Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie II. Mise en valeur et suivi de la Grande Muraille Verte

Pérenniser la Grande Muraille Verte par l’occupation adéquate des sols

Rokhaya D. Fall, Abdourahmane Samoura, Ibrahima Deme et Abdoulaye Dia

Résumé

Land degradation of African arid and semi-arid areas has negatively affected the livelihoods of millions people in the Sahara and Sahel countries. Important migratory flows in these areas followed by massive concentrations of human settlements in small spaces, further south, characterize the current development in Sub-Saharan Africa and particularly in the Sahel. The implementation of the major project, driven by a political initiative, called the Great Green Wall (GGW), constitutes a very significant step to face land degradation issues and impacts.
This study is conducted to identify some characteristics of relevance and effectiveness of the GGW which is an integral part of the implementation of the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD) at regional level.
The study is particularly focused on the western part of the GGW implementation zone, in Senegalese territory. Soils of this part of the wall are assessed and their aptitude analyzed, while the local vegetation and the one to breed are studied in terms of pedoclimatic suitability. For the rest of the wall a kind the study less focused proceed through kind of generalization, scientifically based. Methods used are threefold: Geographic Information System (GIS), Soil Science Survey and Botanical Inventory. Thematic maps drawn which constitute intermediate results, lead to the proposed plotting located on the Sahelo-Saharan area between isohyets 150 and 400 mm. The sustainability of the project depends in some parts, on agricultural activities that will be conducted in it, which in addition to the rain will incorporate the possibility of irrigation. Development modes choice that determines the agricultural, pastoral and forestry systems is the main factor of the GGW sustainability; this choice is consequences of interpretation of pedoclimatic conditions of different parts of the studied area, that have been surveyed as thematic maps, that constitute important intermediates results of this study. Mitigation and adaption activities towards desertification processes are proposed for each area surveyed.
Large space of plantation, from Dakar to Djibouti, crossing eleven countries of the Sahel, the GGW project is an example of integration allowing at the same time to fight against the advancing desert and to create a space for sustainable income-generating activities and recreation development. Water, soil and plants management combined with targeted training of people in various technical and legal tools to manage its natural resources is main conclusion of the GGW sustainability.

La dégradation des terres des zones arides et semi-arides d’Afrique a négativement pesé sur les moyens d’existence de millions de personnes dans les pays du Sahara et du Sahel. Des flux migratoires importants de ces zones suivis de concentrations massives d’établissements humains dans des espaces réduits, plus au sud, caractérisent le développement actuel de l’Afrique Subsaharienne et plus particulièrement au Sahel. La mise en œuvre du projet Majeur, né d’une initiative politique, dénommé la Grande Muraille Verte (GMV), constitue un pas très significatif dans la lutte contre la dégradation des terres et ses conséquences.
Cette étude est conduite pour cerner quelques critères de pertinence et d’efficience de la GMV qui est ici considérée comme une partie intégrante de la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies pour la Lutte contre la Désertification (UNCCD) sur le plan régional.
L’étude est approfondie sur la partie Ouest du tracé correspondant au territoire Sénégalais. A ce niveau les sols traversés font l’objet d’évaluation de leur aptitude, tandis que la végétation locale et celle à implanter sont étudiées sous l’angle des aptitudes pédoclimatiques des zones traversées. Elle procède d’une certaine généralisation, fonction des données disponibles pour le reste du tracé. Les méthodes utilisées relèvent du Système d’Information Géographique (SIG), de la prospection pédologique et de l’inventaire botanique. Des cartes thématiques qui sont des résultats intermédiaires de cette étude, conduisent à la proposition d’un tracé situé sur la zone sahélo saharienne entre les isohyètes 150 et 400 mm. La pérennité de la bande dépend en partie des activités agricoles qui y seront menées, qui en plus du pluvial devront intégrer la possibilité de l’irrigation. Le choix du mode de développement qui influe sur les systèmes agricoles, pastoraux et sylvicoles préside de la durabilité de l’initiative Grande Muraille Verte ; ce choix est physiquement dicté par les conditions pédoclimatiques des sous zones identifiées dans le tracé, objets des cartes thématiques, résultats importants de cette étude. Les actions d’atténuation et d’adaptation à la désertification sont proposées pour chaque zone cartographiée.
La bande d’espèces végétales allant de Dakar à Djibouti, traversant ainsi onze pays du Sahel est un exemple d’intégration permettant à la fois de lutter contre l’avancée du Désert et de créer un espace de développement durable d’activités génératrices de revenus et de récréation durable. La gestion de l’eau, des sols et des végétaux doublée d’une formation ciblée des populations aux différents outils techniques et juridiques de gestion de ses ressources naturelles est la clé de la pérennité de la GMV.

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1La gestion et le partage des ressources stratégiques (matières premières minérales, ressources énergétiques, ressources en eau et ressources foncières) sont au centre de plusieurs conflits et enjeux géopolitiques. Au moment des grandes crises énergétiques, alimentaires et financières que traverse le monde, la tendance d’aggravation de ces conflits est à prévoir partout sur la planète mais d’avantage dans les endroits toujours caractérisés par la rareté de ces ressources. En effet, depuis plusieurs décennies, les pays du Sahel sont confrontés à une dégradation accélérée de leurs ressources naturelles qui constituent leur principal capital productif de base et plus particulièrement les ressources foncières.

2La dégradation des terres des zones arides et semi-arides, objet de plusieurs concertations internationales, sous régionales et nationales a donné naissance à plusieurs instances où des solutions au problème font l’objet de calendrier d’actions spécifiques et d’approches globales. La convention de lutte contre la désertification (CCD) en est une, le CILSS en est une autre à deux échelles différentes et interconnectées. La Grande Muraille Verte de Dakar à Djibouti (GMV/DD) (Fig. 1) est une des dernières initiatives sous régionales qui adressent la question.

3L’insécurité alimentaire que partage l’ensemble des pays du Sahel est une des conséquences de la détérioration du cadre environnemental de la région. Le potentiel naturel du Sahel est en continue réduction avec la destruction de plusieurs espèces forestières et animales et la dégradation des terres de cultures. Aujourd’hui, les peuplements naturels observés, montrent peu, sinon pas du tout de signe de régénération ; la grande majorité des individus est adulte et les individus jeunes sont rares et soumis à une pression permanente du climat, de l’infertilité des terres, du bétail et de l’homme, ce qui les condamne à une disparition précoce. Aussi, la baisse de la productivité des terres, au-delà de son implication dans la préservation d’un écosystème stable, affecte la production agricole et participe à l’insécurité alimentaire et au dépeuplement des zones de grave affectation. La rupture de l’équilibre écologique des zones affectées entraîne des conséquences non moins importantes dans les zones limitrophes et au-delà des océans, à travers des flux migratoires et des concentrations massives d’établissements humains dans des espaces réduits.

Figure 1

Figure 1

Tracé schématique de la Grande Muraille Verte du Sahel

4En revisitant l’histoire africaine dans ce domaine de lutte contre la désertification, on peut noter une certaine similitude avec des projets et initiatives qui, pour la plupart, n’ont pas prospéré. Il s’agit entre autres de :

  • l’initiative du « Mur Vert » lancée en 1971 en Algérie qui avait pour objectif la reforestation de 3 millions d’hectares de terres ayant 1 500 km de long sur 2 km de large ;

  • le projet de la « Ceinture Verte des Pays de l’Afrique du Nord » lancé en 1978 ;

  • l’initiative de la « Ceinture verte pour le Nigéria » qui avait pour objectif la plantation de 3millions d’arbres sur 240 000 ha.

  • le projet ceinture verte Sénégalo-mauritanien, sur financement du Fonds pour l’environnement mondial depuis 1994 et qui s’est transformé en projet de sauvegarde de la biodiversité.

5Volonté politique conduite par une vision claire des enjeux de l’environnement sur le développement, la Grande Muraille Verte du Sahel est un des projets du Siècle pour l’Afrique. Sa réalisation, plus encore sa survie sous les effets de la désertification et sous l’impact des changements climatiques, dépendent de plusieurs facteurs dont deux principaux, l’occupation efficiente des sols de la bande de la muraille sous l’angle de leurs aptitudes consolidées et le régime foncier des terres traversées.

6Cette étude se veut une contribution des sciences du Sol à la pérennité de la Grande Muraille Verte (GMV/DD). Elle revisite à l’échelle des territoires qui composent la bande les caractéristiques globales des terres et propose des critères et plans d’occupation viables à l’échelle du Sénégal. L’étude est structurée autour de portions de tracé délimitées à partir de critères pédoclimatiques des terres traversées au Sénégal et de façon plus grossière dans les autres pays de la bande.

Caractéristiques générales des terres de la GMV/DD

7Le tracé global, de Dakar à Djibouti comprend une grande diversité de paysages englobant plusieurs types de sols et d’espèces végétales et animales. La bande d’une largeur de 5 à 15 km transposée sur la carte mondiale des sols UNESCO/FAO et ISRIC World Soil Information (1990) permet de recenser 11 groupes majeurs de sols qui présentent des caractéristiques très variées. Le tableau 1 localise ces groupes de sols et, à travers une tentative de corrélation, fixent leurs caractéristiques globales.

8Les types et niveaux de dégradations des terres que traverse la grande muraille sont lus et interprétés à l’échelle continentale suivant la carte mondiale des dégradations induites par l’homme (UNESCO/FAO, 1990). Le tableau 2, page suivante, les liste.

9Les nombreuses études d’évaluation des impacts de la sécheresse sur les formations végétales dans la zone globale de la GMV (Aubreville, 1950 ; Gaston 1981 ; Valenza 1981 ; White, 1986 ; Von Maydell, 1990 ; Boudet, 1990 ; Hiernaux et al., 1992, Thulin, 1993) ont mis en exergue :i) la quasi-disparition des graminées pérennes comme Andropogon gayanus, Arisida stipoïdes, Diheteropogon hagerupii, Hyperthelia dissoluta… qui représentaient avant cette période des recouvrements compris entre 15 et 20 % sur certaines unités de végétation ; ii) une mortalité importante parmi les formations ligneuses avec raréfaction d’espèces comme Acacia senegal (wereck),Commiphora africana, combretum glutinosum (rat), Grewia bicolor, Sclerocarya birrea, Terminalia avicennioides ;iii) des espèces menacées de disparition parmi lesquelles Pterocarpus lucens, Parkia biglobosa, (Jacq) Benth (Oul),Adansonia digitata (baobab), Faidherbia albida, (Kad), Sterculia setigera, (Mbepp), et Dalbergia melanoxylon, (dialambane) etc.

Tableau 1

Tableau 1

Les sols de la GMV et classification corrélée

Tableau 2

Tableau 2

Etat de la dégradation des sols dans la zone traversée par la GMV

10Le tableau 3 montre que certaines espèces sont présentes sur tout le tracé (Acacia raddiana, Acacia senegal, Acacia seyal) alors que d’autres sont très localisées soit à l’échelle sous régionale ou à celle d’un pays (Grewia flavescens, Grewia villosa, Rhus oxyacantha, Ziziphus nummularia)

Tableau 3

Tableau 3

Végétation naturelle du tracé : espèces les plus fréquentes

11Les problèmes qui affectent à des degrés divers, toute la zone sahélienne jusqu’à la limite de la zone tropicale sont de trois ordres : i) la dégradation jusqu’à disparition de plusieurs espèces végétales entraînant la réduction de la diversité génétique et la dénudation des terres ; ii) l’accroissement du degré et de l’ampleur de l’érosion des terres et iii) l’assèchement global des écosystèmes par la réduction dans le temps et dans l’espace des eaux de surface et une apparente diminution des réserves phréatiques, lue à travers l’approfondissement nécessaire et continu des puits d’alimentation.

12Pour que la GMV/DD puisse jouer son rôle dans la durée, il lui faut faire face à ces différents challenges en adoptant une approche stratégique intégrant toutes les dimensions des trois ordres de la problématique à travers des activités ciblées, tracées suivant l’aptitude des terres à les supporter de façon rentable et productive dans la durée, en s’assurant de la nature des tenures foncières.

Critères et caractéristiques du tracé en territoire Sénégalais

13À la première lecture de la figure 2 du tracé de la GMV sur le territoire sénégalais, on est tenté de se poser la question sur la forme de cette bande qui relie la côte atlantique au Sud de la région de Matam. La réponse nous conduit à deux niveaux de considération, les critères physico techniques dont certains ont fait l’objet de listing lors du séminaire de validation de l’approche stratégique du programme et les critères de faisabilités pratiques.

Figure 2

Figure 2

Tracé de la Grande Muraille Verte du Sénégal

14Les Critères physico-techniques que nous retenons ici sont d’ordre climatique (isohyète inférieure à 400 mm), pédologique (sols aptes à porter de manière durable les activités retenues et à mener pour une bonne implantation de la muraille), hydrographique (vallées pouvant abriter des bassins de rétention), socio-économique (zone peuplée, tout en évitant les grands centres urbains déjà dédiés à d’autres activités), écologique (végétation adaptée au but de l’implantation de la muraille) et enfin topographique (relief pas trop accidenté pouvant occasionner des ruptures dans la muraille)

15Les Critères de faisabilité pratiques sont des mesures d’ajustements stratégiques pratiques qui sans déroger aux critères physico-techniques, permettent la prise en charge d’acquis d’activités, de programmes et de projets conduits dans la zone globale du projet. L’origine des contorsions du tracé se trouve dans cette prise en compte.

Etude des caractéristiques du tracé au Sénégal

16Les figures 4, 5 et 6 proposent un découpage du tracé en trois parties suivant le zonage pédoclimatique (Fig. 3) du territoire sénégalais (Fall, 1994, 2009 et INP/ISRIC 2008). La première partie ou partie Ouest recoupe en majeure partie la zone des Niayes et se termine dans l’extrême ouest de la zone sylvo-pastorale. La seconde partie ou partie centrale est constituée d’incursions d’ordre stratégique dans la zone du Cayor Baol. La troisième partie ou partie Est prend naissance dans la zone sylvo pastorale Est et s’étale essentiellement dans la zone de Tambacounda. Les sols répertoriés dans les trois parties sont ceux qui figurent dans la révision de la carte morphopédologique du Sénégal (1/500 000) conduite dans le cadre du projet SOTER (ISRIC et INP 2008). La figure 4 est obtenue grâce à la superposition de la carte SOTER et de la carte du zonage pédoclimatique.

Figure 3

Figure 3

Sols du tracé et zones pédoclimatiques

17La partie Ouest (Fig. 4) reprend les acquis de la bande de filao, fruits de plusieurs projets successifs et destinés à arrêter le mouvement des dunes blanches côtières et jaunes sub-côtières, afin de protéger les zones maraichères, dépressions caractéristiques de la zone des Niayes. Elle s’étend sur 87 km et couvrent une surface de 1 325 km2, avec une largeur moyenne de 15 km. Sur le paysage constitué d’un système de dunes blanches et jaunes, se sont développés des sols minéraux bruts d’apport récents ou Entisols. Ce sont des sols sableux dépourvus de toute richesse chimique avec une extrême perméabilité et des mouvements encore actuels de leur matériel parental, les dunes. Ces sols présentent une contrainte physique majeure aux activités agricoles.

18Les dunes vives ou semi fixes, matériaux originels de ces Entisols ne portent pratiquement aucune végétation naturelle, en dehors de quelques petites poches éparses de Opuntia tuna, Calotropis procera et Maytenus senegalensis et de formations d’origine anthropique essentiellement composées de Casuarina equisetifolia, implantée à dessein pour leur fixation.

19Les dépressions interdunaires, qui donnent à l’unité pédoclimatique son appellation de Niayes portent des sols à nappes perchées et, par endroit, à horizon de profondeur tourbeux. Il s’agit d’un labyrinthe soudano-guinéen, piégé en plein Sahel et portant des reliques végétales typiquement guinéennes comme Elaeis guineensis, et Parinari macrophylla localisés dans la zone de contact entre le bas du système dunaire et la dépression et Cocos nucifera, qui rappelle plus les influences marines. Le cœur des dépressions est peuplé par des espèces aquaphiles, en particulier Nymphaea lotus et Phragmites vulgaris.

Figure 4

Figure 4

Partie occidentale du tracé de la Grande Muraille Verte au Sénégal

20Aux complexes dunes blanches/dunes jaunes/dépressions globalement appelées la zone pédoclimatique des Niayes, à la limite de l’influence du climat cap verdien suit une unité pure d’Arénosols hapliques formés sur dunes remaniées et rubéfiées, souvent entièrement déboisées et portant la culture de l’arachide ou du Manioc.

21Plus à l’Est, dans l’extrême Ouest de la zone sylvo pastorale, des associations d’Arénosols, tantôt ferriques, tantôt ferraliques, tantôt hapliques communément englobés dans le groupe des sols brun-rouge suivant la classification Française ou des Dior suivant l’appellation locale portent plusieurs espèces dont la plupart sont anthropiques, Faidherbia albida, produits de mise en défens, Acacia raddiana, Acacia seyal implantées et Balanites ægyptiaca plus présentes dans la partie septentrionale de la région des Niayes. Les strates arbustives et herbacées sont essentiellement composées d’euphorbiacées (Euphorbia balsamifera), de combrétacées (Guiera senegalensis, Combretum glutinosum, etc.), de graminées saisonnières (Cenchrus biflorus, Andropogon sp, etc.) ou des plantes pionnières sur les sols minéraux bruts (Ipomea pescaprea).

22La partie Centrale (Fig. 5) comprend des poches alternes du Cayor Baol et de la zone sylvo pastorale dans sa première portion Est. Dans sa partie Ouest, elle se situe dans la zone de Tambacounda. En fait, la partie centrale suit un fil conducteur qui correspond à l’unité SOTER 28 (INP/ISRIC 2008) constituée d’une association de gleysol dystrique 50 % et de fluvisol eutrique 50 %, et appartenant à la vallée morte du bras Sud-Est du Lac de Guiers. Ces sols sont relativement riches grâce à leur texture > 50 % d’argile en profondeur qui leur permet d’avoir une bonne capacité de rétention en eau et en nutriments. Le profil de référence indique des valeurs relativement élevées pour la zone (CEC > 10 mEq/100 g sol). La végétation naturelle portée par cette unité traduit cette richesse relative ; il s’agit de Parkia biglobosa (Jacq) Benth (Oul), Detarium microcarpum Get Per. (Dankh), Parinari macrophylla Sabine (Néou).

23De part et d’autre de ce fil conducteur, dans en zone sylvo pastorale et du Cayor Baol, des unités pures d’arénosols hapliques et des associations d’arénosols hapliques et ferriques et quelques rares poches d’arénosols cambiques forment les terres jusqu’à la hauteur de Ouarkhokh.

Figure 5

Figure 5

Partie centrale du tracé de la Grande Muraille verte du Sénégal

24Dans la partie comprise dans le Tambacounda, des infiltrations de leptosols litiques intercalés d’arénosols luviques et des associations comprenant des plages de lixisols ferriques et d’acrisols hapliques constituent la base de la formation des terres. Les peuplements végétatifs naturels qui donnent lieu à des steppes de faible densité soutenues par endroits par les interventions anthropiques, varient suivant la profondeur et l’état d’humidité des différents sols. On y note principalement: Acacia senegal (wereck), Acacia raddiana (séing), Sterculia setigera (Mbepp), Acacia albida, Acacia tortilis, Zizyphus mauritiana (jujubier), Balanites aegyptiaca (soump), Anona senegalensis Pers. (Dugor) et Boscia senegalensis (njandam). La strate herbacée plus fournie dans cette partie centrale qu’à l’Ouest comprend des bouquets de Cassia obovata mêlés à des graminées telles que Cenchrus biflorus, Schoenofeldia gracilis, Dactyloctenium aegyptiaca, et Zornia glochidiata.

25La partie orientale (Fig. 6) qui commence à la fin de l’unité SOTER 28, fil conducteur de la précédente parie, s’étend principalement dans la zone pédoclimatique de Tambacounda et se meurt dans l’extrémité de la zone du Fleuve. L’unité SOTER 28 donne suite à une unité pure de gleysol dystrique qui s’estompe à la hauteur d’Ouro Sidy. Ce parcours de vallées mortes est accompagné de part et d’autre de sols de plus en plus caillouteux ou chargés de gravillons ferrugineux. Les quelques incursions de cambisols tantôt eutriques tantôt ferraliques occupent des plages de plus en plus importantes vers Orkadiéré.

26Plus à l’Est, des étendues d’unités entières de leptosols lithiques, et des associations où les leptosols sont prédominants et comprenant tantôt des régosols eutriques ou dystriques et des lixisols ferriques constituent le paysage pédologique, qui change juste avant la partie Fleuve vers Bokiladji, avec une prédominance de cambisols et régosols.

27L’incursion non négligeable dans la zone pédoclimatique Fleuve, fait enregistrer des plages entières de vertisols eutriques, cambisols vertiques et de gleysols dytriques et eutriques.

Fig. 6

Fig. 6

Partie orientale du tracé de la Grande Muraille verte du Sénégal

28L’inventaire botanique de cette partie varie suivant les situations de sols ci-avant répertoriés. Sur les sols gravillonnaires ou à affleurements latéritiques, la végétation se compose entre autres, de reliques de Pterocarpus lucens (sagari), Borassus aethiopium (ronier), Acacia seyal (suruur), Bombax costatum. Quand le caractère eutrique ou gleyique est noté, on recense alors quelques rares Tamarindus indica L. (Dakhar), Adansonia digitata (baobab), Sclerocarya birrea, Dalbergia melanoxylon (dialambane), Grewia bicolor, Commiphora africana, Terminalia avicennioides. Les associations avec Combretum micrantum (sexaw), Combretum glutinosum (rat), Combretum nigricans (tap) se densifient au niveau des plages de cambisols, lixisols et acrisols.

29De façon générale le tracé d’Ouest en Est, à travers ses trois subdivisions, révèle une forte dégradation de la couverture végétale liée à une exposition importante dans le temps et dans l’espace des sols aux phénomènes d’érosions éolienne et hydrique et une faible disponibilité en eau de surface et de profondeur. Dans un contexte de sécheresse et de crise des systèmes de production agricole, l’exploitation forestière constituant un moyen de survie pour les populations, aucun espace boisé (bas-fonds, bordures des pistes, galeries forestières, etc.) de la zone n’est épargné. Aujourd’hui, les peuplements naturels observés dans la zone d’action du projet sont pour la plupart vieillissants. Les jeunes plantes sont rares et soumises à une pression permanente du climat, du bétail et de l’homme qui les condamne à une disparition précoce. Ce qui pose la question de la survie à long terme des peuplements en l’absence d’indices de régénération et de mesures radicales de promotion de la régénération (lutte contre les feux de brousse, reboisement, etc.). La surexploitation séculaire d’un couvert végétal clairsemé et composé principalement d’espèces épineuses, combinée aux fluctuations climatiques a fini par modeler l’écologie dans une situation de précarité extrême.

30Les propositions d’axe d’intervention et d’activités à implanter dans le tracé de la GMV se fondent sur des réalités sénégalaises et intègrent l’ensemble des maux diagnostiqués du tracé global. De façon générale on peut retenir que la Grande Muraille Verte, située à la limite du désert du Sahara dans le domaine Sahélo-Saharien, devra s’implanter dans une approche stratégique globale bien ciblée et précise pour juguler les processus de dégradation très prononcée caractéristiques de ce domaine aux conditions climatiques particulièrement défavorables.

Propositions d’axes d’intervention

31En raison du caractère multidimensionnel du Projet de la « Grande Muraille Verte » la vision acceptée et partagée repose sur une approche intégrée et participative mettant en synergie un ensemble d’activités et d’actions destinées à la solution des problèmes de dégradation des écosystèmes mais aussi à la génération de moyens d’existence des populations en charge de façon continue de la mise en œuvre de ces solutions. La reforestation, l’élevage, l’agriculture mais aussi toute autre activité économique nécessaire à la vie des populations comme la mise en place d’unités industrielles sur la base des productions agricoles, la formation et la récréation sont à prendre en compte. Un seul principe guidera l’implantation de ces dernières, les aptitudes actuelles des terres et les coûts récurrents à l’actualisation des potentialités.

32La reforestation constitue une partie importante de la Grande Muraille, d’où sa couleur verte. Il s’agit de recolonisation des espaces dénudés par des espèces conformes aux caractéristiques des terres en présence et non de reboisement tous azimuts avec un choix globalisant des espèces. Autant un choix d’espèces adaptées aux zones arides et semi-arides est déterminant pour la réussite des opérations de plantation, autant il est question de se conformer aux caractéristiques pédoclimatiques à l’intérieur de la zone globale et opérer un choix idoine d’espèces qui présentent à la fois des capacités de survie les plus élevées et un intérêt réel pour les populations.

33Du labyrinthe de dépressions interdunaires aux zones de vallées fossiles, les sols peuvent porter dans la durée des espèces soudano-guinéennes et faire renaître des galeries forestières.

34Sur les dunes blanches et jaunes de la partie occidentale, deux espèces ont déjà enregistré des performances notoires. Il s’agit de :

  • Casuarina equisetifolia a fait la preuve de son adaptation aux conditions pédoclimatiques de ce site, notamment sur dune blanche, il a aussi la particularité de résister aux brises marines, à la sécheresse et d’avoir une croissance rapide et les populations, le service forestier et autres structures d’encadrement ont accumulé beaucoup d’expériences dans la plantation de cette espèce.

  • Eucalyptus camaldulensis aussi, pousse également bien dans ce site. Cependant il résiste moins bien aux embruns marins que le filao et demande plus d’eau. C’est pourquoi il n’est préconisé que sur les dunes jaunes abritées du vent.

35L’utilisation de ces deux espèces permet d’éviter les peuplements mono spécifiques purs dans ce site. En outre leur croissance rapide permettra de gagner assez tôt d’importants crédits de carbone.

36Le reboisement par des espèces fruitières adaptées contribue à l’équilibre nutritionnel des populations et à la lutte contre la pauvreté. Il est à privilégier tout le long du tracé partout où cela est possible. Le palmier dattier (Phoenix datilifera L.) est une des espèces dont l’introduction est à favoriser. Les tests réalisés certifient de son adaptabilité dans les portions occidentales et centrales de la bande. Des résultats en pépinières ont été obtenus au Sénégal pour certaines espèces des zones de forte aridité. On peut citer ; Adansonia digitata (baobab), Sclerocarya birrea, Parkia biglobosa,(Jacq) Benth (Oul), Tamarindus indica L. (Dakhar), Zizyphus mauritiana (jujubier), Diospyros mespiliformis, etc. (Guissou et al., 2001). Le « jujubier » est une espèce frontière des zones arides dont les fruits représentent une valeur réelle tant du point de vue nutritionnel qu’économique. Les résultats de la domestication de l’arbuste en Inde a permis un accroissement de vingt fois le volume initial des fruits. La diffusion de la variété améliorée au Sénégal est techniquement faisable, les coûts des plants micro greffés et les bénéfices que les populations en tirent méritent d’être pris en compte et analysés.

37La mise en défens des sujets jeunes et même vieux mais encore vivaces est une technique à généraliser dans toutes les portions du tracé. La régénération naturelle demeure la plus appropriée pour plusieurs espèces des zones arides, l’exemple de Faidherbia albida est très connu dans le Cayor-Baol où sa régénération autorise aujourd’hui une forte densité (20 à 25 pieds par ha) dans les champs. L’agroforesterie est une autre technique à adapter suivant les disponibilités en eau, en veillant à l’adéquation pédoclimatique des écartements entre espèces et entre plan de cultures annuelles et rangées d’arbres.

38Sur sols à forte charge gravillonnaire et ou à cuirasse sub-affleurante, à l’est de la partie centrale et tout au long de la partie Est, seule des actions de reforestation sont indiquées. Il s’agit ici de restauration de milieux dégradés, de promotion d’actions de conservation des eaux, de diversification et de redynamisation des filières de production rurale :gommes et résines, produits forestiers non ligneux. A ce titre, l’expérience des projets de développement et des populations ainsi que les acquis de la recherche seront également mis à profit pour la réussite des plantations et l’exploitation optimale des gommes et résines d’une part, des autres produits forestiers, d’autre part. L’Acacia senegal, espèce très présente dans les zones sahéliennes et soudano-sahéliennes avec une présence localisée dans les zones saharo-sahéliennes et nord-soudanienne, constitue la principale espèce à mettre en place. Ce choix obéit à un certain nombre d’arguments liés à l’engouement que sa plantation suscite auprès des populations rurales grâce aux revenus qu’elles tirent de l’exploitation de la gomme et l’existence dans ce site, qui constitue sa zone de prédilection au Sénégal, d’atouts sur le plan des expériences capitalisées en matière de plantations et de gestion des ressources naturelles en général. Depuis 1999 plus de 18 959 ha de plantations de gommiers répartis dans les arrondissements de Sagatta-Djoloff, Yang-Yang et de Dodji sur un objectif de 40 000 ha de plantations de gommiers prévus dans le département de Linguère. Des projets forestiers ont également réussi des plantations dans cette zone (Kamb, Mbeuleukhé, Ouarkhokh, Barkédji, etc.).

39Il s’agira également d’allier la foresterie et la fixation du bétail pour un meilleur élevage qui serait alors semi extensif/semi intensif. Aussi les espèces à promouvoir seront d’une bonne appétence pour le bétail et pourront constituer des balles de foins à conserver pour les temps difficiles. Une pratique de semis à la volée à partir de moyens aériens, de graminées comme Andropogon gayanus, constitue un autre volet de développement de l’élevage dans la zone tout en préservant les terres.

40La capitalisation systématique d’essais de comportement menés dans les divers paysages devrait porter des innovations pour la GMV. Par exemple Boscia senegalensis pers. Lam est une espèce à considérer dans les programmes de lutte contre la désertification et la préservation de l’environnement compte tenu des résultats de travaux déjà réalisés dans le Nord du Sénégal et dans toute la zone sahélienne et qui ont mis en évidence les vertus thérapeutiques, les qualités fourragères et alimentaires ainsi que les capacités de survie sur des sols pauvres à très dégradés de l’espèce. Le genre Atriplex selon certaines recherches peut jouer un rôle important dans les programmes d’amélioration des parcours pastoraux des zones arides et semi-arides pour les ovins et caprins.

41Les résultats de l’amélioration génétique dans la production de semences sont à mettre à profit et favoriser la domestication d’espèces économiquement rentables et acceptées par les populations. A ce titre dans certains pays, comme le Niger (Niamey), les techniques de domestication et multiplication de Leptadenia hastata mises au point jusqu’ici sont très prometteurs. C’est une plante à usage multiple qui couvre le sol, piège du sable et des graines de graminées emportées par le vent. Ces dernières pourront repousser à ses pieds et contribuer à la revégétalisation des zones dégradées.

42Quelle que soit la technique de reforestation, elle requiert l’implication des populations qui est un facteur primordial de réussite. Plusieurs rencontres tenues dans la cadre de la mise en œuvre de ce projet majeur, parmi lesquels le Colloque Scientifique sur le choix des espèces et techniques de reforestation tenue à Dakar en février 2001 et le Séminaire international sur les Bassins de Rétention et la Grande Muraille Verte tenue à Dakar les 29 et 30 Mars 2006, ont mis en exergue l’importance de l’implication des populations. Cette implication, en dehors de la garantie de la réalisation, du suivi et de la préservation des acquis, interroge deux aspects fondamentaux, le régime foncier et la gestion des produits issus de la forêt. Le régime foncier reste au cœur des préoccupations de toutes les autres activités de la grande muraille, et participe à sa pérennité. A ce niveau aucune formule n’a valeur de recette, il s’agit d’adapter des mesures garantes d’une certaine pérennité, dans la mise en œuvre qui est un processus continu, dans le suivi et dans la gestion des produits.

43Les activités agricoles procèdent de cultures irriguées et de cultures sous pluies. Les techniques d’irrigation seront adaptées aux différents types de sols et à la proximité des eaux disponibles. Des plages d’acrisols, d’arénosols et de régosols eutriques qui accompagnent les galeries forestières soudaniennes et les autres sols à caractères gleyiques et vertiques, pourront être colonisées par des cultures céréalières et légumières sous pluies avec des appoints d’eau, par le réseau de bassin de rétention. Le bétail dont l’élevage intensif pourrait se mener dans les pseudos hauteurs leptiques et squelettiques non aptes aux cultures annuelles, profiterait aussi de ce réseau de bassins de rétention. Il pourrait se dessiner de ces ilots de concentration du bétail tout un parcours intérieur GMV, d’Ouest en Est le long des galeries forestières soudano guinéennes, leur permettant de prendre bénéfice de ce réseau.

44Le réseau de points d’eau ou bassin de rétention vu à l’échelle de la présente étude permet de prédire trois grands domaines de réseaux d’« oasis » qui tiennent compte d’une part, de la longueur probable de séjour de l’eau en surface, fonction des pluies de l’évaporation et de l’infiltration, d’autre part, de la densité de l’habitat déjà noté sur le tracé. L’unité 28, fil conducteur affiche un habitat particulièrement dense pour la région. Ces « oasis » se situeraient tous sur le tracé central, d’ouest en Est entre i) Gasse Diabé et Touba Mbalo Fourdou Mbaïla, au cœur de Ngala Ndao, dont la superficie estimée totale est de 82 km ? ii) dans le coude du tracé entre Belly et Loumbel Lane, avec une superficie totale de 56 km ? iii) de Ndegue Bissinabé à Kébé Khakham avec une superficie de 31 km ?. Il s’agit de trois réseaux de bassin à taille variable suivant la géomorphologie et la topographie de chaque domaine. Des études plus détaillées sont requises pour l’installation de ces réseaux.

Conclusion

45La réussite du projet de la « Grande Muraille Verte » (GMV), Projet Majeur du continent africain, dépend de l’engagement des peuples tout au long du tracé.

46Initiative politique des plus hautes autorités de onze pays du continent, il est assis sur une base volontariste qui fait défaut à plusieurs initiatives, mais qui ne peut à elle seule garantir sa réussite dans la durée. Initié au plus haut niveau politique, il va impulser un nouvel élan à la lutte contre l’avancée du désert, en se positionnant comme un programme fédérateur qui doit veiller à la mise en cohérence de l’ensemble des interventions relatives à la mise en valeur de l’espace Saharo-Sahélien.

47Le projet pourrait constituer un pas très significatif vers la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies pour la Lutte contre la Désertification (UNCCD) sur le plan régional et permettre ainsi de renforcer les capacités de développement de l’Afrique en ce qui concerne le contrôle de la dégradation des sols et la désertification, par le biais d’échanges d’expériences en termes de bonnes pratiques dans le cadre du dialogue Sud-Sud. Les sciences du sol constituent le soubassement qui fonde les approches de sa réalisation, de son suivi et de sa pérennité, parce qu’elles mettent à tous les niveaux, de la conception à la cueillette des fruits, des outils technico-législatifs garants de son succès.

48Il reste cependant clair que des études plus approfondies sont à mener au niveau de chaque portion du tracé pour consolider les résultats de la présente étude.

Bibliographie

Aubreville, A., 1950 – Flore Forestière Soudano-Guinéénne. AOF. – Cameroun – AEF ORSTOM. 523 p.

Boudet, G., 1990 – Peut-on améliorer la gestion de parcours sahéliens ? Sécheresse (1) 55-60

DAT, USAID, RSI. 1984 – Cartographie et télédétection des ressources de la République du Sénégal. Etude de la géologie, de l’hydrogéologie, des sols, de la végétation et des potentiels d’utilisation des sols. Doc. SDSU – USAID – RSI – 86-01, 653 p.

Fall, R.D. 1994 – Zonage pédoclimatique et classification ethnopédologique des sols du Sénégal (document de travail 20 p).

Fall, R.D. 2009 – Révision du Zonage pédoclimatique du Sénégal, (thèse en cours).

FAO/UNESCO, 1990 – World soil resources. An explanatory note on the FAO World Soil Resources Map at 1: 25 000 000 scale

Gaston, A., 1981- Evolution de la végétation au Tchad (nord-est et sud-est du Lac Tchad). Evolutions récentes sous des influences climatiques et humaines. Thèse Université Paris XII -Val de Marne, carte 1/200 000, 333 p.

Guissou, T., Ba, A. M. Plenchette, C. Guinko, S. Duponnois, R. 2001 – Effets des mycorhizes à arbuscules sur la tolérance à un stress hydrique de quatre arbres fruitiers :Balanites aegyptiaca (L.) Del., Parkia biglobosa (Jacq.) Benth., Tamarindus indica L. et Zizyphus mauritiana Lam. Revue sécheresse, vol. 12 numéro 2

Hiernaux, P.Y. ; Cisse, M.I. ; Diarra, L. ; De Leeuw, P.N., 1992 – Fluctuations saisonnnières de la feuillaison des arbres et des buissons sahéliens. Amélioration de l’évaluation des ressources fourragères des parcours sahéliens. Centre International pour l’Elevage en Afrique, Mali, 26 p.

INP – ISRIC, 2008 – Révision de la carte morphopédologique du Sénégal au 1/500 000 et établissement du Soil and Terran Data Base (SOTER) du Sénégal

Résultats de l’Atelier International sur la Grande Muraille Verte ; Dakar – 12 – 13 Février 2008

Résultats du Colloque Scientifique sur le choix des espèces et techniques de reforestation tenue à Dakar en février 2001

Résultats du Séminaire international sur les Bassins de Rétention et la Grande Muraille Verte ; Dakar – 29 et 30 Mars 2006

Thulin M. 1993. Flora of Somalia. vol. 1, Royal Botanical Garden Kew, 493 p.;

Valenza, J., 1984 – Surveillance continue des pâturages naturels sahéliens sénégalais. Résultats de 10 années d’observations. ISRA-LNERV, Dakar, 81 p., 35 tabl., 50 fig.

Von Maydell, H.-J.-1990. Arbres et arbustes du Sahel. Leurs caractéristiques et leurs utilisations. Verlag Josef Margraf, 530 p ;

White, F. 1986. La végétation de l’Afrique. Mémoire accompagnant la carte de l’Afrique. UNESCO/AETFAT/UNSO. ORSTOM – UNESCO, 384 p.

Annexes

Sigles et abréviations

BF : BURKINA FASO
CCD : Convention de lutte Contre la Désertification
CILSS : Comité permanent Inter-état de Lutte contre la Sécheresse au Sahel
CIRAD : Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique
DD : Dakar à Djibouti
DJ : DJIBOUTI
ER : ERYTHREE
ET : ETHIOPIE
FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture
GMV : Grande Muraille Verte de Dakar à Djibouti
INP : Institut National de Pédologie
ISRIC : International Soil Reference and Information Center
ML : MALI
MR : MAURITANIE
NE : NIGER
NG : NIGERIA
PAPF : Projet Aménagements Pastoraux du Ferlo
POA : Projet Opération Acacia
SD : SOUDAN
SN : SENEGAL
SOTER : Soil and Terrain (base de données mondiale sur les sols et le terrain)
TD : TCHAD
UNCCD : Convention des Nations Unies pour la Lutte contre la Désertification
UNEP : Programme des Nations Unies pour l’Environnement
UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’Education la Science et la Culture
USDA : United States of Department

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Tracé schématique de la Grande Muraille Verte du Sahel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 1
Légende Les sols de la GMV et classification corrélée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 2
Légende Etat de la dégradation des sols dans la zone traversée par la GMV
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 3
Légende Végétation naturelle du tracé : espèces les plus fréquentes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 2
Légende Tracé de la Grande Muraille Verte du Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3
Légende Sols du tracé et zones pédoclimatiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4
Légende Partie occidentale du tracé de la Grande Muraille Verte au Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 5
Légende Partie centrale du tracé de la Grande Muraille verte du Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 6
Légende Partie orientale du tracé de la Grande Muraille verte du Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

Directeur Général Institut National de Pédologie, farodaba@orange.sn, insnatpedo@orange.sn ; tel : 221 776394890 ; fax : 221 33 8328517
Institut des Sciences de la Terre/UCAD, Académie Nationale Des Sciences et Techniques du Sénégal

Institut des Sciences de la Terre/UCAD, Académie Nationale Des Sciences et Techniques du Sénégal

Institut des Sciences de la Terre/UCAD, Académie Nationale Des Sciences et Techniques du Sénégal

Institut des Sciences de la Terre/UCAD, Académie Nationale Des Sciences et Techniques du Sénégal

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable