Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie V. Développement des communautés locales et gouvernance des ressources naturelles

Jatropha curcas L. au Sénégal : enjeux, état des lieux de sa culture et possibilités dans les aménagements de la Grande Muraille Verte

Ibrahima Diedhiou, Djiby Dia et Cheickh Sadibou Fall

Résumé

La crise énergétique de cette dernière décennie combinée à l’impératif de la prise en compte des principes de durabilité dans les politiques de développement économique et social a créé un regain d’intérêt pour les énergies renouvelables, mais surtout pour les biocarburants. Dans ce contexte, le Sénégal et d’autres pays de la sous-région ouest-africaine ont opté pour la culture de Jatropha curcas, plante dont l’huile contenue dans les graines peut être utilisée comme source d’énergie pure ou après production de biodiesel par transestérification. C’est pourquoi, Jatropha est de plus en plus intégrée dans les programmes de développement agricole et de gestion des ressources naturelles.
Ce travail qui est une synthèse bibliographique a permis de situer les enjeux de la culture de Jatropha au Sénégal et d’en dresser l’état des lieux. En outre, il a montré que Jatropha présente des atouts réels pour son intégration dans les aménagements de la Grande Muraille Verte. Une telle initiative pourrait avoir des impacts positifs pour les écosystèmes (contrôle de l’érosion, maintien de la fertilité, revégétalisation) et les populations locales (revenus, énergie renouvelable, vertus médicinales, bois de service). Toutefois, son succès passe par le renforcement du cadre juridique et réglementaire et de la recherche-développement mais aussi par la prise en compte des attentes et du potentiel d’innovation des populations locales.

Texte intégral

Introduction

1La crise pétrolière à laquelle le monde est actuellement confronté a poussé de nombreux gouvernements à se lancer dans la recherche de nouvelles sources d’énergie pour soutenir leur développement économique. C’est dans ce contexte que, depuis 2004, beaucoup de pays africains ont inscrit la promotion des biocarburants dans leur agenda politique (Wahl et al., 2009). Cette dynamique a conduit à la tenue en 2007 à Addis Abeba (Éthiopie), du premier séminaire sur les biocarburants en Afrique qui a abouti à l’adoption de la déclaration de Addis Abeba et d’un plan d’action pour le développement durable des biocarburants en Afrique (Conliffe et Kulovesi, 2008). Les pays de l’Afrique de l’Ouest ne sont pas restés en marge de ces initiatives. En 2005, beaucoup de pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont fait de la promotion des biocarburants un enjeu majeur de leur politique environnementale, économique, agricole et énergétique. Au Sénégal, l’option politique concernant les biocarburants repose essentiellement sur le développement de la filière Jatropha curcas L. Elle s’est traduite par la mise en place d’un programme national « biocarburants », orienté prioritairement vers la promotion de la culture de Jatropha et l’adoption en 2010 d’une loi d’orientation sur cette filière. Les objectifs du programme national « biocarburants » sont de contribuer à l’autosuffisance énergétique nationale par la production de bioénergie, de diversifier la production agricole en créant une nouvelle filière, d’améliorer la balance commerciale et des paiements et de réduire la pauvreté en milieu rural. Il projetait de planter 1 000 ha de Jatropha dans chaque communauté rurale du pays, soit 321 000 ha à l’échelle du pays. Sa mise en œuvre se fait en partenariat avec les collectivités locales, les organisations paysannes et le secteur privé. Le choix de Jatropha comme espèce prioritaire se justifie par le fait que ses graines contiennent une huile de haute valeur énergétique dont les propriétés sont comparables à celles du diesel. En outre, cette plante est peu exigeante et fournit divers produits et avantages qui favorisent un développement rural intégré. Des expériences réussies de plantation de cette espèce existent au Sénégal.

2Toutes ces potentialités de Jatropha, combinées au contexte favorable pour sa culture au Sénégal font que cette plante pourrait jouer un rôle important dans les programmes environnementaux de réhabilitation des terres dégradées ou marginales dont l’objectif est de restaurer la base productive des terres et d’améliorer les conditions socio-économiques des populations rurales.

3Dans ce contexte, l’objectif de cette contribution est de situer les enjeux de la culture de Jatropha au Sénégal, d’en faire l’état des lieux et enfin, d’analyser les possibilités d’intégration de cette plante dans les aménagements de la Grande Muraille Verte.

Historique de l’introduction de Jatropha en Afrique de l’Ouest

4Jatropha curcas ou Pourghère en français, Physic nut en anglais, Tabanani en wolof, est un arbuste non comestible appartenant à la famille des Euphorbiacées. Il peut atteindre de 2 à 8 m de hauteur. Ses feuilles sont simples, alternes pouvant aller jusqu’à 17 cm de long et 15 cm de large. Elles sont pentagonales, cordées à la base et acuminées au sommet. Ses fleurs sont groupées en inflorescences (corymbe) avec des pétales de couleur vert blanchâtre et des sépales de couleur verte. Les fleurs apparaissent avec les premières feuilles ou juste avant la feuillaison (Heller, 1996).

5Jatropha est originaire de l’Amérique centrale et du Mexique où il pousse naturellement dans les forêts des régions côtières (Aponte et al., 1978) ; mais ses centres de diversification sont nombreux (Amérique latine, Asie, Afrique). Il aurait été introduit en Afrique par les Portugais et les Espagnols, à travers les échanges maritimes, vers xvie siècle via les îles du Cap-Vert (Heller, 1996).

6Au Sénégal, l’intégration de Jatropha dans les systèmes de culture n’est pas récente (Kane, 2010). Elle remonte à la période coloniale et pourrait avoir été favorisée par sa proximité avec les îles du Cap-Vert. L’espèce était alors utilisée comme haies vives de délimitation des champs. Sa production était exportée vers la France où son huile était utilisée dans la fabrication du célèbre savon de Marseille. En outre, Jatropha était cultivée pour ses vertus médicinales et son bois qui était utilisé comme source d’énergie dans les ménages ruraux.

7L’ONG américaine InterpriseWorks (ex. « Appropriate Technologies International ») est un des pionniers dans la promotion de Jatropha au Sénégal. Au cours de la décennie 1990-2000, elle a développé un programme test dont les groupements de promotion féminine étaient les principaux bénéficiaires. Son objectif était la démultiplication de Jatropha pour la production d’huile utilisable d’une part, comme source d’énergie pour le fonctionnement des moteurs de moulins et d’autre part, pour la production de savon. Ce programme a permis de planter 125 951 arbres (Kane 2010). Ces résultats ont incité d’autres structures à se lancer dans la promotion de Jatropha. Ainsi, entre 2003 et 2006, le Progede (Projet de gestion durable et participative des énergies traditionnelles et de substitution) a réalisé des plantations dans les régions de Tambacounda et Kédougou avec comme finalité d’explorer les possibilités de production de biodiesel à partir de l’huile extraite de la graine de Jatropha (Gaye, 2007). En 2008, la société privée African National Oil Corporation a démarré dans la région de Fatick, une production à grande échelle de graines de Jatropha pour la production de biodiesel. À ce jour, elle a déjà réalisé des plantations d’une superficie totale de 1 100 hectares.

Enjeux de l’introduction de la culture de Jatropha dans les systèmes de production

8La consommation énergétique du Sénégal a connu, à partir des années 2000, une forte hausse, tant du point de vue du volume que des prix. Plusieurs facteurs contribuent à accroître la consommation énergétique nationale, dont le facteur urbain. En effet, l’urbanisation du Sénégal est également caractérisée par une croissance régulière. Près de la moitié de la population nationale (42,4 % en 2010) est établie dans les centres urbains (Guengant, 2011). La demande énergétique nationale est dominée par les ménages dont la part correspond à 54 % de la consommation totale. Cette part a connu un accroissement d’environ 15 % entre 2000 et 2006, et elle s’explique principalement par la croissance démographique. Par ailleurs, le secteur du transport occupe la deuxième position en termes de consommations énergétiques, suivi de celui de l’industrie, avec des parts respectives de 34 % et 9 % (fig. 1).

9Le diesel et le gasoil permettent de satisfaire plus de la moitié des besoins énergétiques du secteur des transports, dominé par les voies de communication terrestre. Ceci peut s’expliquer par le développement du parc automobile, qui a connu une hausse de 38,2 % entre 1995 et 2005.

Figure 1. Consommations finales par secteur. (d’après données SIE-Sénégal, 2007)

10Les approvisionnements en énergie du Sénégal sont dominés par la biomasse (57 %), suivie des produits pétroliers (38 %).

11Avec un total de 2 989 Ktep (Kilo de tonnes équivalent pétrole) pour l’année 2006, l’approvisionnement du Sénégal en énergies primaires a connu une croissance de 9 % par rapport à l’année précédente. Cet approvisionnement repose majoritairement sur la biomasse et les produits pétroliers représentant plus de 95 % du total (fig. 2).

Figure 2. Offre intérieure par type d’énergie au Sénégal en 2006. (d’après données SIE-Sénégal, 2007)

12Pour l’année 2005, la biomasse occupait la seconde place (43,51 %) en termes d’approvisionnement, derrière les produits pétroliers (51,71 %, SIE-Sénégal, rapport 2005). Cependant, la tendance s’est inversée en 2006 avec une progression de la part de la biomasse sur le total des approvisionnements (58 %, SIE-Sénégal, rapport 2007), soit 1 734 Kt de bois, en raison du recours aux énergies traditionnelles. Le potentiel en biomasse est estimé à 331,3 millions de mètres cubes, principalement assuré par les régions méridionales du Sénégal : 50 % pour Tambacounda et 40 % pour Kolda et Ziguinchor (Enefebio, 2007). De plus en plus, ces zones forestières sont sujettes à une exploitation intense de la biomasse. Le bois de feu et le charbon de bois représentent les deux formes de biomasse utilisées par les ménages ruraux et urbains comme combustible domestique.

13Le Sénégal, en dépit d’un potentiel énergétique appréciable, est confronté à des contraintes d’approvisionnement. De nombreuses options politiques sont entreprises par le gouvernement pour réduire la dépendance énergétique.

14L’hydroélectricité constitue une autre source d’approvisionnement en énergie, mais elle a occupé une part assez marginale (1 %) sur l’offre énergétique globale en 2006 (SIE-Sénégal, rapport 2007). Cette source d’approvisionnement n’est pas négligeable, puisque le potentiel de production des deux fleuves Sénégal et Gambie est estimé à 1 000 mégawatts par an (Minvielle, 1999).

15La part du Sénégal dans la production hydroélectrique du barrage de Manantali s’élève à 234 gigawatts-heure en 2006 ; ce qui représente environ 10 % de la production totale d’électricité au Sénégal. Cette production a connu une baisse par rapport à celle de l’année 2005 (267 gigawatts-heure), liée surtout à la baisse du productible de Manantali. Le barrage de Manantali (barrage régulateur et centrale hydroélectrique) est un ouvrage commun au Mali, à la Mauritanie et au Sénégal, édifié sur le Bafing (fleuve Sénégal) pour produire environ 800 millions de kilowatts-heure d’énergie hydroélectrique.

16Le potentiel solaire et éolien est considérable (tabl. I) ; son exploitation permettrait de combler le déficit énergétique du pays. En effet, le Sénégal dispose en moyenne de 3 000 heures d’ensoleillement annuel. L’énergie solaire reçue est estimée à 2 000 kilowatts-heure par mètre carré et par an (Youm et al., 2000). Cependant, le coût des installations est souvent avancé comme un obstacle majeur au développement du solaire en tant que source d’approvisionnement énergétique. Malgré le niveau des investissements requis pour l’installation du solaire, l’État a mis en place une politique d’électrification rurale – pilotée par l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (Aser) – utilisant cette source d’énergie. Par ailleurs, l’énergie éolienne devrait aussi être exploitée, avec des vitesses de vent comprises entre 3 et 5 mètres par seconde et un potentiel journalier extractible estimé à 1,5 kilowatt-heure par mètre carré (Youm et al., 2000 ; Camblong et al., 2009).

17Enfin, le gaz naturel et le charbon minéral constituent d’autres sources d’énergie, même si leurs contributions à l’approvisionnement énergétique du pays restent souvent négligeables (fig. 2). Le gaz naturel est transformé par la Senelec pour assurer sa production d’électricité, bien que sa part y reste négligeable, comparée aux produits pétroliers comme le fioul ou le diesel-oil. Les potentialités en gaz naturel sont estimées à 400 millions de mètres cubes en 2007. Il existe un grand site d’exploitation dans la zone de Diamniadio. En outre, le pays détient quatre turbines à gaz d’une puissance totale de 88 gigawatts-heure, équivalant à 8 % de la fourniture en énergie. Leur âge est compris entre 4 et 32 ans (République du Sénégal 2005).

Tableau I Types, localisation et potentialités des ressources énergétiques du Sénégal

Tableau I Types, localisation et potentialités des ressources énergétiques du Sénégal

(Source : Enda Énergie 2005 ; Enefebio 2007)

18Avec une consommation annuelle de près de 500 000 tonnes de produits pétroliers, les besoins de la Senelec représentent un poids de l’ordre de 49 % de la demande nationale en 2006.

19Le secteur énergétique sénégalais se caractérise par une forte dépendance vis-à-vis des importations de pétrole pour faire face à ses besoins en énergie commerciale et particulièrement pour la production d’énergie électrique. Par conséquent, ce secteur éprouve d’énormes difficultés pour assurer convenablement l’approvisionnement des ménages, de l’industrie, ainsi que de tous les autres secteurs d’activités. Le renchérissement sans précédent des prix des produits pétroliers a été, en effet, le déclencheur d’une grave crise du système d’approvisionnement énergétique, manifestée par des périodes de pénurie dans la distribution aussi bien des carburants, du gaz butane que de l’électricité. Ce qui a d’ailleurs entraîné entre 2009 et 2011 des soulèvements populaires contre les délestages intempestifs.

20Par ailleurs, la forte dépendance vis-à-vis du pétrole importé place le Sénégal parmi les pays où l’énergie coûte très cher et rend difficile la gestion macroéconomique, en vue d’une maîtrise de l’inflation et de la lutte pour l’éradication de la pauvreté. La crise énergétique pose ainsi une sérieuse hypothèque sur la croissance économique, imposant ainsi à l’État des efforts financiers colossaux pour restaurer les conditions de fonctionnement du secteur. En 2006, près de 140 milliards de FCFA ont été dépensés en termes de subvention dans le secteur énergétique.

21À titre d’illustration, la facture pétrolière du Sénégal est passée de 185 milliards de FCFA en 2000 à 384 milliards de FCFA en 2006, puis à 623 milliards de FCFA en 2008, soit une hausse de plus de 40 % en deux ans (fig. 3). Aussi, plus de 46 % du revenu des exportations sont-ils mobilisés pour honorer cette facture (SIE 2007).

22Dans un contexte caractérisé par une crise du secteur énergétique, les autorités sénégalaises réfléchissent sur de nouvelles options politiques pour réduire les importations d’hydrocarbures et acquérir une certaine indépendance énergétique. C’est dans cette perspective que s’inscrit la promotion des biocarburants au niveau national, dont J. curcas est la plante la plus mise en exergue.

Figure 3. Facture pétrolière du Sénégal de 2000 à 2008. (Source : Statistiques SIE)

23Du point de vue politique, trois « Lettres de politique de développement du secteur de l’énergie » (LPDSE) datant de 1997, 2003 et 2008 ont ponctué la vision gouvernementale de l’énergie au Sénégal. Cependant, la nouvelle politique énergétique du gouvernement développée dans la LPDSE de 2008, met en avant trois objectifs : (i) assurer l’approvisionnement en énergie du pays en quantité suffisante, dans les meilleures conditions de qualité et de durabilité et au moindre coût, (ii) élargir l’accès des populations aux services modernes de l’énergie et (iii) réduire la vulnérabilité du pays aux aléas exogènes, notamment ceux du marché mondial du pétrole.

24En ce qui concerne la stratégie, le gouvernement a retenu plusieurs axes dont « le développement et l’exploitation des potentialités énergétiques nationales, notamment dans le domaine des biocarburants et des énergies renouvelables, la diversification énergétique à travers la filière charbon minéral, le biocarburant, la biomasse, le solaire, l’éolienne, etc., pour la production d’électricité ».

25Les biocarburants constituent ainsi un élément nouveau dans les politiques énergétiques et agricoles. La stratégie de l’État dans ce domaine repose sur la promotion de Jatropha.

État des lieux de la culture de Jatropha au Sénégal

Acteurs de la culture de Jatropha

26Les acteurs de la culture de Jatropha sont répartis sur l’essentiel du territoire national (fig. 4). Ils sont constitués de l’État, de producteurs, de pépiniéristes, de transformateurs et d’institutions de recherche. Les acteurs commerciaux sont faiblement représentés du fait de l’absence de conditions de compétitivité de la filière.

PRODUCTEURS

27Ce sont les acteurs qui assurent la production des graines. On en distingue trois types : les paysans, les associations paysannes et les entreprises industrielles. Les paysans cultivent Jatropha pour des objectifs variés : la délimitation des champs et leur protection contre les animaux en divagation, la vente des graines, de l’huile ou du savon fabriqué à partir de l’huile et l’utilisation de ses propriétés médicinales. Les associations paysannes plantent Jatropha pour la production d’huile, l’utilisation locale de cette huile pure pour la production de forces motrices et éventuellement l’électrification et enfin pour se procurer des revenus par la vente de l’huile. Certaines entreprises industrielles visent la production de biocarburant pour réduire leur forte dépendance vis-à-vis des ressources énergétiques fossiles. C’est le cas de la Société de commercialisation du ciment (Sococim) qui compte utiliser les fruits, les coques, les brindilles du Jatropha dans les fours pour assurer une fourniture d’énergie thermique. D’autres ont comme objectif la production d’huile et de biodiesel commercialisable en mettant en place des unités de stockage et de transformation de l’huile ; c’est le cas de la société privée African National Oil Corporation installée dans la communauté rurale de Ourour (département de Gossas, région de Fatick).

Figure 4. Cultures de biocarburants au Sénégal.

ÉTAT

28L’État du Sénégal a mis en place un dispositif institutionnel incitatif pour la production de biocarburant. Ce dispositif comprend un ministère en charge des biocarburants, une loi d’orientation sur la filière et le lancement en 2007 d’un programme national « Biocarburants » dont le volet production est piloté en partie par l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra). Ce programme qui vise la production de 321 000 hectares d’arbres concerne toutes les communautés rurales du pays. C’est pourquoi, pour favoriser sa mise en œuvre, l’État a demandé aux conseils ruraux de faciliter l’accès à la terre aux producteurs qui voudraient se lancer dans la production de biocarburant. En effet, depuis 1996, avec la loi sur la décentralisation portant transfert de compétences aux collectivités locales, la gestion des terres et des ressources naturelles dans les zones rurales est presque entièrement dévolue aux conseils ruraux.

LES PÉPINIÉRISTES

29L’introduction de Jatropha dans l’espace agricole sénégalais est facilitée par la mise en place de pépinières pour la fourniture des plants. En dehors des pépinières de l’Isra, des opérateurs privés sont impliqués dans la production de plants.

LES TRANSFORMATEURS

30Le secteur de la transformation des biocarburants est faiblement mis en valeur au Sénégal. Les initiatives, à l’exception de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) sur l’éthanol, restent embryonnaires. Il n’est pas encore noté d’industrie de transformation ; il subsiste quelques expériences de transformation artisanale, mais sans statut officiel d’unités dédiées à l’extraction d’huile de Jatropha.

LA RECHERCHE

31La recherche sur Jatropha est récente au Sénégal et a démarré quasiment avec la mise en œuvre du programme national « biocarburants ». Elle est conduite par diverses structures nationales en partenariat avec des institutions sous-régionales et internationales. Dans le cadre du volet recherche du programme national « biocarburants » dont la coordination est assurée par l’Institut sénégalais de recherches agricoles, des travaux sont menés sur les techniques culturales, les modes de multiplication et les aspects socio-économiques de Jatropha. Avec l’appui de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’École nationale supérieure d’agriculture (Ensa) de l’université de Thiès vient de boucler un projet de recherche qui visait l’amélioration du rendement en huile des plantations de Jatropha par l’utilisation de méthodes de mutations induites par radiation pour générer des génotypes hautement productifs et adaptés aux conditions locales. Un autre projet porté par l’École nationale supérieure d’agriculture et qui a bénéficié de l’appui financier du ministère français des Affaires étrangères au travers du FSP (Fonds de solidarité prioritaire) Ripiecsa (Recherche interdisciplinaire et participative sur les interactions entre les écosystèmes, le climat et les sociétés d’Afrique de l’Ouest) a été exécuté au cours de la période 2008-2010 avec différents partenaires (Institut sénégalais de recherches agricoles, Institut de l’environnement et de recherches agricoles du Burkina Faso, l’université de Ouagadougou et l’Institut de recherche pour le développement). Son objectif était d’analyser la productivité de Jatropha, de la mettre en relation avec sa variabilité génétique, et d’évaluer ses impacts potentiels agricoles, environnementaux et économiques dans un contexte de variabilité et changement climatiques. Enfin, l’École nationale supérieure d’agriculture et la faculté d’agronomie de Gembloux (Belgique) mènent un projet de recherche centré sur l’intégration durable de Jatropha dans les systèmes de culture au Sénégal.

Superficies emblavées

32Les objectifs du programme pour la période 2007-2012 sont d’emblaver 321 000 hectares. En 2008-2009, cet objectif n’était atteint qu’à 1,6 % (tabl. II). La même tendance est observée sur la distribution de plants par l’Institut sénégalais de recherches agricoles sur la même période. Les évolutions n’ont guère connu d’améliorations significatives au cours de la période 2010-2012, particulièrement chez les producteurs locaux (les exploitations agricoles familiales). Les seules superficies qui semblent évoluer depuis 2008 sont celles allouées aux investisseurs étrangers et pour lesquelles les statistiques restent controversées. Le ministère des Énergies renouvelables les estime entre 10 000 et 15 000 hectares.

Tableau II Superficies emblavées et plants de Jatropha fournis au Sénégal en 2008-2009.

Tableau II Superficies emblavées et plants de Jatropha fournis au Sénégal en 2008-2009.

(Source : ISRA 2009)

33La culture de Jatropha est considérée par les producteurs comme une activité secondaire. Par ailleurs, la mise en valeur des terres de culture demande des investissements lourds, que les producteurs locaux ne parviennent pas à prendre en charge. Seules les exploitations privées disposant des moyens substantiels ont connu une relative réussite. Les exploitations agricoles familiales se contentent pour l’essentiel de cultures de haies vives, moins exigeantes en ressources hydriques, en main-d’œuvre pour l’entretien.

Systèmes de culture

34En l’état actuel de nos connaissances, seules deux études ont été consacrées à l’analyse des systèmes de culture de Jatropha au Sénégal. La première a été menée par Kane (2010) dans la communauté rurale de Ourour située dans le centre bassin arachidier tandis que la seconde a été réalisée par Mbaye (2011) dans le sud bassin arachidier, plus précisément dans le département de Foundiougne.

35Il ressort de ces différents travaux que la majorité des chefs d’exploitation cultivant Jatropha sont relativement âgés et analphabètes. Leurs exploitations sont faiblement équipées, utilisent essentiellement la main-d’œuvre familiale, associent l’élevage à l’agriculture et pratiquent la culture attelée avec comme animaux de trait les bovins, les équins et les asins. Elles ont une taille moyenne de 1 hectare contre 50 hectares chez les promoteurs privés.

36Ces études ont montré aussi, qu’il existe deux méthodes de plantation de Jatropha selon les producteurs ; il s’agit du semis direct et de la méthode pépinière-transplantation. Cependant, cette dernière est la plus pratiquée sur le terrain. Elle est plus coûteuse que le semis direct ; mais elle permet d’avoir des plants plus vigoureux et d’obtenir de meilleurs taux de survie. Le semis direct donne des résultats décevants en raison essentiellement des attaques de nuisibles et de ravageurs sur les jeunes plants. La pépinière de pleine terre est la plus vulgarisée, car elle nécessite moins d’investissement de la part des producteurs.

37La densité de plantation varie d’un producteur à un autre et cela en fonction du mode de plantation mis en place (association, culture pure, haies vives). Cependant, les écartements de plantation les plus fréquents sont : 2 m x 2 m (2 500 plants/ha), 2,5 m x 2 m (2 000 plants/ha), 2,5 m x 2,5 m (1 600 plants/ha), 3 m x 2,5 m (1 333 plants/ha), 3 x 3 (1 111 plants/ha). Concernant les modes de plantation, les plus courants restent la haie vive et la culture associée qui sont pratiquées par la majorité des producteurs. La culture pure de Jatropha est beaucoup plus rare. L’association est avantageuse car elle permet aux producteurs d’exploiter leurs terres aussi bien pour les cultures vivrières que pour la plantation de Jatropha. Également, les plantes de Jatropha bénéficient de l’entretien apporté aux cultures vivrières. Les spéculations les plus fréquemment associées à Jatropha sont par ordre décroissant : l’arachide, le mil, le sorgho, le maïs, et le sésame.

38Globalement, les opérations de préparation et d’entretien de la parcelle avant et après l’implantation de Jatropha sont négligées et la fertilisation est très peu appliquée. J. curcas est plus fréquemment plantée sur des sols dont le niveau de fertilité est moyen.

39En outre, une très faible proportion de producteurs (environ 6 %) pratique des traitements phytosanitaires dans leurs plantations, quoique la situation phytosanitaire de Jatropha dans les exploitations soit parfois préoccupante.

Contraintes de la culture de Jatropha

40Malgré les multiples atouts de la culture de Jatropha au Sénégal, diverses contraintes pourraient entraver son intégration dans les systèmes de production agricole. Les producteurs ne maîtrisent pas encore les techniques culturales (dates d’implantation, qualité et disponibilité des semences, besoins en eau, types de sol, planification, conservation des récoltes…) permettant d’optimiser la production. Ils ne disposent pas d’informations sur la transformation et la demande (débouchés) ; or ces paramètres économiques influent beaucoup sur leur engagement à adopter cette nouvelle culture. Également, l’insuffisance des moyens financiers des ménages ruraux, susceptibles de couvrir les dépenses inhérentes à la conduite des cultures (engrais, semences, produits phytosanitaires, protection des exploitations, irrigation, main-d’œuvre, etc.), particulièrement dans les zones sèches ou marginales (terres dégradées), réduit leurs possibilités d’améliorer les rendements et de concrétiser les revenus espérés. Les feux de brousse récurrents dans certaines zones du pays constituent une contrainte non négligeable puisqu’ils entraînent un ralentissement de la croissance des plants. La situation phytosanitaire de Jatropha est quelque peu préoccupante à cause de diverses attaques de nuisibles (nécrose foliaire, défoliation, termites, araignées rouges et criquets) notées sur les plantations ; ces attaques varient en fonction des zones agro-écologiques (Mbaye, 2011). La recherche sur les biocarburants au Sénégal demeure encore un des maillons faibles de la filière ; celle-ci reste fragmentaire et souffre d’un déficit de synergie entre les acteurs. En conséquence, peu de données systématisées existent sur les systèmes Jatropha et cela constitue un handicap majeur pour l’atteinte des objectifs que l’État s’est fixés en matière de production de biodiesel. Enfin, l’absence de décrets d’application de la loi d’orientation sur la filière des biocarburants qui rend incomplet le cadre juridique et réglementaire représente aussi un obstacle non négligeable pour la promotion des biocarburants.

Rôles potentiels pour l’aménagement de la Grande Muraille Verte

Atouts de Jatropha comme espèce de reboisement en zone sahélienne

41Jatropha est une plante bien connue des populations au Sénégal et partout dans le Sahel qui l’utilisent comme haies vives mais surtout pour ses vertus thérapeutiques. Les différentes parties de Jatropha font l’objet de toutes sortes d’usages médicinaux (Diédhiou, 2011). Son latex est partout réputé pour cicatriser les plaies, pour ses vertus hémostatiques et pour soigner les problèmes de peau. En application externe, il sert à traiter la gale sarcoptique des moutons et des chèvres.

42Ses feuilles sont utilisées pour traiter diverses maladies parmi lesquelles, la toux. Leur décoction soigne les maux de nerfs et leur cataplasme traiterait les furoncles, les rhumatismes et la lèpre. Bien que toxiques, les graines sont souvent utilisées comme purgatif/laxatif. L’huile extraite des graines est utilisée en obstétrique (par massage) après un chauffage préalable ; elle est aussi utilisée dans le traitement des maux d’articulation et de ceux des membres (Münch et Kiefer, 1986).

43Les conditions agro-écologiques du Sahel se prêtent bien à la culture de Jatropha qui est une espèce réputée très adaptée aux conditions climatiques arides et semi-arides et peu exigeante en intrants. Ses principaux mécanismes d’adaptation au déficit hydrique sont la réduction de la surface foliaire, la régulation stomatique, l’accroissement de l’investissement des ressources aux racines et le stockage de l’eau dans les tiges (Cissé, 2010 ; Diaz-Lopez et al., 2012).

44Jatropha peut être facilement implanté dans les écosystèmes sahéliens par semis direct de graines ou repiquage direct de boutures. Elle peut aussi être reboisée avec des plants issus de pépinière à partir de graines ou de boutures. Toutefois, la méthode pépinière de pleine terre et transplantation apparaît plus intéressante en termes de coûts/efficacité et de ce fait, pourrait être généralisée. L’utilisation de boutures est surtout recommandée dans la réalisation de haies vives.

45Enfin, Jatropha recèle d’autres atouts pour les zones sahéliennes. L’espèce n’est pas appétée et cela préserve les plantations de la dent du bétail qui est un des facteurs d’échec du reboisement au Sahel. Il existe des accessions locales performantes utilisables pour les opérations de reboisement. En effet, Diédhiou et al. (2011) ont identifié au Sénégal, cinq accessions locales qui ont des teneurs en huile élevées et comparables à celles des accessions indiennes les plus performantes.

Bénéfices potentiels de l’utilisation de Jatropha dans la Grande Muraille Verte

46L’intégration de Jatropha dans les aménagements de la Grande Muraille Verte pourrait avoir des impacts positifs pour les écosystèmes et les populations locales.

47Concernant les écosystèmes, il est de plus en plus établi que Jatropha peut jouer un rôle important dans la conservation et la régénération des sols. Ainsi, Reubens et al. (2011) ont montré que le système racinaire de Jatropha est favorable au contrôle de l’érosion hydrique et/ou éolienne. En effet, ses nombreuses ramifications latérales améliorent la cohésion du sol et ainsi, permettent de réduire fortement l’érodibilité du sol. Ruíz-Valdiviezo et al. (2010) ont également noté que la plantation de Jatropha n’inhibe pas la dynamique du carbone et de l’azote dans les sols ; elle pourrait améliorer la qualité en augmentant sa teneur en matière organique. Par ailleurs, des études récentes ont confirmé que les tourteaux de Jatropha peuvent être utilisés comme engrais organiques pour restaurer les sols dégradés et améliorer leur productivité (Domergue et Pirot, 2008 ; Fall, 2010). L’établissement allemand d’essais agronomiques « Landwirtschaftliche Versuchanstalt » a classé ces tourteaux comme un engrais organique complexe (contenant NPK) et à teneur marquée en azote (Münch et Kiefer, 1986). Ils donnent des résultats positifs sur les rendements de diverses cultures (coton, riz, Jatropha).

48Concernant les avantages de Jatropha, il faut souligner que cette plante peut fournir de l’énergie renouvelable permettant d’améliorer les conditions de vie des populations des zones d’introduction. En effet, moyennant des modifications mineures de moteurs, l’huile pure peut être utilisée pour fournir des forces motrices. Ce type d’usage a été testé avec succès au Mali et au Sénégal pour les moulins, les motopompes pour l’irrigation et les groupes électrogènes pour la production d’électricité. L’huile peut être transformée par transestérification en biodiesel utilisable pour le fonctionnement des moteurs diesel. Par ailleurs, les sous-produits tels que les coques issues du décorticage des fruits et les tourteaux dérivés de l’extraction de l’huile peuvent également être utilisés pour la production respectivement d’énergie thermique et de biogaz. De ce fait, si le biocarburant de Jatropha est utilisé de façon judicieuse, il pourrait contribuer de façon décisive à l’intensification écologique et à la résolution du problème vital de la sécurité alimentaire (huile pure, biodiesel pour les machines agricoles). Il pourrait aussi permettre de réduire le taux de déforestation et d’améliorer le bien-être des ménages ruraux (énergie pour l’éclairage, la cuisson et les appareils ménagers). Au Sahel, l’exploitation forestière pour la production d’énergie est un des moteurs de la déforestation et de ses corollaires, la désertification et la pauvreté rurale. À titre illustratif au Sénégal, les combustibles ligneux représentent 60 % du bilan énergétique du pays et plus de 80 % de la consommation énergétique totale des ménages, et plus de 4 millions de m3 de bois sont prélevés tous les ans pour satisfaire les besoins en énergies des populations (CSE/MEPN 2005).

49Également, il faut noter que la vente des graines produites par les plantations ou de savon fabriqué avec l’huile de Jatropha pourrait procurer des revenus substantiels directs aux populations rurales. Par ailleurs, l’impact positif potentiel de Jatropha sur la production agricole pourrait permettre d’augmenter les revenus agricoles. Enfin, dans la mesure où la démarche de mise en œuvre du projet de la Grande Muraille Verte est participative, les activités de production et de commercialisation de plants de Jatropha issus de pépinières dans lesquelles les femmes sont très impliquées sont aussi une source supplémentaire de revenus.

Conclusion

50Jatropha curcas est une espèce qui fait partie actuellement de la flore du Sénégal et dont l’importance socio-économique n’est plus à démontrer. Les options politiques prises par beaucoup de pays sahéliens de développer sa culture à grande échelle s’inscrivent dans une stratégie d’anticipation des enjeux énergétiques futurs dont la maîtrise est une des conditions pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et garantir un développement durable. L’intégration de cette plante dont la présence dans les systèmes agraires est devenue effective, dans les aménagements de la Grande Muraille Verte, peut avoir des impacts positifs sur les écosystèmes (conservation et régénération des sols) comme sur les populations locales (fourniture d’énergie et de revenus).

51Toutefois, pour garantir un succès à une telle opération, des mesures devront être prises pour lever diverses contraintes d’ordre institutionnel, technique et socio-culturel. Il s’agira respectivement de compléter le cadre juridique et réglementaire, de renforcer la recherche-développement et de prendre en compte les attentes et le potentiel d’innovation des populations locales.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aponte CH, 1978. Estudio de Jatropha curcas L. como recurso biotico. Diploma thesis. Xalapa-Enríquez. University Veracruz, Mexico.

Cissé C 2010. Etude de la croissance et des réponses à la contrainte hydrique et au stade juvénile de six provenances locales de J. curcas. Mémoire de Master, ENSA, Université de Thiès, 49 p.

Conliffe A, Kulovesi K. 2008. Renewable Energy in Africa Bulletin. Volume 149 Number 1. Winnipeg, Canada: International Institute for Sustainable Development (IISD). (Available from http://www.iisd.ca/ymb/sdrea/html/ymbvol149num1e.html) (Accessed on 2 August 2008).

CSE/MEPN 2005.- Etat de l’environnement au Sénégal. République du Sénégal, Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, Dakar, 19 p.

Díaz-López L, Gimeno V, Simón I, Martínez V, Rodríguez-Ortega WM, García-Sánchez F, 2012. Jatropha curcas seedlings show a water conservation strategy under drought conditions based on decreasing leaf growth and stomatal conductance. Agricultural Water Management 105: 48– 56.

Diédhiou D. 2011. Influence des pratiques paysannes de gestion de la fertilité et d’entretien des plantations sur la croissance et la production de Jatropha curcas L. : cas du terroir de Ourour (Bassin Arachidier Sénégalais). Mémoire de Master, ENSA, Université de Thiès, 50 p.

Domergue M, Pirot R 2008. Jatropha curcas L. rapport de synthèse bibliographique. CIRAD, AGROgeneration, Montpellier, 118 p.

ENDA-ENERGIE 2005. Rôle des énergies renouvelables sur le développement des activités productives en milieu rural ouest africain : le cas du Sénégal. Rapport final, 50 p.

ENEFEBIO 2007. Synthèse des enquêtes au sein des PME au Sénégal. Lettre d’information N° 1, 4 p.

Fall N 2010. Impact de l’utilisation des tourteaux de J. curcas sur le bio-fonctionnement et la diversité génétique des communautés microbiennes du sol. Mémoire de Master, Faculté des Sciences et Techniques, Ucad, Dakar 32 p.

Gaye B 2007, Les biocarburants, gage d’une révolution énergétique et économique au Sénégal : le cas du Jatropha curcas L. Mémoire de Master, ISDL, 108 p.

Guengant J-P 2011 Comment bénéficier du dividende démographique ? La démographie au centre des trajectoires de développement dans les pays de l’UEMOA. Analyse pays Sénégal. AFD, 55 p.

Heller J. Physic nut. Jatropha curcas L. Promoting the conservation and use of underutilized and neglected crops. 1. Germany. Gatersleben; Italy. Rome: Institute of Plant Genetics and Crop Plant Research/International Plant Genetic Resources Institute; 1996, 66 p.

ISRA 2009. Programme spécial Biocarburants. Dakar, MAP, 16 p.

KANE S 2010. Les impacts spatiaux et socio-économiques de la culture de Jatropha curcas L sur la dynamique des systèmes agraires. Mémoire de maitrise, UCAD-FLSH, Dakar, 94 p.

Mbaye B 2011. Analyse des systèmes de culture et du comportement de Jatropha curcas L. en milieu paysan dans le département de Foundiougne. Mémoire de Master, ENSA, Université de Thiès, Thiès, 48 p.

Minvielle J-P 1999. La question énergétique au Sahel. Karthala, 171 p.

Münch E, Kiefer J 1986. Le Pourghère : J. curcas, Botanique, Ecologie, Culture, Produits de récolte, Filières de valorisation, réflexions économiques, Mémoire de fin d’études. Université de Hohenheim, Stuttgart, 302 p.

Reubens B, Achten WMJ, Maes WH, Danjon F, Aerts R, Poesen J, Muys B 2011. More than biofuel? Jatropha curcas root system symmetry and potential for soil erosion control. Journal of Arid Environments 75: 201-205.

Ruíz-Valdiviezo VM, Luna-Guido M, Galzy A, Federico Gutiérrez-Miceli FA, Dendooven L 2010. Greenhouse gas emissions and C and N mineralization in soils of Chiapas (México) amended with leaves of Jatropha curcas L. Applied Soil Ecology 46 17-25.

SIE-SÉNÉGAL 2007. Système d’Information Énergétique du Sénégal. Rapport 2007, Dakar, 56 p.

Youm I, Sarr J, Sall M, Kane MM 2000. Renewable energy activities in Senegal: a review. Renewable and Sustainable Energy Reviews 4 (1): 75-89.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Consommations finales par secteur. (d’après données SIE-Sénégal, 2007)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 2. Offre intérieure par type d’énergie au Sénégal en 2006. (d’après données SIE-Sénégal, 2007)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau I Types, localisation et potentialités des ressources énergétiques du Sénégal
Légende (Source : Enda Énergie 2005 ; Enefebio 2007)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 3. Facture pétrolière du Sénégal de 2000 à 2008. (Source : Statistiques SIE)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 4. Cultures de biocarburants au Sénégal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau II Superficies emblavées et plants de Jatropha fournis au Sénégal en 2008-2009.
Légende (Source : ISRA 2009)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

Auteurs

École Nationale Supérieure d’Agriculture (ENSA), Université de Thiès, Thiès, Sénégal E-mail : ibrahima_diedhiou@hotmail.com, Fax : +221 33 951 15 51

Bureau d’Analyses Macro-Économiques, Institut Sénégalais de Recherches agricoles, Dakar, Sénégal E-mail : djibydia@gmail.com, Fax : +221 33 832 24 27

Bureau d’Analyses Macro-Économiques, Institut Sénégalais de Recherches agricoles, Dakar, Sénégal E-mail : djibydia@gmail.com, Fax : +221 33 832 24 27

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable