Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Valorisation et gestion des systèmes agro-sylvo-pastoraux

La lutte contre les aléas climatiques au Burkina Faso. Acquis et défis de l’agro-écologie : le cas de la Région Nord

René Billaz

Texte intégral

Introduction

1La Région Nord du Burkina Faso a donné lieu à de nombreux travaux, dont j’ai tenté de rendre compte dans un texte récent : « Lutte contre l’aridité climatique au Burkina Faso ; quarante ans de recherche et d’appui au développement ; bilan et perspectives ». En cette année 2012 où la communauté internationale focalise sa réflexion sur l’eau, il me semble utile de revenir de façon plus détaillée et plus quantitative sur le défi que représente la lutte contre les aléas climatiques, pluviométriques en particulier. Je me place pour ce faire dans une approche délibérément agro-écologique, en questionnant nos connaissances sur l’optimisation de l’usage de l’eau : l’eau pour les hommes, leurs troupeaux, leurs cultures, ainsi que le couvert végétal des espaces non cultivables. C’est ce dernier domaine qui est actuellement le plus menacé par la désertification ; c’est aussi celui où on manque le plus de connaissances et où les pratiques (la gestion) laissent le plus à désirer. Le présent texte est donc aussi un plaidoyer pour la poursuite tenace et sereine de travaux associant paysans, praticiens et chercheurs.

2Pourquoi l’agro-écologie ?

3D’abord par défaut, car on pouvait conclure au début des années 1980, suite aux épisodes de grande sécheresse, que, dans le contexte de l’ex-Yatenga (zone semiaride à forte densité de population et forte pression du bétail sur les ressources naturelles), les limites des recommandations de la recherche agronomique (labour, fertilisation minérale d’appoint, fertilisation organique lourde) étaient atteintes.

4Ensuite, parce que les pratiques paysannes « résistantes » qui sont apparues entre 1980 et 1985 et qui se sont généralisées ultérieurement se présentaient comme des alternatives novatrices par rapport aux modèles antérieurs.

5Enfin, par intérêt pour les principes formulés ultérieurement (1998) par les fondateurs de l’agro-écologie (Gliessmann et Altieri), basés sur : (i) le recyclage de la matière organique dans un système fermé pour limiter les pertes de nutriments ; (ii) la diversité d’espèces liées par des relations à bénéfices mutuels (symbiose, complémentarité) ; et (iii) la forte productivité de biomasse du milieu.

6Comme on le verra, ces principes ont été mis en œuvre sous des formes diverses par plusieurs acteurs. Ce n’est que récemment que la conjonction des connaissances et des compétences conduit à une approche où l’agro-écologie occupe une place majeure.

Burkina Faso : densités par province, 2005. Source : Atlas Jeune Afrique du Burkina Faso, 2005, 1re édition

Le contexte : une lutte ancestrale contre les aléas climatiques

7La Région Nord est frontalière avec le Mali ; elle correspond à l’ex-royaume mossi du Yatenga, actuellement divisé en trois provinces (Loroum, Yatenga et Zondoma) auxquelles a été adjointe celle du Passoré. Au Mali, de l’autre côté de la frontière, c’est le pays Dogon.

Une pluviométrie très aléatoire

8On connaît l’extrême variabilité interannuelle des hauteurs d’eau tombées annuellement, résumées dans le graphique ci-dessous, qui illustre l’imprévisibilité de chaque nouvelle campagne.

Évolution de la pluviométrie : tendance 1930-2004.
Source : Atlas Jeune Afrique du Burkina Faso, 2005, 1re édition

9Ces moyennes ne rendent toutefois pas compte de la variabilité des pluies au cours de chaque saison pluvieuse, qui peut avoir des conséquences désastreuses sur les cultures même quand le total annuel est satisfaisant, en cas soit de pluies tardives (semis en juillet), soit d’arrêt précoce (avant la maturation des épis, p. ex. courant septembre). Francis Forest (1984), du Cirad (l’Irat à l’époque) a réalisé en 1984 une approche probabiliste de la satisfaction des besoins en eau du mil en fonction des premières pluies de la saison : il concluait que c’est entre le 25 juin et le 1er juillet qu’on a 8 chances sur 10 de disposer de deux à trois jours de pluie conduisant à un indice élevé de satisfaction des besoins en eau. Par contre, dès le 25 juillet, il est très peu probable qu’il le soit. La « fenêtre de tir » pour réussir un semis est donc très étroite : deux à trois semaines au maximum entre la mi-juin et la mi-juillet.

Des ressources naturelles fortement dégradées

10Cette dégradation est déjà ancienne : J.-Y. Marchal (1983) soulignait dès 1983 les nombreuses manifestations locales de la dégradation des ressources naturelles, ainsi que sa progression, en comparant des photos aériennes prises à dix ans d’intervalle. Actuellement, la végétation naturelle, herbacée et arbustive, est en voie de disparition : dans des zones fortement affectées, la végétation ligneuse couvre moins de 5 % de la superficie des sols très fortement dégradés, 5 à 20 % pour les sols fortement dégradés. Ailleurs, dans les zones moins dégradées, les proportions de sols dégradés croissent dangereusement, comme le montre une étude conduite récemment dans la province du Zondoma par le projet PDCL/SAZ (2006).

11On assiste donc à un véritable processus de désertification, dont les causes sont bien connues.

12Les besoins en bois de chauffe des familles paysannes et urbaines : J.-Y Marchal suggère que la dégradation du couvert végétal au cours de la première moitié du xxe siècle pourrait avoir été provoquée par une intense activité métallurgique (nombreux forgerons). Il cite différentes études, les estime à 1,4 stère/personne/an (dont les bois de service) en milieu rural et à 2 en ville (Ouahigouya). À l’époque, il estimait qu’au Yatenga la ressource ne couvrait que 40 % des besoins.

13La pression exponentielle du bétail sur les ressources fourragères, caractérisable par le graphique ci-dessous.

Pression du bétail sur la jachère.

14Le graphique illustre l’évolution exponentielle de la pression du bétail (UA/100 ha de jachères) en fonction de la croissance démographique des troupeaux de ruminants (2 % par an : UA/100 ha totaux) et de la réduction des superficies en jachère (C’est-à-dire des sols non cultivés) résultant de la croissance démographique humaine (3 % par an), calculée sur la base d’un ha cultivé par actif par an.

15Qu’en est-il actuellement ? Les statistiques officielles (cf. annexe B) permettent de calculer, par province, la superficie non cultivée (zones de parcours du bétail) disponible par UBT (Unité de Bétail Tropical, voir annexe B). Pour la Région Nord, en 2008, on arrive aux chiffres suivants : Loroum : 2,1 ; Yatenga : 2,7 ; Zondoma : 3,3 ; Passoré : 3,0.

16Ces valeurs (moins de 3 ha par UBT) sont très alarmantes, dans la mesure où les zootechniciens considèrent qu’il faut environ 15 ha de végétation naturelle de ces savanes semi-arides pour alimenter une UBT. On est donc en régime de surpâturage généralisé.

17Cette disparition progressive de la végétation herbacée et arborée cause dès à présent des catastrophes écologiques locales (voir photos de ravinements) et condamne toute forme d’élevage productif sur la base des seules ressources naturelles, ce qui a été la pratique traditionnelle.

18En outre, les sols se dégradent rapidement : cette dégradation se manifeste entre autres par la formation d’une croûte superficielle imperméable aux pluies, qui est attribuée à la baisse tendancielle des teneurs en matière organique des sols.

Zippelé (sol dégradé, en mooré) observé deux ans après la dernière mise en culture. En l’absence de cultures, les zippelés se forment rapidement.

Des modelés géo-pédologiques à risques érosifs souvent élevés

19P. Dugué (1989) rappelle que la morphologie de la Région est marquée par quatre types de modelés :

  • le système dunaire, caractérisé par des plaines sableuses mollement ondulées, formées sur les sables, grès et argiles du Continental terminal (à la frontière du Mali). Il ne représente que 6 % de l’espace régional (sans compter le Passoré, intégré plus tard à la région Nord) ;
  • des archipels de collines ceinturées de tables cuirassées ; elles sont organisées en chapelets sur une ligne NNE-SSW. Des tables cuirassées plus récentes les jouxtent, en créant des dépressions de petite surface. Ce type de modelé représente 13 % de la Région (sans compter le Passoré, intégré plus tard à la Région Nord) ;
  • les dômes éventrés, parfois associés aux tables cuirassées. Ce modelé, caractéristique du Plateau Mossi et du Centre-Sud et Sud de la Région, représente 43 % de l’espace régional (sans compter le Passoré, intégré plus tard à la Région Nord) ;
  • les pénéplaines : le relief cuirassé s’y estompe ; il est peu marqué mais forme le sommet aplati des topo-séquences, qui sont longues. On les trouve principalement dans le Sud-Ouest, en allant vers la plaine du Sourou. Ce type de modelé couvre 38 % de la région (sans compter le Passoré, intégré plus tard à la Région Nord).

20La carte ci-dessous rend compte des principales composantes géologiques et morpho-géologiques : on y a représenté schématiquement les limites de la Région et de ses quatre provinces.

Source : Atlas Jeune Afrique du Burkina Faso, 2005, 1re édition.

21Les pentes associées aux modelés de collines et de dômes éventrés présentent un risque élevé d’érosion dès que le couvert végétal disparaît, ce qui est le cas général. La gestion des ressources naturelles y mérite donc une attention toute particulière, d’autant que pour des raisons historiques ce sont les zones les plus densément peuplées.

22Quelle est l’occupation de l’espace dans ces modelés à risques ? C’est ce que présente le schéma suivant.

23NB : les échelles verticales et horizontales ne sont pas les mêmes. Les glacis s’étendent sur plusieurs centaines de mètres (de l’ordre de un à trois kilomètres), alors que les collines et les tables cuirassées ne les dominent que de quelques dizaines de mètres.

24Ce schéma met clairement en les faits suivants :

  • les paysans ont établi leurs villages sur les glacis, et que c’est là qu’ils cultivent ;
  • les sols sont répartis le long des topo-séquences depuis les lithosols des cuirasses jusqu’aux sols argileux plus ou moins hydromorphes des bas de pente en passant par des sols gravillonaires et des sols ferrugineux tropicaux (ou sols ferralitiques) ; ce sont ces derniers qui sont aptes aux cultures, et ce d’autant plus qu’ils sont plus profonds. Comme nous l’avons évoqué dans l’annexe E, il faut que les racines puissent disposer d’une réserve utile racinaire (RUR) de 120 mm pour que les cultures supportent sans dommage un épisode non pluvieux de trois semaines. Or, selon leur texture, plus ou moins sableuse, une telle RUR n’est atteinte qu’au-delà d’un mètre de profondeur. La profondeur des sols est donc une donnée essentielle (ainsi que la nature des matériaux sous-jacents : cuirasse, altérites des roches sous-jacentes,…) ; or elle n’est documentée qu’à des échelles non pertinentes : les observations de terrain sont indispensables.
  • la végétation naturelle n’est dense qu’à proximité des talwegs ; en hauts de pentes, elle est très clairsemée, et nous avons vu qu’elle tend à se dégrader rapidement.

25En somme, dans ces types de modelés, qui couvrent plus de la moitié de la Région :

  • une grande partie de l’espace n’est ni cultivé ni cultivable. C’est ce que montrent par ailleurs les statistiques officielles (voir l’annexe B) ;
  • même modestes, les pentes des glacis les soumettent à un risque élevé de ruissellement ;
  • peu, mal ou non végétalisés, les « reliefs » qui dominent les glacis sont soumis à un risque érosif considérable, avec des conséquences éventuellement dramatiques pour les hommes, leurs troupeaux et leurs cultures.

Sources : J.Y. Marchal, 1980 « L’espace rural du Centre Yatenga. Le complexe naturel et son utilisation agro pastorale » ORSTOM Paris
Yatenga – Approche morphopédologique. Modèle sols-végétations. Associations : tableau schématique des correspondances.

26Les photos ci-dessous témoignent de la sévérité des formes d’érosion, en haut et en bas de pente.

Ravines de haut de pente.

Ravines de bas de pente. Dégâts des eaux dans un bas-fond.

Des paysans pauvres et mal nourris, mais en résistance

UNE DENSITÉ DE POPULATION ÉLEVÉE

27En 2006, la population de la Région s’élevait à 1 185 796 habitants (RGP), rurale à 85,8 %, soit environ 160 000 ménages ruraux répartis en quatre provinces – Loroum, Yatenga, Zondoma et Passoré – et 315 villages.

28Les provinces du Passoré et du Yatenga sont deux à trois fois plus peuplées que les deux autres. En termes de densités de population rurale (nb. d’habitants/km2), les différences sont également assez marquées : la moyenne régionale étant de 63, le Passoré et le Zondoma ont les valeurs les plus élevées (respectivement 78 et 81), celle du Yatenga étant de 69. Ce sont les valeurs parmi les plus élevées du Burkina, alors que l’aridité climatique y est des plus sévères. Cette situation s’explique pour des raisons historiques : la création de l’empire Mossi et de sa « dépendance », le royaume du Yatenga, dès le xve siècle (et sans doute par le caractère plus insalubre des savanes arborées humides : maladie du sommeil, onchocercose…).

Population par province en 2006.

Population par province en 2006.

29Une analyse plus fine de la densité de population a été réalisée par J.-Y. Marchal : elle montre qu’à l’époque (1980), elle variait de moins de 20 au NE et au NW (le Loroum et la zone de sables dunaires du NW du Yatenga) à plus de 100 à proximité de Ouahigouya et, par taches, dans le Zondoma. Ces différences s‘expliquaient également par des raisons historiques : l’expansion progressive des Mossi à partir de leur capitale Ouahigouya.

30Une telle densité représente une pression très élevée sur les ressources naturelles. En effet, une valeur de 100 habitants au km2 signifie que chaque habitant ne « dispose » que d’un hectare (1 km2 = 100 hectares), soit, pour un ménage rural de 6,5 personnes, 6,5 ha. Or, dans ces savanes, une proportion élevée des sols n’est pas cultivable, pour des raisons diverses (déclivité, texture, profondeur). Il n’y a alors plus assez de réserve foncière de sols cultivables pour pratiquer des jachères de longue durée, mode historique de régénération des sols quand la densité est faible.

CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE ET MIGRATIONS

31La croissance démographique de l’ex-Yatenga (l’actuelle région du Nord moins le Passoré) au cours des cent dernières années est impressionnante. J.-Y. Marchal puis P. Dugué l’ayant reconstituée de 1910 à 1985, elle peut être décrite jusqu’à 2006, ce qui conduit aux chiffres ci-dessous :

Évolution de la population et de la densité rurale entre 1910 et 2006

Évolution de la population et de la densité rurale entre 1910 et 2006
  • * en milliers. Sources P. Dugué puis RGP (1985 à 2006)

Note **

32En un siècle, la population a été multipliée par quatre. Un taux de croissance absolument inconnu auparavant, qui bouleverse complètement les rapports des habitants avec la nature : fin des jachères de longue durée, collecte de bois de feu de plus en plus éloignée et incertaine, déficit croissant de ressources fourragères…

33Comment les populations rurales ont-elles tenté de s’y adapter ?

  1. En premier lieu, en créant de nouveaux villages dans les espaces jusque-là inoccupés : selon J.-Y. Marchal, cette stratégie a été largement mise en œuvre au cours de la première moitié du xxe siècle. Ses limites sont évidentes : l’espace cultivable d’une part et la disponibilité d’eau de l’autre. C’est ce qui expliquerait les densités faibles observées au NW et au NE.
  2. En second lieu, en migrant vers le SW du pays (expansion de la zone cotonnière) et vers la Côte d’Ivoire (d’importants mouvements migratoires ont également eu lieu à l’époque coloniale, à l’occasion d’épisodes de sécheresse, mais aussi pour échapper aux contraintes administratives (corvées, déplacements..). Ces deux processus sont postérieurs aux indépendances de ces deux pays (1962) et liés aux importants investissements réalisés pour la diversification agricole (le coton dans le SW burkinabé, le café et le cacao en Côte d’Ivoire) et, dans ce dernier pays, pour les infrastructures urbaines, routières et portuaires. P. Dugué, s’interrogeant sur les causes de la stagnation de la progression démographique entre 1975 et 1985, l’attribuait à des mouvements migratoires causés par les épisodes de grande sécheresse entre 1970 et 1975 puis entre 1982 et 1985 (voir graphique « Évolution de la pluviométrie »). À l’époque (1980), j’estimais pour ma part (Billaz et al., 1981) que dans la tranche d’âge 20-29 ans, un homme sur deux était absent des ménages ruraux. Il est probable qu’il en est encore de même actuellement, au vu de la composition des ménages ruraux en 2006, qui montre une forte prédominance féminine 3,6 femmes/3,1 hommes. Pour les valeurs par province, voir l’annexe B.

34Ce déficit d’hommes a des conséquences importantes sur la capacité de travail des exploitations agricoles. Elle est compensée par l’apport de revenus monétaires, qui sont loin d’être négligeables par rapport à ceux de l’exploitation agricole. G. Ancey estimait en 1977 que les sommes rapportées par migrant étaient de l’ordre de 14 000 FCFA par an (FCFA de l’époque, donc), revenus au moins égaux à ceux de l’exploitation (hors variation d’effectif du cheptel) (Ancey, 1977). Il est probable qu’il en va de même actuellement, d’autant que l’aspiration des jeunes à l’autonomie (par rapport aux contraintes familiales liées aux travaux agricoles) les pousse à rechercher des revenus monétaires. Le cas des exploitations aurifères « sauvages » créées récemment à la suite de la hausse du métal précieux l’illustre singulièrement.

35Les techniques se réclamant de l’agro-écologie sont ainsi confrontées à la question de la rémunération du travail : si les « délais de retour » sont jugés trop élevés (p. ex. dans le cas de la fabrication des composts), la concurrence d’activités rémunérées immédiatement, comme celles issues des migrations de travail, peut être dirimante.

BILAN VIVRIER ET SITUATION NUTRITIONNELLE

36En 2001, la production céréalière par habitant rural était la suivante :

Production céréalière disponible par habitant rural (kg) en 2001.

Production céréalière disponible par habitant rural (kg) en 2001.

Source : Minagri/SSA pour la production 2001 ; RGP 2006 pour la population

37Les agriculteurs des quatre provinces sont donc dans des situations très contrastées : dans le Zondoma, les paysans ne produisaient en 2001 pas plus de 137 kg de céréales par personne, alors que ceux du Yatenga atteignaient 290 kg. Ces chiffres traduisent des situations très différentes en termes de bilan vivrier. La norme de consommation annuelle de céréales est en effet estimée à 190 kg (MAHRH/SG/DGPSA), ce qui signifie que deux provinces étaient à l’époque déficitaires (le Zondoma et le Loroum), les deux autres étant excédentaires. Toutefois, si l’on tient compte des besoins en semences, des risques de pertes de stockage et de la nécessité de disposer de réserves pour faire face à des années fortement déficitaires (au moins une année sur quatre), on est amené à considérer que le « seuil de sécurité céréalière » se situe à 250 kg par personne. On obtient alors les situations présentées dans l’annexe B.

38Elles montrent une grande variabilité interannuelle, conséquence de celle des épisodes pluviométriques :

  • l’année 2004, le seuil de sécurité céréalière n’a été atteint dans aucune des quatre provinces (0,68 pour le Loroum, 0,74 pour le Passoré) ; cette année-là, les pluies ont démarré très tardivement, et leur total a été faible (596 mm enregistrés à Ouahigouya) ;
  • en 2001, où il a plu 734 mm et en 2003 où il a plu 730 mm, le Passoré et le Yatenga ont eu des bilans céréaliers satisfaisants (0,99 et 1,16), ce qui n’a pas été le cas du Loroum (0,7) et du Zondoma (0,55).

39Aucune des quatre provinces n’est donc à l’abri d’une année critique en termes de sécurité céréalière, et par ailleurs deux sont en déficit chronique : le Zondoma et le Loroum.

40Par ailleurs, la situation nutritionnelle mesurée par les enquêtes du ministère de la Santé est très préoccupante pour l’ensemble des zones rurales du pays. Par exemple, la malnutrition protéinique et énergétique (MPE) est omniprésente : elle affecte particulièrement les enfants en âge préscolaire. Elle a en outre tendance à croître : sous sa forme chronique, elle est passée de 29 à 37 % de cette tranche d’âge entre 1993 et 1998, et de 11 à 17 % sous sa forme sévère. Et l’insuffisance pondérale affecte un tiers des jeunes : elle a également tendance à s’accroître. Sous sa forme chronique, elle est passée de 30 à 34 % de cette tranche d’âge entre 1993 et 1998, et de 8 à 12 % sous sa forme sévère (EDS 98/99).

41Les familles paysannes de la Région, adultes et jeunes compris, souffrent donc de déficits céréaliers et nutritionnels chroniques.

L’ORGANISATION SOCIALE

42Elle est marquée par la superposition de trois « modèles ».

43Celui des origines ethniques et précoloniales : historiquement, l’expansion mossi à partir du Sud a repoussé les Dogon vers la frontière du Mali, où ils ne représentent plus que 0,5 % de la population. C’est également de cas des Samo, au sud-ouest. Une autre ethnie endogène, antérieure aux Mossi, les Fulsé (ou Kurumba) a été dominée puis assimilée progressivement : ils sont donc restés sur place. Ils représenteraient moins de 20 % de la population. L’arrivée par le nord des Peulhs-Fulbé (et leurs anciens esclaves Rimaïbé) et des Silmi-Moosé s’est traduite par leur dissémination au sein des terroirs, dans le cadre de rapports d’échanges de services spécifiques avec les autres villageois. Ils représentent respectivement 9 et 5 % de la population. Avec 67 %, les Mossi sont donc largement majoritaires, et de surcroît ils dominent l’organisation socio-politique. À la campagne, les structures sociales sont donc marquées par la prééminence des hiérarchies héritées du royaume mossi du Yatenga et par les rapports de voisinage des Mossi avec les Fulsé-Kurumba, les Fulbé et les Silmi-Moosé.

44Celui des structures de la gouvernance démocratique : depuis la fin du siècle dernier, le Burkina Faso a créé des communes rurales, dont les maires et les conseillers municipaux sont élus. Il y a une quarantaine de communes rurales dans la Région, soit une dizaine par province. Elles ont toutes constitué un Comité villageois de développement (CVD) doté d’attributions importantes en matière de développement rural.

45Celui des organisations professionnelles paysannes : elles sont très nombreuses, car on peut en trouver plusieurs par village (par quartier, par genre). À partir des années 1980, une organisation faîtière régionale a pris une grande importance, celle des groupements NAAM, dont le siège est à Ouahigouya : elles ont eu un rôle décisif dans la mise en œuvre des actions de lutte contre la sécheresse, avec l’appui technique et financier de l’ONG « 6S ».

46L’articulation entre ces trois formes de légitimité et de pouvoir est un exercice délicat, particulièrement pour ce qui relève des questions foncières et des « biens publics », dont l’accès à l’eau, à la santé… Les services de l’État et les ONG doivent trouver des modalités spécifiques de collaboration avec les unes et les autres. Dans un passé récent, les pratiques du projet national de gestion des terroirs (PNGT) et du projet régional PDRD, basé à Yako, méritent certainement un intérêt particulier.

RÉSISTANCES PAYSANNES

47Face aux crises vivrières et nutritionnelles d’une part, fourragères de l’autre, écologiques enfin (les sols et la végétation), accentuées par les deux épisodes de sécheresses successives des années 1970, les paysans de la Région, avec l’appui des services de l’État et de plusieurs ONG, ont fait preuve d’un dynamisme remarquable, en mettant en œuvre des pratiques novatrices très exigeantes en temps de travail et en efforts physiques. Il s’agit d’une part de la régénération des sols dégradés par la pratique du zaï et d’autre part de la lutte contre le ruissellement par la réalisation de cordons pierreux en aval des parcelles cultivées. Plus précisément, entre 1980 et 1985, des paysans et des ONG ont mis au point et testé des zaï améliorés et des cordons pierreux sur courbes de niveau, et après 1985 ces techniques ont été de plus en plus promues par des projets.

Amélioration des techniques de semis : le zaï

48Changement radical des pratiques conventionnelles des pratiques de semis, le zaï a pris une importance considérable depuis 1980. Rappelons en les principales caractéristiques (voir encadré ci-dessous).

Le « zaï »
Cette pratique consiste à la fois à favoriser le stockage de l’eau (contrôle du ruissellement) en semant dans une cuvette de faible profondeur – quelques décimètres – enrichie en matières organiques d’origine locale (compost constitué à partir de pailles, de déjections al., 2001), mesurant les effets des zaï sur le rendement du sorgho dans une station de recherche de l’INERA, ont observé une augmentation très sensible des rendements, qui passaient de 70 à 300 kg/ha environ (moyenne de deux années). Roose (Roose et al., 1991), qui a étudié les effets du zaï au Burkina Faso et au Nord-Cameroun, a également mesuré des accroissements spectaculaires de rendement du sorgho (de 63 à 976 kg/ha en année humide, de 22 à 550 en année plus sèche) résultant d’effets combinés de la rétention d’eau, du compostage et d’une fumure minérale d’appoint, et a permis de préciser les limites de pluviométrie à l’intérieur desquelles le zaï constitue une alternative adaptée. La mise en œuvre de ces techniques exige certes beaucoup de travail – là encore en saison sèche – mais elle se satisfait de ressources disponibles dans l’exploitation elle-même, contrairement aux cordons pierreux.

Trous préparés pour le zaï manuel. Ici à une densité supérieure à celle des semis de mil ou sorgho.

49Pour souligner les exigences de ces modalités de semis, notons :

  • l’intensité en travail : 300 heures pour un hectare dont une grande partie en saison sèche et chaude, dans des conditions très pénibles, et la densité de poquets est de l’ordre de 25 000 à l’hectare. (Kaboré WTT – réf. 13 - a relevé 62 jours à Ziga). Comparés aux semis en traction animale, ces chiffres sont vingt fois plus élevés. Que dire alors de la comparaison avec des semis motorisés ? Une telle intensité de travail relève de comportements de survie ;
  • les besoins en fumure organique : 2 à 3 tonnes par hectare selon Roose, 8 à 13 selon Kaboré. Le développement du zaï n’a été possible que grâce à la récupération systématique des pailles de céréales et légumineuses et à une stabulation partielle du bétail, premières étapes de l’intégration de l’agriculture et de l’élevage.

Zaï et djengo
Le djengo est une alternative au zaï : selon Kaboré WTT, le creusement des trous est réalisé avec un outil de manche plus long, le paysan creuse en position debout, et de surcroît en début de saison des pluies. C’est donc une modalité sensiblement moins fatigante. Il s’applique principalement aux sols sableux, ce qui permet un travail plus rapide : même avec une densité de poquets (de l’ordre de 40 000) supérieure à celle du zaï (qui est de 25 000), la préparation d’un hectare ne nécessite qu’une vingtaine de jours, soit quarante de moins environ. Selon les cas, il y a ou non adjonction de matière organique. Toujours selon Kaboré, la pratique du djengo à Ziga est loin d’être anecdotique, particulièrement dans les petites exploitations limitées en fumure organique et en main-d’œuvre. Le djengo est donc une pratique simplificatrice, qui permet de gagner du temps et d’économiser de la fumure organique, mais les conditions de germination des graines sont a priori moins favorables (pas de récupération du ruissellement des premières pluies, volume de récupération plus faible, moindre quantité de matière organique).

50Pour la majorité des agriculteurs, le zaï est d’abord une pratique de récupération des sols dégradés (les zippelés).

Les cordons pierreux

51La technique s’inspire des levées de terre réalisées à grands frais par le projet GERES des années 50 : elle vise à arrêter ou détourner les eaux de ruissellement des parcelles cultivées, mais il ne s’agit plus de levées de terre mais de cordons pierreux, comme le montre la photo ci-contre : les eaux de ruissellement des parcelles cultivées.

Cordons pierreux visant à arrêter ou détourner

52Plus résistantes aux fortes « vagues » de ruissellement que les levées de terre, ces « diguettes filtrantes » ne sont pas destinées à détourner les eaux de ruissellement vers des exutoires aménagés à cet effet, mais à les freiner et, autant que possible, à les retenir. La réussite d’un cordon pierreux s’apprécie, avec le temps, à la constitution de « marches d’escaliers » du fait de l’accumulation des sédiments entraînés. Les espaces entre les pierres peuvent être comblés par les sédiments.

53Les paysans bénéficient fréquemment d’appui logistique de la part de projets pour le transport des pierres, qui peut représenter plusieurs déplacements de camions sur une distance de l’ordre de la dizaine de kilomètres, voire plus (ex : les FDR I et II (1976), le PAF : 8 000 ha dans le Yatenga et le Zondoma ; le PEDI : 17 200 ha dans le Bam et le Sanmatenga entre 1986 et 2001 ; PATECORE/GTZ : 30 000 ha dans le Bam entre 1989 et 2002 ; le CES/AGF : 46 000 ha dans 3 provinces entre 1989 et 2002).

La régénération naturelle assistée (RNA)

54De façon complémentaire est apparue, spontanément, la pratique de la régénération naturelle assistée (RNA) : les plantes pérennes issues de graines germant dans les trous de zaï bénéficient de conditions privilégiées et ont une croissance supérieure aux autres. Ce processus a pris une certaine ampleur dans plusieurs zones sahéliennes qui a permis, là où les situations foncières et sociales s’y prêtent, la réapparition de nombreuses plantes pérennes.

Un exemple de RNA (à proximité de Ouahigouya) : à gauche, sans RNA, à droite, avec RNA. Les photos ont été prises des deux côtés d’une même route.

55Qu’observe-t-on ? Des plantes pérennes dont les graines se trouvent par hasard dans des trous de zaï y trouvent un milieu propice à leur germination puis à leur développement : les plantules peuvent alors devenir des arbres. Ce processus est susceptible de provoquer la reconstitution de la végétation arborée d’origine, avec localement des effets spectaculaires.

56Il est malheureusement limité par la situation foncière d’une part et le contrôle de la vaine pâture de l’autre. Les familles descendantes des lignages fondateurs, ne cèdent l’usage d’un champ à un tiers qu’à titre précaire : elles exigent généralement que son usage soit limité aux cultures annuelles. La présence de plantes pérennes remet en cause le bail. Aussi informel soit-il, il est résilié d’office.

57Il l’est aussi par la vaine pâture, beaucoup des jeunes plants étant très appétés par le bétail : les parcelles où la RNA a réussi ont fait l’objet d’un gardiennage strict. À notre connaissance, elles sont rarement éloignées des villages.

Bilan des pratiques de « résistance paysanne » (CES + Zaï)

58Les enquêtes menées lors d’une étude réalisée en 2007 au Burkina Faso sur un échantillon de 700 unités de production ont montré que le taux d’adoption des techniques de CES était de l’ordre de 53 %. La plupart des agriculteurs combinent plusieurs techniques. La plus fréquente est celle des cordons pierreux et des zaï. L’application de la fumure organique se généralise avec plus de 67 % des unités de production qui ont adopté la technologie.

59On dispose d’informations plus détaillées avec l’étude réalisée par C. Reij et T. Thiombiano (2003 -cf. annexe C) sur « la réhabilitation de la capacité productive des terroirs sur la partie nord du Plateau central entre 1980 et 2001 », qui a porté sur 12 villages dont trois témoins (sans CES), 226 exploitations agricoles de trois provinces (Bam, Sanmatenga et Yatenga). Elle a montré que plus de 100 000 ha ont été ainsi aménagés, dans le cadre de plusieurs projets,

60Les objectifs paysans étaient clairement de capter les eaux de ruissellement, et non pas de les dévier. Leurs commentaires concluent à la supériorité des cordons pierreux sur les demi-lunes et les diguettes de terre

61L’étude conclut que la CES :

  • associée au zaï, a permis une amélioration sensible des rendements en céréales. Elle contribue donc à la sécurité alimentaire ;
  • y compris avec une pluviométrie déficitaire : elle contribue aussi à la lutte contre les aléas climatique ;
  • contribue à la réhabilitation de l’environnement, grâce à la RNA, souvent spectaculaire ;
  • contribue dans plusieurs cas au rehaussement de la nappe phréatique, mais pas systématiquement ;
  • sur le plan social, tend à diminuer l’exode rural, à lutter contre la pauvreté et à améliorer la condition féminine ;
  • par contre, ne contribue pas à l’intensification agronomique.

62Des informations plus détaillées figurent à l’annexe C.

UN COMBAT INACHEVÉ

63Peut-on pour autant considérer que la lutte contre l’aridité a été gagnée, que les mécanismes cumulatifs du développement sont enclenchés ?

64C’est l’avis de E. Botoni et C. Reij qui ont publié en 2009 une importante synthèse sur « la transformation silencieuse de l’environnement et des systèmes de production au Sahel », dont ils concluent que « le Sahel reverdit » (Botoni et Reij, 2009). Certes, c’est le cas des espaces auxquels ils se réfèrent. Mais il convient de garder en mémoire : qu’il s’agit d’espaces bénéficiant de droits fonciers non limitants et d’une capacité à éviter les effets de la vaine pâture ; que le choix des plantes pérennes est laissé à la nature (il ne peut pas être « ciblé » sur des espèces présentant un intérêt spécifique en termes de préservation de la biodiversité) ; qu’il n’empêche pas les processus de dégradation des sols entre les arbres (observations in situ, comme par exemple dans le village de Renawa, à proximité de Gourcy).

65Je pense pour ma part que l’extension des sols dégradés et l’aggravation de la malnutrition, dont nous avons rendu compte ci-dessus, montrent que le combat contre la désertification n’est pas encore gagné.

66En fait, les très prometteuses réalisations en matière de CES ont incontestablement évité des catastrophes humanitaires et écologiques, sans atteindre toutefois les seuils de reproductibilité écologique et sociale que sont une productivité du travail agricole à 15 qq de céréales/actif/an, au lieu de 4 actuellement, et la régénération des zones de parcours, sans doute les plus dégradées des terroirs.

67Il faut sans doute y voir trois limitations majeures :

  • la réalisation manuelle des cordons pierreux et du zaï représente un travail physiquement pénible et lent (dans le cas du zaï, il faut compter plus de 300 heures de travail à l’hectare) ;
  • les composts utilisés sont de qualité très médiocre : leur capacité à corriger les principales carences du sol ou à stimuler leur vie biologique est en fait très faible ;
  • une part importante des sols d’un même terroir ne sont pas cultivables, pour des causes diverses (déclivité, texture, profondeur) et ne sont pas redevables des mêmes actions d’amélioration foncière.

68Illustrons ce dernier point par la représentation, en annexe B, de deux types de topo-séquences caractéristiques des modelés de la zone centrale : Sabouna se situe à une vingtaine de kilomètres au nord de Ouahigoua, Ziga à peu près à la même distance, au sud.

69Les topo-séquences illustrent la part relativement modeste des glacis sablo-argileux, les seuls susceptibles de porter des cultures céréalières (et encore sous réserve d’une profondeur suffisante, supérieure à 1 m) et la nature des espaces non cultivables (pentes, tables cuirassées, sols gravillonaires, bas-fonds…).

70Les cartes morpho-pédologiques montrent l’enchevêtrement des unités de paysage, et donc la difficulté d’y repérer précisément les circuits des eaux de ruissellement et de ravinement, non accessibles par les cartes géographiques aux échelles disponibles. Il faut avoir recours à des parcours de terrain avec les producteurs, en s’appuyant si possible sur des images satellitaires.

Des pratiques agro-écologiques porteuses d’avenir

71Faut-il pour autant perdre espoir ? Nous n’en croyons rien, car, en ce qui concerne les sols cultivables :

  • nous savons dès à présent maîtriser des techniques anti-aléatoires pour les cultures de saison des pluies, ce qui permet de « sécuriser » des rendements à un niveau sensiblement supérieur aux moyennes actuelles ;
  • nous savons aussi augmenter la superficie cultivée par actif en régénérant les sols dégradés avec des moyens à la portée des paysans les plus démunis ;
  • nous avons par ailleurs de solides espoirs que des paysans puissent fabriquer des composts améliorés de bien meilleure qualité que ceux qui sont disponibles actuellement ;
  • les surplus vivriers et fourragers ainsi obtenus permettront une diversification des productions, en particulier le petit élevage villageois.

72Pour les espaces non cultivables, d’importants travaux de R&D sont certes encore nécessaires, en particulier en matière d’agroforesterie assistée biologiquement (renforcement du potentiel symbiotique) : les antécédents disponibles sont encourageants.

Le ruissellement : l’ennemi public n° 1

73Il n’est pas fortuit que les paysans aient fait de la lutte contre le ruissellement leur priorité, que ce soit avec le zaï ou avec les cordons pierreux : c’est en effet le problème majeur de la lutte contre l’aridité. Selon P. Dugué :

  • il peut attendre 100 % sur les zippelés ;
  • il peut être estimé entre 40 % et 80 % sur les sols gravillonaires de haut de pente et atteindre 40 % sur les sols limono-argileux ;
  • il n’est faible que sur les sols sableux.

74En tout état de cause, il est d’autant plus élevé que la pente est plus forte et que l’intensité des pluies est plus élevée ; or la hauteur d’eau totale est constituée pour l’essentiel de fortes pluies, abondantes et intenses.

75En conditions semi-arides, le ruissellement constitue le principal facteur aggravant des conditions de sécheresse, puisqu’il pénalise les cultures et limite le rechargement des nappes phréatiques : quand il atteint 40 %, il ramène une pluviosité utile de 500 mm (médiocre) à 300 mm (catastrophique).

76Comment lutter contre le ruissellement ? Pour les parcelles cultivées, on a fait récemment des progrès importants avec la mécanisation du zaï en traction asine ; pour les autres, on ne manque pas de solutions techniques (diguettes, retenues…) mais les conditions de leur mise en œuvre sont loin d’être à la portée des villageois.

LE CONTRÔLE DU RUISSELLEMENT DANS LES PARCELLES CULTIVÉES

77On savait depuis le travail de P. Dugué et des travaux ultérieurs de l’Inera que la croûte superficielle des zippelés est susceptible d’être brisée par un travail superficiel, mais on ne pouvait à l’époque le réaliser qu’en traction bovine, laquelle n’est pas à la portée de la majorité des agriculteurs. Ce n’est que récemment, avec le développement de la traction asine et l’existence du porte-outil kassine adapté à la traction asine, que le zaï mécanisé est devenu une option réaliste pour la lutte contre le ruissellement.

Le développement de la traction asine et la fabrication locale de la kassine

78L’élevage des ânes domestiques a commencé en 1960 ; il était auparavant limité à quelques familles spécialisées dans le transport bâté à longue distance. Nous avons eu l’opportunité, avec des collègues de l’Inera et à la demande d’une ONG luxembourgeoise (Les jeunes agriculteurs et viticulteurs chrétiens du Luxembourg), de décrire ce processus et d’en rendre compte à l’occasion de l’atelier régional organisé à Bobo Dioulasso en 2003 par le Cirad et ses partenaires, consacré à la traction animale en Afrique de l’Ouest (A. Wereme et al., 2003).

  • La mise au point d’un porte-outil spécialisé pour la traction asine, la « kassine » (voir annexe D), par une ONG française (Prommata, basée en Ariège, héritière des travaux de Jean Nolle, le promoteur des équipements de traction animale en Afrique de l’Ouest) ouvrait parallèlement la voie à la régénération des sols dégradés en traction asine, jusque-là limitée à la traction bovine, et donc à une fraction minime des paysans. Avec des collègues de l’Inera, de MARP Burkina, une ONG qui travaillait à l’époque dans la province du Zondoma, et de Prommata, nous avons entrepris en 2006 une opération de validation du zaï mécanisé en conditions paysannes, dans sa version asine, qui a permis de mettre en évidence (Barro et al., 2007 a et b) :
  • une réduction très importante des temps de travaux (40 heures/ha contre plus de 300) ;
  • la capacité de cultiver des zippelés incultes et d’obtenir des rendements/ha satisfaisants, de l’ordre de 400 kg/ha en travail manuel et 800 en culture attelée ; l’addition d’une « microdose » d’engrais minéral NPK augmente dans les deux cas les rendements de 400 kg. Dans cette dernière version, la productivité du travail est 24 fois supérieure à celle du zaï manuel sans complémentation minérale. La production de pailles suit les mêmes proportions (5,5 t/ha en zaï manuel conventionnel, 8,5 en zaï mécanique avec complémentation minérale) ;
  • les types de sols aptes à répondre favorablement à ce type de travail en sec.

Validation du zaï mécanisé en champ-école paysan (Zondoma, 2006). En avant : « zippelé » ; à droite, zaï manuel ; à gauche : zaï mécanisé.

79Bien que non mesuré in situ, le contrôle du ruissellement constitue incontestablement le facteur essentiel du développement des cultures : le travail du sol avec un coutrier (dent IR 12), croisé pour faciliter le creusement des trous de zaï crée des rugosités de surface, dont témoignent les photos ci-dessous. Ces rugosités sont des freins efficaces au ruissellement.

À gauche : réalisation du zaï mécanisé avec la kassine. À droite : état de la surface du sol après passage croisé du coutrier fixé sur la kassine.

L’optimisation de l’alimentation hydrique des cultures : les pratiques anti-aléatoires

80Compte tenu des aléas pluviométriques évoqués dans la première partie, c’est l’eau disponible dans le sol qui assure l’alimentation hydrique entre deux pluies : l’évapotranspiration potentielle (ETP) journalière étant de l’ordre de 5 à 7 mm par jour, il faudrait que la réserve utile (RUR) du sol contienne 60 mm pour assurer l’alimentation en eau des cultures entre deux pluies espacées de 10 jours, 120 mm si elles le sont de 20 jours. Or la RUR de la majorité des sols cultivés dans les provinces concernées ne dépasse pas 100 mm jusqu’à un mètre de profondeur (cf. Dembélé et Some, 1991) et les racines n’atteignent ces profondeurs qu’après plusieurs semaines.

81L’alimentation hydrique des cultures est donc à la merci d’intervalles « secs » supérieurs à deux semaines (inférieurs les premiers jours après le semis). Encore faut-il : que le « réservoir » soit rempli ; et que les racines des cultures descendent suffisamment profondément dans le sol. Ces deux conditions ne sont remplies que si : les techniques culturales limitent au maximum le ruissellement des eaux de pluie, qui est fréquemment intense (> 50 % si le sol est induré en surface) ; et les semis sont suffisamment précoces pour permettre un développement racinaire rapide.

Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » ou « sols ferralitiques fortement lessivés » en mm

Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » ou « sols ferralitiques fortement lessivés » en mm
  • sols à texture plus limoneuse
  • sols à texture plus sableuse.

Note *
Note **

82On voit ainsi tout l’intérêt du travail du sol en sec réalisé par le zaï mécanisé, qui freine très efficacement le ruissellement en sol limoneux, comme le montre la photo précédente.

83L’optimisation du bilan hydrique résulte aussi de deux pratiques culturales :

  • le passage du coutrier entre les lignes en cours de culture, de façon à favoriser l’infiltration des eaux de pluie et à éliminer les adventices ;
  • le semis en sec du mil ou du sorgho, c’est-à-dire après le zaï mécanisé et avant les premières pluies. Sous réserve du traitement des graines avec un insecticide, le risque de perdre les semences n’est pas très élevé (quelques kilogrammes), alors que le gain potentiel est élevé : avec une ETP de 6 mm par jour, tout gain de temps est précieux, d’autant que les racines n’explorent à ce stade qu’un volume très réduit de sol.

84Des validations de ces deux options sont en cours, les premiers résultats s’avérant satisfaisants.

85La kassine permet non seulement la régénération des sols dégradés, mais aussi la mise en œuvre de plusieurs pratiques « anti-aléatoires » dans les sols cultivés, qui améliorent beaucoup le bilan hydrique des cultures.

86Elle permet également une diminution très appréciable des temps de travaux, non seulement en ce qui concerne le zaï, mais aussi les sarclages : on peut en attendre une forte augmentation de la superficie cultivée par actif, probablement un doublement (de 0,65 à 1,3 ha), par la remise en culture des sols dégradés.

87Elle coûte une centaine d’euros ; ses différents équipements, qui peuvent être achetés par plusieurs paysans (ou loués), représentent une cinquantaine d’euros. Le quintal de sorgho se vendant actuellement une vingtaine d’euros, les bases économiques d’une bonne rentabilité sont acquises.

Le Centre technique d’amélioration de la traction asine (CTAA)

88Avec la création en 2007 à Imasgo, dans le Boulkiemdé, du CTAA, centre dédié à la promotion de la traction, celle-ci bénéficie maintenant au Burkina d’une structure d’appui jusque-là inconnue : plusieurs centaines de paysans ont été formés et sont en cours de formation à l’élevage des ânes et à l’utilisation de la kassine. Financé par la Coopération luxembourgeoise et géré par l’ONG AMUS (Association Mains Unies pour le Sahel), il s’appuie sur quatre villages représentatifs de la diversité des situations des régions Nord, Centre-Est, Boulkiemdé et Sanguié, dont les CVD (voir supra) sont associés à ses choix stratégiques.

LE CONTRÔLE DU RUISSELLEMENT SUR LES ESPACES NON CULTIVÉS

89Les photos de la première partie et les schémas de l’annexe A mettent en évidence la gravité des processus de ruissellement et d’érosion d’une part, et la complexité topographique des unités de paysages correspondantes de l’autre. Concevoir et réaliser des dispositifs aptes à y limiter le ruissellement suppose donc une excellente connaissance des terrains à protéger et des circuits des eaux de ruissellement, ce qui implique une collaboration étroite entre les paysans concernés et des techniciens avertis. Cela étant, la nature des ouvrages à réaliser est bien connue, ainsi que les méthodes de construction. À titre d’exemple, on illustre ci-dessous un chantier de construction d’une digue de protection en amont d’un glacis.

Chantier-école de réalisation d’une digue de protection.

90La réalisation de tels ouvrages (ou de diguettes de retenue) est toutefois onéreuse : le problème de savoir comment la financer est d’autant plus difficile à résoudre que les bénéficiaires des effets induits (limitation du ruissellement, contrôle de l’érosion, recharge des nappes phréatiques…) ne peuvent pas être individualisés, puisqu’il s’agit de la gestion d’un bien public : l’eau. Les situations foncières sont complexes (y a-t-il une ou plusieurs familles fondatrices qui revendiquent des droits sur les espaces correspondants ?) (cf. Ouedraogo Y., 1996). De surcroît, ce sont des zones de vaine pâture, y compris par des troupeaux transhumants : encore un bien public ! cela constitue donc un imbroglio technique, économique et social dont la solution a toute les chances d’être compliquée. Une certitude toutefois : les projets de gestion des terroirs, dans le cadre du PNGT, ainsi que le projet PDRD, basé à Yako, se sont confrontés à ces problèmes d’aménagement. Il serait important d’avoir connaissance de leurs acquis et de leurs recommandations.

L’amélioration des composts

91Les sols cultivables de la Région sont pauvres en matière organique, leur capacité d’échange cationique est faible et ils sont fortement carencés en phosphore. Nous faisons le point dans l’annexe E sur les connaissances disponibles, en particulier après les travaux de P. Dugué dans trois villages de références sur les pratiques paysannes et les modalités d’une fertilisation améliorée.

92Il en concluait que les conditions pour que la fertilisation minérale recommandée par les services techniques soit efficace et rentable sont très restrictives (certains types de sol) et aléatoires (pluviométrie favorable). La seule alternative organique disponible à l’époque, la poudrette de parc, n’offre pas suffisamment de résidus organiques pour jouer un rôle autre que de fertilisation minérale, elle aussi soumise aux aléas climatiques. L’utilisation systématique des résidus de cultures comme ressource fourragère limite sévèrement les possibilités de fabriquer des quantités significatives de fumier ou de compost.

93L’option d’une fertilisation par l’usage de composts s’impose donc, d’autant qu’avec la pratique du zaï, c’est celle qui est mise en œuvre par les paysans. Mais les composts qu’ils utilisent sont de mauvaise qualité chimique, organique et microbiologique. Leur amélioration a fait l’objet de nombreux travaux de l’Inera (Sawadogo et al., 2008) et de plusieurs ONG burkinabés, dont l’ARFA dans l’est du pays (Association pour la Recherche et la Formation en Agro-écologie, à Fada N’Gourma) (ARFA, 2005 ; Sagnon, 2005) et le CEAS (Ouedraogo E., 2004). Les modalités en sont simples, même si leur mise en œuvre est très exigeante en temps de travail : optimiser les conditions de la fermentation (couches successives de résidus de récolte, de déchets animaux, de cendres domestiques ; arrosages, retournements…) ; et enrichir le mélange avec du phosphate tricalcique, disponible localement. Les résultats obtenus sont très convaincants : raccourcissement du temps de fermentation (de l’ordre de deux à trois mois), destruction des graines d’adventices, effets sur le rendement des cultures maraîchères (les maraîchers sont les principaux utilisateurs de composts) et céréalières. Certains paysans du Gourma, appuyés par l’ARFA, en ont déjà une bonne pratique.

94Leur adoption en zone subaride constitue donc un objectif important, mais elle va se heurter à la disponibilité en eau, déjà limitante en de nombreux endroits pour les besoins des familles et de leurs troupeaux. D’où l’idée, que nous sommes en train d’expérimenter, d’accélérer la dégradation des lignines et des celluloses par l’adjonction au compost de spores de Trichoderma harzianum, champignon endémique des sols tempérés et tropicaux, avec l’objectif de raccourcir sensiblement le délai de fabrication des composts tout en bénéficiant de ses effets d’inhibition de certains parasites des cultures (Razikordmahalleh ; Rudresh et al., 2005 ; Sharon et al., 2009). Les résultats préliminaires obtenus en 2011 tant sur maïs, niébé et sésame que sur plusieurs cultures maraîchères s’avèrent très encourageants.

95La fabrication à grande échelle de composts améliorés sera une œuvre de longue haleine, car les volumes et les quantités en cause sont élevés : il faut en effet 30 t/ha en maraîchage (1,5 t sur 500 m2), 5 t/ha en grande culture. Or, la fabrication de 5 t de compost amélioré nécessite la confection de fosses adéquates, le transport et la manipulation de 3,5 t de résidus végétaux, l’arrosage en plusieurs fois avec au moins 1,5 m3 d’eau, au moins deux retournements pour assurer une aération suffisante… C’est pourquoi nous estimons que ce sont les maraîchers qui seront les premiers clients : ils sont déjà nombreux dans la zone, y compris dans les villages où se sont créés des périmètres maraîchers avec l’aide d’ONG diverses. Il existe déjà un marché des composts, même si leur qualité laisse souvent à désirer. Dans la perspective de composts améliorés, il est probable (et nous pourrions y contribuer) que se développe une profession d’artisans spécialisés dans la fabrication de composts améliorés, bénéficiant d’accès facilité à l’eau (proximité de bas-fonds), d’équipements de transport (charrettes) et de main-d’œuvre suffisants.

Le renforcement des symbioses racinaires

96Il constitue le troisième volet de l’approche agro-écologique. L’Inera et l’IRD ont collaboré plusieurs années sur le thème des symbioses racinaires des arbres endémiques, en particulier les symbioses mycorhiziennes (Ba et al., 2010). Robin Duponnois, du LSTM de Montpellier, propose de valoriser les ressources arbustives pionnières dans le cadre du zaï mécanisé en utilisant des composts améliorés, sur la base de l’hypothèse de travail suivante : « L’introduction dans la technique du zaï d’espèces végétales endémiques ayant une forte dépendance mycorhizienne pourra augmenter le potentiel infectieux mycorhizogène (PIM) de ces sols et contribuera à la réactivation des phénomènes biologiques impliqués dans le fonctionnement des cycles biogéochimiques (P, N) pour aboutir à un maintien durable de la fertilité des sols. De plus, ces “plantes nurses”, via leur impact sur le PIM des sols, optimiseront la valeur agronomique des intrants généralement utilisés dans la technique du zaï (compost, phosphate naturel). » Dans ce cadre, il conviendra : d’identifier et mesurer le potentiel mycotrophe d’espèces pérennes endémiques utiles (une demi-douzaine, choisies avec les paysans concernés) ; d’évaluer la mycorhization des espèces choisies en conditions de zaï ; d’identifier les mécanismes microbiens du sol favorables à la croissance des plantes. L’Inera et l’IRD disposant localement des personnels scientifiques et des équipements pour mener à bien les analyses de laboratoire et les observations de terrain, la mise en œuvre de ces activités ne se heurte pas à des obstacles majeurs. Cette étude permettra d’ouvrir la voie à une approche renouvelée de l’agroforesterie.

97Parmi les arbres dont le développement nous paraît très souhaitable, Moringa oleifera occupe une place importante. L’annexe G rappelle ses remarquables propriétés nutritionnelles, qui en font un des meilleurs candidats pour lutter contre la malnutrition en milieu rural, à coût monétaire nul. C’est aussi un excellent complément fourrager. Il devrait trouver sa place dans les concessions villageoises, où il peut facilement être arrosé en saison sèche et protégé des animaux en divagation, ainsi que sa place d’origine dans les savanes, sous réserve de le protéger du bétail itinérant.

L’aviculture villageoise et le petit élevage

98Volailles et petits ruminants sont présents dans toutes les exploitations paysannes de la région. Les statistiques disponibles (cf. annexe C) montrent les effectifs moyens suivants pour trois des quatre provinces de la région Nord :

  • § il est peu probable que ces moyennes soient pertinentes dans le cas des bovins et des porcins, du (...)

Note *§

99Qu’il s’agisse de volailles ou de petits ruminants, les effectifs sont modestes. Ces élevages sont en effet limités par des pathologies sévères et par le déficit de ressources alimentaires (grains pour les volailles, fourrages pour les ruminants). Contre les premières, AVSF a montré qu’elles sont maîtrisables en milieu paysan par la création de réseaux d’auxiliaires villageois d’élevage, sous le contrôle de vétérinaires professionnels. Mais l’accroissement des ressources alimentaires exige l’intensification des cultures vivrières et fourragères.

100Dès lors que ces conditions sont remplies, l’expérience d’AVSF (AVSF, 2001), qui porte sur plusieurs centaines de villages et plusieurs milliers de poulaillers traditionnels améliorés pendant plusieurs années, montre :

  • qu’en conditions paysannes, le contrôle sanitaire de la maladie de Newcastle et des affections parasitaires peut être assuré de façon très satisfaisante, et qu’il assure aux auxiliaires villageois d’élevage un complément substantiel de revenus (les vaccinations sont payantes) ;
  • que l’alimentation des familles d’éleveurs peut être enrichie de façon appréciable (de l’ordre de trois volailles et autant d’œufs par mois et par famille) ;
  • que leurs revenus monétaires annuels peuvent être accrus d’un montant de l’ordre d’au moins cent euros, pour un coût d’investissement du même ordre, amortissable sur plusieurs années.
  • que les femmes exploitant des poulaillers traditionnels améliorés (PTA) représentent un pourcentage important des ménages bénéficiaires : l’aviculture villageoise est un puissant outil de promotion féminine et de lutte contre la pauvreté rurale ;
  • que les organisations d’éleveurs (groupements, fédérations) ont joué un rôle très important pour assurer le relais avec la profession vétérinaire, les autorités administratives et les collectivités territoriales.

Perspectives : l’amorce d’un cercle vertueux

101L’objectif d’une productivité du travail de 15 q de céréales par actif par an en moyenne interannuelle (alors qu’elle ne dépasse pas 4 q actuellement), que nous avons évoqué peut être atteint à court terme par la combinaison de la traction asine, du zaï mécanisé et de la micro-fertilisation minérale NPK.

  • On sait maîtriser l’eau à la parcelle, avec des moyens à la portée du plus grand nombre : par rapport au zaï manuel, et avec l’apport localisé d’une microdose de NPK, on peut espérer atteindre un surcroît de production par ha de 800 kg de grains de céréales et 3 t de pailles et de feuilles.
  • Au niveau actuel de superficie cultivée par actif (0,65 ha), cela représente une augmentation de la productivité du travail de 520 kg de grains et 2 t de résidus organiques.
  • Si notre hypothèse de duplication de la superficie cultivée par actif par régénération des sols dégradés se vérifie, la productivité du travail, accrue de 10 q de grains et de 4 t de résidus de récolte, passe à 14 q pour les premiers et à 7,5 pour les deuxièmes.

102On franchit ainsi trois seuils essentiels :

  • on sort de l’insécurité vivrière (4 q par actif) et on dispose d’excédents céréaliers de l’ordre de 10 q, qui permettent des revenus financiers directs et une valorisation par l’aviculture ;
  • on dispose de résidus de récoltes utilisables dans l’élevage de petits ruminants et pour la fabrication de composts (il faut entre trois et quatre tonnes de résidus pour fabriquer 5 tonnes de compost amélioré) ;
  • on dispose d’une quantité plus importante de déjections animales issues du petit élevage, la composition des composts peut être notoirement améliorée.

103Parallèlement, en accompagnement des progrès de la productivité céréalière, nous pourrons appuyer le développement de l’aviculture villageoise et de l’élevage des petits ruminants

104Il faudra en même temps valider en conditions paysannes les méthodes d’amélioration des composts avec l’adjonction de Trichodermae harzanae, tant pour la production maraîchère que pour les grandes cultures, et appuyer la création d’ateliers artisanaux de fabrication de composts.

105D’importants travaux de R&D doivent accompagner ces évolutions, tant pour le pilotage des formules de fertilisation organique (on procède actuellement à l’aveuglette tant pour la nutrition minérale des cultures que pour l’évolution organique et biologique des sols) que pour mettre en œuvre les travaux visant au renforcement des symbioses racinaires au profit de l’agroforesterie « ciblée » vers des espèces importantes pour le développement.

DES MÉTIERS RURAUX D’AVENIR

106Le développement de ces activités s’appuiera sur une trame de métiers ruraux dont deux au moins sont susceptibles de devenir rapidement autonomes financièrement : les forgerons fabricants de kassines et les auxiliaires villageois d’élevage (au Togo, certains d’entre eux complètent ainsi leurs revenus d’éleveurs avec des montants de l’ordre de 100 000 FCFA par an). Le troisième métier d’avenir autofinancé serait celui de fabricant de composts améliorés.

107Un quatrième métier paysan sera un jour indispensable : celui de spécialiste de l’aménagement de l’espace rural ; ses bases demandent à être formalisées, car le Burkina dispose certainement de nombreuses références, encore éparses. Il faudra aussi trouver des modalités de financement, mais là aussi la valeur ajoutée par les aménagements a toutes les chances d’être très élevée. Le fait qu’elle soit collective ne devrait pas constituer un obstacle dirimant, dès lors que les CVD en assureraient le pilotage.

ÉCHÉANCES, DÉLAIS

108Nous ne sommes pas en mesure de les préciser dans le cadre de cette note : il revient en effet aux partenaires actuels et potentiels de jeter les bases d’une stratégie d’action par provinces, communes, villages, en déterminant les éléments et les paramètres de réplication des actions. Il faudra aussi profiler les politiques publiques correspondantes, particulièrement pour ce qui est de l’organisation des marchés, des filières et des prélèvements fiscaux (TVA).

109En tout état de cause, une telle entreprise suppose une visibilité à moyen terme d’au moins neuf ans, en trois phases renouvelables en fonction des résultats obtenus.

FINANCEMENTS

110La présente note n’a pas non plus vocation à aborder cette question. Je me contenterai de deux remarques orientatives.

111Dans le cas de la traction asine comme de l’aviculture villageoise, les investissements monétaires d’un ménage rural sont de l’ordre d’une centaine d’euros, et les valeurs ajoutées annuelles initiales se situent entre 50 et 100 euros, garantissant de saines conditions de remboursements d’emprunts. Les financements publics, quelles que soient leurs origines, devraient être limités aux dépenses de formation et de suivi technico-économique.

112Dès lors que les gains de productivité céréalière du travail seront atteints, et qu’ils se massifieront, les filières céréalières et de petit élevage seront approvisionnées et verront circuler des masses monétaires importantes. Dans notre hypothèse d’un excédent céréalier annuel d’une dizaine de quintaux par actif et de 2 t de résidus à usage fourrager (auquel nous fixons arbitrairement une équivalence de 2 q de céréales), ce sont 12 q de céréales qui seront soit vendues directement, soit transformées en produits animaux vendus (œufs, volailles, moutons et chèvres). Sa valeur commerciale actuelle est de 15 000 FCFA le quintal de céréales, soit +/-20 euros, ou 240 euros par actif par an. Pour un ménage de trois actifs, cela représente une somme de 720 euros. Dès que le processus se massifie, il y a matière à prélèvement fiscal : si on retient la base de 20 %, ce sont environ 150 euros par ménage. Rappelons que la Région compte actuellement 160 000 ménages environ.

113Des recettes fiscales d’un montant appréciable permettraient de financer les travaux d’aménagement sur les espaces non cultivables. Prenons à titre d’exemple le cas d’un village de 1 000 habitants (150 ménages), avec une densité géographique de 70 hab/km2, dont le terroir s’étend donc sur environ 1 500 ha, dont 300 sont cultivés et 1 200 non cultivables, qu’il convient donc d’aménager. À combien s’élèverait, dans nos hypothèses, une taxe de 20 % appliquée aux excédents vivriers et fourragers ? À 22 500 euros (150 euros x 150 ménages), soit près de 20 euros par ha et par an pour l’aménagement. Sous réserve de vérification, les expériences réussies, en la matière, ont dû coûter sensiblement moins cher.

114Nous formulons donc l’hypothèse que les gains de valeur ajoutée obtenus par les seules activités céréalières et de petit élevage sont susceptibles de financer l’aménagement des espaces non cultivables, limitant ainsi les financements publics aux seuls services liés au projet, dont la formation.

Conclusions, perspectives

115Un long chemin a donc été parcouru depuis que les « grandes sécheresses » des années 65/73 ont mobilisé des efforts considérables de la part des paysans et de leurs partenaires du développement et de la recherche. Même si le pire a sans doute pu être évité, la paupérisation des populations rurales et la dégradation des ressources naturelles restent des processus récurrents.

116Les contrecarrer efficacement passe par :

  1. la mise en œuvre de connaissances acquises et éprouvées, notamment en matière de traction asine, de zaï mécanisé avec une fertilisation minérale minimale, mais aussi d’aviculture villageoise et d’élevage de petits ruminants. Elles sont susceptibles de faire progresser la productivité et la valeur ajoutée du travail paysan dans des proportions très importantes ;
  2. l’acquisition et la mise en œuvre de connaissances nouvelles concernant en particulier la fabrication artisanale de composts améliorés à usage maraîcher et de grandes cultures, ainsi que le renforcement des symbioses racinaires au profit d’une nouvelle approche de l’agroforesterie.

117Il faudra nécessairement traiter la question de l’aménagement des espaces non cultivables, qui peuvent représenter plus de la moitié de la superficie des terroirs, en se basant sur les acquis du PDRD et du PNGT. En complémentarité avec les « champs écoles », qui permettent des échanges efficaces entre paysans, techniciens et chercheurs, ne conviendrait-il pas de créer des « terroirs écoles », qui élargiraient ces dialogues à la gestion des espaces non cultivés ? Cette indispensable gestion collective constitue en effet un des défis majeurs pour l’avenir, comme l’avaient déjà souligné J.-Y. Marchal et P. Dugué.

118Les partenaires compétents pour la réalisation de ces quatre composantes (zaï mécanisé en traction asine, petit élevage villageois, fabrication de composts améliorés, études sur le renforcement des symbioses racinaires d’arbres utiles issus de la bio-diversité) entreprennent en 2011 et 2012 la mise en œuvre des trois premières. Ils souhaitent pouvoir engager le plus tôt possible un projet de moyen terme qui inclurait les quatre composantes

Liste des Annexes :

119A : Croquis morpho-pédologique de deux villages

120B : Statistiques régionales commentées

121C : Synthèse de l’étude Reij et Thiombiano

122D : La kassine

123E : Fertilité des sols

124F : Les ligneux à Ziga

125G : Le Moringa

Annexe A

Croquis morpho-pédologique de deux terroirs du Yatenga.
Source : Dugué P.

Topo-séquences correspondantes. Source : Dugué P.

Annexe B. Statistiques régionales commentées

Population

Population et densité par région et province des trois derniers recensements

Population et densité par région et province des trois derniers recensements

Source : RGP/INSD

126Commentaires – Les 4 provinces ont connu, comme l’ensemble du pays, une très forte croissance démographique, de l’ordre de 60 % à 70 % en vingt ans. Conséquence : la croissance de la densité de population et de la pression qu’elle exerce sur les ressources naturelles, qui s’ajoute à celle du bétail, dont les effectifs croissent en moyenne à raison de 2 % par an.

  • ** Voir ci-dessous l’occupation des sols au niveau régional

127Même limitée à la population rurale (voir ci-dessous), cette densité représente une pression très élevée sur les ressources naturelles. En effet, une densité de 100 habitants au km2 signifie que chaque habitant ne « dispose » que d’un hectare (1 km2 = 100 hectares), soit, pour un ménage rural de 6,5 personnes, 6,5 ha. Or, dans ces savanes, une proportion élevée des sols n’est pas cultivable, pour des raisons diverses (déclivité, texture, profondeur)**. Il n’y a plus de « réserve foncière » pour pratiquer des périodes de jachère sur les sols cultivables. La densité la plus critique se trouve dans le Zondoma, le Passore et le Yatenga, la moins critique étant dans le Loroum.

NB : ces moyennes par province peuvent masquer de fortes disparités locales, liées au relief ou à l’histoire du peuplement.

Population urbaine et rurale en 2006.

Population urbaine et rurale en 2006.

Situation céréalière

128Le recensement général agricole (RGA) effectué en 2002, le dernier en date, montre les chiffres ci-dessous

SUPERFICIE TOTALE (EN HA) DES CULTURES CÉRÉALIÈRES - EPA- CAMPAGNE 2001/2002

Source : Service des Statistiques Agricoles/DEP/M.AGRI.

129Les céréales prédominantes sont le mil et le sorgho blanc, dans des proportions sensiblement égales sauf dans le Passore et le Zondoma, dont les cultivateurs ont privilégié le sorgho en cette année 2001. Le sorgho rouge, le maïs et le riz sont des cultures marginales.

130Un fait à souligner : la superficie cultivée en céréales par actif rural (la moitié de la population totale) est sensiblement la même, de l’ordre de 0,6 ha (sauf au Zondoma où elle est de 0,34). Dans tous les cas, elle est inférieure à 1 ha : il faut y voir la limite des capacités physiques de travail manuel.

SUPERFICIE CULTIVÉE EN CÉRÉALES PAR ACTIF RURAL (HA)

131Ce constat valide fortement l’intérêt de la traction animale, particulièrement dans le cas de la traction asine avec la kassine, qui permet d’appréciables gains de temps dans l’exécution des travaux agricoles. Elle doit permettre de doubler la superficie cultivée par actif, donc sa productivité.

PRODUCTION TOTALE (EN TONNES) DES CULTURES CÉRÉALIÈRES -EPA - CAMPAGNE 2001/2002

Source : Service des Statistiques Agricoles/DEP/M.AGRI.

RENDEMENT (EN Q/HA) DES CULTURES CÉRÉALIÈRES -EPA - CAMPAGNE 2001/2002

Source : Service des Statistiques Agricoles/DEP/M.AGRI.

132Les rendements des deux principales céréales ne dépassent jamais 10 q/ha, alors que la pluviométrie de cette année a été satisfaisante (par rapport à la moyenne interannuelle). Ils sont donc représentatifs du fonctionnement « courant » des systèmes de cultures.

Bilan céréalier

133En rapportant la production céréalière au nombre d’habitants ruraux, on obtient les chiffres suivants :

Production céréalière disponible par habitant rural (kg) en 2001.

Production céréalière disponible par habitant rural (kg) en 2001.

134Les agriculteurs des quatre provinces sont donc dans des situations très contrastées : dans le Zondoma, les paysans ne produisaient cette année pas plus de 137 kg de céréales par personne, alors que dans le Yatenga ils atteignaient plus du double (290 kg). Ces chiffres traduisent des situations très différentes en termes de bilan vivrier. La norme de consommation annuelle de céréales est en effet estimée à 190 kg (MAHRH/SG/DGPSA), ce qui signifie qu’une province est fortement déficitaire (le Zondoma), une à un niveau satisfaisant (Loroum), les deux autres étant excédentaires.

135Toutefois, si l’on tient compte des besoins en semences, des risques de pertes de stockage et de la nécessité de disposer de réserves pour faire face à des années fortement déficitaires (au moins une année sur quatre), on est amené à considérer que le « seuil de sécurité céréalière » se situe à 250 kg par personne. On obtient alors les situations suivantes :

Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2001.

Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2001.

Source : RB à partir des données du RDCA 2004/2005

Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2003.

Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2003.

Source : RB à partir des données du RDCA 2004/2005

Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2004.

Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2004.

Source : RB à partir des données du RDCA 2004/2005

136On constate une grande variabilité interannuelle, conséquence de celle des épisodes pluviométriques : l’année 2004, où le bilan céréalier a été médiocre dans les quatre provinces, a été marquée par un démarrage très tardif des pluies, et une pluviométrie totale faible (596 mm enregistrés à Ouahigouya) ; en 2001, où il a plu 734 mm, et en 2003, où il a plu 730 mm, le Passore et le Yatenga ont eu des bilans céréaliers satisfaisants.

137Aucune des quatre provinces n’est donc à l’abri d’une année critique en termes de sécurité céréalière, et par ailleurs deux des quatre sont en déficit chronique : le Zondoma et le Loroum.

L’optimisation de l’alimentation hydrique des cultures

LA PLUVIOMÉTRIE

Évolution de la hauteur de pluie annuelle dans les principales stations (en mm).

Évolution de la hauteur de pluie annuelle dans les principales stations (en mm).

Source : Direction de la Météorologie/Ministère des Transports

L’OCCUPATION DES SOLS

Situation de l’occupation des terres par région en superficie en hectares en 2002.

Situation de l’occupation des terres par région en superficie en hectares en 2002.

Source : BDOT 2002

LA RÉSERVE EN EAU DU SOL

138C’est l’eau disponible dans le sol qui peut assurer l’alimentation hydrique entre deux pluies : l’évapotranspiration potentielle (ETP) journalière étant de l’ordre de 5 à 7 mm par jour, il faudrait que la réserve utile (RUR) du sol contienne 60 mm pour assurer l’alimentation en eau des cultures entre deux pluies espacées de 10 jours, 120 mm si elles le sont de 20 jours. Or la RUR de la majorité des sols cultivés dans les provinces concernées ne dépasse pas 100 mm jusqu’à un mètre de profondeur.

Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » en mm.

Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » en mm.
  • †† sols à texture plus limoneuse
  • ‡‡ sols à texture plus sableuse

Note *††
Note **‡‡

139L’alimentation hydrique des cultures est donc à la merci d’intervalles « secs » supérieurs à deux semaines. Encore faut-il (i) que le « réservoir » soit rempli et (ii) que les racines des cultures descendent suffisamment profondément dans le sol. Ces deux conditions ne sont remplies que si (i) les techniques culturales limitent au maximum le ruissellement des eaux de pluie, qui est fréquemment intense (> 50 % si le sol est induré en surface) et (ii) les semis sont suffisamment précoces pour permettre un développement racinaire rapide.

LES PRATIQUES CULTURALES ANTI-ALÉATOIRES

140On voit ainsi tout l’intérêt du travail du sol en sec réalisé par le zaï mécanisé, qui freine très efficacement le ruissellement en sol limoneux. On voit également l’intérêt de valoriser au mieux les premières pluies, en pratiquant le semis en sec : avec une ETP de 6 mm par jour, tout gain de temps est précieux, d’autant que les racines n’explorent à ce stade qu’un volume très réduit de sol.

141La kassine, en permettant le zaï mécanisé en saison sèche, est donc une pratique « anti-aléatoire » très efficace. On a montré par ailleurs son utilité pour la régénération des sols dégradés, qui s’étendent déjà sur des superficies importantes (et croissantes).

L’élevage

142Sous les réserves exprimées ci-dessous concernant les bovins et les porcins, les chiffres ci-dessous donnent sans doute une assez bonne image de la réalité de l’élevage paysan dans les quatre provinces :

Effectif de bétail par ménage rural en 2008.

Effectif de bétail par ménage rural en 2008.

Source : RB à partir des statistiques du MRA et du RGP

143Hormis donc ces deux cas, l’élevage des ménages des quatre provinces se résume (au plus) à un âne, une quinzaine de moutons et chèvres et une trentaine de volailles. Le potentiel n’est pas négligeable (en particulier pour la traction asine), mais il est fortement limité par la pathologie, omniprésente, et par le déficit chronique de ressources fourragères et céréalières. Il est important de noter que :

  • la maîtrise des pathologies en milieu paysan est maintenant possible, grâce aux acquis d’AVSF,
  • l’intensification des cultures est indispensable au développement des petits élevages, pour disposer d’excédents céréaliers et de résidus de récoltes (fanes, feuilles, tiges..)

La pression des ruminants sur les sols non cultivés

  • §§ Unité de bétail tropical, correspondant à un animal de 250 kg.

144Les données disponibles permettent d’évaluer la superficie non cultivée de chaque province et l’équivalent en UBT§§ des effectifs de ruminants.

145La conversion en UBT des effectifs de ruminants conduit aux valeurs ci-dessous :

Effectif de bétail par ménage rural en 2008.

Effectif de bétail par ménage rural en 2008.

Les taux de conversion utilisés sont de 0,75 par tête de bovin, 0,10 pour un petit ruminant (données fournies par Philippe Lhoste)

146On peut alors calculer le nombre d’hectares non cultivés (JAC) disponibles par UBT, ce qui conduit aux valeurs suivantes :

147Ces valeurs (moins de 3 ha par UBT sont très alarmantes, dans la mesure où les zootechniciens considèrent qu’il faut environ 15 ha de végétation naturelle de ces savanes semi-arides pour alimenter une UBT. On est donc en régime de surpâturage généralisé. On sait qu’il est, avec les prélèvements de bois de feu à usage domestique, à l’origine du processus de désertification.

Annexe C

Synthèse de l’étude Reij et Thiombiano

a) Les rendements des céréales ont progressé

148Globalement, les résultats rapportés par Reij et Thiombiano sont très positifs, par ex. :

  • En 2001, la moyenne des rendements dans les villages avec beaucoup de CES était de 793 kg/ha, alors qu’ils étaient de 611 dans les villages avec peu de CES.
  • En trois périodes de 4 ans, avec CES, on a mesuré une progression des rendements les rendements suivants :
    1984-88 : sorgho : 450 kg/ha ; mil : 450
    1989-95 : sorgho : 550 ; mil : 500
    1995-2001 : sorgho : 700 ; mil : 630
  • Les superficies cultivées ont tendu à se stabiliser dans le Bam et le Sanmatenga, malgré l’accroissement de population de +25 %.
  • La sécurité alimentaire s’est améliorée : en année bonne, elle est passée de 67 à 88 % des exploitations, et en année mauvaise : de 35 à 44 %.
  • Il y a eu une certaine diversification par le niébé et le coton à Ranawa, Ziga, Rissiam, Noh : c’est le signe que les efforts ne sont pas entièrement consacrés à la survie alimentaire.
  • Sensibilité des rendements aux épisodes pluviométriques : les résultats ci-dessous montrent que la combinaison des aménagements de CES et du zaï permet de limiter les effets des déficits pluviométriques et de mieux profiter des années favorables.

Rendements en céréales (kg/ha) en fonction des aménagements et du zaï.

Rendements en céréales (kg/ha) en fonction des aménagements et du zaï.

149Un autre paramètre pertinent est celui de la valorisation par les cultures des pluies tardives, de septembre et octobre (meilleur remplissage des grains). En comparant trois moyennes pluriannuelles (1984/88, 1898/95, 1996/2001), l’étude montre que dans trois provinces cette valorisation a crû dans des proportions sensibles : de +410 à +460kg dans le Bam, +510 à +550 au Yatenga et +380 à +660 dans le Senmatenga.

150La combinaison des aménagements CES et du Zaï a donc contribué significativement à sécuriser les productions vivrières.

b) L’évolution des modes d’élevage :

151L’étude a mis en évidence une évolution des ressources fourragères : il y a plus d’herbes et de ligneux dans les aménagements, ainsi que plus de résidus de récolte. Entre 90 et 94, quand il y a eu mise en défens, il y eu régénération des herbacées (+137 %) et des ligneux (+19 %).

152On a également observé que les paysans ont mieux conservé les pailles, et que plus d’animaux ont été gardés au village, en stabulation. Les conflits avec les Peulhs seraient en diminution, les Mossi reprenant leurs animaux en début de saison sèche.

153Enfin le fumier est plus recherché par les agriculteurs : il a été vendu par les Peulhs au prix de 1 000 à 2 500 FCFA par charretée. On observe en outre une pratique de troc de fumier contre des pailles.

c) Les sols et leur fertilité

154Les auteurs rapportent trois constats intéressants :

  • les aménagements de CES se traduisent par une baisse sensible (43 %) du taux de sol nu
  • l’usage de la matière organique pour le zaï a progressé : au Yatenga, le nombre de parcelles en ayant reçu est passé de 50 à 80 % ; au Bam, de 27 à 64 % ; au Sanmatenga, de 8 à 38 %.
  • les quantités utilisées ont progressé sensiblement, comme le montre le tableau ci-dessous :

Quantités de matière organique et de NPK utilisées par ha.

Quantités de matière organique et de NPK utilisées par ha.

155Les quantités appliquées sont certes très inférieures à celles recommandées (de l’ordre de 5 t pour la fumure organique, de 150 kg pour le NPK), et d’ailleurs au mieux un an sur deux, et généralement en cas de besoin. On est donc loin de pratiques susceptibles d’améliorer le statut organique ou minéral des sols, mais la tendance mérite d’être soulignée.

d) Régénération naturelle assistée

156L’étude comportait le relevé botanique d’un transect par village ; elle a permis d’enregistrer :

  • que la densité moyenne de ligneux était 126 pieds/ha avec CES contre 103 sans.
  • que leur diamètre est également plus élevé.
  • la repousse d’espèces disparues, comme Diospyros mespliformis, Anogeissus leiocarpus, Acacia dudgeoni, ainsi que le fait que la fructification a été menée à terme pour Scelocarya, Butyrospermum, Lannea…
  • la régénération est plus élevée dans les villages à densité de population élevée (de 30/40 : Sabouna, à plus de 100 : Ranawa, Ziga, Rissiam)

157Les différences observées étant fréquemment spectaculaires, les résultats sont en général très convaincants.

e) Disponibilité en eau

158Le comportement des puits après aménagement CES (enquête portant sur 103 puits modernes et 218 puits traditionnels) est dans l’ensemble plutôt favorable : la nappe phréatique est plus proche et elle tarit plus tard, si c’est le cas. Mais il y a des exceptions.

f) CES et tenure foncière

159Plusieurs points ressortent de l’étude :

  • Le statut foncier ne freine pas les aménagements CES : au contraire, la volonté d’aménager est maintenant conditionnelle pour l’obtention d’un droit de culture, avec peu ou pas de contribution préalable.
  • La durée des baux de culture a tendance à baisser de 10 à 3 ans.
  • Le droit d’héritage des migrants semble s’estomper progressivement.

160Ces faits traduisent une précarisation des droits des candidats à la terre, qui sont incités à investir dans les aménagements CES sans assurance de pouvoir en bénéficier au-delà de la troisième année

g) Les femmes et l’impact des aménagements

161L’étude conclut que les aménagements CES ont contribué à améliorer la production sur les parcelles des femmes, ainsi que leur sécurité alimentaire, ce qui leur a permis d’élever plus de volailles et de petits ruminants. Enfin la corvée d’eau a été allégée là où la nappe phréatique est remontée.

h) La pauvreté en recul

162L’étude constate : que le taux d’émigration a beaucoup diminué (la CES semble avoir plutôt freiné les départs, qui se sont raccourcis de 4 à 2 ans, mais n’est pas un facteur décisif de retour au village), que les cultures se sont diversifiées, qu’il y a plus de bétail, que les revenus ont progressé, y compris ceux d’origine extra-agricole (de 28 à 40 %).

163Dira-t-on pour autant que la pauvreté a reculé ? Pour y répondre, l’étude a défini trois catégories d’exploitants : riches (ceux qui ont plus de bétail) ; pauvres (en situation de déficit vivrier chroniques) ; moyens (entre les deux). Il en résulte que :

  • les CES ont raccourci la période de soudure
  • réciproquement, la pauvreté semble avoir progressé dans les villages avec peu de CES
  • ailleurs, le nombre d’exploitations pauvres aurait baissé de moitié (Ranawa, Ziga, Noh, Kaartenga)

164L’étude rappelle que, selon l’INSDI, qui caractérise la pauvreté sur le plateau central du Burkina par des revenus inférieurs à 73 000 FCFA/an et un régime alimentaire déficitaire en calories (< 2 300 cal./pers/jour), elle affectait 61 % de la population en 1998. Elle conclut que ce pourcentage serait très inférieur dans le cas des villages avec CES, alors qu’il serait égal pour les villages témoins.

i) Des foyers d’innovations paysannes

165Les activités liées à la CES ont permis de promouvoir une quarantaine de « paysans innovateurs » spécialisés dans différents domaines, comme le zaï forestier, la diversification des cultures (riz, patate douce), l’intégration agriculture-élevage. L’étude a constaté qu’ils ont tous commencé par réhabiliter leurs zippelés et qu’ils ont tous atteint l’autosuffisance alimentaire.

Annexe D

La Kassine, porte-outils à traction animale pour le soutien à l’agriculture familiale dans les pays du Sud

166Association PROMMATA - Janvier 2012

1. Présentation de la Kassine

167La Kassine a été développée par l’association française PROMMATA dans la continuité des travaux de Jean Nolle : elle a repris les innovations du Kanol (développé pour des paysans du Tchad) et notamment le « crochaxe », et celles de la Houe-sine, à traction souple (très utilisée au Sénégal). C’est un petit porte-outils léger (28 kg) et solide grâce aux pièces en acier renforcé sur les points les plus sollicités. Elle répond au principe de simplicité en étant fabriquée avec des matériaux communément trouvés dans tous les pays du monde, sans faire appel à des procédés industriels.

168Elle est polyvalente : l’utilisation de tous les animaux de trait comme sa large gamme d’outils permet de réaliser de nombreux travaux, dans les conditions arides des pays sahéliens comme dans les rizières en régions tropicales... Ses principaux avantages résident en une traction souple par chaines ou traits (mais il est aussi possible de l’utiliser en Kanol : traction rigide, avec des brancards ou un timon), un travail précis en rang étroit, et la possibilité de travailler sur le rang de cultures grâce au régulateur qui permet de déporter l’animal et à la deuxième roue qui permet d’enjamber la culture.

169Enfin, sa fabrication et ses évolutions sont réalisées avec un objectif de standardisation, ce qui rend possible les échanges d’outils et de techniques entre les utilisateurs mais aussi entre les différents ateliers qui la fabriquent.

Vue générale de la Kassine
Description :
1. crochaxe : changement facile et rapide des outils.
2. barre à crans : réglage rapide du piquage de l’outil dans le sol. En réglant la barre sur les crans du haut on diminue l’angle de pénétration de l’outil.
3. guidon ajustable.
4. réglage vertical de la roue : obtention de l’alignement nécessaire entre la pointe de l’outil au sol, le point d’attache du régulateur et le point d’accroche des traits au collier.
5. étriers : facilitent l’utilisation, le contre-écrou empêche le boulon de se déserrer.
6. clé unique pour tous les réglages réalisés rapidement
Association PROMMATA - Janvier 2012-p. 1

Annexe E. La fertilité des sols

Les sols cultivables

170Dans la Région, les sols considérés comme impropres à la culture (c.-à-d. aux cultures annuelles) présentent soit une pente excessive, soit une texture défavorable, ou bien sont peu profonds. Ils occupent des superficies importantes là où prédominent les modelés marqués par des collines, des cuirasses, des dômes éventrés qui occupent plus de la moitié de l’espace régional. Dans ces types de modelés, selon le GERES, cité par P. Dugué, les sols non cultivables recouvrent 40 % de l’espace.

171Les sols cultivables se répartissent le long des glacis, selon des topo-séquences, dont nous avons donné deux illustrations à l’annexe A, entre glacis gravillonaires, placages sableux et glacis argilo-sableux. Il existe deux autres types de sols : bruns eutrophes, au pied des collines birrimiennes, et hydromorphes, près des bas-fonds. Les premiers ne représentent que des superficies modestes, et les deuxièmes ne sont qu’assez rarement cultivés en céréales, à cause des risques d’inondation. Nous centrerons donc notre réflexion sur les sols dits ferrugineux tropicaux formés sur les glacis non gravillonaires, puisque ce sont eux qui sont le plus cultivés en saison des pluies.

172Leur texture est toujours à prédominance sableuse (70 à 90 %), avec des teneurs de limon et d‘argile de l’ordre de 6 à 20 %. Leur capacité de rétention d’eau est donc faible, mais réciproquement la rétention au-delà de la capacité d’extraction des racines (pF 4,2) est modeste. Rappelons que la RUR (réserve utile racinaire) est faible :

Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » en mm.

Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » en mm.
  • *** sols à texture plus limoneuse
  • ††† sols à texture plus sableuse

Note ****
Note **†††

  • 1 Évapotranspiration potentielle : la croissance des plantes peut être fortement limitée si l’ETR (r (...)

173Ce sont donc des réservoirs à faible capacité, qu’il faudrait remplir fréquemment. Or, avec une ETP1 de 6 à 7 mm/jour, ce réservoir se vide rapidement : les premiers jours après le semis, alors que les racines sont loin d’atteindre un mètre de profondeur, la RUR des 40 premiers cm est épuisée en une semaine si le sol est plus limoneux, en quatre jours s’il est plus sableux.

174En termes de réserve hydrique, le GERES, cité par P. Dugué, considérait que 13 % des sols présentaient une réserve hydrique élevée, alors qu’elle n’est moyenne que pour 27 % d’entre eux et qu’elle est médiocre pour 20 %.

175La teneur en matière organique est très faible, toujours inférieure à 1 et souvent à 0,5. Deux conséquences majeures en découlent : (i) avec des teneurs en argile elles-mêmes faibles, la CEC (capacité d’échange cationique) est très insuffisante. Non seulement ces sols sont de mauvais réservoirs d’eau, mais ils sont de très mauvais « stockeurs » de nutriments ; (ii) la structure du sol tend à se dégrader, une des conséquences majeures étant la formation de la croûte de battance caractéristique des zippelés.

176Dans les modes actuels de culture, les résidus (tiges, feuilles…) sont enlevés des champs pour servir de fourrage : il n’y a plus aucune restitution au sol de matière organique. Améliorer le statut organique des sols constitue donc un objectif majeur d’une approche agro-écologique.

177Les teneurs en nutriments solubles sont très basses : P. Dugué rapporte les teneurs suivantes : N total : 0,3 à 0,8 % ; P assimilable (Olsen) : 4 à 17 ppm. Pour ce dernier élément, c’est un niveau de carence.

178En résume, ces sols : (i) sont en voie de minéralisation par non restitution de matière organique ; (ii) sont chimiquement pauvres en raison de la nature de la roche-mère dont ils sont issus et demandent des modalités de fertilisation adaptés à leur faible capacité d’échange.

Le travail du sol : la question du labour

179P. Dugué y a consacré des travaux conséquents dans les trois villages d’étude : Sabouna, Ziga et Boukéré. Les effets du labour (toujours en humide, bien entendu, et avec retournement) en termes d’ameublissement du sol et de contrôle des adventices y sont amplement confirmés. Toutefois, dans ces contextes semi-arides, il faut pouvoir semer le jour même du labour, ce qui suppose une disponibilité de main-d’œuvre familiale qui est loin d’être générale. Pour les autres, le semis est reporté à la pluie suivante, avec les risques subséquents pour le bilan hydrique des cultures. À l’époque (début des années 1980), l’option labour en traction asine n’était pas disponible, de sorte que le labour était limité aux familles disposant d’une paire de bœufs entraînés, soit une fraction mineure d’entre elles.

180Entre-temps, des travaux d’autres chercheurs du Cirad (L. Seguy) ont conduit à remettre en cause le labour en conditions tropicales, en raison de la dégradation rapide de la matière organique qu’il provoque (humidité et aération des couches retournées). Ces mêmes chercheurs privilégient l’alternative de création et de maintien d’une couverture permanente du sol, connue sous le nom de SCV (systèmes de cultures sous couvertures végétales). Malheureusement, dans le contexte semi-aride (longue saison sèche) et la prévalence de la vaine pâture, les SCV peinent à trouver leur place en Afrique sahélienne, d’autant que l’emploi d’herbicides chimiques pose le problème de leur résilience dans les sols et les nappes phréatiques.

181Pour l’ensemble de ces raisons, nous avons privilégié l’option « travail en sec à la dent », sous forme de zaï mécanisé, qui a en outre l’avantage d’une application localisée du compost.

La fertilisation minérale et organique

182La question est loin d’être tranchée.

183P. Dugué, dans les trois villages d’étude, y a consacré de nombreuses enquêtes et expérimentations. Pour l’essentiel, ses conclusions sont les suivantes :

  1. Les pratiques paysannes : les paysans n’appliquent pas systématiquement l’engrais NPK recommandé par les services techniques ; ils le font à des doses très inférieures aux 100 kg/ha prescrits ; ils l’appliquent tardivement, plusieurs semaines après la levée, pour être assurés de ne pas les utiliser inutilement si les pluies s’avéraient insuffisantes ; la « poudrette de parc » est loin d’être utilisée systématiquement ; son apport organique est négligeable : le rôle fertilisant, directement lié à sa teneur en N, P et K. s’avère appréciable quand les conditions hydriques sont favorables.
  2. Les résultats des expérimentations : l’application de NPK à la dose de 100 kg/ha conduit à des augmentations de rendements importantes et rentables, sous réserve qu’il s’agisse de sols peu dégradés (et sans doute suffisamment profonds) et si la pluviométrie est favorable. Dans les autres cas, les rendements obtenus ne couvrent pas les dépenses de fertilisants. Le Burkina Phosphate, qui ne libère que lentement du P soluble, n’a pratiquement aucun effet en première année, et cet effet est encore très modeste en deuxième. Dans ces conditions, les paysans sont peu motivés pour l’employer.
  3. En conclusion : les conditions pour que la fertilisation minérale recommandée par les services techniques soit efficace et rentable sont très restrictives (certains types de sol) et aléatoires (pluviométrie favorable). La seule alternative organique disponible à l’époque, la poudrette de parc, n’offre pas suffisamment de résidus organiques pour jouer un rôle autre que de fertilisation minérale, elle aussi soumise aux aléas climatiques. L’utilisation systématique des résidus de cultures comme ressource fourragère limite sévèrement les possibilités de fabriquer des quantités significatives de fumier ou de compost.

L’option agro-écologique

184Dans ce contexte (zone semi-aride à forte densité de population et forte pression du bétail sur les espaces non cultivés), et à l’époque, les limites des recommandations de la recherche agronomique (labour, fertilisation minérale d’appoint, fertilisation organique lourde : 20 t/ha) étaient atteintes.

185Depuis, la densité de population s’est sensiblement accrue, ainsi que la pression du bétail, la dégradation des sols a progressé. De quelles alternatives dispose-t-on pour enrayer les processus de désertification ?

  1. les aménagements (cordons pierreux) pour limiter le ruissellement sur les parcelles cultivées. C’est maintenant un processus massif, dont les effets positifs ont été reconnus et mesurés (voir annexe C) ;
  2. le zaï mécanisé, en traction asine : la kassine permet non seulement la régénération des sols dégradés, mais aussi, dans les sols cultivés, la mise en œuvre plusieurs pratiques « anti-aléatoires » qui améliorent très efficacement le bilan hydrique des cultures ;
  3. l’amélioration des composts en conditions paysannes, résultat des travaux de l’INERA, de l’ARFA et du CEAS ;
  4. le petit élevage villageois, dans ses versions « aviculture » comme « petits ruminants » : la maîtrise par les paysans des principales pathologies ouvre des perspectives jusque-là inédites de développement de ces filières, sous réserve de disposer d’excédents céréaliers et fourragers ;
  5. le maraîchage paysan et les cultures fruitières, qui ont connu des développements très importants.

186On sait donc beaucoup mieux qu’à l’époque maîtriser l’eau à la parcelle, avec des moyens à la portée du plus grand nombre : par rapport au zaï manuel, avec l’apport localisé d’une microdose de NPK, on peut espérer atteindre un surcroît de production par ha de 800 kg de grains de céréales et 3 tonnes de pailles et de feuilles.

  • 2 Rendement / ha interannuel de référence pour le mil et le sorgho : 630 kgs (moyenne des données de (...)

187Au niveau actuel de superficie cultivée par actif (0,65 ha), cela représente une augmentation de la productivité du travail de 520 kg de grains et 2 t de résidus organiques. Si notre hypothèse d’accroissement de duplication de la superficie cultivée par actif par régénération des sols dégradés se vérifie, la productivité du travail, accrue de 10 q de grains et de 4 t de résidus organiques, passe à 14 q2 pour les premiers et à 7,5 pour les deuxièmes. On franchit ainsi trois seuils essentiels :

  • on sort de l’insécurité vivrière (4 q par actif) et on dispose d’un excédent céréalier de l’ordre de 10 q, qui permet des revenus financiers directs et une valorisation par l’aviculture
  • on dispose d’excédents organiques utilisables dans l’élevage de petits ruminants et pour la fabrication de composts (il faut entre trois et quatre tonnes de résidus pour fabriquer 5 tonnes de compost amélioré)
  • on dispose d’une quantité plus importante de fécès issus du petit élevage, la composition des composts peut être notoirement améliorée.

188On voit se dessiner ainsi un scénario « vertueux » pour les parcelles cultivées, conforme aux objectifs généraux de l’agro-écologie, que nous rappelons ci-dessous.

189Ce n’est donc qu’une première étape, les deux suivantes devraient donner lieu aux travaux suivants : (i) agroforesterie assistée par le renforcement des symbioses racinaires, pour laquelle nous formulons des propositions ; et (ii) aménagement et gestion durable des espaces non cultivés, qui constituent un chantier à ouvrir.

Définition de l’Agro-écologie (Gliessman, Altiéri)
Selon Gliessman (1998), l’agro-écologie s’inspire du fonctionnement des écosystèmes naturels et des formes traditionnelles d’agriculture : dans ces systèmes, la productivité de la végétation est importante, due à l’efficacité des organismes vivants dans le recyclage des nutriments (Altieri, 1998). Les concepts et principes de l’écologie appliqués à l’agriculture sont :
• Le recyclage de la matière organique dans un système fermé pour limiter les pertes de nutriments.
• La diversité d’espèces liées par des relations à bénéfices mutuels (symbiose, complémentarité).
• La forte productivité de biomasse du milieu.

Annexe F

Espèces ligneuses rencontrées à Ziga (Yatenga).

Espèces ligneuses rencontrées à Ziga (Yatenga).
  • ‡‡‡ autres qu’en pharmacopée

Note *‡‡‡
La liste des espèces provient de KABORE WTT (2005)
Les caractéristiques (habitat, usages alimentaires, autres) sont extraits de Michel ARBONNIER (2002) :
« Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest », CIRAD-MNHN

Évolution des espèces ligneuses à Ziga.

190« Partant de nos observations et de nos résultats d’enquêtes, on observe de façon générale une reprise du couvert végétal. Toutefois, ce couvert reste typique des savanes arborées et arbustives claires de la zone soudanienne. La figure ci-dessus présente effectivement la régénération de diverses espèces (Azadirachta indica, Eucalyptus camaldulensis, Adansonia digitata, Lannea microcarpa, etc.). À l’opposé, des espèces comme Vitellaria paradoxa (karité), Ziziphus mauritiana (jujubier), Bombax costatum, etc. sont en régression. Cette régénération a deux origines : la régénération naturelle et la plantation (surtout pour Azadirachta indica, Eucalyptus camaldulensis et Bauhinia rufescens). Aux dires des paysans, les cordons pierreux arrêtent les graines des espèces ligneuses et leur procurent un milieu longtemps humide et riche en éléments nutritifs juste en amont du cordon. La levée de la graine et la pousse de la jeune plante sont ainsi favorisées. En plus, certains arbres sont apparus dans des poquets de zaï et ont été protégés par les paysans, selon leurs dires. De plus, profitant de l’assistance des projets (fourniture d’essences exotiques), les paysans ont pu reboiser plusieurs de leurs parcelles. C’est le cas des espèces de Bauhinia rufescens et Eucalyptus camaldulensis qui ont été introduits dans le village avec le projet Recherche-Développement et qui, depuis se sont répandus. Par contre, une espèce comme Vitellaria paradoxa (karité) disparaît plus qu’elle ne se régénère, ce qui fait d’elle une espèce menacée. Ainsi, en 20 ans sur une superficie de 57 ha, près de 100 pieds de karité ont disparus. Par ailleurs, tous les 12 paysans enquêtés attribuent la disparition du karité à la péjoration climatique ou à l’assèchement du sol. Des raisons telles que la mécanisation et le labour ne sont pas évoquées pour justifier ces disparitions du karité. » Extrait de KABORE WTT (2005).

Annexe G

Moringa oleifera

191Moringa oleifera (famille des Moringacées) est familier des savanes ouest-africaines depuis son introduction d’Inde au xvie siècle.

192Ses feuilles ont des teneurs exceptionnelles en protéines, en fer et en provitamines A et C, ce qui leur confère des qualités nutritionnelles exceptionnelles : séchées et broyées, elles constituent un complément alimentaire très apprécié dans les Centres de régénération nutritionnelle (CREN), qui accueillent des enfants gravement dénutris. Elles sont aussi un excellent complément fourrager pour les volailles et les petits ruminants. Elles servent aussi de condiment dans la cuisine.

193Il connaît un fort développement dans plusieurs pays, dont le Burkina et le Ghana. Il devrait trouver sa place dans les concessions villageoises, où il peut facilement être arrosé en saison sèche et protégé des animaux en divagation.

Moringa planté dans l’enclos d’un poulailler traditionnel amélioré (AVSF Togo).

Valeur nutritionnelle comparée des feuilles sèches de Moringa. Source : Moringa News.

Bibliographie

Références

Ancey G. (1977) « Variation mossi sur le thème : reproduction des milieux ruraux. » in « Essais sur la reproduction des formations sociales dominées » ORSTOM Paris Travaux et documents ; pp 1-13.

ARFA, CRREA Est (2005) : « Projet de mise au point et test d’application d’un compost enrichi à l’engrais biologique ORCA : rapport final » ARFA Fada N’Gourma, 15 p

AVSF : « Développement de l’aviculture villageoise en Afrique de l’Ouest : vingt ans d’expérience au Togo, au Mali et au Sénégal : bilan et perspectives » Lyon 2011.

Ba Amadou M., Diedhiou Abdala G, Prin Yves, Galiana Antoine et Duponnois Robin : « Valorisation des symbiotes ectomycorhiziens associés aux essences forestières exotiques d’intérêt économique pour améliorer les performances des programmes de reboisement en Afrique tropicale » Ann. For. Sci. Volume 67, Number 3, May 2010

Barro A., Hien V., Billaz R., Kabore I. et Konkissere S. (2007) : « La pratique du zaï mécanique par les paysans innovateurs du Nord et du centre du Burkina Faso » FRSIT Ouagadougou 15 p.

Barro A., Zougmoure R., Maraux F., Dugu Ep. (2007) : « Etude de cas sur la récupération des sols dégradés dans le plateau central du Burkina Faso : un chemin vers une agriculture durable » INERA Ouagadougou, 17 p.

Billaz R., Diallo I., Tourte R. « La recherche appliquée au service du développement rural régional : l’exemple du Yatenga en Haute Volta » IFARC-GERDAT 1981

Billaz R., Hien V., Segda Z., Traore K. (2001) : « Systèmes de culture permanente à jachère de courte durée en zone tropicale » in : Floret C. et Pontanier R. (éd) : « La jachère en Afrique tropicale » John Libbey Eurotexte Paris Volume 2, pp. 241.264

Billaz R, Guimaraes F et Conti C (2000). « SAVANAS », CD ROM interactif consacré aux contributions des systèmes de cultures sous couvertures permanentes à la gestion durable des savanes péri amazoniennes. CIRAD ; UEL Londrina Brésil

Botoni Edwige, Reij Chris « La transformation silencieuse de l’environnement et des systèmes de production au Sahel » 1989 CIS Amsterdam, CILSS

Dembele Y. & Some L. « Propriétés hydrodynamiques des principaux types de sol du Burkina Faso » in Soil Water Balance in Vie Sudano-Sahdian Zone (Proceedings of the Niamey Workshop, February 1991). IAHS Publ. no. 199, 1991. INERA,

Dugué P. « Possibilités et limites de l’intensification des systèmes de culture vivriers en zone soudano-sahélienne : le cas du Yatenga au Burkina Faso » 1989 Thèse de docteur-ingénieur. ENSAM Montpellier

Dugué P., Rodriguez L., Ouoba B., Sawadogo I., 1994. Techniques d’amélioration de la production agricole en zone soudano-sahélienne : manuel à l’usage des techniciens du développement rural, élaboré au Yatenga, Burkina Faso. CIRAD-SAR, 209 p.

Forest F.1984 : Simulation du bilan hydrique des cultures pluviales. BIP IRAT-CIRAD Montpellier multigraphié

Kabore WTT (2005) : Usage des fumures organiques dans les systèmes de cultures et viabilités des agro-systèmes en zone soudano-sahélienne : cas du zaï à Ziga dans le Yatenga (Burkina Faso). Mémoire de diplôme de mastère spécialisé. CNEARC Montpellier

Mando A., Zougmore R., Zombre P.N., Hien V. (2001) : « Réhabilitation des sols dégradés dans les zones semi-arides de l’Afrique sub-saharienne » in : Floret C. et Pontanier R. (éd) : « La jachère en Afrique tropicale » John Libbey Eurotexte Paris volume II, pp. 241.264

Marchal J.-Y. « Yatenga : Dynamique d’un espace rural soudano-sahélien » ORSTOM Paris 1983

Ouedraogo E. (2004) : « Le compostage pour l’amélioration de la fertilité des sols et la production agricole au Sahel » ; CEAS Ouagadougou

Ouedraogo Y. Alfred : Les systèmes foncier traditionnels et l’occupation de l’espace agropastoral dans le centre du Burkina Faso : Mémoire de Maîtrise mai 1996.

PDCL/SAZ et BACED (juillet 2006) du « Analyse environnementale de la zone d’intervention du PDCL/SAZ ».

Razikordmahalleh I., “Effect of Inoculation of Trichoderma harzianum on the Rate of Sugarcane Bagasse Decomposition and Produced Compost Enrichment”. Dept of the Environment, Hemmat Highway, Centre of Environmental Research, Soil Dept, Tehran, 9821, Iran,

Reij C. Thiombiano T ; (2003) : Développement rural et environnement au Burkina Faso : La réhabilitation de la capacité productive des terroirs sur la partie Nord du Plateau central entre 1980 et 2001 Rapport de synthèse mai 2003 GTZ/Patecore ; USAID

Roose E., Kabore V., Guenat C., 1995. Le zaï. Fonctionnement, limites et améliorations d’une pratique traditionnelle africaine de réhabilitation de la végétation et de la productivité des terres dégradées en région soudano-sahélienne (Burkina Faso). Cahiers ORSTOM Pédologie. In : Spéciale érosion : réhabilitation des sols et GCES. pp 158-173.

Rudresh, D L.; Shivaprakash, M K.; Prasad, R D (2005). “Tricalcium phosphate solubilizing abilities of Trichoderma spp. in relation to P uptake and growth and yield parameters of chickpea (Cicer arietinum L.)”. Canadian journal of microbiologie) Volume 51, Number 3, pp. 217-222(6).

Sagnon S. (2005) : (2006) : « Rapport d’activités de R/D INERA/ARFA : suivi de la production et du test d’application du compost enrichi à l’engrais biologique ARFA » INERA Ouagadougou.

Sawadogo H., Bock L., Lacroix D., Zombre N. P. (2008) : « Restauration des potentialités de sols dégradés à l’aide du zaï et du compost dans le Yatenga (Burkina Faso) » ; Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2008 12(3), 279-290

Sharon E., Chet I. and Spiegel Y.. (2009: “Improved attachment and parasitism of Trichoderma on Meloidogyne javanica in vitro”; European Journal of Plant Pathology) Volume 123, Number 3.

Wereme Aïssata, Ouedraogo Alfred, Billaz René : « La traction asine en milieu rural du plateau central du Burkina Faso » communication à l’atelier des résultats de l’ATP « traction animale » XI 2003 Bobo Dioulasso

Notes

1 Évapotranspiration potentielle : la croissance des plantes peut être fortement limitée si l’ETR (réelle) est très inférieure à l’ETP.

2 Rendement / ha interannuel de référence pour le mil et le sorgho : 630 kgs (moyenne des données de l’étude Reij et Thiombiano et des statistiques du MINAGRI pour 2010, ce qui conduit à une productivité du travail de 400 kg (0, 65 ha cultivé par actif).

Notes de fin

* en milliers. Sources P. Dugué puis RGP (1985 à 2006)

sols à texture plus limoneuse

sols à texture plus sableuse.

§ il est peu probable que ces moyennes soient pertinentes dans le cas des bovins et des porcins, du fait du rôle des peulhs dans le premier cas, et des appartenances religieuses dans le deuxième.

** Voir ci-dessous l’occupation des sols au niveau régional

†† sols à texture plus limoneuse

‡‡ sols à texture plus sableuse

§§ Unité de bétail tropical, correspondant à un animal de 250 kg.

*** sols à texture plus limoneuse

††† sols à texture plus sableuse

‡‡‡ autres qu’en pharmacopée

Table des illustrations

Légende Burkina Faso : densités par province, 2005. Source : Atlas Jeune Afrique du Burkina Faso, 2005, 1re édition
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Évolution de la pluviométrie : tendance 1930-2004.Source : Atlas Jeune Afrique du Burkina Faso, 2005, 1re édition
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Pression du bétail sur la jachère.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Zippelé (sol dégradé, en mooré) observé deux ans après la dernière mise en culture. En l’absence de cultures, les zippelés se forment rapidement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Source : Atlas Jeune Afrique du Burkina Faso, 2005, 1re édition.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Sources : J.Y. Marchal, 1980 « L’espace rural du Centre Yatenga. Le complexe naturel et son utilisation agro pastorale » ORSTOM ParisYatenga – Approche morphopédologique. Modèle sols-végétations. Associations : tableau schématique des correspondances.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Ravines de haut de pente.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Ravines de bas de pente. Dégâts des eaux dans un bas-fond.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Population par province en 2006.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Évolution de la population et de la densité rurale entre 1910 et 2006
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Production céréalière disponible par habitant rural (kg) en 2001.
Légende Source : Minagri/SSA pour la production 2001 ; RGP 2006 pour la population
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Trous préparés pour le zaï manuel. Ici à une densité supérieure à celle des semis de mil ou sorgho.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Cordons pierreux visant à arrêter ou détourner
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Un exemple de RNA (à proximité de Ouahigouya) : à gauche, sans RNA, à droite, avec RNA. Les photos ont été prises des deux côtés d’une même route.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Validation du zaï mécanisé en champ-école paysan (Zondoma, 2006). En avant : « zippelé » ; à droite, zaï manuel ; à gauche : zaï mécanisé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende À gauche : réalisation du zaï mécanisé avec la kassine. À droite : état de la surface du sol après passage croisé du coutrier fixé sur la kassine.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » ou « sols ferralitiques fortement lessivés » en mm
Légende Note *Note **
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Chantier-école de réalisation d’une digue de protection.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Note *§
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Croquis morpho-pédologique de deux terroirs du Yatenga.Source : Dugué P.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Topo-séquences correspondantes. Source : Dugué P.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Population et densité par région et province des trois derniers recensements
Légende Source : RGP/INSD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende NB : ces moyennes par province peuvent masquer de fortes disparités locales, liées au relief ou à l’histoire du peuplement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Population urbaine et rurale en 2006.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Source : Service des Statistiques Agricoles/DEP/M.AGRI.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Source : Service des Statistiques Agricoles/DEP/M.AGRI.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Source : Service des Statistiques Agricoles/DEP/M.AGRI.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Production céréalière disponible par habitant rural (kg) en 2001.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2001.
Légende Source : RB à partir des données du RDCA 2004/2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2003.
Légende Source : RB à partir des données du RDCA 2004/2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Situation vis-à-vis de la sécurité céréalière (en %), en 2004.
Légende Source : RB à partir des données du RDCA 2004/2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Évolution de la hauteur de pluie annuelle dans les principales stations (en mm).
Légende Source : Direction de la Météorologie/Ministère des Transports
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Situation de l’occupation des terres par région en superficie en hectares en 2002.
Légende Source : BDOT 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » en mm.
Légende Note *††Note **‡‡
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Effectif de bétail par ménage rural en 2008.
Légende Source : RB à partir des statistiques du MRA et du RGP
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Effectif de bétail par ménage rural en 2008.
Légende Les taux de conversion utilisés sont de 0,75 par tête de bovin, 0,10 pour un petit ruminant (données fournies par Philippe Lhoste)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Rendements en céréales (kg/ha) en fonction des aménagements et du zaï.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Quantités de matière organique et de NPK utilisées par ha.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Vue générale de la KassineDescription :1. crochaxe : changement facile et rapide des outils.2. barre à crans : réglage rapide du piquage de l’outil dans le sol. En réglant la barre sur les crans du haut on diminue l’angle de pénétration de l’outil.3. guidon ajustable.4. réglage vertical de la roue : obtention de l’alignement nécessaire entre la pointe de l’outil au sol, le point d’attache du régulateur et le point d’accroche des traits au collier.5. étriers : facilitent l’utilisation, le contre-écrou empêche le boulon de se déserrer.6. clé unique pour tous les réglages réalisés rapidementAssociation PROMMATA - Janvier 2012-p. 1
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Réserves utiles racinaires cumulées de deux types de sols « ferrugineux tropicaux » en mm.
Légende Note ****Note **†††
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Espèces ligneuses rencontrées à Ziga (Yatenga).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Note *‡‡‡La liste des espèces provient de KABORE WTT (2005)Les caractéristiques (habitat, usages alimentaires, autres) sont extraits de Michel ARBONNIER (2002) :« Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest », CIRAD-MNHN
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Évolution des espèces ligneuses à Ziga.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Moringa planté dans l’enclos d’un poulailler traditionnel amélioré (AVSF Togo).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Valeur nutritionnelle comparée des feuilles sèches de Moringa. Source : Moringa News.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3301/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Agronome, Vice-Président d’AVSF

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable