Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie I. Contexte socio-économique et anthropologique

Capacités d’adaptation des populations burkinabé aux effets du changement climatique, questionnements sur leurs sociétés et perspectives de recherches

Ram Christophe Sawadogo

Texte intégral

1Résumé
Trois études réalisées en 2001, 2002 et 2005 au Burkina Faso identifient un éventail d’expériences d’adaptation aux effets des perturbations environnementales et des changements climatiques.
Celles-ci constituent des réponses adaptatives à trois types de préoccupations et de situations :
– la biodiversité agricole,
– la dégradation environnementale,
– la variabilité et les changements climatiques.
Les acteurs des expériences sont des producteurs du monde rural, exerçant dans l’agriculture et/ou dans l’élevage et répondant de statuts de chefs d’exploitation, de chefs de ménage, de femmes et de célibataires.
Les expériences présentées ont vu leur efficacité et leurs impacts positifs évalués par les producteurs eux-mêmes et également par des études ayant procédé à des mesures d’indicateurs.
Des analyses sur la vulnérabilité et les capacités évolutives des sociétés concernées ont également été conduites. Des perspectives de recherche sont envisagées.

Introduction

2La prise de conscience de la fragilité de l’écosystème de la planète Terre, née de la conférence de Rio de Janeiro de 1992, s’est particulièrement renforcée avec l’accentuation des effets des changements climatiques, observables surtout dès la moitié des années 1990 (Protocole de Kyoto signé le 11 décembre 1997, entré en vigueur le 16 février 2005).

3Au Burkina Faso, pays sahélien, ces effets des changements climatiques se trouvent renforcés d’une part, par ceux engendrés par les sécheresses répétées depuis 1973 et d’autre part, par les conséquences d’événements sociopolitiques et économiques : retours massifs des émigrés burkinabè rapatriés de la Côte d’Ivoire en 1999 (conflits fonciers), mais surtout crise sociopolitique en 2002 (Lors du recensement général de la population et de l’habitation du pays en décembre 2006, ces retours cumulés ont représenté 613 662 personnes immigrées entre 1996 et 2006 (RGPH 2006, Rapport sur le thème 9, page 4)), crise alimentaire consécutive au renchérissement des prix en 2008 et désarroi des sinistrés des inondations du 1er septembre 2009.

4Cette prise de conscience s’est traduite de plusieurs manières selon les cadres d’action des acteurs : les plans d’interventions et d’actions de secours sur le terrain pour les acteurs étatiques et assimilés, les recherches pour les structures compétentes dans ce domaine, de niveau international, régional, ou national : les programmes Amma, Ammanet et Ripiecsa en sont des illustrations.

5Pour le présent ouvrage dont l’une des intentions est d’établir le bilan de 50 ans d’expériences de connaissances scientifiques, techniques et de savoirs locaux, cette contribution se propose de faire le point des expériences qui témoignent des capacités d’adaptation des producteurs ruraux aux effets des perturbations environnementales, à travers quatre recherches réalisées au Burkina Faso en 2001, 2002, 2005 et 2009.

6Les études de 2001 (projet IPGRI/in situ), de 2002 (projet NIRP), et de 2005 (projet Sirba) présentent les capacités d’adaptation face aux effets de sécheresse, de dégradation écologique et de changement climatique sur les systèmes de production ruraux et plus particulièrement :

  • pour l’étude de 2001 : identifier les niveaux de connaissance, répertorier les facteurs sociaux, culturels, économiques et écologiques qui, chez les paysans, interviennent dans les choix de diversité biologique agricole et les stratégies de leur réalisation ; appréhender, sous l’angle économique, les niveaux des productions ainsi que leurs destinations principales ;
  • pour l’étude de 2002 : identifier, dans un contexte de péjoration climatique et de détérioration des conditions de la production agricole, les niveaux de connaissance des effets de sécheresse et répertorier les facteurs sociaux, culturels, économiques et écologiques qui interviennent dans les choix génétiques des producteurs ; elle a concerné un échantillon de 180 chefs d’unités domestiques et de 539 producteurs répartis dans 16 localités de trois sites ;
  • pour l’étude de 2005, effectuée dans une coopération entre le CILSS, Agryhmet, le ministère de l’Agriculture du Burkina Faso et l’université de Ouagadougou, à travers les aspects socio-économiques d’un projet intitulé « Adaptation au changement climatique pour le système hydrologique des fleuves sahéliens et des bassins versants de leurs affluents : cas de la Sirba au Burkina Faso » : repérer les formes d’adaptation des producteurs aux effets du changement climatique et les perspectives d’amélioration envisagées à leur niveau ; l’échantillon a concerné 910 producteurs comprenant des agriculteurs, des agropasteurs, des éleveurs d’embouche et des maraîchers, de la région est du Burkina Faso ;
  • pour l’étude 2009, au-delà des témoignages de capacités d’adaptation aux effets de toutes les perturbations environnementales que portent les quatre études, la présente contribution discute également l’efficacité de ces formes d’adaptation au regard d’indicateurs possibles de mesure des effets de celles-ci sur le maintien des niveaux de productions agricoles, de celui de l’alimentation et des revenus des producteurs ruraux.

7Enfin, l’exploitation des résultats de ces quatre études a permis d’ouvrir deux séries de perspectives :

  • des analyses structurelles et organisationnelles sur les sociétés concernées, explicitant à la fois, leur niveau de vulnérabilité et leurs capacités évolutives ;
  • deux projets de recherche, en vue de contribuer au renforcement de la recherche scientifique dans le repérage des solutions de gestion actives, participatives et efficientes des effets des perturbations environnementales.

Expériences de capacités d’adaptation des producteurs ruraux face aux effets des perturbations environnementales

8La présentation de ces expériences, à travers les quatre études mentionnées, traitera, pour chacune d’elles, de trois aspects principaux, à savoir la problématique, la méthodologie et les formes d’adaptation constatées.

Projet IPGRI/in situ

PROBLÉMATIQUE ET MÉTHODOLOGIE

9Le niveau et la qualité des productions agricoles dont l’homme et la société ont besoin sont fonction de facteurs à la fois naturels et humains. Les facteurs naturels, souvent considérés comme des contraintes, connaissent depuis les trois dernières décennies, une péjoration prononcée qui en affecte le potentiel productif de manière générale et sensible et introduit des différences notables entre plusieurs saisons successives ou à l’intérieur d’une même saison, entre les régions, les localités, etc.

10L’homme et la société, par leurs capacités de créativité, d’adaptabilité et d’organisation, donc d’inflexion, de correction, de conservation et de promotion de ce potentiel de production, deviennent les acteurs finalement déterminants du niveau et de la qualité de ces productions, notamment par le capital de connaissances des espèces de cultures et des conditions de leur meilleure productivité.

11Plusieurs questions alors se profilent :

  • quels sont les éléments constitutifs de ce capital ?
  • à quels référents culturels, économiques, écologiques, humains se rapportent les choix qu’opère le producteur pour une campagne ou pour une culture donnée ?
  • à quelles stratégies de réalisation obéissent les choix décidés ? ou quels moyens met-il en œuvre pour les réaliser ?
  • se donne-t-il des perspectives d’amélioration, de perfectionnement, de meilleure utilisation/exploitation de la diversité biologique agricole ?

12L’étude a couvert trois villages de trois régions écologiquement différentes (Ouahigouya, Tougouri et Thiougou) et a, pour une meilleure représentativité à la fois statistique et qualitative des résultats, concerné 180 personnes dont 60 chefs d’exploitations familiales et 120 autres membres de ces mêmes unités domestiques

13Pour chacune de ces sous-catégories, la recherche de la plus grande diversité dans la représentation des diverses réalités sociales requiert la ventilation entre les variables telles que le sexe, l’âge, la religion, les activités économiques, le statut migratoire, le niveau d’instruction, l’ethnie, retenues comme discriminantes dans les attitudes et les opinions qui seront enregistrées. Au total, l’échantillon global a réuni 359 personnes individuelles et réalisé 17 entretiens de localités.

PRINCIPAUX RÉSULTATS SUR L’ADAPTATION AUX EFFETS DES PERTURBATIONS ENVIRONNEMENTALES

14Les principaux résultats ont concerné trois domaines, dont les deux plus importants sont :

15• La connaissance de la biodiversité génétique et la logique du comportement des paysans :

  • un répertoire de 81 espèces différentes distingue des groupes d’arbres, de plantes et des herbes ;
  • 53 espèces sont déclarées utiles dans un champ, sur la base d’au moins sept effets positifs et leurs modes d’identification reposent sur au moins six repères précis : la taille de l’arbre, le caractère d’arbres épineux, la couleur et la forme du tronc, la forme des feuilles, la couleur et la forme des fruits, la taille et la forme des herbes ;
  • de même, 70 % des paysans enquêtés utilisent des critères précis pour justifier pourquoi certaines plantes sont maintenues expressément sauvages : l’existence de l’espèce en grand nombre, son caractère inhabituel, l’ignorance des conditions d’une domestication de l’espèce, le manque de moyens pour réussir sa domestication ;
  • au moins 51,4 % des paysans identifient les parties utiles des plantes et 71,7 % d’entre eux en précisent les domaines d’usages actuels ;
  • 94,3 % et 94,1 % des paysans identifient le lieu et la période propices à la germination des espèces végétales.

16Ainsi, 84,9 % des paysans évoquent les comportements préconisés qui visent à la protection, la sauvegarde et la promotion de l’environnement, à savoir : la plantation d’arbres (reboisement), la sauvegarde de la nature, la lutte contre le ruissellement des eaux, etc.

17• Les aménagements et les déplacements de champs, les classements des spéculations et des espèces, les abandons de cultures et les nouvelles cultures toujours souhaitées :

  • sur 60 chefs d’unités domestiques qui pratiquent les déplacements des champs (mise en jachère), près d’un tiers (27,3 %) justifient ces déplacements de champs par le mauvais rendement du champ (6,2 %), le vieillissement du sol (7,2 %), l’infertilité ou la pauvreté du sol (13,9 %), le déguerpissement (1,4 %) ;
  • les aménagements sont réalisés pour restaurer la fertilité du sol : 52 % ;
  • de même, le classement par ordre d’importance des cultures actuellement pratiquées répond à une logique contextuelle donnant la priorité successivement aux produits de base de l’alimentation, puis à ceux secondaires et enfin à ceux destinés à la commercialisation.

Projet NIRP : étude sur la « Participation des agriculteurs aux projets de lutte contre l’érosion : un problème d’intervention adapté aux problèmes sociaux » (2002)

PROBLÉMATIQUE ET MÉTHODOLOGIE

18La problématique de ce sujet prend en compte des considérations théoriques et empiriques.

19Au plan théorique, il s’agit de relever que la prise de conscience de la fragilité de notre environnement et de la nécessité de déployer des efforts pour sa conservation et sa pérennisation s’est surtout consolidée, notamment dans les pays du Sud, avec la première conférence mondiale des Nations unies sur l’environnement humain durable de 1992 à Stockholm. L’écologie humaine, déjà différenciée de l’écologie biologique, précise davantage les aspects dynamiques de cette relation de l’homme à son environnement : elle est « une étude des relations spatiales et temporelles des êtres humains en tant qu’elles sont affectées par les forces sélectives, distributives et adaptatives de l’environnement » (Mckenzie, cité par Glaeser, 1997 : 30).

20Aussi, en concédant que les actions de lutte contre l’érosion et la désertification s’inscrivent nécessairement dans cette mise en rapport active, dynamique des hommes avec leur environnement, notre sujet relève assurément de la problématique générale de l’écologie humaine et par-delà, de l’écodéveloppement et plus spécifiquement de l’agriculture biologique.

21Dans cette perspective, figuraient, parmi les objectifs du projet, les deux préoccupations suivantes :

  • évaluer les capacités, les structures institutionnelles existantes dans les communautés rurales pour une action collective de lutte contre l’érosion ;
  • développer un modèle fondé sur les résultats de l’étude, précis et sensible aux dimensions sociales pour une intervention des décideurs politiques tant au niveau régional (ONG, extension de services…) que national.

22Outre l’exploitation documentaire, une enquête de terrain a été réalisée. L’échantillon de celle-ci a concerné des localités choisies en fonction de l’état de la dégradation écologique (forte et faible) et du niveau d’adoption des techniques de conservation des eaux et des sols (CES : fort et faible). Dans chaque localité, 35 exploitations agricoles ont été retenues ; dans chaque exploitation, sont soumises à l’étude 4 personnes : le chef de famille, un chef de ménage, une femme, et un jeune célibataire titulaire d’un champ individuel. Sur les deux régions retenues, l’échantillon global est de 702 personnes soumises à l’enquête dont 173 chefs d’exploitations familiales, 177 chefs de ménages, 175 célibataires, 177 femmes.

23Les outils utilisés ont été constitués de questionnaires, de guide-entretiens individuels et collectifs, du focus group et de la Méthode active de recherche participative (Marp) (profil historique, carte de ressources, classification préférentielle des technologies et diagramme de Venn).

PRINCIPAUX RÉSULTATS SUR L’ADAPTATION AUX EFFETS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

24Les résultats des analyses effectuées ont concerné les quatre niveaux suivants :

  • le niveau de connaissance de l’état de dégradation de l’environnement par les populations,
  • l’état de leurs connaissances sur les innovations dans les pratiques culturales, les procédures de leur adoption et l’identité des acteurs sociaux, l’accès pour les autres membres de l’exploitation,
  • les facteurs déterminants des adoptions (motifs et connaissance des effets positifs ou négatifs),
  • la question de genre dans ces processus.

Le niveau de connaissance de l’état de dégradation de l’environnement par les populations des zones de l’étude

25Par la carte des ressources de la Marp, les paysans ont pu relever les écarts dans le couvert végétal existant il y a trente ans : la flore du terroir était très riche et très variée dans les cinq localités (lianes goïnes : Saba senegalensis, cailcédrats : Kaye senegalensis, jujubiers : Zizyphus mauritiana, kapokiers : Bombax cotatum, néré : Pakia biglobosa, karité : Vittelaria paradoxa, etc.). Elle se réduit aujourd’hui à des épineux (Acacia seyal, Acacia albida, etc.) et à des espèces exotiques telles que l’Azadirachta indica ou neem, etc. ; le nombre et les superficies des mares et des forêts se sont considérablement amenuisés, les aires de champs se sont agrandies (Somiaga, Kamena) ou ont changé de localisation (Lanfiéra), les sols pauvres sont devenus plus étendus (Yaran).

26De même, plusieurs des espèces d’animaux sauvages (lions, panthères, éléphants, antilopes, gazelles, hyènes, buffles, zèbres) présentes il y a trente ans, ont aujourd’hui disparu.

27Beaucoup d’espèces de la faune piscicole à Yaran, autrefois très abondantes, ont fortement régressé en effectifs, telles : le capitaine, le poisson dormeur, le poisson chien, le poisson cheval, les tilapias, et le poisson pana.

L’état de leurs connaissances sur les innovations dans les pratiques culturales

  • Contexte : le besoin d’innovations culturales s’est révélé avoir été fonction de l’intensité de l’activité agricole des familles (effectif moyen et superficie moyenne des champs : entre 4 et 5 champs) et des statuts familiaux (viennent en tête les célibataires (5), suivis par les femmes (4,5), ensuite les chefs de ménage (4) et enfin les chefs d’exploitation familiale (3,5) ; pour les superficies, c’est l’ordre inverse : 2 à 2,5 ha pour les chefs d’exploitation familiale (CE) et les chefs de ménage (CM), 0,5 ha pour les femmes et les célibataires.
  • L’état des connaissances de ces innovations culturales par les paysans : les plus forts taux sont détenus par les chefs de ménage pour les mesures de CES-AGF et les aménagements anti-érosifs (81 % fumier, 46 % zaï), tandis que les chefs d’exploitation détiennent les scores les plus élevés pour la connaissance des intrants (fumier : 81 %) et de l’équipement agricole (charrue : 57 %). Les femmes viennent en troisième position dans le cas des mesures de CES-AGF, mais cèdent leur place aux célibataires dans l’équipement agricole.
  • Les modes d’acquisition : le plus usuel est l’achat.
  • La propriété : la forme dominante est la propriété familiale, entendue au double niveau du ménage comme à celui de la concession ou encore de l’exploitation : charrue : 77 % contre 22 %, charrette : 66 % et 32 %.
  • Les acteurs sociaux, personnes ou structures intermédiaires : majoritairement les chefs d’exploitations familiales, par l’intermédiaire de l’Église catholique et des ONG.
  • Les modes d’accès à ces innovations par les autres membres de l’exploitation : les liens internes à l’exploitation familiale.

Les facteurs déterminants des adoptions

  • Motifs d’adoption : pour les quatre statuts de producteurs, c’est la recherche de meilleurs rendements et de la fertilité des sols, surtout pour les deux plus importants d’entre eux, le zaï et les cordons pierreux (11 % à 15 %).
  • Effets positifs : reconnus pour les intrants par les quatre statuts de producteurs sur les quatre plans suivants : la protection, la bonne croissance, l’humidification, la fertilisation, avec de meilleurs effets reconnus au fumier par rapport à l’engrais (25 % pour l’engrais, 46 % pour le fumier) par les femmes et par 55 % des célibataires, 57 % des chefs de ménage et 60 % des chefs d’exploitation). Parmi les effets positifs des aménagements antiérosifs sur ces mêmes sols, en termes de fertilisation et d’humidification, le zaï réalise au moins trois fois plus de rendements que les cordons pierreux (14 %, 17 % et 25 % pour les chefs de ménage et d’exploitation et les célibataires contre environ 3 % pour eux tous).

La question de genre dans ces processus

28La question de genre est ici entendue dans le sens de la distribution des croisements en prenant en compte la différence de sexe : les analyses différenciées ont été faites aux quatre niveaux que sont le niveau de connaissance, le type de propriété, les techniques d’utilisation et la connaissance des effets des innovations culturales.

29Dans leur ensemble, se confirme une certaine unanimité des avis et des opinions des femmes avec ceux des hommes, sur ces quatre thèmes, même en faisant intervenir les variables d’ethnie, de religion, de niveau de formation, ou de catégories socioéconomiques (activités secondaires pendant les deux saisons).

Étude sur l’« Adaptation au changement climatique pour le système hydrologique des fleuves sahéliens et des bassins versants de leurs affluents : cas de la Sirba au Burkina Faso (2005) »

PROBLÉMATIQUE ET MÉTHODOLOGIE

30La problématique de cette étude, centrée sur la variabilité et les changements climatiques, a une double référence :

  • le constat que les productions agricoles de l’Afrique subsaharienne sont souvent insuffisantes, du fait que non seulement les outils de travail aratoire des populations sont de faibles performances, mais aussi que ces populations sont ignorantes et ne se soucient pas des besoins de conservation des eaux et des sols, ni des apports en fertilisants de ces derniers.
  • quand bien même il leur arrive de parvenir à des niveaux élevés de production qui pouvaient couvrir leurs besoins d’alimentation, elles font preuve d’imprévoyance et de gaspillage dans le rythme et le niveau de consommation des productions obtenues.

31Sans prétendre nier les cas de comportements isolés qui corroboreraient de telles assertions, les données livrées ici, de portée générale pour l’échantillon de populations soumises aux enquêtes, remettent fortement en cause ces préjugés.

32En dépassant ces appréciations, dans un contexte de conditions physiques difficiles et de péjoration climatique, le problème est de savoir comment l’homme et la société, par leurs capacités de créativité, d’adaptabilité et d’organisation, donc d’inflexion des contraintes de la nature, de conservation et de promotion du potentiel de production, deviennent les acteurs finalement déterminants du niveau et de la qualité de ces productions, notamment par le capital de connaissances des espèces de cultures et des conditions de leur meilleure productivité.

33Dès lors, peuvent se formuler les questions ci-après :

  • quels sont les éléments constitutifs de ce capital ?
  • à quels référents culturels, économiques, écologiques, humains se rapportent les choix qu’opère le producteur pour une campagne ou pour une culture donnée ?
  • à quelles stratégies de réalisation obéissent les choix décidés ? ou quels moyens met-il en œuvre pour les réaliser ?

34La méthodologie a procédé par une recherche documentaire et une collecte de données de terrain.

35Pour cette dernière, l’échantillon, tout comme la zone d’étude, est très composite dans sa diversité ethnique, sociale et professionnelle : sur un effectif total de 91 personnes, sont représentés quatre groupes ethniques (Gourmantché : 32, Mossé : 52, Peul : 5, Zaossé : 2), quatre corps de métiers, (agriculteurs : 62, agropasteurs, 24, éleveurs embouche : 4 maraîchers : 1), six statuts sociaux (chefs de village ou de clan : 39, notables : 6, responsables administratifs villageois : 11, religieux : 2, responsables d’organisations paysannes : 6, autres : 27), etc.

PRINCIPAUX RÉSULTATS SUR L’ADAPTATION AUX EFFETS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

36Ils se présentent sous l’angle des perceptions des effets de la variabilité et des changements climatiques d’une part, et des modalités de réponses qui y sont données, d’autre part.

Perceptions des effets de la variabilité et des changements climatiques

37Les analyses ont d’abord repéré les perceptions des effets de la variabilité et des changements climatiques sous les aspects de rapport au climat et de rapport aux activités.

38Le rapport au climat ou la perception autochtone de la variabilité et des changements climatiques est vu à travers les perceptions des incidences de la variabilité climatique, notamment celles suscitées par la sécheresse et les pluies abondantes, les problèmes alors posés et les tentatives de réponses des populations.

39Les perceptions des incidences de la sécheresse et des pluies abondantes sont livrées dans le tableau ci-après.

Tableau 1 Incidences de la variabilité climatique : cas de la sécheresse.

Tableau 1 Incidences de la variabilité climatique : cas de la sécheresse.

40Pour des pluies abondantes, les problèmes découlant de cette variabilité climatique sont identifiés par les populations : la famine et la pauvreté (67 %), les maladies (50 %), la désertification.

41Face à toutes ces situations, quelles sont les réactions d’adaptabilité des producteurs ?

Les modalités de réponses des populations

42Ces modalités comprennent les réponses directes à des incidences négatives de la variabilité climatique d’une part, et le repérage d’indices et la prise d’actions de prédiction de saison, d’autre part.

43Le premier aspect est illustré par une dizaine de dispositions, dont les trois plus importantes sont la pratique des cordons pierreux et des diguettes, celle du reboisement et des fosses fumières (pour environ 40 % des répondants).

44Pour renforcer davantage ces actions, les paysans mentionnent surtout la formation des groupements villageois et l’alphabétisation, l’entraide mutuelle, avec des fréquences de 21 % et 26 % respectivement. Un paysan sédentaire, membre du groupement villageois de Bilanga-Yanga nous en précise le contenu : « La formation des groupements (est faite) pour les travaux tels que les fosses fumières, les cordons pierreux. Nous avons changé de variété : auparavant, il y avait des variétés d’une durée de 120 jours ; maintenant, on sème des variétés de 60 à 70 jours ». L’étude IPGRI/in situ, réalisée en 2001, rapporte qu’entre 1970 (année des premières grandes sécheresses) et 2001 (année d’observation de terrain), une centaine de tentatives d’introduction de nouvelles cultures ont été réalisées dans les zones affectées, selon des stratégies basées sur le statut des acteurs sociaux qui introduisent ces cultivars, les moyens et les techniques culturales qui les accompagnent, et les moyens organisationnels mis en place (Sawadogo R. C. Forum Gval, Cotonou, 27-29 septembre 2011).

45Font également partie de ces réponses, mais dans des fréquences moindres, le déstockage des animaux, la lutte contre les feux de brousse, la production fourragère, les sacrifices et le maraboutage.

46Le second aspect concerne la capacité dont disposent les paysans d’identifier des indices de repérage, à l’avance, de la qualité bonne ou mauvaise, de la saison à venir et, le cas échéant, d’initier des actions correctives.

47Ainsi, dans la Gnagna et le Gourma, les informateurs « déclarent que si des arbres tels que le karité, le néré, le jujubier produisent beaucoup de fruits, cela traduit que la saison sera bonne. Ils déplorent aussi l’absence de certains arbres qui permettaient de savoir que la saison est arrivée et qu’il faut commencer les semis. L’absence de ces arbres a fait que les paysans partent au champ comme ils veulent ».

48Dans le Kourittenga sont rapportés les cas suivants :

  • « Si le raisinier a produit beaucoup, la prochaine saison des pluies sera bonne :
  • « Dans le mois de juin, si le vent souffle beaucoup vers le sud, il y aura une sécheresse ;
  • « Dans le mois de décembre ou de janvier, si le vent souffle fort vers le sud, la prochaine saison des pluies sera bonne ;
  • « Lorsque les arbres à épines ont fait beaucoup de fleurs, la prochaine saison des pluies sera bonne ».

Vulnérabilité et capacités évolutives des sociétés africaines

Les témoins de vulnérabilité

49Les régions concernées par les trois études dont les résultats sont présentés ici relèvent toutes de sociétés dans lesquelles la sécurité alimentaire est une préoccupation permanente soit du fait de l’état avancé de dégradation écologique, soit du fait des méthodes culturales traditionnelles peu performantes, soit du fait que les zones d’accueil de migrants n’évoluent pas rapidement vers le même état de dégradation écologique. La sous-productivité globale des systèmes de production en vigueur dans ces régions est donc le premier témoin de cette vulnérabilité des sociétés traditionnelles.

50De manière générale, plusieurs auteurs des études de terroirs africains et notamment burkinabè ont, chacun selon ses formulations, relevé les caractères soit « archaïque », soit « peu évolué », soit « peu performant » du paquet technologique et des méthodes culturales de nos sociétés : à titre illustratif, citons Michel Benoit et « Les oiseaux du mil », Georges Savonnet et les capacités d’évolution de certaines sociétés du Sud-Ouest burkinabè, etc.

51Au plan des structures sociales et des types d’acteurs qui président à l’organisation de l’autorité sociale, d’autres auteurs ont également soutenu la thèse de « société bloquée » pour le cas des Moosé, où l’autoritarisme et la politique du nivellement sociétal par le bas inhibent les innovations structurelles et technologiques (cf. Sawadogo R. C., 2009).

L’adaptabilité comme manifestation de capacités évolutives

52Les innovations culturales constatées dans les trois études présentées ici contiennent des résurgences et des revalorisations de savoirs et de savoir-faire traditionnels, tant dans le domaine des techniques agricoles que de celui de la nécessité de l’organisation du monde paysan (cas du zaï et des groupements naam).

53Ces études ont également identifié les acteurs porteurs de ces innovations et même précisé les préférences des producteurs quant au mode de propriété de ces innovations et à leur circulation à l’intérieur des membres d’une exploitation familiale, tout comme au niveau de la collectivité villageoise.

54Ces éléments constituent, malgré des formes de résistances toujours persistantes dans ces sociétés d’une part, et des contraintes d’ordre matériel, financier et culturel qui sont susceptibles de retarder l’accès aux équipements nécessaires d’autre part, des forces porteuses de ces innovations, donc des capacités évolutives des sociétés concernées.

55Néanmoins, ces capacités évolutives requièrent, pour plus d’effectivité et d’efficience, des soutiens extérieurs multiformes toujours utiles.

Discussions

Synthèse des principales formes d’adaptation aux effets des perturbations environnementales

56Les principales formes d’adaptation des producteurs aux effets des perturbations environnementales s’inscrivent, pour leur majorité, dans les trois grands domaines suivants :

  • la biodiversité agricole, avec les résultats du projet IPGRI,
  • la dégradation environnementale, avec ceux du projet NIRP,
  • la variabilité et les changements climatiques, avec ceux du projet Sirba.

Discussions sur leur efficacité par la mesure de certains indicateurs

57L’évaluation de cette efficacité a été, dans le cas de l’étude NIRP, d’abord réalisée de manière qualitative, sur la base des appréciations de cette efficacité par les producteurs. Ainsi, ceux-ci témoignent de leurs connaissances des effets induits des innovations sur les sols et les plantes sur les trois plans suivants :

  • la protection (résultats relativement faibles) ;
  • la bonne croissance (10 % pour l’ensemble des statuts pour l’engrais et 25 % pour le fumier) ;
  • le rendement élevé (5 % pour tous les statuts et pour les deux produits).

58Les aménagements antiérosifs sont attributaires des mêmes effets positifs sur les cultures, sauf que la protection ne reçoit ici pratiquement pas de score, que la bonne croissance due au zaï est estimée deux fois plus faible que celle résultant des cordons pierreux (10 %), que, par contre, le rendement du zaï atteint 15 % et 18 % chez les chefs de ménage et d’exploitation, alors qu’il reste autour de 5 % pour les cordons pierreux.

59Le fumier a, en plus, la particularité de permettre d’autres combinaisons d’apports positifs, il est utilisé par 36 % des femmes et 47 % des chefs d’exploitation et des célibataires.

60Pour ce qui concerne les effets positifs sur les sols, deux grands apports sont relevés, autant pour l’engrais que pour le fumier :

  • la fertilisation (25 % pour l’engrais, mais, pour le fumier 46 % par les femmes et 55 %, 57 % et 60 % respectivement par les célibataires, les chefs de ménage et les chefs d’exploitation) ;
  • l’humidification (5 %). Sur ces mêmes sols, les mêmes effets positifs sont reconnus aux aménagements antiérosifs :
  • la fertilisation : le zaï réalise au moins trois fois plus d’appréciations positives que les cordons pierreux (14 %, 17 % et 25 % pour les chefs de ménage et d’exploitation et les célibataires contre environ 3 % pour eux tous) ;
  • l’humidification : les taux sont ici deux à trois fois plus élevés que pour les intrants ; de plus, ici également, les cordons pierreux réalisent une combinaison d’effets positifs sur les sols, que ne font pas les intrants.

61Enfin, le monde des producteurs étant constitué d’hommes et de femmes, terminons cet état des lieux au niveau de la gente féminine. Ici, le lien social avec le chef d’exploitation (facteur socio-démographique) et la religion (facteur socio-culturel) a servi de base pour apprécier ce niveau de connaissance des effets induits par le recours aux innovations culturales.

62Les musulmanes dans leur majorité (42,2 %) comme la majorité de la minorité catholique (40 %) identifient l’effet cumulé de la bonne croissance et du rendement élevé des plantes, tandis que la majorité des épouses de chefs d’exploitation comme de ménage optent pour la fertilisation des sols.

63Au total, se confirme une certaine unanimité des avis et des opinions des femmes sur les apports des différents supports, ce qui constitue une différence notable avec les constatations souvent diversifiées faites chez les hommes des quatre groupes-cibles (chefs d’exploitation, chefs de ménage, femmes et célibataires), chacun à son niveau interne.

64En plus de cette évaluation qualitative des effets réels des innovations culturales en termes de gains mesurables, une autre étude, initiée dans le cadre du CILSS, a bénéficié de méthodes d’agronomes pour la mesure de ces gains (Bélemviré et al., 2008) sur les différents niveaux suivants :

  • l’analyse statistique confirme des différences significatives entre les techniques CES (Conservation des eaux et des sols) de la saison agricole 2007 et ce, par-delà les caprices pluviométriques : les gains de rendement grains sur les champs sans CES sont de 78 % pour le zaï, de 32 % pour les cordons pierreux et de 120 % pour la combinaison cordons pierreux + zaï, pour une des grappes de villages (Ranawa), les cordons pierreux ont produit un gain de rendement de 41 % et le zaï de 114 % ; dans une autre grappe de villages (Noh), les gains de rendement en grains sont de 44 % pour le zaï, 45 % pour les cordons pierreux et de 102 % pour la combinaison zaï + bandes enherbées. Les gains de rendement grains par rapport aux champs sans CES sont de 53 %, 39 % et 112 % respectivement pour le zaï, les cordons pierreux et la combinaison zaï + bandes enherbées ;
  • dans le cas du recours à la fumure, cette étude montre également que ce fertilisant a un effet significatif sur le rendement : dans la grappe de Ziga, les rendements grains des champs sans fumure sont de 305 kg/ha pour le grain et de 1 257 kg/ha pour la paille. Les champs fumés avec des doses de 1 à 5 tonnes ont produit un rendement en grains de 719 kg/ha et 2 282 kg/ha de paille, soit un doublement du rendement grains par rapport aux champs non fumés ; quand la quantité de fumure dépasse 5 tonnes, ces chiffres atteignent, respectivement, 1 077 kg/ha de grains et 2 991 kg/ha de paille, doublant ainsi les rendements, d’une situation à une autre ; la proportion est de deux fois et demi dans la grappe de Ranawa ;
  • portant l’exercice sur une longue période de 21 ans (de 1984 à 2004), cette étude, pour la zone sahélienne concernée (Yatenga et Bam), montre que le recours aux innovations culturales va dans le sens d’une amélioration des rendements avec
  • cependant des variations importantes d’une année à l’autre : en dents de scie suivant les saisons agricoles, mais le niveau des rendements est plus élevé de nos jours que pour les années 1980 ;
  • pour la sécurité alimentaire : si l’étude ne constate pas, pour celle-ci, de différence significative entre les 344 ménages avec CES et les 312 ménages sans CES (21,30 % et 21,60 % de couverture des besoins vivriers à partir de l’autoproduction) ; par contre, les villages fortement aménagés achètent moins de vivres que ceux faiblement aménagés : soit, respectivement, les quantités moyennes de 200 kg de sorgho, 30 kg de mil, 75 kg de maïs et 11 kg de niébé, contre 238 kg de sorgho, 33 kg de mil, 102kg de maïs et 8 kg de niébé ;
  • pour la conservation de l’environnement, l’effet positif des aménagements est attesté : la densité et le nombre d’espèces végétales recensées sont supérieurs dans les situations avec aménagement par rapport à celles sans aménagements.

Autres sujets

PRÉCISIONS SUR L’IDENTITÉ DES ACTEURS SOCIAUX PORTEURS DES INNOVATIONS CULTURALES

65Les études effectuées ont identifié :

  • pour les personnes physiques : les chefs de famille, en distinguant les chefs d’exploitation ou de concession ou de la grande famille d’une part et le chef de ménage, d’autre part. En ce qui concerne les autres acteurs de l’activité de production, dont les femmes et les jeunes, qui peuvent avoir leurs propres besoins, cette distinction permet de savoir qui, dans la même exploitation, s’adresse à qui pour quel besoin, d’une part ; et d’autre part (bien que les éléments n’aient pas été abordés ici), elle permet aussi d’apprécier le niveau d’adhésion aux innovations selon le statut familial de la personne qui en fait la proposition ;
  • pour les structures : les organisations paysannes ont le préjugé a priori favorable, en tant qu’émanation du milieu des paysans et souvent leur propre création ; viennent ensuite les organisations non gouvernementales, souvent plus attentives aux doléances des populations de la base et plus promptes à y répondre.

66Toutefois, les expériences diverses déjà vécues par certaines populations rurales tant du côté des organisations paysannes que des ONG, les amènent à ne donner leur confiance et leur sympathie que sur la base des actes concrets posés, répondant à leurs principes et valeurs de référence dans les rapports avec eux. Il serait utile que de telles expériences puissent faire l’objet d’échanges, de manière à permettre d’en faire, à l’avenir, l’économie.

FORMES PRÉFÉRENTIELLES DE PROPRIÉTÉ DES INNOVATIONS CULTURALES

67Entre les formes individuelles, familiale et communautaire de propriété des innovations culturales, la forme familiale a été, de loin, la préférée. Viendrait en seconde position la forme communautaire, si l’on entend par là la forme collective à l’intérieur d’une organisation paysanne dont tous les membres se sont cooptés et se font mutuellement confiance.

68Toutefois, certaines expériences amères des cautions solidaires dans les opérations de crédits ont dû conduire à des révisions pour des formules de constitution très restrictives (cas de la substitution des anciens groupements villageois par les groupements de producteurs cotonniers, au Burkina Faso).

69De plus, il conviendrait de suivre de près l’évolution de plus en plus croissante au Burkina Faso de la propriété privative, en cours d’émergence par le fait des « nouveaux acteurs » ou de la politique de l’agro-business dans les zones rurales, mais pour lesquels des inquiétudes se manifestent (acquisition de domaines fonciers souvent importants de plusieurs centaines d’hectares, niveau de mise en valeur effective très faible, risque de prolétarisation rapide des petits producteurs), les mesures de contrôle de tels dérapages, existantes ou envisagées, devraient être partagées.

INNOVATIONS CULTURALES ET PRODUCTIVITÉ

70Les justifications par lesquelles les paysans apportent leur adhésion aux innovations culturales mentionnent clairement l’espoir de l’élévation des rendements et de la production agricole (15 % à 25 % des paysans affirment les avoir obtenus grâce à ces innovations culturales).

71Se posent néanmoins, d’une part, le problème des conditions d’effectivité de cet objectif, tant les paramètres qui y interfèrent sont nombreux (respect strict des consignes d’application des principes de mise en œuvre de ces innovations, régularité du suivi par des personnes compétentes et disponibles, incidences des aléas pluviométriques, etc) ; d’autre part, une certaine fixation sur cet objectif peut conduire à des dérives productivistes, au mépris à la fois de la préservation et de la conservation de l’environnement et des valeurs humaines au risque de ne plus voir dans l’homme que le premier outil de la production et d’oublier toute notion de droits humains : quelles précautions peuvent en constituer des mesures préventives ?

SOCIÉTÉS AFRICAINES ET ENVIRONNEMENT

72L’invite à la promotion des innovations culturales pose le problème de la prise en compte des savoirs et savoir-faire traditionnels en matière environnementale, dont des formes de revalorisations sont susceptibles de donner de meilleurs résultats, avec moins d’effets pervers, que les produits importés (cas de fumure et des engrais chimiques). Toutefois, comme le remarque un auteur, « il ne suffit pas de recenser simplement des techniques, des comportements mystiques ou des proverbes accompagnant telle ou telle opération dans un milieu donné. Il faut un vrai travail d’analyse et de synthèse en vue d’identifier les aspects effectivement utiles… Il s’agit donc d’une double lecture du milieu physique (lecture paysanne, lecture scientifique) (Drissa Diallo, in Agence universitaire de la francophonie, 2004, tome 2, page 337).

73De même, évoquer le problème de la conservation de l’environnement aujourd’hui en Afrique ne saurait se faire sans le situer dans le contexte de la mondialisation/globalisation : un contexte défavorable où la place au soleil se mesure à la capacité de mettre sur le marché mondial des marchandises compétitives, alors même que les pays du Nord bafouent les règles du commerce international, tout en enjoignant les pays du Sud à les respecter ; un combat périlleux où la pauvreté galopante oblige des franges importantes des populations du Sud à recourir inconsidérément au peu de ressources naturelles de plus en plus réduites, pendant que nos richesses agricoles et minières sont bradées sans retour conséquent de devises.

74C’est une invite supplémentaire à un rôle effectif de l’expertise scientifique et technique dans la recherche de stratégies éprouvées de prévention et de conservation du patrimoine écologique encore restant dans nos pays, de manière qu’à côté d’autres cadres d’actions, ce rôle contribue à un développement durable effectif de l’Afique.

Perspectives de recherche

75Deux exemples sont présentés ici.

Projet déjà soumis à Amma Afrique : « Étude sur les mesures d’adaptation des producteurs ruraux aux effets du changement climatique dans les zones d’immigration au Burkina Faso »

76Ce projet avait, en effet, d’abord été présenté à la rencontre de Amma Afrique tenue à Ouagadougou du 25 au 27 février 2009.

77Lors de l’atelier de Ammanet (Abidjan, 19 au 19 mai 2010), il a été retenu dans le volet Priorités sociétales de Ammanet « Impacts socio-économiques, politiques publiques et stratégies d’adaptation au changement climatique », axe 2 « Dynamiques socio-économiques, perceptions du changement climatique et stratégies d’adaptation », composante 3 « Stratégies d’adaptation », sous le même titre que ci-dessus.

78Durant cet atelier, les stratégies d’adaptation ont été définies comme des « réponses variées et différentes d’un contexte à un autre, pouvant prendre les formes de migrations, d’innovations dans les techniques culturales, de transformations des habitudes alimentaires, de déplacements de zones agro-pastorales ou encore de diversifications des sources de revenus » (cf. rapport du groupe adhoc : 5).

79La justification de cette composante relevait la faible mise en relief des changements climatiques dans l’explication des mobilités humaines.

80Du point de vue du contexte, plusieurs études ont certes déjà abordé la thématique de l’étude, telles, par exemple : l’étude IPGRI ou in situ en 2001 (provinces différentes du point de vue agro-climatique : Ouahigouya, Tougouri et de Thiougou), l’étude NIRP en 2002 (provinces d’origine et destination des migrants : Yatenga et Sourou), l’étude de bassins fluviaux, Projet CILSS et Agrymet, Sirba, 2005 : adaptation climatique des producteurs des bassins fluviaux, étude pour un Sahel vert, CILSS, 2008 (volet sociologique). Dans leur ensemble, ces études ont fait le point sur l’état de connaissance et de conscience des effets des changements climatiques exprimés par les producteurs ruraux, les réponses adaptives qu’ils y ont apportées et leur évaluation sur les conditions d’une plus grande efficacité.

81Toutefois, de nos jours, les déficits pluviométriques constatés lors de la campagne agricole 2011, s’ajoutent au taux d’accroissement annuel élevé de la population (3 % selon le RGPH 2006) et à l’insécurité de l’accueil dans les pays d’émigration traditionnelle (cf. Côte d’Ivoire), pour contribuer à alourdir davantage la pression sur les ressources naturelles (foncier et couvert végétal) et à accentuer la mobilité spatiale des populations à la recherche de contrées plus propices à leurs activités de production.

82Dans un tel contexte, une connaissance toujours plus précise et actualisée des réponses adaptatives des producteurs ruraux face aux effets des changements climatiques, devient alors de plus en plus nécessaire, surtout celle des migrants, dont le déplacement est précisément lié aux effets de ces changements climatiques.

83La présente recherche, qui sera conduite dans un échantillon de zones d’immigration selon leur ancienneté et leur intensité, a pour objectifs essentiels :

  • évaluer le niveau des réponses adaptatives aux effets des changements climatiques,
  • apprécier leur efficacité par le niveau de couverture des besoins des familles des producteurs et par le niveau de restauration des ressources naturelles (plantations, éléments déterminants des choix de cultures des campagnes agricoles, etc.)

84Les principaux résultats attendus sont :

  • l’éventail des réponses adaptatives des producteurs ruraux dans les zones écologiques fragilisées par les changements climatiques est connu avec plus de précision, autant dans les zones de départ des migrants que dans leurs zones d’accueil,
  • les dispositions d’amélioration évolutive de ces adaptations sont connues,
  • les mesures d’accompagnement de ces réponses adaptatives des producteurs, attendues de leurs partenaires au développement (services publics, ONG) sont connues.

85L’étude sera réalisée, dans le cadre de notre laboratoire (Sociétés, Mobilité, Environnement), avec la contribution d’étudiants de maîtrise, sinon des doctorants du LMD, qui, par une participation active à toutes les phases de la recherche, accroîtront leurs capacités d’analyse des réponses adaptatives aux effets des changements climatiques. De même, les producteurs qui constitueront la population d’enquête, prendront davantage conscience des enjeux des changements climatiques sur leurs systèmes de production et sur leurs conditions de travail et de vie.

Nouveau projet : « Suivi des populations en situation difficile au Burkina Faso »

86La présentation de ce projet se conformera également au schéma général adopté lors de l’atelier Ammanet de mai 2010 à Abidjan.

CONTEXTE

87Le Burkina Faso, au cours de la dernière décennie, a connu une série de crises (situation du retour forcé des immigrés de Côte d’Ivoire à partir de 1999, crise financière internationale de 2007 avec son corollaire de hausse des prix des denrées alimentaires et de dégradation des conditions de vie des ménages, et enfin inondations du 1er septembre 2009) qui ont nécessité de la part de l’État et de ses partenaires, des interventions en termes d’assistance et d’aides.

88Dans les interventions initiées en faveur des personnes concernées, les structures aussi bien gouvernementales que privées distinguèrent généralement et assez rapidement, les mesures d’urgence et celles de long terme. Parmi les dernières se positionne la question de l’insertion ou de la réinsertion sociale et économique de toutes ces personnes en situation difficile, qu’il s’agisse de « rapatriées » ou de « sinistrées », dans une perspective d’« insertion » ou de « réinsertion » durable. S’il est vrai par ailleurs que des études ont déjà tenté de rendre compte de ces situations (cf. Gval de septembre 2011 et dossiers de stages de terrain de notre département de sociologie, etc.), bien des aspects demandent à être approfondis. Ainsi, peuvent se formuler les questions de recherche suivantes :

  • de quoi disposaient ces personnes au début de ces situations ?
  • quel accueil et quelles assistances leur ont été proposés ?
  • quelle en a été l’efficacité ?
  • quelles perceptions ont-elles eu de cette assistance et de son efficacité ?
  • quelles perspectives se représentent-elles, à leur propre niveau et à celui des partenaires ?

OBJECTIF GÉNÉRAL

89– Analyser les stratégies et les mécanismes de réinsertion sociale des personnes victimes de situations difficiles (expulsés, rapatriés, sinistrés des inondations) dans les provinces frontalières avec la Côte d’Ivoire (les quatre provinces de la Région du Sud-Ouest, les provinces de la Comoé et de la Léraba, quelques zones rurales dans lesquelles les concentrations des rapatriés et des expulsés sont les plus élevées), et les deux grandes villes du pays que sont Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

90La perspective sociologique permet d’appréhender, tant du point de vue des victimes que de celui des structures et institutions, les représentations, les pratiques et les contraintes sociales qui conditionnent ou contrarient la réinsertion sociale des personnes victimes de ces situations difficiles au Burkina Faso.

OBJECTIFS SECONDAIRES

  • Décrire les actions mises en œuvre par les différentes institutions œuvrant en faveur de ces victimes, en vue de leur réinsertion sociale et économique ;
  • Cerner la perception que les victimes ont d’elles-mêmes et celle que la société a des victimes ;
  • Repérer et caractériser les contraintes handicapant la réinsertion sociale et économique des personnes victimes ;
  • Présenter et évaluer les initiatives prises par les personnes victimes elles-mêmes pour retrouver ou se créer une place au sein d’une société, dans la perspective d’une auto-prise en charge.

LES RÉSULTATS ATTENDUS

  • Les actions de réinsertion sociale et économique mises en œuvre par les différentes institutions œuvrant en faveur de ces victimes sont connues ;
  • La perception que les victimes ont d’elles-mêmes et celle que la société a des victimes sont connues ;
  • Les contraintes handicapant la réinsertion sociale et économique des personnes victimes sont identifiées ;
  • Les initiatives prises par les personnes victimes elles-mêmes pour retrouver ou se créer une place au sein d’une société, dans la perspective d’une auto-prise en charge, sont repérées ;
  • L’association des étudiants de master 2 et doctorants à la réalisation de cette recherche contribuera à renforcer davantage les ressources humaines compétentes dans ce domaine de recherche.

STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE

91Dans sa stratégie de mise en œuvre, le projet réunira des chercheurs seniors et juniors du monde universitaire, d’instituts de recherche et de jeunes chercheurs (master, doctorat) du Burkina Faso et d’éventuels autres pays. Ce faisant, par cette association collaborative de chercheurs confirmés et de chercheurs plus jeunes, ce projet de recherche ambitionne de participer au renforcement des capacités de recherche des pays dont les populations se retrouvent souvent dans ces situations difficiles.

INSTITUT RESPONSABLE DU PROJET

92Notre laboratoire de Sociétés, Mobilité et Environnement regroupe des chercheurs confirmés dans les trois domaines de son champ d’action.

Conclusions

93La présente contribution vient en complément d’une autre centrée sur l’état de connaissance de pratiques de gestion rationnelle de leur environnement par les populations des sociétés africaines. Ce fonds de patrimoine écologique apparaît comme la base sociologique préalable et nécessaire pour bâtir des stratégies actuelles efficaces de lutte contre la désertification et contre les effets des changements climatiques.

94Cette contribution en poursuit le prolongement en livrant précisément un éventail de pratiques de lutte contre toutes les formes de perturbations environnementales, dont les sécheresses et les inondations, bien que phénomènes opposés, en forment les éléments constitutifs.

95Tout comme l’état de connaissances, cet inventaire des expériences de formes de lutte contre les perturbations environnementales, apparemment propres aux populations des sociétés du Burkina Faso, se veut également suggestif pour les populations des autres sociétés africaines qui composent la longue ceinture de la « grande muraille verte africaine ». Ici également, comme pour le premier thème, les deux récentes rencontres de Cotonou sont des réservoirs larges et variés, à partir desquels de nombreuses autres expériences peuvent être repérées, analysées, retenues.

96Les analyses conduites ici pour discuter et conforter l’efficience des expériences relatées pourraient également s’y retrouver.

97La grande muraille verte africaine, dans ses grandes ambitions de reverdir le Sahel aride et semi-aride, devrait, en forgeant ses fondations sur de telles bases, réussir à reconstituer un espace géopolitique, non seulement de verdure retrouvée, mais aussi et surtout de contexte de construction et de reconstruction de sociétés viables, assumant leur être et leur devenir de manière plus autonome et plus souveraine.

98Dans l’ensemble, des orientations à suivre pour définir des stratégies d’adaptation aux changements climatiques pourraient, dans ce contexte :

  • déployer des actions d’accompagnement, de renforcement, d’amélioration de ce qui se fait déjà ou est déjà envisagé : de telles actions permettraient de consolider les niveaux de prise de conscience, de rechercher ensemble les meilleures réponses locales possibles, afin de rendre les résultats finaux encore plus performants, plus efficients par rapport aux problèmes et aux situations à résoudre ;
  • soutenir la recherche scientifique et technique pour qu’elle renforce ses capacités d’inventaires, d’analyses et d’accompagnement des stratégies de développement : ses résultats, comme outils d’aide à la prise de décisions, permettront de mieux ajuster celles-ci, pour une plus grande efficacité au bénéfice de la conservation de l’environnement et d’un développement durable à travers une sécurité alimentaire mieux assurée.

Bibliographie

Bibliographie

Bélemviré Adama, Maîga Alkassoum, Sawadogo Hamado, Sawadogo Moumini, Ouédraogo Souleymane Etude des impacts biophysiques et socio-économiques des investissements dans les actions de gestion des ressources au Nord du plateau central du Burkina Faso : CILSS, août 2008, 101 pages, version provisoire, multigr.

Burkina Faso : Stratégie nationale de mise en œuvre de la convention sur les cangements climatiques Décembre 2001, 80 pages, multigr.

Burkina Faso : Stratégie nationale et plan d’action du Burkina Faso en matière de diversité biologique (sans date), 163 pages, multigr.

Hien Mwinbaléopouor Héliane Rôle social et culturel de l’artisanat face à la déforestation : cas des artisans de Ouolonkoto (Province du Houet). Mémoire de Maîtrise de Sociologie, Département de Sociologie, UFR Sciences Humaines, Université de Ouagadougou, année académique 2006-2007, 69 pages, multigr.

Nikièma Habibou Perception des coupons alimentaires du PAM par les ménages pauvres de la ville de Ouagadougou. Mémoire de Maîtrise de Sociologie, Département de Sociologie, UFR Sciences Humaines, Université de Ouagadougou, année académique 2010-2011, 63 pages, multigr.

Pablo Pacheco : Investissements internationaux dans l’agriculture : les impacts négatifs sont-ils plus importants que les bénéfices ? Center for International Forestry Research multigr.

Padiéne Harouna Auto-promotion des rapatriés dans leur réinsertion socio-économique : cas de l’Association féminine Teg-Taaba pour la survie des rapatriés de Côte d’Ivoire (ATETASR). Mémoire de Maîtrise de Sociologie, Département de Sociologie, UFR Sciences Humaines, Université de Ouagadougou, année académique 2008-2009, 92 pages et annexes pages. multigr.

Programme ACP Sciences et Technologies Perturbations environnementales et adaptation des politiques agricoles pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest. Rapport général du deuxième forum du deuxième forum régional, Cotonou, 27 au 29 septembre 2011. 31 pages, multigr.

Sawadogo, Ram Christophe

– 2011a : Expériences de capacités d’adaptation des populations Burkinabè aux effets du changement climatique et perspectives de recherches. Atelier final du Programme RIPIECSA, Cotonou (Bénin), 18 au 18 octobre 2011, 14 pages, multigr.

– 2011b : Les populations burkinabè face aux perturbations environnementales : expériences de réponses adaptatives des producteurs et questionnements sur leurs sociétés. Deuxième forum régional de « Projet de gestion et de valorisation de la recherche dans le domaine de la sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest (GVal-Sécurité alimentaire) », Cotonou, Bénin, 27 au 27 septembre 2011, 22 pages, multigr.

– 2005 : Adaptation au changement climatique pour le système hydrologique des fleuves sahéliens et des bassins versants de leurs affluents : cas de la Sirba au Burkina Faso, 44 pages. multigr.

– 2004a : Innovations agricoles paysannes au Burkina Faso : prédominance de stratégies collectives, de leur adoption et de leur utilisation et perspectives de l’économie rurale durable : étude de cas dans les provinces du Yatenga et du Sourou Congrès AISLF, Tours, 2004, 23 pages, multigr.

– 2004b : Adaptation au changement climatique pour le système hydrologique des fleuves sahéliens et des bassins versants de leurs affluents : cas de la Sirba au Burkina Faso juillet 2004. 43 pages, multigr.

– 2002 : Les études socio-économiques de base du Projet IPGRI (IN SITU) au Burkina Faso : approche méthodologique et résultats préliminaires. Avril 2002, 36 pages. multigr.

– 1993 : Aspects sociologiques de l’éducation à l’environnement : connaissances et gestion rationnelle de l’environnement par les peuples du Burkina Faso : 37 pages, 1 tableau, 5 annexes dont 1 graphique. Document produit dans le cadre du Programme Sahélien d’Education (PSE) pour le Séminaire de formation à l’environnement de responsables de l’enseignement secondaire et de Chefs d’établissement : Ouagadougou, 26 au 30 octobre 1992 et 4 au 18 janvier 1993, multigr.

Sawadogo (Ram Christophe) et Zongo (Mahamadou) Les innovations culturales comme forme de participation des producteurs à la lutte contre l’érosion et la désertification : contexte et facteurs déterminants. Contribution de l’Université de Ouagadougou à l’étude approfondie du Projet NIRP. Novembre 2002, 134 pages, multigr.

Sawadogo (Ram Christophe), Maïga (Alkassoum), Bidima (Yamba), (sous la direction de) Inventaire, état de la régénération naturelle et domestication des espèces ligneuses utilisées dans l’artisanat d’art dans l’ouest du Burkina Faso. Rapports de stage de terrain obligatoire rédigés par les étudiants. Année académique 2008-2009. 73 pages. multigr.

Sawadogo (Ram Christophe), Maïga (Alkassoum), Ouattara (Siaka), Ouédraogo (Abdoulaye), (sous la direction de) (2009) :

– Situation socio-économique des sinistrés du 1er septembre 2009 et de leurs attentes vis-à-vis de l’Etat et de ses partenaires : cas de cinq sites d’hébergement (Pissy I, Pissy II, Hippodrome, INJPS, Samandin). 34 pages, multigr.

– La problématique du logement des sinistrés : politique envisagée par ‘Etat et préoccupations des sinistrés. 32 pages, multigr.

– La cohabitation des sinistrés du 1er septembre 2009 sur les sites d’accueil dans la ville de Ouagadougou. 63 pages, multigr.

– La problématique de la fréquentation scolaire (au primaire) des enfants sinistrés de la ville de Ouagadougou : cas du site de l’hippodrome (Hamdallaye) et du site de l’INJEPS. 40 pages. multigr.

Yaméogo Zoubi Initiative et pouvoir créateur de la femme : cas de l’Association féminine « Teg-Taaba » pour la survie des rapatriés de Côte d’Ivoire (A. Te. Ta.S.R.) dans l’Arrondissement de Sig-Noghin. Mémoire de Maîtrise de Sociologie, Département de Sociologie, UFR Sciences Humaines, Université de Ouagadougou, année académique 2008-2009, 99 pages et annexes. multigr.

Zongo Anatole La dégradation de l’environnement : est-ce un effet important de la migration ? Etude cas du département de To (Province de la Sissili). Mémoire de Maîtrise de Sociologie, Département de Sociologie, UFR Sciences Humaines, Université de Ouagadougou, année académique 1995-1996, 159 pages. multigr.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Incidences de la variabilité climatique : cas de la sécheresse.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Sociologue Université Ouagadougou, Burkina Faso UFR – Sciences humaines – Département de sociologie

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable