Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Introduction. L’Initiative africaine de la Grande Muraille Verte (IAGMV) : contexte, vision et opérationnalisation

Abdoulaye Dia et Amadou Moctar Niang

Texte intégral

1Résumé
En considérant l’arbre comme un élément majeur régissant l’évolution spatiotemporelle des milieux sahéliens et en conséquence toutes les activités socioéconomiques qui en découlent, l’approche « Grande Muraille Verte » repose principalement sur l’identification et la promotion de pratiques de gestion durable des terres, le renforcement des services socio-économiques de base et l’autonomisation durable des populations rurales. Elle comporte un package cohérent d’actions et d’interventions multisectorielles à des fins de repositionner ces zones arides comme des catalyseurs de l’émergence économique des pays sahéliens, d’éradication de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire.
L’Initiative africaine de la Grande Muraille Verte (IAGMV), d’envergure continentale et à multiples défis et problématiques complexes, nécessite dans son opérationnalisation une stratégie multisectorielle, une synergie des interventions et une démarche participative. Au plan opérationnel, il s’agit d’une approche écosystémique et holistique intégrant toutes les composantes et contraintes des terroirs. La stratégie opérationnelle pour la GMV est régionale, toutefois du fait de quelques spécificités des contextes biophysiques, pédologiques, culturels et socio-économiques d’un pays à un autre, l’approche intègre le profil pays, notamment la situation de référence contextuelle touchant le développement humain et la situation environnementale.
Diverses politiques et stratégies opérationnelles à différentes échelles institutionnelles, traduites en programmes multisectoriels, ainsi que des recherches thématiques de caractérisation, de prévention, de lutte et de restauration ont été menées sur les terres arides au cours des cinq dernières décennies de l’Afrique. Ces nombreuses et diverses actions déroulées dans des zones écogéographiques et phytobio-géographiques à caractéristiques variées ont permis de bâtir une masse importante d’expériences, de pratiques et de données scientifiques et techniques pertinentes, indispensables à capitaliser. À cela s’ajoute un important savoir traditionnel endogène qui a permis aux populations de lutter et de développer à travers des décennies des techniques d’adaptation et de résilience face aux aléas climatiques et environnementaux. Malheureusement, les effets conjugués de la désertification, du changement climatique et de la dégradation des écosystèmes ont rendu ces populations très exposées et très vulnérables.
La mise en œuvre de la Planification stratégique de l’Initiative repose d’abord et avant tout sur la capitalisation des données et pratiques pertinentes « best practices » et des éléments de situation de référence, notamment des informations scientifiques en matière d’environnement, de santé et de société afin d’établir un état des lieux au niveau des régions concernées par la GMV. C’est dans ce cadre que se positionne ce projet d’ouvrage intitulé La Grande Muraille Verte. Capitalisation des recherches et valorisation des savoirs locaux. Notre contribution introductive « Initiative africaine de la Grande Muraille Verte (IAGMV) : contexte, vision et opérationnalisation », ci-après, présente les divers aspects conceptuels, stratégiques et d’opérationnalisation de l’IAGMV, objet de l’ouvrage de capitalisation.

1. Contexte de l’émergence de l’Initiative

2Les pays sahélo-sahariens du Circum-Sahara sont confrontés depuis quelques décennies à plusieurs défis environnementaux, climatiques et une pression anthropique forte sur les ressources naturelles qui ont sérieusement perturbé les grands équilibres écologiques. Les changements climatiques et les actions anthropiques, en particulier les terroirs saturés et dégradés, le surpâturage et la transhumance, les défrichements expéditifs, les feux de brousse, les pratiques agricoles non appropriées et la surexploitation des sols peu productifs, sont autant de faits qui ont aggravé les impacts de l’irrégularité des pluies utiles, l’aridification du climat et favorisé l’avancée de la désertification et la dégradation des terres. Les effets conjugués et persistants de la désertification et des changements climatiques ont abouti à la destruction des équilibres triptyques Développement/Ressources naturelles/Environnement et ont engendré une forte détérioration des écosystèmes et des systèmes de production ainsi que des impacts sociaux, économiques et démographiques importants.

3Dans la bande sahélienne au sud du Sahara, au moins 60 % des territoires sont arides à semi-arides et dans des zones rurales à vocation essentiellement agro-sylvo-pastorale. Les statistiques signalent à l’échelle des onze (11) pays sur l’axe Dakar-Djibouti, une perte annuelle de 1,8 million d’hectares (FAO, 2006) de couvert végétal et de superficies de terres arables. La dégradation poussée des terres et du couvert végétal a accéléré les processus de lessivage et altéré la structure, les caractéristiques physicochimiques et biologiques des terres. Ces processus ont entraîné dans les cycles biogéochimiques la perte de composants importants tels que C, N et P et de symbioses fongiques avec les champignons mycorhiziens et ont ainsi engendré une perte de la fertilité et de la résistance aux stress biotiques et abiotiques des sols. Des décennies durant, de mauvaises pratiques culturales et d’occupation des sols ont abouti à une chute de la productivité des systèmes productifs ruraux et à une baisse importante de la production agricole et pastorale.

4En dépit des stratégies et des politiques agricoles développées tant au niveau national que sous-régional, le plus souvent encadrées par une loi agro-sylvo-pastorale, l’agriculture, jadis source importante de revenus et d’emplois, est devenue peu attractive et peu prometteuse dans ces « terres marginales ». La réponse des populations, face à l’hostilité du milieu, à la détérioration des systèmes et des capacités de production et en l’absence de ressources alternatives durables, a été le plus souvent le dépeuplement, l’intensification des flux migratoires, la transhumance et le nomadisme vers de « nouvelles zones » reliques. Cependant, les populations autochtones restées dans les terroirs ont toujours développé certaines formes d’adaptation et de résilience par des pratiques conservatoires issues de leurs savoirs traditionnels pour préserver un équilibre précaire entre prélèvement et renouvellement des ressources. Malheureusement, les impacts de la désertification exacerbés par les changements climatiques et la forte compétition sur les ressources naturelles ont rendu ces formes d’adaptation peu adaptées dans les terroirs. Les systèmes agraires, pastoraux et écologiques sont transformés et leurs fragiles équilibres rompus, ce qui entraîne des impacts et des conséquences directs sur les modes et moyens d’existence et le cadre de vie des populations. Cette situation à laquelle sont confrontées depuis quelques décennies les zones arides a installé la précarité, l’insécurité alimentaire voire la famine, la chute des revenus et des chaînes de valeur et la pauvreté, et a occasionné la destruction du tissu social et économique dans la plupart des terroirs du Sahel. Ainsi, plus de 60 % des foyers de pauvreté et exposés à l’insécurité alimentaire, voire à la famine, sont situés dans les zones rurales des pays subsahariens où sont enregistrés les Indices du développement humain (IDH) parmi les plus bas du monde et la plus faible probabilité d’atteinte des OMD d’ici à 2015. Cette situation, aberrante du fait de l’importance du potentiel existant, pose pour l’Afrique et le Sahel en particulier l’urgence de la prise en charge de la problématique de son Développement durable par d’autres alternatives et approches pour apporter une solution pertinente, au risque d’hypothéquer définitivement les potentialités de développement.

5Certes, des efforts au plan technique, financier et institutionnel sont consentis pour infléchir ces tendances. Ils ont porté sur la mise en œuvre à l’échelle nationale et sous-régionale de projets de développement et de plans de gestion des ressources naturelles. En effet, la plupart des pays du Sahel ont initié depuis quelques années, en application des conventions des Nations unies, des stratégies fondées sur la diversification agricole, les actions de lutte contre la désertification et la dégradation des sols, le développement des cultures de crue, les techniques efficientes de maîtrise, de gestion et de protection des ressources en eau. Les politiques et stratégies de développement rural, en particulier les politiques agricoles, forestières et pastorales, de développement communautaire et de gouvernance locale des ressources naturelles, fondées sur une plus grande responsabilisation des collectivités locales, menées dans ces pays n’ont pas, malgré quelques réussites ponctuelles, permis d’inverser les tendances et d’optimiser les potentialités économiques des terroirs. Les Programmes-cadres nationaux, sous-régionaux et régionaux mis en œuvre et ayant mobilisé d’importantes ressources financières – notamment le PDDAA (Programme détaillé de développement de l’agriculture en Afrique), les Plans d’action régionaux, sous-régionaux et nationaux (PAR, PASR, PAN) de lutte contre la désertification, les programmes TerrAfrica de restauration et de gestion des terres dégradées (GTD), ainsi que les Programmes économiques régionaux (PER) d’institutions communautaires – sont autant de mécanismes mis en œuvre. Malgré les stratégies et politiques et les investissements globaux, les contraintes subsistent et hypothèquent de plus en plus les capacités de développement durable des zones rurales, comme en témoigne la fréquence des crises alimentaires au Sahel.

6Diverses approches conceptuelles de lutte, d’adaptation et de résilience aux effets de la désertification et du risque climatique ont été initiées à travers les PAR, PASR et PAN. Du concept « ceinture verte » à forte activité de reboisement, les approches ont évolué des actions classiques de reboisement vers celles de reverdissement associées à des techniques de gestion durable des terres. Malgré ces efforts, les effets et impacts de la désertification et du changement climatique demeurent au cœur des préoccupations prioritaires de l’Afrique. L’approche stratégique à ces problématiques d’envergure mondiale nécessite plutôt d’autres alternatives et stratégies. Par ailleurs, du bilan mitigé de plusieurs décennies de Plans d’action nationaux, l’une des leçons pertinentes est que, pris individuellement, aucun pays saharo-sahélien n’a ni les moyens techniques, ni les ressources humaines et financières nécessaires pour faire face aux contraintes techniques et financières. Cette situation appelle un changement de paradigme. Cependant, la complexité, les réalités endogènes et la structure anthropo-socio-économique des terroirs sahéliens imposent une approche holistique intégrant toutes les dimensions et composantes du développement rural dans un cadre de gestion concertée. C’est dans ce contexte qu’a émergé, par la volonté des Chefs d’État et de Gouvernement des États saharo-sahéliens, l’Initiative africaine de la Grande Muraille verte (IAGMV). Au-delà du caractère emblématique, l’appellation « Grande Muraille Verte » ou « Great Green Wall » Dakar-Djibouti véhicule la notion de protection contre la désertification d’une part et celle de développement d’autre part, centrées autour de l’arbre porteur de vie et de développement. En considérant l’arbre comme un élément majeur régissant l’évolution spatio-temporelle des milieux sahéliens et en conséquence toutes les activités socio-économiques qui en découlent, l’approche « Grande Muraille Verte » repose principalement sur la protection/conservation/valorisation par l’identification et la promotion de pratiques de gestion durable des terres et par le renforcement des services socio-économiques de base et l’autonomisation durable des populations rurales

2. Vision et cadre logique de cohérence

7Le contexte global, les défis et enjeux multiples liés aux changements globaux de l’environnement et de la variabilité climatique nécessitent de traduire la vision de l’Initiative GMV dans un cadre stratégique et de logique de cohérence, un dispositif juridique et organisationnel et un mécanisme de suivi-évaluation bien maîtrisés.

  • 1 Initiative africaine dénommée « Grande Muraille Verte » proposée lors du 7e Sommet des Chefs d’Éta (...)

8La vision globale de la Grande Muraille Verte est de s’attaquer résolument aux principaux fléaux environnementaux et climatiques dans le cadre d’une coopération régionale et d’une synergie d’actions, pour créer à l’horizon 2025, avec la participation active de tous les acteurs, le rétablissement de la viabilité des écosystèmes et des systèmes productifs dans les zones rurales par des actions de restauration des terres, de réhabilitation et de renforcement des systèmes productifs. Dans le Sahel, le développement durable signifie d’abord « conservation des ressources naturelles et des écosystèmes et consolidation et diversification des systèmes de production ». La vision la plus cohérente à cette problématique très complexe s’oriente nécessairement vers la lutte contre la désertification et la dégradation des terres, vers la mise en valeur et la transformation des zones arides par la conservation, la gestion et l’optimisation des potentialités et des bases productives. L’approche viable et opérationnelle réside dans une gestion concertée intégrant les différents pays touchés à travers des mécanismes de coopération régionale et sous-régionale. Cependant, la réussite d’une telle stratégie régionale dépend fortement de la volonté et de l’engagement politiques, et de l’émergence d’un leadership africain dans la prise en charge et la gestion de ses propres défis. L’Initiative africaine de la Grande Muraille Verte1 (IAGMV) est l’expression forte de cette acceptation de changement de paradigme et de stratégies d’approche, mais aussi de l’engagement politique des Chefs d’État et de Gouvernement des États sahélo-sahariens de mettre en œuvre, et ensemble, une Nouvelle Stratégie Africaine (NSA) de lutte contre ces aléas. La particularité de la vision « Grande Muraille Verte » est, tout en créant et consolidant une ligne de défense par des activités de reboisement, de restauration et de gestion écosystémique, de contribuer efficacement aux efforts de lutte contre la dégradation des terres, la pauvreté et l’insécurité alimentaire et de créer, par une approche holistique, la transformation des zones rurales traversées en pôles ruraux d’émergence économique. Elle se fonde notamment sur les cibles majeures des indicateurs pertinents suivants :

  • à l’horizon 2020-2025, freiner l’avancée de la désertification, restaurer et valoriser les potentialités des zones arides et semi-arides, et installer les conditions d’un développement durable,
  • et à terme, réaliser la transformation des vastes étendues arides du Sahel en véritables pôles ruraux de production et de développement durable (PRPDD), puissants vecteurs d’incitation pour le retour aux terroirs des forces vives.

9Le cadre logique de cohérence est fondé sur les orientations majeures des politiques et stratégies communautaires régionales et sous-régionales et celles des États membres, notamment en matière de développement social et économique, de lutte contre la désertification, le changement climatique, la pauvreté et l’insécurité alimentaire, de promotion de l’écodéveloppement et de gestion durable des ressources naturelles. Il intègre par ailleurs les orientations prioritaires des trois (03) Conventions des Nations unies sur la désertification, le changement climatique et la biodiversité. À l’échelle locale, il adopte une approche holistique, écosystémique et multisectorielle adaptée aux réalités locales du terroir et s’appuie également sur l’appropriation par les populations locales ainsi que sur la valorisation des savoirs et techniques locaux dans le processus de mise en œuvre. Il s’appuie par ailleurs sur un certain nombre d’outils scientifiques et techniques, d’instruments juridiques et financiers et de mécanismes de planification stratégique et de suivi-évaluation, et prend ainsi en compte les éléments suivants :

  • un dispositif juridique et institutionnel opérationnel de coopération régionale, unissant tous les pays concernés dans le même combat et dans une nouvelle approche intégrée de développement et de gestion des ressources naturelles ;
  • une coordination régionale dans la planification, l’exécution, le suivi-évaluation et la mobilisation des ressources ;
  • une capitalisation des autres programmes pertinents, l’harmonisation des interventions et la rationalisation des ressources ;
  • une base cohérente de planification stratégique assise sur la vision, les orientations stratégiques, les objectifs, les résultats attendus et les indicateurs avec des cibles/résultats visés. Elle se décline en Plan d’action régional tenant compte du profil pays ;
  • une Plateforme de partenariat et de coopération scientifique, technique et financière ;
  • un système de recherche opérationnelle multidisciplinaire d’accompagnement et d’échanges ;
  • un Système d’information et de gestion fiable et un observatoire comme outil performant de suivi-évaluation sur objectifs, résultats attendus et indicateurs et cibles ;
  • une feuille de route et une matrice de mise en œuvre.

10Le cadre opérationnel prend en compte un certain nombre d’orientations :

11l’IGMV est inscrite dans un cadre de cohérence nationale, sous-régionale et régionale. Au niveau pays, les actions GMV s’intègrent et renforcent les politiques nationales de développement, de promotion de l’écodéveloppement et de gestion durable des ressources naturelles ;

  • la forte implication des communautés de base et leur autonomisation à court terme dans l’élaboration, la planification et la mise en œuvre des programmes de développement de leurs terroirs, par le renforcement de capacité des acteurs à la base ;
  • le renforcement des axes de coopération inter-terroirs et Sud-Sud, ainsi que le transfert de technologies adaptées dans la transition vers l’économie verte ;
  • l’inventaire et la valorisation des savoirs traditionnels et le renforcement de la coopération entre acteurs locaux, en favorisant les échanges d’expériences et de savoir-faire dans les programmes notamment de restauration des terres, de gestion durable, de protection des forêts, d’agroforesterie, de pastoralisme, de gouvernance locale, de valorisation des produits forestiers ;
  • la mise en place d’une recherche scientifique thématique d’accompagnement sur les aspects intéressant la mise en œuvre, l’exploitation, le suivi et l’évaluation des réalisations et des impacts de la GMV par une mise en réseau régionale de centres et d’institutions de recherche et de formation. Le renforcement de la Plateforme de partenariat et de coopération scientifique, technique et financière (PPCSTF) servira à l’harmonisation et à la concertation entre partenaires ;
  • la création et le fonctionnement efficient de systèmes de collecte et de dissémination d’informations accessibles.

3. Cadre juridique et institutionnel

12Le dispositif juridique et institutionnel opérationnel sur lequel s’appuie la mise en œuvre de l’Initiative est ainsi structuré :

  • La tutelle politique de l’Initiative GMV est assurée par L’Union africaine et la CENSAD. l’Initiative a été approuvée par la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union africaine lors de sa 8e session ordinaire des 29 et 30 janvier 2007 à Addis-Abeba (Éthiopie) par la déclaration 137 (VIII). Le 17e Sommet tenu à Malabo (Guinée équatoriale) a salué la création de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte et son rôle de coordination et d’agence d’exécution, et réaffirmé par ailleurs l’ancrage politique de l’Initiative GMV dans l’Union africaine à travers la Décision Assembly/AU/Dec.-14 (XVII).
  • À l’échelle régionale, la coordination est assurée par l’Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV)2, en relation avec la Commission de l’Union africaine et les Communautés économiques régionales (CER) de la CEDEAO, de la CEEAC et de l’IGAD. Elle est dotée d’un statut juridique international inter-étatique, sous la tutelle politique de l’Union africaine. Elle a pour objet la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte. Elle a pour missions en relation avec les États membres d’élaborer le cadre stratégique, le plan d’action global et d’assurer la coordination de leur mise en œuvre ainsi que la mobilisation des ressources nécessaires. Elle est relayée dans chaque État membre par une structure nationale de la GMV en charge de la réalisation des activités opérationnelles de mise en œuvre de la composante nationale de la GMV. L’APGMV s’appuie dans ses missions sur les structures spécialisées locales, nationales, sous-régionales et internationales publiques ou privées, compte tenu de leurs avantages comparatifs et du contexte du milieu d’implantation. Elle assure la cohérence transversale des actions par une coordination dynamique à travers des orientations communes concertées à toutes les étapes du processus de conception, de planification, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation des actions et de leurs impacts.

13L’approche en synergie et par faisceau dans les différents domaines d’intérêt de la GMV associe divers partenaires institutionnels, techniques et financiers à philosophie et expertises différentes. Par ailleurs, la complexité des préalables, procédures et mécanismes dans la mise en œuvre des programmes rend indispensable la disponibilité en temps opportun des données techniques d’aide à la décision, de suivi-évaluation et des statistiques fiables, ainsi que la concertation entre acteurs et partenaires. Dans ce cadre, la mission de coordination, de mise en cohérence, d’harmonisation et de rationalisation des initiatives et programmes de l’Agence est facilitée par la mise en place d’un cadre contractuel dynamique de coopération technique, scientifique et financière, de concertation et d’échanges d’informations. Les statuts de L’APGMV ont prévu la mise en place d’une Plateforme de partenariat et de coopération scientifique, technique et financière (PPCSTF) comme organe de concertation et d’aide à la décision. La PPCSTF est ouverte aux institutions partenaires qui soutiennent et accompagnent techniquement et financièrement la réalisation de la Grande Muraille Verte. Elle joue un rôle de facilitation auprès des institutions partenaires pour assurer la durabilité des investissements et la pérennisation des impacts socio-économiques positifs des programmes et projets mis en œuvre.

14Au niveau de la coordination centrale, l’Agence dispose d’un texte fondateur à travers la Convention du 17 juin 2010 de Ndjamena et d’instruments juridiques (statuts et règlement intérieur) et de gestion administrative, comptable et financière (manuel de procédures) approuvés par règlement N° 2011/002/CM/APGMV/NDj du 03 mars 2011 par le Conseil des ministres des États membres. Ce dispositif organisationnel et réglementaire balise correctement les procédures et la planification à travers les organes statutaires : la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, le Conseil des ministres et le Secrétariat exécutif doté d’un Comité technique des experts. Dans son fonctionnement, la PPCTSF appuie et facilite les missions de gestion et de suivi-évaluation. Elle comprend un Comité technique, un Comité de suivi/évaluation, un Comité d’investissement et un Comité de plaidoyer.

  • À l’échelle nationale. Afin d’assurer une cohérence entre les actions de la GMV et celles des politiques nationales, une structure nationale dédiée à la GMV est créée au niveau de chaque État membre. Elle assure la promotion de l’Initiative et la réalisation sur le terrain des activités opérationnelles dont les orientations globales sont contenues dans le Plan d’action régional. Elle travaille en étroite collaboration avec les services techniques des ministères sectoriels chargés notamment du développement rural, de l’agriculture, de l’élevage, des collectivités locales, de la décentralisation, de l’action sociale, de la santé, des questions foncières, de la jeunesse, des petites et moyennes entreprises, du microcrédit, de la recherche scientifique et de la culture.
  • À l’échelle locale. La logique de la démarche participative, garante de l’engagement, de l’appropriation et de la maîtrise par les populations des processus du cycle du programme centre la stratégie de mise en œuvre sur la communauté de base, à la fois cible et bénéficiaire. L’organe de gestion à la base est l’Unité communautaire intégrée de développement durable (UCIDD)3, qui correspond au « Bloc intégré de construction » de développement et de gouvernance communautaire à l’échelle locale. Elle est appuyée par un plateau technique d’Appui-Conseil, « Task Force Rural », formé d’acteurs publics, privés et d’ONG, pourvoyeurs de services spécialisés se rapportant principalement au climat, à l’agriculture, l’élevage, la foresterie, l’hydraulique, au développement communautaire, à la communication par la fourniture de données, d’informations et de conseils appropriés permettant de bâtir un Système de réponse et d’alerte précoce (SRAP) et de passer les messages aux cibles dans les formats et langues locales appropriés.

4. Objectifs et impacts attendus

15L’objectif global de la Grande Muraille Verte est la contribution à la lutte contre l’avancée du désert et la mise en valeur des zones saharo-sahéliennes, afin de réaliser à terme leur transformation par l’installation de conditions propices à l’émergence de Pôles ruraux de production et de développement durable (PRPDD), capables d’éradiquer la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Il s’agira à cet effet d’entreprendre des activités opérationnelles de reboisement, d’agroforesterie, de restauration des terres et des systèmes de production et de valorisation des potentialités naturelles, tout en favorisant des mesures d’accompagnement en termes d’activités génératrices de revenus et de renforcement des infrastructures de base pour l’accès aux besoins sociaux et économiques de base.

16La traduction de la vision en résultats et impacts positifs est planifiée à travers huit (08) Objectifs stratégiques majeurs (OSM). Le tableau I ci-après présente ces OSM et les Activités phares conséquentes de réalisation.

Tableau 1 Objectifs stratégiques majeurs (OSM) et Activités phares de la Grande Muraille Verte

Tableau 1 Objectifs stratégiques majeurs (OSM) et Activités phares de la Grande Muraille Verte

17Les impacts multiples et divers se situent à tous les niveaux et ont une portée aussi bien locale, nationale qu’internationale. Ils bénéficient à plusieurs catégories d’acteurs locaux et nationaux et à la communauté internationale. Ces impacts portent notamment sur :

  • la réduction de l’érosion et la restauration des sols dégradés et des ressources forestières ;
  • l’arrêt de la déforestation, l’accroissement du taux de reforestation et la protection des forêts ;
  • la restauration, la récupération et la protection des équilibres éco-climatiques, de la diversité biologique et des écosystèmes dégradés, l’aménagement d’espaces agro-sylvo-pastoraux et l’instauration de meilleures pratiques dans les systèmes de gestion des terres (agroforesterie, pastoralisme, agriculture, infrastructures rurales) ;
  • la relance, le développement, la diversification et l’amélioration notable et durable de la productivité des systèmes agro-sylvo-pastoraux par le renforcement des infrastructures de soutien à la production et à la transformation ;
  • la rationalisation de la transhumance pour une coexistence pacifique dans les aires agro-sylvo-pastorales ;
  • l’émergence de pôles ruraux de production et de développement durable (PRPDD) ;
  • l’amélioration notable de l’accès aux services socio-économiques de base et à l’alimentation ;
  • le renforcement des capacités de gestion technique et de gouvernance locale des ressources naturelles dans les terroirs ;
  • l’éradication de la pauvreté, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition ;
  • l’accélération des conditions d’atteinte des OMD par l’extension de la couverture sanitaire, du taux de scolarisation, de l’accès à l’eau potable, à l’alimentation et à un cadre de vie adéquat ;
  • le développement et la diversification des filières agricoles, pastorales, sylvicoles porteuses et la valorisation des produits forestiers à travers la capitalisation des bonnes pratiques et l’exploitation des résultats de la recherche et des savoirs locaux et traditionnels ;
  • le développement et le renforcement de la coopération SUD-SUD, SUD-NORD, de la mobilité scientifique par la Recherche&Développement et la formation dans les écoles, instituts, universités et centres de recherche avec la création de réseaux scientifiques thématiques et l’amélioration des plateaux techniques ;
  • l’amélioration notable des connaissances scientifiques sur les processus et interactions de la désertification, de la sécheresse, des changements climatiques et sur les technologies d’adaptation et de résilience, ainsi que sur la caractérisation des espèces végétales adaptées au stress hydrique et à l’aridité des sols ;
  • la maîtrise des ressources en eau, à travers la mise en place de bassins de rétention, de lacs artificiels et d’ouvrages hydrauliques ;
  • la création d’emplois, le développement de l’entreprenariat et du micro-crédit par l’organisation et l’amélioration des circuits commerciaux ainsi que la diversification des filières porteuses ;
  • la couverture durable des besoins en produits forestiers, en pharmacopée et en énergie domestique ;
  • le renforcement de la sécurité et de la paix dans l’espace saharo-sahélien et l’intégration socio-économique des peuples du Sahel ;
  • la forte contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) par des pratiques et techniques durables d’occupation des terres et de génération de biomasse et forte capacité de séquestration du CO2.

18Le tableau synoptique ci-après donne un aperçu des catégories de bénéficiaires et d’impacts.

Tableau II Synoptique des bénéficiaires et des impacts attendus de la GMV

Tableau II Synoptique des bénéficiaires et des impacts attendus de la GMV

5. Opérationnalisation de la Grande Muraille Verte

5.1. Stratégie opérationnelle

19Une telle initiative nécessite une stratégie multisectorielle, une approche holistique, une synergie des interventions et une démarche participative. Elle est fondée sur l’approche sur demandes et besoins prioritaires des Communautés à la base et s’appuie sur une planification stratégique par objectifs, résultats attendus, et indicateurs et cibles de performance.

20Elle est bâtie sur l’identification d’Axes Stratégiques Majeurs (ASM) fédérateurs issus des orientations de la vision et de l’analyse des approches, expériences et résultats pertinents existants et des programmes en cours ou à réaliser. Elle s’appuie également sur l’implication active et effective des populations à toutes les étapes de la mise en œuvre. La sélection des sites, des espèces végétales et des programmes d’appui au développement communautaire et à la gouvernance locale se fera en relation avec l’UCIDD de la Communauté de base. Une telle stratégie est nécessairement multisectorielle, adoptant une approche holistique, mais nécessite également une dose de réalisme pour établir des priorités et adopter une démarche graduelle et un séquençage. La stratégie opérationnelle consiste à réaliser sur le terrain des activités opérationnelles de gestion durable des ressources et à entreprendre parallèlement des mesures d’accompagnement sous forme d’activités génératrices de richesse, de renforcement des infrastructures et des services sociaux de base et de développement de programmes de recherche d’accompagnement sur des thématiques pertinentes dans la mise en œuvre. Elle est structurée autour des concepts et composantes suivants :

  • le concept de tracé « bande d’unités végétales multi-espèces », intégrant d’autres systèmes d’utilisation des terres. Certes, la situation est préoccupante dans toutes les zones sahéliennes du Circum-Sahara et justifie leur prise en charge dans l’Initiative GMV. Toutefois, la complexité et l’ampleur des défis et l’importance des moyens à mobiliser pour une mise en place correcte d’une telle initiative imposent un séquençage à plusieurs étapes. Le concept Grande Muraille Verte Dakar-Djibouti sur les onze (11) pays du sud du Sahara (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Éthiopie, Érythrée, Djibouti) traduit l’idée de base et se justifie simplement par le caractère prioritaire et l’urgence d’agir d’abord sur la partie au sud du Sahara. En effet, l’état de dégradation des terres et l’avancée inexorable de la désertification dans cette partie de l’Afrique revêtent un caractère particulier fait de désolation, de précarité, de pauvreté et d’insécurité alimentaire. Agir d’abord sur cette zone est la priorité des priorités dans le séquençage de l’Initiative, qui sera étendue au terme de la revue à mi-parcours à d’autres zones du Circum-Sahara ;
  • la contrainte « minimum 100 mm » de moyennes annuelles pluviométriques. Les paramètres écologiques déterminants dans les zones arides restent la pluviométrie et la variabilité climatique, tandis que les leviers sûrs du développement demeurent la gestion durable des ressources naturelles, en particulier agricoles, sylvicoles et pastorales. L’agriculture sous pluie et le pastoralisme sont les bases de la production rurale. La prise en compte de la limite « minimum pluie 100 » est fondamentale dans la délimitation du tracé, contenu dans les moyennes annuelles pluviométriques entre 100 et 400mm ;
  • l’adaptabilité et l’acceptabilité des espèces végétales et animales

21Les espèces sont essentiellement autochtones et à fonctions et usages multiples, sélectionnées pour leur résistance au stress hydrique, leur adaptation aux terres arides mais aussi pour leurs valeurs économiques et écologiques, leur plasticité écologique et leur acceptabilité par les populations locales.

22Dans sa structure, la bande végétale renferme diverses composantes à vocations différentes :

23(1) des unités végétales multi-espèces. Elles comprennent :

  • des formations naturelles reliques (forêts classées, communautaires et privées) ;
  • des formations artificielles anciennes ou nouvelles (y compris les forêts privées issues des programmes et projets de la zone), ou à créer à travers des programmes de reboisement ou de regarnissage ;
  • des réserves botaniques pour la conservation de la biodiversité végétale, des mises en défens et des périmètres de Régénération Naturelle Assistée au niveau d’aires forestières plus ou moins dégradées.

24(2) des unités agro-sylvo-pastorales. Les unités de systèmes de production intégrés agricoles, sylvicoles et pastoraux restaurés comprennent :

  • des cultures annuelles sous verger, périmètres hydro-agricoles arborés, parcs arborés, périmètres maraîchers, vergers de plantations fruitières et jardins polyvalents ;
  • des pâturages et des zones de parcours et de transhumance villageoises et intercommunautaires ;
  • des parcs animaliers, des couloirs de migration de la faune, des aires protégées, notamment des aires et réserves communautaires de faune avec les installations de support, des parcs nationaux en intégralité ou en partie.

25(3) des corridors d’ouvrages hydrauliques et autres points d’eau. Il est prévu de réaliser sur le long du tracé et au niveau des points bas et des zones humides fossiles un ensemble de bassins de rétention des eaux de pluie et de ruissellement, des mini-barrages, des forages hydrauliques et des puits pastoraux, et de réhabiliter tous points d’eau existants.

26(4) des infrastructures sociales et commerciales de base. Il s’agit d’accompagner les activités opérationnelles par l’aménagement d’infrastructures de production et de transformation des produits de la Grande Muraille Verte, par la mise en place d’opportunités de création de richesses, mais également de services socio-économiques de base dans les domaines de l’énergie (privilégier les énergies renouvelables et domestiques traditionnelles), de l’éducation, de la santé et de l’eau (forages, puits, mares, lacs…) dans les zones d’emprise de la GMV.

27Le management et la coordination de la stratégie reposent sur le respect d’un certain nombre de principes directeurs et l’atteinte des cibles des indicateurs et défis :

  • la flexibilité dans l’approche. La stratégie de gestion, de coordination et de suivi est orientée vers la responsabilisation accrue des Communautés à la base dans la gestion des programmes de leurs terroirs. La GMV ne se substitue pas aux efforts nationaux de lutte, mais leur apporte une nouvelle approche stratégique et une autre conception de gestion intégrée du faisceau matriciel des problématiques de désertification, changement climatique, protection, restauration, conservation et gestion durable des systèmes de production interférant sur le développement des terroirs ;
  • l’approche participative. La stratégie opérationnelle GMV place les bénéficiaires et les acteurs locaux à l’amont et à l’aval des activités, avec un encadrement institutionnel pratique, non contraignant et non dirigiste. L’atteinte des objectifs et la pérennisation des impacts seront facilitées par la forte implication des populations ;
  • le pragmatisme et le réalisme sur les ressources. Le contexte économique mondial actuel très peu favorable aux appuis financiers durables justifie le pragmatisme et le réalisme dans les attentes de financements extérieurs et recommande au moins pour les deux à trois premières années du Plan d’action quinquennal que les États membres comptent d’abord sur leurs capacités et moyens propres pour impulser la dynamique, tout en exploitant les opportunités offertes à travers les mécanismes financiers (Climdev, Fonds Vert, finances carbones, guichets FEM, etc.) et la mobilisation populaire dans les différentes strates de nos populations ;
  • le cadre logique axé sur les résultats. La stratégie d’approche est axée sur les priorités et besoins de la Communauté de base (UCIDD) à travers un modèle de gouvernance locale conférant à la population locale l’autonomie et la responsabilité de gestion par des techniques à leur mesure ;
  • l’éradication de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire, par l’émergence de Pôles ruraux de production et de développement durable (PRPDD) et l’instauration de systèmes de gestion durable des ressources naturelles et de gouvernance locale. Dans le cas spécifique du développement de l’agriculture, de la foresterie et du pastoralisme, secteurs clefs dans les stratégies d’éradication de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire dans la GMV, les défis portent sur le risque climatique, l’insuffisance d’infrastructures et d’aménagements hydro-agricoles de qualité, la faiblesse des investissements structurants et l’insuffisance de ressources humaines aptes à prendre en charge la problématique globale, intégrée et multidisciplinaire du développement rural. La stratégie met l’accent sur ces contraintes ;
  • le renforcement de capacités techniques dans divers aspects de mise en œuvre de la GMV, notamment la planification stratégique, la cartographie de l’occupation des sols, la gestion et le suivi-évaluation des ressources naturelles, l’identification, la rédaction et la gestion de programmes efficients d’adaptation et de résilience aux défis climatiques et environnementaux, le plaidoyer et la problématique genre ;
  • l’identification et le transfert de technologies alternatives appropriées susceptibles de favoriser la transition à l’économie verte ;
  • le taux zéro pour cent (0 %) de dégradation des terres, la restauration qualitative et quantitative des terres et la gestion durable et rationnelle des ressources naturelles ;
  • la réhabilitation et l’aménagement des systèmes de production agricoles et pastoraux dans les terroirs de la GMV ;
  • la mise en place du réseau GMV de systèmes harmonisés de gestion et de suivi-évaluation en temps réel au niveau des structures GMV ;
  • la gestion correcte des conflits. La forte compétition sur l’espace rural entre acteurs et activités, notamment entre éleveurs et agriculteurs, transhumance et reverdissement, aires agricoles, pastorales et boisées implique dans la gestion du terroir une concertation inclusive, une appropriation par tous les acteurs des contraintes et obligations et ensuite une gouvernance locale appropriée ;
  • la mise en place d’une plateforme technique de recherche opérationnelle et d’échange de données scientifiques et de valorisation des savoirs traditionnels ;
  • la promotion d’une bonne communication, d’un plaidoyer et d’un marketing des programmes, permettant une forte implication des populations à tous les cycles de mise en place de l’initiative GMV ;
  • la mobilisation et l’utilisation efficiente des ressources en eau. La mobilisation et la gestion des ressources en eau constituent un défi majeur. Des actions et techniques adaptées et accessibles de mobilisation, de récupération et de gestion des eaux de surface, des précipitations et des eaux souterraines sont indispensables ;
  • la mise en cohérence et la coordination opérationnelle des activités de lutte et de développement rural ;
  • la prise en charge correcte des réalités, des mentalités et des cultures des populations des zones agro-sylvo-pastorales, et en majorité nomades et pasteurs ;
  • la sécurisation des biens et initiatives privés. L’hétérogénéité des contextes et des systèmes juridiques, notamment sur le foncier, à l’échelle des États membres pays ne facilite pas la mise en place d’une politique d’accès à la terre et de sécurisation de l’initiative privée, nécessaire à la pérennisation et à la durabilité de l’investissement et de l’engagement à long terme des partenaires techniques, scientifiques et financiers.

5.2. Planification stratégique

28La diversité des interventions et des intervenants, la complexité et les spécificités des problématiques dans les différentes zones éco-géographiques recommandent l’identification d’axes majeurs fédérateurs sur lesquels sera fondée la planification stratégique de mise en œuvre de la Grande Muraille Verte.

29Les systèmes et techniques ciblés dans l’Initiative visent les meilleures techniques, expériences et pratiques réussies, « best practices », notamment en technique de mise en défens, régénération naturelle non assistée (RNA), restauration des terres dégradées, aménagement de systèmes agricoles et pastoraux, protection de forêts et bassins versants, sensibilisation et mobilisation. La capitalisation servira de base dans la sélection des techniques et systèmes d’exploitation et dans l’identification de la situation de référence, tant au plan du développement humain qu’environnemental. Les références locales seront améliorées par les données nouvelles de la recherche d’accompagnement. La capitalisation des expériences et des savoirs locaux et la planification à la base validée par les populations sont les leviers de la stratégie. Cette démarche traduit l’accent mis sur l’implication active et effective des populations à toutes les étapes de la mise en œuvre.

30L’opérationnalisation de la GMV s’appuie sur une planification stratégique sur objectifs traduite en Plan d’action régional à cycle quinquennal, une coordination et un mécanisme de suivi-évaluation tant à l’échelle régionale que nationale. L’élaboration du Plan d’action régional part de la consolidation des divers Plans d’action nationaux (PAN) des États membres issus d’un dialogue national inclusif et participatif de la base au niveau central pour bâtir une alliance nationale forte et durable dans la mise en œuvre de la GMV.

31La planification stratégique s’articule autour des orientations majeures suivantes, cadrant avec la vision, les objectifs, les résultats attendus et la stratégie opérationnelle :

  • un document cadre de planification par la consolidation des Plans d’action nationaux de mise en œuvre de la GMV, mis en cohérence avec les politiques nationales en la matière et traduit en Plan d’action régional à cycle quinquennal doté de mécanismes d’évaluation et de revues à mi-parcours chaque deux ans ;
  • quatre (04) paradigmes d’objectifs « Conservation/Protection/Restauration/ Développement » ;
  • une stratégie de management sur trois véhicules C, Communication, Concertation, Capitalisation ;
  • des activités d’information et de partage, de sensibilisation et de renforcement des capacités techniques et de gestion des acteurs à la base ;
  • une capitalisation et une valorisation des résultats, expériences et données pertinents,
  • un Système de suivi-évaluation et d’observatoire de l’évolution de la Muraille Verte et de ses impacts sur le développement humain et l’environnement ;
  • une Recherche scientifique d’accompagnement et de valorisation de savoirs traditionnels, à travers un Réseau régional de centres d’excellence de recherche et de formation (RERCERF) ;
  • une Plateforme de partenariat et de coopération scientifique, technique et financière (PPCSTF) : organe statutaire consultatif de partage d’informations, de concertation et de suivi et évaluation des actions ;
  • une stratégie de mise en œuvre centrée sur « le terroir et la Communauté de base » et s’appuyant sur l’Unité communautaire intégrée développement durable (UCIDD), organe de gestion de la Communauté de base.

5.3. Le Plan d’action quinquennal (PAQ) 2011-2015

32Le premier cycle quinquennal 2011-2015 de planification stratégique a pour objectif final d’installer dans ces terroirs arides au terme des cinq ans les bases durables et opérationnelles d’une transformation socio-économique et environnementale favorables à l’émergence de Pôles Ruraux de Développement Durable (PRDD) capables de faire face aux défis environnementaux et climatiques et de juguler la pauvreté et l’insécurité alimentaire.

APPROCHE CONCEPTUELLE

33Le Plan d’action quinquennal 2011-2015 s’articule autour de l’approche conceptuelle suivante :

  • des activités opérationnelles (AO) de terrain, de reboisement, restauration, conservation et de protection des terres et des ressources en eau et de la biodiversité par une gestion durable ;
  • un package d’activités d’accompagnement relatives au développement communautaire et à la gouvernance locale. Il s’agit de promouvoir des activités de création de richesse, de réhabilitation et de renforcement des aménagements d’appui aux systèmes de production et d’exploitation agro-sylvo-pastoraux, d’infrastructures communautaires socio-économiques et commerciales de base (santé, éducation, énergie, communications, etc.) ainsi que de renforcer les bases de bonnes pratiques de gouvernance locale et de gestion à l’échelle nationale, locale et à la base (UCIDD) ;
  • la Recherche d’accompagnement & développement (RA&D) et la valorisation des savoirs locaux à travers des programmes de recherche thématique, de recherche opérationnelle sur des sujets d’intérêt pour la réalisation, le suivi et la valorisation de la GMV ;
  • des modules de renforcement des capacités, de perfectionnement et d’échanges d’expériences ;
  • des actions périodiques de suivi & évaluation ;
  • de la communication, du marketing et du plaidoyer.

AXES STRATÉGIQUES MAJEURS ET PILIERS PROGRAMMATIQUES

34Le Plan d’Action (PAQC 2011-2015) repose sur quatre (04) socles GMV en Axes stratégiques majeurs (ASM), s’appuie sur des Piliers programmatiques en Objectifs stratégiques majeurs (OSM) et se réalise en Programmes/Projets prioritaires (PP), identifiés des piliers programmatiques. Les programmes et projets prioritaires sont répartis dans quatre portefeuilles de programmes prioritaires calés sur les ASM qui sont ainsi définis :

ASM 01. Communication, Marketing et Plaidoyer (CMP)

35Ce volet est particulièrement important dans l’adhésion et la mobilisation des masses populaires et de la communauté internationale. Il s’agit sur la base de Plans de communication basés sur l’utilisation des médias, de leaders d’opinion dans les différents genres et générations et divers supports de communication de dérouler une stratégie de communication, de plaidoyer et de marketing pour assurer une bonne appropriation de l’Initiative et réaliser une grande mobilisation et une forte adhésion des populations, des acteurs et des partenaires autour de la Grande Muraille Verte.

ASM2. Développement communautaire et de gouvernance locale (DC/GL)

36Il s’agit d’un package d’actions d’accompagnement de type : Promotion d’activités génératrices de richesse, Renforcement de la disponibilité et de l’accès aux services socio-économiques de base, Organisation et installation des bases efficientes de gouvernance locale et de gestion durable des ressources naturelles.

ASM3 : Recherche d’accompagnement & développement (RA&D)

37L’opérationnalisation de l’Initiative s’appuie sur la disponibilité de données scientifiques et techniques fiables de conception et d’aide à la décision acquises par capitalisation mais aussi par des activités de recherche thématique d’accompagnement et la valorisation des savoirs traditionnels. L’atteinte d’un tel objectif passe par la mise en place d’un réseau régional de centres d’excellence de recherche et de formation (RCERF) et de supports à la production et la dissémination d’informations et de résultats scientifiques pertinents à travers une mise en réseau au niveau régional de laboratoires et d’équipes de recherche.

ASM 04. Activités opérationnelles (AO)

38Les Activités Opérationnelles visent des actions de lutte contre la désertification, de conservation/protection de la biodiversité, des terres et des ressources en eau, notamment celles d’agroforesterie, de reboisement, d’agriculture familiale, de foresterie et de pastoralisme, et d’amélioration des systèmes de production agro-sylvo-pastoraux.

39Le tableau III donne un aperçu de l’architecture du Plan d’action quinquennal 2011-2015 et indique les Piliers programmatiques et les quatre (04) Portefeuilles avec leurs Programmes prioritaires.

5.4. Gestion, suivi et évaluation

40Le management dans la mise en œuvre de la planification repose sur le triptyque Communication, Concertation, Capitalisation par les divers acteurs et bénéficiaires. L’approche participative impliquant les populations locales, les producteurs et usagers de même que la régie participative sont des approches adoptées dans la GMV. Elles visent la responsabilisation et l’autonomie des cibles et bénéficiaires dans la gestion et l’évaluation et nécessitent à ce titre l’identification et la mise en place d’un important programme de renforcement de capacité des acteurs dans les domaines prioritaires.

41L’APGMV s’appuie dans ses missions sur les structures spécialisées locales, nationales, sous-régionales et internationales publiques ou privées, compte tenu des avantages comparatifs et du contexte du milieu d’implantation. Elle assure ainsi la cohérence transversale des actions par une coordination dynamique à travers des orientations communes concertées à toutes les étapes du processus de conception, de planification, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation des actions et de leurs impacts.

42Les dispositifs nationaux existants de surveillance et de protection ainsi que de suivi-évaluation seront consolidés et renforcés par l’utilisation de données satellitales et de Systèmes d’information géographique et l’établissement de cartes thématiques.

43L’évaluation des programmes et projets se fera sur la base des objectifs fixés, des impacts positifs, des indicateurs de performance et cibles vérifiables et la durabilité des acquis. Elle se fera par pays et à l’échelle régionale. Les programmes feront l’objet de revues à mi-parcours tous les deux (02) ans selon les procédures définies en relation avec les acteurs, les partenaires et les bénéficiaires pour adopter les corrections et réorientations nécessaires.

44La production de rapports périodiques pays et du rapport global annuel de l’Agence Panafricaine sur le fonctionnement, l’avancement et performance, les résultats et les impacts des programmes ainsi que les rapports de sessions du Conseil des Ministres sont autant de sources d’informations.

45La création d’un portail numérique grandemurailleverte.org dans lequel sont logées toutes les données accessibles aux partenaires et acteurs permet également d’avoir une meilleure visibilité sur les programmes et leurs performances et de la transparence dans la gestion.

Bibliographie

Références

APGMV (2010) : Convention portant création de l’Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte, 13 p, Publication interne Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte.

CILSS (2012) : Caractérisation des milieux : évaluation et gestion des ressources naturelles transfrontalières des zones du tracé de la GMV : Atelier régional PNUE/APGMV, 05-07 mars 2012, Ouagadougou, Burkina Faso.

Dia A (2011) : Document cadre de Plan d’Action quinquennal 2011-2015 de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte, 79 p., Publication interne Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte

Dia. A & Duponnois. R. (2010) Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte : concepts et mise en œuvre, IRD Editions, 2010, 438 p.

ENDA Énergie (2012) : Évaluation rapide de la situation socio-économique des pays de la GMV et de leur capacité d’adaptation aux changements climatiques : Doc. atelier régional PNUE/APGMV, 05-07 mars 2012, Ouagadougou, Burkina Faso, 61 p.

PNUE (2012) : Évaluation rapide sur les services écosystémiques et les forces motrices de changement dans le contexte de la Grande Muraille Verte : Atelier régional PNUE/APGMV, 05-07 mars 2012, Ouagadougou, Burkina Faso.

Notes

1 Initiative africaine dénommée « Grande Muraille Verte » proposée lors du 7e Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté des États saharo-sahéliens tenu les 1er et 2 juin 2005 à Ouagadougou (Burkina Faso). Elle est endossée par l’Union africaine, par déclaration 137 (VIII), lors de la 8e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement tenue les 29 et 30 janvier 2007 à Addis-Abeba (Éthiopie). La dénomination « Grande Muraille Verte » est emblématique et caractérise un label de modèle de développement intégré. Elle véhicule deux messages importants : assurer une protection contre la désertification et réaliser le développement durable des zones arides fortement affectées en étant centrée sur la vision « l’arbre porteur de vie et de développement ».

2 L’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV) est créée par la Convention signée le 17 juin 2010 à Ndjamena (République du Tchad) par les Chefs d’État et de Gouvernement des États membres de la Grande Muraille Verte. Les organes statutaires sont la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, le Conseil des Ministres, le Secrétariat exécutif et le Comité Technique des Experts.

3 UCIDD: Unité communautaire intégrée de développement durable. Populations ou communautés de populations d’un même ou de plusieurs terroirs. Le terroir est considéré comme une entité géographique et sociale caractérisée par l’homogénéité spatiale, culturelle et d’intérêts communs et solidaires de la gestion durable de l’espace géographique.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Objectifs stratégiques majeurs (OSM) et Activités phares de la Grande Muraille Verte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tableau II Synoptique des bénéficiaires et des impacts attendus de la GMV
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau III
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3289/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

Auteurs

Professeur titulaire des Universités, Faculté des Sciences et Techniques de l’Université Cheikh Anta Dop de Dakar, Secrétaire exécutif Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte, BP 395, Bololo, N’Djamena, Tchad

Ingénieur des Eaux et Forêts, ancien Directeur Général du Centre de Suivi Écologique de Dakar, Sénégal

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable