Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

Mise en œuvre du projet Grande Muraille Verte au Mali

Résumé

Le Mali est confronté au phénomène de la désertification dont les effets ont fortement affecté l’équilibre des écosystèmes sur environ 51 % de son territoire. Les effets ont abouti entre autres à une perte de terre arables et une forte baisse de productivité.
Le Mali a entrepris des actions de lutte dans le cadre du Plan National de Lutte contre la Désertification et l’Avancée du Désert (PNLCD) depuis longtemps et a entrepris divers programmes et réalisations, notamment la Barrière verte.
La mise en œuvre de la Grande Muraille verte s’appuiera sur des actions annuelles de reboisement et de consolidations des acquis le long du tracé entre les isohyètes 400 mm et 100 mm.
Le choix des espèces sera participatif avec les populations des terroirs. L’accent sera mis sur l’utilisation d’essences locales à usages multiples, sera privilégiée dans les différentes zones écologiques traversées. Les essences exotiques seront utilisées pour les plantations de production de bois en vue de préserver les formations naturelles.
Au plan institutionnel, une coordination nationale autour du ministère en charge de l’environnement sera assurée avec une forte implication des collectivités locales et de la Société civile.

Texte intégral

Direction Nationale de la Conservation de la Nature
Ministère de L’Environnement et de l’Assainissement du Mali

Introduction

1Le Mali, pays sahélien : de 1 241 238 km2 de superficie (Fig.1) ;

2La Population de près de 12 millions d’habitants ; 80 % de la population vit de l’agriculture ;

3Des écosystèmes fragiles à faible productivité ; 51 % du territoire désertique.

4Les cultures itinérantes dominent les systèmes de production ;

5Les cultures sèches couvrent l’essentiel des superficies cultivées.

6Le bois de chauffe couvre 80 à 90 % des besoins énergétiques.

Figure 1

Figure 1

Carte de localisation de la République du Mali.

Contexte de mise en œuvre

7La conjonction de facteurs socio-économiques et climatiques a entraîné :

  • une dégradation généralisée des ressources naturelles,

  • une perte de fertilité des terres,

  • une diminution des superficies cultivables,

  • une perte de rendement des cultures,

  • une déforestation,

  • une diminution du potentiel fourrager des pâturages, etc.

8Le stade ultime de cette désertification est l’ensablement dont sont victimes les régions de Gao, Tombouctou et Kidal (fig.2).

Figure 2

Figure 2

Effets de la désertification (ensablement) dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal.

Expérience malienne en matière de lutte contre la désertification

9Le Mali s’est engagé dans les actions de lutte contre la désertification depuis plusieurs années.

101982 : Adoption d’une stratégie alimentaire globale et cohérente.

111985 : Elaboration et adoption du Plan National de Lutte Contre la Désertification et l’Avancée du Désert (PNLCD). Il répond d’une part à une convergence régionale sahélienne et d’autre part à une volonté politique nationale de faire de la lutte contre la désertification une priorité de premier ordre.

121987 : Adoption du Plan National de Lutte contre la Désertification comportant huit programmes prioritaires, dont la réalisation d’une « Barrière Verte ». Cette initiative malienne s’inscrit parfaitement dans la vision de la Communauté des États Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) de création d’une Grande Muraille Verte, approuvée par l’Union africaine et inscrite dans le plan d’action du volet environnement du NEPAD.

Le tracé de la Grande Muraille Verte

Identification du tracé

13Depuis 1985, la barrière verte a connu plusieurs modifications tant dans sa conception que dans son tracé à cause de contraintes de natures diverses.

141985 : Obstacle physique (barrage vert), sur le front du désert situé alors entre les 16e et 17e parallèles partant de la Mauritanie aux frontières avec le Burkina et le Niger.

151987 : Aménagement adéquat de la bande du territoire retenue en vue d’une véritable gestion rationnelle des ressources naturelles afin de créer, récréer ou conserver des conditions favorables à l’installation des populations.

16La barrière verte est indicative et se caractérise par la grande sensibilité et la fragilité de ses écosystèmes. Elle est située entre les isohyètes 100 et 400 mm. L’accent de protection est essentiellement mis sur le fleuve Niger, artère vitale du pays.

Choix des espèces végétales de la GMV

17Le choix des espèces de la composante malienne de la Grande Muraille prend en compte les objectifs visés et s’appuie sur certains paramètres.

  • Essences locales à usages multiples privilégiées dans les différentes zones écologiques traversées,

  • Essences exotiques seront utilisées pour les plantations de production de bois en vue de préserver les formations naturelles

  • Choix participatif des espèces

  • Services des espèces utilisées doivent répondre aux besoins de ces populations à travers l’alimentation, la pharmacopée, l’apiculture, les cosmétiques, le pâturage, l’amélioration des revenus et du cadre de vie.

18A ce titre, la liste indicative d’espèces végétales concernées dans la composante grande Muraille du Mali est ainsi établie :

19Acacia senegal,
Acacia seyal,
Acacia raddiana,
Acacia erhenbergiana,
Acacia nilotica,
Balanites aegyptiaca,
Sterculia setigera,
Azadirachta indica,
Combretum glutinosum,
Combretum micranthum,
Prosopis juliflora,
Zizuphus sp,
Boscia senegalensis

Techniques de plantation

20Les techniques de plantations prévues sont fonction des objectifs assignés aux différentes espèces.

Fixation des dunes :

  • bouturage pour les palissades pour des espèces comme Euphorbia balsamifera,

  • plants en pots pour Leptadenia pyrotechnica, Tamarix sp., Balanites aegyptiaca, Calotropis procera,

  • ensemencement est prévu pour les herbacées.

21La plantation est prévue au vent et l’ensemencement sous le vent.

Plantation et enrichissement des forêts naturelles (Fig.3) :

  • racines nues pour les petites superficies,

  • semis direct quand les superficies sont importantes,

  • plants en pots sont utilisés pour Eucalyptus camaldulensis.

Figure 3

Figure 3

Quelques exemples de plantations et enrichissement de forêts naturelles

Plantation dans les oasis (Fig.4) :

22Par les rejets ou les vitro-plants pour Phoenix dactylifera (dattiers),

Figure 4

Figure 4

Type de plantation dans les oasis

Plantation le long du fleuve (Fig.5) :

23A partir de plants en pot ou à racines nues.

Figure 5

Figure 5

Plantation le long du fleuve.

Stratégie de mise en œuvre

24La stratégie de mise repose avant tout sur l’implication de tous les acteurs (populations, services techniques, ONG et Société Civile). D’où la nécessité d’une vaste campagne d’information, de sensibilisation et de communication (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Système de communication et de sensibilisation.

25Il faut aussi une meilleure coordination des projets et programmes opérant dans la zone.

26Les objectifs et résultats attendus de la Grande Muraille Verte seront pris en compte depuis l’élaboration des projets et programmes.

27La réalisation se basera sur la stratégie nationale de reboisement. Cette stratégie prévoit la plantation chaque année d’une superficie donnée par cercle à partir de plants produits par des opérateurs privés.

28La stratégie reposera sur la régénération naturelle dans les zones cultivées et sur la mise en défens avec enrichissement ou non dans les formations naturelles.

29La régénération naturelle assistée (RNA) sera rendue obligatoire dans les champs de cultures sèches.

30Les plantations ne seront envisagées que là où les possibilités de régénération naturelle sont très faibles

31Au plan institutionnel, la mise en œuvre de la Grande Muraille dans la Composante malienne nécessitera la mise en place d’une coordination nationale qui regroupera autour du Ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, les autres départements ministériels impliqués dans la gestion des questions environnementales et la Société civile.

Conclusions

32La Grande Muraille Verte est un gigantesque chantier nécessitant la contribution de tous les pays sahéliens. Sa réalisation donnera un sens réel au volet environnement du NEPAD.

33La mise en œuvre devrait reposer sur les ressources propres des Etats et après sur la contribution des partenaires au développement et du secteur privé.

34L’implication personnelle des Chefs d’Etat et de Gouvernement est un gage de réussite.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de localisation de la République du Mali.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2
Légende Effets de la désertification (ensablement) dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3
Légende Quelques exemples de plantations et enrichissement de forêts naturelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 4
Légende Type de plantation dans les oasis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5
Légende Plantation le long du fleuve.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 6
Légende Système de communication et de sensibilisation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable