Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés tibétains en Inde

 | 
Anne-Sophie Bentz

Chapitre 4. L’Inde et le nationalisme tibétain

Texte intégral

  • 1 Je parle ici de contexte ou de lieu pour envisager l’impact que l’Inde a sur le nationalisme tibét (...)
  • 2 L’adjectif « intercommunautaire » est utilisé ici pour désigner les relations entre les deux commu (...)

1Ce chapitre s’attache au contexte dans lequel s’est développé le nationalisme tibétain de l’exil, un contexte qui peut se résumer ici en un lieu – l’Inde1. Il s’agit, en adoptant cette fois une perspective externe, de nuancer l’impression que le nationalisme tibétain possède une autonomie substantielle, impression qui ressort quelque peu à la lecture des deux chapitres précédents, dans lesquels la nation tibétaine était envisagée suivant une perspective interne. Les différents acteurs de la nation examinés dans les deux chapitres précédents semblaient en effet jouir d’une liberté d’action qui n’était contrainte que par la liberté d’action des autres acteurs, alors que la nation tibétaine, parce qu’elle est, dans l’hypothèse retenue ici, une nation de l’exil, s’inscrit nécessairement dans ce lieu géographique et politique que constitue l’Inde. Un lieu dont il ne faudrait pas sous-estimer l’importance en termes d’influence, sinon sur la définition même de la nation, du moins sur les formes que peut prendre le nationalisme tibétain de l’exil. Quelle(s) influence(s) l’Inde a-t-elle sur le nationalisme tibétain, ou, plus généralement, sur la politique tibétaine ? Et sur la définition de la nation ? Une analyse de ces influences est rendue d’autant plus complexe que l’Inde est elle-même à plusieurs visages. Il y a donc plusieurs niveaux d’interaction entre cette Inde multidimensionnelle et un nationalisme tibétain dont l’uniformité est elle-même douteuse, comme l’a montré le chapitre précédent. Il convient de retenir, parmi ces différents niveaux d’interaction, un niveau interétatique, qui prend en compte les relations entre la Chine et l’Inde, envisagées ici uniquement à travers l’impact qu’elles ont sur la question tibétaine, un niveau interindividuel, qui revient sur les relations entre Tenzin Gyatso et les Premiers ministres indiens, à commencer par Jawaharlal Nehru, et un niveau intercommunautaire2, qui examine les relations entre les Tibétains et les Indiens. L’analyse s’attachera à prendre en compte ces différents niveaux d’interaction à travers l’examen de toutes les facettes de la question tibétaine.

I. L’Inde face à la question tibétaine

  • 3 Plus connue sous les versions originales de « Tibet Issue » ou de « Tibet Question » qui apparaiss (...)
  • 4 Cette relation triangulaire constitue l’un des aspects théoriques les plus intéressants sur lequel (...)

2La question tibétaine3 ne se résume certes pas au nationalisme de l’exil, mais elle n’en réfère pas moins à un problème plus large qui l’inclut. Car la question tibétaine, c’est, en quelque sorte, le Tibet en tant qu’il pose problème, qu’il s’agisse d’un problème interne à la Chine ou d’un problème qui implique plusieurs Etats, à l’instar de l’Inde et de la Chine aujourd’hui. Et c’est ainsi que le nationalisme tibétain, et plus encore le nationalisme tibétain de l’exil, peut être considéré comme l’une de ses composantes majeures. Le Tibet n’a cependant pas toujours posé problème de la même façon de sorte que la question tibétaine renvoie d’abord à l’existence d’un Etat tibétain dont l’indépendance est contestée, avant de se rapporter à un Etat occupé, ou à une région de la Chine, suivant l’interprétation retenue. Il convient donc d’appréhender cette question dans son évolution pour mieux comprendre les raisons qui incitent l’Inde à agir comme elle le fait à l’égard du nationalisme tibétain de l’exil – et dans cette perspective, l’année 1959 peut être considérée comme un point de rupture. Elle constitue, avant 1959, un problème politique principalement dans les relations bilatérales entre l’Inde et la Chine, alors qu’après 1959, elle inclut une nouvelle dimension, à savoir, la diaspora tibétaine qui commence à s’établir sur le sol indien – du coup, elle s’inscrit, à partir de 1959, dans une relation triangulaire entre la diaspora, le pays d’origine (ou, plus exactement ici, le pays qui a envahi le pays d’origine) et le pays d’accueil4. D’où la question : y a-t-il un lien de causalité entre la place de la question tibétaine dans les relations entre l’Inde et la Chine, d’une part, et, d’autre part, l’attitude de l’Inde à l’égard des réfugiés tibétains ?

A. La question tibétaine dans les relations entre l’Inde et la Chine

1. La question tibétaine : un héritage problématique

3La question tibétaine trouve son origine dans les relations à la fois complexes et imprécises qu’ont entretenues le Tibet, le Royaume-Uni, la Chine et même la Russie au moment du Grand Jeu, relations qui ont parfois été officialisées par des traités bilatéraux et trilatéraux dont la validité a été contestée par au moins l’une ou l’autre des parties concernées, le Tibet ou la Chine, suivant le cas. Elle fait donc partie intégrante de l’héritage colonial de ces deux nouveaux Etats, l’Inde indépendante et la Chine communiste, qui font leur apparition sur la scène internationale après la Deuxième Guerre Mondiale. Leurs positions de principe par rapport à l’héritage colonial correspondent toutefois à leurs intérêts bien compris : l’Inde hérite d’avantages commerciaux non négligeables au Tibet, ainsi que d’une frontière relativement stable avec la Chine, connue sous le nom de ligne McMahon, tandis que la Chine n’a pas d’autre choix que de rejeter l’héritage colonial, que ce soit pour justifier la réintégration du Tibet au territoire chinois, dont, d’après elle, il n’aurait jamais dû être séparé, ou pour renégocier une frontière héritée de l’impérialisme britannique.

  • 5 YANG, Yun-yuan, « Controversies over Tibet : China versus India, 1947-49 », China Quarterly, n° 11 (...)

4Un certain nombre d’incidents, qui impliquent le Tibet, ont ainsi, dans les premières années de leur existence, miné les relations par ailleurs cordiales entre les deux Etats. Il s’agit de l’invitation du Tibet au congrès pan-asiatique qui s’est tenu du 23 mars au 2 avril 1947 à New Delhi, de la requête effectuée par les autorités tibétaines en août 1947 auprès des autorités indiennes aux fins de récupérer des territoires tibétains situés en Inde, et, notamment, le Bhoutan et le Ladakh, mais également Darjeeling et le Sikkim, de la persistance de la Chine à mettre fin au traité sur les relations commerciales au Tibet signé en 1908 par le Royaume-Uni, la Chine et le Tibet, des contacts officiels fréquents entretenus avec l’Inde par la délégation commerciale tibétaine menée par Tsepon Shakabpa entre février 1948 et janvier 1949, de l’attitude adverse de l’Inde lorsque la mission chinoise de Lhasa a été expulsée en août 1949 et, enfin, du maintien par l’Inde du représentant britannique Hugh Richardson à Lhasa de 1947 à 1950 en tant que représentant officiel de l’Inde5.

  • 6 « The Government of India feels that military action on the eve of a decision by the General Assem (...)
  • 7 La décision de remettre à plus tard la considération de la question du Tibet dans l’enceinte des N (...)

5L’Inde n’est pourtant pas prisonnière de sa position de principe par rapport à l’héritage colonial. Et sa première réaction à l’attitude agressive de la Chine à l’égard du Tibet constitue un exemple de considération tactique de court terme. Elle tente de faire pression, notamment par l’intermédiaire de K.M. Panikkar, l’ambassadeur indien, sur une Chine qui est encore passablement isolée sur la scène internationale en envoyant une note de protestation le 21 octobre 1950, dans laquelle elle met en balance d’une part l’invasion du Tibet et d’autre part les chances de la Chine de Mao Zedong d’intégrer l’Organisation des Nations Unies et d’obtenir un siège de membre permanent au Conseil de sécurité6. L’Inde, qui estime que c’est là son seul moyen d’établir des relations amicales avec son voisin, finit néanmoins par se plier aux exigences de la Chine basées sur le principe de la souveraineté des Etats. Elle se refuse ainsi à soutenir l’appel lancé par le Tibet le 7 novembre 1950 pour demander l’intervention des Nations Unies suite à l’invasion de la Chine. Elle n’hésite pas non plus, dès lors que le Tibet trouve un sponsor auprès du Salvador, à tout mettre en œuvre pour faire échouer l’appel : de fait, c’est à la suite du discours du représentant indien auprès des Nations Unies, Jam Saheb of Nawanagar, que les autres délégués auprès des Nations Unies, persuadés que l’Inde est bien l’Etat le plus affecté par la situation au Tibet, auraient renoncé à apporter leur soutien à la résolution proposée par le Salvador7.

  • 8 Voir ce qu’il en dit dans sa première autobiographie. (DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 86) I (...)
  • 9 DUNHAM, Mikel, Mikel, Buddha’s Warriors : The Story of the CIA-Backed Tibetan Freedom Fighters, th (...)
  • 10 Voir télégramme 320/11-1650 du 16 novembre 1950. (Foreign Relations of the United States, 1950, vo (...)
  • 11 DUNHAM, Mikel, Buddha’s Warriors, p. 88.
  • 12 Minute from Mr. Lloyd to Mr. Dening [FT 10310/14] in Documents on British Policy Overseas, Series (...)

6Tenzin Gyatso fait état de ses griefs à l’encontre du Royaume-Uni et de l’Inde, des Etats dont il attendait beaucoup, et qui sont, d’après lui, les premiers responsables de la décision des Nations Unies quant à la recevabilité de la plainte déposée par le Tibet8. Cette analyse des responsabilités est partagée par Mikel Dunham – d’après lui, les Etats-Unis étaient prêts à soutenir le Tibet, notamment en raison de leur stratégie d’endiguement du communisme, à la seule condition que le Royaume-Uni mène la danse9. Les directives de Dean Acheson, le secrétaire d’Etat, à la mission américaine auprès des Nations Unies, témoignent effectivement de la volonté des Etats-Unis de défendre la cause du Tibet, non pas en prenant l’initiative, mais, indirectement, en appuyant la requête du Salvador. Les Etats-Unis en tireraient, d’après lui, des bénéfices notamment en termes de propagande, puisque le processus ferait apparaître la Chine sous un nouveau jour, ce qui pourrait avoir des effets positifs sur la situation en Corée et sur la question de Taiwan10. Mais, comme le souligne Mikel Dunham: « The problem with following Britain’s lead was that Britain did not want to lead »11. Le Royaume-Uni s’en remet à l’Inde pour toute décision relative au Tibet, et ce dès avant l’invasion chinoise du Tibet – c’est en tout cas ce qui ressort des documents du Foreign Office. La position officielle, résumée par J.O. Lloyd à E. Dening dans une conversation du 2 août 1950, est la suivante: « With the transfer of power to India and Pakistan, our interests in Tibet devolved on the Government of India »12. S’ils voulaient aider le Tibet, politiquement ou militairement, les Etats-Unis devaient donc au moins obtenir le soutien de l’Inde, ce qui était loin d’être acquis. De fait, on l’a dit, Jam Saheb of Nawanagar, le représentant indien auprès des Nations Unies, persuade les autres Etats de ne pas voter la résolution proposée par le Salvador. L’influence indienne est donc considérable, et le sort du Tibet dépend directement des relations que l’Inde entretient avec la Chine et qui s’inscrivent alors dans le cadre de la politique d’ouverture à la Chine menée par Jawaharlal Nehru.

7Le Tibet occupe de fait une position centrale dans les relations entre les deux Etats, mais le positionnement de l’Inde par rapport à la question tibétaine n’est pas non plus sans effets sur le nationalisme tibétain : en l’occurrence, l’attitude de l’Inde mine les chances de succès de l’appel du Tibet auprès des Nations Unies.

2. Panch Sheel : les prémisses d’une entente ?

  • 13 « Agreement Between the Republic of India and the People’s Republic of China on Trade and Intercou (...)

8La position centrale du Tibet dans les relations entre les deux Etats est rappelée lorsque l’Inde et la Chine parviennent, le 29 avril 1954, après quatre mois de négociations, à un accord dont le titre exact est « Agreement Between the Republic of India and the People’s Republic of China on Trade and Intercourse Between Tibet Region of China and India »13

  • 14 Ces cinq principes de coexistence pacifique sont les suivants : « 1. Mutual respect of each other’ (...)

9 Il s’agit là d’un accord fondateur, mais non pas tant par les dispositions qui portent sur le Tibet que par les cinq principes de coexistence pacifique, ou Panch Sheel, qui lui sont associés et qui donnent le ton de la relation à venir entre les deux Etats14.

  • 15 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, pp. 137138 ; DALAILAMA, My Land and my People, p. 120.

10La question tibétaine est, sembletil, réglée ; de part et d’autre, l’ambiance est à la fête et le slogan « Hindi Chini, Bhai Bhai », « les Indiens et les Chinois sont frères », est à la mode. Les signes de bonne entente se multiplient, à commencer par les visites officielles : Zhou Enlai est invité à New Delhi en juin 1954 ; puis, en octobre 1954, Jawaharlal Nehru se rend à Pékin, où il rencontre Mao Zedong, Liu Shaoqi, Zhou Enlai, Zhu De, mais également Tenzin Gyatso15 ; Jawaharlal Nehru et Zhou Enlai se retrouvent ensuite à la conférence de Bandung, du 18 au 24 avril 1955, dans le même esprit d’amitié, alors même que les incidents se multiplient à la frontière entre les deux Etats ; et Zhou Enlai se rend à nouveau en Inde en novembre et décembre 1956.

11La priorité donnée au développement de bonnes relations avec la Chine, qui culmine avec le Panch Sheel, ne laisse à l’Inde d’autre choix que de renoncer à s’occuper de la question tibétaine – mais cette position officielle, outre le fait qu’elle est fortement critiquée par l’opposition, y compris au sein du parti du Congrès lui-même, s’avère progressivement intenable. Car, en dépit des multiples tentatives de part et d’autre pour la résoudre, ou pour l’oublier, la question tibétaine revient régulièrement, et inéluctablement, dans leurs relations bilatérales, de sorte que les deux Etats se voient constamment obligés de la prendre en considération.

3. Le retour de la question tibétaine

  • 16 Des émigrés tibétains, qui s’occupaient essentiellement du commerce entre l’Inde et le Tibet, s’ét (...)
  • 17 DEEPAK, India and China 1904-2004, p. 167172. B.R. Deepak reprend les éléments les plus intéressan (...)

12Elle revient ainsi, une première fois, avec l’invitation de Tenzin Gyatso aux fêtes du Buddha Jayanti qui doivent se dérouler en Inde au courant du mois de novembre 1956 en vue de la commémoration du 2 500e anniversaire de la naissance du Bouddha, un épisode que B.R. Deepak intitule « Tibet Resurfaces in New Delhi ». La Chine n’était pas rassurée à l’idée que Tenzin Gyatso puisse rencontrer la communauté tibétaine émigrée à Kalimpong16, d’autant que celleci a ressuscité une organisation aux aspirations indépendantistes claires – la Dedon Tsogpa, ou « Committee for Tibetan Social Welfare ». Le risque paraît grand aux autorités chinoises que Tenzin Gyatso reste en Inde, où, avec l’appui des Indiens et des Américains, il pourrait répudier l’accord en dixsept points de 1951 – sans compter qu’il pourrait également décider de prendre part à des activités subversives à l’encontre de la Chine. Un vif débat a ainsi eu lieu en Chine sur la question de la participation de Tenzin Gyatso aux fêtes du Buddha Jayanti, débat finalement tranché par Mao Zedong lui-même, qui décide de laisser partir le Dalaï-Lama17.

  • 18 « Pénétré de l’idée que, comme le dit un proverbe tibétain, il vaut mieux se tenir éloigné de la p (...)
  • 19 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, pp. 170-171.
  • 20 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 153. Mikel Dunham ajoute que cette décision a été avalisée p (...)

13Mais, lorsque Tenzin Gyatso finit par faire le voyage en Inde, les rumeurs sur une éventuelle demande d’asile, qui ne sont d’ailleurs pas totalement infondées18, vont bon train. Jawaharlal Nehru s’entretient avec lui à ce sujet : il tente de le dissuader, en lui précisant que l’Inde ne peut pas l’aider, il lui conseille aussi de s’entendre avec les Chinois sur la base de l’accord en dixsept points, mais il lui promet quand même d’aborder le sujet avec Zhou Enlai qui doit arriver à New Delhi le lendemain19. Tenzin Gyatso est face à un dilemme : si ses frères, Taktser Rinpoche et Gyalo Thondup, ainsi que la plupart des membres de son entourage, le conjurent de rester en Inde, Jawaharlal Nehru et Zhou Enlai lui conseillent fortement, à chaque fois qu’ils le voient, de rentrer au Tibet. Il affirme ainsi qu’il a finalement été influencé par les entretiens qu’il a eus avec Jawaharlal Nehru et Zhou Enlai: « I remember telling Mr. Nehru in that final meeting that I had made up my mind to go back to Tibet for two reasons: because he had advised me to do so, and because Chou En-lai had given definite promises to me and my brothers »20. La question tibétaine, qui a pris la forme de la possibilité de l’exil du Dalaï-Lama en Inde, a ainsi pu être résolue une première fois par les efforts répétés de Jawaharlal Nehru et Zhou Enlai auprès de Tenzin Gyatso.

  • 21 NORBU, Dawa, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », Asian Survey, 37, (...)
  • 22 Voici la version qu’en donne Tenzin Gyatso : « My colleagues and I welcome you and send you greeti (...)
  • 23 Mikel Dunham revient brièvement sur le rôle que les deux Tibétains entraînés par la Central Intell (...)

14Elle revient pourtant une deuxième fois dans les relations entre les deux Etats avec la fuite précipitée de Tenzin Gyatso en Inde au cours des mois de mars et avril 1959 ; pour Dawa Norbu, « That event [the 1959 Tibetan revolt] and the Dalai Lama’s subsequent arrival in India certainly placed a strain on Sino-Indian relations from which, some argue, they never recovered »21. Cet événement constitue sans doute l’épisode le plus connu de la vie de Tenzin Gyatso – il est systématiquement repris avec une profusion de détails dans tous les ouvrages consacrés soit à la biographie du quatorzième Dalaï-Lama, soit à l’histoire du Tibet. Il est intéressant de revenir ici non pas tant sur le périple lui-même que sur la manière dont Tenzin Gyatso a été accueilli en Inde par Jawaharlal Nehru. La question tibétaine, qui avait été écartée une première fois, revient ainsi dans les relations entre l’Inde et la Chine exactement sous la même forme, celle de l’exil de Tenzin Gyatso en Inde, à cette différence près qu’il ne s’agit cette fois plus d’une possibilité mais d’une réalité à laquelle l’Inde ne peut échapper. Il lui faut dès lors gérer au mieux ce nouvel incident. Jawahrlal Nehru envoie ainsi un télégramme de bienvenue à Tenzin Gyatso au ton relativement cordial22. Il semblerait toutefois qu’il n’ait pas vraiment eu le choix de la manière d’agir. La pression internationale était telle qu’il ne pouvait lui refuser l’asile, ou, plus exactement, l’opprobre international aurait été insupportable s’il avait refusé de l’accueillir en Inde23. Et il ressort clairement des débats houleux qui se tenaient alors régulièrement à la Lok Sabha à propos du Tibet qu’il en allait de même pour la pression intérieure.

B. La diaspora tibétaine en Inde

1. L’accueil des réfugiés tibétains

  • 24 Tenzin Gyatso reprend les éléments les plus marquants de cet entretien dans son autobiographie. (D (...)
  • 25 Une mesure nécessaire sachant que Mussoorie, où est d’abord domicilié Tenzin Gyatso, est une stati (...)
  • 26 La vive réaction de l’agence de presse chinoise Xinhua à la déclaration que Tenzin Gyatso a faite (...)
  • 27 Il tient une conférence de presse le 20 juin 1959 au cours de laquelle il annonce la formation d’u (...)
  • 28 DEEPAK, India and China 1904-2004, p. 210.

15Il ne reste dès lors plus à Jawaharlal Nehru qu’à accueillir Tenzin Gyatso dans les meilleures conditions possibles – ce qu’il fait notamment en lui proposant d’occuper la maison Birla à Mussoorie. Le problème est qu’il lui faut trouver un équilibre délicat, et nécessairement insatisfaisant pour les deux parties en cause, entre les besoins immédiats de Tenzin Gyatso et les exigences pressantes de la Chine. La meilleure solution qui se présente à lui est de mettre l’accent sur les conditions matérielles de l’exil et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher que les questions politiques ne prennent le pas sur les questions économiques et sociales. Il conseille ainsi à Tenzin Gyatso, lors du premier entretien qu’il a avec lui après son arrivée en Inde, le 24 avril 1959, de rester bien tranquille24. Il se fâche à l’idée qu’il ait pu considérer la formation d’un nouveau gouvernement à Lhuntse Dzong, où il s’était réfugié avant de passer la frontière – il lui fait remarquer que l’Inde ne l’aurait jamais reconnu. Il lui précise également que l’Inde ne peut prendre position contre la Chine en faveur des Tibétains. Il fait montre à plusieurs reprises d’un grand énervement ; par exemple, lorsque Tenzin Gyatso lui déclare que sa principale préoccupation est double – « Je suis déterminé à obtenir l’indépendance pour le Tibet, mais il faut avant tout que le massacre cesse » – il réagit assez violemment – « C’est impossible ! dit-il d’une voix tendue. Vous voulez en même temps l’indépendance et l’arrêt du massacre – c’est impossible, voyons ! » Tenzin Gyatso avoue ainsi qu’il était sous le coup d’une profonde déception à l’issue de son entretien avec Jawaharlal Nehru. Cet exemple est intéressant en ce qu’il permet d’appréhender la position du dirigeant indien à l’égard de son hôte tibétain. S’il fait tout ce qui est en son pouvoir pour rendre son séjour en Inde le plus agréable possible, il cherche également à contenir au mieux ses ardeurs politiques – il lui conseille de rester tranquille, certes, mais il prend aussi les devants, par exemple lorsqu’il limite sciemment son accès à la presse25, lorsqu’il rédige lui-même ses communiqués26, ou encore lorsqu’il se refuse à reconnaître le gouvernement en exil qu’il vient de former27. B.R. Deepak résume ainsi sa position: d’une part, « [he] was inclined to extend his support and sympathy to the Tibetans », mais, d’autre part, « he is not in favour of giving the Tibetans unrestricted freedom in India for pro-independence activities »28. Tenzin Gyatso regrette certes l’absence de tout soutien politique à la cause tibétaine, mais il se rend également compte qu’il peut tirer un bon parti de la situation, et notamment des libertés dont les Tibétains, à l’instar des Indiens, jouissent en Inde. Ce dilemme relatif à la façon dont il convient de traiter le Dalaï-Lama, et, surtout, la manière dont il est résolu, donne par ailleurs le ton de la position de Jawaharlal Nehru, qui est reprise par les Premiers ministres qui lui succèdent, à l’égard de la question du Tibet : quelles que soient les fluctuations des relations entre l’Inde et la Chine, la position de l’Inde face à la question du Tibet est toujours celle d’une bienveillance généreuse qui contraste avec l’absence de soutien politique. Il est vrai qu’au moment de l’exil de Tenzin Gyatso, en 1959, ce sont également des considérations de politique nationale qui entrent en jeu. L’influence de Krishna Menon, un ardent défenseur de la Chine qui occupe alors le poste de ministre de la Défense, est en effet particulièrement forte, ce qui n’incite pas Jawaharlal Nehru à soutenir la cause tibétaine.

  • 29 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 215.

16La bienveillance de l’Inde s’accompagne néanmoins d’un appui financier conséquent – en effet, le soutien matériel que Jawaharlal Nehru avait accordé à Tenzin Gyatso s’étend progressivement à tous les Tibétains qui viennent se réfugier en Inde. Il peut certes paraître étonnant que son discours ne change pas, alors que la réalité qui lui correspond prend une tout autre ampleur, puisque les Tibétains rejoignent le Dalaï-Lama par milliers dans les mois, mais également dans les années qui suivent. Il confirme pourtant son intention de les aider financièrement à s’installer en Inde. Il leur fournit l’argent nécessaire, mais il leur trouve aussi du travail, notamment sur les chantiers de construction de routes de montagne, et des terres où ils peuvent s’installer ; il s’engage également à tout mettre en œuvre pour que la civilisation tibétaine ne disparaisse pas, et dans cette perspective, c’est lui qui insiste pour que des écoles tibétaines soient créées, financées en partie par l’Inde. Une telle générosité ne laisse pas les réfugiés tibétains indifférents ; bien au contraire, ils ont tous le sentiment que l’Inde a fait, et fait toujours, pour eux plus qu’aucun autre Etat ne fera jamais. Tenzin Gyatso exprime ainsi sa reconnaissance : « Depuis maintenant des années, le peuple et le gouvernement de l’Inde font preuve d’une générosité extraordinaire à notre égard – par l’appui financier qu’ils nous donnent, mais aussi de bien d’autres façons – et cela, malgré d’énormes difficultés économiques »29. Ses remerciements à l’Inde reviennent un peu comme un leitmotiv, lors de la plupart de ses interventions, et ce malgré une certaine amertume à l’idée que l’Inde ait toujours refusé un quelconque soutien politique à la cause tibétaine.

17Jawaharlal Nehru, qui a parfaitement conscience que tout ce qu’il peut faire pour les Tibétains risque de heurter la sensibilité chinoise, espère s’en sortir par le biais de ce compromis. Et, s’il met ainsi l’accent sur des problèmes pratiques – l’accueil du Dalaï-Lama, puis la prise en charge des réfugiés tibétains –, c’est bien pour ne pas avoir à s’occuper du problème politique. D’où une certaine ambivalence qui donne le ton de l’attitude de l’Inde face au nationalisme tibétain de l’exil et qui n’évoluera guère au fil des années et des gouvernements : si le nationalisme tibétain peut certes s’y exprimer dans sa dimension culturelle, ce qu’il est même encouragé à faire, ses expressions politiques n’y sont pas les bienvenues, bien au contraire.

  • 30 Voir NYE, Joseph S., Bound to Lead : The Changing Nature of American Power, New York, Basic Books, (...)

18Il est dès lors pertinent de s’interroger sur les effets que l’Inde a eus, et peut encore avoir, sur le mouvement nationaliste tibétain. Il semble bien que l’Inde joue un rôle modérateur. De là à dire que c’est en partie parce qu’il s’est développé en Inde, avec les avantages et les inconvénients que cela suppose, qu’il est resté modéré, et, pourquoi pas, non-violent, il n’y a qu’un pas. D’autant plus que, au-delà des effets que les pressions du gouvernement indien ont pu avoir sur les expressions du nationalisme tibétain, il importe également de prendre en compte les influences que la tradition politique indienne, et, notamment, la tradition d’obédience gandhienne, jouent sur des réfugiés tibétains pour qui le style politique indien demeure une référence. C’est donc une combinaison de deux influences, l’une de type « hard power » et l’autre de type « soft power », pour reprendre la distinction opérée par Joseph Nye30, qui est susceptible de rendre compte du rôle de l’Inde, c’est-à-dire, ici, du gouvernement indien, sur le mouvement nationaliste tibétain.

2. La guerre de 1962 : le soutien de l’Inde à la guérilla tibétaine

  • 31 DIXIT, J.N., Across Borders : Fifty Years of India’s Foreign Policy, New Delhi, Picus Books, 1998, (...)
  • 32 Pour Dawa Norbu et Claude Arpi, notamment. (NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrali (...)

19L’explication du soutien partiel de l’Inde réside à la fois dans l’idéalisme de Jawaharlal Nehru, qui a décidé de faire du Panch Sheel l’instrument privilégié des relations sino-indiennes, et dans un certain réalisme politique. Comme l’explique J.N. Dixit, « India had reconciled itself to China claiming suzerainty over Tibet and eroding the authority of the Dalai Lama in the hope that this stand would stabilise Sino-Indian relations in their territorial dimensions and in other respects »31. Cette position selon laquelle le Tibet aurait été sacrifié sur l’autel de l’amitié entre l’Inde et la Chine est partagée par d’autres spécialistes32, mais également par des membres de l’opposition en Inde. Les critiques à l’encontre de Jawaharlal Nehru, qui est tenu pour responsable de cette politique, portent toutefois moins sur le sacrifice lui-même que sur l’idée que ce sacrifice aura finalement été vain – une idée qui prend tout son sens avec la guerre sino-indienne de 1962.

20Il s’agit là de la troisième fois que la question tibétaine revient dans les relations entre les deux Etats, indirectement certes, puisqu’il s’agit du problème frontalier, mais brutalement, puisque, cette fois, l’Inde et la Chine s’affrontent au niveau militaire. Il y avait certes eu de nombreux signes avant-coureurs, mais les deux Etats, et surtout l’Inde, avaient choisi de ne pas en tenir compte – et de laisser les populations chinoise et indienne dans l’ignorance des accrochages qui avaient déjà eu lieu à la frontière. De fait, si la guerre qui a brièvement opposé l’Inde et la Chine marque ainsi par sa soudaineté, c’est d’abord le fait d’une ignorance soigneusement entretenue, doublée, dans le cas de l’Inde, d’une naïveté bien réelle à l’égard des intentions chinoises.

  • 33 BHATTACHARJEA, Mira Sinha, « 1962 Revisited », in DESHPANDE, G.P., et ACHARYA, Alka (éd.), Crossin (...)

21L’Inde, comme la Chine d’ailleurs, ne peuvent pourtant l’ignorer bien longtemps, au moment où elle a lieu, évidemment, mais également une fois qu’elle est finie, particulièrement eu égard à sa fonction révélatrice. Les spécialistes estiment en effet que cette guerre étrange – si son commencement était inattendu, sa fin l’a été tout autant – constitue un événement marquant et, plus encore, une sorte d’événement charnière qui a profondément et durablement changé la nature des relations sino-indiennes. Mira Battacharjea prédit ainsi que: « There seemed little possibility that India and China would once again establish, or want to establish, a beyond-the-ordinary relationship, or that they would share a compelling strategic commonality »33. Ce qu’il convient de retenir ici est que le nationalisme tibétain de l’exil se développe dès lors dans un contexte radicalement différent de relations bilatérales qui s’inscrivent plus largement dans le contexte international de Guerre Froide. L’Inde et la Chine tirent en effet de cet événement marquant que constitue la guerre de 1962 un certain nombre d’enseignements dont il s’agit ici de mesurer l’impact sur les activités politiques menées par les Tibétains en Inde.

22La perception que les Indiens ont des Tibétains change du jour au lendemain. Ils se rendent désormais compte qu’ils ont un ennemi commun, la Chine et la sympathie qu’ils leur témoignaient se traduit dès lors par une solidarité nouvelle aux implications plus larges : les Tibétains accèdent au statut de frères d’armes et acquièrent un nouvel intérêt stratégique.

  • 34 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », respectivement p. 1090 (...)

23La question qui se pose, d’après Dawa Norbu, est la suivante : « In what ways do Tibet and the Tibetan Question continue to figure in the politics of Sino-Indian relations ? » Il finit par apporter une réponse qui met en avant l’instrumentalisation de la question tibétaine : « India finds the Tibetan Question a useful instrument by which to regulate its relations with [China] »34. Il ne fait pas de doute que l’Inde a radicalement revu sa position sur le Tibet avec la détérioration de ses relations avec la Chine après la guerre. Elle soutient désormais, à la fois officiellement et officieusement, la cause tibétaine. Et ce soutien prend plusieurs formes qu’il convient de passer ici en revue.

  • 35 A propos de l’implication de l’Inde dans la guérilla tibétaine, voir, notamment, les chapitres 14 (...)

24Un soutien militaire tout d’abord, qui s’inscrit plus ou moins directement dans le contexte de la guérilla tibétaine, guérilla dans laquelle l’Inde ne voulait pas s’impliquer, et ce, de quelque manière que ce soit35. Le général S.S. Uban entrevoit en effet une utilisation possible, des Tibétains :

  • 36 Cité dans DUNHAM, Buddha’s Warriors, p. 359.

The thought occurred to me that we should have some Tibetans stationed with our border patrol. There were already thousands of Tibetan exiles inside the Indian border with nothing to do. […] The best answer is to hire them, get them in shape, and, anyway, the Indo-Tibetan border is the most crucial point of our dispute with China. We must have some people belonging to that area, so that they can inform us and deliver valuable information to us36.

  • 37 Cité dans DUNHAM, Buddha’s Warriors, pp. 360-361.
  • 38 Chakrata est également le nom de la base militaire où s’entraîne l’unité spéciale Unit 22. Voir le (...)

25Il prévoit ainsi de les faire occuper des positions stratégiques sur la frontière et de les entraîner à la collecte d’information – il s’agirait donc d’une utilisation stratégique purement défensive. L’idée, qui a le soutien des Américains, est finalement retenue, alors même que la Chine a unilatéralement mis fin à la guerre qui l’opposait à l’Inde. Des questions restent en suspens, que T.M. Subranhmanyam, l’officier de liaison de l’Indian Intelligence Agency auprès de la Central Intelligence Agency, présente en ces termes à Roger McCarthy, le représentant de la Central Intelligence Agency en Inde : « Would [the Tibetans] agree to such a venture ? How would Beijing react to the enlistment of Tibetans in the Indian Army? Would the Dalai Lama approve ? »37 Une unité spéciale, appelée Unit 22 ou Establishment 22, est pourtant créée au sein de l’armée indienne, dans le cadre de la « Special Frontier Force », qui existe encore aujourd’hui. Il ne reste plus qu’à convenir des détails pratiques de l’entraînement des 5 000 Tibétains qui sont amenés à intégrer cette unité spéciale placée sous le commandement du général S.S. Uban – un projet du nom de Chakrata38.

  • 39 Il y a alors trois opérations en cours, à savoir, l’Opération Mustang, un projet de réinfiltration (...)
  • 40 KNAUS, Orphans of the Cold War, p. 266
  • 41 Pour les images, voir la version électronique de l’ouvrage de Kenneth Conboy et James Morrison (CO (...)

26S’agit-il là d’une instrumentalisation par les Indiens de la question du Tibet ? Sans doute. Mais force est de convenir que toutes les parties en présence devaient y trouver leur compte. Les Indiens, évidemment, qui disposent ainsi de soldats supplémentaires non seulement extrêmement motivés mais encore habitués aux rigueurs du climat à une telle altitude. Les Américains, aussi, qui n’ont plus besoin de prendre toutes ces précautions pour éviter que les Indiens ne prennent connaissance de l’existence d’une aide américaine, déployée depuis l’Inde, en faveur de la guérilla tibétaine, mais qui, au contraire, peuvent désormais inclure les Indiens dans leurs plans – ce qui se traduit par la création du Special Service Centre, un centre d’opération conjoint, basé à New Delhi, et à partir duquel émanent toutes les opérations de soutien à la guérilla tibétaine39. Les Tibétains, enfin, qui voient là un moyen supplémentaire de lutter pour l’indépendance du Tibet – ce dont ils ne sont pas dissuadés, alors même que, pour beaucoup d’observateurs, il ne s’agit pas là de l’objectif premier de l’unité spéciale Unit 22. Mais, comme le rappelle Kenneth Knaus, « The Tibetans had little choice but to accept the support of both countries in the hope of using it for their own more immediate objective of reestablishing an independent Tibet »40. Il n’y a que Tenzin Gyatso qui, dans l’optique de sa politique de nonviolence, pourrait éventuellement regretter l’aide militaire supplémentaire apportée par l’Inde. Mais, s’il a toujours publiquement condamné le recours à la violence, il a néanmoins adopté à plusieurs reprises une attitude ambiguë, notamment lorsqu’il a passé en revue les troupes tibétaines de l’armée indienne à bord d’une jeep conduite par le général S.S. Uban41.

27L’impact de ce soutien militaire de l’Inde sur le nationalisme tibétain est néanmoins à double tranchant : l’effet immédiat a certes été une progression spectaculaire de l’aide à la résistance, mais l’effet pervers aura conduit à une modification imprévue du nationalisme tibétain. Les réfugiés, plutôt que de lutter pour l’indépendance du Tibet, se retrouvent à défendre les frontières de l’Inde – les causes sont proches, certes, mais pas identiques, et les réfugiés se retrouvent dans une situation où ils doivent veiller à ne pas perdre de vue leur objectif premier, l’indépendance du Tibet. Il ne leur reste plus, pour leur survie, pour la survie de leur cause, qu’à jongler entre les différentes priorités de leurs principaux patrons, les Américains et les Indiens, qui passent leur temps à s’adapter aux évolutions de la Guerre Froide. Le nationalisme tibétain s’adapte donc, par contrecoup, au contexte changeant de la Guerre Froide, pour profiter au maximum des possibilités qui lui sont données de lutter pour l’indépendance du Tibet, même de manière indirecte.

  • 42 Indian Leaders on Tibet, Dharamsala, Department of Information and International Relations, Centra (...)
  • 43 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », p. 1091.

28En plus de ce soutien militaire clandestin, l’Inde apporte également aux Tibétains un soutien politique qui passe, notamment, par un changement d’attitude radical dans l’enceinte des Nations Unies. R. Zakaria, le délégué indien aux Nations Unies, appuie la résolution sur le Tibet, qui passe le 18 décembre 1965, contrairement à ce qu’avait fait Jam Saheb of Nawanagar, qui avait sabordé la proposition de résolution sur le Tibet du 7 novembre 1950, et contrairement à ce qu’avaient fait ses autres prédécesseurs, qui s’étaient abstenus lors du vote des deux résolutions sur le Tibet, respectivement du 21 octobre 1959 et du 20 décembre 1961. Il explique le retournement de l’Inde exclusivement par les exactions persistantes de la Chine: « We hoped against hope that wiser counsel would prevail among the Chinese and that there would be an end to the sufferings of the people of Tibet. […] The passage of time has completely belied our hopes ». Il n’hésite pas à parler de génocide et il reprend un passage, particulièrement accablant pour la Chine, du rapport de la Commission internationale de juristes. Il dresse une liste des atrocités commises par les Chinois à l’encontre des Tibétains; sa conclusion est sans appel: « These atrocities, carried out ruthlessly, with utter disregard for Tibetan sentiments and aspirations, and in complete violation of universally recognized human rights, and up to a frightful programme of the suppression of a whole people ». Il promet aux Tibétains que l’Inde continuera à leur apporter l’aide nécessaire, c’est-à-dire une aide matérielle, et de ce fait il exclut, a contrario, une aide politique, comme, par exemple, un soutien à la lutte pour l’indépendance du Tibet – dans cette perspective, il prend soin de ne pas se prononcer, dans sa déclaration, sur le statut du Tibet. Il prétend également que l’Inde refuse de considérer le Tibet comme une arme politique qui pourrait servir à l’encontre de la Chine – « We have refused to use the Tibetan refugees as pawns in our conflict with China. We do not believe that the sufferings of one people should be made a weapon in the armoury of another »42. Et, même si l’on ne peut exclure une instrumentalisation par l’Inde de la question tibétaine dans le contexte de ses relations compliquées avec la Chine, il n’en demeure pas moins que les Tibétains peuvent désormais considérer l’Inde comme un Etat qui soutient de plus en plus ouvertement la cause du Tibet. Un soutien qui a failli prendre une tournure encore plus extrême, puisque, d’après Dawa Norbu, le Premier ministre Lal Bahadur Shastri, un socialiste d’obédience nehruvienne rattaché au parti du Congrès, avait même prévu de reconnaître le gouvernement tibétain en exil – il est malheureusement décédé avant de pouvoir le faire43. Il est néanmoins patent, et quoi qu’en dise R. Zakaria, que l’attitude de l’Inde dans l’enceinte des Nations Unies est indexé sur l’évolution des relations entre sino-indiennes. Le premier appel du Tibet a lieu alors que l’Inde tente d’établir avec la Chine des relations cordiales basées sur un partage de la suprématie en Asie. Les discussions qui entourent les trois appels suivants, et qui aboutissent aux deux premières résolutions sur le Tibet, ont lieu alors que des tensions sont apparues entre les deux Etats, notamment au sujet de la délimitation de la frontière, des tensions qui ont mené à quelques accrochages, mais, à cette époque, l’Inde a encore l’espoir que les tensions s’apaisent et que le partenariat prévu voit le jour. La dernière résolution sur le Tibet est votée après la guerre de 1962, c’est-à-dire à un moment où l’Inde n’entretient alors plus aucune illusion sur la Chine. Elle ne cherche dès lors plus à préserver à tout prix sa susceptibilité, bien au contraire, elle soutient d’autant plus ouvertement le Tibet que certains Indiens pensent que, si l’Inde avait soutenu le Tibet depuis le début, la guerre n’aurait pas eu lieu et il n’y aurait pas eu de défaite indienne, puisque les deux Etats n’auraient pas partagé de frontière.

29Le nationalisme tibétain, dans les expressions qu’il peut prendre, est ainsi passablement contraint par les aléas de la Guerre Froide, et, plus particulièrement, par les événements qui touchent directement l’Inde. Tenzin Gyatso se retrouve ainsi dans une situation plutôt déconcertante qui remet en cause sa mainmise sur le mouvement nationaliste tibétain. Il a beau mettre au point un agenda qui détaille les objectifs de l’exil, et la manière de les atteindre, en prenant certes en compte les desiderata des uns et des autres, force est pour lui de constater qu’il n’est pas maître de cet agenda, et ce qui s’est passé en Inde suite à la guerre contre la Chine est là pour lui rappeler qu’il ne pourra jamais l’être. Il ne lui reste dès lors plus qu’à faire preuve de flexibilité et d’adaptabilité pour tirer le meilleur profit de cette dépendance.

30L’Inde, à travers Jawaharlal Nehru, a certes établi la direction que devaient prendre les relations avec la Chine ; mais, au-delà des positions de principe relatives aux grandes lignes de politique étrangère, l’Inde a également montré une fluidité certaine dans la manière de traiter la question du Tibet. Elle a un rôle de modérateur, certes, mais en apportant des réponses ad hoc à des situations nouvelles qui témoignent d’une détérioration des relations sino-indiennes, en l’occurrence, en donnant aux réfugiés tibétains qui vivent en Inde la possibilité de combattre, non pas directement pour le Tibet, mais contre la Chine, et en témoignant d’un soutien politique à l’égard du Tibet dans l’enceinte des Nations Unies, elle prend des risques, et notamment celui de changer la nature même du mouvement nationaliste tibétain, qui, de modéré, pourrait devenir plus virulent.

31Il ressort de l’analyse précédente que c’est l’humiliation de la guerre avec la Chine qui a provoqué chez les Indiens un sentiment de sympathie exacerbée à l’égard des Tibétains, sentiment qui s’est traduit dans l’immédiat par un certain nombre de décisions destinées à favoriser la cause tibétaine à plusieurs niveaux complémentaires – militaire et politique. Le nationalisme tibétain a donc pu s’exprimer ; mais pendant combien de temps la cause tibétaine a-t-elle encore bénéficié des faveurs de l’Inde ? Combien de temps a-t-il fallu aux Indiens pour se remettre de cette humiliation ? A partir de quand les Indiens ont-ils été en mesure de gérer de manière dépassionnée la question tibétaine ? Et quel rôle a joué le contexte international ? Les réponses à ces questions tiennent à l’évolution des relations sino-indiennes, qui dépendent, au moins partiellement, de l’évolution du contexte international : il est bien évident que, si le souvenir de la guerre, et donc de l’humiliation, s’estompe chez les Indiens, la question tibétaine ne disparaît pas pour autant des relations entre les deux Etats, ou, du moins, pas dans l’immédiat.

3. La question tibétaine : un instrument dans les relations entre l’Inde et la Chine ?

  • 44 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », pp. 1078-1095.
  • 45 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », p. 1092. Il est vrai qu (...)

32Dawa Norbu, notamment44, revient sur la plupart des facteurs explicatifs de l’instrumentalisation, par l’Inde, de la question tibétaine. Il évalue ainsi la situation en termes de rapport de force – d’après lui, la Chine a plusieurs cartes à jouer, le Cachemire, le Pakistan et les insurrections dans la région du Nord-Est, notamment, alors que l’Inde n’en a qu’une, le Tibet, ce qui explique, selon lui, que l’Inde n’a d’autre choix que d’utiliser cette carte à l’encontre de la Chine45.

  • 46 Le découpage en phase pour les relations sino-indiennes correspond à la typologie retenue par Pal (...)
  • 47 La Chine, qui s’est officiellement associée au Pakistan en 1965 (première guerre indopakistanaise) (...)
  • 48 SIDHU et YUAN, China and India, p. 18.
  • 49 Elles n’entament pas immédiatement de processus de normalisation de leurs relations après la guerr (...)

33Les relations sino-indiennes de 1962 à 1976, au cours de la phase que Pal Singh Sidhu et Jindong Yuan ont appelé la phase de guerre froide46, s’inscrivent dans un schéma plus général qui voit s’affronter deux blocs dans le cadre de l’autre Guerre Froide, l’Inde et l’Union soviétique, d’une part, et la Chine et le Pakistan, que rejoignent plus tard les Etats-Unis, d’autre part47. Comme le résument Pal Singh Sidhu et Jindong Yuan: « Any attempts to improve relations between New Delhi and Beijing were constrained by the Sino-Soviet antagonism and the Indo-Pakistani confrontation »48. Il apparaît ainsi que ni l’Inde ni la Chine ne peuvent échapper à ces tendances plus globales. Mais cherchent-elles vraiment à développer leurs relations bilatérales ? Il faut dire qu’il n’en reste pas grand-chose après la guerre qui les a opposées en 1962 ; et leur restauration est d’autant plus problématique qu’elle se heurte non seulement à ces événements internationaux mais encore à un manque de volonté flagrant de part et d’autre49. Elles se retrouvent dans une situation de confrontation indirecte avec la guerre qui oppose l’Inde au Pakistan en 1965, guerre au cours de laquelle la Chine soutient le Pakistan – il n’est pas impossible que ce soit leur attitude dans les années qui précèdent, marquée par une impossibilité à trouver une solution à leur conflit, qui les y ait logiquement conduits. Et il n’est pas anodin que ce soit précisément au moment du vote pour la troisième résolution sur le Tibet, la résolution du 18 décembre 1965, que R. Zakaria, le délégué indien auprès des Nations Unies, exprime le soutien inconditionnel de l’Inde pour la question tibétaine – ce qui marque un changement radical d’attitude.

34Une autre série d’incidents durant cette période perturbe encore un peu plus les relations entre les deux Etats, à savoir, la déclaration de l’Inde d’administrer directement l’Arunachal Pradesh, la guerre entre l’Inde et le Pakistan de 1971, qui se conclut par l’indépendance du Bangladesh, et l’absorption du Sikkim par l’Inde en 1975.

35Qu’advient-il de la question du Tibet ? Comment la cause tibétaine évolue-telle durant cette phase de guerre froide entre l’Inde et la Chine ? Y a-t-il une sorte de parallélisme, ou, mieux, de lien logique, entre, d’une part, la détérioration des relations bilatérales entre ces deux Etats et, d’autre part, la popularité croissante de la cause tibétaine en Inde ? Il est vrai que l’Inde apporte, en sus d’une aide matérielle, un soutien militaire, certes intéressé, et un soutien politique aux Tibétains. Toutefois, quelle que soit la nature de son aide, elle veille toujours à ne pas remettre en cause la souveraineté de la Chine sur le Tibet, et ses critiques portent d’ailleurs sur d’autres problèmes, les droits de l’homme, par exemple, ce qui lui permet de garder une certaine marge de manœuvre.

  • 50 Une guerre à laquelle l’unité spéciale tibétaine Unit 22 du général S.S. Uban a d’ailleurs pris pa (...)
  • 51 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », p. 1091.

36Il n’en demeure pas moins que la cause tibétaine bénéficie, durant cette phase de guerre froide, de faveurs inédites de l’Inde – faveurs qui sont toutefois limitées dans le temps. Et, d’après Dawa Norbu, la rupture a lieu avec la guerre de libération du Bangladesh en 1971. L’Inde, qui, pour des raisons stratégiques, doit absolument éviter que la Chine n’intervienne dans la nouvelle guerre qui l’oppose au Pakistan50, n’a pas d’autre carte à jouer que le Tibet – ce qui, pour Dawa Norbu, explique que Swaran Singh, le ministre indien des Affaires étrangères, répète alors fréquemment à qui veut l’entendre que le Tibet fait partie intégrante de la Chine51. Et la rupture est consommée avec la décision d’Indira Gandhi d’absorber le Sikkim – l’Inde ne peut plus alors se permettre de critiquer l’invasion du Tibet par la Chine. D’où un échange de bons procédés entre les deux Etats, à savoir, la reconnaissance par la Chine que le Sikkim fait partie de l’Inde contre la reconnaissance par l’Inde que le Tibet appartient à la Chine.

  • 52 Qui va de 1979 à 1998. (SIDHU et YUAN, China and India)

37Et l’instrumentalisation de la question du Tibet se poursuit dans la phase suivante des relations sino-indiennes, à savoir, la phase de détente, comme l’ont appelé Pal Singh Sidhu et Jin-dong Yuan52. Des changements politiques importants ont lieu, en Inde comme en Chine, qui favorisent une amélioration des relations bilatérales. En Inde, le choix d’un gouvernement du Janata Party, mené par Morarji Desai, témoigne d’un besoin d’alternance politique après l’ère Indira Gandhi, et, dans la Chine de l’ère post-Mao, de nouveaux dirigeants qui ne partagent pas la rigidité idéologique de leurs prédécesseurs font leur apparition. D’où un échange d’ambassadeurs qui, en 1976, marque la reprise de relations diplomatiques, même si la phase de détente ne commence vraiment qu’avec la visite en Chine en février 1979 d’Atal Bihari Vajpayee, le ministre indien des Affaires étrangères, visite qui trouve une réponse dans l’offre de Deng Xiaoping, en juin 1980, de résoudre le différend frontalier – ce qui se traduit concrètement par la mise en place, en 1981, de discussions formelles sur la question de la frontière plus connues sous le nom de « border talks », puis par la création, quelques années plus tard, d’un Joint Working Group, qui organise ses premières réunions en juillet 1989.

  • 53 SIDHU et YUAN, China and India, p. 22.
  • 54 La visite de Rajiv Gandhi a été longuement commentée. De nombreux spécialistes des relations entre (...)

38Le processus de normalisation se poursuit ensuite selon une combinaison de trois mesures, certes distinctes, mais qui se renforcent mutuellement, à savoir, l’organisation de réunions au sommet auxquelles participent les chefs d’Etat et de gouvernement, des visites régulières de fonctionnaires de haut rang, à la fois militaires et civils, et l’institutionnalisation de mesures destinées à restaurer la confiance entre les deux Etats53. Rajiv Gandhi, qui se rend à Pékin en décembre 1988, puis Li Peng, qui, en décembre 1991, fait le voyage en Inde, donnent le ton de ce processus de normalisation54.

  • 55 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », pp. 1092-1093, y compri (...)

39Le processus de restauration de la confiance mutuelle s’inscrit néanmoins dans un contexte plus large qu’il convient d’évoquer ici. La phase de détente entre l’Inde et la Chine coïncide en effet avec ce qu’il convient d’appeler une phase de guerre froide entre l’Union soviétique et la Chine – du coup, l’Union soviétique se découvre un intérêt nouveau pour le Tibet, qui culmine avec la déclaration du 1er mai 1980 par laquelle elle se déclare prête à soutenir la cause tibétaine, à condition, simplement, que Tenzin Gyatso lui en fasse explicitement la demande. L’impact sur le nationalisme tibétain, s’il est indirect, n’en est pas moins crucial, puisque, comme l’analyse Dawa Norbu, « This period of Soviet interest in Tibet coincided with one of excellent Indo-Soviet relations, and it enhanced India’s deterrence posture against China, thereby compelling Beijing to engage in a serious dialogue with the Dalai Lama ». Il est évident que l’attitude nouvelle de l’Union soviétique à l’égard du Tibet a indirectement pour effet de revaloriser la question tibétaine ; et Deng Xiaoping se trouve contraint à entamer des négociations avec Tenzin Gyatso pour éviter que cette valorisation inattendue de la question tibétaine ne rejaillisse négativement sur les relations bilatérales entre l’Inde et la Chine. Ce qui permet à Dawa Norbu de conclure: « The Tibet issue is still a motivating factor in both the global policies and bilateral relations of both China and India ». Il précise toutefois que l’importance de la question tibétaine est dépendante de l’attitude des autres Etats, et particulièrement des Etats occidentaux, et que, du coup, la carte du Tibet n’est véritablement efficace que lorsque l’Inde et les Etats occidentaux sont sur la même longueur d’onde55.

  • 56 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », pp. 1093-1094.
  • 57 SIDHU et YUAN, China and India, p. 18.

40L’effet combiné de ce jeu de relations bilatérales et d’une situation internationale délicate pour la Chine permet d’expliquer les motivations du rapprochement chinois à l’égard de l’Inde – la Chine veut sortir de l’isolement dans lequel les Etats occidentaux l’ont plongée et éviter que l’Inde n’en profite pour avancer sur la question du Tibet. Elle multiplie ainsi le volume et l’intensité de ses gestes diplomatiques ; du coup, cette période de la phase de détente rappelle l’atmosphère qui régnait après la signature du Panch Sheel, même si l’intérêt bien compris des uns et des autres remplace désormais l’enthousiasme du début. On multiplie les visites officielles – et la visite historique du président chinois Jiang Zemin en novembre 1996 n’est dans cette perspective qu’un exemple parmi d’autres –, et on entame sur la question de la frontière de nouvelles discussions qui n’aboutiront toutefois pas. Le problème, pour Dawa Norbu, tient au fait que la Chine espère toujours dévaloriser la carte du Tibet : « Beijing wants to deny India’s use of the Dalai Lama both as an added bargaining chip and as a living testament to Indian claims on its borders »56. Et pour Pal Singh Sidhu et Jindong Yuan non plus, la détente n’empêche pas que le Tibet demeure un problème important – d’après eux, « China remained concerned that a wave of nationalist sentiment in Lhasa or beyond could lead to spontaneous public support in India and an unwanted amount of international attention »57.

  • 58 Dont tout laisse à penser qu’elle dure encore aujourd’hui. (SIDHU et YUAN, China and India)
  • 59 Le recours à la menace chinoise pour justifier les essais nucléaires étonne de nombreux spécialist (...)
  • 60 D’autres visites suivent, telles celle du président indien K.R. Narayanan, qui se rend en Chine en (...)
  • 61 RAMESH, Jairam, Making Sense of Chindia : Reflections on China and India, New Delhi, India Researc (...)

41La phase de détente entre l’Inde et la Chine est de toute façon abruptement rompue par l’Inde qui, les 11 et 13 mai 1998, mène au total cinq essais nucléaires, connus sous le nom de Pokhran II, qui font de l’Inde un Etat nucléaire – les deux Etats entrent alors dans une nouvelle phase de leurs relations58, pour laquelle le vocabulaire de la Guerre Froide s’avère désormais inadapté. Le problème, pour la Chine, n’est pas tant la volonté manifeste de l’Inde de devenir un Etat nucléaire que les justifications retenues – la menace chinoise59. Le dialogue prévaut pourtant, ce qui se traduit par une reprise des visites officielles, à commencer par celle du ministre indien des Affaires étrangères Jaswant Singh, qui se rend en Chine en juin 1999, suivie de celle du ministre chinois des Affaires étrangères Tang Jiaxun, qui se rend en Inde en juillet 200060. La conséquence en est que cette nouvelle phase ne diffère finalement pas sensiblement de la phase de détente – les deux Etats, peut-être parce qu’ils parviennent à surmonter une crise grave, développent des relations de plus en plus cordiales. En témoigne, notamment, l’utilisation du nouveau concept connu sous la version anglo-saxonne de « Chindia » – ce néologisme créé par l’économiste indien Jairam Ramesh, qui se veut une contraction des noms des deux Etats concernés, l’Inde et la Chine, met l’accent sur le caractère complémentaire de ces deux Etats, sur le plan économique, comme à d’autres niveaux61.

  • 62 Disponible à l’adresse suivante : http ://www.meaindia.nic.in/declarestatement/ 2003/06/23jd01.htm

42La position officielle de l’Inde à l’égard de la question tibétaine ne change donc pas significativement au cours de ces différentes phases des relations entre sino-indiennes, contrairement à la position officieuse de l’Inde, qui a, pour sa part, radicalement changé après la guerre de 1962. Le soutien officiel à la cause tibétaine connaît certes des hauts et des bas qui dépendent en partie de l’évolution du contexte international, mais l’Inde ne dépasse jamais une certaine limite de manière à éviter toute rupture avec la Chine qui pourrait s’avérer définitive. Il semble pourtant, pour l’Inde, de plus en plus difficile de jouer la carte du Tibet – celle-ci perdant de sa valeur à mesure que la question tibétaine est reléguée au second plan. L’Inde a d’ailleurs réitéré sa position à l’égard du Tibet, dans la « Declaration on Principles for Relations and Comprehensive Cooperation between India and China », signée le 23 juin 2003: « The Indian side recognizes that the Tibet Autonomous Region is part of the territory of the People’s Republic of China and reiterates that it does not allow Tibetans to engage in anti-China political activities in India. The Chinese side expressed its appreciation for the Indian position and reiterated that it is firmly opposed to any attempt and action aimed at splitting China and bringing about “independence of Tibet” »62.

  • 63 KRISHNAN, Murali, « Indian Security Tense Over Protests Against Hu », Indo-Asian News Service (IAN (...)
  • 64 BHAT, Devika, « Tibet Protests Greet Hu on Historic Visit to India », Times Online, 20 November 20 (...)
  • 65 « Tibetan Activist Set Himself Afire », AP, 23 November 2006.

43L’exemple le plus probant de cette constance au niveau officiel est l’attitude des autorités indiennes face aux manifestations organisées par les réfugiés tibétains au moment des visites officielles de hauts dignitaires chinois. Le schéma est toujours le même, comme le montre un exemple récent, la visite de Hu Jintao en Inde du 20 au 23 novembre 2006. Le gouvernement indien n’hésite pas à mobiliser des milliers de policiers pour l’occasion. L’un d’eux décrit ainsi les consignes qu’il a reçues: « We are trying to make sure Hu’s visit is not marred by protests. But considering that Tibetan demonstrators have an uncanny ability of sneaking past cordons in two’s and three’s and holding impromptu sit-ins, we are taking all precautions »63. Près d’un millier de réfugiés tibétains, menés par des moines en robe marron et jaune, se sont rassemblés à New Delhi, le 20 novembre 2006, pour protester pacifiquement à l’occasion de l’arrivée de Hu Jintao64. La manifestation était organisée conjointement par six organisations, le Tibetan Youth Congress, la Tibetan Women’s Association, Guchusum, Students for a Free Tibet, Friends of Tibet et le National Democratic Party of Tibet. Les réfugiés, qui s’étaient réunis pour, entre autres, scander des slogans antichinois, déployer le drapeau du Tibet, chanter l’hymne national et brûler une effigie de Hu Jintao, n’ont pas manqué d’avoir quelques altercations avec les représentants des forces de l’ordre, ce qui a conduit à plus d’une trentaine d’arrestations, la plupart préventives. Des incidents similaires ont eu lieu à Bombay le 23 novembre 2006. Un activiste tibétain a tenté de s’immoler par le feu devant l’hôtel où Hu Jintao rencontrait près de 300 grands patrons indiens et chinois. Mais plusieurs policiers se sont immédiatement jetés sur lui pour éteindre les flammes. Cet activiste a été arrêté, de même que les six autres manifestants qui l’accompagnaient et qui étaient sortis de deux taxis en brandissant des drapeaux tibétains et en criant des slogans antichinois65. Trois autres réfugiés qui, en plein centre-ville de Bombay, ont tenté de sauter d’une passerelle au moment précis où passait le convoi de Hu Jintao ont également été arrêtés, ce qui a amené les policiers à conclure qu’ils avaient empêché trois tentatives de suicide. A Azad Maidan, un autre quartier de Bombay, 200 réfugiés ont participé à une grève de la faim d’un jour organisée conjointement par le Tibetan Sweater Sellers’ Union of Maharashtra and Gujarat et par Friends of Tibet. Cette grève de la faim n’a pas été perturbée par les forces de l’ordre, mais les quelque 150 réfugiés qui se sont couchés sur la route pour empêcher le convoi de Hu Jintao de se rendre dans le sud de Bombay ont été arrêtés.

  • 66 L’article publié dans Phayul contient la lettre du superintendant Ajay Kumar Yadav. (THINLEY, Phur (...)

44Et l’activiste Tenzin Tsundue, qui est également le secrétaire général de Friends of Tibet – India, s’est vu remettre une lettre par le superintendant de la police locale lui enjoignant de ne pas quitter la juridiction de Dharamsala jusqu’au 25 novembre, sous peine d’être poursuivi en vertu du Foreigners Act de 1946, qui prévoit l’extradiction des contrevenants66. Il s’est donc retrouvé sous surveillance policière durant toute la durée de la visite de Hu Jintao à cause de son comportement passé et de ses prétendus projets pour l’occasion – une mesure préventive qui a été vivement décriée par les organisations tibétaines.

  • 67 SANYAL, Amitava, « Tibetan Put Under Watch Before Hu Visit », Hindustan Times, 14 November 2006 ; (...)

45Ces incidents liés à la visite d’un haut dignitaire chinois en Inde sont intéressants à plusieurs égards. Non seulement ils soulignent si besoin était la motivation des réfugiés tibétains de protester contre l’occupation du Tibet, mais surtout ils montrent la volonté des dirigeants indiens d’empêcher tout incident diplomatique – d’où une présence policière exceptionnelle et de nombreuses arrestations. La gestion immédiate des incidents laisse certes à penser que l’Inde n’est préoccupée que par ses relations avec la Chine, mais le traitement des réfugiés arrêtés témoigne quand même d’une certaine sympathie de l’Inde à l’égard de la cause tibétaine – ils sont en effet, pour la plupart d’entre eux, libérés très rapidement, aucune charge sérieuse n’est finalement retenue, excepté à l’encontre de Lhakpa Tsering, pour tentative de suicide, et les cautions qui ont été fixées dans certains cas sont très peu élevées, de l’ordre de 1 000 roupies. Une telle attitude rejoint l’idée que l’Inde soutient en fait discrètement la cause tibétiane. Ce qui n’empêche pas les critiques de la presse indienne à l’égard des mesures prises par le gouvernement en prévision de la visite de Hu Jintao. Amitava Sanyal s’interroge: « Is India bending a bit too much to roll out the red carpet? », de même que Sudhir Chada: « India is a free nation. It is a democracy with full credibility. What it is doing now is less than justified as a free democracy »67.

  • 68 Un autre exemple, celui des événements qui se sont déroulés au Tibet en mars et en avril 2008, aur (...)

46Cet exemple est ainsi symptomatique non seulement des hésitations constantes de l’Inde face à la question tibétaine, entre répression et soutien, mais encore des différents niveaux d’interaction qui entrent en jeu dans l’attitude de l’Inde à l’égard des réfugiés tibétains68. Il s’agit désormais de revenir sur ces différents niveaux d’interaction afin de mieux appréhender l’Inde dans sa réalité protéiforme. Il convient donc, après avoir abordé l’impact sur la question du Tibet, et donc, sur le mouvement nationaliste, des niveaux interétatique et interpersonnel, d’examiner l’impact du niveau intercommunautaire, c’est-à-dire les relations entre les Tibétains qui vivent en Inde et les Indiens ; de manière plus générale, il s’agit désormais de passer du niveau officiel au niveau officieux de l’attitude qu’adopte l’Inde à l’égard de la question tibétaine.

II. La question tibétaine en Inde : un problème de société ou une opportunité ?

  • 69 DALAI LAMA, « We Cannot Live in Isolated Communities », Tibetan Review (New Delhi), 25, n° 1 (Janu (...)

47Tenzin Gyatso ne manque jamais, dans ses remerciements envers l’Inde, qu’il réitère lors de nombreux discours, de distinguer le gouvernement du peuple, c’est-à-dire les hommes politiques indiens auxquels il a affaire de la population indienne qu’il rencontre également à de multiples reprises. Et le discours qu’il a tenu lors de la remise du prix Nobel de la paix n’est qu’un exemple parmi d’autres. Il y précise: « If it were not for our community in exile, so generously sheltered and supported by the government and the people of India and helped by organizations and individuals from many parts of the world, our nation would today be little more than a shattered remnant of a people »69. La vie, ou plus exactement la survie, de la nation tibétaine est ici directement liée aux soutiens de l’Inde, avant de dépendre plus généralement de la communauté internationale prise au sens large. Quelle différence Tenzin Gyatso fait-il entre le gouvernement et le peuple de l’Inde ? En quoi le soutien du peuple est-il différent de celui du gouvernement ? Quel type de soutien les Indiens apportent-ils à la cause tibétaine ? Et quelles sont leurs motivations ? Les réponses à ces questions devraient permettre d’envisager l’attitude de l’Inde envers la question du Tibet à travers ce que j’ai appelé le niveau intercommunautaire.

A. L’attitude des Indiens face à la cause tibétaine

  • 70 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 219. Voir également, pour une autre description de ce voyage (...)
  • 71 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 209, pour les citations.

48Le soutien des Indiens à la cause tibétaine est manifeste peu après l’arrivée de Tenzin Gyatso en Inde. Il entreprend en effet un long voyage avec les membres de son entourage, de Tezpur à Mussoorie, où Jawahrlal Nehru lui a proposé de s’installer provisoirement. Il se rappelle ce voyage en ces termes: « It was a journey of several days, and a memorable experience, because everywhere the train stopped enormous crowds had gathered to cheer us. […] Clearly they had not just come to look at me – they had come to show their sympathy for Tibet »70. Il est important de noter ici le décalage visible entre l’accueil spontané et enthousiaste de la population et l’accueil, certes cordial, mais limité, que lui réserve le gouvernement. Une telle différence tient, il est vrai, aux diverses responsabilités des uns et des autres, puisque, tandis que la population réagit de manière décomplexée, le gouvernement doit prendre en compte des facteurs contraignants, notamment politiques, ce dont Tenzin Gyatso est bien conscient. Mais ce voyage mémorable, qui explique l’« immense grattitude » que Tenzin Gyatso témoigne depuis le début au « peuple de l’Inde », inscrit d’emblée les relations entre la population indienne et les réfugiés tibétains dans un contexte favorable71.

  • 72 Entretien du 28 septembre 2005 à New Delhi. Anand Kumar, un activiste socialiste jadis impliqué da (...)

49Tenzin Gyatso n’est pas le seul à établir une distinction entre le gouvernement et le peuple de l’Inde ; celleci est également pertinente pour Anand Kumar, le secrétaire national de l’IndiaTibet Friendship Society, interrogé à ce sujet72. Il retient plusieurs phases dans l’attitude du gouvernement à l’égard de la question tibétaine qui tendent à recouper la typologie de Pal Singh Sidhu et Jingdong Yuan pour les relations sino-indiennes. Il admet néanmoins que le peuple n’a pas toujours cru bon de se calquer sur le gouvernement : il a éprouvé un vif intérêt pour la question tibétaine dans les années qui ont immédiatement suivi la guerre de 1962, un intérêt qui s’est traduit par une absence d’hostilité envers les réfugiés tibétains installés en Inde, mais, et c’est bien là, pour lui, tout le problème aujourd’hui, cet intérêt s’est progressivement transformé en une passivité qu’il qualifie de regrettable. Les raisons de cette évolution sont multiples. Il est vrai que, une fois le choc de la défaite passé, l’hostilité des Indiens à l’égard des Chinois s’estompe d’elle-même, mais Anand Kumar retient surtout le fait que les Tibétains n’ont pas suffisamment cherché à mobiliser les Indiens – il s’agit, d’après lui, d’une négligence qui s’explique par l’obstination du gouvernement à empêcher les Tibétains d’avoir un programme politique.

50Il y a toutefois quelques exceptions à la passivité croissante des Indiens, ce qui permet effectivement de parler de mobilisation indienne pour la cause tibétaine. Et cette mobilisation passe par plusieurs niveaux, à savoir, les niveaux associatif et individuel, qu’il convient d’examiner ici.

1. Une mobilisation à double niveau

  • 73 Les informations relatives à l’IndiaTibet Friendship Society sont tirées soit de l’article du Tibe (...)

51Un certain nombre d’associations de soutien à la cause tibétaine ont ainsi été créées en Inde, à commencer par l’India-Tibet Friendship Society, fondée en 1978 par plus d’une centaine de parlementaires indiens, d’obédience variée, ainsi que des personnalités indiennes et tibétaines73. Il est à noter que le contexte dans lequel apparaît cette association n’est pas anodin : le Janata Party, un parti de coalition au sein duquel des vétérans socialistes comme J.B. Kripalani et Jayaprakash Narayan, qui défendaient déjà la cause tibétaine en 1959, occupent une place prééminente, gagne les élections de 1977. L’objectif avoué de l’India-Tibet Friendship Society est de participer à la libération du Tibet – parmi les six objectifs principaux, il y a ainsi : « 3. To raise the question of violation of fundamental human rights and freedom, including the right of self-determination in Tibet; 4. To help the Tibetans maintain their identity in India and to keep the question of Tibet alive in the international arena ». Cette association ne soutient pas la politique modérée du gouvernement en exil, mais une position plus extrême, à savoir, l’indépendance du Tibet, ce qu’Anand Kumar, son secrétaire national, justifie ainsi: « We understand the limits of the Tibetan leadership, we also realize the importance of not pressing for freedom in this time of globalisation, but common people do not have the capacity to appreciate the demands for shift from independence to autonomy ». Il semble donc, à l’en croire, qu’elle entende se placer plutôt du côté du peuple tibétain que du gouvernement en exil ; autrement dit, elle diffère sensiblement, dans son objectif, de la logique gouvernementale – une double volonté d’indépendance donc, par rapport au gouvernement indien et au gouvernement tibétain en exil, qui peut paraître paradoxale et qui mérite quelques explications. D’autant que d’autres associations de soutien à la cause tibétaine affichent un objectif similaire qui traduit assurément une même volonté d’indépendance politique.

  • 74 Voir le site Internet de Friends of Tibet : http ://www.friendsoftibet.org/.
  • 75 Voir le site Internet de Students for a Free Tibet – India : http://sftindia.org/.
  • 76 Voir le site Internet de Students for a Free Tibet : http ://www.studentsforafreetibet. org/.

52C’est le cas, par exemple, de Friends of Tibet, une association fondée en 1999 à Bombay par Sethu Das, qui comptait alors un seul membre, son fondateur, mais qui a depuis pris de l’envergure, puisqu’elle comprend aujourd’hui quelque 3 900 membres en Inde, répartis en 19 chapitres régionaux, et qu’elle a mis en place 6 chapitres internationaux. Elle résume ainsi sa mission: « Friends of Tibet is a global movement to keep alive the issue of Tibet through direct action. Our activities are aimed at ending China’s occupation of Tibet and the suffering of the Tibetan people. Friends of Tibet supports the continued struggle of the Tibetan people for independence »74. Il y a également Students for a Free Tibet, fondée à New York en 1994, qui se targue d’avoir 650 chapitres dans des universités, des lycées et des collèges, des chapitres répartis dans 30 Etats à travers le monde, y compris en Inde, où un réseau national a été fondé en 200075. Elle présente sa mission en des termes similaires: « Students for a Free Tibet works in solidarity with the Tibetan people in their struggle for freedom and independence »76. Les trois associations présentées ici, Friends of Tibet, l’IndiaTibet Friendship Society et Students for a Free Tibet, et a fortiori Students for a Free Tibet – India, ont donc pour objectif l’indépendance du Tibet, c’est-à-dire un objectif qui va audelà de l’objectif officiel d’autonomie du Tibet au sein de la Chine énoncé par Tenzin Gyatso.

53Il est tout de même étonnant que toutes ces associations de soutien à la cause tibétaine s’inscrivent ainsi en opposition avec la politique officielle du gouvernement en exil. S’agitil seulement, pour elles, de faire valoir la volonté populaire, comme le laisse entendre Anand Kumar ? Ou bien y a-t-il une autre logique derrière ce choix ? J’y vois également une sorte de solidarité associative. Il convient ainsi, d’après moi, de prolonger la distinction entre les deux niveaux, officiel et officieux, gouvernemental et populaire, de manière à rassembler les associations tibétaines et indiennes unies dans leur volonté d’aller plus loin que les gouvernements indien et tibétain. Car c’est bien cette similarité des enjeux qui rapprochent les associations indiennes, non pas du gouvernement en exil, mais d’autres associations tibétaines, comme le Tibetan Youth Congress, dont l’objectif affiché est également l’indépendance du Tibet.

  • 77 Entretien du 7 septembre 2005 avec Chemey Yungdrung qui dirige le chapitre régional de Kangra.
  • 78 Il n’est d’ailleurs pas toujours facile d’établir avec précision les objectifs de ces petites asso (...)

54Un raisonnement analogue peut certes s’appliquer à d’autres associations de moindre envergure, comme la Bharat Tibet Sahyog Manch, dont le double objectif est de favoriser de bonnes relations entre les Indiens et les Tibétains en Inde et de soutenir la cause du Tibet77, le Mahatma Gandhi Tibet Freedom Movement de Mahesh Yadav, le Himalayan Committee for Action on Tibet et l’association Indian Women for a Free Tibet, mais la similarité des problématiques liées à ces autres associations limite sensiblement l’intérêt d’une telle démarche, de sorte qu’il suffit de retenir que les remarques faites ici restent généralement valables pour toutes les associations de soutien au Tibet78, à moins d’une précision allant dans le sens contraire.

  • 79 Voir le site Internet de son organisation : http ://www.bloodmovementforpeace. org/.

55La mobilisation pour la cause tibétaine est également le fait d’initiatives individuelles, qui méritent ici quelques éléments d’analyse, à commencer par celle de Mahesh Yadav, qui constitue sans doute l’exemple le plus probant. Mahesh Yadav est un médecin ayurvédique de Bhopal connu pour avoir écrit à ce jour plus de 3 000 lettres avec son propre sang à des hommes politiques et à des organisations, en Inde et ailleurs dans le monde, avec pour objectif de les inciter à briser le silence sur la question tibétaine et à soutenir la lutte pour la libération du Tibet79. Il a ainsi écrit en mars 2007 deux lettres, l’une à Abdul Kalam, le président indien, dans laquelle il lui demandait de soutenir la cause tibétaine, et, dans cette perspective, d’adopter une politique étrangère forte à l’encontre de la Chine, et l’autre à Manmohan Singh, le Premier ministre indien, dans laquelle il l’incitait à aborder la question tibétaine avec son homologue chinois Hu Jintao. Il a également organisé des camps de collecte du sang en faveur du Tibet, notamment à New Delhi et à Bombay, et il a lancé une campagne intitulée « Save Tibet-Secure India, Save Tibet-Save Humanity » le 10 décembre 2005, pour alerter l’opinion publique indienne sur la cause tibétaine.

56Il ne s’agit toutefois là de rien de bien exceptionnel, puisque, de manière générale, les mesures prises par les associations de soutien à la cause tibétaine, ou même par des individus, se ressemblent : organiser des congrès, des colloques, des discussions publiques, des expositions et des manifestations – en somme, l’objectif est de parler du Tibet et de montrer le Tibet, c’est-à-dire de maintenir une publicité continue sur la cause tibétaine.

  • 80 Voir le site Internet de Students for a Free Tibet : http ://www.studentsforafreetibet. org/, et, (...)
  • 81 Je pense, notamment, au Freedom Concert organisé à Dharamsala pour la libération de Tenzin Delek R (...)
  • 82 Il suggère ainsi une grève de la faim devant le siège de Yahoo aux Etats-Unis.
  • 83 Voir le site Internet de Gu Chu Sum : http ://www.guchusum.org/.
  • 84 Voir la page du site Internet de Friends of Tibet consacrée à l’événement : http ://www.friendsoft (...)

57Les activités de Students for a Free Tibet – India se concentrent ainsi autour de l’organisation de forums de discussion, d’actions éducatives à destination des étudiants Indiens, de campagnes d’action publique et de manifestations de soutien. Plus concrètement, Students for a Free Tibet – India a organisé du 15 février au 10 mars 2001 une marche pour la paix de Dharamsala à New Delhi, et, du 27 décembre 2001 au 10 mars 2002, un rally cycliste, le « coast to coast India cycle rally for Free Tibet », de Calcutta à Bombay en passant par Madras, Bangalore et Cochin, auquel a participé une trentaine de cyclistes, dans le but d’obtenir la libération du onzième Panchen Lama Gendun Chökyi Nyima80. Les activités de Friends of Tibet, plus variées, ne s’articulent pas autour de grands thèmes, mais comprennent des conférences publiques faisant intervenir des personnalités tibétaines, telles que Tenzin Tsundue, des concerts, des expositions, des festivals de films et des campagnes d’action ponctuelles81. Friends of Tibet a en outre organisé les 23 et 24 juin 2007 à New Delhi un congrès pour l’indépendance du Tibet auquel ont participé plus de 300 personnes, c’est-à-dire plus du triple de ce que les organisateurs attendaient, en majorité des Indiens – du coup, ce congrès est considéré comme l’événement le plus marquant organisé par une association de soutien à la cause du Tibet ces dernières années. De nombreuses personnalités ont été invitées, à l’instar de Jamyang Norbu, un des activistes tibétains les plus connus, qui a exhorté les jeunes Tibétains présents à profiter des Jeux Olympiques de 2008 pour adopter de nouvelles tactiques dans leur lutte pour l’indépendance du Tibet82. Tenzin Tsundue, le héros du jour aux dires du président du congrès, est également intervenu, de même que Niru Vora, un ancien professeur de la « School of Chinese and Japanese Studies » de Delhi University, connue pour son obédience gandhienne, qui a rappelé que le Tibet était un territoire colonisé, et non simplement occupé, par la Chine, Vijay Kranti, un journaliste indien réputé qui est aussi un fervent défenseur de la cause tibétaine, Claude Arpi, un chercheur français, Ragav Mittal de la Braj Foundation et Phuntsok Wangchuk, le secrétaire général de Gu Chu Sum, une association d’aide aux prisonniers politiques tibétains83. Des débats passionnés se sont tenus pendant ces deux jours qui ont mené à l’adoption d’une résolution qui s’inscrit directement dans la lutte pour l’indépendance du Tibet84.

58C’est à travers de tels événements que les associations et les individus qui soutiennent la cause tibétaine espèrent maintenir une certaine pression sur l’opinion publique indienne. Et le succès remporté par ce congrès pour l’indépendance du Tibet témoigne de l’actualité de la cause tibétaine. D’autant plus que, en plus des associations et des individus, les parlementaires indiens se sont aussi mobilisés pour le Tibet, donnant ainsi une tournure plus politique à cette mobilisation.

2. La mobilisation des parlementaires indiens

  • 85 JETLY, Nancy, India China Relations, 1947-1977 : A Study of Parliament’s Role in the Making of For (...)
  • 86 Et c’est sans compter que l’India-Tibet Friendship Society a également été fondée à l’initiative, (...)
  • 87 Voir « Indian Parliament Members’ Support for His Holiness the Dalai Lama’s Five-Point Peace Plan (...)

59L’intérêt des parlementaires indiens n’est pas nouveau, puisque, depuis l’invasion du Tibet par la Chine, l’opposition, c’est-à-dire, pour la majeure partie de la période considérée ici, l’opposition au parti du Congrès, à l’exception du parti communiste, s’est chargée de défendre régulièrement la cause du Tibet dans les enceintes parlementaires indiennes, à la Lok Sabha ou à la Rajya Sabha, provoquant ainsi quelques débats passionnés. Dans une étude consacrée au rôle du parlement dans la politique étrangère indienne, Nancy Jetly rapporte quelques-unes des interventions de membres de l’opposition, comme S.P. Mookerjee et V.G. Deshpande du Hindu Mahasabha ou J.B. Kripalani du Praja Socialist Party, et même de membres du parti du Congrès, à l’instar de Sardar Patel, ainsi que les réponses de Jawaharlal Nehru85. La mobilisation pour le Tibet prend alors la forme du congrès « All India Tibet Convention » présidé par Jayaprakash Narayan, qui s’est tenu à Calcutta les 30 et 31 mai 1959 et qui a été suivi de deux autres congrès qui ont eu lieu à Madras et à Delhi respectivement le 3 juin 1959 et les 9, 10 et 11 avril 1960 – il en a résulté la formation du premier groupe de soutien aux Tibétains, l’Indian Parliamentary Committee for Tibet, renommé All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet, dont les membres fondateurs les plus connus sont M.C. Chagla et Balraj Madhok86. Les parlementaires indiens se sont à nouveau mobilisés pour soutenir le plan de paix en cinq points pour le Tibet de Tenzin Gyatso. Ils ont ainsi présenté en 1988 un mémorandum au président de la Lok Sabha, dans lequel ils insistaient sur leur soutien à l’initiative du Dalaï-Lama, puis ils ont écrit en 1989 une lettre au Premier ministre chinois Li Peng87.

  • 88 Le groupe parlementaire All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet, qui a été fondé en 1970 pa (...)

60La mobilisation parlementaire entre toutefois dans une nouvelle phase avec la reformation, le 6 mai 2002, du All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet par une trentaine de parlementaires d’obédience politique variée88. Ce groupe parlementaire, présidé par T.N. Chaturvedi et coprésidé par Satyavrat Chaturvedi de la Lok Sabha et Bashistha Narayan Singh de la Rajya Sabha, s’inscrit plus largement dans le cadre des groupes parlementaires de soutien au Tibet qui se sont multipliés dans le monde à mesure que la cause tibétaine gagnait en popularité – il fonctionne comme un groupe de pression dans la mesure où il cherche à faire passer des résolutions sur le Tibet au parlement.

  • 89 La première convention a eu lieu à New Delhi du 18 au 20 mars 1994, la deuxième convention s’est t (...)

61C’est également à l’initiative des parlementaires indiens que la première « World Parliamentarians’ Convention on Tibet » s’est tenue – elle a été organisée à New Delhi du 18 au 20 mars 1994 par l’All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet sous les auspices de George Fernandes et de Mohan Singh. Elle prévoyait un plan d’action en dix points qui demandait à tous les parlementaires présents de faire pression sur leur gouvernement au nom de la cause tibétaine, de former des groupes de soutien en faveur du Tibet dans l’enceinte de leur parlement et de créer un réseau international de parlementaires chargé de coordonner les activités protibétaines. Cinq « World Parliamentarians’ Conventions » se sont tenues jusqu’à présent – elles ont toutes contribué à développer substantiellement le réseau de défenseurs du Tibet et elles ont toutes eu un impact considérable sur les efforts de lobbying aux niveaux national et international89.

  • 90 A l’exception de l’India-Tibet Friendship Society.

62Toutes ces activités témoignent il est vrai du dynamisme des associations de soutien, y compris des associations parlementaires, à la cause tibétaine. Il convient toutefois d’en relativiser à la fois l’ampleur et la portée. D’une part, le nombre d’Indiens effectivement impliqués dans ces associations reste faible, notamment rapporté à l’ensemble de la population. D’autre part, les activités de ces associations, en dépit de l’attention dont elles font parfois l’objet, manquent globalement d’envergure – le nombre d’Indiens touchés reste donc, lui aussi, plutôt faible. Il est d’ailleurs patent que la publicité est passablement limitée – avec un peu de chance, quelques articles dans des journaux locaux, mais guère plus, puisque la presse nationale, et a fortiori internationale, ne voit pas d’intérêt à couvrir ce genre d’événements. Et c’est sans compter le fait qu’il s’agit d’une mobilisation relativement récente90 par rapport à la mobilisation éphémère qui a immédiatement suivi la guerre de 1962, de sorte qu’il est difficile d’en prédire la longévité. Va-t-elle pouvoir s’inscrire dans la durée ? Les différences entre ces deux mobilisations indiennes pour la cause tibétaine sont nombreuses – elles tiennent, notamment, aux conditions d’apparition et aux formes de la mobilisation. Il s’agit cette fois d’une mobilisation qui n’est pas issue d’un traumatisme et qui est mieux organisée, autour des différentes associations précitées, mais il s’agit aussi d’une mobilisation de moins grande envergure, puisque ce n’est plus l’opinion publique indienne dans son ensemble qui est désormais concernée par la cause tibétaine.

3. Vers une mobilisation coordonnée ?

  • 91 Voir le site Internet en hindi de l’India Tibet Coordination Office : http ://www. indiatibet.org/
  • 92 Ces informations, qui étaient disponibles jusqu’en septembre 2008 sur le site officiel du gouverne (...)

63Ce récent foisonnement d’activités a incité le Bureau du Dalaï-Lama à New Delhi à créer l’India Tibet Coordination Office, un organisme chargé de promouvoir la coordination interne de la mobilisation pour la cause tibétaine91. L’India Tibet Coordination Office, qui travaille avec les 145 groupes de soutien au Tibet existant en Inde, publie des journaux et des magazines en hindi, organise des séminaires et met en place des programmes de sensibilisation, avec pour objectif constant de maintenir et de développer ce contact privilégié des Tibétains avec les Indiens92.

  • 93 L’All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet a ainsi envoyé un mémorandum au Premier ministre (...)
  • 94 Entretien avec Anand Kumar du 28 septembre 2005.
  • 95 La réouverture en juillet 2006 d’un des cols situés à la frontière entre l’Inde et la Chine, le Na (...)

64Le besoin de coordination ressenti par le gouvernement en exil, associé aux nombreuses activités des associations de soutien et aux initiatives récentes des parlementaires93, tend à suggérer que la mobilisation indienne pour le Tibet, dont il est difficile de prévoir l’évolution, est aujourd’hui encore relativement forte – même si, comme je l’ai dit, il s’agit davantage d’une impression de mobilisation que d’une mobilisation à grande échelle. L’explication, pour Anand Kumar, tient au fait que les Tibétains, qui s’étaient quelque peu démobilisés, se sont largement remobilisés pour sensibiliser l’opinion publique indienne à la cause du Tibet – c’est pourquoi la mobilisation est plus structurée et les réseaux sont plus denses94. Mais le sentiment indien à l’égard de la Chine, qui fluctue en fonction de la perception de l’attitude de la Chine à l’égard de l’Inde, que ce soit au niveau politique ou au niveau commercial95, peut également avoir un impact sur la mobilisation indienne pour le Tibet.

  • 96 Il convient néanmoins de noter que l’attitude de la population indienne est susceptible de varier (...)

65Il apparaît donc que l’attitude du peuple96 à l’égard de la question tibétaine est, dans l’ensemble, déconnectée de celle du gouvernement. Le peuple prend souvent fait et cause pour le Tibet, alors que le gouvernement cherche à entraver l’activisme politique des réfugiés tibétains. Cela s’explique, notamment, par le fait qu’ils ne réagissent ni aux mêmes incitations, ni aux mêmes contraintes – tandis que les actions du gouvernement envers les Tibétains dépendent fortement du contexte des relations sino-indiennes, le peuple, qui est, semble-t-il, plus sensible à la mobilisation tibétaine, a tout de même la possibilité de réagir librement face aux souffrances endurées par les Tibétains. Et la première manifestation de cette asymétrie des contraintes concerne la différence d’attitude devant l’objectif actuel d’autonomie du gouvernement en exil : le peuple semble vouloir aller plus loin, tandis que le gouvernement reste plus prudent. Et la distinction entre les deux a d’autant plus d’importance que les effets sur les décisions politiques prises par la diaspora tibétaine ne sont pas nécessairement les mêmes : le gouvernement a de fait un impact beaucoup plus fort que le peuple sur les capacités d’action des réfugiés tibétains, même si les deux interagissent constamment – et le lien est notamment le fait des parlementaires indiens –, de sorte que le peuple possède tout de même un moyen de pression sur le gouvernement qui lui permet d’avoir un impact, même indirect, sur le nationalisme tibétain.

66La prise en compte des niveaux interétatique, interpersonnel et intercommunautaire permet ainsi d’affiner la perception du rôle joué par l’Inde dans le développement du nationalisme tibétain de l’exil. Un rôle, oui, car l’Inde apparaît finalement bien plutôt comme un acteur du mouvement nationaliste, dont elle détermine l’évolution, au même titre que les patrons occidentaux, Tenzin Gyatso et les réfugiés eux-mêmes, que comme un simple lieu d’existence.

67Reste désormais à voir la manière dont les réfugiés tibétains dans l’ensemble, et non plus seulement les plus politisés, envisagent leurs relations avec le peuple et avec le gouvernement de l’Inde, pour déterminer l’éventuel impact de la perception des réfugiés tibétains sur le développement du mouvement nationaliste.

B. Les réfugiés tibétains face à l’Inde

68Comment les réfugiés tibétains jugent-ils l’attitude du gouvernement indien à l’égard de la question tibétaine ? Comment voient-ils leurs relations avec les populations indiennes locales ? Cette deuxième question entraîne toute une série d’autres questions, à savoir : quelles formes prennent l’intégration, et, inversement, l’exclusion, des réfugiés par rapport à la société indienne ? Cette intégration et cette exclusion ont-elles un impact sur l’attitude du peuple indien face au mouvement nationaliste, ou, plus largement, face à la question tibétaine ?

  • 97 PALAKSHAPPA, Tibetans in India, p. 99.

69La structure singulière des camps de réfugiés, on l’a vu, isole les réfugiés tibétains de la société indienne. Mais, s’il est vrai qu’elle permet le développement d’un sentiment national fort, elle n’est pas sans poser problème, notamment en raison du besoin d’exclusion, parfois perçu comme une nécessité, qu’elle crée chez les réfugiés tibétains. Comme le rappelle T.C. Palakshappa, ceuxci ont pour objectif principal la préservation de leur identité, ce qui, pour lui, entraîne trois conséquences : 1) toutes leurs relations avec l’Inde se mesurent à l’aune de cet objectif : 2) toutes les institutions du Tibet en exil œuvrent à la concrétisation de cet objectif ; 3) leurs contacts avec la population indienne, de même que leur participation aux activités de la société indienne, doivent être appréciés par rapport aux possibilités de réalisation de cet objectif97. Et leur volonté d’exclusion découle logiquement de ces trois conséquences.

  • 98 Par exemple, ALAM, Tibetan Society in Exile ; ARAKERI, A.V., Tibetans in India : The Uprooted Peop (...)

70Les interactions n’en sont pas moins inévitables entre les réfugiés tibétains et les populations indiennes locales – en effet, l’isolement des camps de réfugiés n’est pas sans limites, et ce à plusieurs titres. Je tiens à examiner ici l’hypothèse selon laquelle ces interactions diffèrent d’un camp de réfugiés à l’autre, hypothèse qui provient du sentiment largement répandu chez les réfugiés que les relations intercommunautaires sont meilleures à Bylakuppe qu’à Dharamsala, pour prendre deux exemples emblématiques. Ces interactions entre les deux communautés ont fait l’objet de plusieurs enquêtes sociologiques menées notamment, mais non exclusivement, par des sociologues indiens98.

1. Des interactions différentes d’un camp de réfugiés à l’autre

  • 99 PALAKSHAPPA, Tibetans in India, p. 99.

71T.C. Palakshappa examine ainsi, dans son étude de Mundgod, ce mode de contact privilégié des Tibétains avec les Indiens qu’est l’économie, c’est-à-dire, ici, principalement les secteurs de l’agriculture et des services. Ce sont les Indiens qui initient les Tibétains qui viennent d’arriver à Mundgod aux travaux agricoles, mais, par la suite, ce sont les Tibétains qui emploient de la main-d’œuvre indienne à des moments cruciaux du cycle agricole, comme le désherbage, l’ensemencement et la moisson. Les Tibétains vendent le surplus des récoltes sur le marché local, où les Indiens vendent à leur tour aux Tibétains d’autres produits de première nécessité. Les Tibétains n’échappent pas non plus au contact avec les Indiens dans des établissements tels que les banques, les hôpitaux et les écoles, dont le personnel est essentiellement indien. T.C. Palakshappa en conclut que de tels contacts ont beaucoup fait pour l’amélioration des relations intercommunautaires99. Il est vrai que son étude porte sur les premières années qui suivent l’arrivée des Tibétains à Mundgod, mais ses conclusions sur les interactions entre les Indiens et les Tibétains restent encore valables aujourd’hui, à cette différence près que les Tibétains, qui sont désormais aguerris aux travaux des champs, n’ont plus besoin des conseils des Indiens.

72Il ressort pourtant souvent de ces études sociologiques que le problème principal concerne les disparités économiques entre les deux communautés : l’économie constitue certes une passerelle, mais les Indiens et les Tibétains ne sont pas toujours sur un pied d’égalité, et cela crée des tensions. La prospérité économique des réfugiés dérange les populations locales, qui perçoivent ce succès comme une injustice – les Tibétains, contrairement aux Indiens, bénéficient il est vrai d’une aide importante de la part de l’Inde et plus largement de la communauté internationale.

  • 100 KHARAT, Tibetan Refugees in India, pp. 86-87.
  • 101 MORIN, « Nés réfugiés », p. 68.
  • 102 Chauntra est un des villages du camp de réfugiés de Bir.

73Les ressentiments donnent lieu à des accrochages qui peuvent parfois dégénérer – Rajesh Kharat prend comme exemple l’Himachal Pradesh, d’après lui, l’Etat indien le plus propice à ce type de conflits intercommunautaires. Il rappelle, d’une part, que des hordes d’Indiens sont venues dévaster, en 1997 et 1998, des propriétés tibétaines, notamment dans les districts de Gaddi et de Gujjar, suite à quoi les Tibétains n’ont pas hésité à user de méthodes violentes, allant jusqu’à tuer les Indiens responsables, et, d’autre part, que les rivalités entre les gangs de jeunes ont souvent entraîné des heurts violents – en 1999, à Manali, ces heurts se sont conclus par deux meurtres qui n’ont pas encore été élucidés100. Maud Morin, qui a effectué une enquête de terrain à Bir, note, elle aussi, que la coexistence entre Indiens et Tibétains est fragile dans ce village proche de Dharam-sala – certains Tibétains parlent même de véritable poudrière101. Il est vrai que, en 1994, le village de Chauntra102 avait été mis à sac par des Indiens suite à l’échauffourée qui, à Dharamsala, avait conduit à la mort d’un Indien. Le gouvernement en exil a depuis multiplié les efforts pour améliorer la situation, mais l’impression persiste, chez les uns comme chez les autres, que les relations intercommunautaires restent particulièrement tendues en Himachal Pradesh.

  • 103 SHEKHAWAT, Prahlad Singh, « McLeod Ganj : A Cross-Cultural Town in India », Tibetan Review (New De (...)
  • 104 WANGDI, Yosay, « Dharamsala : Hub of Cultural Globalization », Tibetan Review (New Delhi), 39, n° (...)

74Pourquoi y a-t-il autant de problèmes à Dharamsala, et, plus généralement, en Himachal Pradesh ? Dharamsala, « one of the most cross-cultural towns [in India] », pour Prahlad Singh Shekhawat103, et, une décennie plus tard, pour Yosay Wangdi, « [a] hub of cultural globalization »104, se caractérise avant tout par une évolution multiculturelle. K. Dhondup évoque à cet égard deux Dharamsalas : le Dharamsala d’aujourd’hui et, surtout, le Dharamsala du passé, qui a bel et bien disparu.

  • 105 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n (...)

There was a different Dharamsala, suffused with the presence of the Dalai Lama, who was experimenting with different ideologies and ideas to uplift the Tibetans, encouraging and inspiring the young to come forward with ideas of democracy, free-dom, intellectualism, of mixing Buddhism with Marxism, of universal brotherhood, of middle path and compassion in practice.[…] But that Dharamsala, which no one seemed to reach or relate to except the Tibetans, a Dharamsala which was real only in the minds of Tibetans, seems to have vanished like the summer rainbow105.

75Le tourisme dont bénéficie la ville entraîne une plus grande mixité : les Tibétains y côtoient des Indiens et des Occidentaux à longueur d’année. Mais, comme le remarquait déjà Prahlad Singh Shekhawat, les effets sur l’identité tibétaine n’en sont pas seulement bénéfiques :

  • 106 SHEKHAWAT, Prahlad Singh, « McLeod Ganj : A Cross-Cultural Town in India », Tibetan Review (New De (...)

There is at present some sort of identity problem among the Tibetan community. […] There can be a healthy impact of Western travellers on local youth in the sense that they can learn about other cultures and places and accept their positive elements. Yet without understanding the context of Western culture and being tied to their own community and cultural upbringing, they can become confused and alienated from their own culture which the Tibetans in exile feel duty-bound to preserve106

  • 107 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n (...)
  • 108 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n (...)

76Le tourisme a également un impact sur les relations que les réfugiés entretiennent avec la population locale – en effet, l’argent coule à flots à mesure que les touristes débarquent à Dharamsala, ce qui crée des inégalités de plus en plus grandes entre les deux communautés. Comme le rappelle K. Dhondup, dans un article où il analyse les raisons à l’origine des émeutes antitibétaines qui ont eu lieu à Dharamsala en avril 1994 suite au meurtre d’un jeune indien de la tribu locale Gaddi par un étudiant tibétain du Arts and Metalcrafts Centre, les réfugiés tibétains en sont venus à oublier qui ils étaient, c’est-à-dire, avant tout, des réfugiés dont la population locale attend qu’ils se comportent comme tels. « The whole incident was a rude awakening for the Tibetans in Dharamsala: An awakening to a reality long suppressed or simply forgotten. Tibetans have come as refugees and are expected to live as refugees »107. Les réfugiés de Dharamsala sont devenus riches, parfois même très riches, grâce à l’argent du tourisme, ce qui a d’autant plus attisé les convoitises des populations locales que la prospérité économique ne colle pas à l’image traditionnelle du réfugié. K. Dhondup estime d’ailleurs que les conditions étaient réunies pour qu’un incident de ce type ait lieu: « The smallness of the place, the petty mentality, the rising profile and economic prosperity of the Tibetans which some have always flaunted, do not go well together »108. Les populations indiennes locales, qui, il y a une cinquantaine d’années, ont abandonné une ville dont elles jugeaient qu’elle était probablement sans avenir, désirent en effet revenir ; mais, entretemps, les réfugiés tibétains ont pris possession de Dharamsala. Il est vrai que l’impression qui ressort est qu’ils y vivent en maîtres : ce sont notamment eux qui possèdent les magasins, qu’ils louent, pour bon nombre d’entre eux, à des commerçants indiens, ce sont également eux qui emploient des serveurs indiens dans les restaurants tibétains et ce sont encore eux qui font venir des maçons indiens pour la construction ou la rénovation de monastères tibétains. Il est peut-être difficilement supportable pour les Indiens de voir que les Tibétains font fortune en Inde – surtout s’ils ont l’impression qu’ils s’enrichissent à leurs dépens, ce qui est le cas à Dharamsala.

  • 109 KHARAT, Tibetan Refugees in India, p. 87.
  • 110 MORIN, « Nés réfugiés », p. 69.
  • 111 MORIN, « Nés réfugiés », p. 70.

77Et il n’y a pas que les disparités économiques qui posent problème, puisque, plus récemment, les populations locales ont développé un sentiment d’isolement inversé en réaction à la présence de nombreux réfugiés. Ce que remarquent Rajesh Kharat109, mais également Maud Morin, pour qui la création d’un nouveau groupe de pression, une association de préservation de la culture indienne de Bir, n’a rien d’anodin110. Les Indiens voient d’un mauvais œil le délitement de la culture traditionnelle, qu’ils attribuent aux Tibétains qui, parce qu’ils s’habillent de plus en plus à la mode occidentale et qu’ils attirent nombre d’étudiants et de touristes étrangers, auraient une influence néfaste sur la nouvelle génération d’Indiens. Maud Morin cite un réfugié de Bir pour qui les ressentiments accumulés par la population locale n’augurent de rien de bon : « Tension is going up. They keep all this inside… One day I’m afraid it is going to explode »111. A Bir, et plus généralement dans l’Himachal Pradesh, des tensions d’ampleur variable sont ainsi perceptibles même si, dans l’ensemble, les Tibétains préfèrent minimiser l’importance des problèmes.

  • 112 Il est vrai que, lorsqu’il n’y a pas de camps de réfugiés à proprement parler, mais des Tibétains (...)

78La coexistence entre les deux communautés n’est toutefois pas aussi problématique ailleurs en Inde, comme le laissaient d’ailleurs augurer les propos de T.C. Palakshappa sur Mundgod. Il est également significatif que les responsables des camps de réfugiés de Bylakuppe, mais également de Gangtok, de Ravangla, de Darjeeling ou de Choglamsar112, tiennent à voir dans les rapports intercommunautaires à Dharamsala une anomalie. A Bylakuppe, par exemple, les responsables du camp de réfugiés parlent d’une bonne atmosphère entre Indiens et Tibétains. Il y a certes eu quelques incidents isolés, mais, dans l’ensemble, les deux communautés s’entraident – la plupart des réfugiés tibétains parlent le kanada, le dialecte du Karnataka, les chauffeurs de rickshaw ont appris le tibétain et des instituteurs indiens enseignent à l’école tibétaine. Et Bylakuppe est aussi le camp de réfugiés où a été recréé le monastère de Sera – il est probable que la présence de nombreux moines ait une influence bénéfique sur l’atmosphère qui y règne. Il y a là une sorte d’invitation à la spiritualité qui peut être ressentie comme telle par les populations locales – bref, c’est tout un état d’esprit qui est propice à l’apaisement des tensions. Et le dynamisme de Bylakuppe, qui se traduit régulièrement par de nouvelles constructions, notamment de monastères, participe sans doute de la bonne atmosphère, d’autant que les populations locales en tirent également des bénéfices.

  • 113 Deux exemples qui montrent que l’intérêt du peuple de l’Inde pour la cause du Tibet est inégal sui (...)
  • 114 Je fais cette déduction des réponses obtenues aux deux questions de mon questionnaire tirées de la (...)
  • 115 Même s’il n’est pas possible d’obtenir des données exactes, les réponses des responsables tibétain (...)

79Les relations entre les deux communautés sont également bonnes, voire excellentes, à Gangtok, Ravangla et Darjeeling, ce qui, pour les responsables tibétains, s’explique notamment par une présence tibétaine qui remonte à une période antérieure à l’exil et par l’omniprésence du bouddhisme, au Sikkim plus encore qu’au Bengale. Le responsable du camp de réfugiés de Choglamsar parle, lui aussi, de relations amicales entre Indiens et Tibétains – d’après lui, tous les habitants du Ladakh, les bouddhistes, mais aussi les musulmans, ont pris fait et cause pour les Tibétains, en témoigne l’existence du Ladakh Buddhist Support Group et de l’Himalayan Support Group for the Tibetan Cause113. Il est évidemment possible que les responsables tibétains minimisent les heurts pour, au contraire, mettre l’accent sur la bonne entente qui existe entre les deux communautés, ne serait-ce que pour donner une image idyllique de l’intégration des réfugiés tibétains en Inde. Et, s’il est vrai que les relations entre Indiens et Tibétains sont plutôt bonnes dans les camps de réfugiés considérés ici, notamment par rapport à Dharamsala, il est toutefois indéniable que les Indiens et les Tibétains ne sont pas aussi proches que voudraient le laisser entendre les responsables tibétains que j’ai interrogés – par exemple, cette prétendue proximité ne se traduit ni par le développement d’amitiés durables114 ni par la conclusion de mariages mixtes115.

  • 116 Le commerce des vêtements est plus connu sous l’expression anglaise de « sweater business »

80Les interactions dépassent toutefois le cadre des rapports particuliers que les réfugiés tibétains et les populations indiennes entretiennent aux alentours des camps de réfugiés. Je retiendrai ici deux exemples de la nécessaire intégration des Tibétains, à savoir, l’armée et le commerce des vêtements116.

2. Deux exemples d’intégration : l’armée et le commerce des vêtements

  • 117 Voir le site de l’IndoTibetan Border Police : http://itbpolice.nic.in/
  • 118 Ils sont d’autant mieux vus par la population indienne qu’ils participent ainsi de manière directe (...)

81La création de l’unité spéciale Unit 22 après la guerre de 1962 a constitué pour certains réfugiés tibétains une opportunité de participer de manière indirecte à la lutte pour l’indépendance du Tibet – mais, peut-être plus encore que cela, elle leur a permis de s’intégrer à la société indienne. Ils sont, encore aujourd’hui, regroupés dans certaines unités spéciales, comme l’Indo-Tibetan Border Police117, mais leur simple présence dans l’armée indienne, ou, plus exactement ici, dans une unité paramilitaire, favorise les rapprochements entre les deux communautés, et c’est sans compter leurs nombreux faits d’armes, notamment, pour l’unité spéciale Unit 22, dans la guerre qui a opposé l’Inde au Pakistan en 1971118. L’Indo-Tibetan Border Police, contrairement à la Special Frontier Force, dont il est difficile de savoir ce qu’elle est devenue, est encore bien active : bien qu’elles aient évolué au fil des années, ses fonctions comprennent toujours une dimension sécuritaire de la plus haute importance – les bataillons sont déployés le long de la frontière entre l’Inde et la Chine, du Ladakh (Karakoram Pass) à l’Arunachal Pradesh (Diphu La), couvrant au total 3488 kilomètres à des altitudes allant de 2790 à 5735 mètres. Et la Special Frontier Force serait devenue, pour Bhuchung Tsering, une source d’entraînement moral et physique pour plusieurs centaines de jeunes réfugiés. Il décrit ainsi l’effet que les cadets produisent sur la communauté tibétaine :

  • 119 TSERING, Bhuchung K., « A Force to Reckon With », Tibetan Review (New Delhi), 36, n° 2 (February 2 (...)

These crewcut sturdy individuals would come to the settlement for their annual vacation bringing not only such things as Panasonic transistors, Alsatian dogs and other stuffs [sic] but a whole new way of life. […] They would speak among themselves in Hindi, buy brand new bicycles (the status symbol then) for their family members and virtually be followed with awe by the settlement girls119.

82Cette description quelque peu grandiloquente et romancée laisse à penser que les jeunes réfugiés de la Special Frontier Force, qui sont immergés dans l’armée indienne, constituent, de par leur hybridation, une sorte de lien privilégié entre, d’une part, les réfugiés tibétains qui vivent dans les camps de réfugiés, et, d’autre part, la société indienne.

  • 120 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n (...)
  • 121 MORIN, « Nés réfugiés », p. 56.
  • 122 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n (...)

83Le commerce des vêtements, qui dure trois mois et qui constitue une importante source de revenus, oblige les Tibétains à quitter les camps de réfugiés pour partir à l’assaut des villes indiennes, dans l’espoir de vendre aux Indiens toutes sortes de vêtements bon marché, y compris des pulls et des sweatshirts – d’où le nom de « sweater business » pour parler de ce commerce saisonnier qui se déroule sur les mois d’hiver. K. Dhondup le décrit ainsi: « One enterprising Tibetan after another went down to Ludhiana or some such cities and towns, and bought wholesale winter sweaters and cardigans, hauled them in overcrowded trains and buses, on their backs and shoulders, through high hills and low plains, to almost every corner of India, and sold them during the cold winter days »120. L’économie intervient ici encore pour favoriser les interactions entre Indiens et Tibétains, non plus cette fois à une échelle locale, mais à l’échelle nationale, puisque les Tibétains parcourent littéralement l’Inde. Les perspectives d’emploi dans les camps de réfugiés étant de plus en plus limitées, on l’a vu, les jeunes réfugiés sont forcés de chercher ailleurs d’autres sources de revenus – le commerce des vêtements constitue donc, pour eux, un moyen de gagner rapidement beaucoup d’argent. S’ils passent ainsi l’essentiel de leur temps dans les camps de réfugiés – à Bir, par exemple, Maud Morin note que « [les jeunes Tibétains] dorment comme des ours polaires pendant neuf mois en attendant la saison du sweater business »121–, ils sortent pourtant trois mois par an pour faire des affaires avec l’ensemble de la population indienne. Et, à en croire K. Dhondup, ils partent nombreux – d’après lui, c’est en effet la moitié des réfugiés de Dharamsala, de Manali, de Bylakuppe, de l’Orissa et de beaucoup d’autres camps de réfugiés qui se lancent en hiver dans le commerce des vêtements122. Et, pendant ce court laps de temps, les interactions entre Indiens et Tibétains ont lieu au quotidien.

  • 123 Ces informations sont tirées des entretiens effectués dans les deux stations balnéaires du Kerala, (...)

84Il est vrai que des réfugiés tibétains se retrouvent également, depuis peu, dans des endroits touristiques pour vendre de l’artisanat traditionnel non plus, ou non plus seulement, à la population indienne, mais aussi aux touristes occidentaux. Je retiendrai ici deux exemples, Varkala et Kovalam, deux stations balnéaires du Kerala. Il s’agit d’un commerce saisonnier qui s’étale sur une période pouvant aller jusqu’à neuf mois au cours desquels les Tibétains se retrouvent avec des Indiens venus de toute l’Inde pour vendre des souvenirs aux Occidentaux. Les interactions entre les deux groupes de marchands ne sont toutefois pas tellement fréquentes – les réfugiés tibétains, même s’ils proviennent de camps de réfugiés différents, ont ainsi tendance à rester entre eux. C’est encore plus vrai à Kovalam, où les magasins de souvenirs tibétains, qui sont beaucoup moins nombreux qu’à Varkala, sont presque tous tenus par les membres d’une même famille123.

85Ces interactions entre Indiens et Tibétains sont-elles une bonne chose pour les Tibétains ? Une tension bien réelle entre le délitement de la communauté tibétaine et l’intégration plus poussée à la société indienne est indéniablement perceptible à travers les deux exemples analysés ici. Il ne reste plus, dans certains camps de réfugiés, comme à Ravangla, à en croire les responsables tibétains, que les femmes, les enfants et les vieillards, et ce pendant une bonne partie de l’année, du fait que les maris travaillent dans l’armée et que les jeunes sont pris par le commerce des vêtements. Une intégration plus forte à la société indienne doit-elle s’accompagner d’un affaiblissement de la cohésion de la communauté tibétaine ? Des questions se posent, telles que : qui fait réellement partie de la communauté ? et surtout, qu’en est-il des absents ? Font-ils toujours partie de la communauté ? Ont-ils été exclus ? Ou bien se sont-ils exclus d’eux-mêmes ? Les réfugiés sont ainsi amenés à prendre conscience de l’importance de la vie en communauté au regard des objectifs du Tibet en exil – et, particulièrement, de l’objectif de maintien, ou de développement, d’une identité nationale.

  • 124 MORIN, « Nés réfugiés », p. 119. Pema précise ainsi : « I never feel that I belong to India » et L (...)
  • 125 MORIN, « Nés réfugiés », p. 121. Il s’agirait là d’une référence à un discours qu’aurait tenu Soni (...)
  • 126 MORIN, « Nés réfugiés », p. 123.
  • 127 « Happy in Tibet, but not Unhappy in India », Tibetan Review (New Delhi), 36, n° 11 (November 2001 (...)

86Les deux exemples permettent toutefois également de mieux comprendre certains comportements de réfugiés qui prennent fait et cause pour l’Inde notamment lors d’événements à portée nationalisante forte. Maud Morin a ainsi étudié la coupe du monde de cricket à titre d’exemple des sentiments possibles des réfugiés envers l’Inde. Elle constate que beaucoup aiment que ce soit l’Inde qui gagne, mais elle admet également que, contrairement à ce qu’elle avait d’abord supposé, ils ne se sentent pas pour autant indiens, ce que certains d’entre eux tiennent à préciser124. L’identification des réfugiés tibétains à l’Inde n’en est pas moins troublante pour Maud Morin. Elle est encore plus surprise par la réaction spontanée d’un réfugié au cours d’une discussion qui tournait autour de troubles récents au Cachemire : « I hate Pakistan ». Elle l’interroge sur les raisons d’une telle position dans une conversation qu’elle rapporte ainsi : « Because they did war two times with us… » « But you are not Indian… why do you feel like that? » « I was borned [sic] in India, raised in India, I had food in India, I get educated in India […] so my blood is Indian!!! That’s why I cannot like Pakistan [sic] »125. Les autres réfugiés interrogés, sans aller aussi loin, admettent également une certaine sympathie à l’égard de l’Inde qui peut se résumer dans la réponse proposée par l’un d’eux : « India is our second motherland ». Et ce sentiment d’appartenance à une deuxième nation concurrente au Tibet s’expliquerait notamment, pour Tashi, par un sens du devoir exacerbé – « After Tibet, it’s India that we love because we live here. It’s our duty to make a better ourselves for India. We have to make good things [sic] ». Maud Morin conclut toutefois qu’il s’agit là d’une identification à l’Inde-culture plutôt qu’à l’Inde-nation pour les réfugiés tibétains interrogés, et ce malgré certaines réactions extrêmes que j’ai reprises ici126. Le fait est que, comme le précise l’un d’entre eux, les Tibétains en sont venus à se plaire en Inde127.

  • 128 L’intégralité de la liste des comportements est disponible dans l’article de William Safran : SAFR (...)

87Ce type de réactions amène toutefois un certain nombre de questions sur l’intégration des réfugiés tibétains en Inde : cette intégration constituetelle un danger pour le nationalisme ? Ce dédoublement des allégeances nationales n’affectetil pas le devoir patriotique des réfugiés tibétains envers la nation ? Ne sontils pas en train de perdre de vue leur objectif premier, à savoir, la lutte pour l’autonomie, voire l’indépendance, du Tibet ? Il s’agit là de questions qui ne sont pas propres aux réfugiés tibétains, mais qui peuvent s’appliquer à tous les réfugiés qui s’interrogent sur le niveau d’intégration maximum à atteindre dans une société d’accueil donnée. William Safran, un spécialiste du phénomène diasporique, parle à cet égard de degré de diasporacité. Il envisage ainsi, dans l’ordre croissant, toute une série de comportements qui, pour lui, témoignent du niveau d’intégration d’une diaspora donnée. Il évoque, entre autres, de vagues traditions familiales, un sens aigu des origines, un intérêt manifeste pour le destin du pays d’origine, un désir d’influencer favorablement le pays d’accueil dans sa politique à l’égard du pays d’origine, la volonté d’aller se battre pour le pays d’origine et le désir de retourner dans le pays d’origine128. Le degré de diasporacité entre en jeu dans la relation triangulaire entre la diaspora, le pays d’accueil et le pays d’origine : l’intégration de la diaspora dans le pays d’accueil peut se concevoir d’autant plus facilement que le degré de diasporacité de la diaspora est faible et, à l’inverse, un degré de diasporacité élevé, qui va de pair avec un lien fort envers le pays d’origine, peut empêcher une intégration poussée de la diaspora dans le pays d’accueil. Or, il semble que les réfugiés tibétains éprouvent le besoin de préserver à tout prix des liens forts avec le Tibet, besoin qui provient notamment du sentiment que l’identité tibétaine est en danger au Tibet même. Et cela ne peut se concevoir que si le degré de diasporacité reste très élevé dans la diaspora tibétaine, et particulièrement en Inde où elle est plus présente qu’ailleurs ; les réfugiés tibétains font ainsi montre d’une volonté très forte de résister à toute intégration, et, a fortiori, à toute assimilation, à l’Inde.

88Il semble que, pour la nation tibétaine, les risques de l’intégration à la société indienne soient de deux sortes : 1) un risque physique, avec des camps de réfugiés qui se vident à certains moments de l’année – car, même si le principe de la communauté imaginée (et donc, largement imaginaire) telle que la conçoit Benedict Anderson fonctionne précisément en l’absence d’une proximité physique ininterrompue des membres de la communauté, la possibilité d’imaginer la communauté nationale paraît plus forte, dans le cas tibétain, lorsque les membres de la communauté vivent effectivement ensemble ; 2) un risque psychologique, puisque les contacts intercommunautaires entraînent chez les réfugiés tibétains toutes sortes de sentiments mélangés, à commencer par une forte solidarité avec la société indienne qui se situe parfois à la limite du dédoublement d’allégeance.

89L’attitude du pays d’accueil est également susceptible de jouer un rôle sur l’assimilation ou sur l’intégration possible de la diaspora – mais l’Inde constitue à cet égard un exemple de tolérance envers les diverses minorités nationales, y compris les communautés de réfugiés, qui vivent sur son territoire. Elle est ainsi prête à accepter, toutes proportions gardées, des allégeances multiples, pour ses propres minorités nationales, et, a fortiori, pour ses communautés de réfugiés. Elle ne risque donc pas de faire pression pour une assimilation totale des réfugiés tibétains ; bien au contraire, ce sont avant tout les réfugiés tibétains qui décident du niveau d’intégration qu’ils veulent atteindre dans la société indienne.

3. Visions tibétaines de l’Inde

90Mais, en sus des relations des Tibétains avec les Indiens, que ce soit au niveau local ou au niveau national, se pose aussi la question de l’impression que les Tibétains ont de l’Inde, c’est-à-dire, ici, l’Inde officielle. Je me suis ainsi interrogée plus spécifiquement sur la manière dont les réfugiés jugent l’attitude de l’Inde à leur égard, et, plus largement, à l’égard de la cause tibétaine. Que pensent-ils de l’Inde ? Se sentent-ils appuyés, ou, au contraire, abandonnés ? Ont-ils l’impression que l’Inde les aide ou, au contraire, les gêne dans leur lutte pour l’autonomie, voire pour l’indépendance, du Tibet ? Quelle marge de manœuvre ont-ils réellement ? Et comment le vivent-ils ? Tenzin Gyatso fait preuve d’une grande compréhension à l’égard de l’Inde, mais qu’en est-il de l’ensemble des réfugiés ? Je pars ici de l’hypothèse qu’ils se rangent, peut-être par mimétisme, à l’attitude de Tenzin Gyatso.

  • 129 Ces questions sont tirées de la rubrique « Host Country », consacrée à l’Inde, de mon questionnair (...)
  • 130 Les deux premières questions étaient formulées ainsi : « 1) Would you say that the Indian governme (...)
  • 131 D’autres réfugiés tibétains de Dharamsala présentaient des arguments similaires, à l’instar de Tse (...)

91Je leur ai posé plusieurs questions qui visaient à déterminer leur sentiment à l’égard de l’Inde129. Les réponses obtenues n’ont toutefois pas entièrement correspondu à mes prévisions. Toutes les personnes interrogées, sans exception, étaient bien d’avis que l’Inde avait fait beaucoup pour les réfugiés tibétains – certaines d’entre elles estimaient même qu’elle avait fait tout son possible. Mais les deux critiques auxquelles je m’attendais, à savoir, la distinction entre un soutien économique fort et un faible soutien politique, ainsi que l’évolution de l’attitude de l’Inde vers une prise en compte moins importante des attentes des réfugiés tibétains, ne sont pas venues aussi spontanément que je l’avais prévu, alors même que les questions concernées étaient, d’après moi, formulées de telle façon à inciter les personnes interrogées à émettre de telles critiques130. Nombreux son ceux qui, malgré mes insinuations, ont catégoriquement refusé d’admettre que l’Inde en faisait aujourd’hui moins pour les réfugiés tibétains, bien au contraire. Il n’y a que Thubten D., de New Delhi, pour estimer que: « Now there are signs of restricting Tibetans to engage in political activities, it was not like that before! » En revanche, près de la moitié d’entre eux, parfois parce que je les incitais à envisager une telle distinction, a fini par admettre qu’il y a toujours eu de la part de l’Inde un manque de soutien politique pour la cause tibétaine. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est que la plupart de ceux qui se sont permis cette critique ont également, dans la foulée, trouvé des excuses à l’Inde. Ils ont fait part de regrets, relatifs notamment aux restrictions entourant le droit à manifester et aux difficultés liées au statut de réfugiés, mais ils ont émis un certain nombre d’excuses, qui tournaient autour des intérêts de l’Inde – Tenzin D., de Bylakuppe, estime ainsi que : « They are not helping us politically, but they have their own national interest to think of ! », tandis que Karma C., de Dharamsala, tient à préciser que : « They have been very generous, but they have their own laws, duties and responsibilities, so it is right that they should stop us from time to time », ce qui rejoint l’argument de Dawa C., de Darjeeling, pour qui : « India has its own interests which cannot be compromised by a handful of refugees »131.

92Mais d’autres remarques, qui permettent de mieux comprendre le sentiment général des réfugiés à l’égard de l’Inde, méritent d’être commentées ici. Dolma Y., de New Delhi, résume ainsi: « They have done a lot for us, I do not know if they could have done more, we are just thankful for what they have done – of course it would be nice if they decided to support more openly our cause ». Rinchen S., de Dharamsala, précise: « They have done much for us. They could not have done more. They have to take into account their own interests. They have always supported us inwardly ». Tseten R., de Gangtok, apporte une distinction intéressante: « They are helping the people of Tibet but not the cause of Tibet! » Sherab P., de Choglamsar, estime que: « They did (and they are still doing) a lot for us, we are thankful, they will do more when the time comes ». Nous retrouvons là plusieurs idées consensuelles : 1) des remerciements, qui rejoignent l’idée, exprimée clairement, elle aussi, que l’Inde a fait, et fait toujours, énormément pour les réfugiés ; 2) la question du niveau de l’aide apportée par l’Inde : deux réactions possibles sont représentées ici, à savoir, le doute – « I do not know if they could have done more » – et la certitude que l’Inde a fait tout son possible – « They could not have done more » ; 3) la critique qui se rapporte à la distinction entre les deux types de soutien que l’Inde a apporté, ou non, aux réfugiés – la remarque de Tseten R., de Gangtok, est intéressante à cet égard, puisqu’elle établit une distinction similaire, entre le peuple tibétain – une référence à l’aide de nature économique et sociale – et la cause tibétaine – une référence à l’absence de soutien politique ; 4) l’ébauche d’une autre distinction, entre un soutien officiel et un soutien officieux, qui est à l’avantage de l’Inde – il n’y a, pour Rinchen S., de Dharamsala, pas de doute à propos de l’Inde, elle aurait toujours soutenu la cause tibétaine, même si elle n’a pas toujours pu le faire ouvertement ; 5) la certitude, exprimée par Sherab P., de Choglamsar, que l’Inde aiderait davantage les réfugiés, si le besoin devait s’en faire un jour sentir ; 6) le flou qui porte sur la distinction entre l’Inde-peuple et l’Inde-gouvernement – il est en effet difficile de déterminer si leur appréciation du rôle de l’Inde porte davantage sur le gouvernement que sur le peuple indien, à moins qu’ils n’envisagent simplement l’Inde comme un tout. Et ce sont toutes ces idées relativement consensuelles qui m’amènent à penser que les réponses données sont assez représentatives de l’état d’esprit de l’ensemble des réfugiés tibétains par rapport au rôle que joue l’Inde.

93Reste une question en suspens : indépendamment des perceptions des réfugiés que j’ai interrogés ou qui se sont exprimés dans la Tibetan Review, entre autres publications tibétaines, le fait que le nationalisme tibétain se soit développé en Inde constitue-t-il un avantage ou un inconvénient ? La réponse mérite d’être nuancée. Elle est en effet différente selon qu’on retient le rôle joué par le gouvernement ou par le peuple, qui ne sont pas soumis aux mêmes contraintes : le peuple, qui a témoigné à plusieurs reprises sa sympathie à l’égard des réfugiés, peut parfois soutenir le nationalisme tibétain, même dans ses revendications les plus extrêmes, tandis que le gouvernement n’a jamais soutenu les revendications indépendantistes des réfugiés, et ce, même au moment le plus tendu des relations sino-indiennes, soit juste après la guerre de 1962 ; mais les effets du soutien du peuple restent minimes, tandis que l’interdiction faite par le gouvernement à Tenzin Gyatso, et qui s’étend à tous les autres réfugiés, de s’engager dans des activités politiques, c’est-à-dire, nationalistes, constitue une contrainte forte. L’Inde est donc loin de constituer un contexte idéal, ou le contexte idéal, pour l’expression du nationalisme tibétain ; cela étant, la politique d’aide mise en place par le gouvernement a permis aux réfugiés tibétains de vivre dans des structures qui étaient, elles, particulièrement favorables au développement d’une identité nationale forte, de même que le soutien du peuple a, du moins dans les premiers temps, contribué à créer une atmosphère de sympathie propice à l’essor du nationalisme tibétain.

94La question se pose pourtant de l’opportunité, aujourd’hui, pour les réfugiés tibétains en Inde, de continuer à vivre isolément dans des structures telles que les camps de réfugiés. S’agit-il là de la meilleure situation possible pour l’expression du nationalisme tibétain ? C’est bien là tout l’enjeu des débats liés au maintien du statut de réfugié et au projet de réinstallation aux Etats-Unis. Les réfugiés ont-ils encore raison de croire que l’Inde, et, en Inde, la structure particulière des camps de réfugiés, est la (seule) solution pour le nationalisme tibétain ? N’ont-ils pas intérêt, désormais, à considérer également d’autres options, à commencer par une dispersion plus large de la diaspora tibétaine, notamment vers des Etats, comme les Etats-Unis, où les possibilités d’expressions pour les mouvements nationalistes sont beaucoup plus nombreuses ?

Notes

1 Je parle ici de contexte ou de lieu pour envisager l’impact que l’Inde a sur le nationalisme tibétain, ou, plus généralement, sur la politique tibétaine. Ces termes ont essentiellement pour fonction de servir de point de départ à l’analyse – ils ne tiennent pas nécessairement compte de l’ampleur de l’impact que l’Inde peut avoir sur la politique tibétaine et, surtout, ils ne doivent pas empêcher qu’au fur et à mesure de l’analyse, l’Inde apparaisse parfois davantage comme un véritable acteur du nationalisme tibétain, au même titre que les autres acteurs présentés dans les chapitres précédents, plutôt que comme un simple lieu ou contexte.

2 L’adjectif « intercommunautaire » est utilisé ici pour désigner les relations entre les deux communautés, ou les deux types de populations, en présence, c’est-à-dire, d’une part, les réfugiés tibétains qui vivent en Inde, et, d’autre part, la population indienne dans son ensemble. Les relations intercommunautaires se manifestent ainsi à plusieurs niveaux, qui interagissent, à savoir, notamment, les niveaux économique, social, culturel et politique.

3 Plus connue sous les versions originales de « Tibet Issue » ou de « Tibet Question » qui apparaissent dans de nombreuses publications officielles.

4 Cette relation triangulaire constitue l’un des aspects théoriques les plus intéressants sur lequel se sont penchés de nombreux spécialistes des diasporas. Je retiendrai ici les définitions de Kim Butler, qui identifie trois agents dans la formation et dans le développement des diasporas, à savoir, « the homeland, the hostlands and the diasporan group itself », de Steven Vertovec, qui évoque « a triadic relationship’ among (a) globally dispersed yet collectively self-identified ethnic groups, (b) the territorial states and contexts where such groups reside, and (c) the homeland states and contexts whence they or their forebears came » et de Gabriel Sheffer, qui mentionne « the inseparable links between diasporas and their entire nation, and their real or imagined national-states and host national-states ». (BUTLER, Kim, « Defining Diaspora, Refining a Discourse », Diaspora, 10, n° 2 (Fall 2001), p. 206, VERTOVEC, Steven « Three Meanings of “Diaspora”, Exemplified among South Asian Religions », Diaspora, 6, n° 3 (Winter 1997), pp. 277-299 p. 279 et SHEFFER, Gabriel, Modern Diasporas in International Politics, London, Croom Helm, 1986, p. 3) Voir également BADIE, Bertrand, « Le jeu triangulaire », in BIRNBAUM, Pierre (dir.), Sociologie des nationalismes, Paris, Presses universitaires de France, 1997, pp. 447-462.

5 YANG, Yun-yuan, « Controversies over Tibet : China versus India, 1947-49 », China Quarterly, n° 11 (September 1987).

6 « The Government of India feels that military action on the eve of a decision by the General Assembly will have serious consequences and will give powerful support to those who are opposed to the admission of the People’s Government to the United Nations and the Security Council. » (cité dans DEEPAK, B.R., India and China 1904-2004 : A Century of Peace and Conflict, New Delhi, Manak, 2005, p. 130)

7 La décision de remettre à plus tard la considération de la question du Tibet dans l’enceinte des Nations Unies serait imputable aux analyses des membres de la mission indienne – d’après eux, il existe encore une possibilité de résolution pacifique de la question du Tibet. (Voir télégramme 793B.00/11-2550 du 28 novembre 1950 in Foreign Relations of the United States, 1950, vol. 6, East Asia and the Pacific, p. 583)

8 Voir ce qu’il en dit dans sa première autobiographie. (DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 86) Il est toutefois intéressant de noter que ces griefs n’apparaissent plus dans sa deuxième autobiographie. (DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 91)

9 DUNHAM, Mikel, Mikel, Buddha’s Warriors : The Story of the CIA-Backed Tibetan Freedom Fighters, the Chinese Invasion, and the Ultimate Fall of Tibet, New York, Penguin, 2004, p. 87.

10 Voir télégramme 320/11-1650 du 16 novembre 1950. (Foreign Relations of the United States, 1950, vol. 6, East Asia and the Pacific, pp. 577-578)

11 DUNHAM, Mikel, Buddha’s Warriors, p. 88.

12 Minute from Mr. Lloyd to Mr. Dening [FT 10310/14] in Documents on British Policy Overseas, Series 2, vol. 4, p. 91. Voir également ce qu’en dit Mikel Dunham. (DUNHAM, Mikel, Buddha’s Warriors, p. 89)

13 « Agreement Between the Republic of India and the People’s Republic of China on Trade and Intercourse Between Tibet Region of China and India », http :// www.tibetjustice.org/materials/china/china4.html.

14 Ces cinq principes de coexistence pacifique sont les suivants : « 1. Mutual respect of each other’s territorial integrity and sovereignty ; 2. Mutual nonaggression ; 3. Mutual noninterference in each other’s internal affairs ; 4. Equality and mutual benefit ; and 5. Peaceful coexistence. » (KARNIK, V.B. (éd.), China Invades India : The Story of Invasion against the Background of Chinese History and Sino-Indian Relations, Bombay, Allied Publishers, 1963, pp. 151-152).

15 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, pp. 137138 ; DALAILAMA, My Land and my People, p. 120.

16 Des émigrés tibétains, qui s’occupaient essentiellement du commerce entre l’Inde et le Tibet, s’étaient établis en Inde, et, notamment, à Kalimpong, au début du xxe siècle.

17 DEEPAK, India and China 1904-2004, p. 167172. B.R. Deepak reprend les éléments les plus intéressants du discours que Mao Zedong à ce sujet a tenu lors du deuxième plenum du huitième congrès du comité central en novembre 1956.

18 « Pénétré de l’idée que, comme le dit un proverbe tibétain, il vaut mieux se tenir éloigné de la prison dont on a réussi à s’échapper, je commençais à penser sérieusement à rester en Inde. » (DALAI-LAMA, Au loin la liberté, 1990, p. 170) Voir également DALAILAMA, My Land and my People, p. 147.

19 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, pp. 170-171.

20 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 153. Mikel Dunham ajoute que cette décision a été avalisée par les deux oracles, les oracles de Nechung et de Gadong, lors du séjour de Tenzin Gyatso à Kalimpong – un détail que Tenzin Gyatso ne mentionne pas dans ses autobiographies. (DUNHAM, Buddha’s Warriors, p. 186)

21 NORBU, Dawa, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », Asian Survey, 37, n° 11 (November 1997), pp. 1078-1095, pp. 1086.

22 Voici la version qu’en donne Tenzin Gyatso : « My colleagues and I welcome you and send you greetings on your safe arrival in India. We shall be happy to afford the necessary facilities for you, your family, and entourage to reside in India. The people of India who hold you in great veneration will no doubt accord their traditional respect to your personage. Kind regards to you. » (DALAILAMA, My Land and my People, p. 217) Voir également DALAILAMA, Au loin la liberté, p. 207.

23 Mikel Dunham revient brièvement sur le rôle que les deux Tibétains entraînés par la Central Intelligence Agency, Athar et Lhotse, ont joué au cours du périple de Tenzin Gyatso, et, finalement, sur le rôle que les Etats-Unis ont joué ; il semblerait que la demande d’asile de Tenzin Gyatso ait été transmise à la Maison Blanche par Athar et Lhotse, qui disposaient d’une radio, et que ce soit donc les Etats-Unis qui aient été chargés de la transmettre à Jawaharlal Nehru, ce qu’ils auraient fait très rapidement. (DUNHAM, Buddha’s Warriors, p. 300-302)

24 Tenzin Gyatso reprend les éléments les plus marquants de cet entretien dans son autobiographie. (DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 210-211)

25 Une mesure nécessaire sachant que Mussoorie, où est d’abord domicilié Tenzin Gyatso, est une station de montagne facilement accessible depuis New Delhi, ce qui encourage les journalistes à s’y rendre fréquemment, mais ce qui incite surtout Tenzin Gyatso à entretenir d’étroits contacts avec la presse.

26 La vive réaction de l’agence de presse chinoise Xinhua à la déclaration que Tenzin Gyatso a faite à la presse peu après son arrivée, le 18 avril 1959, ne serait ainsi pas dénuée de tout fondement – pour la Chine, l’affaire est claire, elle n’émane non pas de lui, mais, derrière lui, de l’Inde, une conclusion des plus logiques étant donné qu’elle a été transmise à la presse par le ministère des Affaires étrangères de l’Inde et qu’elle a été diffusée par le service d’information de l’Inde. (DEEPAK, India and China 1904-, pp. 207-210)

27 Il tient une conférence de presse le 20 juin 1959 au cours de laquelle il annonce la formation d’un gouvernement en exil après avoir dénoncé une fois de plus l’accord en dixsept points. Il explique sa déception lorsqu’il reçoit, le soir même, un communiqué du gouvernement lui annonçant le refus de l’Inde de reconnaître le gouvernement en exil qu’il vient de former. (DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 217)

28 DEEPAK, India and China 1904-2004, p. 210.

29 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 215.

30 Voir NYE, Joseph S., Bound to Lead : The Changing Nature of American Power, New York, Basic Books, 1990 et NYE, Joseph S., Soft Power : The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 2004.

31 DIXIT, J.N., Across Borders : Fifty Years of India’s Foreign Policy, New Delhi, Picus Books, 1998, p. 52.

32 Pour Dawa Norbu et Claude Arpi, notamment. (NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality » ; ARPI, Claude, Born in Sin : The Panchsheel Agreement, New Delhi, Mittal Publications, 2004)

33 BHATTACHARJEA, Mira Sinha, « 1962 Revisited », in DESHPANDE, G.P., et ACHARYA, Alka (éd.), Crossing a Bridge of Dreams : Fifty Years of India China, New Delhi, Tulika, 2001, pp. 427445, p. 445.

34 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », respectivement p. 1090 et p. 1092.

35 A propos de l’implication de l’Inde dans la guérilla tibétaine, voir, notamment, les chapitres 14 et 15, intitulés respectivement « The Indians Join the Fight » et « Operations in a New Era », de l’ouvrage de Kenneth Knaus (KNAUS, John Kenneth, Orphans of the Cold War : America and the Tibetan Struggle for Survival, New York, Public Affairs, 1999, pp. 255-291), le chapitre 10, « Last Stand », de l’ouvrage de Mikel Dunham (DUNHAM, Buddha’s Warriors, pp. 351394) et les derniers chapitres de l’ouvrage de Kenneth Conboy et James Morrison (CONBOY, Kenneth, et MORRISON, James, The CIA’s Secret War in Tibet, Lawrence, University of Kansas Press, 2002, pp. 164-253). Lorsque l’ambassadeur américain Loy Anderson propose que les Etats-Unis envoient depuis l’Inde une mission d’information au Tibet, la réponse de Jawaharlal Nehru est claire : « It would do more harm than good… » (DUNHAM, Buddha’s Warriors, p. 53) Et l’Inde maintient a fortiori cette position à propos de toute aide militaire aux Tibétains, de sorte que le soutien des Etats-Unis à la guérilla tibétaine s’opère dans le plus grand secret, puisque même l’Etat sur le territoire duquel toutes ces activités sont organisées ne peut être tenu au courant de quoi que ce soit.

36 Cité dans DUNHAM, Buddha’s Warriors, p. 359.

37 Cité dans DUNHAM, Buddha’s Warriors, pp. 360-361.

38 Chakrata est également le nom de la base militaire où s’entraîne l’unité spéciale Unit 22. Voir le chapitre 13 de l’ouvrage de Kenneth Conboy et James Morrison intitulé « Chakrata » pour de plus amples détails à ce sujet. (CONBOY et MORRISON, The CIA’s Secret War in Tibet, pp. 176-187)

39 Il y a alors trois opérations en cours, à savoir, l’Opération Mustang, un projet de réinfiltration de groupes d’opérateurs radio au Tibet et l’unité spéciale Unit 22 de la Special Frontier Force.

40 KNAUS, Orphans of the Cold War, p. 266

41 Pour les images, voir la version électronique de l’ouvrage de Kenneth Conboy et James Morrison (CONBOY et MORRISON, The CIA’s Secret War in Tibet,), à l’adresse suivante : http ://www.americanbuddha.com/cia.secret.war.htm.

42 Indian Leaders on Tibet, Dharamsala, Department of Information and International Relations, Central Tibetan Administration, 1998, respectivement p. 84, p. 87 et pp. 88-89, pour les citations. La déclaration du représentant de l’Inde auprès des Nations Unies y est présentée dans son intégralité.

43 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », p. 1091.

44 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », pp. 1078-1095.

45 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », p. 1092. Il est vrai que Dawa Norbu a ici pour objectif d’apporter des éclaircissements sur les relations entre l’Inde et la Chine à travers la question du Tibet, mais il me paraît envisageable d’utiliser son argumentation dans l’autre sens, c’est-à-dire pour comprendre l’impact que les relations entre ces deux Etats peut avoir sur la question du Tibet – et donc, enfin, sur le nationalisme tibétain qui se développe en Inde, ce qui est bien mon objectif ici.

46 Le découpage en phase pour les relations sino-indiennes correspond à la typologie retenue par Pal Singh Sidhu et Jing-dong Yuan. (SIDHU, Waheguru Pal Singh, et YUAN, Jing-dong, China and India : Cooperation or Conflict ?, Boulder, Co., Lynne Rienner Publishers, 2003)

47 La Chine, qui s’est officiellement associée au Pakistan en 1965 (première guerre indopakistanaise), s’est contentée d’apporter sa coopération au Pakistan en 1971 (deuxième guerre indo-pakistanaise).

48 SIDHU et YUAN, China and India, p. 18.

49 Elles n’entament pas immédiatement de processus de normalisation de leurs relations après la guerre de 1962, bien au contraire, elles s’engagent dans une escalade militaire qui prend la forme, notamment, de l’envoi de troupes en grand nombre aux abords de la « Line of Actual Control », la ligne de cessez-le-feu qu’elles ont acceptée à la fin de la guerre. Elles ne parviennent pas non plus à s’entendre sur les Colombo Proposals, c’est-à-dire sur les propositions formulées par les Etats présents à la Conférence de Colombo – cette conférence s’est tenue à Colombo du 10 au 12 décembre 1962 pour discuter de solutions à la guerre de 1962 acceptables par les deux parties, et, notamment, de la délimitation de la frontière.

50 Une guerre à laquelle l’unité spéciale tibétaine Unit 22 du général S.S. Uban a d’ailleurs pris part.

51 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », p. 1091.

52 Qui va de 1979 à 1998. (SIDHU et YUAN, China and India)

53 SIDHU et YUAN, China and India, p. 22.

54 La visite de Rajiv Gandhi a été longuement commentée. De nombreux spécialistes des relations entre l’Inde et la Chine estiment que cette visite constitue un tournant symbolique, sinon réel, dans les relations entre les deux Etats – à titre d’exemple, Ma Jiali évoque « a milestone in the history of Sino-Indian relations » (JIALI, Ma, « Striving to Establish a Constructive Partnership Between China and India », China Report, 36, n° 3 (2000), p. 376) et Richard Weixing Hu parle de « Rajiv Gandhi’s ice-breaking visit » (HU, Richard Weixing, « India’s Nuclear Bomb and Future Sino-Indian Relations », East Asia, 17, n° 1 (Spring 1999),p. 41). Voir également ce qu’en disent, dans le même ordre d’idée, Summit Ganguly, C.V. Ranganathan et Rosemary Foot. (GANGULY, Summit, « The Sino-Indian Border Talks, 1981-1989 : A View From New Delhi », Asian Survey (Berkeley, CA), 29, n° 12 (December 1989), p. 1123 ; RANGANATHAN, C.V., « Sino-Indian Relations in the New Millenium : Challenges and Prospects », China Report, 37, n° 2 (2001), pp. 131-132 ; FOOT, Rosemary, « Chinese-Indian Relations and the Process of Building Confidence : Implications for the Asia-Pacific », Pacific Review, 9, n° 1 (1996), p. 63). Sumit Ganguly apporte pourtant un bémol à l’importance de la visite de Rajiv Gandhi – d’après lui, les résultats sont plus modestes qu’il n’y paraît. (GANGULY, « The Sino-Indian Border Talks, 19811989 : A View From New Delhi », p. 1123)

55 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », pp. 1092-1093, y compris les deux citations.

56 NORBU, « Tibet in Sino-Indian Relations : The Centrality of Marginality », pp. 1093-1094.

57 SIDHU et YUAN, China and India, p. 18.

58 Dont tout laisse à penser qu’elle dure encore aujourd’hui. (SIDHU et YUAN, China and India)

59 Le recours à la menace chinoise pour justifier les essais nucléaires étonne de nombreux spécialistes des relations entre l’Inde et la Chine. Richard Weixing Hu, notamment, se pose les questions suivantes : « Why did the Indian leaders use the “China threat” to justify the nuclear testings ? Does New Delhi really want to engage in a nuclear arms race with Beijing ? What implications does the Indian bomb have for future Sino-Indian relations ? » (HU, « India’s Nuclear Bomb and Future Sino-Indian Relations », p. 41)

60 D’autres visites suivent, telles celle du président indien K.R. Narayanan, qui se rend en Chine en juin 2000, celle de Li Peng, le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine, qui se rend en Inde en janvier 2001, ou celle encore du Premier ministre chinois Zhu Rongji, qui fait le voyage en Inde en janvier 2002.

61 RAMESH, Jairam, Making Sense of Chindia : Reflections on China and India, New Delhi, India Research Press, 2005.

62 Disponible à l’adresse suivante : http ://www.meaindia.nic.in/declarestatement/ 2003/06/23jd01.htm

63 KRISHNAN, Murali, « Indian Security Tense Over Protests Against Hu », Indo-Asian News Service (IANS), November 16, 2006.

64 BHAT, Devika, « Tibet Protests Greet Hu on Historic Visit to India », Times Online, 20 November 2006. Si, pour le Times Online, les manifestants tibétains étaient près d’un millier, d’autres journalistes, de Zee News, Reuters et The Australian, estiment soit qu’ils étaient quelques centaines, soit qu’ils étaient plus d’un millier (« Around 35 Tibetans Arrested for Protesting Hu’s Visit », Zee News, 21 November 2006, et « India Detains Tibetans Protesting Over Hu’s Visit », Reuters, 21 November 2006 et « Hu Visit Halts Delhi Traffic as Monks Protest on Tibet », The Australian, November 21, 2006, respectivement)

65 « Tibetan Activist Set Himself Afire », AP, 23 November 2006.

66 L’article publié dans Phayul contient la lettre du superintendant Ajay Kumar Yadav. (THINLEY, Phurbu, « A High Profile Tibetan Activist Faces Deportation Threat if He Protests During Hu Jintao’s India Visit », Phayul, 13 November 2006)

67 SANYAL, Amitava, « Tibetan Put Under Watch Before Hu Visit », Hindustan Times, 14 November 2006 ; CHADDA, Sudhir, « India Should Stop Restricting “Free Tibet” Movement From Demonstrating During Chinese President Hu Jintao’s Four-Day Visit Beginning Nov. 20 », India Daily, 14 November 2006.

68 Un autre exemple, celui des événements qui se sont déroulés au Tibet en mars et en avril 2008, aurait pu être analysé ici – les conclusions par rapport à l’attitude de l’Inde à l’égard des réfugiés tibétains, et, plus spécifiquement, au moment du départ de la marche de retour au Tibet, « March to Tibet », et au moment du passage de la flamme olympique à New Delhi le 17 avril 2008, auraient été similaires.

69 DALAI LAMA, « We Cannot Live in Isolated Communities », Tibetan Review (New Delhi), 25, n° 1 (January 1990), p. 9.

70 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 219. Voir également, pour une autre description de ce voyage, DALAILAMA, Au loin la liberté, p. 209.

71 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 209, pour les citations.

72 Entretien du 28 septembre 2005 à New Delhi. Anand Kumar, un activiste socialiste jadis impliqué dans les syndicats étudiants, se situe dans la droite ligne de personnalités telles que Jayaprakash Narayan, un homme politique indien, qui a été un temps membre du Praja Socialist Party puis qui est devenu l’éminence grise du Janata Party, et dont le soutien à la cause du Tibet l’a opposé à Jawaharlal Nehru. Je lui ai posé deux questions, qui portaient respectivement sur les relations entre les Indiens et les Tibétains et sur le rôle de l’Inde par rapport à la question du Tibet, deux questions qu’il a choisies de traiter ensemble.

73 Les informations relatives à l’IndiaTibet Friendship Society sont tirées soit de l’article du Tibetan Bulletin, « A Brief History of IndoTibetan Friendship Societies in India » (Tibetan Bulletin, 8, n° 4 [June-July 2004]), soit de l’entretien avec Anand Kumar du 28 septembre 2005. Son premier président était Balraj Madhok, du parti Bharatiya Jana Sangh, l’ancêtre du Bharatiya Janata Party, et son premier secrétaire général, Shyam Narayan, qui avait également été le premier secrétaire de la Tibetan Schools Society, aujourd’hui, la Central Tibetan Schools Administration, placé sous la responsabilité du ministère de l’Education, de 1962 à 1965.

74 Voir le site Internet de Friends of Tibet : http ://www.friendsoftibet.org/.

75 Voir le site Internet de Students for a Free Tibet – India : http://sftindia.org/.

76 Voir le site Internet de Students for a Free Tibet : http ://www.studentsforafreetibet. org/.

77 Entretien du 7 septembre 2005 avec Chemey Yungdrung qui dirige le chapitre régional de Kangra.

78 Il n’est d’ailleurs pas toujours facile d’établir avec précision les objectifs de ces petites associations qui ne disposent parfois pas d’un site Internet.

79 Voir le site Internet de son organisation : http ://www.bloodmovementforpeace. org/.

80 Voir le site Internet de Students for a Free Tibet : http ://www.studentsforafreetibet. org/, et, plus spécifiquement, http ://sftindia.org/india_history.php.

81 Je pense, notamment, au Freedom Concert organisé à Dharamsala pour la libération de Tenzin Delek Rinpoche le 30 novembre 2004 et au concert Rock in Exile organisé à Delhi University le 7 février 2007, à l’exposition itinérante Indian Cartoonists on Tibet lancée le 6 juillet 2005 à Cochin, au Powai Film Festival organisé à Bombay les 2 et 9 octobre 2004, au festival « From Films to Freedom » organisé à Bengalore les 29 et 30 janvier 2005, au Symbiosis-Friends of Tibet Film-Festival organisé à Pune les 28 et 29 janvier 2006, au « Conflicts » Film Festival organisé à Cochin le 6 jullet 2006. Trois campagnes d’action publique ont été lancées récemment, la campagne « Save The Hindu » le 1er mai 2006 visant à sauver le journal The Hindu et à dénoncer la propagande de l’agence chinoise Xinhua (http ://www.friendsoftibet.org/save/), la campagne « Hands for the Panchen Lama » destinée à alerter l’opinion publique sur le sort du Panchen Lama (http ://www.friendsoftibet.org/sofar/calcutta/hands.html) et la campagne « Boycott “Made in China” Goods ! » appelant au boycott des produits fabriqués en Chine (http ://www.friendsoftibet.org/mic/).

82 Il suggère ainsi une grève de la faim devant le siège de Yahoo aux Etats-Unis.

83 Voir le site Internet de Gu Chu Sum : http ://www.guchusum.org/.

84 Voir la page du site Internet de Friends of Tibet consacrée à l’événement : http ://www.friendsoftibet.org/sofar/delhi/tsg_meet_june_2007.

85 JETLY, Nancy, India China Relations, 1947-1977 : A Study of Parliament’s Role in the Making of Foreign Policy, New Delhi, Radiant Publishers, 1979. Voir, également, Indian Leaders on Tibet.

86 Et c’est sans compter que l’India-Tibet Friendship Society a également été fondée à l’initiative, notamment, de parlementaires indiens.

87 Voir « Indian Parliament Members’ Support for His Holiness the Dalai Lama’s Five-Point Peace Plan for Tibet, New Delhi, 23 August 1988 » et « Parliament Members write to Chinese Prime Minister Li Peng, New Delhi, 27 April 1989 ». (Indian Leaders on Tibet, p. 97 et pp. 98-99)

88 Le groupe parlementaire All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet, qui a été fondé en 1970 par M.C. Chagla et Balraj Madhok, a été ensuite repris, notamment par George Fernandes et Mohan Singh.

89 La première convention a eu lieu à New Delhi du 18 au 20 mars 1994, la deuxième convention s’est tenue à Vilnius du 26 au 28 mars 1995, la troisième convention a eu lieu les 23 et 24 avril 1997 à Washington, la quatrième convention a eu lieu les 18 et 19 novembre 2005 à Edimbourg et la cinquième convention s’est tenue à Rome les 18 et 19 novembre 2009. Voir la page Internet du Tibetan Parliamentary and Policy Research Centre (TPPRC) consacrée aux conventions pour de plus amples informations : http ://www.tpprc.org/aboutwpct.html.

90 A l’exception de l’India-Tibet Friendship Society.

91 Voir le site Internet en hindi de l’India Tibet Coordination Office : http ://www. indiatibet.org/.

92 Ces informations, qui étaient disponibles jusqu’en septembre 2008 sur le site officiel du gouvernement en exil (http ://www.tibet.net), sont désormais introuvables sur Internet.

93 L’All Party Indian Parliamentary Forum for Tibet a ainsi envoyé un mémorandum au Premier ministre indien Manmohan Singh en décembre 2004 pour le rendre attentif sur le sort réservé à Tenzin Delek Rinpoche, dont l’exécution avait été fixée au 25 janvier 2005.

94 Entretien avec Anand Kumar du 28 septembre 2005.

95 La réouverture en juillet 2006 d’un des cols situés à la frontière entre l’Inde et la Chine, le Nathu-La, est ainsi censée avoir un effet bénéfique sur la perception que les Indiens se font de la Chine, tandis que les questions non résolues de Tawang et, plus largement, de l’Arunachal Pradesh, à l’ordre de jour depuis 2007, sont censées avoir un impact négatif sur l’idée que les Indiens ont de la Chine. Voir, notamment, ce qu’en disent les journalistes de la Tibetan Review : « NathuLa’s Opening to Raise Sino-Indian Relations », Tibetan Review (New Delhi), 41, n° 7 (July 2006), pp. 26-27, « Nathu-La’s Reopening Billed as Historic », Tibetan Review (New Delhi), 41, n° 8 (August 2006), pp. 27-28, « China Eying Tawang in Package Border Deal », Tibetan Review (New Delhi), 42, n° 4 (April 2007), p. 20, « “Arunachal not Negotiable” », Tibetan Review (New Delhi), 42, n° 7 (July 2007), p. 24, « China Wants Tawang, Ostensibly for Tibetans », Tibetan Review (New Delhi), 42, n° 8 (August 2007), p. 26 et « China Irked by Indian PM’s Rising Sun Comment about Arunachal Pradesh », Tibetan Review (New Delhi), 43, n° 3 (March 2008), p. 25.

96 Il convient néanmoins de noter que l’attitude de la population indienne est susceptible de varier en fonction de l’origine géographique – en particulier, il est probable que les Indiens qui vivent soit dans des régions culturellement tibétaines, comme le Ladakh et le Sikkim, soit à proximités des camps de réfugiés tibétains, manifestent un intérêt plus vif pour la cause du Tibet.

97 PALAKSHAPPA, Tibetans in India, p. 99.

98 Par exemple, ALAM, Tibetan Society in Exile ; ARAKERI, A.V., Tibetans in India : The Uprooted People and their Cultural Transplantation, New Delhi, Reliance Pub. House, 1998 ; KHARAT, Tibetan Refugees in India ; NOWAK, Tibetan Refugees ; PALAKSHAPPA, Tibetans in India ; SAKLANI, The Uprooted Tibetans in India.

99 PALAKSHAPPA, Tibetans in India, p. 99.

100 KHARAT, Tibetan Refugees in India, pp. 86-87.

101 MORIN, « Nés réfugiés », p. 68.

102 Chauntra est un des villages du camp de réfugiés de Bir.

103 SHEKHAWAT, Prahlad Singh, « McLeod Ganj : A Cross-Cultural Town in India », Tibetan Review (New Delhi), 30, n° 9 (September 1995), p. 14.

104 WANGDI, Yosay, « Dharamsala : Hub of Cultural Globalization », Tibetan Review (New Delhi), 39, n° 8 (August 2004), p. 20.

105 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n° 7 (July 1994), p. 16.

106 SHEKHAWAT, Prahlad Singh, « McLeod Ganj : A Cross-Cultural Town in India », Tibetan Review (New Delhi), 30, n° 9 (September 1995), p. 15. Voir également ce que dit Yosay Wangdi sur la dilution de l’identité tibétaine due au processus au cours duquel les Tibétains absorbent les façons de faire et de voir occidentales. (WANGDI, Yosay, « Dharamsala : Hub of Cultural Globalization », Tibetan Review (New Delhi), 39, n° 8 (August 2004), p. 20)

107 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n° 7 (July 1994), p. 18. Il ajoute que, ce faisant, les réfugiés tibétains ont franchi une ligne invisible : « As stateless citizens of the world, they must not cross the invisible social and economic boundaries of hospitality and hostility drawn across the skyline, especially in a small place like Dharamsala where the mountain is not as snowclad, the pine-trees not as tall, or the mountain stream not as sweet as that of Lhasa or Chamdo. » (p. 18)

108 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n° 7 (July 1994), p. 19.

109 KHARAT, Tibetan Refugees in India, p. 87.

110 MORIN, « Nés réfugiés », p. 69.

111 MORIN, « Nés réfugiés », p. 70.

112 Il est vrai que, lorsqu’il n’y a pas de camps de réfugiés à proprement parler, mais des Tibétains éparpillés, il ne s’agit pas dans la nomenclature tibétaine d’un « Settlement Officer » mais d’un « Welfare Officer » ; par commodité de langage, je parle pourtant ici de responsables des camps de réfugiés tibétains, une expression qui traduit plutôt « Settlement Officer », pour me référer soit à un « Settlement Officer », à Bylakuppe, Ravangla et Choglamsar, notamment, soit à un « Welfare Officer », à Gangtok ou à Darjeeling, par exemple.

113 Deux exemples qui montrent que l’intérêt du peuple de l’Inde pour la cause du Tibet est inégal suivant la région d’origine, en l’occurrence, relativement fort au Ladakh.

114 Je fais cette déduction des réponses obtenues aux deux questions de mon questionnaire tirées de la rubrique consacrée aux relations des Tibétains avec l’Inde. A la première question, « 7. Do you get on well with the local Indian population ? », les réfugiés tibétains interrogés n’hésitent pas à répondre par l’affirmative, à de rares exceptions près, dont les réponses sont plus circonstanciées – elles tournent autour de « not much », « so so » et « to some extent ». A la deuxième question, « 8. Do you have many Indian friends ? How many ? », il n’y a plus que les deux tiers des réfugiés tibétains interrogés qui répondent par l’affirmative, et encore, cette réponse est mise en doute par la précision demandée quant au nombre d’amis, puisque moins de la moitié des réfugiés tibétains interrogés qui répondent par l’affirmative possèdent plus d’une vingtaine d’amis indiens, sans compter que plusieurs de ces réfugiés tibétains tiennent alors à préciser qu’il s’agit moins d’amis que de connaissances – ils apportent des précisions du type « not friends, relations », « college acquaintances » ou encore « no close friends but relations ».

115 Même s’il n’est pas possible d’obtenir des données exactes, les réponses des responsables tibétains permettent d’établir que le taux d’intermariage, qui est considéré par la plupart des sociologues comme un indice fiable de l’existence de relations privilégiées entre deux communautés, reste dans l’ensemble, excepté à Gangtok, semble-t-il, très faible.

116 Le commerce des vêtements est plus connu sous l’expression anglaise de « sweater business »

117 Voir le site de l’IndoTibetan Border Police : http://itbpolice.nic.in/

118 Ils sont d’autant mieux vus par la population indienne qu’ils participent ainsi de manière directe à la défense nationale – d’après Bhuchung Tsering, la Special Frontier Force se serait même fait un nom dans la communauté militaire indienne. (TSERING, Bhuchung K., « A Force to Reckon With », Tibetan Review (New Delhi), 36, n° 2 (February 2001), p. 24)

119 TSERING, Bhuchung K., « A Force to Reckon With », Tibetan Review (New Delhi), 36, n° 2 (February 2001), p. 24.

120 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n° 7 (July 1994), p. 18. Ludhiana est le haut lieu de l’industrie du textile en Inde : les réfugiés tibétains viennent s’y approvisionner en pulls, sweatshirts et autres vêtements bon marché.

121 MORIN, « Nés réfugiés », p. 56.

122 DHONDUP, K., « Dharamsala Revisited : Shangrila or Sarajevo ? », Tibetan Review (New Delhi), 29, n° 7 (July 1994), p. 18.

123 Ces informations sont tirées des entretiens effectués dans les deux stations balnéaires du Kerala, Varkala et à Kovalam.

124 MORIN, « Nés réfugiés », p. 119. Pema précise ainsi : « I never feel that I belong to India » et Lhondup d’ajouter : « So if Tibet will free, we will go over there. I never think that I’m Indian. I think that I’m Tibetan. » (MORIN, « Nés réfugiés », p. 120)

125 MORIN, « Nés réfugiés », p. 121. Il s’agirait là d’une référence à un discours qu’aurait tenu Sonia Gandhi

126 MORIN, « Nés réfugiés », p. 123.

127 « Happy in Tibet, but not Unhappy in India », Tibetan Review (New Delhi), 36, n° 11 (November 2001), p. 21.

128 L’intégralité de la liste des comportements est disponible dans l’article de William Safran : SAFRAN, William, « Comparing Diasporas : A Review Essay », Diaspora, 8, n° 3 (Winter 1999), p. 257.

129 Ces questions sont tirées de la rubrique « Host Country », consacrée à l’Inde, de mon questionnaire. Voir annexe.

130 Les deux premières questions étaient formulées ainsi : « 1) Would you say that the Indian government has done a lot to help Tibetan refugees in the past fifty years ? » et « 2) And if you do not think so, what else do you think could have been done ? » – c’est cette deuxième question qui, d’après moi, devait leur permettre de préciser la nature de l’aide indienne : je m’attendais ici, notamment, à une distinction entre les soutiens économique et politique apportés par l’Inde. J’abordais la dimension temporelle avec la cinquième question : « 5) Do you think that the Indian government is still doing a lot to help Tibetan refugees and to support the Tibetan cause ? » – cette question, pour laquelle j’attendais une réponse positive, donnait d’après moi aux réfugiés tibétains la possibilité d’envisager une évolution de l’attitude de l’Inde à l’égard de la question du Tibet.

131 D’autres réfugiés tibétains de Dharamsala présentaient des arguments similaires, à l’instar de Tsewang C., pour qui « India could have done more on the political level, but we have to understand the position of the Indian government », de Tenzin C., qui estime que : « We cannot blame India for what it has not been able to do » ou encore de Sonam T., qui admet que : « It could have done more on the political level but it has to take its interests into consideration ».

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable