois, de conditions favorables pour un développement économique et social au niveau local ;

  • la définition des techniques d’aménagement pour les formations forestières sahéliennes, négociées et s’adaptant aux exigences des populations riveraines. Pour chaque village riverain, la délimitation du massif forestier est un préalable incontournable.

32Avec la création de structures villageoises relativement performantes, l’arbre acquiert une valeur monétaire importante aux yeux des populations riveraines et peut servir notamment pour des actions de restauration. C’est le principe de la Stratégie d’énergie domestique (SED). Cette fiscalité relative au bois-énergie constitue un atout essentiel pour favoriser la généralisation des aménagements sylvo-pastoraux. Les nouveaux textes législatifs favorisent et avantagent les producteurs ruraux organisés en MRBE. Les propriétaires de forêts plantées (privées) et les groupements de producteurs sont exemptés de la taxe, celle-ci étant assise sur le transport et le commerce du bois en ville. Les zones aménagées sont protégées par auto-contrôle des riverains : les acteurs économiques étrangers ou extérieurs n’ont plus accès aux ressources et les commerçants-transporteurs sont orientés vers les zones les plus favorables, par l’intermédiaire de la taxation différentielle (d’Herbès et al., 1997).

33Dans bien des pays de la région sahélienne, la forêt était considérée comme un bien en libre accès ; les bûcherons des villes pouvaient exploiter les forêts à leur guise, sans effort financier important, car l’arbre n’avait quasi aucune valeur (Peltier et al., 1994 et 2009). Par l’intermédiaire des marchés ruraux, l’injection régulière de masses monétaires, généralement considérables pour des paysans non fortunés, induit un autofinancement local des actions de développement. Les MRBE ont permis d’injecter des millions de francs CFA au titre des ventes de bois dans les localités concernées, qui sont à la base de la création d’emplois, la réduction de l’exode des jeunes, le développement d’autres activités à caractère économique et social : réparation d’ouvrages hydrauliques, construction d’écoles, mosquées, et autres bâtiments sociaux, banques de céréales, achat d’intrants, etc.

34Malgré une première approche techniciste (inventaire et parcellaire, travaux de régénération coûteux, etc.), la SED a notamment apporté des réformes significatives sur les plans de l’organisation paysanne (marché rural) et de la fiscalité sur le bois, ainsi qu’en matière de financement (réduction au minimum nécessaire des subventions) et de la libéralisation des prix du bois au niveau des structures villageoises de gestion (Peltier et al., 2009).

35Les perspectives de développement d’aménagements sylvo-pastoraux sur ces nouvelles bases sont nombreuses et résolument optimistes, à condition d’adopter et d’encourager :

  • une approche souple, en prenant en compte également les savoir-faire locaux ;

  • la vulgarisation de techniques de régénération les plus efficaces et facilement maîtrisables, notamment sur le plan des coûts ;

  • la promotion de structures villageoises de gestion très légères (MRBE) ;

  • la formation des membres des structures villageoises de gestion ;

  • la mise en place d’un cadre institutionnel adéquat, plus incitatif sur le plan fiscal et foncier ;

  • l’intensification de l’agriculture et de l’élevage, afin de réduire leur pression sur les ressources forestières (Bellefontaine et al., 2002).

36Le combat contre la dégradation des espaces forestiers du Sahel ne peut être gagné que par une gestion rationnelle des forêts naturelles par les communautés rurales elles-mêmes (aménagements sylvo-pastoraux villageois participatifs), ce qui n’exclut pas certaines formes de reboisements et de régénération assistée protégée. La dynamique de l‘évolution du couvert arboré n’est pas en sens unique. Ainsi, dans la région de Maradi (Niger), l’analyse diachronique de 1972 à 2005 montre une avancée du front agricole qui se traduit par une diminution des superficies forestières de 20 %, mais parallèlement une extension (9 %) des zones de cultures sous parc arboré (Mahamane et al., 2007).

37Une meilleure connaissance des filières de produits forestiers ligneux et non ligneux et la nécessité d’une politique globale à long terme, intégrant des éléments techniques, économiques, écologiques, environnementaux et sociaux, doivent être la toile de fond pour appuyer les volontés politiques affichées par les États et les collectivités locales dans ce domaine. À cet effet, les perspectives de développement de l’utilisation des ressources naturelles renouvelables visent à retrouver une péréquation équitable entre les différentes sources d’énergie, en revalorisant le bois qui offre un enjeu déterminant pour la préservation de l’environnement, pour le maintien et la création d’emplois en milieu rural, pour l’adaptation de l’agriculture et l’aménagement de l’espace rural. Les éléments d’analyse sur ce sujet mettent en évidence les efforts consentis en termes de contribution dans la gestion forestière locale de bien de pays sahéliens (FAO, 2009). Ils s’intègrent ainsi dans un cadre fédérateur de toutes les stratégies sectorielles existantes ou en cours d’élaboration dans ces pays notamment dans ces deux axes, à savoir :

  • prévenir les risques de dégradation des forêts villageoises, améliorer la sécurité alimentaire et gérer durablement les ressources naturelles renouvelables pour sécuriser les conditions de vie des populations ;

  • renforcer les capacités des institutions publiques de développement forestier et des organisations rurales pour améliorer la gestion du secteur rural de manière générale. L’aménagement participatif des forêts et des espaces forestiers partagés avec les pasteurs transhumants doit se baser sur trois piliers essentiels pour impliquer les populations et les divers acteurs économiques :

  • un accès libre à l’information ;

  • la participation depuis le début aux processus décisionnels ;

  • l’accès à la justice équitable en cas de conflits.

Création de pépinières modernes

38L’introduction de nouvelles techniques culturales permet de produire des plants sains, bien proportionnés qui, en plantations ne nécessiteront pas de regarnis (mortalité très faible) et se développeront ensuite vigoureusement. Rares sont les pays des zones semi-arides usant d’un itinéraire technique convenable et disposant de pépinières modernes, outil fondamental dans le cadre du projet de Grande Muraille Verte !

39De nos jours, on sait que pour produire des plants dotés d’un enracinement de qualité (disposant de plusieurs racines pivotantes et d’un réseau étoffé de racines latérales) et pour assurer un taux ultérieur appréciable de survie et de croissance dans les reboisements, l’impact des godets rigides rainurés (ou de conteneurs alvéolés-rainurés) placés à 30 cm au minimum du sol (hors sol), l’optimisation des substrats standards et reproductibles et la fertilisation sont déterminants.

40En Europe depuis les années 1980-1990, l’usage de substrats à base organique (tourbes, écorces compostées) s’est généralisé, associé à des itinéraires techniques spéciaux pour le pilotage de l’irrigation et de la fertilisation et à l’organisation des sites de production (Argillier et al., 1991). Un substrat inapproprié, tels les substrats à base exclusive de terre, d’humus et de sable, montre des problèmes de densité racinaire et de cohérence de la motte et d’interface sol-motte lors de la plantation (Le Bouler et al., 2012). Les jeunes plantules doivent former un système racinaire vigoureux et équilibré. À défaut, tout effort de reboisement sera compromis ou sa croissance nettement réduite. Pour cela, six éléments sont indissociables, notamment les trois premiers :

  • la formation de techniciens supérieurs-pépiniéristes et chefs de culture, car le pilotage humain ne peut plus être confié à un ouvrier formé au fil des ans. Le dosage et la régularité dans le temps des apports en eau (en évitant le lessivage malheureusement omniprésent en zones sahéliennes) et en fertilisants sont essentiels. Notons au passage que le mélange initial d’engrais classiques au substrat induit une hétérogénéité de croissance des plantules et que les engrais à libération lente montrent une libération aléatoire dans les climats chauds. Les politiques publiques de reboisements ambitieuses et la Grande Muraille Verte exigent cet investissement crucial à prévoir à très court terme, à savoir la formation durant trois mois de techniciens supérieurs-pépiniéristes ;

  • les sachets avec ou sans fond, obsolètes, doivent impérativement être abandonnés. Les godets individuels anti-chignon, les plaques rigides alvéolées, les conteneurs multiples doivent porter des rainures trapézoïdales en relief sur leurs parois intérieures, de façon à guider les racines vers le bas. Ces godets et conteneurs n’ont pas de fond ou un fond grillagé à mailles larges, car remplis d’un substrat, ils seront ensuite disposés hors sol, c’est-à-dire placés sur un support à au moins 15-30 cm du sol. Après quelques semaines, les racines qui auront atteint le fond sont exposées à l’air sec ambiant et leurs extrémités se nécrosent, mais dans les godets, elles développent de multiples bourgeons racinaires. Ce système hors sol favorise la formation d’un maximum de racines (Lamond et al., 1983 ; Bellefontaine et al., 2012a) qui permettront une reprise immédiate et un excellent développement ultérieur du système racinaire (fig. 5). Les godets et conteneurs seront traités avec précaution en pépinière et sur le chantier de plantation, puis remisés à l’abri des UV pour être conservés au moins dix ans ;

  • un substrat cohérent et adapté localement doit être réalisé avec les matériaux locaux disponibles. Rappelons qu’un substrat inadapté annule tout autre progrès, notamment l’utilisation de godets modernes hors sol. À lui seul, le substrat conditionne la qualité physiologique du plant (Le Bouler et al., 2012). Pour obtenir un substrat d’excellente qualité, il doit nécessairement toujours être constitué de deux composants : un « aérateur » chimiquement neutre, léger et résistant au compactage et un « rétenteur-relargueur » d’eau et de sels minéraux stable car il doit assurer à la fois et en permanence une disponibilité en air et en eau élevée et durable, un stockage et un relargage régulier et facile d’eau et d’éléments nutritifs. De plus, il doit être léger et constituer une motte cohérente facile à planter. L’aérateur peut provenir d’écorces (de pins, par exemple) compostées, de fibres végétales diverses, de matériaux de synthèse (perlite, par exemple) à faible densité spécifique. Le rétenteur-relargueur fait appel à de la tourbe (la fibre de coco convient aussi, mais il faut faire attention à la provenance, le produit pouvant présenter un taux de salinité important) ou à un compost stabilisé. La durée et autres conditions de compostage sont importantes à déterminer localement. La porosité de l’ensemble doit être égale ou supérieure à 80 %, soit une forte disponibilité en eau, tout en assurant une aération maximale. Un mélange d’un volume de tourbe blonde à longues fibres et d’un volume d’écorce de pin compostée de 5-15 mm (pin maritime, de préférence) permet d’atteindre cet objectif, à ajuster en fonction des conditions locales (P. Brahic 2011, comm. pers.) ;

  • la nutrition revêt bien entendu un aspect capital ; il faut l’étudier localement en fonction de la pluviométrie et de la qualité de l’eau et avec des substrats normalisés et stabilisés reproductibles dans le temps. L’ajout d’engrais à libération retardée donne de bons résultats dans des conditions très contrôlées. Leur vitesse de libération est dépendante de deux facteurs : l’humidité du milieu et la température. Si on peut contrôler très facilement l’humidité en gérant finement les irrigations, en extérieur, la température sera bien entendu plus difficilement contrôlable. Certains engrais prévus pour une libération sur 8/9 mois semblent présenter un pic de libération massif vers 3/4 mois avec pour conséquence des brûlures, voire des nécroses sur les jeunes racines. La majeure partie des éléments nutritifs ne sera pas absorbée (P. Brahic 2011, comm. pers.). Si les irrigations sont excessives ou mal contrôlées, le résultat sera pire, car les plants ne pourront pas absorber les nutriments, surtout si le système racinaire n’est pas suffisamment développé. Une solution (dans certains pays) est la ferti-irrigation raisonnée, qui donne de très bons résultats si le chef de culture est bien formé et motivé, car le régime hydrique est la clé de voûte de tout le système. Son contrôle doit être le plus fin possible (par simple pesée, automatisée à faible coût, de plusieurs godets ou caisses de plants « témoins » bien réparties sur toute l’aire de la pépinière). Ce système peut être automatisé en fonction du degré d’hygrométrie variable, avec alarme sonore ou téléphonique en cas de stress. La ferti-irrigation permet d’apporter aux plants simultanément des quantités standards d’eau et de fertilisants en fonction des conditions climatiques locales. Toute panne du système de ferti-irrigation est vite catastrophique si on ne se repose que sur l’automatisme (Le Bouler et al., 2012). Le chef de culture doit absolument assurer une surveillance continue du dispositif automatisé, y compris durant les congés. Dans ce cas, l’économie d’eau sera importante et de plus, on réalisera une économie due à une moindre utilisation des engrais. L’état physiologique des plants sera meilleur, tout en protégeant l’environnement (nappe phréatique) ;

  • les associations symbiotiques (bactéries et/ou champignons) : en forêt, le champignon profite des ressources carbonées synthétisées par l’arbre et en échange à cause de l’augmentation du volume de terre prospecté par ses hyphes, il favorise la nutrition minérale (azote ; phosphore par la production de divers enzymes extracellulaires capables de mobiliser du phosphore) et l’absorption d’eau. Cette synergie est à étudier pour chaque type de sols. Cet aspect sera abordé ci-après ;

  • la plantation et son suivi : sur le chantier de reboisement, les plants ne doivent être extraits du godet que très délicatement à l’instant même de la plantation, afin de réduire au maximum les risques de dessèchement du substrat et de délitement des mottes. Il convient de former les ouvriers pour extraire la motte humide sans endommager le système racinaire. Il faut ensuite prévoir, si nécessaire, le démariage très précoce des plantules (s’il y a plusieurs graines par fruit), un à trois arrosages pendant la première saison sèche, la fertilisation, l’élagage de branches basses et la taille de formation pour maximaliser la production fruitière, l’entretien de l’impluvium un à deux mois avant la fin de la saison des pluies pendant la première année, le manchon protecteur anti-rongeurs (Defaa et al. 2012).

Figure 5. Plant élevé hors sol dans un conteneur moderne (avec rainures internes en relief) avec son substrat et après enlèvement de ce dernier. On remarque un enracinement vigoureux obtenu en 3 mois.

Régénérations (naturelle et assistée) et implication des populations

41Le terme régénération a deux sens : d’une part, c’est le renouvellement naturel d’un peuplement forestier par voie de semences ou de rejets ou le renouvellement artificiel d’un peuplement forestier par semis ou par plantation (manuelle ou mécanique). La reproduction est la production d’individus par un ou plusieurs individus initiaux avec intervention de phénomènes qui relèvent de la sexualité. La multiplication végétative (très improprement appelée reproduction asexuée) est un mode de régénération d’un végétal par multiplication sans intervention de la sexualité, à partir de certains de ses tissus ou organes [rejets de souche, drageons issus de racines superficielles, boutures – provenant de fragments de racines ou d’axes aériens –, enracinement d’axes aériens (marcottage aérien) ou en contact avec le sol (marcottage naturel terrestre), mais aussi à partir de bourgeons détachés de l’individu porteur, ou de rhizomes émis par des tiges souterraines] (Bellefontaine, 2005). La multiplication produit des individus génétiquement identiques à la plante-mère, formant un clone.

42La reproduction sexuée croisée est fondamentale, car elle assure la variabilité génétique. La faculté germinative dépend des conditions de récolte, de conservation et des conditions expérimentales, y compris les prétraitements appliqués avant, pendant ou après la conservation des semences. Or aujourd’hui en Afrique, si les conditions d’essais et le processus de conservation sont en général de mieux en mieux détaillés, il n’en va pas de même pour les conditions de récolte, de dépulpage, de décorticage, de séchage, encore trop rarement précisées. Toutes les conditions retraçant l’historique des lots doivent être mieux connues, car on constate souvent une importante variabilité entre les lots de semences, due notamment à la dormance, qui dépend des conditions post-récoltes (chocs, échauffement, séchage, etc.), de la maturité des fruits et du génotype vraisemblablement. Dans ce cas, une graine, bien que placée dans les conditions favorables à la germination, est inapte à germer. Les phénomènes de dormance peuvent induire une faible faculté germinative, voire nulle, si rien n’a été fait pour lever la dormance. Il est donc parfois nécessaire de prétraiter les graines pour obtenir une germination soutenue, homogène, rapide. Ce cas de figure est fréquent, principalement dans les zones à longue saison sèche, où toutes les conditions optimales de germination (humidité, température, oxygène, lumière) ne sont pas présentes simultanément. Les prétraitements ne font pas germer les graines, mais ils les rendent capables de germer ultérieurement quand toutes les conditions requises sont réunies. Un prétraitement, c’est, par définition, le (ou les) traitement(s) réalisé(s) avant, pendant ou après la conservation, qui permet(tent) l’élimination de la dormance par traitements mécaniques, chimiques, physiques, physiologiques ou biologiques (isolés ou associés) (Bellefontaine, 1993). Le prétraitement peut être de durée très différente pour une même espèce, d’un lot à l’autre et même d’un semencier à l’autre. Il est économiquement peu rentable d’améliorer la capacité de germination pour les dormances légères et pour les espèces qui se régénèrent de manière pléthorique. Les prétraitements doivent avant tout être appliqués principalement aux lots précieux ainsi qu’aux graines montrant une dormance profonde qui, de plus, ont été conservées dans de bonnes conditions. Ainsi, un lot de graines d’Azadirachta indica a montré des pourcentages de germination supérieurs à 47 % après 81/2 années (Roederer et al., 1990 ; Bellefontaine, 1992). L’essentiel pour optimiser les prétraitements, c’est d’adopter des solutions pratiques aisément généralisables, donc simples, économiques, sans danger pour des personnes peu instruites. Les centres nationaux de semences forestières doivent conserver la maîtrise des prétraitements quand ils sont dangereux. Le prétraitement à l’acide sulfurique concentré doit être réalisé par l’unité centrale, généralement mieux équipée (notamment pour le recyclage de l’acide). D’une manière générale, il convient de préconiser les traitements peu dangereux et peu onéreux, même si leur efficacité est légèrement moindre que la scarification à l’acide (Somé et de Kam, 1993).

43Après un prétraitement à l’acide, les spécialistes préconisent généralement de laisser tremper les graines dans de l’eau durant 12 à 24 heures Si pour certaines espèces, cela n’induit aucune perte, par contre pour d’autres telles que Acacia senegal, la capacité de germination est fortement réduite (Danthu et al., 1992). La durée de trempage dans l’eau doit être étudiée avec soin pour chaque espèce, qu’il y ait eu prétraitement ou non. Pour les amandes nues d’Azadirachta indica, un trempage prolongé est nocif (Bellefontaine et Audinet, 1993). En Afrique, de 1970 à nos jours, les connaissances relatives aux graines des régions semi-arides (Burkina Faso, Sénégal, Kenya, Malawi, Afrique du Sud, Zambie, Tanzanie, etc.) se sont régulièrement accrues (Somé et de Kam, 1993 ; Olesen, 1996 ; Ouedraogo et Boffa, 1999).

44Des graines de bonne qualité sont indispensables pour mener à bien les projets de régénération naturelle assistée (RNA). Ceux-ci peuvent se concevoir de deux manières soit comme au Niger dans les régions de Maradi et d’Aguié par implication réelle des populations locales (Larwanou et al., 2006 ; Reij et Botoni, 2009 ; Reij, 2009), soit dans des périmètres protégés (par exemple, au Burkina l’action menée par newTree). Pour densifier le couvert arboré au Burkina Faso là où coexistent une exploitation intensive et une régénération naturelle très faible, l’ONG newTree a lancé des projets de restauration du couvert végétal. Les partenaires signent un contrat et des procès-verbaux d’accords fonciers-documents incluant les droits coutumiers et les droits administratifs sont établis pour chaque site. Une haie vive est plantée à l’intérieur de l’espace clôturé. Par la suite, des plans de gestion sont élaborés avec les partenaires selon leurs besoins afin de permettre une exploitation durable des surfaces restaurées. L’intégration des femmes dans les prises de décision en matière de gestion des sites mis en défens représente une étape très importante, pour ne pas dire décisive, dans le processus. Fin 2007, sur 225 ha de terres dégradées, plus de 135 000 arbres et arbustes ont été dénombrés (Mme Kaguembèga, comm. pers. 2011). De plus, les mises en défens ont permis de conserver des espèces devenues rares tant au nord qu’au centre : c’est le cas de Boscia angustifolia, B. senegalensis, Maerua angolensis, M. crassifolia, Salvadora persica, Boswelia dalzielii. Le boisénergie et des coproduits tels que du fourrage, des pailles pour les toitures, des produits pour la médecine traditionnelle, etc. permettent de diversifier et augmenter leurs revenus. Ce projet démontre que la dégradation forestière n’est pas irréversible et que la mise en défens acceptée et respectée par tous les partenaires peut avoir un impact favorable sur la dynamique paysagère.

45La principale difficulté de la RNA est de faire coexister les pâturages forestiers accessibles à tous les agro-éleveurs et pasteurs transhumants. Ce droit de pâturage fait partie des droits d’usages coutumiers reconnus aux communautés rurales. Dans les parcours normalement exploités par les pasteurs, l’arbre est considéré comme une ressource communautaire au même titre que l’herbe. Suivant les saisons, les éleveurs font usage de la strate herbacée en saison humide, la strate arbustive est mise à profit au milieu de la saison sèche et la strate arborée en fin de saison sèche. Dans les zones semi-arides, le surpâturage répété provoque une régression de la végétation ligneuse lorsque le nombre de têtes de bétail est trop important et l’espace réduit. La résilience naturelle des écosystèmes sahéliens favorise parfois une régénération de certaines espèces feuillues soit par dissémination par semence, soit par voie végétative. L’éleveur nomade n’est généralement pas le grand responsable de la destruction des espaces arborés, sauf en cas de sécheresses trop fréquentes dans le temps Les bergers savent jouer sur les complémentarités des végétations dans le choix des parcours faisant paître le troupeau dans des écosystèmes aux espèces fourragères diversifiées, mettant à profit leur expérience et leurs observations du milieu (Bellefontaine et al., 2002). L’agriculteur, spécialement le migrant, est généralement beaucoup plus agressif, car il extirpe ou brûle les souches et élimine les semis et drageons qui repoussent.

46Le niveau de connaissances relatives à l’amélioration de la RNA et à la biologie de la reproduction est encore très variable selon les espèces et les pays (phénologie, modes et distances de dissémination du pollen et des graines, conditions de conservation, prétraitement, inventaire et cartographie des peuplements semenciers, variabilité génétique, étude de facteurs favorisant la multiplication végétative, conditions optimales de domestication, respect de la capacité de charge, études sur le comportement des éleveurs en fonction des saisons, étude des techniques de gestion des cultures de ligneux fourragers, impact des émondages, élagages, étêtages et tailles en parapluie sur la survie des espèces, etc. Ce niveau de connaissances doit être amélioré, car environ 70 % des 5,2 milliards d’ha de terres arides et semi-arides utilisées pour l’agriculture sont dégradées et à risque de désertification et 6 % du couvert forestier de la planète (soit à peu près 230 millions d’ha) sont situés dans des zones arides. Le changement climatique entraînera principalement une baisse de productivité (agriculture, parcours, forêts). D’ici 2020, la FAO prévoit que 135 millions de réfugiés pour cause environnementale (dont 60 millions en Afrique subsaharienne) quitteront leurs terres à cause de la désertification (Malagnoux et al., 2007). Les disponibilités d’eau sont avec le climat et la qualité des sols les principaux facteurs qui limitent la distribution naturelle des arbres. Avant de planter, il est extrêmement important si l’on ne veut pas encore dégrader un peu plus les ressources naturelles d’évaluer le bilan hydrique, et son évolution, lors de la durée de vie du peuplement planté.

47Il suffit d’une volonté politique nette pour favoriser une évolution lente et positive. Ainsi en 1961, l’aire protégée de 305 ha d’Abéché au Tchad ne supportait que quelques acacias. Entouré d’une clôture et surveillé avec attention, sans qu’aucun plant ne fut mis en place, en dix ans tout le sol était recouvert de végétation et après 45 ans de protection pratiquement ininterrompue, on distingue sur les images-satellites la zone protégée des terres environnantes (Malagnoux et al., 2007).

Domestication et multiplication végétative à très faible coût

48Du domaine sub-guinéen au Sahel, la forêt dense sèche cède la place à la forêt claire, puis à la savane plus ou moins arborée et à la steppe plus rarement arbustive. En ce qui concerne la reproduction des ligneux, du sud au nord, la reproduction sexuée se substitue progressivement à la multiplication végétative (Catinot, 1994) : d’une régénération dominante par graine, on passe à une régénération presque exclusivement par rejet de souche, par drageon (de racines) ou par marcotte terrestre (de branches dominées). Dans les domaines sahélien ou soudanien, les modes de régénération varient en fonction du climat, des espèces et des stations (dunes, bas de pente, etc.). Le drageon est une tige naissant sur une racine déjà établie, que la racine soit dans ou hors du sol, connectée à la souche ou non. Il convient de ne pas confondre le drageon (qui naît sur une racine) avec un rhizome qui est une structure caulinaire (tige) avec des nœuds et des entre-nœuds (Bellefontaine, 2005). Les drageons ont un accroissement aérien juvénile plus rapide que les semis (Meunier et al., 2006). Cet avantage permettrait d’écourter la durée de mise en défens des jeunes plants ainsi produits et de réduire les frais de surveillance des troupeaux.

49Le drageonnage de Bombax costatum peut être stimulé par des blessures effectuées sur les racines au début de la saison des pluies au Burkina Faso. Le nombre de drageons par arbre varie de 1 à 74, certains drageonnent plus que les autres. Dans les zones où le kapokier est présent, le manque de graines n’est donc plus un facteur limitant pour mener à bien sa régénération : la conservation in situ de l’espèce et son rajeunissement sont possibles grâce à cette méthode de multiplication végétative, mais celle-ci n’assure pas à long terme le maintien de la diversité génétique (Belem et al., 2008b). Le plus intéressant est l’aptitude qu’auraient les drageons de certaines espèces à s’affranchir de la racine-mère pour produire rapidement leur propre réseau racinaire. Peu d’espèces ont été étudiées à ce niveau : c’est le cas avec Q. ilex et Ailanthus glandulosa dans les régions méditerranéennes (Bellefontaine, 2005) et Detarium microcarpum en Afrique de l’Ouest (Bationo et al., 2001), où l’affranchissement se produit naturellement par dégénérescence de l’axe-mère. L’induction (par blessure de racines) ne requiert aucune technologie sophistiquée et peut être rapidement vulgarisée auprès des paysans, car non seulement elle est aisée à mener sur le terrain, mais en outre, son coût est très nettement inférieur au prix des plantations classiques. De plus, les espèces qui drageonnent peuvent également être multipliées végétativement par bouture de segments racinaires, réalisée sur D. microcarpum au Burkina Faso (Ky Dembélé et al., 2011), sur Q. suber en Tunisie (Nsibi, 2005 ; Nsibi et al., 2003) et sur une dizaine d’espèces en Ouganda (Meunier et al., 2008).

50Le savoir-faire traditionnel basé sur l’aptitude à drageonner de Balanites aegyptiaca permet l’établissement de haies vives : les arbres sont plantés à grand écartement sur la ligne où doit être installée la haie. Celle-ci peut aussi être établie à partir d’arbres préexistants. Il est ensuite procédé à un arrosage répétitif et directionnel, en partant du pied de l’arbre dans les directions de la future haie, afin de provoquer l’apparition de racines dans ces directions. Les drageons apparaîtront ensuite naturellement selon ces lignes (Meimine Ould Salek, comm. pers. 2006 ; Bellefontaine et Malagnoux, 2008). Mais au Nord-Cameroun, en dehors des facteurs génétiques, physiologiques et environnementaux qui peuvent influencer la réussite du marcottage aérien ou du drageonnage, S. birrea et D. mespiliformis semblent nettement mieux prédisposées à l’induction du drageonnage que B. aegyptiaca, plus apte au marcottage aérien (Noubissié-Tchiagam et al., 2011).

51Les marcottes terrestres se forment souvent après recouvrement de branches basses par des sédiments apportés par l’eau d’averses brutales. Ce fait a été remarqué par divers auteurs au Niger et au Burkina Faso (Ichaou 2000 ; Karim, 2001 ; Bationo et al., 2005). Le marcottage aérien, quant à lui, est une méthode très peu onéreuse qui ne demande qu’une formation d’une demi-journée et qui permet de domestiquer certains clones remarquables sélectionnés par les populations (Meunier et al., 2006, 2008 ; Morin et al., 2010). La mobilisation et la multiplication végétative d’arganiers (Argania spinosa) remarquables et âgés (120 à 400 ans) sont possibles ex situ, dans un parc à clones (fig. 6) par marcottage aérien (Bellefontaine et al., 2012b).

52Les techniques de multiplication (à faibles coûts) ouvrent la voie dans les pays en développement à la domestication des espèces économiquement importantes, notamment de nombreux fruitiers (Gouwakinnou et al., 2009 ; Noubissié-Tchiagam et al., 2011 ; Raebild et al., 2011). Les ressources génétiques forestières sont la source essentielle de richesses à protéger, puis à exploiter par la sélection, pour permettre d’améliorer les aptitudes des arbres plus préservés par les populations rurales et pour les domestiquer (Sotelo Montes et al., 2010 ; Tchoundjeu et al., 2010 ; Jensen et al., 2011). Comprendre l’origine de ces formes adoptées et vraisemblablement préservées (voire cultivées ?), mettre en place des bases de données sur leur polymorphisme et approcher finement la caractérisation par les méthodes récentes de phénotypage sera la prochaine étape (Bellefontaine, 2010).

Figure 6. Marcotte aérienne d’arganier avec racines adventives apparentes dans un substrat de sphaigne. Cette marcotte est ensuite rempotée pour servir de pied-mère produisant des ramets herbacés à bouturer sous nébulisation.

Densification du couvert arboré, réutilisation des eaux usées

53Dans le cadre de l’évaluation des ressources forestières mondiales (FAO, 2010), les chiffres officiels font état d’une diminution constante entre 1990 et 2010. La dégradation de ces espaces forestiers ne peut être estimée par le seul critère de la superficie totale couverte, mais doit faire intervenir la densité (Le Polain de Warou, 2012). L’implication des populations rurales en ce qui concerne la gestion des périmètres plantés, voire même la gestion du patrimoine forestier appartenant à l’État, est encore souvent très faible. Or la durabilité des activités sylvo-pastorales rentables dans l’espace forestier est une nécessité absolue pour les régions semi-arides.

54La réussite effective des plantations, et donc respectée par les éleveurs, passe par une mise en défens très courte (réduite à quelques années), mais à condition de bien définir les droits ultérieurs des populations (notamment pour la récolte et la vente de coproduits autres que le bois). Pour atteindre ce but, l’obtention de plants sélectionnés ayant une croissance juvénile très rapide et dotés d’un enracinement puissant (élevés hors sol en conteneurs rainurés) est indispensable (Defaa et al. 2012 ; Le Bouler et al., 2012).

55La grande variabilité génétique de nombreuses espèces agro-forestières laisse entrevoir des possibilités d’amélioration très importantes qui pourront être mobilisées par diverses techniques de multiplication. Mais les grands chantiers de plantation ne sont plus financés dans les régions semi-arides depuis plus de 30 ans. Plusieurs blocages ont été cités ci-dessus (modernisation des pépinières, implication réelle des populations, etc.). De nombreux acteurs souhaitent accroître la protection et la diversification du matériel génétique forestier en conservant les espèces locales fruitières ou alimentaires existantes (Ouedraogo et Boffa, 1997 ; Ouedraogo, 2006 ; Belem et al., 2008a ; Raebild et al., 2011).

56À défaut de rares plantations sur de grandes superficies (Conedera et al., 2011 ; Defaa et al., 2012), les seules réalisations en zones semi-arides sont actuellement liées aux projets de régénération assistée dont il a été question ci-avant (Malagnoux, 2008) ou de plantations irriguées avec des eaux usées traitées (Braatz et Kandiah, 1996) provenant des stations d’épuration de grandes villes, notamment en plein désert égyptien (fig. 7) près d’Edfu, Qéna et Luxor (Bellefontaine, 1998).

Figure 7. Égypte (Luxor) : Eucalyptus camaldulensis fortement hybridés alimentés par des eaux usées domestiques avec irrigation tous les trois jours, plantés il y a 22 mois.

Efficacité des micro-auxiliaires symbiotiques

57Dans le paragraphe « Création de pépinières modernes », cet aspect a déjà été partiellement abordé. Avant de planter, spécialement sur des terres érodées et pauvres, une prospection de la microflore sur toute la superficie à reboiser devrait être systématiquement effectuée par les forestiers, car l’absence ou la présence de cette microflore aura un impact très important sur l’utilisation des réserves hydriques et minérales disponibles (1 m de racine correspond à 1 000 m de filaments mycéliens qui explorent ainsi un volume de sol nettement supérieur à ce que la racine réalise). Cette caractéristique interagit directement sur le taux de reprise, la croissance juvénile, le recyclage des brindilles et feuilles tombées au sol. Ces bénéfices varient en fonction de l’environnement (impact moindre sur sol fertile ; concurrence avec des symbiotes locaux) et vraisemblablement du génotype des partenaires.

58Depuis une dizaine d’années dans les zones semi-arides, quelques expériences (Duponnois et al., 2005, 2007, 2010), encore trop rares, ont prouvé que l’efficacité des micro-auxiliaires symbiotiques dépend principalement :

  • du potentiel mycorhizien indigène (existant dans le sol) des plantes accompagnatrices (herbacées, arbustives ou arborées) ;

  • de la fertilité chimique du sol (spécialement pour les carences en phosphore assimilable) ;

  • et des familles (légumineuses avec nodules bactériens fixateurs d’azote atmosphérique, plantes actino-rhiziennes telles que les Casuarina, plantes à mycorhizes à vésicules et arbuscules, soit 95 % des quelque 260 000 plantes vasculaires, plantes vasculaires à ectomycorhizes (3 à 5 %) qui sont principalement des dicotylédones). La plupart des sols tropicaux souffrent d’une carence en phosphore (Duponnois et al., 2010).

59Les grandes sécheresses, les fronts pionniers agricoles et l’installation de ranches agissent négativement sur la densité de ligneux à l’hectare. Lorsque le recouvrement arboré a totalement disparu, très souvent le sous-bois est à son tour surexploité et l’érosion agit rapidement, laissant un sol carencé, difficile à réhabiliter (Brunel et al., 2007). Pour éviter des restaurations lourdes avec utilisation d’engins coûteux, excavations, apports de terre et/ou d’amendements organiques, deux méthodes bien moins onéreuses sont préconisées et devraient être diffusées à très large échelle :

  • soit la mycorhization contrôlée par inoculation en pépinière d’une ou plusieurs souches mycorhiziennes ubiquistes et à large spectre vis-à-vis de leur arbre-hôte pour un caractère donné, sélectionnées lors d’essais préalables,

  • soit en conservant un maximum de ligneux et le sous-étage et en le multipliant par marcottage terrestre ou bouturage de segments racinaires (Nsibi et al., 2003 ; Bellefontaine, 2005 ; Belem et al., 2008 ; Ky Dembélé et al., 2010) ou encore en introduisant, à côté et en même temps que les arbres à planter, des plantes facilitatrices (encore appelées nurses ou plantes hautement mycotrophes). Ce système de « coplantation » s’est révélé efficace au Maroc en associant Lavandula multifolia au Cupressus atlantica (Duponnois et al., 2011).

60Non réfléchie, la mycorhization contrôlée présente le risque de polluer génétiquement un sol avec une souche non désirée. Cependant, les résultats acquis semblent prouver que ce risque est faible au vu des avantages procurés. Des essais au Sénégal (Duponnois et al., 2005, 2007) et au Maroc ont prouvé son efficacité. Acacia holosericea associé à des champignons ectomycorhiziens, du genre Pisolithus et Sleroderma, montre en milieu contrôlé (serre) une croissance juvénile bien supérieure aux A. holosericea non inoculés. Transférés dans deux sites, les plants mycorhizés ont une mortalité de 3 % (pour 19 % pour les témoins) et la production ligneuse des plants mycorhizés était estimée après 18 mois à 18,4 tha-1 (pour seulement 3,2 tha-1 pour le témoin), soit un coefficient multiplicateur de 5,75 (Duponnois et al., 2010). Au Maroc, une année après la plantation de Cupressus atlantica, la mortalité cumulée des plants mycorhizés était de 15 % alors que pour les témoins non inoculés, elle était de 38 % (Duponnois et al., 2011).

Gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et des sols (GCES)

61Le principe de base de la GCES repose sur l’idée que la réussite d’un aménagement antiérosif ne peut être durable sans la participation paysanne depuis la conception du projet et sans l’intégration des contraintes socio-économiques et du raisonnement paysan dans la démarche scientifique. Les paysans n’acceptent un surcroît de travail que s’ils remarquent une amélioration de la productivité (Roose et de Noni, 1998). Il avait été constaté auparavant que les techniques mécaniques et biologiques seules ou associées n’entraînaient que très rarement une augmentation de la production végétale. Pour restaurer la productivité d’une parcelle, il faut non seulement conserver les eaux de surface en réduisant le ruissellement ou le concentrant sur les points de production, mais aussi accumuler du sol pour stocker l’eau d’infiltration disponible et pour fournir aux plantes cultivées les nutriments nécessaires (Lal et al., 2011). Des techniques coutumières ont été documentées depuis quelques années, notamment le zaï et le djengo au Burkina Faso (Masse et al., 2011), dans lesquels, après la récolte, des espèces ligneuses se régénèrent souvent dans les mini-cuvettes fertilisées.

62En milieux chauds même semi-arides, il est possible d’accélérer l’altération de certaines roches et, dans certaines conditions, de restaurer la capacité de production de sols suffisamment profonds mais dégradés par l’érosion et d’améliorer la biodiversité. Six règles doivent être respectées :

  • prévoir une gestion adéquate des eaux de surface (cordons de pierres, haies vives, paillis, zaï, cuvettes, etc.) ;

  • recréer la macroporosité par un travail profond, au moins sur la ligne de plantation, et stabiliser la structure du sol en enfouissant des matières organiques ou des carbonates de chaux) ;

  • revitaliser l’horizon de surface par l’apport de matières organiques humifiées (compost, fumier, litière, légumineuses rampantes) ;

  • corriger le pH du sol (8 < pH > 5) pour supprimer la toxicité aluminique sur les sols très acides (cendres, résidus divers, paillage) sans restreindre la solubilité des oligo-éléments sur les sols alcalins ;

  • nourrir les plantes en rendant le stock de nutriments assimilables (matières organiques, purin, feu, litières) et compléter les besoins des plantes par des apports minéraux raisonnés ;

  • choisir des plantes adaptées localement aux besoins des utilisateurs et aux conditions écologiques de la zone. Cet investissement en travail et en fumure organique et minérale n’est acceptable que si l’amélioration des revenus est sensible et les conditions socio-économiques favorables (Roose et al., 2011). L’investissement indispensable pour restaurer le sol (aménagement antiérosif, fumure organique et minérale, travail, semences améliorées, soins phytosanitaires) ne sera accepté que si les contraintes foncières sont levées et si les bénéfices le justifient. La recherche dans ces domaines doit se baser sur une connaissance plus approfondie des savoirs locaux (Zougmore et al., 2004 ; Sawadogo et al., 2008).

63À l’introduction d’espèces exotiques, les populations rurales préfèrent la reproduction ou la multiplication végétative d’espèces locales, après la restauration des sols. Ces populations souhaitent alors une domestication des meilleurs clones qu’ils ont repérés au fil du temps, notamment pour les arbres fruitiers sauvages. Si des espèces exotiques graminéennes, fourragères, fruitières ou forestières sont préconisées, leur introduction doit être dûment réfléchie (Tassin et al., 2009). Une large diversité génétique locale est souvent préférable à celle des graines d’origine exotique à base génétique souvent très étroite. À défaut de graines disponibles, des techniques de propagation végétative à très faible coût (marcottage terrestre, induction du drageonnage) ou à coût très peu élevé (marcottage aérien, bouturage de tiges ou de segments de racines) sont à préconiser à condition de sélectionner un nombre élevé de têtes de clone.

64Depuis plusieurs décennies grâce à la mise au point de nouvelles techniques, les États et l’aide internationale ont mis en œuvre à plus grande échelle des programmes de lutte contre l’ensablement, des techniques de stabilisation des dunes et de gestion GCES (Berte et al., 2010 ; Malagnoux, 2011). La fixation à long terme des sables mobiles implique, lorsque cela est possible, la mise en place et le maintien d’un couvert végétal pérenne (Ichaou et Guibert, 2009). De nombreuses villes sahéliennes et soudano-sahéliennes ont été dotées de ceintures vertes comme par exemple, Nouakchott en Mauritanie. Cependant, « il a été fréquemment constaté que des dunes, autrefois fixées grâce aux efforts des populations locales, des gouvernements et de l’aide internationale, étaient à nouveau mobiles, suite à la dégradation et à la disparition du couvert végétal qui les protégeait, en raison de l’absence d’une véritable gestion à long terme de ces espaces » (Malagnoux, 2011).

Conclusions et recommandations techniques et scientifiques

65Diverses actions devront systématiquement accompagner ce gigantesque effort de plantation et d’aménagement du paysage que constitue la Grande Muraille Verte.

66À court terme, il serait inconcevable de ne pas :

  • améliorer la production qualitative de plants forestiers viables (qualité des graines et des clones ; substrats et conteneurs adaptés pour éviter des mortalités excessives et une croissance insignifiante ; fertilisation et irrigation raisonnées des pépinières ; intégration des symbiontes locaux) ;

  • vulgariser les techniques de régénération les plus efficaces, facilement maîtrisables (techniquement et financièrement) et rentables (régénération naturelle assistée ; multiplication végétative à faible coût) ;

  • éloigner dans la mesure du possible toute forme d’agriculture sur tous les sites menacés par l’érosion (berges, sols érodés à pentes moyennes, dunes, plateaux) ;

  • restaurer les terrains marginaux par GCES (fig. 8) en utilisant des techniques forestières respectueuses de l’équilibre des écosystèmes et en orientant les programmes de recherche forestière vers une plus grande maîtrise des essences locales ;

  • maintenir la plus large base génétique possible, au vu des connaissances encore très fragmentaires relatives aux espèces locales ;

  • établir un plan d’aménagement du terroir tenant compte de la vocation des espaces forestiers, de la capacité de charge, tout en garantissant la satisfaction des besoins immédiats et futurs des populations ;

  • intégrer tous les intervenants à toutes les phases de discussion des projets (identification, conception, exécution, évaluation, suivi, accès à l’information, voire à la justice) ;

  • analyser les conditions existantes afin de ne pas répéter les erreurs passées (échec de certaines actions de développement forestier et réticences des populations ; priorité du facteur humain ; identification des groupes d’acteurs économiques et de leur organisation ; intégration des savoir-faire et connaissances traditionnelles des populations riveraines ; identification des conflits potentiels ; identification des divers types d’éleveurs ; étude fine de la transhumance et de déplacements encadrés des troupeaux ; gestion de l’hydraulique pastorale ; suivi de l’état des parcours et des effectifs de bétail au jour le jour par télédétection à faible résolution (Ichaou, 2004) ;

  • accentuer l’effort de formation des personnels pour un partenariat effectif entre les divers acteurs et réduire le manque d’échanges entre cadres forestiers de conception, chercheurs, techniciens de terrain, ONG (bourses de formation ou de recyclage : conseils aux producteurs forestiers, suivi technique des opérations forestières, « négociation patrimoniale » pour une réappropriation des formations ligneuses riveraines ; etc.) ;

  • favoriser tous les transferts de connaissances (sous diverses formes) adaptées au contexte local.

67À moyen terme, la recherche-développement devra permettre d’obtenir des résultats valables relatifs :

  • à l’association entre ligneux et symbiontes mycorhiziens et bactériens en lien avec la capacité de résilience des formations forestières ;

  • au régime optimal de coupes (taillis fureté et coupes sélectives, rotation, hauteur et époques optimales [au point de vue physiologique] de coupe, dépressages, type d’élagage, etc.) ;

  • à la capacité de charge des zones sylvo-pastorales et à la charge animale réelle à diverses saisons ;

  • au potentiel de multiplication végétative et à faible coût des principales espèces forestières ;

  • au fonctionnement biologique et hydrique des formations forestières à gérer.

68D’un point de vue organisationnel, législatif et économique, des modifications seront discutées et mises sur pied, notamment pour :

  • accorder à l’arbre sur pied une valeur différente de celle qui lui est attribuée quand cette ressource est en accès libre ;

  • élaborer des législations foncières appropriées pour garantir la participation effective de tous les acteurs locaux à l’aménagement intégré du terroir et au développement forestier régional ;

  • mettre en place un cadre institutionnel adéquat sur les plans fiscal et foncier, allant dans le sens d’une véritable décentralisation, en vue de renforcer les capacités locales de gestion des ressources, de planification et de maîtrise du développement ;

  • accorder des titres de jouissance avec cahier des charges précis afin d’inciter les structures locales de gestion à mettre effectivement en valeur les formations forestières aménagées, à se réapproprier certaines forêts, à promouvoir des structures villageoises de gestion très légères, comme les marchés ruraux de bois de feu, à renforcer la formation des membres des structures villageoises de gestion, ainsi que des femmes (Ichaou, 2004) ;

  • restaurer un climat de confiance entre les producteurs locaux (divers coproduits forestiers) et les forestiers revalorisés par leurs nouvelles fonctions de conseillers.

Figure 8. Cap Vert, route de Praia à Tarrafal (altitude = 320 m).
Préparation d’une plantation en 1994 avec banquettes.

Bibliographie

Références

Alexandre D.Y., Lescure J.P., Bied-Charreton M., Fotsing J.M. 1999 -Contribution à l’état des connaissances sur les arbres hors forêt (TOF). Orléans, France, IRD, 185 p.

Argillier C., Falconnet G., Gruez J. 1991 – Production de plants forestiers – Guide technique du forestier méditerranéen français. Aix-en-Provence, France, 40 p.

Bartolone C.R., Arlosoroff S. 1987 - Reuse of pond effluent in developing countries. Water sciences and technoloy, 19, 12, 289-297.

Bationo B.A., Ouedraogo S.J., Guinko S. 2001 - Stratégies de régénération naturelle de Detarium microcarpum Guill. et Perr. dans la forêt classée de Nazinon (Burkina Faso). Fruits, 56, 4, 271-285.

Bationo B.A., Karim S., Bellefontaine R., Saadou M., Guinko S., Ichaou A. 2005 - Le marcottage par couchage et buttage de la partie apicale des branches, technique économique de régénération de certains ligneux tropicaux. Sécheresse 3E, http://www.secheresse.info/article.php3?id_article=2342

Belem B., Smith Olsen C., Theilade I., Bellefontaine R., Guinko S., Mette Lykke A., Diallo A., Boussim J.I. 2008a - Identification des arbres hors forêt préférés des populations du Sanmatenga (Burkina Faso). Bois et forêts des tropiques 298, 4, 53-64.

Belem B., Boussim J.I., Bellefontaine R., Guinko S. 2008b - Stimulation du drageonnage de Bombax costatum Pelegr. et Vuillet par blessures de racines au Burkina Faso. Bois et forêts des tropiques 295, 1, 71-79.

Bellefontaine R. 1992 - L’avenir du neem en zone tropicale sèche est-il menacé ? Le Flamboyant, Réseau Arbres Tropicaux, 21, 24-26.

Bellefontaine R. 1993 – « Prétraitements des semences forestières ». In : Somé L.M., de Kam M. éd. : Les problèmes des semences forestières, notamment en Afrique, Backhuys Publ., Leiden, Pays-Bas, 143-153.

Bellefontaine R. 1998 -Egypt - Support for the French-Egyptian Project designed to create artificial forests in Desert Zones near Edfu, Qéna and Luxor, irrigated by waste water from these cities. Cirad-Forêt, Montpellier, 20 p., multigr.

Bellefontaine R. 1999 – « Aménagement forestier et conservation de la diversité génétique : exemple basé sur la régénération des brousses tigrées ». In Ouedraogo A.S. et Boffa J.M., éd. Actes du premier atelier régional de formation sur la conservation et l’utilisation durable des ressources génétiques en Afrique de l’Ouest, Afrique Centrale et Madagascar, 16-27 mars 1998, “Vers une approche régionale des ressources génétiques forestières en Afrique sub-saharienne”, IPGRI (International Plant Genetic Resources Institute), Rome, 107-113.

Bellefontaine R. 2005 - Pour de nombreux ligneux, la reproduction sexuée n’est pas la seule voie : analyse de 875 cas – Texte introductif, tableau et bibliographie. Sécheresse - revue électronique 3E, décembre 2005 - http://www.secheresse.info/article.php3?id_article=2344

Bellefontaine R. 2010 - De la domestication à l’amélioration variétale de l’arganier (Argania spinosa L. Skeels) ? Sécheresse 21, 1, 42-53.

Bellefontaine R., Audinet M. 1993 – « Conservation de graines de Neem (Azadirachta indica A. Juss.) ». In : Somé L.M., de Kam M. éd. : Les problèmes des semences forestières, notamment en Afrique, Backhuys Publ., Leiden (Pays-Bas), 268-274.

Bellefontaine R., Petit S., Pain-Orcet M., Deleporte Ph., Bertault J.G. 2002 -Trees outside forests. Towards better awareness. Rome, FAO Conservation Guide n° 35, 234 p. http://www.fao.org/DOCREP/005/Y2328E/Y2328E00.HTM

Bellefontaine R., Malagnoux M. 2008 - «Vegetative propagation at low cost: a method to restore degraded lands». In Lee C., Schaaf T., éd. The Future of Drylands. International Scientific Conference on Deserstification and Drylands Research. Tunis, Tunisia, 19-21 June 2006, Paris, UNESCO, Man and the Biosphere series : 417-433.

Bellefontaine R., Bernoux M., Bonnet B., Cornet A., Cudennec C., D’Aquino P., Droy I., Jauffret S., Leroy M., Mainguet M., Malagnoux M., Requier-Desjardins M. 2011 – « Le projet africain de Grande Muraille Verte : quels conseils les scientifiques peuvent-ils apporter ? Une synthèse de résultats publiés ». In Escadafal R., éd. : Les Dossiers d’actualité, Montpellier, CSFD - Comité Scientifique Français contre la Désertification Octobre 2011. www.csf-desertification.org/grande-muraille-verte.org

Bellefontaine R., Ferradous A., Alifriqui M., Fikari O., El Mercht S. 2012a – « Mobilisation de vieux arganiers par bouturage sous nébulisation artificielle. Synthèse des trois années du Projet J. Goelet de clonage d’arganiers ». In INRA-Maroc, éd. : Actes du 1er Congrès International sur l’arganier, 15-17 décembre 2011. Rabat, ANDZOA.

Bellefontaine R., Ferradous A., Moktari M., Bouiche L., Saibi L., Kenny L., Alifriqui A., Meunier Q. 2012b – « Mobilisation ex situ de vieux arganiers par marcottage aérien ». In INRA-Maroc, éd. : Actes du 1er Congrès International sur l’arganier, 15-17 décembre 2011. Rabat, ANDZOA.

Berte C.J., Ould M.M., Ould Saleck M. 2010 -Lutte contre l’ensablement. L’exemple de la Mauritanie. Rome, Etude FAO Forêts, 158, 75 p.

Boffa J.M. 2000 -Les parcs agroforestiers en Afrique sub-saharienne. Rome, Cahier FAO Conservation, 34, 258 p.

Bognougnou F., Tigabu M., Savadogo P., Thiombiano A., Boussim I.J., Oden P.C., Guinko S. 2010 -Regeneration of five Combretaceae species along a latidunal gradient in Sahelo-Sudanian zone of Burkina Faso. Annals of forest science, 67, 306-315.

Bonetti C., Jouve P. 1999 – Jachères et systèmes agraires en Afrique subsaharienne. Synthèse bibliographique. Dakar, Sénégal, Projet jachères 7 ACP RPR 269, 73 p., multigr.

Boureima I. 2002 -Inventaire forestier sur terroirs agricoles. Rapport technique n° 1. Rép du Niger, Niamey, Direction de l’environnement, Projet Energie Domestique PED, 38 p., multigr.

Boureima I. 2003 -Plan d’aménagement des formations ligneuses sur terroir agricole - site pilote de Kornaka. Rép. du Niger, Niamey, Direction de l’environnement, Projet Energie Domestique, 53 p., multigr.

Braatz S., Kandiah A. 1996 – Recyclage des eaux usées urbaines pour l’irrigation des forêts et des arbres. Unasylva, 185, 22-31.

Brunel B., Domergue O., Maure L., Brahic P., Galiana A., Josa R., De Lajudie P., Attallah T., Risk H., El-Hajj S., Cleyet-Marel JC. 2007 - Potentialités des associations symbiotiques plantes-micro-organismes pour réhabiliter des sites fortement dégradés en milieu méditerranéen. Cahiers Agricultures, 16, 4, 324-329.

Catinot R. 1994 - Aménager les savanes boisées africaines un tel objectif semble désormais à notre portée. Bois et forêts des tropiques, 241, 53-70.

Cirad-Forêt 1996 – Les parcs à Faidherbia. Paris, Jouve (éd.), Cahiers scientifiques, 12, 312 p.

Conedera M, Bomio-Pacciorini N, Bomio-Pacciorini P, Sciacca S, Grandi L, Boureima A, Vettraino AM. 2010 - Reconstitution des écosystèmes dégradés sahéliens. Bois et forêts des tropiques, 304, 61-71.

Danthu A., Roussel J., Saar J. A. 1992 - Effect of different pretreatments on the germination of Acacia senegal seeds. Seed Science and Technology, 20, 1, 111-117.

Defaa C., Achour A., Hossayni A., Bellefontaine R., El Mousadik A., Msanda F. 2011 – « Analyse de l’itinéraire technique d’un périmètre exceptionnellement réussi de régénération d’arganiers ». In INRA-Maroc, éd. : Actes du 1er Congrès International sur l’arganier, 15-17 décembre 2011. Rabat, ANDZOA.

d’Herbès J.M., Ambouta J.M.K., Peltier R. 1997 – Fonctionnement et gestion des écosystèmes forestiers contractés sahéliens. Actes de l’Atelier 20-25 novembre 1995. Paris, John Libbey Eurotext, 274 p.

Duponnois R., Founoune H., Masse D., Pontanier R. 2005 - Inoculation of Acacia holosericea with ectomycorrhizal fungi in a semi-arid site in Senegal: growth response and influences on the mycorrhizal soil infectivity after 2 years plantation. Forest Ecology and Management, 207, 351-362.

Duponnois R., Plenchette C., Prin Y., Ducousso M., Kisa M., Bâ A.M., Galiana A. 2007 - Use of mycorrhizal inoculation to improve reafforestation process with Australian Acacia in Sahelian ecozones. Ecological engineering, 29, 105-112.

Duponnois R., Hafidi M., Ndoye I., Galiana A., Dreyfus B., Prin Y. 2010. ? Gestion et valorisation des ressources microbiennes des sols pour une revégétalisation durable des milieux sahéliens ». In Dia A. et Duponnois R. éd. : Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte : concepts et mise en oeuvre. IRD, Marseille, 171-182.

Duponnois R., Ouahmane L., Kane A., Thioulouse J., Ha !di M., Boumezzough A., Prin Y., Baudoin E., Galiana A., Dreyfus B. 2011 - Nurse shrubs increased the early growth of Cupressus seedlings by enhancing belowground mutualism and soil microbial activity. Biology and Biochemistry, 43, 2160-2168.

Dupriez H., De Leener P. 1987. Jardins et vergers d’Afrique. Wageningen, Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale, CTA, 354 p.

FAO 2009 -Guidelines for good forestry and range practices in arid and semi-arid zones of the Near East. Cairo, FAO Regional Office for the Near East, 58 p.

FAO 2010 -Evaluation des ressources forestières mondiales 2010. Rapport principal. Rome, Étude FAO Forêts 163, 348 p.

Falconnet G., Gruez J., Argillier C.V. 1990 -Etude d’un support de culture de plants forestiers méditerranéens en conteneurs. Rapport de synthèse, CEMAGREF, Aix en Provence.

Franclet A., Najar M. 1978 – Conséquences différées des déformations racinaires chez le pin maritime. AFOCEL, Annales Recherches Sylvicoles, 177-201.

Floret C., Serpantié G. 1993 – La jachère en Afrique de l’Ouest. Paris, ORSTOM, 494 p.

Ganaba S. 2008 -Caractérisation, utilisations, tests de restauration et gestion de la végétation ligneuse au Sahel, Burkina Faso. Dakar, Univ. Cheikh Anta Diop, Fac. Sc. et Techniques, thèse, 287 p. + ann.

Guehl J.M., Falconnet G., Gruez G.J. 1989 - Caractéristiques physiologiques et survie après plantation de plants de Cedrus atlantica élevés en conteneurs sur différents types de substrats de culture. Annales Sciences Forestières, 46, 1-14.

Gouwakinnou G.N., Kindomihou V., Assogbadjo A.E., Sinsin B. 2009 - Population structure and abundance of Sclerocarya birrea (A. Rich) Hochst subsp. birrea in two contrasting land-use systems in Benin. International Journal of Biodiversity and Conservation 2009, 1, 6, 194-201.

Hasnaoui B. 1991 – Regénération naturelle par rejets de souche et par drageonnement d’une suberaie dans le Nord Ouest de la Tunisie. Ecologia mediterranea, 17, 7987.

Hein L., de Ridder N., Hiernaux P., Leemans R., de Wit A., Schaepman M. 2011 - Desertification in the Sahel: towards better accounting for ecosystem dynamics in the interpretation of remote sensing images. Journal of Arid Environments, 75, 1164-1172.

Hinsinger P. 2001 - Bioavailability of soil, inorganic P in the rhizosphere as affected by root-induced chemical changes: a review. Plant and Soil, 237, 173-195.

Hirche A., Salamani M., Abdellaoui A., Benhouhou S., Martínez Valderrama J. 2011 - Landscape changes of desertification in arid areas :the case of south-west Algeria. Environmental Monitoring and Assessment, 179, 403–420 (DOI 10.1007/s10661-010-1744-5).

Ichaou A. 1992 - La contribution du terroir cultivé à l’approvisionnement en bois énergie et autres produits forestiers des populations rurales de la zone définie par le SDAN. Katibougou, Mali, rapport de stage IPR de Katibougou, 66 p., multigr.

Ichaou A. 1993 -Synthèse bibliographique des inventaires de ressources ligneuses réalisées dans les terroirs agricoles de la zone SDAN. Katibougou, Mali, rapport de stage IPR de Katibougou, 72 p., multigr.

Ichaou A. 1995 -Etude de la productivité des formations forestières de brousse tigrée et de brousse diffuse : conséquences pour la gestion et la régénération de ces formations. Mémoire, IPR Katibougou, Mali, 161 p., multigr.

Ichaou A. 2000 -Dynamique et productivité des structures forestières contractées des plateaux de l’Ouest nigérien. Toulouse (France), Univ. P. Sabatier, thèse en écologie végétale tropicale, 230 p.

Ichaou A. 2004 -Etude sur les aspects techniques des activités forestières - processus d’élaboration du programme forestier national du Niger. FAO, Rome, 15 p.

Ichaou A., Guibert B. 2009 -De la dune fixée à la cuvette retrouvée : l’exemple du projet d’appui à la gestion des ressources naturelles au Niger (PARN). Niamey, ONG Karkara, 51 p.

Jensen J.S., Bayala J., Sanou H., Korbo A., Ræbild A., Kambou S., Tougiani A., Bouda H.N., Larsen A.S., Parkouda C. 2011 - A research approach supporting domestication of Baobab (Adansonia digitata L.) in West Africa. New Forests, 41, 317-335.

Karim S. 2001 -Contribution à l’étude de la régénération par multiplication végétative naturelle de deux combretacées dans l’ouest du Niger (Combretum micranthum G. Don et Guiera senegalensis J.F. Gmel) : conséquences pour une gestion sylvopastorale. Ouagadougou, Burkina Faso, DEA, 58 p., multigr.

Ky-Dembélé C., Tigabu M., Bayala J., Ouedraogo S.J., Odén P.C. 2007 - The relative importance of different regeneration mechanisms in selectively cut-savanna-woodland in Burkina Faso, West Africa. Forest ecology and management, 243, 28-38.

Ky-Dembélé C., Tigabu M., Bayala J., Savadogo P., Boussim I.J., Oden P.C. 2010 - Clonal propagation of Detarium microcarpum from root cuttings. Silva Fennica, 44, 5, 775-787.

Lal R., Delgado J.A., Groffman P.M., Millar N., Dell C., Rotz A. 2011 - Management to mitigate and adapt to climate change. Journal of soil and water conservation, 66, 4, 276-285.

Lamond M., Tavakol R., Riedacker A. 1983 – Influence du blocage de l’extrémité du pivot d’un semis de chêne, sur la morphogenèse de son système racinaire. Annales des sciences forestières, 40, 3, 227-250.

Lemaire F., Dartigues A., Rivière L-M. 1989 -Cultures en pots et conteneurs, Principes agronomiques et applications. Edition INRA, 2003, France, 184 p.

Larwanou M., Abdoulaye M., Reij C. 2006 -Etude de la régénération naturelle assistée dans la région de Zinder (Niger) : une première exploration d’un phénomène spectaculaire. International Resources Group, USAID, 56 p.

Le Bouler H., Brahic P., Bouzoubâa Z., Achour A., Defaa A., Bellefontaine R. 2012 - « L’amélioration des itinéraires techniques en pépinière de production d’arganiers en mottes-conteneurs hors sol ». In INRA-Maroc, éd. : Actes du 1er Congrès International sur l’arganier, 15-17 décembre 2011. Rabat, ANDZOA.

Le Polain de Waroux Y. 2012 – « La dégradation de l’arganeraie et ses causes dans la province de Taroudant ». In INRA-Maroc, éd. : Actes du 1er Congrès International sur l’arganier, 15-17 décembre 2011. Rabat, ANDZOA.

Mahamane A., Mahamane S., Yacoubou B., Issaka A., Ichaou A., Saley K. 2007 – Analyse diachronique de l’occupation des terres et caractéristiques de la végétation dans la commune de Gabi (région de Maradi, Niger). Sécheresse, 18, 4, 296-304.

Malagnoux M. 2008 – “Degraded Arid Land Restoration for Afforestation and Agro-Silvo-Pastoral Production through New Water Harvesting Mechanized Technology”. In Lee C. and Schaaf T. éd.: The Future of Drylands. International Scientific Conference on Desertification and Drylands Research. Tunis, Tunisia, 1921 June 2006. UNESCO Publishing, Man and the Biosphere series, Paris, 269-282.

Malagnoux M. 2011 -Gestion des plantations sur dunes. Rome, FAO, Document de travail sur les forêts et la foresterie en zones arides, 3, 43 p.

Malagnoux M., Jeanjean H. 1989 -Sylviculture et aménagement de Prosopis juliflora. Connaissance des peuplements et aménagement de l’acacia gommier en Mauritanie - Propositions d’action. Montpellier, Cirad, 73 p., multigr.

Malagnoux M., Sène E.H., Atzmon N. 2007 - Les forêts, les arbres et l’eau dans les terres arides : un équilibre précaire. Unasylva 58, 229, 24-29.

Masse D., Hien E., Kaboré T., Bilgo A., Hien V., Chotte J.L. 2011 - Evolution of farming practices in sub-Saharan region confronted by demographic and climatic changes: runoff control and organic matter resources management. Procedia Environmental Sciences, 9, 124-129.

Mazoyer M. 1991 -Aménagement de l’exploitation renouvelable des ressources en bois-énergie du périmètre d’approvisionnement de Niamey.

Montpellier, Cirad, Projet énergie II, 58 p., multigr.

Meunier Q., Bellefontaine R., Boffa J.M. and Bitahwa N. 2006 -Low-cost vegetative propagation of trees and shrubs. Technical Handbook for Ugandan rural communities. Kampala, Uganda, Angel Agencies (éd.), 66 p.

Meunier Q., Arbonnier M., Morin A., Bellefontaine R. 2008 – Trees, shrubs and climbers valued by rural communities in Western Uganda. Utilisation and propagation potential. GraphiConsult (U) Ltd, (ed.), Kampala, Uganda, 106 p.

Morin A., Bellefontaine R., Meunier Q., Boffa J.M. 2010 - Harnessing natural or induced vegetative propagation for tree regeneration in agroecosystem. Acta Botanica Gallica, 157, 3, 483-492.

N’Klo O., Bellefontaine R., Bourg F., Nicolas D. 2010 -Agroforestry, basic situation, challenges and opportunities. Wageningen, Pays-Bas, CTA (éd.), Knowledge for development, http://knowledge.cta.int/en/content/view/full/11804

Noubissié-Tchiagam J.B., Ndzié J.P., Bellefontaine R., Mapongmetsem P.M. 2011 - Multiplication végétative de Balanites aegyptiaca (L.) Del., Diospyros mespiliformis Hochst. ex. A. Rich. et Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst. au nord du Cameroun. Fruits, 66, 5, 327-341.

Nsibi R. 2005 -Sénescence et rajeunissement des subéraies de Tabarka – Ain Draham avec approches écologiques et biotechnologiques, Tunis, Université de Tunis II, Fac. Sc., thèse, 156 p.

Nsibi R., Souayah N., Khouja M.L., Khaldi A., Rejeb M.N., Bouzid S. 2003 - Le drageonnement expérimental du chêne liège (Quercus suber L., Fagaceae). Effets de l’âge et des conditions de culture. Geo-Eco-Trop, 27, 1-2, 29-32.

Olesen K. 1996 -Innovations in tropical tree seed technology. Proceedings of the IUFRO Symposium of the project group P.2.04.00 ‘Seed Problems’, Arusha, Tanzania, 7-10 September 1995. Danida Forest Seed Centre (éd.), Humlebaek, Danemark, 302 p.

Osman A.N., Ræbild A., Christiansen J.L., Bayala J. 2011 - Performance of cowpea (Vigna unguiculata) and pearl millet (Pennisetum glaucum) intercropped under Parkia biglobosa in an agroforestry system in Burkina Faso. African Journal of Agricultural Research, 6, 4, 882-891.

Ouedraogo A. 2006 – Diversité et dynamique de la végétation ligneuse de la partie orientale du Burkina Faso. Ouagadougou, Labo de biologie et écologie végétales, thèse, 195 p. + ann.

Ouedraogo A., Thiombiano A., Hahn-Hadjali K., Guinko S. 2006 - Diagnostic de l’état de dégradation des peuplements de quatre espèces ligneuses en zone soudanienne du Burkina Faso. Sécheresse, 17 (4), 485-491.

Ouedraogo A.S., Boffa J.M. 1999 -Actes du premier atelier régional de formation sur la conservation et l’utilisation durable des ressources génétiques en Afrique de l’Ouest, Afrique Centrale et Madagascar, 16-27 mars 1998, “Vers une approche régionale des ressources génétiques forestières en Afrique sub-saharienne”, IPGRI (International Plant Genetic Resources Institute), Rome, 299 p.

Pain-Orcet M., Bellefontaine R. 2004 – “Trees outside the forest : a new perspective on the management of forest resources in the tropics”. In Babin D., éd.: Beyond tropical deforestation. From tropical deforestation to forest cover dynamics and forest development, Montpellier, Unesco/Cirad, 423-430.

Peltier R., Lawali E.M., Montagne P. 1994. Aménagement villageois des brousses tachetées au Niger – 1ère partie : le milieu – potentiel et contraintes ; 2ème partie : les méthodes de gestion préconisées. Bois et forêts des tropiques, 242, 59-76 et 243, 5-24.

Peltier R., Dessard H., Ichaou A. 2009 - Bilan après quinze ans de gestion communautaire d’une forêt villageoise de l’Ouest nigérien. Sécheresse, 20, 4, 20-31.

Piéri C. 1989 – Fertilité des terres de savanes. Bilan de trente ans de recherché et de développement agricole au sud du Sahara. Paris, Ministère de la Coopération, 444 p.

Pouliot M., Bayala J., Ræbild A. 2011 - Testing the shade tolerance of selected crops under Parkia biglobosa (Jacq.) Benth. in an agroforestry parkland in Burkina Faso, West Africa. Agroforestry Systems. DOI : 10.1007/s10457-011-9411-6.

Ræbild A., Larsen A.S., Jensen J.S., Ouedraogo M., De Groote S., Van Damme P., Bayala J., Diallo B.O., Sanou H., Kalinganire A., Kjaer E.D. 2011 - Advances in domestication of indigenous fruit trees in the West African Sahel. New Forests, 41, 297-315.

Reij C.P. 2009. Reverdir le Sahel : le succès de la régénération naturelle des arbres. Agridape : 6-8. http://www.agriculturesnetwork.org/magazines/west-africa/la-diffusion-des-pratiques-durables/reverdir-le-sahel-le-succes-de-la-regeneration/at_download/article_pdf

Reij C.P., Botoni E. 2009 -La transformation silencieuse de l’environnement et des systèmes de production au Sahel : Impacts des investissements publics et privés dans la gestion des ressources naturelles. Univ. Libre, Amsterdam, 61 p.

Riedacker A. 1978 -Etude de la déviation des racines horizontales ou obliques issues de boutures de peuplier qui rencontrent un obstacle : applications pour la conception de conteneurs. Annales Sciences Forestières, 35, 1, 1-18.

Riedacker A., Dreyer E., Pafadnam C., Joly H., Bory G. 1993 – Physiologie des arbres et arbustes en zones arides et semi-arides. Séminaire 20/3-6/4/1990, Groupe d’Etude de l’arbre et Observatoire du Sahara et du Sahel. Paris, John Libbey Eurotext, 489 p.

Rives F., Peltier R., Montagne P. 2010 – “Fifteen years of forest community management in Niger: from a technician’s dream to social reality”. In Conference on taking stock of smallholder and community forestry, Montpelier, 24-26 mars 2010, Cirad, Montpellier, France.

Roederer Y., Bellefontaine R. 1990 - Peut-on espérer conserver un pouvoir germinatif aux semences de Neem (Azadirachta indica) ? Rome, Bulletin FAO d’informations sur les ressources génétiques forestières, 17, 31-34.

Roose E., De Noni G. 1998 – « Apport de la recherche à la lutte antiérosive. Bilan mitigé et nouvelle approche ». In Roose E. éd. : Etude et Gestion des Sols, Montpellier, ORSTOM : 5, 3, 181-194.

Roose E., Bellefontaine R., Visser M. 2011 - Six rules for the rapid restoration of degraded lands: synthesis of 16 case studies in tropical and Mediterranean climates. Sécheresse, 22, 2, 86-96.

Sawadogo H, Bock L, Lacroix D, Zombré NP. 2008 - Restauration des potentialités de sols dégradés à l’aide du zaï et du compost dans le Yatenga (Burkina Faso). Biotechnol. Agron. Soc. Environ., 12, 3, 279-90.

Somé L.M., de Kam M. 1993 -Les problèmes des semences forestières, notamment en Afrique, Backhuys Publ., Leiden (Pays-Bas), 471 p.

Sotelo Montes C., Garcia R.A., Da Silva D.A., Bolzón de Muñiz G.I., Weber J.C. 2010 - Variation and correlations in traits of Prosopis africana and Balanites aegyptiaca in the west African Sahel: implications for tree domestication programs. Forests, trees and livelihoods, 19, 289–298.

Tassin J., Bellefontaine R., Roger E., Kull C. 2009 - Evaluation des risques d’invasion par les essences forestières introduites à Madagascar. Bois et forêts des tropiques, 299, 1, 27-36.

Tchoundjeu Z., Degrande A., Leakey R.R.B., Nimino G., Kemajou E., Asaah E., Facheux C., Mbile P., Mbosso C., Sado T., and Tsobeng A. 2010- Impacts of participatory tree domestication on farmer livelihoods in west and central Africa. Forests, trees and livelihoods, 19, 217-234.

Unesco/Cirad 2004 – Beyond tropical deforestation. From tropical deforestation to forest cover dynamics and forest development. Babin D., éd., Montpellier, Cirad, 488 p.

Zougmore R, Mando A, Ringersma J, Stroosnijder L. 2004 - Effet synergique des techniques de gestion de l’eau et des nutriments sur le ruissellement et l’érosion en zone semi-aride du Burkina Faso. Bulletin Réseau Erosion, 23, 540-53.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Cap Vert, près de Cidade Velha : surexploitation et désertification.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 2. Conteneur totalement inadapté induisant un chignon racinaire.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 3. En Égypte, à Luxor, le couvert arboré se referme en 22 mois, le sol est ombragé, la microfaune et la faune se développent. Plantation d’Acacia saligna et Eucalyptus camaldulensis hybridés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 4. Jeune Bombax costatum au Burkina Faso, écimé pour la récolte des fleurs utiles dans l’alimentation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 5. Plant élevé hors sol dans un conteneur moderne (avec rainures internes en relief) avec son substrat et après enlèvement de ce dernier. On remarque un enracinement vigoureux obtenu en 3 mois.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 6. Marcotte aérienne d’arganier avec racines adventives apparentes dans un substrat de sphaigne. Cette marcotte est ensuite rempotée pour servir de pied-mère produisant des ramets herbacés à bouturer sous nébulisation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 7. Égypte (Luxor) : Eucalyptus camaldulensis fortement hybridés alimentés par des eaux usées domestiques avec irrigation tous les trois jours, plantés il y a 22 mois.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 8. Cap Vert, route de Praia à Tarrafal (altitude = 320 m).Préparation d’une plantation en 1994 avec banquettes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteurs

CIRAD, UMR AGAP, F-34398 Montpellier, France ronald.bellefontaine@cirad.fr

Expert indépendant, retraité de la FAO, Division des ressources forestières

Phyto-écologue, Dr Ing. forestier aménagiste, Directeur DGRN/INRAN, Niamey (Niger)

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable