Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie I. Contexte socio-économique et anthropologique

Connaissance des pratiques traditionnelles de gestion de l’environnement : préalable et base sociologique de l’efficacité des stratégies actuelles de sa conservation

Ram Christophe Sawadogo

Texte intégral

1Résumé
Contrairement à une certaine opinion répandue, les sociétés africaines ont une conscience claire de la fragilité de l’environnement. Leurs rapports à cet environnement sont fondés sur les références cosmogoniques des êtres et des éléments qui le constituent. Elles en assurent la protection et la sauvegarde par des pratiques séculaires.
Les stratégies officielles de conservation, de protection et de sauvegarde de l’environnement adoptent généralement des attitudes d’ignorance et/ou de distanciation vis-à-vis de ce patrimoine endogène.
Le Projet Majeur Africain de Grande Muraille Verte s’inscrit dans les perspectives d’un développement viable et durable de la région concernée. Ses stratégies de mise en œuvre doivent alors envisager et réussir une synergie d’action collaborative entre les deux catégories d’acteurs et de systèmes.

2La présente contribution tire l’essentiel de sa substance de la référence suivante : « Aspects sociologiques de l’éducation à l’environnement : connaissance et gestion traditionnelles de l’environnement par les peuples du Burkina Faso ».

Introduction

3C’est depuis 1987 que suite à un sommet des chefs d’État des pays membres du Sahel, a été lancé le Programme sahélien d’éducation (PSE). Son but était de préparer les générations montantes des populations du Sahel à mieux assumer les relations de l’homme avec son environnement, dans le sens d’une meilleure protection, conservation et amélioration de celui-ci. Cet objectif devait leur permettre d’atteindre, à travers la formation, un « savoir, un savoir-faire et un savoir-être » qui leur permettent de tirer le meilleur parti de leur environnement (PSE, 1987, page 4).

4De nos jours sont nombreuses les initiatives de mobilisation de ressources et d’acteurs pour la lutte contre la dégradation de l’environnement, la désertification, les effets des changements climatiques. Ainsi, à titre illustratif, beaucoup de gouvernements de l’Afrique subsaharienne, accompagnés et soutenus par les décisions et recommandations des conférences internationales (Stockholm en 1972, Rio en 1992, Copenhague en 2009, Durban en 2011), disposent d’institutions de haut niveau, en charge de cette préoccupation : le ministère de l’Environnement et du Développement durable du Burkina Faso vient de tenir, les 27 et 28 octobre 2011, un colloque international au titre évocateur et significatif : « Pour un développement créatif et durable : déchets et énergies, énergies renouvelables et collectivités locales ».

5Comme l’évoque le dernier élément du titre de ce colloque, certaines de ces initiatives se soucient de la participation des populations.

6Toutefois, se préoccupe-t-on toujours de connaître l’héritage de pratiques de conservation, de préservation sinon de promotion de l’environnement par les populations ? Leurs pratiques et leurs stratégies en la matière ?

7Bien qu’un nombre important d’études et de recherches aient déjà été réalisées sur ce sujet, la prise en compte de ces savoirs endogènes est encore insuffisante.

8Le projet de la « grande muraille verte » postule, à juste titre, l’existence d’un « important potentiel de développement » à travers un « important savoir traditionnel, endogène qui a permis aux populations endogènes de lutter et de développer à travers des décennies une forme de résilience face aux perturbations environnementales » (document du projet d’ouvrage GMV, 2011 : 1). La présente contribution se propose d’en apporter une illustration à travers des expériences de pratiques et des comportements qui témoignent de cette reconnaissance, par les populations rurales, de la fragilité de leur écosystème, de la nécessité d’en préserver la conservation et d’en promouvoir la valorisation.

9Les expériences sont celles des populations du Burkina Faso, repérées et consignées lors de plusieurs recherches des années 1980, 1990 et 2000. Toutefois, les expériences similaires pratiquées par les populations d’autres pays sont évoquées chaque fois que de besoin.

10Cette contribution présente d’abord deux éléments consubstantiels au rapport des populations africaines à l’environnement : une certaine conception de ses composantes et les perceptions et représentations qu’elles s’en font, tous constituant les fondements de leurs comportements vis-à-vis de l’environnement. Sont ensuite abordées les pratiques de sa gestion rationnelle et les formes de lutte contre la désertification et contre les effets des changements climatiques.

11Sont enfin esquissées les formes de collaboration et d’harmonisation souhaitables entre pratiques traditionnelles et stratégies actuelles de lutte contre la désertification et contre les effets des changements climatiques.

Appréhension de l’environnement par les populations africaines : présence du monde invisible indissociable

12Pendant longtemps, la littérature disponible relative à l’environnement a été largement dominée par les études, les recherches et les analyses de botanistes, de forestiers, de géographes. Il en est ainsi depuis les auteurs les plus anciens (R. P Sébixe qui dès 1889, fit ses premières observations sur le Sénégal ; Aubreville, Inspecteur général des Eaux et Forêts des colonies et son ouvrage Climats, forêts et désertification de l’Afrique tropicale de 1949 ; le Professeur Auguste Chevalier et ses nombreuses communications à l’Académie des sciences en France, dans les années 1950, etc.).

13L’on constate ainsi que les définitions proposées sur l’environnement ont ce trait commun qu’elles appréhendent presqu’uniquement le monde visible dans ses différentes composantes physiques, chimiques, biologiques. Même lorsqu’elles font une place aux facteurs humains et sociaux, ces derniers se réfèrent surtout aux actes concrets que les hommes posent avec ou sur leur environnement. Ceci est illustré dans les deux définitions suivantes :

  • pour le Conseil international de la langue française, « l’environnement est l’ensemble, à un moment donné, des agents physiques, chimiques, biologiques et des facteurs sociaux susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect immédiat ou à terme, sur les êtres vivants et les activités humaines » ;
  • pour Aubreville, « la protection de la nature dans son ensemble, c’est la protection du milieu dans lequel vit l’humanité africaine, c’est-à-dire les sols qu’elle cultive, les eaux sont indispensables à la vie, celles qui viennent du ciel sous forme de pluies, celle du sol et des rivières et enfin… La couverture végétale spontanée qui est la protection principale des sols et des eaux ».

14Or, sous l’angle sociologique ou anthropologique (au sens large de ce dernier terme), aucun auteur sérieux ne définit une société, un groupe humain ayant à la fois son histoire et son organisation spatiale donnée, en l’amputant de son monde invisible, c’est-à-dire le monde des ancêtres des hommes et celui des esprits et divinités qu’ils ont adorés et vénèrent toujours : la place de cette partie de l’humanité me semble importante pour l’appréhension complète de l’environnement, pour au moins deux raisons :

  • les divinités et les ancêtres constituent le registre de référence des valeurs de comportement d’individus et des groupes sociaux, dans beaucoup d’aspects de leur vie quotidienne et parmi ces aspects, figurent les éléments physiques de l’environnement ;
  • les divinités, tout comme les esprits des ancêtres, possèdent, dans l’imaginaire des individus et des groupes sociaux, des habitacles physiques précis, identifiés et localisés, objets d’une rétention d’accès ou d’actes pouvant être considérés comme des agressions punissables. De cette rétention de certains comportements des hommes et des groupes sociaux tient le caractère sacré qui entoure ces habitacles et qui impose respect.

15Ainsi ont été conservés, contre souvent le désir de tel groupe social ou de telle autorité administrative, des bois sacrés, des arbres sacrés, des espèces sacrées, etc., ou ont été bloquées des actions publiques, par exemple de lotissements ou d’ouverture de voies (à Ouagadougou : mosquée de la place de la gare conservée, dans la région de Yako : le panthéon de Pilimpiku et la déviation de routes de la région, ou encore ailleurs : les sites sacrés et les renoncements à telle ou telle réalisation : forage, construction, etc.). À l’inverse, des révélations de consultations des forces invisibles ont pu conduire à des destructions d’éléments de la nature, ou à des expulsions de l’espace d’habitation et de circulation des hommes (exemple des sorciers et sorcières), etc.

16Parce que ce monde des forces invisibles induit donc le comportement des hommes et des groupes sociaux vis-à-vis de certains éléments de l’environnement, de façon permanente ou ponctuelle, il me semble utile de les inclure dans l’appréhension du fait environnemental.

17L’esprit cartésien s’indignera certainement de cette proposition. Cependant, la sociologie religieuse et celle politique montrent à souhait comment la dimension de l’invisible est omniprésente dans la vie des hommes, qu’ils soient d’hier ou d’aujourd’hui, qu’ils relèvent de sociétés arbitrairement et idéologiquement séparées en « traditionnelles » et « modernes » : la voyance est bien présente aujourd’hui en Europe et en Afrique, les projets de développement échoués comme signalés ci-dessus, parce que s’étant heurtés à ce domaine, sont bien connus.

18La reconnaissance de la place des forces du monde invisible permettra, au contraire, une bien meilleure stratégie d’approche du problème de l’environnement, chaque fois que cela sera nécessaire. Elle préviendra les réticences de tous genres et facilitera davantage la réalisation d’actions jugées utiles à la sauvegarde et à l’amélioration de la partie physique de l’environnement.

19Au demeurant, cette dimension de la partie invisible de l’environnement n’est pas absente des perceptions et des représentations que s’en font les individus et les groupes sociaux. Ces perceptions et ces représentations informent à leur tour des rapports des hommes et des groupes sociaux avec leur environnement.

Perceptions et représentations de l’environnement : fondements des facteurs anthropiques

20Il est bien connu que les facteurs de modification de l’environnement se classent en deux grands groupes : les uns, abiotiques, liés au milieu physique et les autres biotiques, liés à celui des êtres vivants, dont l’homme.

21Les facteurs liés à l’homme et à ses actions, individuelles ou collectives, dénommés anthropiques, sont ceux qui nous intéressent ici.

22Avant d’en examiner les formes, certainement variées, il nous semble important d’en rechercher d’abord les fondements.

L’environnement : objet de rapports spécifiques selon les types de sociétés

23Les perceptions et les représentations, ici, sont les formes conscientes dans lesquelles les éléments de l’environnement apparaissent aux hommes et les idées, images, figures, signes ou symboles que ceux-ci s’en font.

24Les facteurs anthropiques ci-dessous évoqués sont en fait les différentes formes de rapports, que les hommes initient avec leur environnement, en tant que cadre de leur vie, formes d’expression des différents besoins des hommes, dont ceux-ci recherchent la satisfaction auprès de leur cadre de vie.

25On peut regrouper ces différents besoins autour des principaux axes ci-après :

  • l’habitat ;
  • la production des biens de l’existence biologique ;
  • l’organisation sociale ;
  • la vie spirituelle.

26Par rapport à chacun de ces axes, les sociétés humaines ont établi des rapports différents avec l’environnement qui ont été à la base de la classification des types de sociétés par rapport à tel ou tel repère.

PAR RAPPORT À L’HABITAT

  • Les sociétés à habitat dispersé : sans qu’il y ait un seuil de distance établi à cet effet, ce genre d’habitat laisse assez d’espace entre les unités d’habitation, ce qui permet par exemple à chaque unité de déployer ses activités de production autour de son habitation, donc d’être pratiquement le seul gérant de l’environnement autour de cette habitation et donc de répondre seul de l’état de son évolution.
  • Les sociétés à habitat concentré ont la pratique inverse.
  • Des sociétés se situent entre ces deux grands types et reçoivent les appellations de sociétés à habitat semi-dispersé, semi-concentrique, etc.

27Dans le cas du Burkina Faso, les exemples peuvent être cités pour les localités de Tanghin-Dassouri, Houndé, Tougan, Djibo, Garango : habitées majoritairement (du moins traditionnellement), par, respectivement les Moose, les Bwaba, les Samos, les Fulbé et les Bisa, les habitats étaient classés comme dispersés pour les Moose, les Fulbe et les Bisa, mais concentrés pour les Bwaba et les Sana.

28Cependant, ces types ont, de nos jours, subi beaucoup d’altérations dans l’un comme dans l’autre cas, en raison de l’évolution de divers facteurs conditionnant la vie ou l’activité de production des groupes sociaux concernés : par exemple, les Moose dans les plaines aménagées où l’autorité a décidé que les zones d’habitat seraient regroupées d’un côté, les zones de culture de l’autre. Il en est de même chez des Fulbe et des Bwaba qui se retrouveraient dans les mêmes zones ou dans les villes : là aussi, la mise à disposition du cadre de vie ne relève plus des anciens canons de décision.

PAR RAPPORT AUX ACTIVITÉS DE PRODUCTION ET À L’ORGANISATION SOCIALE

29Les sociétés humaines sont classées en types selon l’activité dominante ou selon le moyen de travail le plus utilisé, ou encore selon le type d’organisation sociale qui préside aux conditions de la production des biens matériels de l’existence biologique.

30Ainsi dans le contexte du Burkina Faso, on peut distinguer :

  • les sociétés agraires opposées aux sociétés pastorales ;
  • les sociétés à pouvoir politique centralisé opposées aux sociétés acéphales ou segmentaires (aujourd’hui qualifiées d’intermédiaires : P. C. Hien et M. Gomgnibou, 2009).

31Les groupes sociaux majoritaires de nos cinq zones expérimentales appartiennent aux types :

  • agraire et à pouvoir politique centralisé (Moose et Bisa) ;
  • agraire et intermédiaire (Bwaba, Sana) ;
  • pastorale et à pouvoir politique centralisé (Fulbe).

32Comme on le constate, chaque société humaine donnée relève de plusieurs types de classification selon le critère utilisé, ce qui en fait varier leurs regroupements.

33Pour notre présent propos, rapprochons les différentes typologies pour chacune des sociétés prises en exemple, de manière à voir le type de rapport à l’environnement qui y prédomine.

Tableau de synthèse des classifications.

Tableau de synthèse des classifications.

34Selon cette synthèse, les types d’habitat et d’organisation sociale semblent se correspondre, donc induire les mêmes types de rapports à l’espace.

35Cependant, l’observation quotidienne des hommes laisse penser que c’est dans le cadre de leurs activités de production des biens matériels qu’ils ont les rapports les plus fréquents avec leur environnement. Dans le cas du Burkina Faso, les zones de dégradation écologique plus prononcée se retrouvent dans l’aire d’habitat traditionnel des Fulbé, puis des Moose, bien qu’ils diffèrent par leur type de production. Au contraire, l’aire d’habitat traditionnel des Bwaba et des Samos est moins dégradée bien qu’ils partagent le même type d’activités de subsistance. Cela nous conduit à penser que ces mises en rapport doivent être encore mieux précisées soit en introduisant d’autres types de classement dans l’habitat (par exemple, taux d’occupation humaine dans l’espace dans une aire donnée) ou dans la production (par exemple, type d’outil de travail), soit en recherchant l’incidence relative des facteurs abiotiques (nature des sols, évolution des cycles pluviométriques), etc.

36Dans tous les cas, pour les facteurs anthropologiques, leurs expressions, c’est-à-dire les formes qu’ils prennent, sont fonction des prestations et des représentations que les hommes se font de leur environnement.

Les perceptions et les représentations : fondement des rapports avec l’environnement

37Les perceptions et représentations du cadre de vie des hommes s’énoncent, dans nos sociétés, d’abord en vision du monde et ensuite en symboles.

LA VISION BIPOLAIRE DU MONDE

38La vision du monde est bipolaire :

  • le monde visible, avec ses éléments abiotiques et biotiques, y compris l’homme lui-même ;
  • le monde invisible, constitué des mânes des ancêtres, des esprits et des divinités : les uns bienveillants envers l’homme, les autres malveillants, mais tous susceptibles de modifier leurs attitudes envers lui selon ses comportements à leur égard. Ainsi, un sacrifice peut réparer une offense et éviter les sévices qui auraient pu survenir. Dans le domaine de l’environnement, les peuples de la province de la Kossi, par exemple, connaissent l’interdiction des relations sexuelles en brousse. Dans le cas où elles surviennent néanmoins, la réparation se fait par un attouchement des organes coupables au feu ou par un sacrifice à base d’une somme ou d’animaux domestiques. De même, un autre sacrifice peut gratifier l’officient de bienveillances diverses qui rendent plus facile la réalisation d’un vœu, ou décuplent l’effet bénéfique d’une action : ainsi procède-t-on pour assurer la fécondité d’une femme, obtenir les bonnes récoltes d’une saison agricole, la bonne marche d’un commerce, etc.

39Ce qui importe, ici, est la croyance que les éléments du monde invisible ont des pouvoirs très étendus sur les humains et sur l’efficacité de leurs activités et avec lesquels ceux-ci doivent se concilier grâce aux sacrifices : les éléments de ce monde invisible ont des espaces d’évolution ou des habitacles précis (bosquets et bois sacrés, clairières hantées, arbres sacrés, etc.), sur lesquels l’homme doit s’abstenir de certaines formes d’action : ainsi sont nés les interdits et les tabous, ayant pour contenu les prescriptions de faire ou de ne pas faire, c’est-à-dire réglementant les comportements et les attitudes des hommes envers des éléments de l’environnement.

40C’est en tant que facteur modulant ces comportements des hommes que ce monde invisible mérite sa mention dans l’appréhension de l’environnement et dans les stratégies d’actions sur l’environnement.

LES PERCEPTIONS INDIVIDUALISÉES DES ÉLÉMENTS ET LEURS SYMBOLES : TÉMOINS DE LA CONNAISSANCE ET FONDEMENTS DES RAPPORTS AVEC L’ENVIRONNEMENT

41Les perceptions s’expriment sur deux plans : la dénomination et les symboles qu’elle véhicule.

La dénomination

42La dénomination des éléments de l’environnement est la première forme de conscience de leur existence : le fait de nommer indique que le sujet qui nomme a une idée de ce qui est nommé.

43C’est ici le premier niveau par lequel l’homme des sociétés traditionnelles relève le défi de l’un des préjugés que lui attribuent le plus souvent les intellectuels du savoir cartésien, à savoir qu’il est très souvent taxé d’ignorant.

44Le deuxième niveau de sa connaissance des éléments constitutifs de son environnement se révèle à travers la symbolique des dénominations attribuées.

La symbolique des dénominations des éléments

45Elle est faite selon deux références :

  • ou bien en rapport avec d’autres éléments de l’environnement, pour traduire une qualité différente, ou opposée, un rapport d’interaction, d’interférence : nous en verrons des exemples dans le domaine des sols notamment plus pauvres, plus riches ;
  • ou bien en rapport avec le monde invisible, au regard de l’esprit ou de la divinité dont l’élément est censé être l’habitacle et donc au regard des prescriptions positives ou négatives imparties aux hommes en raison de l’identité de l’esprit. Des exemples en seront également donnés dans plusieurs domaines.

46Toutefois, c’est certainement en raison de cette référence que certaines formes traditionnelles de gestion de l’environnement diffèrent le plus de celles qu’aurait adoptées un esprit cartésien. Ainsi par exemple, Robert Delavignette a pu apprécier en des termes aussi cocasses le fait d’utiliser la bête, non comme animal de trait dans l’agriculture, mais plutôt comme objet de sacrifice : il disait : « Pour l’agriculteur africain, l’animal utile n’est pas la bête qui tire, mais celle qu’on abat pour savoir si le champ a été bien choisi » !

47Enfin, il convient de relever que les perceptions et représentations des éléments de l’environnement se réfèrent aux types de sociétés selon les critères de classification ci-dessus évoqués.

48C’est en fonction de ces références que sont organisées la gestion de l’environnement ainsi que, lorsque la situation l’exige, les formes de lutte contre sa dégradation.

Gestion de l’environnement : pratiques traditionnelles de sa protection et stratégies de lutte contre sa dégradation

49Contrairement à l’opinion généralement répandue, plusieurs recherches déjà effectuées témoignent d’un niveau de connaissance très élevé des éléments constitutifs de l’environnement par les populations des sociétés traditionnelles et de leur gestion rigoureusement organisée, en fonction des particularités spécifiques des sociétés et des symboliques ci-dessus précisées.

50Les présentations qui suivent en donneront des illustrations et poseront une double question quelque peu préjudicielle : ces pratiques traditionnelles sont-elles prises en compte par les stratégies officielles étatiques et autres de lutte contre la dégradation de l’environnement ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi et que faire ?

Conscience de la fragilité de l’environnement et pratiques de sa gestion rationnelle

51Dans le cas du Burkina Faso, deux exemples devenus classiques illustrent à la fois la connaissance des éléments constitutifs de l’environnement, la fragilité de celui-ci et la nécessité d’en faire une gestion rationnelle.

52Le premier est constitué par les résultats de l’étude faite au village fulani de Sambo Na’i (14°8 N et 0°3 E), situé près de Dori, dans la province du Seno.

53La recherche de terrain y a décelé trois axes de connaissance et de gestion de l’environnement par les populations.

  • L’inscription spatiale des groupes humains et leur conception de l’organisation territoriale : avec l’opposition village/brousse, espace agricole/espace pastoral, espace habité/espace non habité.
  • La perception du temps et son découpage en saisons, dont la dénomination se réfère à des critères climatiques (température et humidité) et qui rythme les différents types d’activités :
    • Dabbunde : saison sèche froide ;
    • Ceedu : saison sèche chaude ;
    • N’dumngu : saison des pluies ;
    • Yaande : temps des récoltes.
  • La perception des sols, des points d’eau, de la végétation dont les dénominations renvoient au taux de recouvrement végétal et aux espèces dominantes :
    • Bolaare : terre argileuse, couverte de 80 à 100 % d’une herbacée (Panicum laetum) et dominée au niveau arbustif par l’Acacia seyal et l’Acacia sénégal : c’est un espace réservé au pâturage ;
    • Senno : accumulation sableuse d’épandage ou de dune : herbacées : ceucheus biflorus, cram cram, andropogon gayanus ; arbustes : combretum gluturosum, bacitrinua rufenscens ; c’est le seul milieu cultivé avec l’iller et dont les phases d’érosion sont suivies de près par les Fulbe ;
    • Kollangal : sol fortement érodé, ne porte aucune culture, pâturage maigre ;
    • Goru’ol : axe de drainage principal ;
    • Ceekol : marigot ;
    • Yaayre et weendu : grandes mares.

54Le deuxième exemple de connaissance et de gestion rationnelle de l’environnement est celui des populations moose de la province du Bam, chez lesquelles intervient le Projet d’aménagement des terroirs et conservation des ressources dans le plateau central (Patecore). Des études de toposéquences ont identifié, de façon précise, les dénominations des différents types de sols et de relief, leurs caractéristiques physico-chimiques, les types de végétation herbacée et/ou arbustive dominante, l’utilisation agropastorale qui en est faite ainsi que la localisation préférentielle des sites d’habitat par rapport à ces sols : le tableau de l’annexe 1 en présente la synthèse.

55Les deux exemples, donnés ici à titre illustratif, sont loin d’être des cas exceptionnels : les autres régions du Burkina Faso en fournissent également.

56Dans le cas des Moose, l’ex. AVV (Autorité des aménagements des vallées des Volta) avait édité un calendrier grégorien, avec les mois en moore : toutes les dénominations des mois se référaient explicitement au temps et à ses relations avec le cycle des activités agricoles, les caractéristiques et les niveaux de la température, etc.

57Dans le domaine de l’artisanat d’art, sont nombreuses les études et les recherches (C. Kéré : 2010, H. Hien : 2010, D. Ido : 2010, M. Ido : 2010) qui ont montré que, dans les régions qui pratiquent cette activité, des règles traditionnelles précises codifient celle-ci, en vue d’assurer la préservation et la régénération des ligneux. Cette réglementation intervient pour les moments de prélèvement des espèces d’arbres, les modes recommandés de prélèvement, la pratique des espèces interdites et totémiques. Ainsi :

  • l’autorisation de faire les prélèvements est donnée pour la saison sèche, la saison hivernale est interdite de tout prélèvement. L’autorisation de coupe part du mois de novembre et est précédée de rituels autorisant la consommation du nouveau mil par les autorités villageoises. La coupe du bois en hivernage entraînant la destruction des récoltes par les vents, le contrevenant est convoqué et encourt une amende par la cour de justice « Kondugu » en guise de réparation (Kéré, 2010) ;
  • de même, des intervalles assez longs (pouvant atteindre 40 ans dans certaines zones) sont observés dans le cas du prélèvement de certains arbres intervenant dans la fabrication de masques, de manière à permettre la régénérescence des espèces concernées ;
  • le mode de coupe prend en compte l’espacement des arbres (par exemple, un sur deux ou trois), la taille et la capacité de régénération de l’arbre (les petits arbres sont épargnés et la coupe laisse à l’arbre la possibilité de faire des repousses. Kéré (2010) nous rapporte la manière dont l’artisan de l’ethnie samo s’assure que les autorités coutumières agréent la coupe d’un arbre pour les masques : l’artisan implante sa hache dans l’arbre et rentre au village. Le lendemain si la hache est toujours implantée dans l’arbre, cela signifie que ce dernier accepte de se sacrifier. C’est seulement à ce moment-là qu’il est coupé. Dans le cas contraire, le sculpteur ramasse sa hache et les autorités choisissent à nouveau un autre arbre en respectant toujours la même procédure ;
  • enfin, des espèces sont pratiquement interdites de coupe : elles sont, dans la majorité des cas, soit des espèces totémiques, mythiques dont un groupe social s’interdit toute coupe, soit des espèces utilitaires intervenant dans le domaine alimentaire (consommation de feuilles, fruits, graines, amandes) et/ou médical (écorces, feuilles, racines), dont l’interdiction en permet la préservation et la perpétuation, soit encore des espèces situées sur les sites sacrés, porteuses de l’esprit de protection de la collectivité et pouvant être des lieux de refuge pour l’homme en cas de danger : pour la zone de Bobo-Dioulasso, l’annexe 2 nous en livre un tableau indicatif. Les arbres des lieux de cultes, de sacrifices, habitacles des génies, relèvent naturellement de cette catégorie.

58Au-delà des frontières du Burkina Faso, nous avons déjà noté la bibliographie générale de Dominique Juhé-Beaulaton sur les références relatives aux trois pays du Bénin, du Burkina Faso et du Togo. De même, bien d’autres auteurs ont réalisé des études et des recherches similaires pour d’autres pays concernés par le projet de la muraille verte (Sénégal, Mali, Ghana, etc.).

59Dans l’ensemble et comme cela a été dit, l’on constate que cette gestion de l’environnement, qui part de l’identification des éléments, de leurs caractéristiques et de leurs symboliques, se réfère aux grands axes d’organisation des sociétés, en vue de répondre à leurs besoins d’habitat, de production de biens de subsistance ; tout en accordant à la dimension symbolique toute sa place dans le rapport de l’homme à l’environnement.

Les formes traditionnelles de protection et de lutte contre la dégradation de l’environnement : la question de leur efficacité et les perspectives

60Dans le contexte actuel de dégradation écologique accélérée nécessitant les actions énergiques de réhabilitation de notre environnement, le paragraphe précédent, comme celui-ci, n’a aucun esprit thuriféraire, tendant à ne voir que des aspects positifs dans les rapports homme/environnement dans nos sociétés traditionnelles. Cependant, les mêmes présentations entendent également s’élever contre les négations systématiques de l’existence de quelque rapport positif entre l’homme de nos sociétés traditionnelles et son environnement.

61C’est dans cette perspective de recherche que nous partageons ici les analyses critiques sur les positions et stratégies de lutte contre la désertification et contre les effets des changements climatiques qui négligent sinon excluent de prendre en compte le patrimoine de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être des populations africaines en rapport avec leur environnement : Guillaume Lecuyer (sd), Philippe Méral, Denis Requier-Desjardins (2006) et Jacques Weber (1995) en font des présentations suffisamment illustratives. Ici, référons-nous à la précaution prise par notre collègue Bognounou dans une présentation de 1991 fort à propos : il a listé d’abord les critères d’efficacité aujourd’hui reconnus en la matière et a ensuite invité le lecteur à apprécier les pratiques traditionnelles en conséquence.

62Les neuf critères, identifiés par le Regular Information System on Environment and Development (RISED) et rapportés par Bognounou (1991 : 7), sont les suivants :

  • absence de substances toxiques ;
  • absence de vecteurs de maladies ;
  • sol fertile et stable ;
  • climat favorable à l’agriculture, aux autres activités, agréable et sain ;
  • conservation des ressources génétiques ;
  • conservation des ressources cynégétiques, halieutiques ou de cueillette ;
  • environnement correspondant aux désirs et aux aptitudes des populations à le gérer ;
  • maintien des processus régulateurs.

63Les mesures traditionnelles de protection et de lutte contre la dégradation de l’environnement, également déjà listées dans la même référence, sont les suivantes :

  • les techniques de lutte antiérosive : culture en terrasse, technique du zaï ;
  • les techniques de lutte contre le ruissellement : billions, buttes ;
  • la préservation, dans les champs de culture, d’espèces à usages multiples : néré, Acacia albida, karité ;
  • la pratique de jachères de longue durée, lorsque les réserves foncières le permettent ;
  • la préservation des bois sacrés ;
  • la protection d’espèces végétales et animales de valeur totémique et culturelle ;
  • certaines techniques d’assainissement : le tampouré chez les Moose ;
  • la pratique de techniques de fertilisation et de régénérescence des sols : fumure organique et animale, empaillage avec les chaumes des récoltes ou les bottes d’herbes transportées, etc.

64Ces différentes techniques, de même que l’utilisation différentielle des toposéquences mentionnées ci-dessus, confirment donc le souci de l’homme des sociétés traditionnelles à obtenir le rapport le moins agressif possible, ou les thérapies qu’il a utilisées pour atténuer les effets négatifs d’autres pratiques.

65L’on peut alors s’étonner du grave état actuel de dégradation de notre environnement.

66Les trois paragraphes qui suivent vont, le premier, confirmer l’image de forte dégradation à travers l’historique des sécheresses, le deuxième, évaluer l’efficacité des formes traditionnelles de lutte contre cette dégradation, le troisième, envisager les formes de collaboration nécessaire entre le patrimoine endogène et les stratégies officielles.

Forte dégradation écologique : entre facteurs anthropiques et facteurs abiotiques

67La forte dégradation de l’environnement dans la zone sahélienne, dont fait partie le Burkina Faso, peut être illustrée par la succession des sécheresses et des campagnes agricoles déficitaires dont certaines études et recherches établissent le bilan. Dans le cas du Burkina Faso, deux sources permettent d’établir la chronologie des grandes crises écologiques que représentent les sécheresses :

  • La première source, à notre connaissance, ne couvre malheureusement qu’une seule région du Burkina Faso, à savoir le Yatenga, mais reste très documentée. C’est la monographie du géographe français Jean-Yves Marchal, intitulée : Récoltes et disettes en zone nord-soudanienne. Chronique des saisons agricoles au Yatenga (Haute-Volta) 1907-1973. Orstom, section de géographie, mai 1974.
  • La deuxième source, beaucoup plus récente, couvre tout le Burkina Faso et l’ensemble du Sahel. Elle a été réalisée en 1986 par D. Steve Sepp : Réflexions sur l’arbre et les formations ligneuses au Sahel burkinabè. Ministère de l’Environnement et du Tourisme. Division de l’Environnement. Burkina Faso/GTZ.

68Selon la monographie de Marchal, qui couvre une période de 67 années :

  • seulement 20 années ont été qualifiées de très bonnes ;
  • 19 ont été bonnes ;
  • 11 ont été médiocres : 1909, 1910, 1911, 1921, 1928, 1947, 1956, 1961, 1968, 1969 (et ?) ;
  • 6 ont été mauvaises : 1909, 1925, 1962, 1966, 1967, 1933 ;
  • 13 ont été très mauvaises : 1914, 1926, 1929, 1930, 1934, 1940, 1941, 1942, 1970, 1971, 1972, 1973 (et ?).

69Parmi ces 13 dernières, certaines ont été suivies de famines, particulièrement graves : 1914 et 1930.

70Auparavant, les périodes de 1831-1834 et 1879-1901 auraient également été marquées par des pénuries très graves, ce qui fit dire au géographe que « l’équilibre que le travail des champs, la paix et les fluctuations des pluies instaurent entre les ressources et les besoins des populations a toujours été précaire et souvent rompu » (page 7).

71Selon les données livrées par l’auteur, les pénuries alimentaires n’ont pas toujours été causées par le déficit pluviométrique, mais plus souvent par d’autres facteurs, tels les tornades violentes (1913), les invasions acridiennes (1920 avec 80 % des récoltes perdues, 1930, 1933, 1941, 1942) ou des chenilles (1930, 1966). Signalons également la non-prise en compte explicite du contexte politique colonial de l’époque qui conduit l’auteur à évoquer une « économie agraire en sursis », dans cette sphère des « tropiques abandonnés », en proclamant « qu’il ne paraît plus temps de songer à un développement possible du Yatenga, mais seulement de tenter de ralentir le processus de dégradation des conditions de vie des paysans… » (page 65).

72La deuxième source, l’étude de Steve, mentionne, entre le début du siècle et la période de 1986, les périodes de sécheresse suivantes :

  • 1911-1913 ;
  • 1938-1941 : sécheresse très sévère dans le moyen et le Sud-Oudalan ;
  • 1977-1985.

73Comme on l’aura constaté, les crises écologiques, dont la sécheresse est l’une des manifestations les plus préjudiciables à la vie des êtres vivants, dont l’homme, ne datent pas d’aujourd’hui, dans l’écosystème régional sahélien. Quels rôles respectifs entre les facteurs anthropiques et ceux abiotiques ?

74Selon les spécialistes des études relatives à l’écosystème, les deux grands types intervenant dans les modifications des écosystèmes sont les facteurs abiotiques et les facteurs biotiques, parmi lesquels figurent ceux anthropiques, résultant des actions de l’homme. Par ailleurs, il conviendrait de pouvoir définir les plus déterminants entre les facteurs abiotiques et anthropiques d’une part, et d’autre part d’identifier les éléments qui composent les facteurs anthropiques et enfin de rechercher parmi eux ceux qui sont les plus caractéristiques.

75Dans le rapport facteurs abiotiques et facteurs anthropiques, Duvigneaud déclarait dès 1965 que « La désertification est souvent le fait de l’homme et non celui du climat ; et on peut parler de faux déserts lorsque l’aridité est le résultat d’une destruction des moyens d’irrigation, d’un déboisement généralisé, ou de l’action des feux et des troupeaux ».

76En réalité, rien n’est tranché puisque le problème est précisément de savoir, dans une situation donnée, quelle est la part de l’homme et quelle est celle du climat. La question mérite d’autant plus d’être posée qu’hier comme aujourd’hui, nous constatons qu’à des saisons déficitaires succèdent des saisons excédentaires avec abondance de récoltes, alors que, dans le laps de temps, il est difficile d’identifier des changements importants dans le comportement des hommes.

77Toutefois, nous sommes d’accord avec notre collègue Bognounou et d’autres chercheurs pour dire que, dans nos écosystèmes, l’homme demeure l’animal le plus doué de raison, capable donc de forger son devenir en domptant les contrariétés de la nature, il lui appartient toujours de trouver et d’imaginer les mesures correctives face à la dégradation de son environnement.

78Aussi convient-il d’examiner celles de ses actions qui détruisent cet environnement. Selon les synthèses les plus récentes sur le sujet (E. G. Bonkoungou, 1985, cité par Bognounou, 1989), les quatre grandes causes de dégradations écologiques au Burkina Faso sont :

  • les défrichements agricoles ;
  • la crise énergétique du bois de chauffe ;
  • le surpâturage ;
  • les feux de brousse.

79À ces facteurs, le Plan national de lutte contre la désertification, élaboré en 1986, a ajouté le phénomène migratoire, en raison des densités particulièrement élevées dans certaines régions, des départs forcés massifs qui en résultent, suivis de leurs effets dans les régions d’accueil. Cependant, lorsqu’on sait que ce qui, dans les zones d’accueil, agresse le plus l’écologie, est constitué par les activités agricoles et pastorales, l’on peut inclure ce nouvel élément dans les défrichements agricoles et dans le surpâturage.

80Quant au niveau des conséquences respectives de ces facteurs, on peut retenir :

81– Pour les défrichements agricoles : selon l’étude de Bonkoungou (1985), bien que l’ensemble des terres mises en culture ne représentent qu’environ un tiers des 9 millions d’hectares arables du pays, les possibilités d’extension des terres cultivées sont en réalité très limitées dans certaines régions, en raison de la médiocre qualité des sols, de la faible disponibilité des ressources en eau, d’un taux déjà trop élevé d’occupation du sol, ce qui amène à défricher même des zones marginales très fragiles. Aussi, selon cet auteur, qui arrête le seuil maximum d’occupation des sols à 40/km2 en raison des conditions actuelles générales de la production (qualité des sols et niveau technologique), la surface agricole utile se rétrécit de plus en plus. Dans le même sens, la carte mondiale de la désertification (Unep/FAO/Unesco/WHO) de 1977 classe ainsi une bonne partie du Burkina Faso dans les zones à risque de désertification élevé.

82Sur ce même plan, la dégradation accélérée des galeries forestières, véritable réserve de « château d’eau » du pays, par une occupation anarchique des migrants ou des éleveurs, pourrait constituer un danger aux conséquences incalculables.

83– Pour la crise énergétique du bois de chauffe : elle est de plus en plus accentuée en raison surtout du rythme d’urbanisation accélérée (environ 10 à 20 % depuis 1985), de l’augmentation globale de la population (2,67 % depuis 1985), des faibles possibilités de recours aux énergies nouvelles et renouvelables (gaz), face à une productivité jugée faible du matériel ligneux (0,92 m3/ha/an et 0,31 à 1,66 m3/ha/an respectivement par la savane arbustive et la savane arborée, lesquelles constituent l’essentiel de notre couvert végétal national).

84Au niveau du budget des ménages, le coût des dépenses énergétiques absorbe presque la moitié des dépenses familiales, ce qui a fait dire à un observateur qu’il faut souvent « dépenser autant, sinon plus, pour faire bouillir la marmite que pour la remplir » ! (J. Kellermann, cité par Bognounou, 1989 : 35).

85– Pour le surpâturage : dans le pays, la superficie des terres à vocation pastorale est estimée à 13 millions d’hectares. Cependant, les conditions de l’élevage extensif, auxquelles s’ajoutent les sécheresses fréquentes, suscitent un rythme de dégradation assez inquiétant de ces terres pastorales.

86– Enfin les feux de brousse : bien que les premières mesures de leur réglementation, sinon de leur interdiction, datent de 1935, et malgré la vive réactivation de ces mesures par la proclamation des trois luttes de 1985, les feux continuent de décimer régulièrement le couvert herbacé et ligneux de nos campagnes, à des époques de l’année où ils les consument sans restriction.

87Au total, entre les facteurs abiotiques et anthropiques, la place déterminante sera toujours un sujet à controverse. Toutefois, convenons que c’est à l’homme, l’animal doué de raison et de capacités d’agir, comme l’ont exprimé d’autres auteurs cités plus haut, de trouver et d’imaginer les mesures correctives face à la dégradation de son environnement.

88C’est le lieu de souligner la nécessité de la prise en compte du patrimoine endogène des populations en matière de lutte contre la dégradation de l’environnement dans les actuelles stratégies officielles.

De la prise en compte nécessaire entre patrimoine endogène et stratégies actuelles de lutte contre la dégradation environnementale

89Nombreuses sont les études et les analyses qui constatent et regrettent que, sur le terrain des acteurs intervenant dans la lutte contre la dégradation de l’environnement, subsistent une distance, une non-collaboration entre le patrimoine endogène des populations et les stratégies officielles menées notamment par les services étatiques. Pourtant on constate que des similitudes existent entre les préoccupations et même les éléments de stratégies, sur plusieurs plans, comme le note Kéré dans son étude sur la région de Bobo-Dioulasso (2010) :

  • au niveau des espèces interdites : des similitudes sont manifestes entre les espèces identifiées par les prescriptions traditionnelles et les listes des agents forestiers étatiques et auraient pu faire l’objet d’une articulation à travers un protocole commun de protection réciproque : l’annexe 3 en donne un tableau illustratif.
  • les moments de prélèvement chez les artisans et les périodes de délivrance de permis de coupe chez les forestiers se retrouvent être la même période : la saison sèche. La saison hivernale est interdite de prélèvement des deux côtés.
  • les bosquets sacrés, pratiquement régis de la même manière que les forêts classées, peuvent bénéficier également de la protection des forestiers.
  • la prise en compte des spécificités des zones par le code forestier reposant sur une généralité, vu qu’elles ne vivent pas toutes les mêmes réalités. L’esprit de décentralisation de plus en plus poussé au Burkina Faso constitue une aubaine pour les administrations provinciales et les collectivités locales pour accompagner cette combinaison.

90Certes, les attitudes de méfiance, voire de rejet de collaboration sont partagées entre les deux catégories d’agents, entre les deux ordres de protection de l’environnement : du côté des populations, la référence à l’immuabilité de la coutume est souvent évoquée, comme l’atteste ce propos d’un artisan de 45 ans apporté par Kéré : « Tu vois, chez nous c’est une question de coutume, on fait des sacrifices. Je ne pense donc pas qu’on puisse articuler les deux » ; pour les agents de l’administration publique, l’ignorance, réelle ou feinte du patrimoine endogène existe certes, comme en témoigne ce propos d’un responsable provincial de l’environnement de la même région : « Du point de vue officiel, nous ignorons l’existence de connaissances traditionnelles des artisans en matière de gestion de ligneux » (ibid.). Toutefois, ces attitudes relèvent davantage de positionnements idéologiques d’un système à la fois de pensées et de gouvernance sociale, dont plusieurs auteurs ont fait l’analyse critique : Saidou Sanou et Albert Sanon (2003 : 23), Doti Bruno Sanou (2005 : 47) à partir des constatations faites sur la région de Bobo-Dioulasso, Yamba Bidima (1996) pour la zone lobi.

91Hors du Burkina Faso, les analyses de Bernard Bonnet (1999) centrées sur les capacités locales, de Weber (1995) qui oppose la notion de « développement viable » à celle de « développement durable », de Lecuyer (sd) qui critique les qualificatifs de « modernes » et de « traditionnelles » rejoignent les mêmes préoccupations.

92Au total, la perspective du « Projet majeur africain de la grande muraille verte » devrait pouvoir réussir à susciter, encourager et soutenir hardiment une synergie d’action collaborative entre les acteurs des traditions africaines de protection de l’environnement et les agents officiels en charge de cette préoccupation.

93Dans le principe, il convient de dépasser les fausses oppositions entre « tradition » et « modernité », car, comme le confirme Georges Balandier (1974 : 210) : « la tradition intervient dans le façonnage du présent, elle contribue à la réalisation de nouvelles combinatoires sociales et culturelles. Ce qui conduit à constater que toute modernité fait apparaître des figurations associant ‘‘traits” moderne et traditionnel. La relation entre ceux-ci n’est pas dichotomique mais dialectique ».

94Au plan des résultats attendus, la mise en commun des idées, des stratégies et des moyens à déployer (matériels, humains, financiers, logistiques, etc.) ne peut que rendre plus crédibles et acceptables les actions dans ce domaine, encourager la participation active des populations et faire partager à tous les retombées bénéfiques.

95Au demeurant, la plupart des pays situés dans cette future « ceinture verte » réalisent déjà une expérience avancée de la décentralisation, comportant des transferts de compétences et de ressources, appuyés par des cadres stratégiques de développement décidés au niveau central : c’est le cas au Burkina Faso, avec la « Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (Scadd) ». Cette nouvelle approche de la protection de l’environnement, soutenue par une présence vigilante du pouvoir central pour prévenir et corriger à temps les dérives éventuelles de certains pouvoirs locaux, viendra renforcer encore plus les avantages de cette décentralisation.

96Pour paraphraser Jean-Marie Breton dans sa recherche sur les aires protégées, ce sera l’opportunité pour prévenir « l’illusion d’un développement univoque » et réaliser une « gestion participative et décentralisée » du patrimoine écologique.

Conclusion

97Les cinquante ans de « capitalisation » évoqués par les documents du Projet de la Grande Muraille Verte doivent pouvoir établir un état des réserves de patrimoine de gestion endogène des écosystèmes par les sociétés africaines : la présente communication en est une contribution.

98Les composantes de ce patrimoine ici évoquées n’en épuisent certainement pas le riche répertoire de l’ensemble des pays et des sociétés qui composent la zone de la Grande Muraille Verte. Toutefois, elles y participent et, au-delà des évocations rapides d’éléments d’autres contextes sociétaux et nationaux, leurs similitudes et proximités avec les contextes ici non mentionnés devraient permettre les ajustements nécessaires.

99Une partie importante de la zone concernée par le projet se trouve effectivement dans un état de dégradation écologique suffisamment avancé et les effets des changements climatiques intervenant depuis les dernières décennies en aggravent et précarisent davantage les conditions de production et de vie des populations.

100Aussi, dans les stratégies de réalisation effective du projet de la grande muraille verte, la prise en compte de ce patrimoine par celles-ci donnera-t-elle au projet des bases plus sociologiques à son ancrage dans les sociétés africaines, facilitera son acceptation par celles-ci, les motivera davantage pour une participation consciente, effective et efficace et contribuera à un développement plus viable, plus durable et mieux partagé.

101Puisse le projet réaliser effectivement les capitalisations nécessaires de l’ensemble des connaissances scientifiques et technologiques disponibles pour réussir son pari !

Annexes

Annexe 1

Dénomination des types de sols, description des terrains et espèces de végétation dominante (Extraits d’une étude du Patecore).

Dénomination des types de sols, description des terrains et espèces de végétation dominante (Extraits d’une étude du Patecore).

Annexe 2

Liste des espèces interdites par les groupes ethniques des artisans.

Liste des espèces interdites par les groupes ethniques des artisans.
  • * Espèces couramment utilisées dans l’artisanat [Ouétian Bognounou, Yamba Bidima (1996), Saidou Sano (...)

Note **
Source : Kéré, 2010

Annexe 3

Récapitulatif des espèces interdites communes aux prescriptions coutumières et aux services forestiers.

Récapitulatif des espèces interdites communes aux prescriptions coutumières et aux services forestiers.

L’auteur du tableau note que cette liste n’est pas exhaustive, dans la mesure où certaines espèces (Tinfourou, Gwéwé et Gnini en langue bobo) n’ont pas pu avoir de correspondance en nom scientifique.
Source : Kéré, 2010

Bibliographie

Bibliographie

Akouehou S. Gaston Environnement institutionnel et gestion traditionnelle des espaces forestiers : cas de la région des Monts Kouffé au Centre du Bénin sd, 47 pages, multigr

Balandier Georges Anthropologiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1974, 278 p., multigr

Bellefontaine Ronald « Régénération naturelle à faible coût dans le cadre de l’aménagement forestier en zones tropicales sèches en Afrique », vertigo-la revue en science de l’environnement, vol 6, n° 2, septembre 2005

Bellefontaine Ronald, Petit Sandrine, Pain-Orchet Michelle, Deleporte Philippe, Bertault Jean-Guy Les arbres hors forêts-vers une meilleure prise en compte, Cahier FAO : conservation-35, 2001, 231 p

Bidima Yamba Objets sacrés, objets d’art africains. De l’ombre des sanctuaires à la lumière du Musée : la statuette lobi du Burkina Faso, Thèse de Doctorat, Université de Bordeaux III – Victor SEGALEN, 1996

Bognounou Ouétian

- 1996 : Diversité biologique végétal du Burkina Faso : aspects ethnobotanique, Rapport d’étude, Ouagadougou, 1996, 53 p. multigr

- 1987 : Importance socio-économique des essences locales au Burkina Faso, Communication au séminaire national sur les essences locales, Ouagadougou, 6 – 10 juillet 1987, multigr

Bonnet Bernard Renforcer les capacités locales de gestion des ressources naturelles. IRAM, août 1999, 19 pages

Breton Jean-Marie Aires protégées, gestion participative des ressources environnementales et développement touristique durable et viable dans les régions ultra-périphériques (Résumé), sd.

Centre d’Analyse des Politiques Economique et Sociale (CAPES) Etat des lieux des savoirs locaux au Burkina Faso, EIDIPAP International, Ouagadougou, 2007, 379 p., multigr

De Sardan Jean Pierre Olivier D’un savoir à l’autre : les agents de développement comme médiateurs, focal coop, 1996, 204 p

Direction Régionale de l’environnement et des Eaux et Forêts des Hauts Bassins « Communication à l’atelier sur le bois d’œuvre de Teck et le bois d’art : cas du ‘‘djembé’’ dans la région des Hauts Bassins », Bobo Dioulasso, octobre 2001, 11 p., multigr

Hien Pierre Claver et Gomgnibou Moustapha Histoire des royaumes et chefferies au Burkina Faso précolonial. DIST (CNRST), 2009 : 405 pages.

Hien Héliane M. Rôle socio-culturel de l’artisanat face à la déforestation : cas des artisans de Wolonkoto, province du Houet. Janvier 2010, multigr

Ganaba Souleymane, Ouadba Jean Marie et Bognounou Ouetian « Exploitation traditionnelle des végétaux spontanés en région sahélienne du Burkina Faso », la revue en science de l’environnement, vertigo, vol6 n° 2, septembre 2005

Ido Denis La problématique du renouvellement des ligneux utilisés dans l’artisanat d’art : cas de Dandé, province du Houet. Janvier 2010, multigr

Ido Modeste Représentations sociales de la régénération et de la domestication des espèces ligneuses utilisées dans l’artisanat d’art à base de bois à Koumi. Janvier 2010, multigr

Juhé-Beaulaton Dominique Bibliographie générale : Les sites sacrés et la conservation de la biodiversité : enjeux politiques, économiques et sociaux (Etudes de cas au Bénin, Burkina Faso et Togo). Rapport final, sd : 10 pages, multigr.

Lecuyer Guillaume Formes d’action collective pour la gestion locale de la forêt camerounaise : organisations « modernes » ou institutions « traditionnelles » ? CIRAD, 7 pages

Loi N° 006/97/ADP du 31 janvier 1997 portant Code Forestier au Burkina Faso, 31 p

Méral Philippe et Requier-Desjardins Denis La gestion durable de l’environnement à Madagascar : enjeux, opportunités et contraintes N° 294-295 (juillet-octobre 2006), Madagascar la gestion durable de l’environnement : 6 pages, multigr.

Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie Savoirs et savoirs-faire traditionnels favorables à la conservation durable de la diversité biologique : Etat des lieux et plan d’action du Burkina Faso, Ouagadougou, novembre 2004, 101 p. multigr

Projet de gestion et de valorisation de la recherche dans le domaine de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest (GVal-Sécurité alimentaire) Deuxième forum régional, Cotonou, Bénin, 27 au 27 septembre 2011, multigr

RIPIECSA Recueil des résumés. Atelier final du programme RIPIECS, Prospective du réseau AMMANET : 18 au 21 octobre 2011. Palais des congrès, Cotonou, Bénin. Editeurs : Arona Diedhiou, Antoine Bricout, Sandrine Fagnoni, Samia Ovale, CCSd, 10 octobre 2011, 109 pages et indexe, multigr

Sanou Doti Bruno

- 2006 : « Rapport d’étude sur la mise en pratique des coutumes dans les forêts classées de Dinderesso et du Kou », Bobo Dioulasso, février 2006, 74 p., multigr

- 2005 : « Rapport d’étude sur le coutumier en matière de gestion des forêts et la mise en pratique des coutumes dans les forêts classées de Dinderesso et Kou », Bobo Dioulasso, septembre 2005, 38 p., multigr

Sanou Doti Bruno, Traoré Yacouba Culture et sauvegarde de l’environnement, Bobo Dioulasso, C.A.D, 1999, 174 p., multigr Sanou Saidou et Sanon Albert « Règle de gestion de l’environnement écologique selon les coutumes bobo : cas de villages localisés dans le bassin versant du Kon », département de Bobo, juillet 2003, 37 p., multigr

Sawadogo Ram Christophe

- 2004 : Adaptation au changement climatique pour le système hydrologique des fleuves sahéliens et des bassins versants de leurs affluents : cas de la Sirba au Burkina Faso, juillet 2004. 43 pages, multigr.

- 1993 : Aspects sociologiques de l’éducation à l’environnement : connaissances et gestion rationnelle de l’environnement par les peuples du Burkina Faso : 37 pages, 1 tableau, 5 annexes dont 1 graphique. Document produit dans le cadre du Programme Sahélien d’Education (PSE) pour le Séminaire de formation à l’environnement de responsables de l’enseignement secondaire et de Chefs d’établissement : Ouagadougou, 26 au 30 octobre 1992 et 4 au 18 janvier 1993, multigr. Sawadogo Ram Christophe, Maïga Alkassoum, Bidima Yamba

- 2008 : « Inventaire, état de la régénération et domestication des espèces ligneuses utilisées dans l’artisanat d’art dans le Bougouriba et le Ioba », Rapport de stage de terrain, Département de Sociologie, Année de Licence, Université de Ouagadougou, 2007-2008, multigr

- 2007 : « Inventaire, état de la régénération et domestication des espèces ligneuses utilisées dans l’artisanat d’art dans le Département de Gaoua et Loropeni », Rapport de stage de terrain, Département de Sociologie, Année de Licence, Université de Ouagadougou, 2006-2007, multigr

- 2006 : « Inventaire, état de la régénération et domestication des espèces ligneuses utilisées dans l’artisanat d’art dans l’Ouest du Burkina Faso », Rapport de stage de terrain, Département de Sociologie, Année de Licence, Université de Ouagadougou, 2005-2006, 63 p., multigr

Weber Jacques Gestion des ressources renouvelables : Fondement d’un programme de recherche 1995, 21 pages, multigr

Notes de fin

* Espèces couramment utilisées dans l’artisanat [Ouétian Bognounou, Yamba Bidima (1996), Saidou Sanou, Albert Sanon (2004), Ouétian Bognounou et Jean Baptiste Ouédraogo (2004) en complément de nos notes de terrain]. Précisons que cette liste n’est pas exhaustive.

Table des illustrations

Titre Tableau de synthèse des classifications.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Dénomination des types de sols, description des terrains et espèces de végétation dominante (Extraits d’une étude du Patecore).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Liste des espèces interdites par les groupes ethniques des artisans.
Légende Note **Source : Kéré, 2010
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Récapitulatif des espèces interdites communes aux prescriptions coutumières et aux services forestiers.
Légende L’auteur du tableau note que cette liste n’est pas exhaustive, dans la mesure où certaines espèces (Tinfourou, Gwéwé et Gnini en langue bobo) n’ont pas pu avoir de correspondance en nom scientifique.Source : Kéré, 2010
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Sociologue Université Ouagadougou, Burkina Faso UFR – Sciences humaines – Département de sociologie

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable