Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Valorisation et gestion des systèmes agro-sylvo-pastoraux

Programme de la Grande Muraille Verte : défis, stratégies et attentes des acteurs du Togo

Kouami Kokou, Kossi Adjonou, Adzo Dzifa Kokutse, Aboudou Raoufou Radji, Oyétoundé Djiwa et Tadanlenga Yatombo

Résumé

L’Initiative africaine Grande Muraille Verte (IMGV) consiste à entreprendre l’édification d’un mur de verdure du Sénégal à Djibouti pour freiner le désert, afin de contribuer efficacement au développement intégré des zones rurales traversées et aux actions de lutte contre la pauvreté dans le cadre d’un développement durable. Au Togo, la mise en œuvre de l’IGMV se justifie par la pauvreté des populations locales, les effets négatifs des changements climatiques, et les scénarios de prévisions futures du climat qui montrent une alternance de périodes sèches et de périodes très pluvieuses, surtout au nord du pays. Plusieurs partenaires financiers et techniques notamment la Banque mondiale, le FEM, TerrAfrica, l’Union africaine, les organes de la CNULD, l’UE, l’IDA, etc. apportent leur appui à l’IGMV aux plans régional, national et local. Pour ce faire, l’État togolais a mis au point de nombreuses stratégies en matière de gestion de l’environnement, de lutte contre la désertification et de gestion durable des terres (GDT), de lutte contre les changements climatiques, de conservation et d’utilisation durables de la biodiversité, par le biais du projet de gestion intégré des catastrophes et des terres financé par le FEM-5, la Facilité mondiale pour la réduction de risque de catastrophe et la relance (GFDRR) ouverte aux pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel et les fonds TerrAfrica. Par ailleurs, l’administration forestière, les associations et les ONG mènent des actions dans la région septentrionale dans le cadre d’autres programmes, notamment le programme « Commune du Millénaire » financé par le PNUD, les programmes de Développement communautaire financés par la Banque mondiale, le projet « Bois-École » financé par le PNUD, le projet « Évolution des systèmes d’aire protégée vis-à-vis du changement climatique en Afrique de l’Ouest-Parcc-Afrique de l’Ouest », le « projet de renforcement du rôle de conservation du système national des aires protégées »…

Texte intégral

Introduction

1La désertification affecte les conditions de vie de plus de 2 milliards d’individus sur la planète. Le continent le plus durement touché reste l’Afrique subsaharienne où la pauvreté et l’insécurité alimentaire sont les plus répandues, la capacité de parade aux catastrophes réduite et les moyens d’adaptation au phénomène très faibles (Sokona, 2007). Ce constat va s’aggraver au cours des décennies à venir, car la tendance générale à l’accroissement du risque climatique et à la baisse des capacités des milieux naturels et sociaux indique une hausse des vulnérabilités écologiques et sociales (GTZ, 2007).

2La lutte contre la désertification, les changements climatiques et la conservation des ressources naturelles et la diversité biologique dans les milieux arides et subarides constituent une des priorités majeures des États sahélo-sahariens. De ce fait, diverses politiques et stratégies opérationnelles nationales à différentes échelles institutionnelles, traduites en programmes multisectoriels ainsi que des recherches thématiques de caractérisation, de prévention, de lutte et de restauration ont été menées au cours des cinq dernières décennies. Ces actions déroulées dans des zones éco-géographiques et phytogéographiques à caractéristiques variées ont permis de bâtir une masse importante d’expériences, de pratiques et de données scientifiques et techniques pertinentes. À ceci s’ajoute un important savoir traditionnel, endogène qui a permis aux populations locales de développer à travers des décennies une forme de résilience face aux perturbations environnementales (Gagnol, 2011).

3L’Initiative africaine Grande Muraille Verte « IGMV », née lors du 7e sommet des leaders et chefs d’État de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) tenu les 1er et 2 juin 2005 à Ouagadougou (Burkina Faso), marque l’engagement et concrétise l’approche stratégique des États sahéliens fortement assujettis aux effets de désertification et de changements climatiques. Cette initiative consiste à entreprendre l’édification d’un mur de verdure du Sénégal à Djibouti pour freiner le désert. Sa particularité est de contribuer efficacement au développement intégré des zones rurales traversées et aux actions de lutte contre la pauvreté dans le cadre d’un développement durable. Le programme GMV intègre ainsi dans sa stratégie et ses objectifs les préoccupations des conventions des Nations unies sur la désertification, les changements climatiques et la biodiversité (CEN-SAD, 2008).

4Les variations dans les contextes biophysiques, pédologiques et culturels imposent un développement global par la prise en compte et l’intégration des spécificités locales. Ainsi, les pays potentiels impliqués dans l’IGMV développent leurs propres stratégies. Le Togo ne fait pas partie des 12 pays sahéliens, initialement membres de l’Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte. Mais la Banque mondiale, en collaboration avec le FEM vient d’initier un programme autour de la Grande Muraille Verte et du lac Tchad qui intègre le Togo, le Bénin et le Ghana qui sont des pays côtiers et donc ne font pas partie des pays traditionnels de l’IGMV. C’est à ce titre qu’au Togo, plusieurs programmes et projets prennent forme. Parmi ces programmes, le projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres, financé en partie grâce aux fonds de la 5e reconstitution du Fonds pour l’environnement mondial (FEM-5) au cours de la période 2010-2014 s’inscrit dans les trois domaines focaux (dégradation des terres, changements climatiques et biodiversité). Au cours de l’exercice d’élaboration des axes prioritaires nationaux à soumettre au FEM-5, le programme GMV est apparu comme une priorité nationale et transversale exprimée par les acteurs (ministère de l’Environnement et des Ressources forestières « MERF », 2011a).

5L’objectif du présent article est de faire une synthèse des actions, expériences, techniques en cours et autres données pertinentes issues de la recherche scientifique, des pratiques et des savoirs traditionnels acquis dans les différents domaines afin d’optimiser les stratégies et performances de la mise en œuvre de l’IGMV au Togo. Spécifiquement, il s’agit de faire l’état des lieux sur sa mise en œuvre en décrivant (i) les stratégies opérationnelles et (ii) les actions techniques et scientifiques actuellement en cours susceptibles de guider les actions retenues pour l’IGMV au Togo.

Vulnérabilité du Togo face aux changements climatiques et nécessité de l’IGMV

6Situé sur la côte du golfe de Guinée en Afrique de l’Ouest, le Togo couvre une superficie de 56 600 km2. Il est limité au sud par l’océan Atlantique, au nord par le Burkina Faso, à l’est par le Bénin et à l’ouest par le Ghana. Localisé entre 6° et 11° de latitude nord et entre 0° et 2° de longitude est, le pays s’étend du nord au sud sur 660 km. Sa largeur varie entre 50 et 150 km. Le pays est divisé en cinq régions administratives et économiques qui ne jouissent pas en réalité d’une autonomie régionale par manque de mise en place effective de structures administratives et financières appropriées. Les cinq régions sont : la région Maritime (6 100 km2), la région des Plateaux (16 975 km2), la région Centrale (13 317 km2), la région de la Kara (11 738 km2), la région des Savanes (8 470 km2) (fig. 1A). Le pays compte actuellement trente-cinq préfectures et une sous-préfecture.

7Sur le plan agro-climatique, le Togo est subdivisé en deux zones à partir du 8e parallèle. Au sud (zone agro-climatique guinéenne), le climat est de type intertropical ou guinéen caractérisé par deux saisons pluvieuses (d’avril à juillet et de septembre à octobre) séparées par deux saisons sèches (fig. 1B). Au nord (zone agro-climatique soudanienne), le climat est de type tropical soudanien, caractérisé par une saison sèche durant laquelle souffle l’harmattan et une saison pluvieuse dont la durée diminue du sud au nord. La pluviométrie varie de 882 mm à 1 328 mm dans les régions méridionales et de 1 000 mm à 1 302 mm dans les régions septentrionales. Quant à la température, elle varie de 26,4 °C à 27,4 °C dans les régions méridionales et de 26,4 °C à 28,3 °C dans les régions septentrionales. L’humidité relative moyenne est élevée dans les zones méridionales (73 à 78,5 %), mais faible dans les régions septentrionales (56 à 67 %). L’évapotranspiration moyenne est de 1 540 mm/an.

Figure 1 Découpages administratif (A) et agro-climatique (B) du Togo.

8Les changements climatiques qui se manifestent actuellement au Togo se traduisent par la variation des paramètres caractéristiques du climat : la température, les précipitations, le nombre de jours de pluie, l’humidité relative, l’évapotranspiration, l’insolation et les vents. Ainsi, au regard du profil effilé du territoire du nord au sud, la température et les précipitations varient (Agbossou, 2009) :

  • en fonction des régions administratives, une variation sensible des régions méridionales (Maritime, Plateaux) vers les régions centrale et septentrionale (Kara, Savanes). Dans les régions méridionales, il y a une évolution des tendances pluviométriques de Lomé vers le nord ;

  • en fonction de la latitude, un découpage du climat en trois principales zones : la première s’étend de la côte à 8° de latitude nord, caractérisée par une température de faible amplitude et une pluviométrie d’environ 1 200 mm avec une croissance des végétaux de moins de 240 jours ; la deuxième zone climatique est située entre 8° et 10° de latitude nord avec des amplitudes thermiques journalières élevées, des moyennes pluviométriques élevées dans le centre (1 400 mm) et qui diminuent en allant vers le sud et le nord (1 000 mm). La durée de croissance des végétaux est de l’ordre de 200 jours dans l’année ; la troisième zone située entre 10° et 11° de latitude nord a une pluviométrie d’environ 1 000 mm, des amplitudes thermiques fortes et une durée de croissance des végétaux inférieure à 175 jours.

9Dans le cadre des études du Pana (MERF, 2008), les données météorologiques ont permis de mettre en exergue une diminution de la pluviométrie et une augmentation de la température. En fonction de la latitude, les variations relevées sont de 0,9 °C à Lomé, 1,1 °C à Atakpamé, 0,5 °C à Sokodé et 1,1 °C à Mango. Quant aux précipitations, elles diminuent du sud vers le nord de 113,9 mm à Lomé, 36,7 mm à Atakpamé, 80,3 mm à Sokodé, sauf à Mango où elles augmentent de 07,5 mm. Mais les scénarios de prévisions futures de changements climatiques (Wigley et al., 1990 ; IPCC, 2001 ; Agbossou, 2009) ont montré qu’entre 6° (~ Lomé) et 10° (~ Kanté) de latitude nord, les précipitations subiraient une diminution allant jusqu’à 1,4 % en 2025 et 3 % à l’horizon 2050. De 10° à 11° de latitude nord (région des Savanes), elles subiront un accroissement pouvant atteindre 0,8 % en 2025 et 2 % en 2050. Il s’ensuivrait une alternance de périodes sèches et de périodes très pluvieuses surtout au nord du pays. Il s’agit essentiellement des sécheresses extrêmes et prolongées et des inondations dans le cas de fortes précipitations. L’analyse des isohyètes aux horizons 2025 et 2050 révèle une tendance à un découpage du territoire autour de la ville de Kanté (fig. 2). Autour de cette ville, les projections montrent que la pluviométrie devrait rester quasi stationnaire. Ainsi, l’impact de la variation des précipitations et des températures sur les différents secteurs d’activités signifie que la mise en œuvre du programme GMV au Togo ne sera pas pareille dans les deux zones à effets contrastés en termes de variations pluviométriques, notamment Lomé-Kanté et Kanté-Cinkassé (fig. 2).

10Toutefois, des interventions spécifiques comprenant, entre autres, la restauration des terres et la séquestration du carbone, le soutien à la gestion des terres pour les communautés rurales, la mise en place de bonnes pratiques de gestion durable des terres (GDT) par zone agro-écologique, la restauration de sites pilotes dans les zones dégradées, la restauration des pentes de montagne sont des actions à répliquer sur divers endroits du territoire.

Figure 2. Température et isohyètes aux horizons 2025 et 2050 (Agbossou, 2009).

État des lieux

Mise à l’échelle de l’IGMV au Togo

11L’IGMV au Togo s’inscrit dans le programme Sahel et Afrique de l’Ouest approuvé par les conseils du FEM et du Fonds des pays les moins avancés/Fonds spécial pour les changements climatiques (LDCF/SCCF). Le programme traite des problèmes majeurs liés à la dégradation des terres, y compris la sécurité alimentaire, l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, en vue de soutenir le développement durable dans les pays concernés (fig. 3). Historiquement, ces pays ont connu, entièrement ou partiellement, une forte variabilité des précipitations, et cela devrait s’accentuer, affectant la capacité de leurs ressources en terres et en eau déjà entamées, à fournir en continu des intrants aux écosystèmes agricoles, nécessaires à la lutte contre la pauvreté, à la croissance économique, ainsi que les biens écologiques publics régionaux et mondiaux tels que l’accumulation de carbone dans le sol et dans la biomasse, la recharge des eaux souterraines, etc.

Figure 3. Pays concernés par l’Initiative de la Grande Muraille Verte (IGMV).

12Dans les pays concernés, les principales stratégies de subsistance comprennent l’agriculture, l’élevage de bétail, la pêche, le commerce, ainsi qu’une variété d’occupations urbaines. La variabilité des précipitations, la dégradation des terres (déforestation, monoculture et surpâturage) et la désertification sont quelques-uns des facteurs qui se combinent pour en faire des pays appartenant à ces zones les plus pauvres et les plus dégradées sur le plan écologique dans le monde (Kandji et al., 2006). L’état des ressources dans cette zone n’a cessé de se dégrader en raison de l’expansion des établissements humains et de l’augmentation de la demande alimentaire et de bois de chauffage. Les sécheresses fréquentes accompagnées d’une exploitation anarchique, non durable et mal gérée des terres et des eaux – de surface et souterraines – ont, avec la variabilité naturelle, causé le tarissement des fleuves et lacs nationaux et transfrontaliers, tandis que l’érosion éolienne a enlevé de précieuses couches arables.

13Ces difficultés sont en passe de devenir plus chroniques avec les changements climatiques. Les températures plus élevées et plus variables peuvent conduire à une désertification plus large et plus rapide, des sécheresses et des inondations plus fréquentes, des changements dans la configuration des terres humides saisonnières, un stress de chaleur plus élevé sur le bétail, des changements dans la longueur et la durée de la saison culturale, ainsi que dans la qualité des récoltes et des rendements. Les changements climatiques augmentent généralement les risques de catastrophe, non seulement par une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes et l’élévation du niveau de la mer, mais aussi par l’augmentation des vulnérabilités de la société aux dangers résultant des problèmes de la disponibilité de l’eau, de l’agriculture et des écosystèmes en état de dégradation.

14Les conditions mentionnées ci-dessus sont liées à celles de la savane et des zones humides de l’Afrique de l’Ouest. La dégradation des terres, la variabilité climatique, ainsi que l’érosion des sols demeurent des menaces importantes qui mettent en péril les moyens de subsistance, les écosystèmes, les infrastructures et les peuplements. En outre, les échanges et les conflits sur l’utilisation des ressources naturelles sont constants. Par exemple, les conflits entre éleveurs semi-nomades traditionnels et agriculteurs sédentaires autour du Sahel et de la savane sont courants, car les troupeaux se déplacent plus au sud où les systèmes agro-pastoraux se développent et où l’agriculture est associée à la production de bétail.

Soutien régional de l’IGMV au Togo

15L’IGMV au Togo est soutenue par la Banque mondiale/FEM. L’IGMV du Togo établit aussi des liens étroits avec le programme TerrAfrica, qui englobe l’Agence de l’Union africaine pour la planification et la coordination (UA-NEPAD), les organes de la Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification (CNULD), et d’autres partenaires tels que l’Agence panafricaine de la GMV. Le programme TerrAfrica et son organisme de coordination FEM-SIP dirigé par la Banque pour la GDT fournissent déjà un appui financier et non financier pour améliorer la pratique, la politique et la planification entre les secteurs, les parties prenantes, en conformité avec la Déclaration de Paris, les plans d’action nationaux de la CNULD, ainsi que le Plan Environnement et le Programme global de développement de l’agriculture en Afrique (CAADP) de l’UA.

16En outre, les ressources de l’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale constituent la principale source de cofinancement. L’appui de l’IDA permettra aux pays de poursuivre des solutions de gestion intégrée des terres et de l’eau dans un portefeuille cohérent, notamment les opérations telles que la gestion des bassins versants et des ressources hydriques et des flancs de montagnes, la réduction des risques climatiques et des risques de catastrophe, l’agriculture et l’irrigation, le renforcement des capacités des acteurs locaux et des services déconcentrés et le reboisement. Le programme additionnel du FEM se focalise sur la sécurisation des services écologiques provenant de la mosaïque des paysages, en favorisant l’adoption de pratiques de gestion durable des terres et de l’eau et des approches qui présentent des avantages écologiques mondiaux. Il s’agit notamment des pratiques de conservation des sols et de l’eau telles que les haies brise-vent, les arbres multi-usages sur les terres de production, l’irrigation à petite échelle et la collecte de l’eau. Les approches complémentaires pourraient comprendre, entre autres, la planification à grande échelle de la gestion des bassins versants ou la planification à plus petite échelle de l’utilisation des terres communautaires pour permettre le libre accès au bois de chauffe et à l’élevage, le développement et la gestion du corridor biologique, ainsi que le développement de l’écotourisme.

17Le Fonds des pays les moins avancés (Fonds PMA) et le Fonds spécial TerrAfrica constitueront des sources supplémentaires de financement, notamment pour les activités d’adaptation ciblées (telles que la construction d’ouvrage de collecte de l’eau, les variétés de semences améliorées, les équipements de mesure de pluviométrie) pour réduire la vulnérabilité et augmenter la capacité d’adaptation aux impacts réels ou potentiels de la variabilité climatique.

18La mise en œuvre du programme GMV au Togo va se faire à trois échelles.

  • À l’échelle régionale : pour optimiser les synergies avec la plate-forme TerrAfrica et l’IGMV. Le programme va collaborer avec le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) qui assure les activités de coordination et de coopération au niveau régional (suivi et partage des connaissances). En outre, les institutions et autorités régionales telles que l’Agence panafricaine de la GMV, ainsi que les centres d’excellence et de recherche joueront un rôle clé en tant que partenaires pour la coordination et l’exécution des activités régionales. Globalement, le programme comptera sur les organismes publics et privés régionaux en place afin de coordonner et mettre en œuvre les opérations régionales ou multi-pays conçues pour compléter les agendas des pays (à travers le plaidoyer, les dialogues politiques ou les alliances opérationnelles) ou de s’attaquer aux problèmes des écosystèmes transfrontaliers. La Banque assurera la coordination avec les partenaires de TerrAfrica.

  • À l’échelle nationale : le programme sera mis en œuvre à travers divers projets spécifiques au niveau national en fonction des priorités spécifiques identifiées, de la capacité d’absorption et des opérations d’investissement autonomes. Les ministères en charge de l’environnement et des forêts, de l’agriculture, du développement à la base, de l’eau, de l’énergie, de la planification, de la recherche sont des organismes qui pourraient être impliqués. Le programme se focalisera essentiellement sur les biens publics issus des interventions en Gestion durable des terres et de l’eau (GDTE) ; il nécessitera une extension à d’autres services consultatifs sur le terrain. Les ONG et les comités de coordination locale joueront également un rôle important en fournissant des conseils aux projets individuels afin qu’ils puissent contribuer à l’objectif commun du programme et en participant à la réalisation des priorités nationales.

  • À l’échelle locale, les activités seront exécutées sous forme de sous-projets sélectionnés par appel à proposition. Dans chacune des cinq régions administratives, les Agences d’appui aux initiatives de base (AGAIB) seront responsables de la mise en œuvre des actions communautaires qu’exécuteront les groupements et organisations paysannes, les ONG et les collectivités locales.

Stratégies opérationnelles du projet GMV au Togo

EN MATIÈRE DE GESTION DE L’ENVIRONNEMENT, DE LUTTE CONTRE LA DÉSERTIFICATION ET DE GDT

19Le Togo a élaboré plusieurs stratégies et politiques pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Ces orientations politiques sont déclinées en de grands programmes nationaux actuellement en cours dans le Document complet de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP-C), le Plan d’action national pour le secteur de l’eau et de l’assainissement (PANSEA), le Programme d’action national de lutte contre la désertification (PAN), le Programme d’action décentralisé de gestion de l’environnement (PNADE), le Programme national d’investissement pour l’environnement et les ressources naturelles, le Programme national d’investissement pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (PNIASA), etc. Les plus hautement prioritaires devant guider les actions des partenaires techniques et financiers (PTF) dans le programme GMV sont contenues dans le Programme national d’investissements pour l’environnement et les ressources naturelles (PNIERN) [Ministère de l’Environnement et des Ressources forestières (MERF), 2010].

POUR LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

20L’État togolais a élaboré de nombreuses stratégies et politiques [Première communication nationale (CNI), Deuxième communication nationale (DCN), Stratégie nationale de mise en œuvre de la convention sur les changements climatiques, Plan d’action national d’adaptation aux changements climatiques (Pana)]. Le Pana poursuit trois objectifs fondamentaux à savoir (MERF, 2009) :

  • la protection des vies humaines et leurs moyens de subsistance, ressources, infrastructures et environnement ;

  • l’identification et la mise en œuvre des besoins urgents et immédiats d’adaptation des communautés aux impacts adverses des changements et variabilités climatiques ;

  • l’intégration des mesures et objectifs d’adaptation aux politiques sectorielles et de planification nationale.

21En outre, le Pana a identifié sept options prioritaires d’adaptation aux changements climatiques. Il s’agit de :

  • l’adaptation des systèmes de production agricoles dans trois régions par la mise en place de techniques culturales intégrant le changement climatique et l’amélioration de l’information agro-météorologique ;

  • la mise en place d’un système d’alerte précoce pour informer en temps réel contre les inondations dans les régions Maritime et des Savanes ;

  • le renforcement du dispositif de protection du littoral contre l’érosion côtière dans la partie est du port autonome de Lomé ;

  • l’appui et l’accompagnement des communautés rurales des régions des Savanes et des Plateaux pour prévenir et lutter contre les maladies vectorielles ;

  • le développement de la petite irrigation en zones de bas-fonds pour les groupements de maraîchers existants des régions Centrale, Kara et Savanes, susceptible de freiner l’exode rural ;

  • l’initiation des activités génératrices de revenus (AGR) pour les communautés de maraîchers et de pêcheurs de la zone du littoral pour faire face aux effets néfastes des changements climatiques ;

  • l’appui au captage des ressources en eau de surface des régions des Savanes et de la Kara par les retenues d’eau collinaires à buts multiples.

POUR LA CONSERVATION ET L’UTILISATION DURABLES DE LA BIODIVERSITÉ

22Le Togo a élaboré sa stratégie de conservation nationale de la biodiversité en 2003 en vue d’améliorer les conditions et le cadre de vie des populations et garantir aux générations futures, des ressources naturelles suffisantes dans la perspective d’un développement durable. Cet objectif doit être atteint à travers :

  • le renforcement des capacités de tous les acteurs impliqués dans la gestion de la diversité biologique ;

  • la préservation participative des aires représentatives des différents écosystèmes pour garantir leur pérennité et conserver leurs éléments constitutifs ;

  • l’utilisation durable des ressources et le partage équitable des rôles, des responsabilités et des bénéfices découlant de la gestion de la diversité biologique.

POUR LE FEM-5 2010-2014 (MERF, 2011A)

23Les acteurs ont identifié des priorités nationales en matière de dégradation des terres, des changements climatiques et de biodiversité parmi lesquelles le programme GMV a été vivement recommandé (tabl. 1 et Annexe 1). Ce sont les actions prioritaires suivantes :

  • le renforcement des capacités des populations sur les pratiques culturales adaptées aux changements climatiques dans l’extrême nord du Togo ;

  • la mise en œuvre de technologies adaptées en matière d’utilisation de l’eau, de traitement et de conservation des sols, en tenant compte des connaissances endogènes ;

  • la gestion durable des écosystèmes de forêts naturelles du Nord-Togo pour améliorer leur rôle dans l’adaptation aux changements climatiques ;

  • la promotion des plantations familiales au nord du Togo (une famille, un hectare de plantation) ;

  • l’appui aux populations pour le reboisement communautaire à base de plantes à usages multiples au Nord-Togo ;

  • le renforcement des capacités des services techniques régionaux et des populations pour la lutte contre les feux de végétation ;

  • le renforcement du système d’alerte précoce sur les inondations dans la région des Savanes.

Tableau 1 Idées de projets soumises au FEM-5 pour la période 2010-2014.

Tableau 1 Idées de projets soumises au FEM-5 pour la période 2010-2014.

MERF : ministère de l’Environnement et des Ressources forestières ;
MAEP : ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche ;
MEHVA : ministère de l’Eau, de l’Hydraulique villageoise et d’Assainissement.

POUR LE COMPTE DU PROJET DE GESTION INTÉGRÉE DES CATASTROPHES ET DES TERRES (PGCIT)

24Quatre composantes sont retenues pour mettre en œuvre la stratégie IMGV du Togo (Banque mondiale, 2011).

Composante 1 : renforcement institutionnel et sensibilisation

25La capacité des organisations nationales, régionales, locales et communautaires clés engagées dans la GRC et la GDT sera renforcée à travers la fourniture d’équipements et de formations. En étroite collaboration avec le projet d’appui au secteur agricole (Pasa), le Projet ouest-africain de productivité agricole (WAAP), les activités de Réduction des risques de catastrophe (RRC), et les cours de formation sur la GDT seront élaborés. Les agents de vulgarisation seront formés afin de promouvoir et d’appliquer les techniques de GDT et les techniques résilientes aux changements climatiques. Les capacités des collectivités locales seront renforcées pour gérer plus efficacement les forêts et les zones pastorales. Le programme de formation est supposé profiter à 300 bénéficiaires issus de la société civile et 300 fonctionnaires des unités de vulgarisation forestière et agricole. Les variétés de cultures et des espèces animales identifiées pour leur forte résistance aux changements climatiques seront encouragées. Un centre de formation pour chaque région sera réhabilité pour accueillir cette formation.

26Le service de la protection civile limitée à Lomé et sans moyens sera déconcentré, équipé et doté de moyens humains. Les besoins en équipement pour rendre opérationnelle la caserne des sapeurs pompiers de Kara seront satisfaits afin de prendre en charge les urgences dans les régions Nord-Togo. En plus, 10 plates-formes locales de GRC seront rendues opérationnelles.

27Un système de coordination sera élaboré et mis en œuvre en vue d’assurer une coordination régulière des projets connexes, particulièrement dans les secteurs de l’environnement et de l’agriculture.

28Des campagnes générales de sensibilisation sur les risques d’inondation et de dégradation des terres seront réalisées pour éduquer la population sur les zones inondables, les plans d’évacuation en cas d’inondation, et la prévention de l’inondation et pour améliorer l’état de préparation lorsque ces événements se produisent. La campagne de sensibilisation sera menée à travers la production de documentaires et le financement d’émissions de sensibilisation diffusées à la télévision, la radio et la presse.

Composante 2 : activités communautaires pour l’adaptation aux changements climatiques et la gestion durable des terres

29Les techniques de GDT pour résister aux changements climatiques seront promues telles l’agriculture de conservation, la collecte des eaux de pluie, la lutte contre les feux de végétation, l’agroforesterie, les plantes de couverture, le pâturage par rotation, la collection de l’eau combinée à la planification plus large des bassins fluviaux et des paysages, la construction d’écosystèmes plus forts et plus résistants qui réduiront la vulnérabilité à la dégradation des terres, les inondations et la sécheresse. Une campagne de sensibilisation sera organisée dans 100 villages. Les organisations paysannes seront encouragées à lutter contre les feux de végétation, à promouvoir l’agroforesterie et la gestion des forêts.

30Les activités communautaires dans les bassins fluviaux et les zones inondables permettant de renforcer la résistance à l’inondation, de mieux gérer les risques de catastrophe et de dégradation des terres, seront exécutées (curage de cours d’eau pour rétablir le flux naturel des voies navigables et réduire le risque d’inondation dans les villages environnants, amélioration communautaire des canaux de drainage, stabilisation de barrages à travers le reboisement).

31Les activités communautaires sur les terres en culture et les pâturages seront pilotées et promues dans des zones ciblées afin d’accroître la résistance de l’agriculture aux changements climatiques et promouvoir la productivité de la terre, ainsi que l’efficience de l’utilisation de l’eau et les meilleures pratiques de GDT.

32Les interventions dans les domaines couverts par le Pasa seront réalisées par introduction des techniques telles que la conservation agricole, les barrières en pentes transversales, l’agroforesterie ou la régénération naturelle.

33Les communautés environnantes des aires protégées et de forêts ciblées recevront une assistance dans la préparation de plans de financement durable et le développement de petites activités génératrices de revenu afin de gérer durablement les forêts et les zones humides et de réduire la pression sur les ressources forestières et restaurer les services d’écosystèmes tels que les puits de carbone. La gestion participative sera promue et des plans de financement durable seront préparés dans 15 forêts communautaires. Un plan de gestion sera élaboré pour les zones humides dans les bassins fluviaux de l’Oti, Zio, Haho et Mono. La coordination avec les Comités villageois de développement (CVD) et les Associations villageoises de gestion des aires protégées (AVGAP) sera recherchée.

34La délimitation du périmètre de la forêt classée à Abdoulaye sera mise en œuvre dans la région Centrale.

Composante 3 : Systèmes d’alerte précoce (SAP), de suivi et de connaissances

35L’identification d’indicateurs locaux d’inondation (par exemple, les hippopotames qui quittent les rivières pour les secteurs en hauteur), la formation et la sensibilisation des communautés, un réseau de volontaires à la base, la communication et les alertes par téléphone mobile, l’identification des sites sécurisés d’accueil et des exercices de simulation sont des activités clés à mener. Le mécanisme de SAP mis en œuvre dans 100 communautés prioritaires depuis 2008, sera étendu à 200 autres communautés prioritaires.

36Des plans pour étendre et renforcer le SAP communautaire existant sont convenus entre le Service de météorologie, le Service de l’hydrologie et la Croix-Rouge. Les activités prévues sont : (a) soutien au Service de météorologie : l’acquisition de 50 jauges de pluviométrie, le rééquipement des stations météorologiques clés et la formation. Une étude sera également effectuée pour identifier les besoins des services météorologiques et hydrologiques dans les régions des Plateaux, Centrale, de la Kara et des Savanes ; (b) soutien au Service hydrologique : l’installation de deux cents jauges de niveau de rivière (échelles limnimétriques) et six enregistreurs de niveau de rivière (limnigraphes). Une embarcation gonflable pour le travail hydrologique et océanographique sera achetée ; (c) soutien à la Croix-Rouge : les balises, les cyclomoteurs, les bicyclettes et certains matériels de bureau seront achetés. Au total, 570 agents de terrain (volontaires communautaires de la Croix-Rouge) et 42 points focaux d’alerte précoce seront formés.

37Un SAP multirisque ciblant les paysans sera développé et des informations agro-météorologiques seront rendues plus accessibles. En outre, un système géographique national intégré basé sur le web avec des données sur la GDT, la GRC et les changements climatiques sera mis en place.

38Un système national de suivi du climat et de la terre, y compris des données géo-spatiales, sera élaboré pour suivre la couverture végétale et l’utilisation des terres (culture, pâturage/parcours, forêt, zone humide, aire protégée et autres catégories pertinentes) et pour fournir des estimations de séquestration de carbone dans les zones sélectionnées du projet.

39Le système de suivi environnemental sera basé sur le prototype régional de TerrAfrica qui a été élaboré au Mali pour permettre la compilation à différents niveaux : locaux, préfectoraux et régionaux. Le système de suivi environnemental portera aussi sur les feux de végétation.

40Une mise à jour partielle de la cartographie nationale sera financée et les évaluations des risques ciblés seront effectuées, y compris l’analyse du danger, des atouts et de la vulnérabilité qui prend en compte les vulnérabilités géographiques, structurelles, opérationnelles et socio-économiques. De même, pour soutenir l’adoption de la GDT au Togo, un guide des meilleures pratiques intégrant les impacts possibles des changements climatiques sera élaboré.

41La cartographie de la région de Lomé sera réalisée pour créer une base nécessaire au développement d’une approche globale aux questions d’inondation affectant la capitale et ses environs.

42Le projet financera une étude analytique de l’hydrologie, l’implantation des installations et le profil économique et social de la population de Baguida (banlieue de Lomé) qui a été inondé pendant plus six mois au cours de l’année 2010. Cette étude comprendra un aperçu des différentes options d’investissement possibles pour trouver une solution à l’inondation dans la zone.

43Les meilleures pratiques de GDT seront validées et diffusées au niveau national. Plusieurs guides seront ensuite diffusés dans le cadre de la campagne de sensibilisation.

Composante 4 : gestion du projet

44Les fonctions de gestion du projet y compris la gestion fiduciaire, le suivi-évaluation (S&E), la supervision technique, l’élaboration de rapports et les audits seront couvertes. Étant donné la nature pilote de certaines des interventions prévues, l’accent sera particulièrement mis sur le rôle important de S&E.

Actions en cours, capitalisables pour le programme GMV

PROGRAMME COMMUN DU MILLÉNAIRE

45Depuis 2008, ce programme conjoint des Agences des Nations unies au Togo et du gouvernement togolais, vise l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) dans 10 communes des régions des Savanes, Centrale, de Kara et Maritime qui sont les plus défavorisées du fait d’une plus grande incidence de la pauvreté. Ce programme s’inscrit au titre de la mise en œuvre du Plan cadre des Nations unies pour l’aide au développement (UNDAF 2008-2012). Une première phase pilote de deux à trois ans a démarré dans la région des Savanes et concerne les communes de Kountoiré et Naki-Est, lesquelles ont été choisies à partir de critères consensuels et objectifs sur la pauvreté et la vulnérabilité.

46Les activités en cours de réalisation sont :

  • l’agrosylvopastoralisme afin d’augmenter la production agricole, tout en améliorant l’environnement ;

  • les investissements ciblés tels que les plates-formes multifonctionnelles pour soulager les femmes des lourds travaux domestiques ;

  • les investissements en infrastructures (sanitaires, scolaires, assainissement, hydraulique villageoise, routes rurales, énergie) ;

  • la microfinance ;

  • la promotion de l’entreprenariat rural ;

  • le renforcement des capacités institutionnelles, de gouvernance locale et des acteurs de développement.

47Les résultats obtenus et qui pourront profiter au programme GMV dans cette partie du Togo sont :

  • la formation d’une équipe de 30 personnes des services techniques et ONG de la région en MARP ;

  • la conduite de diagnostic participatif ;

  • les infrastructures et équipements ;

  • l’acquisition de 857 tables-bancs au profit de l’ensemble des établissements scolaires ;

  • la réhabilitation totale de 26 forages non fonctionnels ;

  • la réhabilitation du centre médical de Naki-Est ;

  • les activités de sensibilisation contre le VIH/Sida ;

  • l’aménagement d’environ 150 ha de bas-fonds pour la riziculture et les cultures de contre-saison ;

  • l’aménagement de sites pour la pisciculture et l’élevage de petits ruminants ;

  • la mise en chantier de cantines scolaires dans les communes du Millénaire ;

  • l’électrification de villages grâce à des panneaux solaires…

PROGRAMMES DE DÉVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET LE PROJET « BOIS-ÉCOLE »

48Afin de réhabiliter l’environnement et réduire la vulnérabilité de la population rurale aux conséquences de dégradation des sols, le projet de la Banque mondiale « Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) », inscrits dans le cadre des Programmes de développement communautaire (PDC), a été lancé en 2010. Le but est d’offrir des emplois temporaires à environ 25 000 jeunes, notamment à travers le reboisement des espaces publics et communautaires. À la fin 2011, 305 sites de pépinières et 1 060 ha de sites de reboisement ont été prospectés, 1 212 pépiniéristes recrutés puis formés en technique de pépinière. Ces derniers ont été installés en leur propre compte. Ces travaux ont également permis de produire 928 328 plants de bois d’œuvre, 371 216 plants de bois d’énergie et 62 712 fruitiers, soit un total de 1 362 316 plants, toutes catégories confondues.

49Un autre projet semblable est mené par le Programme de renforcement de capacité pour la gestion de l’environnement (PRCGE) du MERF qui, avec le projet « Bois-École » a mis en place 100 ha de reboisement pour le compte de l’année 2011 dans 150 écoles du Togo.

PROJET DE GESTION DURABLE DE LA FILIÈRE BOIS-ÉNERGIE DANS LA RÉGION DES SAVANES AU NORD DU TOGO

50Au regard de la situation de dégradation alarmante des espaces communautaires de la région des Savanes au nord du Togo (fig. 4), les acteurs locaux ont décidé d’engager un processus d’affectation des terres aux fins d’une gestion rationnelle et durable des ressources naturelles. C’est dans ce contexte que l’ONG Rafia (Recherche, appui, formation aux initiatives d’auto-développement) a initié le « projet de gestion durable de la filière bois énergie dans la région des Savanes au Nord-Togo » dans le cadre de son Programme régional biomasse énergie (PRBE). Ce programme est soutenu par l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et vise à aider le Togo à assurer une part importante de sa demande en bois énergie en progression rapide, tout en préservant le couvert végétal, la biodiversité et assurer la gestion durable des écosystèmes de la région des Savanes. Vu l’importance que revêtent l’implication et la participation des communautés locales riveraines au maintien et à la mise en valeur des sites, les actions se focaliseront surtout sur l’aménagement, la mise en défens, la protection, l’enrichissement des zones critiques et s’étendront progressivement sur l’ensemble des périmètres retenus.

51Le processus entamé en janvier 2008 a conduit à la réalisation de quelques études thématiques dans la zone du projet (végétation et flore ligneuse, socioéconomique et culturelle, cartographie) pour mieux appréhender la problématique d’aménagement, d’exploitation et de gestion des sites potentiels. Ces travaux ont permis, d’une part d’examiner l’état des ressources naturelles et les relations entre les populations et leur environnement, d’autre part d’explorer les mécanismes de gestion durable et participative. Les études ont concerné dès le départ quatre communautés villageoises localisées dans les préfectures de Kpendjal (Djéyiga, Natchambonga) et de l’Oti (Galangashie, Kadjitiérie). Mais compte tenu de l’état d’avancement des préalables requis (acceptation et implication des populations au projet, connaissance des milieux à retenir pour le projet), les travaux se sont focalisés sur les sites de Djéyiga et Natchambonga (très favorables et relativement mieux organisés), pour expérimenter l’approche de gestion communautaire des ressources naturelles des terroirs villageois qui donne le droit aux populations locales de décider du type d’affectation des sols à divers usages dans un contexte de développement durable.

52En dehors de ce projet, des actions telles que le renforcement des capacités endogènes des acteurs en matière de sauvegarde et de protection de l’environnement sont menées dans la région septentrionale. Ces actions sont réalisées à travers la capitalisation et la diffusion de paquets technologiques sur la gestion durable des ressources naturelles, la formation des agents endogènes et leur mise en réseau. Au total, six paquets technologiques ont été recensés, décrits et illustrés notamment sur la lutte antiérosive, le compostage, la gestion intégrée de la fertilité des sols, la construction des foyers améliorés, le reboisement et la lutte contre les feux de végétation. Parmi ces fiches techniques, trois sont déjà traduites en langue locale. Ces paquets décrits et traduits sont faciles à comprendre et favorisent par conséquent une large diffusion des options technologiques développées par Rafia en matière de gestion des ressources naturelles pour une production agricole durable.

53En outre, d’autres associations mènent dans la région septentrionale des activités similaires. C’est le cas de l’Association Songou-Man qui organise les villageois dans la mise en place des plantations communautaires gérées par celle-ci. Songou-Man a réalisé 13 plantations communautaires sur 35 ha, essentiellement à objectif « production de bois de service » (fig. 5).

Figure 4. Exemple de paysage agraire dans la région des Savanes.

Figure 5. Plantation communautaire de Tantouatre à Dapaong.

PROGRAMME DES AIRES PROTÉGÉES

54Le Togo fait partie du projet « Évolution des systèmes d’Aires protégées (AP) vis-à-vis du changement climatique en Afrique de l’Ouest-Parcc-Afrique de l’Ouest ». Il s’agit principalement d’un projet de développement d’outils scientifiques à l’échelle régionale afin d’appuyer l’amélioration de la gestion des systèmes d’aires protégées en réponse aux impacts du changement climatique. C’est un projet FEM dont le PNUE World conservation monitoring centre (UNEP-WCMC) est l’agence d’exécution (Unité de gestion du projet, PMU), et l’UICN Papaco est son principal partenaire régional (Unité de gestion régionale, RMU). Le projet court jusqu’en 2015 et couvre cinq pays pilotes en Afrique : Tchad, Gambie, Mali, Sierra Leone et Togo. Trois autres pays participent aux activités préparatoires concernant la conservation transfrontière (Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Ghana).

55Au Togo, ce projet est centré sur les aires protégées engagées dans un processus de requalification dont Abdoulaye, Alédjo, Amou Mono, Assoukoko, Bayémé, Djamdè, Doung, Fazao-Malfakassa, Galangachie, Sirka, Togodo. En effet, ces aires protégées sont considérées comme les outils les plus efficaces pour la conservation de la biodiversité, des écosystèmes qu’elles renferment ainsi que les services associés. Déjà limitées dans leurs capacités de satisfaction des services environnementaux, ces aires protégées doivent aujourd’hui faire face à de nombreuses pressions, dont celle du changement climatique considérée comme l’une des plus importantes menaces qui pèse sur la biodiversité. Le but du projet est l’amélioration de la protection et la gestion durable des écosystèmes représentatifs des aires protégées en Afrique de l’Ouest par le renforcement de l’évaluation du changement climatique et de l’adaptation à ses impacts. L’objectif du projet est d’améliorer la gestion régionale (transfrontalière) et nationale des AP par le renforcement des capacités scientifiques et techniques sur les questions suivantes : a) évaluation des risques liés au changement climatique, b) développement de la planification et de directives pour l’adaptation, etc) rationalisation de l’adaptation axée sur les risques en matière de gestion des AP. Le projet comporte quatre composantes (UICN-PAPACO, 2011).

Évaluation de la vulnérabilité et stratégies de réduction des risques pour les systèmes d’aires protégées existants

56Cette composante tente d’évaluer de manière exhaustive l’étendue selon laquelle les aires protégées en Afrique de l’Ouest ont été touchées ou pourraient être touchées par les changements climatiques. Cela se fera à travers :

  • l’évaluation de la vulnérabilité des aires protégées et le développement de stratégies d’adaptation pour celles qui sont le plus à risque ;

  • l’évaluation de futurs scénarios de changement climatique grâce à des outils et des directives appropriés ;

  • le développement de réponses de gestion adaptées pour les aires protégées qui sont le plus à risque ;

  • la mise en place de stratégies de gestion d’adaptation et l’élaboration d’outils de suivi des résultats.

Analyse des lacunes/études et planification spatiale

57Cette composante met l’accent sur les études relatives aux changements climatiques, les évaluations et l’élaboration de cartes, qui sont nécessaires pour informer les décideurs et formuler des recommandations sur des interventions pratiques pour les situations spécifiques. Les cartes comprendront l’emplacement idéal de nouvelles aires protégées (au niveau national ou transfrontalier). Elles seront créées sur la base des évaluations au niveau national du statut des espèces globalement menacées, de l’étude des écosystèmes et de leurs services, de leur localisation et du flux de leurs bénéfices (tels que l’eau douce et le stockage de carbone), et enfin de l’évaluation des effets des changements climatiques sur les activités communautaires. Au niveau régional, la diffusion de ces informations auprès des réseaux existants en Afrique de l’Ouest sera un objectif clé.

Soutien politique et mise en œuvre, projets pilotes et formations

58Cette composante se focalise sur le renforcement des capacités et la sensibilisation de tous les acteurs afin que ces derniers bénéficient des outils, approches et recommandations formulées dans les deux premières composantes. Cela nécessite des formations à différents niveaux opérationnels et, le cas échéant, inclut l’élaboration de mesures politiques et autres mesures pour l’application de ces recommandations. Cette composante inclut également l’élaboration de programmes de gestion pour un projet pilote de corridor. Ceci implique d’autres modes de gouvernance tels que les communes, les autorités traditionnelles, et les communautés locales.

Gestion des connaissances, communication, suivi et évaluation

59Cette composante inclut le développement d’une stratégie de communication axée sur le renforcement des capacités. Le point central de toutes les connaissances, informations et données produites au cours du projet est posté sur le site web du projet et le portail de données. Ce portail centralise la gestion des données et l’analyse des activités. Il inclut également un outil de cartographie permettant aux utilisateurs de produire facilement une grande diversité d’analyses basées sur les informations recueillies. Il est également prévu le développement d’un système de suivi à long terme des aires protégées et des bénéfices qu’elles fournissent. Ce système pourra être utilisé dans toute la région, y compris les données de référence, les objectifs et les indicateurs de succès, afin de contribuer à une gestion durable des aires protégées résilientes aux effets du climat et autres facteurs de changement.

60Un autre projet FEM en cours dans le parc Oti-Kéran-Mandouri (OKM) est le « projet de renforcement du rôle de conservation du système national des aires protégées ». Ce projet est né à la suite de la conversion des écosystèmes du complexe OKM (179 000 ha) et de la surexploitation des ressources naturelles après les troubles socio-politiques des années 1990 qui ont entraîné la création des villages et l’extension de l’agriculture dans les AP, la fragmentation des habitats par les couloirs de bétail et les champs, les feux de végétation, la dégradation des sols, la destruction de la couverture végétale, le surpâturage dans les AP, le braconnage de la faune sauvage et la surexploitation des produits forestiers ligneux et non ligneux. L’objectif du projet est de renforcer la gestion du système des aires protégées du Togo afin d’améliorer la contribution à la conservation de la biodiversité. Les deux principaux résultats attendus sont l’amélioration du cadre politique, juridique et institutionnel des aires protégées et la gestion efficace des aires protégées du complexe OKM (fig. 6). Le projet vient en appui à la finalisation du processus de requalification en cours dans ce complexe d’AP (i) en formant le personnel en charge de la gestion, y compris les Associations villageoises de gestion des aires protégées/Unions des associations villageoises de gestion des aires protégées (AVGAP/UAVGAP), les communautés locales, les services techniques déconcentrés, (ii) en planifiant la gestion du système des AP (développement des contrats de partenariat incluant des contrats de cogestion des AP avec les communautés locales, secteur privé), (iii) en promouvant le marketing des AP. Un autre aspect intéressant de ce projet, c’est qu’il donne la possibilité de créer des microprojets pouvant bénéficier de l’appui du PNADE. Le PNADE est financé par le 10e FED de l’Union européenne et mis œuvre par l’Agence nationale de gestion environnementale (ANGE).

Figure 6 AP du Togo et complexe OKM au nord du Togo.

61En outre, ce projet jette les bases de la restauration des principaux corridors qui relient le complexe OKM au W-Arly Pendjari (WAP) et favorisera l’interconnexion écologique. En effet, la démarche entreprise pour la prise en compte du Togo dans le projet régional WAP a été acceptée lors du premier Conseil des ministres et du lancement officiel du PAPE, le 10 février 2011 à Ouagadougou, pour le développement d’une vision stratégique de politique régionale concertée. Cette intégration permettra :

  • la mise à niveau du complexe OKM par rapport au WAP ;

  • la coopération au niveau régional pour la gestion durable du complexe OKM ;

  • le maintien du cycle biologique des espèces migratrices ;

  • l’accroissement de la valorisation touristique ;

  • la mise en œuvre conjointe des mesures d’amélioration de la connectivité entre les complexes ;

  • la définition consensuelle du principal corridor de migration de la faune entre les complexes OKM et WAP.

Conclusion

62Cette synthèse permet de montrer que sous l’effet de la pauvreté des populations locales, de la dégradation des terres, des risques et catastrophes ainsi que des changements climatiques et des scénarios de prévisions futures avec une alternance de périodes sèches et de périodes très pluvieuses, le programme GMV apparaît comme une opportunité d’adaptation pour le Togo, en particulier dans la partie septentrionale plus vulnérable. Le présent travail de synthèse sur les avancées de l’IMGV au Togo montre qu’aucune action n’est encore concrètement entreprise sur le terrain. Cependant, plusieurs partenaires financiers et techniques y adhèrent et comptent apporter leur soutien. L’État togolais s’y prépare à travers la mise en place de stratégies GMV, notamment par la prise en compte de l’IMGV dans des plans, programmes et projets en matière de gestion de l’environnement, de lutte contre la désertification et de GDT, de lutte contre les changements climatiques, de conservation et d’utilisation durables de la biodiversité, du FEM-5, de la Facilité mondiale pour la réduction de risque de catastrophe et de la relance. Néanmoins des actions à petites échelles sont actuellement en cours dans certaines localités et vont contribuer au succès de l’IGMV au Togo.

Bibliographie

Références

Agbossou A. 2009 - Etablissement des scénarios climatiques pour les études de vulnérabilités et d’adaptation au Togo. PNUD : 32 p.

Banque Mondiale 2011 - Projet de Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (GICT). Document d’Evaluation de Projet : 105 p.

Gagnol L. 2011 - La mobilité : stratégie adaptative ou symptôme d’inadaptation des sociétés sahéliennes ? Une mise en perspective historique des politiques de lutte contre la désertification. Communication au Séminaire « Politiques, programmes et projets de lutte contre la désertification, quelles évaluations ? », CSFD, 29-30 juin 2011, Montpellier.

GTZ 2007 - Adaptations aux changements climatiques et lutte contre la désertification. OSS/GTZ, Note introductive n° 1, Tunis, 2e édition : 28 pp. ISBN : 978-9973-856-24-11

IPCC 2001 -Climate Change 2001: Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the third Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. IPCC/WMO/UNEP.

Kandji S. T., Verchot, L., Mackensen, J. 2006 - Climate Change and Variability in the Sahel Région : Impacts and Adaptation Strategies in the Agricultural Sector. Word Agroforestry Centre. Programme des Nations Unies pour l’environnement.

Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) 2009 - Plan d’Action National d’Adaptation aux Changements Climatiques – PANA, Togo : 113 p.

Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) 2010 - Programme National d’Investissements pour l’Environnement et les Ressources Naturelles au Togo (PNIERN), Togo : 133 p.

Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) 2011a - Priorités nationales pour la mise en œuvre du FEM-5 2010-2014. MERF, Togo : 16 p.

CEN-SAD 2008 - Initiative Grande Muraille Verte du Sahara et du Sahel. Note Introductive n° 3-OSS Tunis : 46 p.

Sokona Y. 2007 - Lutte contre la désertification en Afrique sub-saharienne. agriculture & développement rural n° 1, pp : 16-18.

UICN-PAPACO 2011 - Le projet Evolution des systèmes d’AP vis-à-vis du changement climatique en Afrique de l’Ouest – « PARCC- Afrique de l’Ouest ». Programme Aires protégées d’Afrique du Centre et de l’Ouest, n° 46, pp : 1-8.

Wigley T.M.L., Jones P.D., Briffa K.R., Smith G. 1990 - Obtaining sub-grid-scale information from coarse-resolution general circulation model output. Journal of Geophysical Research 95: 1943-1954.

Annexes

Annexe

Quelques actions identifiées par les acteurs sur le terrain dans la mise en place de la Muraille Verte togolaise pour une lutte efficace contre les effets des changements climatiques

Quelques actions identifiées par les acteurs sur le terrain dans la mise en place de la Muraille Verte togolaise pour une lutte efficace contre les effets des changements climatiques

Table des illustrations

Légende Figure 1 Découpages administratif (A) et agro-climatique (B) du Togo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 2. Température et isohyètes aux horizons 2025 et 2050 (Agbossou, 2009).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 3. Pays concernés par l’Initiative de la Grande Muraille Verte (IGMV).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 1 Idées de projets soumises au FEM-5 pour la période 2010-2014.
Légende MERF : ministère de l’Environnement et des Ressources forestières ;MAEP : ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche ;MEHVA : ministère de l’Eau, de l’Hydraulique villageoise et d’Assainissement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Figure 4. Exemple de paysage agraire dans la région des Savanes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 5. Plantation communautaire de Tantouatre à Dapaong.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 6 AP du Togo et complexe OKM au nord du Togo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Quelques actions identifiées par les acteurs sur le terrain dans la mise en place de la Muraille Verte togolaise pour une lutte efficace contre les effets des changements climatiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3299/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 317k

Auteurs

Écologie forestière et gestion des ressources naturelles Laboratoire de Botanique et Écologie Végétale, Faculté des Sciences, Université de Lomé, Togo, BP 1515, Tél :(228) 22 25 50 94, Fax :(+228) 22 21 85 95 Auteur correspondant : email : kokoukouami@hotmail.com, Tél. : (228) 90 02 04 11

Écologie forestière Laboratoire de Botanique et Écologie Végétale, Faculté des Sciences, Université de Lomé, Togo, BP 1515, Tél. :(228) 22 25 50 94, Fax :(+228) 22 21 85 95

Anatomie végétale et technologie du bois Laboratoire de Botanique et Écologie Végétale, Faculté des Sciences, Université de Lomé, Togo, BP 1515, Tél. :(228) 22 25 50 94, Fax :(+228) 22 21 85 95

Horticulture ornementale et écologie urbaine Laboratoire de Botanique et Écologie Végétale, Faculté des Sciences, Université de Lomé, Togo, BP 1515, Tél. :(228) 22 25 50 94, Fax :(+228) 22 21 85 95

Agronomie-foresterie Direction de la Planification, Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, 01 BP : 4825, Lomé (Togo), Tél. :(228) 22 21 28 97, Fax :(228) 22 21 03 33

Développement rural, aménagement-environnement ONG RAFIA (Recherche, Appui, Formation aux Initiatives d’Auto-Développement), BP : 43 Dapaong (Togo), Tél. :(228) 27 70 84 56/ 90 02 04 68, Fax :(228) 27 70 82 37

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable