Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés tibétains en Inde

 | 
Anne-Sophie Bentz

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Ce qui correspond aux questions : où, quand, comment, par qui, pour qui, à partir de quoi, et pour (...)

1Le travail de recherche mené ici, en interrogeant les rapports entre le nationalisme et l’exil chez les réfugiés tibétains en Inde, aura permis de revenir, notamment, sur le lieu, le moment, la manière, les acteurs, les destinataires et les raisons de l’existence de la nation tibétaine1.

2Nous avons répondu dans le chapitre 1 aux deux questions qui ont trait au lieu et au moment, dans la mesure où il a été montré que la nation tibétaine existe aussi dans l’interprétation de l’histoire du Tibet, dès lors que cette interprétation est nationaliste, voire, nationalisante. Dans les chapitres 2 et 3 ont été examinées les questions liées aux acteurs de la nation, ainsi que les questions associées portant sur la manière, les causes et les raisons, de l’existence de la nation tibétaine, en suivant une perspective interne, c’est-à-dire en envisageant ceux qui appartiennent à la nation, ici, les réfugiés. Tandis que, dans le chapitre 2, nous nous sommes plutôt penchés sur ceux qui construisent la nation tibétaine, et en particulier Tenzin Gyatso, considéré ici comme le maître d’œuvre, nous avons centré le chapitre 3 sur ceux qui, simultanément et successivement, déconstruisent puis reconstruisent la nation tibétaine, à savoir, les réfugiés eux-mêmes. Dans le chapitre 4 a été réintroduit un élément essentiel du triangle diasporique, à savoir, outre la diaspora et le pays d’origine, le pays d’accueil. Ont été ainsi réunies des considérations sur les implications pratiques du lieu d’existence du mouvement nationaliste. Si les réfugiés peuvent profiter des libertés qu’elle offre mais doivent en même temps s’accommoder des contraintes qu’elle fait peser, l’Inde doit elle aussi composer, dans ses relations avec la Chine, avec la présence sur son territoire d’un mouvement nationaliste.

3Il convient désormais, et après cinquante ans d’exil, de faire le point sur le mouvement nationaliste tibétain. Où en sommes-nous ? Et quels sont les problèmes actuels, inédits ou non, auxquels les réfugiés tibétains doivent faire face ?

4Il y avait, chez les premiers réfugiés, une volonté nouvelle et forte de vivre ensemble dans ce Tibet perdu – ce qui correspond à l’hypothèse classique de Lord Acton selon laquelle l’exil renforce le sentiment nationaliste. Et cette volonté a ici été combinée à une nécessité, ou, du moins à ce qui a été perçu comme telle par Tenzin Gyatso. L’affirmation de l’existence de la nation est en effet envisagée comme le seul recours pour répondre aux deux défis de l’exil qui s’expriment, on l’a vu, en termes identitaire et politique. Elle aura permis de résoudre, au moins dans un premier temps, 1) le problème du vide identitaire chez les réfugiés tibétains qui, avec l’exil, ont perdu la plupart des repères traditionnels, et 2) le problème de la légitimité requise afin d’obtenir les soutiens nécessaires pour recouvrer l’indépendance du Tibet – ce, bien sûr, dans la mesure où les nationalistes tibétains s’inscrivent dans la perspective d’un Tibet qui était indépendant avant l’agression armée de la Chine. La nation tibétaine s’est toutefois inscrite dans un processus de construction, déconstruction et reconstruction à la fois long et complexe. Elle a été créée, modifiée, transformée et adaptée par les différents acteurs impliqués, directement ou indirectement, mais aussi par le contexte historique et géographique dans lequel elle s’est inscrite. Qu’est devenue la nation tibétaine ? Et où en est le nationalisme tibétain ? Le sort du Tibet n’est pas encore scellé, la nation tibétaine a toujours une raison d’être et le mouvement nationaliste tibétain, après un long moment de silence, fait encore parler de lui – on pense notamment aux manifestations qui ont eu lieu en mars et avril 2008 et aux commémorations des cinquante ans d’exil en mars 2009.

5Le nationalisme tibétain commence à s’inscrire dans la durée. Qu’ont changé cinquante ans d’exil ? Quels sont les effets du facteur temps ? La première conséquence est que le sentiment nationaliste exacerbé par l’exil est en train de retomber chez les réfugiés. Je retiendrai ici deux raisons qui ont trait à la nature même de la relation diasporique : la première est liée au pays d’origine, ou, plus exactement ici, au pays qui a pris possession du pays d’origine, la Chine, tandis que la seconde renvoie aux pays d’accueil, et, plus spécifiquement ici, à l’Inde.

  • 2 C’est d’ailleurs bien là ce qui ressort des débats autour de la Middle Way Approach et des entreti (...)
  • 3 NORBU, Dawa, « China’s Dialogue with the Dalai Lama 197890 : Prenegotiation Stage or Dead End ? », (...)
  • 4 ARPI, Claude, Dharamsala and Beijing : The Negotiations That Never Were, New Delhi, Lancer Publish (...)
  • 5 « Dalai Lama Says He Has Given Up on China Talks », AP, 25 October, 2008.
  • 6 Voir la page du site Internet officiel du gouvernement tibétain en exil consacrée au dialogue sino (...)
  • 7 « Dalai Lama’s Envoys to Resume Talks With China », New York Times, 26 January, 2010.

6Il y a ainsi, tout d’abord, la nécessité pratique d’assurer la survie des Tibétains en tant que peuple – ce qui fait référence au risque, ou, du moins, au risque perçu comme tel, de disparition du peuple tibétain en raison de la colonisation chinoise du Tibet. Il s’agit là, en tout cas, d’une des raisons avancées par Tenzin Gyatso pour justifier le changement d’orientation des revendications tibétaines, qui, de l’indépendance, sont passées à l’autonomie. Et si la Middle Way Approach est souvent considérée, parfois par dépit davantage que par choix, comme la seule approche possible aujourd’hui, c’est bien parce qu’elle est pragmatique, c’est-à-dire parce qu’elle constitue une solution de compromis qui seule désormais permet de remplir l’objectif de survie – ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit là d’une option efficace2. Des négociations sont-elles possibles avec la Chine ? De quel type ? Jusqu’où ? L’analyse de l’évolution du dialogue sinotibétain n’appelle certes pas à un optimisme débordant. Dawa Norbu s’interrogeait déjà, en 1991, sur l’état avancement, ainsi que sur les perspectives d’avenir, des négociations avec la Chine3. Depuis les premiers contacts en 1978 et bien que, officiellement, les négociations se poursuivent, les Tibétains n’ont rien obtenu des Chinois, alors même qu’entretemps leurs revendications ont été revues à la baisse, puisque, depuis la Proposition de Strasbourg, et, plus encore, depuis l’adoption de la Middle Way Approach, il n’est plus question que d’une autonomie substantielle au sein de la Chine. Les tibétologues restent pourtant sceptiques sur la question du dialogue sinotibétain – le dernier exemple en date est celui de Claude Arpi : le titre de son ouvrage, Dharamsala and Beijing : The Negotiations That Never Were, est particulièrement éloquent4. Même Tenzin Gyatso a récemment fait part d’une certaine désillusion, ce qui ne lui est pas habituel: « I have been sincerely pursuing the middle way approach in dealing with China for a long time now but there hasn’t been any positive response from the Chinese side. […] As far as I’m concerned I have given up »5. Le dialogue sinotibétain reste néanmoins une des priorités du gouvernement en exil : elle est classée dans une section « Important Issues », où sont détaillées les différentes étapes des négociations avec la Chine et où sont présentées les déclarations officielles les plus importantes6. Lodi Gyari et Kelsang Gyaltsen, les représentants du Dalaï-Lama, sont allés en Chine en janvier 2010 pour reprendre les négociations qui avaient été interrompues en novembre 2008 – il s’agissait là de la neuvième série de négociations depuis 20027.

  • 8 Il s’agit, chez ces politologues, à la fois de la survie des individus et de la survie des peuples (...)

7Il a donc fallu, dans le cas tibétain, prendre en compte le pays avec lequel les réfugiés ont affaire. Ce qui soulève un paradoxe, puisque la survie est précisément, pour certains politologues8, une condition suffisante pour qu’un mouvement nationaliste donné puisse revendiquer l’indépendance, ou, en d’autres termes, un droit rectificatif à la sécession ; or, chez les réfugiés tibétains, c’est justement une des raisons qui font que les revendications sont passées de l’indépendance à l’autonomie.

  • 9 Les questions posées sont tirées de la rubrique « Return » de mon questionnaire : « 1. In case the (...)

8La force du sentiment nationaliste est également corrélée, dans une certaine mesure, aux politiques des pays d’accueil, c’est-à-dire, ici, plus particulièrement, aux possibilités offertes par l’Inde. Je l’ai souligné à plusieurs reprises, et c’est là également le sentiment des réfugiés eux-mêmes, l’Inde a fait beaucoup pour les réfugiés tibétains, mais il convient de distinguer entre l’aide économique et l’aide politique. Il est vrai que l’isolement des camps de réfugiés en Inde était à même de favoriser le développement d’un sentiment national fort, mais l’Inde, pour ne pas miner ses relations avec la Chine, n’a eu de cesse que de limiter les activités indépendantistes des Tibétains sur son territoire, comme les manifestations antichinoises par exemple. Les réfugiés tibétains sont donc simultanément encouragés, par la structure des camps de réfugiés, et découragés, par l’attitude du gouvernement indien, dans leurs aspirations nationalistes. S’ajoute à cela la question de leur intégration en Inde. Après plusieurs générations, un rapprochement avec les populations locales est probable, mais estil plus désirable que l’isolement des camps de réfugiés qui est, lui, jugé propice au développement d’une identité nationale forte ? Et, surtout, faut-il encore se battre pour le Tibet ? Nombre de remarques et d’observations, tirées notamment de la Tibetan Review, semblent indiquer que le cœur n’y est plus. L’enthousiasme des débuts aurait donc été irrémédiablement perdu, ce qui est, par exemple, le cas pour les membres du Tibetan Youth Congress. L’effet d’exacerbation, celui-là même qui expliquait l’enthousiasme initial est ainsi, avec le temps, progressivement remplacé par un nouvel effet : la lassitude qui provient, chez les réfugiés tibétains, d’un sentiment de désenchantement croissant. Ils s’installent peu à peu dans une situation qui n’a de temporaire que le nom ; de fait, ils ne préparent plus avec autant de zèle le retour au Tibet. Les réfugiés tibétains que j’ai interrogés n’hésitent pourtant pas une seule seconde sur la question du retour : dès lors que le Tibet recouvrera son indépendance, ou même, pour la majorité d’entre eux, dès que le Dalaï-Lama aura trouvé un accord avec la Chine, ils sont prêts à rentrer immédiatement au Tibet9. Il reste néanmoins difficile de déterminer avec exactitude s’il s’agit là d’une réaction assimilée d’un discours produit pour un public occidental, d’une question tellement hypothétique que la réponse n’engage de toute façon pas celui qui la fait ou d’une volonté réelle de retourner, ou d’aller, pour ceux qui sont nés en Inde, au Tibet.

  • 10 La nation est, semble-t-il, un terme beaucoup trop associé au nationalisme, et, plus précisément, (...)
  • 11 Il est patent que ce sont les mêmes arguments qui étaient utilisés pour expliquer l’adoption de la (...)

9Et, si elle a ainsi un effet sur le devenir du nationalisme, c’est-à-dire, en somme, sur sa force et sa vitalité, la durée a également un effet sur ce que devient la nation. La nation tibétaine, d’abord perçue comme un instrument pour atteindre les deux objectifs de l’exil, la préservation de la culture tibétaine et la lutte pour l’indépendance du Tibet, ne pouvait prendre l’allure que d’une nation moderne, c’est-à-dire, on l’a vu ici, d’une nation politique. Il semble dès lors étonnant que, dans leurs discours, plusieurs réfugiés tibétains occupant une position importante au sein du gouvernement de l’exil, s’évertuent désormais à parler de civilisation, voire, seulement, de culture tibétaine – c’est le cas, notamment, d’un membre prééminent du ministère de l’Information et des Relations internationales10, de Samdhong Rinpoche, et même, de Tenzin Gyatso. Ce n’est certes pas parce qu’elle n’apparaît pas en tant que telle que la nation n’est pas présente, au moins en filigrane, dans les discours – la nation est un mot tabou que nombre de responsables politiques ont appris à éviter –, mais le fait est que le nouveau vocabulaire utilisé témoigne d’une évolution, au moins rhétorique : de politique, la nation tibétaine est devenue, ou redevenue, une nation culturelle. Il s’agit là d’un développement pour le moins original, la dimension politique venant généralement renforcer, sinon remplacer, la dimension culturelle. Il s’agit, de fait, d’un retour en arrière qui témoigne non seulement d’une prise en compte de nombreuses contraintes, à commencer par la nécessité d’établir un dialogue avec la Chine, ne serait-ce que pour assurer la survie du peuple tibétain11, mais encore d’une manière d’agir, la non-violence, qui s’accorde mal avec les implications souvent associées à l’idée de lutte qui découle logiquement de la nation politique. Et ce retour en arrière pose de nombreuses questions : en insistant sur l’aspect culturel plutôt que politique, et, ce faisant, en renonçant à tout un vocabulaire nationaliste, les nationalistes tibétains ne sont-ils pas sur le point d’abandonner l’idée même de nation ?

  • 12 Résolution 1991/10 du 23 août 1991. Voir, notamment, WADLOW, Rene V.L., « UN passes first Tibet re (...)

10L’abandon de l’idée même de nation, ainsi que des revendications nationalistes, est également lié à l’évolution des soutiens internationaux. La communauté internationale est dès le début plus sensible, et donc plus réactive, au problème humanitaire qu’aux revendications pour l’indépendance du Tibet. Et c’est bien pour cela que Tenzin Gyatso avait progressivement inclus la question de l’urgence humanitaire dans ses appels auprès des Nations Unies, avec le succès que l’on sait. Et, s’il est vrai que le Tibet effectue un retour en force sur la scène internationale à la fin des années 1980 et au début des années 1990, grâce notamment à l’attribution du prix Nobel de la paix au Dalaï-Lama en 1989, ce retour en force prend une tournure qui s’inscrit dans la nouvelle orientation de la question tibétaine – celle-ci va, pour le monde entier, être peu à peu déconnectée du droit à l’autodétermination pour être liée à des problèmes de droits de l’homme. Une nouvelle résolution sur le Tibet est votée le 23 août 199112 : il ne s’agit pourtant pas d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, mais de la Sous-Commission, qui fait elle-même partie de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, dont la mission était alors de traiter de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités.

  • 13 L’espoir que suscite la sympathie affichée de la communauté internationale à l’égard du Tibet fait (...)
  • 14 « Five Point Peace Plan », 21septembre 1987, http ://www.tibetjustice.org/materials/ tibet/tibet3. (...)
  • 15 Voir, notamment, les analyses, parfois discordantes, de Patrick French et Tsering Shakya. (FRENCH, (...)

11De fait, la nouvelle orientation va de pair avec une sorte de passage de témoin : à l’exception peut-être de l’Inde, ce sont désormais moins les Etats qui s’intéressent au Tibet que l’opinion publique internationale. La publication, par le gouvernement en exil, de toutes les résolutions passées sur le Tibet, témoigne de l’importance que les réfugiés tibétains attachent à ces marques de soutien de la communauté internationale, entendue ici non au sens des Etats qui la composent, mais de l’opinion publique mondiale, essentiellement occidentale, il est vrai, représentée ici par les parlements nationaux : « This compilation of international resolutions on Tibet gives an overall view of the increasing support the cause of Tibet is receiving from the world community »13. Les marques de soutien de l’opinion publique mondiale sont toutefois à double tranchant, à en croire les analyses qui ont pu être faites des manifestations à Lhasa en septembre et octobre 1987, mars 1988 et mars 1989, et des événements au Tibet en mars et avril 2008. Les premières s’inscrivent dans le prolongement du discours de Tenzin Gyatso devant le Human Rights Caucus, au Capitole, le 21 septembre 1987, discours au cours duquel il énonce son fameux plan de paix en cinq points14, tandis que les seconds font suite à l’attribution de la médaille d’or du Congrès au Dalaï-Lama, le 17 octobre 2007 – dans les deux cas, les Tibétains du Tibet se seraient soulevés précisément au moment où ils l’ont fait parce qu’ils auraient surinterprété ces marques de soutien de l’opinion publique mondiale, et en particulier américaine, et surtout en auraient attendu d’autres15. L’effet du soutien international est donc double : une publicité bienvenue pour la cause du Tibet, certes, mais aussi un encouragement à la révolte pour les Tibétains du Tibet qui n’est pas sans effets pervers, à commencer par les mesures de représailles qu’il suscite de la part de la Chine.

  • 16 WANGYAL, Lobsang, « Dalai Lama Envoys Return from China Talks », Tibet Sun, 1 February 2010.
  • 17 « Tibet : “la lutte survivra au dalaïlama” », Le Figaro, 1er avril 2010.

12Le facteur temps joue ainsi sur la force du sentiment nationaliste des réfugiés tibétains, mais aussi sur les soutiens internationaux pour la cause du Tibet, qui s’inscrivent, eux, plus largement dans le contexte international. Mais, s’il fait naître des problèmes inédits, il montre également toute l’actualité de problèmes récurrents. Les deux problèmes récurrents, déjà envisagés ici, sont également liés au risque de disparition de la question tibétaine et, par extension, de la nation telle qu’elle a été construite par les Tibétains : il s’agit, depuis les années 1980, de la colonisation croissante du Tibet qui met la nation en danger dans son lieu d’origine et de la succession problématique de la principale figure qui assurait jusque-là la cohésion de la nation – le Dalaï-Lama. La résolution de ces problèmes est rendue de plus en plus pressante à mesure que le temps passe. La solution au premier problème se trouve, semble-t-il, dans un dialogue avec la Chine. C’est ce qui explique l’importance que les Tibétains accordent aux négociations sino-tibétaines. Souvent interrompues, elles n’ont jamais été abandonnées, mais leur issue semble pour le moins incertaine, d’autant que les résultats de la neuvième série de négociations commencée en janvier 2010 ne paraissent pour l’instant pas être particulièrement probants16. La solution au deuxième problème passe sans doute par la désignation d’un successeur au DalaïLama, ce qui est d’autant moins aisé qu’il s’agit d’une double succession, spirituelle et politique, et que le Dalaï-Lama reste, malgré tout, inextricablement lié à la nation tibétaine. Les Tibétains essaient de ne pas y penser. Mais, quand ils le font, ils arrivent à rester optimistes grâce à leur foi. Les propos de Tempa Tsering, ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement en exil et représentant spécial de Tenzin Gyatso, sont à cet égard représentatifs : « Nous croyons très fermement que la question du Tibet ne disparaîtra pas. […] Quand Sa Sainteté sera morte et que son âme sera au ciel, les Tibétains suivront ses conseils quels qu’ils soient »17. Qu’il s’agisse là d’une croyance sincère ou d’un vœu pieux, il n’en reste pas moins que, pour l’instant, la question du Tibet persiste, et la nation tibétaine avec elle.

Notes

1 Ce qui correspond aux questions : où, quand, comment, par qui, pour qui, à partir de quoi, et pourquoi, que pose Rogers Brubaker à la nation, qu’il considère, on l’a vu, non pas en tant que substance créée mais en tant que forme institutionnalisée. (BRUBAKER, Nationalism Reframed)

2 C’est d’ailleurs bien là ce qui ressort des débats autour de la Middle Way Approach et des entretiens que j’ai pu mener auprès des réfugiés tibétains. Les questions, tirées de la partie de mon questionnaire consacrée à la participation politique, étaient formulées ainsi : « 14) What do you think of the Dalai Lama’s Middle Way approach ? 15) Do you agree with it ? 16) Would you say it is rather efficient or inefficient ? » Les réfugiés tibétains interrogés étaient, pour une très large majorité, en faveur de la Middle Way Approach – et les adjectifs qui revenaient le plus souvent pour la décrire étaient, notamment, réaliste, pragmatique, pratique, satisfaisante, difficile (en raison des réactions chinoises) et facile (par rapport à l’indépendance, l’autre option possible), optimiste, bénéfique, bonne, très bonne et fantastique. Elle est également qualifiée de meilleure approche ou de meilleure option possible, de meilleure voie à suivre, de bon compromis, de seule solution ou de seule option possible. Il n’y a toutefois que très peu de réfugiés tibétains qui l’ont jugé efficace, ce qui s’explique, notamment, par l’attitude de la Chine. Tsewang C., de Bylakuppe, explique ainsi : « It is both farsighted and very relevant in the twenty-first century for resolving long-standing problems, but I personally feel that this noble thought only makes sense if the Chinese sincerely want that the problems of Tibet be solved. » Tenzin D., également de Bylakuppe, explique lui aussi que : « It is a way to save Tibet, but there has been no response from the Chinese. […] Tibetan politics should be more result-oriented. » Tenzin C., de Dharamsala, est du même avis : « It is a good approach, the problem is that it is applied to China. »

3 NORBU, Dawa, « China’s Dialogue with the Dalai Lama 197890 : Prenegotiation Stage or Dead End ? », Pacific Affairs, 64, n° 3 (Fall 1991), pp. 351-372.

4 ARPI, Claude, Dharamsala and Beijing : The Negotiations That Never Were, New Delhi, Lancer Publishers, 2009.

5 « Dalai Lama Says He Has Given Up on China Talks », AP, 25 October, 2008.

6 Voir la page du site Internet officiel du gouvernement tibétain en exil consacrée au dialogue sino-tibétain : http ://tibet.net/en/index.php ?id=82&rmenuid=11.

7 « Dalai Lama’s Envoys to Resume Talks With China », New York Times, 26 January, 2010.

8 Il s’agit, chez ces politologues, à la fois de la survie des individus et de la survie des peuples. Je pense ici, notamment, à Allen Buchanan, qui fait directement référence à la survie, et à Hurst Hannum, qui évoque le respect de standards minimums de droits de l’homme et de droits des minorités. (BUCHANAN, Allen « What’s So Special About Nations ? », in COUTURE, Jocelyn (éd.) et al., Rethinking Nationalism, Calgary, University of Calgary Press, 1996, pp. 283-309, BUCHANAN, « The Morality of Secession », HANNUM, « The Specter of Secession : Responding to Claims for Ethnic Self-Determination »).

9 Les questions posées sont tirées de la rubrique « Return » de mon questionnaire : « 1. In case the Dalai Lama and the Chinese government reach an agreement on the status of Tibet, are you prepared to go back to a more autonomous Tibet even if this means getting a Chinese nationality and a Chinese passport ? » et « 6. Are you prepared to go back to an independent Tibet ? ».

10 La nation est, semble-t-il, un terme beaucoup trop associé au nationalisme, et, plus précisément, à la connotation négative du nationalisme, pour être encore utilisé. J’ai eu, à ce sujet, une discussion intéressante avec un membre du ministère de l’Information et des Relations internationales, auquel j’ai posé plusieurs questions qui mentionnaient la nation tibétaine. Il a été choqué par la formulation de mes questions, il n’a pas refusé de me répondre, mais il m’a demandé de reformuler mes questions – pour lui, l’esprit tibétain s’accorde mal avec le nationalisme, une passion destructrice qui nie des préceptes bouddhistes essentiels, et, notamment, l’interdépendance. Il y a certes une culture tibétaine, différente de la culture chinoise, mais qui pourrait s’exprimer en Chine, si un minimum de conditions relatives aux possibilités du multiculturalisme étaient remplies.

11 Il est patent que ce sont les mêmes arguments qui étaient utilisés pour expliquer l’adoption de la Proposition de Strasbourg et de la Middle Way Approach, c’est-à-dire pour justifier le changement d’orientation des revendications, de l’indépendance à l’autonomie, qui peuvent être repris pour expliquer un changement de vocabulaire, l’abandon de la nation, qui traduit essentiellement le besoin de passer d’une nation politique à une nation culturelle.

12 Résolution 1991/10 du 23 août 1991. Voir, notamment, WADLOW, Rene V.L., « UN passes first Tibet resolution in 25 years », Tibetan Review (New Delhi), 26, n° 10 (October 1991), pp. 10-11.

13 L’espoir que suscite la sympathie affichée de la communauté internationale à l’égard du Tibet fait également place à une réflexion critique sur les origines de ces nouvelles marques de soutien qui s’expriment de toutes parts : « This growing support by governments, parliaments and international legal experts is largely the result of His Holiness the Dalai Lama’s own ethical diplomacy, the determination of the Tibetan people, the untiring work of Tibet support groups world-wide, and the sense of justice among politicians, decision-makers and human rights activists around the world. It is also a reflection of the global momentum of the new political climate after the end of the Cold War and the restoration of freedom in many parts of the world. » (International Resolutions and Recognitions on Tibet (1959-2004), p. i)

14 « Five Point Peace Plan », 21septembre 1987, http ://www.tibetjustice.org/materials/ tibet/tibet3.html.

15 Voir, notamment, les analyses, parfois discordantes, de Patrick French et Tsering Shakya. (FRENCH, Patrick, « He May Be a God but He’s No Politician », The New York Times, 22 March 2008 ; SHAKYA, Tsering, « Tibetan Questions », New Left Review, 51 (May-June 2008), pp. 5-26)

16 WANGYAL, Lobsang, « Dalai Lama Envoys Return from China Talks », Tibet Sun, 1 February 2010.

17 « Tibet : “la lutte survivra au dalaïlama” », Le Figaro, 1er avril 2010.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable