Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Le Projet Majeur Grande Muraille Verte de l’Afrique : contexte, historique, approche stratégique, impacts attendus et gouvernance

Abdoulaye Dia et Amadou Moctar Niang

Texte intégral

Contexte

1Pendant plusieurs décennies, les pays de la zone sahélo-saharienne du Circum-Sahara ont été confrontés, à l’exception de quelques années à pluviométrie normale, à un déficit pluviométrique qui a eu comme effets une forte perturbation des grands équilibres écologiques, une descente des isohyètes vers le Sud et un processus quasi inexorable de désertification.

2La désertification, phénomène certes quasi planétaire, revêt en Afrique et en particulier dans la partie au sud du Sahara un visage spécifique de calamité et de pauvreté qui installe progressivement un sentiment de désolation et de fatalité. Actuellement, plus des 2/3 de la superficie du continent africain sont couverts de zones désertiques ou fortement dégradées.

3Par ses effets pernicieux et récurrents, la désertification a entraîné une forte dégradation des ressources naturelles, une baisse des productions agricoles, une situation d’insécurité alimentaire et un lourd bilan socio-économique qui impactent très négativement les efforts de développement économique de la plupart des pays de l’espace saharo-sahélien.

4Depuis la signature de la Convention internationale de lutte contre la désertification à Paris en octobre 1994, divers plans d’action nationaux et sous-régionaux ont été élaborés et mis en œuvre et d’importantes ressources financières ont été mobilisées. De même, diverses institutions de lutte contre la désertification et la sécheresse ont été créées à cet effet. Il s’agit notamment du Comité Inter-Etats de Lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), de l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), de l’Inter Governmental Authority for Development (IGAD), de la Commission des Forêts d’Afrique centrale (COMIFAC). Ces problématiques font également partie des préoccupations des Communautés économiques régionales telles que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD).

5Dans ce cadre, divers programmes-cadres et plans d’action existent au niveau du continent et sont mis en œuvre pour lutter contre les menaces de dégradation des sols et de désertification dans les zones sahéliennes en marge du désert du Sahara. Il s’agit en particulier du PDDAA (Programme détaillé de développement de l’agriculture en Afrique), du Plan d’action du NEPAD pour l’Environnement en relation avec le Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE), des Programmes d’action régionaux, sous-régionaux et nationaux de lutte contre la désertification (PAR, PASR et PAN), des programmes TerrAfrica de Restauration et de Gestion des Terres Dégradées (GTD) ainsi que des importants programmes menés par les institutions intergouvernementales de lutte contre la désertification et de développement des zones arides. Cependant, malgré les efforts consentis et les avancées significatives obtenues çà et là, force est de reconnaître que les résultats escomptés sur la restauration des terres et de la biodiversité, les conditions économiques, sociales et environnementales des populations sont demeurés en deçà des attentes. Il s’y ajoute qu’une des leçons à tirer de ces expériences est qu’aucun pays, pris individuellement, n’a les moyens techniques, humains et financiers nécessaires pour faire face à ces contraintes majeures, d’où la nécessité d’une approche solidaire, intégrée et fédératrice.

6Face à cette situation récurrente de défis environnementaux multiples et à l’état de forte dégradation des écosystèmes liés en grande partie aux changements climatiques et à la désertification, l’Afrique, condamnée à faire front, propose comme réponse la mise en œuvre d’une nouvelle approche dénommée « Initiative Grande Muraille Verte ». Dès juillet 2005, les chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats sahélo-sahariens ont décidé d’apporter une réponse pertinente de l’Afrique pour faire face à la désertification et aux changements climatiques. Ainsi, au moment où la communauté internationale se mobilise et tente d’élaborer des cadres stratégiques de lutte contre le changement climatique et la détérioration de la biodiversité et de lutte contre la pauvreté et mène des consultations conjointes à travers la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, il me semble important de relever l’anticipation de l’Afrique et en particulier des Etats au sud du Sahara, avec la naissance d’une « Nouvelle Stratégie Africaine de Lutte contre les Changements Climatiques » (NSAL/CC) dénommée « Grande Muraille Verte » (GMV) ou “Great Green Wall”. Elle découle de la conviction forte et de la volonté des Africains à rompre avec la fatalité pour faire face à ces deux grands défis environnementaux.

7S/E Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal, disait dans son allocution de la cérémonie d’ouverture du colloque scientifique international (CSI) « La Grande Muraille : Choix des espèces végétales et des Systèmes de mise en valeur et de suivi » tenu les 11 et 12 février 2009 : « Le projet Grande Muraille Verte est un projet porteur pour l’humanité et les générations futures. Face aux échéances de 2030, où la population africaine atteindrait 1, 7 milliard, nous n’avons plus le droit de regarder, impuissants, la destruction de notre patrimoine ». Et Son Excellence d’ajouter à propos des orientations et résultats majeurs du Colloque Scientifique International : « Je voudrais insister sur un certain nombre de résultats attendus :

  • partager les informations sur les initiatives de mise en œuvre du programme dans chacun des pays concernés ;

  • partager les connaissances disponibles sur les espèces végétales potentielles, notamment sur la biologie, l’écophysiologie, la productivité, la phytopathologie, l’utilisation et le comportement d’espèces envisageables ;

  • établir, une liste d’espèces potentielles dont le choix définitif sera validé avec les populations concernées ;

  • enfin, affiner les stratégies et les techniques de mise en valeur en exploitant les leçons tirées d’expériences d’aménagements intégrés dans les zones arides. »

8Depuis l’adoption de l’idée d’édification de la Grande Muraille Verte et la responsabilité donnée au Sénégal de donner corps et réalité au projet par les chefs d’Etat et de Gouvernement, le processus de mise en œuvre est en marche. Le Sénégal, à travers une commission scientifique pluridisciplinaire constituée d’experts de très haut niveau, la Commission de l’Union africaine, le Secrétariat général de la CEN-SAD, en relation avec les Etats, les institutions régionales et sous-régionales de lutte contre la désertification ont dans une grande synergie d’approche défini un cadre stratégique et un plan d’action de mise en œuvre de l’Initiative africaine « Grande Muraille Verte ».

Historique

9Face aux multiples défis environnementaux – notamment la désertification – auxquels l’Afrique est confrontée, Son Excellence Olusegun OBASANJO, ancien Président de la République Fédérale du Nigeria, a proposé lors de la 7e Conférence des Leaders, Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté sahélo-saharienne (CEN-SAD) tenue à Ouagadougou au Burkina Faso les 1er et 2 juin 2005, d’entreprendre l’édification d’un mur de verdure du Sénégal à Djibouti pour freiner le désert. Cette idée favorablement accueillie a été reprise et conceptualisée par Son Excellence Maître Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal, sous l’appellation de « Grande Muraille Verte » ou « Great Green Wall.

10Lors de cette conférence, les Leaders et Chefs d’État de la CEN-SAD ont demandé à S/E Maître Abdoulaye WADE, Coordonnateur du volet « Environnement » du Nouveau Partenariat pour le Développement en Afrique (NEPAD), d’aider à donner un contenu technique et les modalités opérationnelles de mise en œuvre de cette ambitieuse idée de « Muraille Verte ».

11L’initiative Grande Muraille Verte est adoptée plus tard par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine lors du 5e Sommet ordinaire tenu en juillet 2005 à Syrte (Libye) et lors de la 8e session ordinaire tenue les 29 et 30 janvier 2007 à Addis-Abeba (Ethiopie) par la déclaration 137 (VIII) approuvant l’initiative « Grande Muraille Verte du Sahara ».

12Les chefs d’Etat et de Gouvernement africains ont salué l’initiative Grande Muraille Verte comme une stratégie appropriée pour soutenir efficacement les efforts nationaux, régionaux et internationaux de lutte contre la désertification et la pauvreté, de restauration des zones dégradées, et de lutte contre les changements climatiques. Ainsi pour marquer cet important engagement politique du Continent, ils engageaient dès lors l’ensemble des Etats saharo-sahéliens impliqués, les partenaires techniques et financiers et la société civile à entreprendre les actions et la mobilisation populaire nécessaires à la mise en œuvre rapide du programme de la Grande Muraille Verte.

13Maître Abdoulaye WADE, Coordonnateur de la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte Dakar-Djibouti, en accord avec les autres chefs d’Etat et de Gouvernement des pays du tracé, les Présidents en exercice des conférences des chefs d’Etat et de Gouvernements de l’Union africaine et de la CEN-SAD, et en relation avec le Secrétariat général de la CEN-SAD et la Commission de l’Union africaine a tenu à l’initiative du Sénégal des rencontres d’experts et de ministres en charge de l’Environnement et une table ronde avec les Bailleurs (2005, 2006, 2008 et 2009). Elles ont permis d’aboutir à l’élaboration et à l’adoption des documents d’orientation stratégique de mise en œuvre, notamment le Schéma conceptuel, le Plan d’action, les Cadres institutionnel et d’exécution du projet majeur Grande Muraille Verte et d’obtenir l’engagement de la Communauté des bailleurs d’accompagner les actions de mise en œuvre. Ces divers documents sont approuvés par les experts et les ministres en charge de l’Environnement des pays du Tracé et sont transmis aux Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays concernés, à l’Union africaine et la CEN-SAD.

14La Commission de l’Union africaine a élaboré un document de définition du concept en étroite collaboration avec ses partenaires, notamment la Commission économique pour l’Afrique (CEA), le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Secrétariat de la Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification (UNCCD), l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Ce document conceptuel a été soumis au Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement sur la sécurité alimentaire tenu à Abuja, au Nigeria, en décembre 2006.

15Le Secrétariat de la CEN-SAD, en collaboration avec l’OSS, a également élaboré un document conceptuel et un plan d’action (2008–2010) qui repose sur une série d’études et de consultations techniques avec les États membres et les partenaires.

16Une réunion restreinte d’un Comité Ad Hoc constitué de représentants de la Commission de l’Union africaine (CUA), de la République du Sénégal et du Secrétariat Général de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) en présence de l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS) et du Comité inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) organisée le 15 mai 2008 à Tripoli (Libye). Le Comité vise à assurer la mise en œuvre du programme Grande Muraille Verte dans un cadre unique et concertée. Il a entrepris la consolidation des divers documents relatifs à la Grande Muraille Verte et a élaboré un projet de Plan d’Action 2008-2010 de mise en œuvre du programme de la Grande Muraille Verte.

17Dans le cadre de la coopération Commission européenne/Commission Union africaine, l’Union européenne a entrepris en janvier 2009, une « Etude de préfaisabilité pour la grande muraille verte à réaliser dans le contexte de l’Initiative pour le Sahara et le Sahel (GMVSS) ».

18De l’analyse des documents de stratégies (cf. Bibliographie) et des résolutions issues des diverses consultations et rencontres entre les pays, les institutions et autres acteurs concernés par la GMV, il ressort un consensus sur :

  • l’engagement politique des chefs d’Etat et de Gouvernement des pays africains, des institutions régionales et sous-régionales dans la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte ;

  • l’objectif majeur du programme, qui est de contribuer à la lutte contre l’avancée de la désertification et à la mise en valeur des zones saharo-sahéliennes par une restauration et une gestion durable des ressources naturelles et à la lutte contre la pauvreté ;

  • la nécessité de s’accorder sur les critères devant permettre d’affiner le tracé (pluviométriques, topographiques, démographiques, sociologiques, géographiques, écologiques, agronomiques, pédologiques, géologiques…) ;

  • les multiples effets et impacts positifs attendus de la GMV et sur les nombreux bénéficiaires, en particulier les populations et l’environnement ;

  • le caractère prioritaire de ce projet majeur et l’urgence de sa mise en œuvre pour les pays saharo-sahéliens ;

  • la nécessité de partager les connaissances disponibles sur les espèces végétales et les systèmes de mise en valeur et de suivi de la Grande Muraille. Ce point constitue une étape cruciale garantissant le maximum de chances de réussite du programme de la GMV et a justifié la convocation par le Sénégal du colloque international sur le Choix des espèces végétales et des systèmes de mise en valeur et de suivi de la Grande Muraille Verte, tenu à Dakar les 13 et 14 février 2009.

19Enfin, le Ministre d’Etat Monsieur Djibo Leïty KA, Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de Rétention et des Lacs Artificiels de la République du Sénégal, s’est rendu respectivement du 03 au 06 novembre 2008 et le 10 décembre 2008 au Mali, au Niger, au Tchad, à Djibouti, en Ethiopie et au Burkina Faso, porteur d’un message de Maître Abdoulaye WADE auprès des chefs d’Etat et de Gouvernement de ces pays, ainsi qu’auprès du Président de la Commission de l’Union africaine. Il s’agissait entre autres d’examiner le projet de convention portant création d’une Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte, chargée de la coordination et du suivi du projet au niveau régional et de l’état de mise en œuvre du projet dans les pays respectifs. Cette initiative a permis de noter avec satisfaction :

  • la totale adhésion des chefs d’Etat et de Gouvernement africains à l’initiative Grande Muraille Verte Dakar-Djibouti et à la création dans les meilleurs délais de l’Agence Pan-Africaine de la Grande Muraille Verte ;

  • l’engagement de ces chefs d’Etat et de Gouvernement pour la mise en œuvre du projet Grande Muraille Verte, par la mobilisation préalable des moyens nationaux, à l’instar du Sénégal.

20L’évaluation en 2009 des activités des Etats dans la mise en œuvre des composantes nationales de la Grande Muraille Verte, lors de la Conférence Scientifique Internationale à travers les rapports pays, permet de constater d’importantes réalisations dans la plupart des pays, notamment le Sénégal, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso, Djibouti, le Soudan, le Mali et la Mauritanie. Les réalisations sont en termes d’activités de plantations, de capitalisation et de consolidation des actions existantes et de mise en place de cadres institutionnels d’opérations, de coordination et de suivi de la Grande Muraille Verte.

Approche stratégique de mise en œuvre de la Grande Muraille Verte

Approche régionale

21L’initiative Grande Muraille Verte est un projet d’envergure continentale. Elle constitue l’une des réponses de l’Afrique aux défis auxquels elle est confrontée et également une proposition concrète d’actions dans le cadre de l’alliance mondiale contre les changements climatiques. Elle est sous-tendue par des mécanismes de coopération régionale et sous-régionale dans le cadre d’une approche globale concertée.

22La particularité de la Grande Muraille Verte est d’unir tous les pays concernés dans un même combat de lutte contre la désertification et le changement climatique et selon une nouvelle approche de développement intégré des zones arides et semi-arides, souvent totalement déshéritées. Dans l’approche conceptuelle novatrice, « tout en créant et consolidant une ligne de défense par des activités de reboisement et d’aménagement », la Grande Muraille Verte met en synergie des actions de lutte contre la désertification, de restauration des terres et de la biodiversité, de développement de systèmes agricoles et pastoraux, de lutte contre la pauvreté par la réalisation d’activités génératrices de revenus favorables au repeuplement des zones sahélosahariennes du Circum-Sahara. Toutefois, les variations des contextes biophysiques, pédologiques et culturels imposent un développement global par la prise en compte des spécificités locales.

23La mise en œuvre de la Grande Muraille Verte va capitaliser et valoriser les expériences et les données importantes issues des programmes nationaux et régionaux de lutte contre la dégradation des terres et la désertification, et de gestion durable des ressources naturelles. Elle établira les synergies nécessaires avec les divers programmes de développement en cours dans la zone du tracé.

Objectifs et impacts attendus de la Grande Muraille Verte

OBJECTIFS

24L’objectif global de la Grande Muraille est la contribution à la lutte contre l’avancée du désert et à la mise en valeur des zones saharo-sahéliennes pour une gestion durable des ressources naturelles et à la lutte contre la pauvreté.

25Les Objectifs spécifiques sont :

  • la conservation/valorisation de la biodiversité ;

  • la restauration/conservation des sols ;

  • la diversification des systèmes d’exploitation ;

  • la satisfaction des besoins domestiques (en produits ligneux et/ou non ligneux), l’accroissement des revenus à travers la promotion d’activités génératrices de revenus et l’installation d’infrastructures sociales de base ;

  • l’amélioration des capacités de séquestration du carbone dans les couvertures végétales et les sols ;

  • l’initiative « Grande Muraille Verte » intègre également divers mécanismes de développement humain, tels que le Développement durable, le Développement propre et la Lutte contre la pauvreté.

EFFETS ET IMPACTS ATTENDUS, ET LES BÉNÉFICIAIRES

26L’édification de la Muraille Verte dans ces zones arides et déshéritées va engendrer des effets et impacts hautement positifs sur les populations et l’environnement. Par ses objectifs et les impacts attendus, elle intègre plusieurs mécanismes associés au développement et à l’environnement, en particulier : (i) le Développement durable, (ii) la Lutte contre la pauvreté, (iii) la Réduction des migrations écologiques et économiques et, enfin, (iv) le Développement propre.

27L’importante production de biomasse attendue sur une superficie envisagée de 10 500 000 ha dans la bande sahélienne au sud du Sahara fait de la GMV un patrimoine pour l’humanité et un puits de carbone. Elle mettra ainsi à la disposition de la Communauté internationale un nombre considérable d’Unités de réduction certifiée des émissions et contribuera au respect des engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

28De façon spécifique, les effets et impacts attendus sont notamment :

  • la réduction de l’érosion des sols : la présence de la couverture végétale amoindrit la vitesse des vents et favorise l’infiltration des eaux de pluie ;

  • la restructuration des sols dégradés : l’accroissement de la matière organique, d’origine végétale et animale, entraîne une restructuration des sols ;

  • l’accroissement du taux de reforestation des pays traversés par la GMV : pour, entre autres, restaurer les équilibres éco-climatiques et restaurer la biodiversité ;

  • la relance, le développement et la diversification de l’agriculture et de l’élevage, tant par le volume des productions végétales et animales que par l’importance de la population active occupée par ces sous-secteurs ;

  • la restauration, la conservation et la valorisation de la biodiversité végétale et animale : les mises en défens et autres surfaces boisées privées contribuent à la régénération de la végétation naturelle et au retour de la faune sauvage : oiseaux, petit gibier, serpents, etc.

  • l’accroissement de la couverture des besoins locaux en produits forestiers, notamment en bois de feu et de service, mais aussi en produits non ligneux : gommes, résines, racines, feuilles, écorces, fruits, pharmacopée, etc. ;

  • l’amélioration du niveau de vie et de la santé du fait d’une amélioration notable de l’alimentation, du cadre de vie et d’une plus grande disponibilité des besoins domestiques (eau, énergie, infrastructures sociales, etc.). La Grande Muraille Verte apparaît ainsi comme un instrument de lutte contre la pauvreté et devrait être intégrée comme une composante principale du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP 2) et comme une grappe de la Stratégie de Croissance Accélérée (SCA) en cours dans la plupart des pays du tracé ;

  • l’inversion du phénomène de l’exode rural : progressivement, les « émigrés écologiques » et les forces vives à la recherche de travail vont repeupler ces zones réhabilitées par la proximité de la GMV ;

  • la maîtrise des ressources en eau, à travers la mise en place de bassins de rétention, de lacs artificiels et d’ouvrages hydrauliques qui contribueront à l’amélioration des systèmes de production.

29Les opérations de valorisation des ressources naturelles et des pratiques de la GMV vont profiter à plusieurs catégories de bénéficiaires, dont :

  • la communauté internationale : en effet, la Grande Muraille Verte s’inscrit parfaitement dans les préoccupations internationales de Mécanisme de Développement Propre (réduction des gaz à effet de serre et séquestration du carbone), la réduction des migrations écologiques et économiques ;

  • les Etats : ils trouvent là une opportunité de relancer leurs programmes de conservation et de restauration des écosystèmes, en particulier les terres et les forêts, mais également ceux de lutte contre la pauvreté et de sécurité alimentaire. En effet, comme le souligne le rapport 2005 de la FAO (tableau 1), les efforts de conservation des forêts dans les pays du Sahel sont très faibles par rapport au processus de déforestation, si bien que le taux de régression (1 712 000 ha/an) des forêts est alarmant.

  • les collectivités locales : les régions, communes et communautés rurales trouvent, à travers la GMV, un moyen d’améliorer le développement local, en relançant les productions agricoles, en luttant contre le chômage et, de manière générale, en augmentant les revenus ;

  • les producteurs primaires : agriculteurs, pasteurs, récolteurs de gomme, de miel, de résine, les guérisseurs, les chasseurs, les sculpteurs de bois, etc. Si pour les agriculteurs la GMV va accroître les zones cultivables et la productivité des zones cultivées, pour les autres acteurs primaires, la muraille va surtout augmenter la disponibilité de la matière première ;

  • les entrepreneurs privés : initiateurs de parcs animaliers, fermes modernes, de sites écotouristiques trouvent là des opportunités économiques, etc. ;

  • les structures d’enseignement, de formation et de recherche : la GMV sera un site privilégié de recherches transdisciplinaires à vocation régionale, favorisant une grande mobilité des scientifiques africains et renforçant la synergie dans l’exécution des programmes ;

  • les populations vivant dans la zone d’emprise de la GMV : outre les facilités accrues pour le ramassage du bois de chauffe, le fourrage et l’accès à l’eau, elles trouvent d’importantes opportunités contre le sous-emploi, l’exode et la pauvreté.

Tableau n° 1. Taux annuel de régression du couvert forestier (Source : Situation des forêts du monde ; FAO, 2005)

Tableau n° 1. Taux annuel de régression du couvert forestier (Source : Situation des forêts du monde ; FAO, 2005)

Approche méthodologique et Tracé global indicatif (TGI) de la Grande Muraille Verte

30Le projet Grande Muraille Verte dans sa conception est un modèle de lutte contre la désertification, de restauration et de développement intégré des zones arides. Elle implique en cela tous les domaines arides et semi-arides d’Afrique et en particulier ceux du Circum-Sahara. Cependant, le concept Grande Muraille Verte Dakar-Djibouti qui traduit l’idée de base se justifie également par le caractère prioritaire et l’urgence de la mise en œuvre du projet majeur GMV dans cette partie transcontinentale ouest-est de l’Afrique, allant de Dakar à Djibouti (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Ethiopie, Erythrée, Djibouti) prenant en compte l’état fortement dégradé des écosystèmes et des ressources naturelles dans la bande sahélienne.

LOCALISATION ET DESCRIPTIF DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

31La mise en œuvre de la GMV est réalisée en particulier par l’installation et la mise en valeur intégrée d’espèces végétales à valeur économique bien adaptées aux terres arides, de bassins de rétention, de systèmes de production agricoles et diverses activités génératrices de revenus, ainsi que des infrastructures sociales de base.

32Le tracé de la Grande Muraille Verte (GMV) est large de 15 km et va de Dakar à Djibouti (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Ethiopie, Erythrée, Djibouti). Il s’étire ainsi sur environ 7 000 km. Il n’affecte pas le désert du Sahara et est contenu dans le Sahel dans des zones écogéographiques à moyennes pluviométriques annuelles inférieures à 400 mm.

33L’un des paramètres écologiques déterminants est la pluviométrie. Ainsi, les zones ciblées sont confinées dans les domaines à moyennes annuelles pluviométriques <à 400 mm. En effet, si une bonne partie de la GMV est située dans des zones habitées, une autre non moins importante sera située dans des zones non habitées et ne dépendra plus pour son maintien que des pluies. C’est pourquoi la Grande Muraille devra nécessairement être localisée à des latitudes à moyennes annuelles pluviométriques comprises entre 400 et 100 mm.

34La réalisation, dans les zones appropriées, d’une bande de bassins de rétention ou d’un réseau de forages hydrauliques le long du tracé est prévue pour atténuer le déficit pluviométrique, rendre l’eau disponible pour les activités domestiques et autres activités génératrices de revenus.

35« Notre conviction est que seul le développement des espaces pourra freiner la désertification, et l’une des contraintes majeures à lever pour arriver à cet espace de vie souhaité est la disponibilité de l’eau. C’est pourquoi il m’a semblé nécessaire d’intégrer dans cette Grande Muraille Verte un corridor de bassins de rétention qui devrait en être la source nourricière. » (Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal, février 2009).

36La GMV apparaîtrait alors comme une bande de végétation multi-espèces plus ou moins linéaire mais continue autant que possible et incluant divers systèmes d’occupation des sols, traversant des zones habitées (zones de terroirs villageois), des zones non habitées (forêts classées, parcs nationaux, parcs animaliers, réserves botaniques, réserves communautaires). Cependant, à cause de certains facteurs (plans d’eau, montagnes, collines rocailleuses, zones sacrées ou hantées), la Grande Muraille pourra être déviée vers le nord ou le sud.

37La Grande Muraille Verte intègre ainsi dans sa structure plusieurs systèmes d’utilisation des terres, notamment :

  • des formations naturelles : forêts classées (gérées par l’Etat), forêts communautaires (villageoises, communales, de communautés rurales, etc.), forêts privées (appartenant à des individus ou groupes privés) ;

  • des plantations artificielles anciennes (résultats des projets de la zone) ou nouvelles (à créer, y compris les forêts privées) ;

  • des unités agro-sylvo-pastorales : cultures annuelles sous verger, périmètres hydro-agricoles arborés, parcs arborés, bassins de rétention ;

  • des zones de parcours : villageoises ou intercommunautaires ;

  • des parcs animaliers ;

  • des couloirs de migration de la faune ;

  • des réserves communautaires de faune ;

  • des parcs nationaux : entièrement ou en partie ;

  • des réserves botaniques : pour la conservation de la biodiversité végétale ;

  • des mises en défens : au niveau d’aires forestières plus ou moins dégradées ;

  • des vergers : plantations fruitières ;

  • un corridor de bassins de rétention longeant le parcours de la Grande Muraille ;

  • des infrastructures sociales de base dans les zones d’emprise de la GMV.

38Les unités vertes seront gérées par les populations locales individuellement ou en groupes, les producteurs privés, les structures de recherche /formation, les collectivités locales ou par les services forestiers.

Figure 1. Tracé régional indicatif de la Grande Muraille Verte le long de l’axe Dakar-Djibouti

Figure 1. Tracé régional indicatif de la Grande Muraille Verte le long de l’axe Dakar-Djibouti

Réalisation : Bureau Aménagement et Cartographie de la Direction des Eaux et Forêts

TRACÉ GLOBAL INDICATIF, ESPÈCES VÉGÉTALES ET SYSTÈMES DE MISE EN VALEUR DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

39L’un des facteurs écologiques déterminants est le niveau de la pluviométrie. Le tracé indicatif général (TIG) donné ci-dessus a été élaboré en utilisant une base de données contenant les limites phytogéographiques du WWF, permettant de bien localiser le zonage climatique, et une carte de l’occupation du sol permettant d’identifier les limites des grandes formations végétales et les limites des pays traversés par la GMV.

40Le tracé définitif à la latitude de chaque pays (composante nationale GMV) sera affiné et validé pour par ses experts nationaux tenant compte des spécificités bio-physiques, sociologiques et de priorité. Cependant, le tracé de la composante nationale devra nécessairement s’intégrer au tracé indicatif général (TIG) et tenir compte des paramètres définis, notamment de moyennes pluviométriques.

41À titre indicatif, quelques critères pour le choix du tracé de la GMV sont donnés ci-après :

  • compte tenu des objectifs assignés à la GMV (limitation de la progression du Sahara, conservation/valorisation de la biodiversité, restauration/conservation des sols, diversification des systèmes d’exploitation, satisfaction des besoins domestiques en produits ligneux et/ou non ligneux, promotion d’activités génératrices de revenus, séquestration du carbone, protection et sécurisation des infrastructures), des systèmes d’utilisation des terres prévus en son sein (plantations artificielles, unités agro-sylvicoles, zones de pâturage, parcs animaliers, réserves communautaires, forêts classées, parcs nationaux, réserves botaniques, mises en défens, vergers) et des acteurs/bénéficiaires de cette GMV (Etats, collectivités locales, producteurs primaires, entrepreneurs privés, structures d’enseignement et de recherche), un tracé indicatif a été proposé à partir de critères tant biophysiques, écologiques que socio-économiques,

  • la GMV devrait donc traverser aussi bien des zones habitées (zones de terroirs villageois), où elle pourrait être entretenue par les populations rurales, que des zones non habitées (forêts classées, parcs nationaux, parcs animaliers, réserves botaniques, réserves communautaires), où elle pourrait être entretenue par les Etats, les collectivités locales ou des privés,

  • le déficit pluviométrique étant apparu au Sahel comme une contrainte forte à la réalisation des activités prévues dans la GMV, celle-ci a été localisée dans des latitudes où la pluviométrie moyenne annuelle est comprise entre 400 et 100 mm. La zone de transition entre les formations steppiques et les zones de savanes soudanosahéliennes a été retenue. C’est une zone où les espèces locales sont dominées par les genres Acacia et Balanites qui présentent tous des mécanismes d’adaptation à la sécheresse. Malgré la longue saison sèche qui la caractérise, cette zone présente l’avantage d’avoir un potentiel végétal et écologique pouvant permettre le développement de projets de reconstitutions de la végétation. Sur le plan de l’occupation humaine, la zone sélectionnée correspond à une zone de faible densité, dominée par l’activité pastorale avec un élevage extensif et l’activité agricole,

  • le tracé a été élaboré en utilisant une base de données contenant les limites phytogéographiques de A. AUBREVILLE, permettant de bien localiser le zonage climatique et une carte de l’occupation du sol permettant d’identifier les limites des grandes formations végétales et les limites des pays dans la sous-région,

  • la principale entrée pour proposer le tracé définitif est la carte d’occupation du sol.

CRITÈRES ET RECOMMANDATIONS DANS LE CHOIX DES ESPÈCES ET DES SYSTÈMES DE MISE EN VALEUR DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

42Le choix et l’intérêt des espèces végétales adaptées à la sécheresse apparaissent comme des éléments stratégiques pour une meilleure réussite des opérations de plantation dans le tracé de la Grande Muraille Verte. Aussi il est demandé aux experts nationaux :

  • d’étudier, d’amender et de compléter la liste indicative des espèces végétales les plus appropriées aux aires écologiques du tracé au niveau de leurs pays (liste élaborée par la Commission Scientifique du Sénégal et adoptée par les experts et les ministres en charge de l’Environnement) ;

  • d’identifier les espèces les plus adaptées aux zones arides et semi-arides ainsi que des indications nécessaires sur les conditions de réussite de production et de repiquage des plants dans les zones éco-géographiques du tracé et en particulier celles au niveau de votre pays ;

  • de promouvoir l’agroforesterie comme technique alternative viable de reboisement ;

  • de favoriser les espèces existantes économiquement rentables et acceptées par les populations et en particulier les fruitières forestières qui contribuent à l’équilibre nutritionnel des populations et à la lutte contre la pauvreté ;

  • de tenir compte des besoins des populations dans le choix des espèces pour mieux satisfaire leurs besoins en produits ligneux et non ligneux ;

  • de prendre en compte les recommandations suivantes dans la sélection des espèces végétales utilisées dans la composante :

  • les espèces endémiques, qui s’y trouvent, s’y maintiennent et s’y développent et les aménagements doivent d’abord prendre en compte ces espèces résilientes pour la plupart,

  • les espèces à grande plasticité écologique qui leur permette de se maintenir et de se développer dans les zones écologiques allant jusqu’à 100 mm de pluviométrie ;

  • les espèces ayant une utilité qui répond aux besoins des populations,

  • les espèces communes à plusieurs pays contigus traversés par le tracé de la GMV.

ETUDES, SUIVI-EVALUATION DE LA COMPOSANTE NATIONALE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

43La mise en œuvre de la Grande Muraille Verte donne une grande part aux pays du Tracé. Chaque pays est responsable de la réalisation opérationnelle de sa composante nationale sur la base du schéma global et de l’approche méthodologique adaptés suivant les spécificités locales.

44Dans le cadre de la mise en œuvre, la gestion et le suivi de la composante nationale, il est recommandé de façon concomitante aux actions d’installation des éléments de la Grande Muraille, un certain nombre d’actions au niveau national, afin d’apporter les corrections nécessaires pour l’atteinte des objectifs et résultats attendus.

45Les actions portent sur les volets suivants :

46Situation de référence, cadre biophysique et écologique. L’analyse s’appuiera sur les domaines suivants :

  • occupation des sols et le foncier ;

  • systèmes agricoles et de production (produits forestiers, espèces fourragères) ;

  • ressources hydriques et énergétiques ;

  • élevage ;

  • cadre biophysique ;

  • zones écogéographiques et contraintes hydroclimatiques et édaphiques ;

  • contexte culturel et socio-économique ;

  • types d’infrastructures économiques et sociales ;

  • techniques efficaces de DRS/CSE (Défense et restauration des sols / Conservation des Sols et des Eaux) ;

  • tests d’introduction de nouvelles techniques agro-sylvo-pastorales : irrigation, gestion des troupeaux, techniques culturales, énergies nouvelles, etc.

Impacts sociaux et environnementaux attendus de la GMV

  • inventaire des ressources naturelles (produits forestiers, miel, lait, fromage et, sols arables, ressources en eau, etc…), les infrastructures sociales et les opportunités d’activités génératrices de revenus ;

  • identification et gestion des impacts environnementaux.

Conservation des sols, suivi pédologique et suivi environnemental

  • établissement de l’état de référence et les cartes d’aptitude ;

  • suivi pédologique ;

  • analyse environnementale.

Micro-réalisations

47Le succès de la recolonisation des zones arides et semi-arides d’Afrique sera fortement dépendant du recul de la pauvreté en milieu rural par l’amélioration des revenus à travers des activités génératrices de revenus au profit de groupements féminins, d’organisations des jeunes et l’accès aux besoins domestiques et aux infrastructures sociales de bases (santé, éducation etc.). À cet effet, des microréalisations seront développées grâce à la mise en place d’un Fonds d’Appui revolving de microcrédits et l’établissement de l’entreprenariat féminin pour appuyer et développer des activités Génératrices de revenues (AGR) et favoriser la création d’infrastructures sociales de base (Santé et éducation).

Justificatif et axes de financement de la Grande Muraille Verte

48La GMV intègre de par les objectifs et les impacts attendus, plusieurs mécanismes associés au Développement et à l’Environnement. Il s’agit en particulier : (i) du Développement Durable, (ii) de la Lutte contre la Pauvreté, (iii) de la Réduction des Migrations écologiques et économiques et enfin du Développement Propre. Aussi, la GMV apparaît comme un modèle de Développement Intégré des Zones Déshéritées, zones qui gagnent de plus en plus de superficies en Afrique et contribuent fortement à l’insécurité alimentaire de ces pays. La Grande Muraille Verte sera ainsi un patrimoine de l’Humanité et son financement doit intéresser la communauté internationale, à travers les divers mécanismes de financement des Conventions relatives notamment à la désertification, la biodiversité et les Changements climatiques

49Par ailleurs, l’apport non négligeable de la GMV dans les politiques nationales de lutte contre la désertification, de conservation et de restauration de la biodiversité, de développement social et économique justifie pleinement l’engagement des pays à participer au financement de la grande Muraille verte à travers leurs budgets d’investissements.

50Les axes majeurs de financement portent essentiellement sur les actions de mise en valeur, de suivi et d’évaluation de la Grande Muraille verte. Elles concernent en particulier :

  • l’Agroforesterie. Ce volet porte sur la mise en place des systèmes de production avec tout le dispositif de protection. Elle inclut aussi tous les coûts de la communication, formation sensibilisation.

  • le réseau de bassins de rétention et d’ouvrages hydrauliques,

  • la Conservation des sols et le suivi pédologique,

  • les microréalisations,

  • le suivi environnemental,

  • le renforcement de capacités des ressources humaines et d’équipement logistique et technique des structures nationales.

Dispositions institutionnelles et gouvernance

Coordination politique

51La Commission de l’Union africaine et le Secrétariat général de la CEN-SAD assureront la tutelle et la coordination politiques de la mise en œuvre de l’Initiative en relation avec les Communautés économiques régionales (CER) telles que la CEDEAO, CEEAC et l’IGAD.

Coordination et Suivi au niveau régional

52Compte tenu de l’envergure régionale du projet, la coordination et le suivi au niveau régional seront assurés par une Agence Pan-Africaine de la Grande Muraille Verte (APANGMV). Elle assure la coordination et le suivi au niveau régional de la mise en œuvre de la Grande Muraille sous l’autorité du Conseil des Ministres constitué des Ministres en charge de l’Environnement des Etats membres. Elle comprend par ailleurs un Comité Technique d’Experts.

Réalisation, coordination et suivi au niveau national

53La mise en place de la Grande Muraille Verte (GMV) se fera selon une approche participative ascendante, associant les populations à la conception, à la mise en œuvre et au suivi et à la conservation des réalisations. Ainsi au niveau national, la responsabilité de réalisation opérationnelle de la composante nationale est confiée à une structure nationale créée selon la législation du pays. Elle est le point focal de l’APANGMV.

54Le Schéma présenté ci-après, donne l’organigramme de la structure nationale en charge de la mise en œuvre opérationnelle de la composante sénégalaise de la Grande Muraille Verte. L’Agence Nationale de la Grande Muraille Verte (ANGMV) est créée par décret sous la tutelle du Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de Rétention et des Lacs artificiels. Elle est administrée par un Conseil de Surveillance composé de représentants des divers ministères susceptibles de participer dans les activités de la Grande Muraille. L’ANGMV s’appuie sur un Comité Scientifique et Technique et des Comités Techniques Régionaux installés dans les régions administratives traversées par la muraille verte.

Figure 2. Schéma de l’organigramme de la structure nationale de la Grande Muraille Verte au Sénégal

Figure 2. Schéma de l’organigramme de la structure nationale de la Grande Muraille Verte au Sénégal

Bibliographie

AU / CEN-SAD (2009) Plan of Action for the Implementation of the Great Green Wall of the Sahara and Sahel Initiative. Draft for submission to the AU Executive Council Addis Ababa, Ethiopia, February 1 – 3, 2009

Commission de l’Union africaine, Département de l’agriculture et de l’économie rurale, 2006 : La Grande Muraille Verte dans le cadre de l’Initiative Sahélo Sahélienne, plan d’action pour la mise en œuvre, 21 p.

CEN-SAD et OSS, 2006 : La Grande Muraille Verte dans le cadre de l’Initiative Sahélo Sahélienne, brève analyse et directives préliminaires, 39 p.

CEN-SAD et OSS, 2006 : la Grande Muraille Verte dans le cadre de l’Initiative Sahélo Sahélienne, programme d’action (2008-2010), 26 p.

Commission de l’Union africaine, Département de l’agriculture et de l’économie rurale, 2007 : La Grande Muraille Verte dans le cadre de l’Initiative Sahélo Sahélienne.

Commission Scientifique du Sénégal (2006) : Note Conceptuelle sur la Grande Muraille Verte, 11 p.

Commission Scientifique du Sénégal (2006) : Note Conceptuelle sur la Grande Muraille Verte, 43 p.

Commission Scientifique du Sénégal (2006) : Critères de présentation, de la GMV et liste indicative des espèces végétales, 8 p.

Commission Scientifique du Sénégal (2008) : Financement du PGMVSS : éléments indicatifs de coûts de mise en œuvre, 6 p.

Commission Scientifique du Sénégal (2008) : Document projet de la Grande Muraille Verte : Termes de Référence, 13 p.

Commission Scientifique du Sénégal (2008) : Rôle des petits barrages dans la Grande Muraille Verte, 15 p.

Comité Ad hoc Commission de l’Union Africaine, Secrétariat CENSAD et Gouvernement du Sénégal (2008) : projet de Plan d’Action 2008 – 2010 du programme de la Grande Muraille Verte, 16 p.

Gouvernement du Sénégal (2008) : avant projet de convention portant création de l’Agence Pan africaine de la Grande Muraille Verte, 10 p.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Taux annuel de régression du couvert forestier (Source : Situation des forêts du monde ; FAO, 2005)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 1. Tracé régional indicatif de la Grande Muraille Verte le long de l’axe Dakar-Djibouti
Légende Réalisation : Bureau Aménagement et Cartographie de la Direction des Eaux et Forêts
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 2. Schéma de l’organigramme de la structure nationale de la Grande Muraille Verte au Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteurs

Institut des Sciences de la Terre/UCAD, Académie nationale des Sciences et Techniques du Sénégal
abdia@ucad.sn

Centre de Suivi écologique, Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs artificiels du Sénégal

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable